AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La plume d'ange qui rédigea mon histoire...[Morfine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eidren Alderion
En attente de validation..
avatar

Masculin
Nombre de messages : 453
Âge : 24
Date d'inscription : 25/11/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  environ 40 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: La plume d'ange qui rédigea mon histoire...[Morfine]   Jeu 16 Fév 2012 - 22:30

Concerning Hobbits by Howard Shore on Grooveshark


Après plus d’une vingtaine de jours de marche en direction du nord-est, Eidren était enfin parvenu à rejoindre la somptueuse cité dAléandir, capitale du peuple sylvain. Bien qu’il ait été long et éprouvant, son voyage à travers le royaume des elfes avait été une expérience enrichissante, notamment la traversé de l’Anaeh, forêt enchanteresse fourmillante de part sa végétation luxuriante et diversifiée mais aussi par les nombreuses formes de vie qu’elle abritait en son sein.
Pèlerin égaré à la recherche de ses origines, Eidren s’était tout d’abord senti comme un étranger lors de ses premiers pas dans le bois, bafouant ce lieu sacré par son lignage impur mais il redoutait surtout la réaction des sylvains et, dans une moindre mesure, celle de la forêt que des histoires de camps ne manquaient pas d’exagérer. Certains contes la personnifiaient, Dame aux formes accueillantes qui vous berce un temps par ses fragrances enjôleuses et son paysage onirique avant de vous abandonner au milieu de nulle part, vous livrant à vous-même. D’autres, les plus païens, l’assimilait parfois à une sixième déité qui avait décidé de prendre forme sur terre afin de veiller sur les sylvains.
Au fur et à mesure de sa marche, Eidren se détendit : une partie de son être vibrait en harmonie avec la mélodie de la sylve elfique, revendiquant une parcelle de son identité enfouie depuis si longtemps. Comme on retrouve son foyer après de longues années d’absence, le périple d’Eidren prit alors une autre tournure : la découverte de cet environnement nouveau et pourtant si familier ainsi que les réponses qu’il espérait trouver faisait naître en lui une fébrilité digne d’un enfant s’apprêtant à recevoir une récompense. Et la récompense n’avait pas de prix aux yeux du voleur qui aspirait à lever le voile sur ses origines. Laissant reposer sa vengeance personnelle, il avait décidé d’en apprendre plus sur son ascendance. Les archives civiles de Diantra auraient pu être sa première destination mais les troubles politiques associés à la méfiance croissante des soldats et à l’antipathie légendaire des citadins l’en avaient vite dissuadé…
Ayant pour seule information son nom, il avait chevauché jusqu’à la lisière de l’Anaëh où il quitta sa monture afin de poursuivre ce « retour aux sources » de la manière la plus simple qui soit.






Une fois à la capitale, Eidren chercha à localiser la Grande bibliothèque, non sans mal vu comme les passants étaient réticents à l’égard des demi elfes, sans compter les tensions qui agitaient le peuple sylvestre depuis quelques temps.
Suite à de nombreuses formalités, il put enfin accéder à la zone des archives civiles qu’il recherchait tant et, entouré d’un soldat et d’un vieil elfe au moins aussi âgé que les livres, il avait traversé d’imposants rayonnages débordant de parchemins et d’ouvrages aux reliures usées. Le sang mêlé attrapa trois épais volumes sur lesquels figuraient des dérivés de son nom, espérant que l’un au moins puisse l’éclairer dans sa quête.


Assis à une des larges tables de la bibliothèque, où d’autres elfes venus de divers horizons consultaient également des ouvrages, Eidren suivait minutieusement du doigt chaque ligne de chaque page, s’arrêtant sur chaque nom.

- Aldarien…Aldarin…

Des heures durant il éplucha les registres, revérifiant certains passages à chaque fois que le doute l’étreignait. A plusieurs reprises, il retourna aux archives pour rapporter d’autres parchemins et livres, si bien qu’une pile commençait à se former et oscillait dangereusement juste à côté de lui.
Véritable prouesse architecturale, défiant ses insignifiants semblables dans une insolente tranquillité, la Tour des ascendances tanguait lentement. Chacune de ses infernales oscillations la rapprochait du fatidique cataclysme qui s’abattrait sur son innocent créateur. Une ultime brique de savoir, une seule et il est était fini de lui.
Alors que le créateur de cette diabolique construction refermait le dernier pavé, soulevant un léger nuage de poussière au passage, le temps paru se figer.
Son heure était venue, enfin. La main de l’artisan du destin attrapa alors la pierre suprême et la déposa précautionneusement au sommet et, à peine le contact entre les deux eut été établit que le damné monument s’effondra. Saisissant l’ampleur du désastre, le sang mêlé s’élança en avant pour tenter d’endiguer les flots dévastateurs de sa maladresse…en vain.
Les innombrables mots s’éparpillèrent dans l’espace, l’écho de leur damnation se répercuta sur le sol de pierre, brisant l’austère silence dans lequel la bibliothèque dormait.
Au moment même où il se releva et s’apprêtait à s’excuser face à la foule de regard inquisiteur, une sylvestre à la chevelure noire de jais trébucha sur l’un des ouvrages éparpillés qui jonchaient le sol. In extremis, Eidren la rattrapa.
Remettant sur pied l’ange que sa gaucherie avait niché au creux de ses bras, il s’inclina doucement.

- Je vous prie de bien vouloir pardonner ma maladresse…êtes vous blessée ?


Dernière édition par Eidren Alderion le Mar 21 Fév 2012 - 17:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Morfingwen
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 207
Âge : 31
Date d'inscription : 08/02/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 135 ans 
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La plume d'ange qui rédigea mon histoire...[Morfine]   Ven 17 Fév 2012 - 13:44

Morfingwen était enfin arrivée à la bibliothèque d'Alëandir. Son père lui avait beaucoup parlé de la bibliothèque, en particulier de ce qu'il connaissait le mieux, à savoir les archives judiciaires dont il avait parcouru les travées en long et en large, remuant la poussière se trouvant sur les compte-rendus de procès, lisant les décisions et les étudiant avec attention.

La jeune Elfe n'était, fort heureusement, pas dans ces lieux dans ce but. Elle n'avait jamais partagé l'intérêt de son père pour le droit. Elle ne méprisait absolument pas l'amour des lois de ce dernier et comprenait l'importance des textes juridiques et de l'application de la loi, mais elle n'avait certainement pas l'âme d'une juriste. La jeune femme elfe était simplement venue consulter des écrits afin de s'en inspirer.

Elle avait en effet des airs en tête et cherchait à les accompagner avec des paroles suffisamment puissantes et évocatrices pour leur rendre justice. Voici pourquoi elle venait consulter des chroniques au sein des archives historiques, ainsi que des contes et des légendes. Après tout, elle était dans le cœur de la mémoire de son peuple. Une bonne partie de son savoir se trouvait dans ces ouvrages. Il y avait là plus de connaissances que la jeune Elfe ne pourrait un jour espérer obtenir...

Avec un peu de chance, elle allait trouver suffisamment de matière dans tous ces textes. Il lui suffisait d'une bonne source d'inspiration pour que son imagination vogue alors que ses doigts errent sur les cordes de son instrument. De plus, la lecture d'événements pouvait même inspirer une nouvelle musique... La gravité d'un assassinat ou le poids de la trahison invitait des notes plus graves et une tragédie engendrait un air mélancolique. De même, une musique pesante pouvait sans problème représenter un climat de tension. L'histoire était d'une telle richesse !

En fait, la musique n'était-elle pas aussi évocatrice et puissante, sinon plus, que les paroles qui l'accompagnaient ? Les sons n'amenaient-ils pas des images ? La musique était l'art d'employer des bruits et de les raffiner pour en faire un bien aussi précieux qu'éphémère qui, à défaut de continuer à exister physiquement comme toute œuvre d'art ou d'artisanat, restait gravé dans les esprits.

Perdue dans toutes ses pensées, elle marchait à la recherche des rayons qui l'intéressaient sans vraiment faire attention à son environnement, qu'elle n'imaginait pas être hostile. En aucune façon, elle ne suspectait la menace d'un obstacle qui allait la faire trébucher. L'Elfe fut donc surprise quand cela arriva et ne put retenir un cri. Elle n'eut par contre guère le temps de réagir et sentit le sol se rapprocher dangereusement quand des bras la rattrapèrent soudainement in extremis, lui empêchant probablement de se cogner la tête au sol.

Soulagée, elle sentit les bras qui l'avaient rattrapée la redresser et en profita pour observer son mystérieux sauveur. Il y avait dans ses traits quelque chose d'elfique, mais elle savait en le voyant qu'il n'était pas un elfe au sang pur comme elle, simplement un sang-mêlé. Elle devait admettre qu'il était malgré tout assez séduisant et ses traits étaient agréables...

Encore sous le choc et haletante, sentant son cœur s'agiter dans sa poitrine et essayer vaguement de retrouver son calme alors que le rythme de sa respiration peinait à faire de même, elle prit quelques secondes afin de se détendre et sourit tendrement à son adresse, alors qu'il s'était incliné. C'était un sourire sincère et empreint d'une profonde gratitude.

Elle s'exprima également d'une voix charmante et chantante en plongeant son doux regard dans le sien :


« Messire, je ne vous remercierai jamais assez pour ce que vous avez fait. Vous m'avez sauvée... Sans vous, j'aurais pu me cogner la tête ou me casser quelque chose... Allons, pourquoi vous incliner, messire ? Ce serait plutôt à moi de le faire... »
Revenir en haut Aller en bas
Eidren Alderion
En attente de validation..
avatar

Masculin
Nombre de messages : 453
Âge : 24
Date d'inscription : 25/11/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  environ 40 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: La plume d'ange qui rédigea mon histoire...[Morfine]   Jeu 23 Fév 2012 - 10:17

Ne s’attendant pas à des excuses de la part de la nouvelle venue, Eidren fut un instant surpris. Il avait côtoyer quelques elfes au cours de ses pérégrinations et il fallait bien avouer que la réaction de sa « protégée » allait contre la logique des mœurs. L’arrogance des sylvains liée à leur obsession du sang pur avait préparé le demi elfe à une remarque cinglante et, à n’en point douter, disproportionnée. Au lieu de cela, elle s’excusait. Un comportement presque suspicieux aux yeux d’Eidren qui, tout en restant courtois, ne put s’empêcher de garder une certaine réserve vis-à-vis de l’elfe.
- Je vous suis gré du respect que vous marquez à mon égard mais c’est à cause de moi que vous…


Il interrompit momentanément sa phrase en voyant approcher le vieil elfe qui l’avait guidé jusqu’aux archives, une froide colère au fond du regard.

- Messire, si nous vous faisons l’honneur de vous accueillir au sein de la bibliothèque d’Alëandir, malgré votre…statut, ce n’est pas pour que vous veniez en troubler la quiétude, que cela soit bien clair.

- Veuillez pardonner ma maladresse,
s’excusa Eidren, il est vrai que les personnes dans mon genre ne sont malheureusement pas exempts de défauts,
(puis tout bas) …allez savoir d’où cela peut venir…

A l’air soupçonneux du doyen, les mots avaient eu leur effet gentiment provocateur. Il fronça les sourcils et tourna les talons.

- Je ne le répèterai pas, dit-il en s’éloignant.

Eidren nota que les gardes postés de chaque côté des portes de la bibliothèque l’observaient désormais avec une méfiance non déguisée. Passant outre les regards indignés de « l’assemblée », il commença à regrouper les nombreux ouvrages qui recouvraient le sol.


- Quel dommage que tout le monde ne possède pas votre délicatesse, soupira-t-il en posant une première pile de livre sur la table.

Du coin de l’œil il contempla un instant l’elfe, s’attardant momentanément sur ses formes gracieuses, puis se remémora sa voix enchanteresse. Pure et mélodieuse, elle résonnait encore en sa mémoire, douce symphonie qui rythmait les battements de son cœur… Freinant la tumultueuse vague qui l’assaillait et se rendant compte que ce simple regard s’était transformé en contemplation, il lui sourit et détourna les yeux pour continuer sa tache.

- Si ce n’est pas trop indiscret, pourrais-je vous demander votre nom ?
Revenir en haut Aller en bas
Morfingwen
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 207
Âge : 31
Date d'inscription : 08/02/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 135 ans 
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La plume d'ange qui rédigea mon histoire...[Morfine]   Ven 24 Fév 2012 - 13:35

Morfingwen n'avait pas spécialement de préjugés sur la question. En fait, c'était surtout parce que sa famille n'avait jamais vraiment cherché à les véhiculer que par véritable tolérance. Sa famille n'avait jamais eu à se soucier de sangs-mêlés car il n'y en avait pour ainsi dire aucun dans son entourage, donc elle pouvait accepter et tolérer leur présence.

De plus, par principe, il était de bon ton de faire preuve de respect à l'égard de ses interlocuteurs et de n'avoir aucun préjugé car cela affectait naturellement le jugement de chacun. Il n'y avait rien de plus dangereux que des idées reçues pour rendre un jugement neutre et équitable. Les a priori en tout genre conduisaient à une vision biaisée des choses. Son père avait aimé lui donner de nombreuses leçons à ce sujet. Elle avait toujours aimé son amour de la vérité et de la justice, et croyait en ses valeurs, à défaut d'avoir suivi sa vocation.

Bref, même si le semi-elfe, sang-mêlé ou autre terme de ce genre avait commis une quelconque maladresse, elle n'allait pas l'insulter et lui manquer de respect pour autant. Après tout, peut-être pouvait-on attribuer son manque de grâce à l'impureté de son sang elfique. Les Elfes étaient naturellement fort gracieux, mais l'héritage elfique de cet homme était dilué. On devait l'excuser s'il n'était pas aussi délicat et faire preuve de compréhension. Maintenant, elle comprenait un peu en quoi les sangs-mêlés étaient imparfaits...

Non, pour la jeune Elfe, ce n'était point un préjugé d'observer cela et, contrairement au vieil Elfe, elle ne chercha pas à lui montrer sa supériorité et à le mépriser. Elle se garda malgré tout d'intervenir pour le défendre car elle ne voyait que dire et, d'une certaine façon, ça avait bien été de sa faute... Il avait troublé la quiétude du lieu par sa faute et le responsable de la bibliothèque, car ce devait en être un, ne faisait que son travail.

Une fois que l'Elfe se fut éloigné, après avoir fini de sermonner le sang-mêlé, elle vit ce dernier commencer à ranger afin d'arranger la situation qu'il avait lui-même provoquée en empilant sans doute fort mal les livres. En tout cas, ça devait être à cause de ça... Ce fut à ce moment-là que le jeune inconnu lui fit une remarque sur sa délicatesse. Le compliment la surprit et lui alla droit au cœur, faisant légèrement monter le rouge à ses joues. À défaut d'être adroit dans ses gestes, il l'était un peu avec sa langue... En plus, il était si gentil et lui souriait même... Non, vraiment, il était sympathique !

Quand il la regarda, elle sentit quelque chose d'étrange dans sa façon de la regarder, mais elle ne put déterminer quoi. Cela la gêna malgré tout un peu, même si elle tenta de cacher ce malaise. À son grand étonnement, il détourna ensuite le regard. Elle fut davantage surprise quand il demanda son nom et ses yeux s'écarquillèrent, ne cachant pas ce qu'elle ressentait à ce moment. Pourquoi demander son nom alors que ce n'était qu'une rencontre fugace ? Peu importait... Par politesse, son sens de la courtoisie étant chez elle aussi développé que sa délicatesse, elle répondit malgré tout de sa voix charmante, pour ne pas dire charmeuse, qui avait quelque chose de suave et de doux comme le miel.


« Je me nomme Morfingwen, messire. Enchantée de faire votre connaissance, même si ce n'est pas le meilleur endroit pour converser. Nous sommes avant tout dans un lieu de silence car les études demandent le plus grand calme. On ne peut étudier et apprendre toutes les connaissances que recèle ce lieu sans un minimum de sérénité. Enfin, je suppose que vous devez savoir tout cela aussi bien que moi, n'est-ce pas ? »

Tout en disant cela, elle plongea son regard sur lui. Il y avait presque dans ce dernier quelque chose de séduisant et de sensuel. Sans doute était-ce le charme elfique ou son extrême gentillesse... C'était assez indéfinissable. Il y avait chez elle quelque chose qui inspirait indéniablement la confiance. La demoiselle n'ajouta rien de plus et observa son interlocuteur en attendant sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Eidren Alderion
En attente de validation..
avatar

Masculin
Nombre de messages : 453
Âge : 24
Date d'inscription : 25/11/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  environ 40 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: La plume d'ange qui rédigea mon histoire...[Morfine]   Jeu 29 Mar 2012 - 0:41

    Morfingwen…
    Le nom de la sylvestre résonna un instant dans l’esprit d’Eidren, qui ne prêtait plus vraiment oreille au reste de ses paroles.

    -…vous devez savoir tout cela aussi bien que moi, n'est-ce pas ?

    - Oui, effectivement, s’empressa-t-il de répondre, il semblerait que j’additionne les maladresses aujourd’hui…
    Sans bruit, il reposa les derniers registres sur le bureau. Hâtivement, il rangea ensuite les multiples parchemins sur lesquelles il avait pris des notes, ne laissant qu’une plume, un encrier et un morceau de parchemin grossièrement arraché. Il trempa ladite plume dans l’encre et griffonna quelques mots dans un elfique à la calligraphie plutôt maladroite. Puis il glissa délicatement le message dans la main de Morfingwen. Il inspira lentement et lui susurra :

    - Si le cœur vous en dit…Demandez Friedrick d’Eltaïr.

    Sur ces mots il tourna les talons, non sans se plonger une dernière fois dans ses iris sombres où paraissait se lire surprise et curiosité. Il passa sa besace et rapporta la pile de livres auprès du bibliothécaire.

    « L’Auberge du Crépuscule Endormi, minuit. »

    Voilà les seuls mots qu’il avait rédigé sur le morceau de papier. Il n’osait espérer que l’elfe réponde à son invitation, aussi il essaya de ne plus y penser le reste de la journée. En vain. L’elfe avait su raviver en lui un engouement presque enfantin, pathétique même aux yeux d’Eidren qui avait agi sans trop réfléchir, envoûté par l’aura de douceur dans laquelle baignait Morfingwen. Cette sensation à la fois redoutée et pourtant si apaisante lui paraissait étrangement familière, le poussant à fouiller dans les recoins de sa mémoire pour en retrouver l’origine. Finalement, il endigua ses éternelles réflexions, laissant la parole à son cœur lequel lui recommandait la prudence sans pouvoir s’empêcher de distiller des bribes d’espérance.

    Dans l’obscurité de la nuit, les dernières lueurs qui filtraient au travers des volets de chênes étaient les seuls indices extérieurs démentant l’absence d’activité de l’établissement. Ce dernier était fermé depuis tout juste quelques heures et pourtant, luttant tant bien que mal face au sommeil qui se faisait de plus en plus agressif, l’aubergiste veillait derrière la porte d’entrée. Il n’avait qu’une parole et maudissait intérieurement sa faiblesse de l’avoir fait accepter la « tâche » que lui avait proposé le sang mêlé : « veillez à partir de minuit sur le pas de la porte et, si une jeune elfe répondant au nom de Morfingwen se présente, conduisez la à ma chambre » :face : . Sur le moment, la vue de la bourse débordant de souverains lui avait paru des plus agréables, mais alors que la fatigue l’assaillait, il aurait presque été jusqu’à rendre deux fois la somme d’argent au bâtard pour que celui-ci le libère de sa promesse, lui permettant ainsi de rejoindre le sommier le plus proche pour céder enfin à l’appel de la torpeur. Néanmoins si perverse et tenace qu’était cette dernière, elle maintenant le pauvre bougre sur sa chaise, lui faisant entrevoir l’incroyable effort que demanderait la montée puis la descente des marches…

    A l’étage, Eidren tournait machinalement les pages d’un des registres qu’il avait « emprunté », sans réellement prêter attention à ce qui était écrit, se redessinant mentalement Morfingwen dans ses moindres détails. La véritable raison de sa venue à la capitale elfique se dessinait son esprit: seule la douce voix de l’elfe, sa peau claire, sa chevelure noire d’obsidienne, son regard enchanteur…
    Seule Morfingwen importait.










Dernière édition par Eidren Alderion le Jeu 23 Aoû 2012 - 21:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Morfingwen
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 207
Âge : 31
Date d'inscription : 08/02/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 135 ans 
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La plume d'ange qui rédigea mon histoire...[Morfine]   Mer 11 Avr 2012 - 20:56

La jeune Elfe sylvaine fut quelque peu surprise quand le demi-elfe qu'elle venait de rencontrer lui tendit un morceau de parchemin rapidement arraché. Quel pouvait bien être le sens de tout ceci ? Elle venait tout juste de faire sa connaissance. Ce n'était qu'une rencontre tout à fait fortuite et rien d'autre. Ils allaient se saluer et chacun allait suivre son chemin séparément. Non ? La curiosité, elle déplia le morceau de parchemin afin de le lire. Un lieu, une heure... Une expression de surprise traversa son visage quand elle comprit. C'était là un rendez-vous ! Oui, il n'y avait aucun doute possible sur la question... Cet homme venait à peine de la rencontrer et il lui proposait déjà une rencontre nocturne ! Comment était-ce possible ? Elle avait beau réfléchir à la question, aucune réponse satisfaisante ne lui vint à l'esprit...

Morfingwen hésita longuement. Que signifiait donc une telle proposition ? Que désirait-il vraiment ? Que voulait-il d'elle ? Qu'attendait-il ? Tant de questions se bousculaient dans son esprit. Devait-elle y aller ou non ? Elle pensa à ce qu'elle avait entendu sur les mortels : ils étaient en bonne partie esclaves de leurs pulsions et de leurs désirs. Sans doute le sang humain du demi-elfe affectait-il son comportement... Oui, ça devait sans doute déteindre sur tout son être. On disait ces êtres à la vie brève si impatients, si pressés... Ils détestaient perdre du temps. Ce ne pouvait être que la seule explication logique...

La belle prit le temps de la réflexion. Elle avait le temps d'y réfléchir jusqu'à minuit, même si son esprit était en partie occupé par ses recherches. Devait-elle y aller ? C'était un choix bien difficile et elle ignorait dans quoi elle s'engageait. Bien, pour le moment, elle devait se consacrer à l'étude des écrits anciens pour ses chants. Elle devait être prête pour sa soirée chez la Protectrice. Elle devait se montrer digne de la noble. Elle devait consacrer à cette préparation tout le temps nécessaire afin de lui plaire...

Finalement, l'Elfe sylvaine fit son choix et décida d'y aller, tout en restant claire sur ses intentions. Elle était une véritable Elfe. Elle était donc, en dépit d'une certaine maturité, encore jeune, naïve et innocente. C'était une jeune adulte qui n'avait guère connu de dures épreuves durant le début de sa vie. En somme, elle ne cherchait certainement pas la bagatelle. Si sa beauté elfique et sa grâce naturelle pouvaient susciter le désir chez certains membres de la gent masculine, tout comme ses formes et ses courbes féminines, elle n'avait jamais reçu de proposition aussi franche et directe. Au mieux, on lui avait conté fleurette et cela lui convenait très bien... Le demi-elfe n'était pas dénué de charmes, mais elle n'y était pas aussi sensible qu'une femme humaine et avait des principes très stricts.

Pour l'occasion, après être rentrée et s'être reposée un moment, ce qui suffisait largement à la constitution elfique de la Sylvestre pour récupérer, elle se changea et enfila une robe bleu azur et verte, également ornée et brodée de fils d'argent, métal dont elle appréciait particulièrement la couleur. Elle trouvait en effet que cela la mettait mieux en valeur que l'or, tout en étant également plus sobre. Comme souvent, elle se contentait d'un maquillage minimaliste : du fard sombre pour ses paupières, ce qui contrastait avec son teint. Enfin, sa longue chevelure noire était libre.

Une fois prête, elle se dirigea alors vers l'auberge en marchant tranquillement. Sa démarche, en plus d'être gracieuse, avait quelque chose de séduisant et de sensuel. Elle se déhanchait, remuant son bassin de façon quasi-hypnotique pour un observateur masculin. C'était quelque chose de tout à fait naturel pour elle. Elle n'avait en effet jamais cherché à produire un quelconque effet chez la gent masculine ou à attirer les regards. Enfin, elle finit par se présenter à la porte de la chambre du demi-elfe...
Revenir en haut Aller en bas
Eidren Alderion
En attente de validation..
avatar

Masculin
Nombre de messages : 453
Âge : 24
Date d'inscription : 25/11/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  environ 40 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: La plume d'ange qui rédigea mon histoire...[Morfine]   Ven 24 Aoû 2012 - 8:53

    Quelqu’un toqua à la porte.
    - C’est elle.

    Réalisant soudainement que sa chambre n’était qu’une mer déchainée dont les parchemins étaient l’écume, Eidren se hâta d’installer un semblant d’ordre pour accueillir son invitée dignement. En deux temps trois mouvements, le bureau fut libéré. Les registres « empruntés » à la bibliothèque elfique trônaient désormais dans un coin de la pièce tandis que les notes qu’il avait prise, le fruit de ses recherches, étaient déposées au centre de la table de travail. Épée et autres dagues habituellement à portée furent projetées sous le lit à l’exception de l’arme elfique que lui avait offert Dame Estë : celle-ci fut posée sur le bureau non loin de l’encrier et des nombreuses plumes.
    En moins d’une minute, la chambre qui tenait plus de la tanière d’assassin traquant sa proie s’était métamorphosée en havre pacifique, bercé par l’odeur des vélins anciens et l’odeur si particulière de l’encre.
    Après avoir arrangé sa tignasse du mieux qu’il pouvait, le sang mêlé s’avança vers la porte puis l’ouvrit.
    Morfingwen se tenait sur le pas.

    - Bonsoir et bienvenue dans ma modeste…demeure,
    la salua-il en agrémentant ses mots d’un baisemain.
    Il lui fit signe d’entrer et l’invita à prendre ses aises, désignant une des deux chaises présentes dans la pièce. Sans un mot, il remplit deux verres d’un liquide pourpre aux douces fragrances.

    - Tenez,
    dit-il en donnant un verre à son invitée, j’aurais pu faire preuve de plus d’originalité et vous proposer un breuvage au cépage peut être moins commun, hélas cette cité est la première depuis longtemps dans laquelle j’ose m’installer plus d’une semaine, aussi je vous d’avance pardonner vétusté de cette endroit et la maladresse de mes manières.
    Après avoir trinqué avec l’elfe, Eidren but une première gorgée.

    - Avant de vous renseigner quant à l’objet de ma requête, j’aimerais vous poser une simple question si vous permettez…Pourquoi avez-vous accepté mon invitation ?

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La plume d'ange qui rédigea mon histoire...[Morfine]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La plume d'ange qui rédigea mon histoire...[Morfine]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ouai bah excuse-moi, j'avais faim. [ RP ♪ Gaman ♥ Plume d'Ange ♪ ]
» Nous voyageons à chaque pas que nous faisons. | Plume d'Ange |
» Premières techniques de combat [ PV Plume d'Ange ]
» Ange gardien
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Anaëh ~ NORD EST :: Terres d'Alëandir :: Alëandir-
Sauter vers: