AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La curiosité sans doute... [Mon cher Aemon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Grégoire de la Roseraie
Humain
avatar

Nombre de messages : 46
Âge : 26
Date d'inscription : 03/10/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  28 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: La curiosité sans doute... [Mon cher Aemon]   Dim 26 Fév 2012 - 19:40

    Certes, le but premier au déplacement de Grégoire était de retrouver sa femme au domaine de Gwidyr, de revoir ses enfants ou plutôt « son enfant et l’autre bâtard » et de les emmener en visite chez leur tante à Missède. Mais une fois sur place, le jeune châtelain apprit qu’un homme avait reprit ses droits sur Ancenis. Titiller par la curiosité, il ne fallut pas longtemps au jeune homme pour se poser une multitude de questions. Il passa donc d’abord du temps avec ses fils et sa femme pour ensuite reprendre la route vers Missède. Là où il retrouva sa sœur, Kathleen et son beau frère, Viktor. Ils passèrent ensemble de bons moments, notamment avec les enfants. Très vite Grégoire essaya d’avoir un maximum de renseignements sur le « nouveau venu ». Il se demandait surtout quelles étaient ses potions par rapport aux bouleversements actuels. Il n’en fallait donc pas plus pour décider de rendre une petite visite en Ancenis. Après être retourné déposer ses enfants à Gwydir, Grégoire passa néanmoins la nuit avec sa femme. Se délectant ainsi de sa présence dans son lit.

    La nuit fut courte mais appréciée par le principal intéressé. Le lendemain après le réveil des enfants. Grégoire reprit la route avec les mêmes gardes. Sauf qu’il ne retourna pas en Roseraie mais ils prirent la direction d’Ancenis. C’était donc décidé, le voyage vers Ancenis fut donc entrepris. A leur rythme, d’un pas décidé mais non pressé, la petite calèche avança. Pendant un temps Grégoire regarda le paysage défiler mais la monte lui manquait. Si bien qu’il décida de demander l’arrêt pour échanger sa place avec le garde qui suivait derrière. C’est donc sur un étalon noir que Grégoire continua son chemin. Profitant de cette soudaine liberté pour se permettre un galop. Il fallait avouer qu’à cause de ses nombreux voyages il ne reçut pas vraiment la meilleure éducation possible. Lui qui avait grandit avec les femmes faciles, l’aventure des lendemains de cuites et j’en passe… Alors se retrouver tout d’un coup châtelain si brusquement le perturba dans ses habitudes et ses attitudes. Bon certes ce n’était pas un poste au « hautes responsabilités » mais cela changeait du voyageur fêtard. Bref après un bon petit galop, Grégoire reprit néanmoins sa place.

    Voilà qu’ils avaient traversé la frontière. Grégoire se remémora ses nombreux passages avec son fidèle ami. Ils avaient appréciés cette baronnie pour diverses raisons. Continuant toujours leurs route jusqu’en Ancenis, le châtelain pensa à différentes choses. Ce qu’il devait régler en rentrant, la situation actuelle avec sa femme. Son enfant qu’il ne voyait pas grandir. Tout cela lui trottait dans la tête, si bien qu’au final il ne vit même plus le temps passer. Rêveur, sûrement un peu. Ce n’est qu’en entendent de plus en plus de brouhaha qu’il sorti de ses rêveries. Ils étaient là devant la cité d’Ancenis. Ils entrèrent en charrette mais très vite Gregoire descendit de celui-ci pour continuer un peu à pied. Se dégourdir les jambes, c’était surtout pour cela. Il n’hésita pas à entrer dans les petits commerces. Il faut avouer qu’on ne reconnaissait pas du tout à vue d’œil le statu du jeune homme. Il avait gardé quelques habitudes vestimentaires. C’est ainsi que durant plusieurs heures il passa son temps dans la ville. Une fois la nuit tombée il était désormais trop tard d’aller déranger le Baron. Et puis il avait tellement l’habitude des auberges d’Ancenis qu’on mit pas longtemps à le reconnaître.

    Vint enfin le lendemain. En matinée, Grégoire s’en alla enfin vers la demeure du nouveau Baron d’Ancenis. Une fois devant les portes de celle-ci, Grégoire se présenta.


    « Je suis Grégoire de la Roseraie, châtelain du compte d’Ydril. Je souhaiterais une entrevue avec votre Honneur. »

    Le messager partit alors passer le message. Pendant ce temps Grégoire attendit tranquillement sur l’étalon noir qu’il avait monté durant le voyage accompagné de deux gardes.

Revenir en haut Aller en bas
Aemon IV d'Ancenis
Humain
avatar

Nombre de messages : 70
Âge : 24
Date d'inscription : 02/05/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La curiosité sans doute... [Mon cher Aemon]   Mar 28 Fév 2012 - 1:38


« Monseigneur ! Monseigneur ! Hélait un coursier, se hâtant à travers la grande salle . 

_ Hé bien... ! Respires ! Le somma un Garde d'Émeraude, poing refermé sur son épée, les six autres l’imitant et formant un véritable mur entre le jeunot suintant et le Baron qui l’observait, le ton grave. »
Quelques secondes lui furent indispensables pour récupérer son souffle et, rougeaud, toujours, réussi finalement à lâcher d'un seul trait, entre deux inspirations saccadées et une révérence marquée :

« Grégoire de la Roseraie, Monseigneur, ici... aux portes de Vielmot et deux hommes assurant sa protection... »
Aucune réaction. Le visage impassible et austère et glacial Aemon ne pipa mot. Qui était-ce que ce Grégoire ? Il ne lui manquait définitivement plus que ça. La visite incongrue de quelque énergumène à la recherche de Néera sait quoi. Que n'avait-il ses propres problèmes et préoccupations que les caprices enfantins de curieux et autres voyeurs attendant une occasion de confirmer les racontars de lavandières. Il se désintéressa du jouvenceau ne lui accordant, en signe d'ultime réponse, qu'un revers de main nonchalamment levée alors qu'il tournait les talons. Sachant pertinemment que l'un d'entre ses serviteurs devaient le connaître, à défaut duquel sa venue ne lui aurait même pas été mentionnée, Aemon compris qu'il se devait, en tant que Baron, recevoir l'homme qui, patiemment, attendait qu'on lui ouvre les lourdes portes bardées de fer-forgé. Prenant place sur son trône baronnial, sa garde personnelle se déployant devant lui, quelques marches plus bas, la scène était prête et parfaite. La majestuosité glaçante et le regard perçant d'Aemon venaient terminer de geler et de s'aiguiser. Avant que l'ordre ne soit donné, l'intendant approcha et murmura choses qu'on ne put entendre. Levant main droite les portes furent ouvertes aux visiteurs qui, étant là pour ça, s'y engouffrèrent.

À leur entrée un héraut beugla, afin que toute l'assistance ne manqua pas une miette de qui avançait vers le Baron. « Comment diable ces hérauts connaissent les noms de tous et toutes, grommelait-il en sa barbe, ce qui provoqua un rire de nez chez quelques Gardes Émeraudes. S'avançant dans la direction d'Aemon et avant même que cet intrus ne puisse parler, le Baron éleva sa voix grave, résonnante, incisive et trancha :

« J'ai ouï dire que vous aviez passé la nuit dans une auberge de la cité. Que n'eûtes-vous préféré l'auberge Ancenoise à la cambuse d'Ancenis... Ma demeure serait-elle si inhospitalière à vos yeux, Messire Gregoire de la Roseraie, châtelain du comte d'Ydril ? »
Rien dans sa voix n'était agressif ou encore dédaigneux. Sa manière quelque peu laconique et dépourvue de flagorneries serait-elle, déjà, un trop gros effort pour ce sudiste ? Le froid et le mordant de l'hiver, les humeurs du médians, aussi changeantes que dangereuses s'incarnaient dans l'intonation d'Aemon.
Revenir en haut Aller en bas
Grégoire de la Roseraie
Humain
avatar

Nombre de messages : 46
Âge : 26
Date d'inscription : 03/10/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  28 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La curiosité sans doute... [Mon cher Aemon]   Ven 2 Mar 2012 - 16:09

Spoiler:
 

    Et voilà qu’il attendait patiemment à la porte, avec ses deux misérables gardes. Soit il avait un rang qui ne lui en permettait pas plus. Deux, c’est toujours mieux que personne alors ne nous playons pas ! Bref, le messager revint et lui accorda le droit d’entrée. On lui fit également remarque que ce que serait Aemon IV d’Ancenis, Baron, qui le recevrait… Mais… pourquoi ce nom lui disait-il quelque chose ? Voyons voir… Aemon.. ? Aemon ??? Mais oui ! Aemon ! Ca y est, cela lui était revenu. Il fut un temps ou Grégoire, en bon charmeur de ses dames fréquentait plusieurs auberges et surtout voyageait énormément en compagnie de son ami d’enfance. Heureusement que son père ne sut jamais ses réelles occupations… Lui qui pensait qu’il allait s’entraîner auprès des meilleurs chevaliers, ce fut loin d’être le cas. Soit, il faut savoir qu’Ancenis était l’une des destinations favorites de Grégoire. Allez savoir pourquoi… Et bien en faite c’était pour une femme qu’il affectionnait énormément. Cette fameuse femme travaillait de temps à autre à la demeure du Baron, en soutient à sa pauvre tante qui y travaillait. C’est donc en bonne gueuse qu’elle racontait tous ce qu’elle y entendait et y voyait. C’est donc ainsi que Grégoire fit la connaisse « de loin » d’Aemon, l’homme maudit sans génération… Grégoire compissait légèrement, lui qui ne souhaitait pas avoir d’enfant avant au moins ses 25 ans… enfin… Vu le nombre de partie de jambes en l’air qu'il avait déjà fait, il devait déjà avoir quelques bambins par-ci par-là. Mais passons. A cette époque il venait tout juste d’avoir 18 ans et sa « gueuse » lui raconta l’histoire. Il venait d’annuler le mariage depuis quelques temps. Pauvre homme se disait-il avant de retourner sa gueuse une nouvelle fois.

    Voilà qu’il entra dans la demeure, qui ma foi était superbement décorée. On le mêna à une salle où l’attendait le dit baron avec… houla laissez moi compter… 1,2,3,4,5… 6 ! Et non 7 gardes ! Waouw ! Si seulement Gregoire pouvait avoir le même nombre, il en serait ravi. Mais soit, passons. Le voilà devant la fameuse personne qu’il souhaitait rencontrer. Certes sa venue était un peu impolie vu qu’elle n’a pas été prévenu à l’avance mais Grégoire était loin d’être un parfait politicien.


    « J'ai ouï dire que vous aviez passé la nuit dans une auberge de la cité. Que n'eûtes-vous préféré l'auberge Ancenoise à la cambuse d'Ancenis... Ma demeure serait-elle si inhospitalière à vos yeux, Messire Gregoire de la Roseraie, châtelain du comte d'Ydril ? »

    Les nouvelles vont vite non d’une pipe à oiseau ! Bon qu’allait-il bien pouvoir répondre celui-là ?

    Loin de là votre Honneur, je suis arrivé en Ancenis hier dans la soirée et je dois avouer que les différents commerçants ont su m’attraper dans leurs filets.

    Plus d’impôts mon cher ne râlez donc point !

    Veillez m’excusez, je ne me suis point présentez. Je suis Grégoire de la Roseraie, vassal du Comte d’Ydril.
    J’aurais dû vous prévenir de ma venu, j’en suis conscient, je comprendrais donc si vous refuseriez de m’accorder plus de temps que cela.


    Gregoire fit un signe de respect, enfin une révérence ou je ne sais quoi, vous savez sans doute de quoi je parle, pour ensuite rester figé comme un piquet attendant la réponse de son Honneur.

Revenir en haut Aller en bas
Aemon IV d'Ancenis
Humain
avatar

Nombre de messages : 70
Âge : 24
Date d'inscription : 02/05/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La curiosité sans doute... [Mon cher Aemon]   Mer 7 Mar 2012 - 1:49


Il paraissait un peu plus jeune qu'Aemon, mais il n'en tiendrait pas rigueur. Venir en Ancenis, faire le trajet, d'hiver, méritait, faut-il le dire, un certain courage, sans doute quelque détermination ou bien stupidité, qui sait ? Quoiqu'il en soit, il entra, s'avança en direction du siège du Baron, accompagné de deux de ses hommes, gardes du corps, vraisemblablement. A leur vue, les sept dégainèrent leur lame de façon à ce qu'elles soient prêtes à être tirée totalement si besoin est. A portée il se présenta, un simple châtelain comme il s'y attendait. Eh bien... voilà qu'Ancenis recevait les petits seigneurs maintenant, seigneurs d'autres duchés, d'autres allégeances sinon celle faite à la couronne. Il s’apprêtait à lui répondre, lui qui avait écouté sans broncher, sans détourner de lui son regard d'un bleu vif et pâle et pesant duquel transperçait sa rigueur, son austérité, alors qu'un serviteur apporta un missive à l'intendant. Observant la scène, Aemon fut interloqué de par la réaction de ce dernier. Se rapprochant, prudemment, ce dernier avait le visage livide, déconfit il se pencha et susurra à l'oreille d'Aemon :

« Monseigneur, une nouvelle des plus importantes venant d'Erac, Léandre, Monseigneur... Lisez de vous-même.

_ Nous verrons cela en temps appropriés, patientez.

_ Je me permets d'insister, Monseigneur.

_ Nous verrons plus tard, Intendant, lâcha-t-il d'un ton sec, incisif. »
L'intendant n'osa réitérer sa requête et Aemon se tourna vers Grégoire, suite à sa révérence il lui accorda un hochement de tête et ajouta :

« Le temps est bien subjectif et je vous en offrirai. Votre bienveillance à mon égard mériterai au moins ça. Permettez moi de vous offrir asile à Vielmot le temps que durera votre séjour. Les Seigneurs du sud trouveront un hôte ici, dans le médian. J'espère que vous transmettrez mes bons vœux à votre Comte. Sur ces mots, pardonnez-moi, mais j'ai des affaires qui méritent mon attention, semblent-elles urgentes. »
A ces mots, le Baron se leva et s'en alla de la salle, accompagné, à l'accoutumé, de sa garde émeraude et de l'intendant, ainsi que quelques serviteurs.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La curiosité sans doute... [Mon cher Aemon]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La curiosité sans doute... [Mon cher Aemon]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Soirée costumé, et sans doute mouvementée~ [LIBRE]
» Quand l'eau ruisselle et que les lucioles dansent
» « Le fruit de ma passion est mon imagination. » Edward *
» Un bourguignon dans les parages.
» La vie est changeante, sans doute même plus que moi | Adam

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Duché du Médian :: Baronnie d'Ancenis-
Sauter vers: