AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Réveil eracien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Léandre d'Erac
Humain
avatar

Nombre de messages : 9
Âge : 27
Date d'inscription : 24/01/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  57 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Réveil eracien   Ven 17 Fév 2012 - 10:24

Erac,
Dix jours avant le couronnement d'Eliam Ier


Dans la grand-salle du château fortifié d'Erac, on parlait beaucoup, tant et si bien qu'on ne s'entendait plus vraiment. Impassible, Léandre laissait ses récents vassaux brailler, verres de vins à la main, leur enthousiasme. De fait, il y avait beaucoup à dire. Les terres du médian foisonnaient d'une activité nouvelle. Directement soumis à la paix du Roi, l'eracien retrouvait avec un plaisir non dissimulé l'excitation de la guerre. Car c'était bien là le mot qui bruissait sur toutes les lèvres. Avec une certaine condescendance, qu'il se gardait bien de trop montrer, le lyrion ne pouvait s'empêcher de les comparer à des enfants libérer du joug maternel. Installé sur le trône de feu son prédécesseur, le faux duc Trystan de Diantra, il observait son assemblée avec un mélange d'impatience et de satisfaction. Les choses retrouvaient peu à peu leur place légitime. Au nord d'Erac, plus personne ne le contestait. Désormais, tous les regards étaient tournés vers le sud. D'un geste, Léandre appela à lui Tibérias. Ce dernier rejoignit rapidement son père et se pencha pour se mettre à sa hauteur.

« Toujours aucune nouvelle ?
- Non, l'Ivrey reste à Diantra..., il marqua une légère pause avant de reprendre un peu moins fort. Le couronnement du petit Prince est prévue pour le début de la décade prochaine. Votre absence risque de définitivement envenimer nos relations avec le domaine royale. » Et le duc d'éclater de rire, provoquant un léger flottement dans la salle. On cessait de s'insulter sur la bonne marche à suivre et on levait un regard étonné vers le trône ducal.
« Aux yeux de Diantra, je vole son héritage au petit Eliam, déclara-t-il en haussant la voix, pour que tous en profite. Bientôt, la Péninsule rendra hommage à son nouveau Roi. Pas moi, ni vous. Erac ne rendra pas hommage à un Roi qui veut s'accaparer des terres qui ne lui reviennent pas. »

Déjà, les eraciens commençaient à réagir. Si la majorité préférait garder pour eux leur opinion, il y en avait certains pour conseiller la prudence au vieil homme. « Inutile de nous fourvoyer en inutiles protestations, monseigneur », tenta l'un d'eux. Plusieurs hochèrent silencieusement la tête, il y en eut pour les huer, moquant leur couardise. Léandre, lui, se contenta de les regarder. « Il ne s'agit pas de vaines provocations, Erald. Erac a toujours soutenu le pouvoir royal. Libre au dit pouvoir de retrouver notre soutien. Qu'il renonce à ses revendications infondées ! » Se redressant, il toisa son auditoire, avant de continuer, prenant un ton plus solennel.

« Nous enverrons un héraut à Eliam, pour le féliciter pour son couronnement et lui assurer la fidélité de ses plus loyaux sujets. Nous lui demanderons aussi officiellement de renoncer à ses prétentions sur nos terres. Rassemblez votre ban, mes amis. Dans trois jours, nous marcherons vers le sud, pour libérer le bon peuple eracien des quelques félons qui les gouvernent encore. Si Eliam intervient et s'oppose à notre volonté, nous saurons à quoi nous en tenir. »
Revenir en haut Aller en bas
Léandre d'Erac
Humain
avatar

Nombre de messages : 9
Âge : 27
Date d'inscription : 24/01/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  57 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Réveil eracien   Mer 29 Fév 2012 - 21:34

Malgré l'enthousiasme général, la marche vers le sud rebelle n'avait pas été aussi rapide que prévue. Fort heureusement, Léandre ne s'était pas formalisé. Il n'avait jamais cru qu'en trois jours, les armées éparses de ses nouveaux vassaux seraient prêtes à marcher de concert vers le frère d'hier, devenu ennemi commun. Bien que se montrant pressant en public, il avait observé avec plaisir les épées s'aligner dans les faubourgs d'Erac. C'était désormais six cents hommes d'armes, et quelques centaines de roturiers, qui égayaient désormais la vie de la cité ducale. Ils n'avaient pas eu le temps d'être inactifs : malgré l'hiver, il y avait beaucoup à faire.

Au moins, le nouveau duc pouvait profiter de l'accalmie offerte par les éléments pour asseoir son pouvoir sur les territoires qui lui étaient déjà fidèles. L'avantage d'être en état de guerre était que la plupart des ses vassaux principaux séjournaient à Erac et même si le Lyron lui manquait, les larges assemblées qui se succédaient dans la grand-salle du trône nouaient des liens solides dans la noblesse eracienne. En marge des discussions militaires, on discutait en privé de mariage, de projets communs et d'avenir. La reconquête du Sud et la réunification du duché étaient devenues les moteurs qui manquaient au Médian pour rayonner vraiment. Depuis trop longtemps, la chape de plomb qu'était le joug royal avait bridé des Seigneurs qui ne demandaient qu'à s'exprimer. C'était d'ailleurs le second point qui taraudait le sommeil du grand vassal qu'était Léandre. S'il se faisait fort de récupérer les terres qui lui revenaient de droit, il savait qu'obtenir l'hommage de ses grands vassaux ne seraient pas choses aisées. Comme souvent, quand il était question de féodalité et des hommes, la simple loi salique n'était pas toujours de vigueur. Le lyrion ne devait pas oublier que la baronne de Hautval était aussi l'épouse du tout neuf régent de Diantra, et que le baron d'Ancenis partageait son sang avec l'Ivrey. Comme souvent dans l'histoire eracienne, c'était bien les Ancenis qui posaient problème.

C'était pour préparer le moment délicat où Erac ne ferait plus mystère de ses prétentions à obtenir les hommages de ses terres vassales que Léandre fit rédiger deux lettres, qu'il prit le temps de mûrir une nuit chacune. L'art épistolaire n'avait jamais eu son affection, le vieil homme avait toujours préféré le direct d'une conversation en face à face. Malheureusement, il n'avait pas le choix.

    De Léandre d'Erac, protecteur du Médian et véritable Duc d'Erac,
    À Aemon d'Ancenis, Baron de ses terres d'Ancenis selon la volonté de Néera.

    Le Médian frémit encore des secousses provoquées par la mort de Trystan Ier, qui fut Roi des Hommes de par son sang, et mais qui se proclama Duc d'Erac à la mort de notre frère, Charles d'Erac. Du sang d'Erac, ses veines étaient dépourvues. Aujourd'hui, Eliam Ier et son régent entendent continuer l'imposture d'un règne illégitime. Or si nous ne discutons pas la souveraineté de notre nouveau Roi sur la couronne de Diantra, nous ne pouvons plus tolérer de le voir s'asseoir sur un trône qui ne lui revient pas. De tout temps, un eracien a gouverné en Erac.

    Erac luttera, jusqu'à son dernier soupir, pour que soit reconnu son droit à choisir sa propre destinée.

    Nous désirons, par la présente missive, rassurer notre frère et allié Ancenois : les armées eraciennes ne franchiront aucune frontière, et nous rendrons personnellement hommage au Roi légitime des Hommes dès l'instant où il reconnaîtra notre cause comme étant juste. Néera a trop souffert des querelles des Hommes et notre volonté n'est pas de contester l'ordre établi. Erac a toujours été un fidèle allié de Diantra et le restera, tant que la Couronne le respectera.

    La Mère veille sur vous et votre lignée.


Pour la maîtresse d'Hautval, la question était d'autant plus délicate qu'il lui déclarait plus ou moins la guerre, de part son mariage avec l'Ivrey.

    De Léandre d'Erac, protecteur du Médian et véritable Duc d'Erac,
    À Blanche d'Ancenis, Baronne de ses terres du Hautval selon la volonté de Néera.

    C'est en des heures bien sombres que nous vous faisons aujourd'hui parvenir cette missive. Vous ne devez pas être sans ignorer les troubles qui secouent le Médian. La mort de Trystan Ier, feu Roi des Hommes, a mis fin à l'imposture de sa main-mise sur l'eracin. Car si notre duché, depuis l'avènement de la monarchie Diantriaise, a toujours reconnu et soutenu la Couronne, il est aussi demeuré libre et fier. Mentant sur son héritage, Trystan ravit cependant le duché à ses dépositaires légitimes quand Tyra vint rappeler à Elle notre bon frère, Charles d'Erac.

    Si nous reconnaissons comme légitime et souverain Eliam Ier, si nous voyons en lui le vrai Roi des Hommes, nous ne pouvons le laisser perpétuer l'œuvre de son père. Erac, en cet hiver crucial, a décidé de reprendre en main sa destinée. Nous savons les liens qui vous unissent à Diantra ; nous ne les condamnons pas et espérons que vous en ferez de même avec nos intentions. Le trône de l'Eracin ne désire que retrouver sa légitimité.

    Nous désirons néanmoins vous rassurer : quoiqu'en décide Mogar, nos armées ne franchiront aucune frontière. Erac ne désire que retrouver juste place.

    Puisse la Mère veiller sur vous et votre lignée.
Revenir en haut Aller en bas
 
Réveil eracien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Réveil eracien
» Un réveil difficile - Terminé
» Le réveil du chat
» Honor's Veil : les phoenix !
» Le réveil [Boule Epineuse]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Duché d'Erac-
Sauter vers: