AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Cité]La rencontre d'une Noble Dame

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Delyndil Nöldorion
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 197
Âge : 30
Date d'inscription : 04/04/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 756 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: [Cité]La rencontre d'une Noble Dame   Jeu 1 Mar 2012 - 22:44

Suite du Grand Voyage



- La plupart des hommes se battent pour un idéal, et bien souvent, cet idéal prend la forme d'un chef. J'ai eu l'occasion de le voir, ayant moi-même prit part à de grandes batailles. Mais je suis touché d'entendre un elfe honorer notre peuple, qui fait souvent l'objet des critiques les plus variées. Notre peuple est sans doute le plus hétérogène de Miradelphia, car il rassemble une infinité de défauts et de qualités. Chacun de nous est différent, on trouve chez nous le meilleur comme le pire. C'est peut-être cela qui nous a permit de perdurer.

En effet la race des hommes avaient bon nombre de défauts et parfois même très peu de qualité, mais c'est bien car elles étaient parfois si rare que lorsqu'elle écloraient, elle se trouvait plus radieuse encore. Mais pour un elfe l'admettre était difficile, seul ceux qui avait sut se lier d'amitié avec un homme pouvait s'en rendre compte, c'était le cas pour notre Capitaine. Bine qu'âgé de 248 ans notre elfe était sortit d'Anaeh et ce pendant longtemps, il avait parcouru Miradelphia depuiss le plus bas des entrailles jusqu’à son plus haut sommet pour accomplir une quête en compagnie d'un humain, mais son attache natale restait Anaeh et celle de ses frères et soeurs et particulièrement de la terre qui l'avait vu naitre..."L'Epine d'Orée". pour beaucoup d'elfe ce Protectorat était l'un des plus beau a voir, situé sur des plate-formes ou les chutes d'eau coulait a flot, on ne pouvait accéder a certaine zone que par des ponts construits entre, c'était toujours un spectacle splendide même pour un elfe. Mais le plus beau pour Delyndil restait Eldarinwa qui marquait sa splendeur par l'Arbre millénaire qui ornait son centre autour duquel gravitait la cité et ses habitations, un arbre gigantesque plus grand que les autres, ses racines s’enfonçaient très loin dans le sol, on raconte même qui iraient jusqu’à la capitale Alëandir, mais biensûr cela n'était qu'un mythe que les elfes habitant d'Eldarinwa aimait a croire.

- Quoiqu'il en soit, Delyndil, votre hospitalité honore votre peuple. Peu d'hommes auraient accueilli un étranger avec une amabilité comme la votre. J'espère que nos chemins se recroiseront dans un avenir qui, pour vous, ne devra pas être lointain.

"C'est toujours un plaisir de rencontrer un nùnatani ( Homme de l'Ouest, référence a Diantra ) au cœur bon..cela me permet de continuer à croire qu'il  y a du bon en l'homme qui ne demande qu'a être trouvé...si les miens pouvaient adopté mon espoir..."

"Veuillez donc m'excuser d'avance pour leur méfiances...mais pour la plupart ils ne sont jamais sortit d'Anaeh et ne pense parfois qu'a leur sécurité, peu d'entre-eux ont mit le pied en dehors...mais il ne faut pas leur en vouloir...ils ne veulent que préservés leur monde"


La route menant a l'Epine d'Orée était difficile d'accès depuis qu'Anaeh reprenait ses droits, mais Delyndil connaissait le chemin. Se perdre ici lui était impossible. Aussi chaque cavaliers essayait du mieux qu'il pouvait de passer au delà des racines qui émanait du sol formant des labyrinthes. Ses quelques cavaliers, une vingtaines tout au plus étaient resté silencieux durant le voyage, non pas qu'il le voulait mais, la nature avait repris ses droits et la forêt ne leur était plus aussi hospitalière qu'avant, il était neutre dans le choix politiques des différents protecteurs, mais ils suivraient le Dyarque et seulement lui dans ses décisions, ils étaient l'armée royale, les défenseurs et protecteurs de tous les elfes y compris ceux des bois comme de tout Anaeh, a ce titre il avait la chance d'être laissé tranquilles pas les elfes des bois tant qu'il ne perturbait pas l'équilibre d'Anaeh et ne l'offensaient pas d'une quelconque manières, mais ils étaient sans nul doute observés avec une grande attention.

Les quelques cavaliers qui menaient la troupes connaissent eux-aussi l'itinéraire pour rejoindre le domaine de la Dame protectrice Joy Livian qui succéda a Rima-Marcil. Leur voyage toucha enfin a sa fin après quelques heures au pas de chevaux. La lumière s'éclaircit dévoilant la cité sous ses plus beaux atouts au yeux des cavaliers comme d'Edryc...Enfin de retour au pays, un sentiment de chaleur envahit alors notre capitaine, la revoir était si...rare. L'atmosphère était chaleureuse malgré que l'hiver ait repris le long manteau blanc. Chaque pas de chevaux s’enfonçaient dans la surface poudreuse du sol qu'offrait la neige. Un regard levé vers le ciel et on y apercevait les plate-formes de terres si caractéristiques de l'Epine d'Orée. A peine arrivé que déjà les regards c'étaient posé sur notre groupe de cavaliers dont les plus méfiant des regards étaient tourné sans équivoque vers le seul humain accompagnant le groupe de la cavalerie d'Alëandir. Il était rare de voir des humains arrivé jusqu'ici, les seuls l'ayant fait étaient ceux que les elfes avait autorisé a passer ou a vivre parmi eux, mais ils étaient si rare...tellement rare. Ils passèrent tout d'abord le premier pont où les gardes les laissèrent passer en observant la bannière unique des Elfes, ils était peu nombreux mais le peu qu'ils étaient imposait déjà une forme de respect et une grande part de curiosité non masqué. Arrivé a la première plate-forme du domaine, ils ne pouvaient continuer a cheval jusqu'au centre névralgique de la cité...c'était interdit. Ainsi tous les cavaliers stoppèrent la marche pour s'arrêter.


" Venez Edryc je vais vous menez a la Dame Protectrice..."

Le reste des cavaliers restèrent ainsi près de leur chevaux et laissant leur capitaine s'en aller au côté de l'homme de l'ouest, durant leur marche, les regards ne cessaient de se poser sur ce duo bien étrange, un elfe et un homme , une alliance bien souvent critiqué mais qui au finale était aussi beau et fragile qu'une rose. On disait des elfes qu'il étaient immortel dans le sens ou il ne pouvait être touché par le temps ou la maladie, mais le fer pouvait enlevé la vie a un elfe comme pouvait le faire un émotion trop vive comme la tristesse ou la peine. La mortalité des hommes étaient au yeux des elfes un défaut, une faiblesse, mais cela n'était pas l'avis du capitaine; au contraire leur vie limité leur permettait de vivre chaque instant comme étant le dernier et tout était beaucoup plus beau comme ça. Il l'avait vu avec tant de vivacité son amis aujourd'hui décédé vivait pleinement sa vie de mortel. Ils arrivèrent finalement devant les portes du palais, ou notre capitaine se présenta pour demander une audience avec la Protectrice. Lorsque celle-ci fut accepté ils purent entrer. Posant pied sur le sol de la salle, celle ornait d'une atmosphère des plus étrange comme si toute vie semblait avoir irrévocablement disparue, la peine se mélangeait a la mélancolie et notre elfe put le ressentir comme une agression. La dame protectrice n'était pas heureuse cela se sentait, mais sur son état de fait notre capitaine de cavalerie ne se mêlerait point, non pas qu'il ne voulait rien savoir, bien au contraire, mais que pouvait-il bien faire? Il était soldat c'est tout, il avait passé plus de la moitié de son existence dans l'armée et sur les champs de batailles, il ne connaissait pas vraiment grand chose en l'amour, le bonheur même de gouté a cette vie lui était interdit, son devoir était de protégé et servir ceux qui avait la chance de pouvoir en profité car tel était son choix. Un choix noble et courageux car pour se refusé tout bonheur futur au détriment d'une cause et d'un peuple, il fallait avoir beaucoup de force et surtout d'espoir.  

C'est sous une armure au feuille d'orée des officiers de la cavalerie que notre elfe sylvain se présenta, une cape rouge comme le sang lui couvrait une partie de l'épaule droite et du bras laissant paraitre le reste d'une armure compacte et légère dont les écritures eldariènes harmonisaient avec une certaine perfection son minois fin et anguleux taillé en lame de couteau. Ses yeux d'un bleu Prusse témoignait d'une grande force d'esprit et de conviction, sa chevelure noire comme la nuit coiffé en arrière comme la plupart des elfes laissait néanmoins une particularité, en effet quelques mèches rebelles lui tombait a l'avant du visage offrant une image différente mais agréable a la vue.  Lorsqu'il aperçu la Dame, d'un naturel il plia le genoux afin de montrer ses respects. Joy Livian n'était pas qu'une Protectrice comme les autres régnant sur un Protectorat, elle était celle qui dirigeait sa terre natale, elle était sa régente après le Dyarque.
Aussi il s'adressa a elle en se présentant.


"Lutha heri Livian, Quimellë cauma ho Erag Mal"
Enchanté Dame Livian, Dame Protectrice de l'Epine d'Orée

"Ni minë hortanir Delyndil Fervellon, Hesto ho roquem Alëandir"
Je me présente Delyndil Fervellon, Capintaine de la Cavalerie d'Alëandir
Revenir en haut Aller en bas
Edryc Asteranyth
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 31
Âge : 27
Date d'inscription : 05/01/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 32 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Cité]La rencontre d'une Noble Dame   Dim 4 Mar 2012 - 15:35

Lorsqu'Edryc posa pied à terre, laissant son cheval aux soins des elfes pour continuer à pied en compagnie de Delyndil, il fut émerveillé par ce qu'il pouvait voir autour de lui. Combien d'hommes avaient eu la chance d'assister à pareil spectacle ? On disait la civilisation elfique décadente, bien en-deça de ce qu'elle avait été autrefois, et un oeil averti aurait sans doute jugé que le domaine de l'Epine Dorée n'avait rien d'extraordinaire comparé à ce qu'avaient été les constructions du peuple éternel des temps anciens. Pour Edryc, l'endroit était magique, car totalement différent de tout ce qu'il avait eu l'occasion de voir au cours de sa vie. La cité paraissait tellement en harmonie avec la nature qu'on n'avait pas l'impression de quitter la forêt en y entrant. Les architectes de ce peuple avaient su construire le plus beau des domaines sans se sentir obligés, comme le faisaient les hommes, de tout raser aux alentours.
Tout occupé qu'il était à contempler ce qu'il avait le privilège de visiter, Edryc remarqua à peine les regards méfiants qui lui étaient adressés. Toutefois, il n'était pas totalement à son aise. L'idée de déranger la Dame protectrice pour un motif qui lui paraissait bien faible lui donnait l'impression de se comporter en goujat, car la Dame penserait probablement que les hommes comme lui se croyaient tous permis. Ce malaise s'amplifiait maintenant qu'il était ici, car il se sentait diminué, simple mortel devant la grandeur et le magnifique héritage du peuple d'Anaëh.

C'est pourtant en silence qu'il accompagna Delyndil, sans faire part de ses inquiétudes. Peut-être parce qu'au fond, pour une raison purement égoïste, il ne voulait pas rater l'occasion de rencontrer la Dame. Il rentrerait chez lui grandi d'une expérience dont il garderait le souvenir toute sa vie, la rencontre avec l'une des femmes les plus nobles, les plus respectables de Miradelphia. Et il voulait savoir si celle-ci avait hérité de la beauté légendaire des elfes, si souvent exagérée mais pas complètement infondée. Cela aussi, il se garda d'en faire part au capitaine, car il était de ces choses qu'il fallait garder pour soi.

L'intérieur du Palais était encore une fois tellement différent de ce qu'Edryc avait vu qu'il n'aurait même pas été capable de l'imaginer dans ses rêves les plus étranges. Ils se dirigèrent vers la salle où ils devaient rencontrer la Dame, et puisqu'il était maintenant trop tard pour faire marche arrière, Edryc sentit tout malaise le quitter et il se contenta d'être naturel. Il laissa Delyndil le précéder, mais ne resta pas loin derrière. Lorsqu'ils entrèrent enfin, l'aventurier resta bouche bée à la vue de la Dame.

Joy Livian était une grande femme, tant au sens propre qu'au sens figuré. Vêtue d'une tenue sublime qu'aucune femme humaine n'aurait assez de goût pour la porter, elle était mince, peut-être un peu trop, mais les traits fins et doux de son visage et sa chevelure aux reflets de glace obnubilaient l'esprit de l'aventurier. La plupart des hommes l'auraient trouvée dénuée d'intérêt, car ils étaient sans doute plus attirés par les formes les plus visibles et les plus prononcées, vulgaires parfois. Mais pas Edryc, pour qui les humaines se ressemblaient toutes, et qui découvrait en cet instant la grâce à l'état pur. Elle était sublime, et même la froideur dégagée par ses beaux yeux bleus ne faisait que rajouter quelque chose de stupéfiant, d'obsédant à ce tableau.
Jamais il n'oublierait pareil visage.

Craignant que cet instant d'abandon ne soit remarqué par les spectateurs de la scène, Edryc se reprit rapidement et, une fois que Delyndil eut parlé, il s'efforça de prononcer en elfique la phrase que Delyndil lui avait apprise plus tôt dans la journée. Il aurait très bien pu les oublier et les prononcer de travers, mais il eut de la chance que Delyndil se présente avant lui, il put ainsi s'en rappeler. Il s'efforça de bien les prononcer, bien que les elfes lui trouveraient sûrement un accent.


- Lutha heri Livian, Quimellë cauma ho Erag Mal. Ni minë hortanir Edryc Asteranyth, Yón Lothoedus.
(Enchanté Dame Livian, Dame Protectrice de l'Epine Dorée. Je me présente, Edryc Asteranyth, fils de Lothoedus.)


Le genou plié tout comme l'avait fait Delyndil, Edryc attendit que Joy Livian prenne la parole. La voix de la Dame était-elle aussi douce que l'étaient les traits de son visage ? Là n'était pourtant pas la raison de sa venue, et il devait rester concentré. Les elfes étaient des êtres prudes, et ils trouveraient certainement grossier qu'un étranger ait l'audace de venir sur leurs terres pour se montrer entreprenant face à une femme qu'il ne mériterait jamais. Car il n'était rien devant elle, et il ne devait pas l'oublier.
Revenir en haut Aller en bas
Joy Lìvìan
Elfe


Féminin
Nombre de messages : 100
Âge : 25
Date d'inscription : 06/02/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 366
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: [Cité]La rencontre d'une Noble Dame   Mar 6 Mar 2012 - 18:38

    Joy soupira, repoussant le chevalet alors que ses mains frottèrent ses paupières de fatigue.

    Voilà plusieurs nuits qu'elle veillait, tentant de replonger dans les affres de la passion première qui avait abrité l'enfant de Kyria depuis ses plus jeunes années de solitude. A la suite de son entrevue avec le Gardien d'Arcam, les pensées de la protectrice n'avaient cessé de dériver vers son passe-temps d'autrefois, celui qu'avant elle n'aurait jamais songé abandonner. Son mari, soutien et moteur de ses intérêts, avait entraîné, en même temps que sa disparition, une suite logique et néanmoins regrettable d'abandons ; aussi les toiles qu'elle avait entamées depuis bientôt dix ans n'avaient jamais trouvé de fin réelle. Les ébauches inachevées se mourraient dans une des multiples salles du domaine, au rythme des espoirs et des envies de la protectrice.

    Avec une ferme volonté de reprendre goût à ce qui auparavant la soulageait et l'apaisait, Joy avait repris le pinceau en main et s'était essayée à redessiner le cours de ses vieilles esquisses. Mais ses tentatives aboutissaient à des couleurs ternes ou des mouvements trop faibles, tremblotants ; des échecs picturaux qui, plus qu'ils ne la froissaient, la poussaient dans une persévérance surprenante. Son acharnement était-il là le signe d'un retour timide à la vie ? Il était trop tôt pour le dire ; et l'arrivée d'un serviteur annonçant la visite de deux inconnus interrompit alors toute remise en question temporaire.

    Abandonnant la tunique légère qu'elle avait quelque peu maculé d'eau et de pigments, la silhouette filiforme fut habillée prestement d'une robe d’apparat crème des plus sobres, tandis qu'on rajustait quelque boucle ou une perle mal ajustée à ses poignets. Descendant les escaliers accompagnée de la nuée elfique qui parachevait de la rendre aussi présentable et éblouissante que possible - chose qui pouvait pourtant se passer de toutes ces babioles et ces dorures d'orfèvres -, la protectrice franchit les portes qu'on lui ouvrit avec respect, allant s'asseoir délicatement au siège qu'on lui désignait déjà tandis qu'à l'opposée, nos deux compères se laissaient absorber par la prestance écrasante des lieux.

    A l'ouverture des portes, la curiosité de la sylvaine ne fut pincée que de moitié, alors qu'elle dévisageait poliment les deux silhouettes qui tour à tour s'avancèrent, plièrent le genou et se présentèrent avec des manières aussi solennelles que celles qu'on lui servait jour et nuit. La visite d'un elfe ne la surprenait pas réellement ; à vrai dire, c'était celle de l'humain qui retenait la majeure partie de son attention.

    Son langage elfique laissait quelque peu à désirer, pourtant la présence de cet homme raviva en elle d'étranges souvenirs nimbés d'une émotion perturbante. Edryc croisa le regard de Joy qui se redressa un tantinet sur son siège, le considérant comme s'il était un nouvel objet acquis à sa collection. Se rappelant alors un visage et des instants que le temps ne pouvait ressusciter que dans le voile de son regard, la Protectrice finit par incliner brièvement le menton après un temps court, esquissant l'ombre d'un sourire frêle.

    « Je vous en prie, soyez les bienvenus sur les terres de l'Epine Dorée. Avez-vous fait bon voyage ? »

    Au mouvement discret mais uniforme de la garde qui les cernait de loin entre les colonnades ciselées, les deux invités comprirent qu'ils pouvaient s'avancer de quelques pas tandis qu'ils formèrent bientôt un cercle plus chaleureux et un tantinet moins formel. Enfin, c'était assez relatif ; la grandeur des lieux et la luminosité éclatante des baies créaient dans l'air une atmosphère qui, quoi qu'il se passa, resterait aussi religieuse que les temples les plus imposants de la région.

    « Votre venue m'intrigue, sachez-le. Je ne suis pas habituée à recevoir d'humains. Cependant, je n'y suis pas hostile ; du moins, pas tant que vos motifs demeurent respectables. Le sont-ils, Messieurs ? »

    Insondable, les iris polaires se posèrent avec une pointe de hauteur sur les deux hommes, desquels elle exigeait implicitement la raison de leur venue.
Revenir en haut Aller en bas
Delyndil Nöldorion
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 197
Âge : 30
Date d'inscription : 04/04/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 756 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Cité]La rencontre d'une Noble Dame   Mer 7 Mar 2012 - 0:26

Lorsque Joy Livian s'adressa a eux, c'est en levant le genoux et relevant son visage que notre capitaine de cavalerie dévoila plus aisément le reste de son minois dont la chevelure coiffé en arrière ne laissait pendre du côté gauche que quelques mèches rebelles qui s'écartait du reste comme pour témoigné de leur révolte face a la ligne ordonné de la longue chevelure d'ébène. Des yeux d'un bleu prusse se posèrent sur ceux de la Protectrice, la détaillant sans l'agressé du regard, il écouta les dires de celle qui dirigeait l'ancien domaine de Rima-Marcil. Ils avait été invité a avancée un peu plus près, marchant ainsi d'un pas lent et dont la posture montrait clairement le contraste entre l'elfe Militaire de carrière et l'homme. La cape dont le rouge faisait penser a du sang contrastait de belle manière le reste de l'armure a la feuille d'or du Capitaine.

« Je vous en prie, soyez les bienvenus sur les terres de l'Epine Dorée. Avez-vous fait bon voyage ? »

Bon Voyage? Oui on pouvait le dire ainsi, mouvementé plutôt et inondé de surprises. Tout d'abord une elfe du nom d'Eliwa, une aventurière dévorant plus qu'Anaeh, curieuse de découvrir le reste du monde avec une avidité d'enfant, un frère d'arme, le capitaine des Aigles, Le Courageux Kelendil ainsi qu'un Maitre-faconneur Drow au comportement bien étrange, et pour finir un Humain au goût de l'aventure également et dont le coeur lui parut bon. Oui ce fut un voyage plein de surprise et enrichissant, mais la cerise sur le gâteau était de rencontrer la digne représentante de l'héritage de la charge de l'Epine d'Orée. Elle était belle comme la plupart des elfes, certes, mais chez elle se dégageait quelque chose de plus profond, un regard suffit a notre capitaine pour savoir que l'Epine d'Orée avait choisit judicieusement.

" Oui surprenante de surprise Dame Protectrice"

Par ce terme il indiquait avec sourire qu'elle fut riche en rencontre et découverte.

« Votre venue m'intrigue, sachez-le. Je ne suis pas habituée à recevoir d'humains. Cependant, je n'y suis pas hostile ; du moins, pas tant que vos motifs demeurent respectables. Le sont-ils, Messieurs ? »


Delyndil l'avait amené ici, il était donc a lui de s'expliquer de cet acte


"C'est moi Dame Protectrice qui est dit a cet humain qu'il pourrait peut-être bénéficié de votre aide pour sa recherche, veuillez donc m'excuser pour mon audace, bien qu'étant natif de l'Epine d'Orée cela fait depuis un siècle et plus que je n'ai plus remis les pieds chez moi, mes devoirs m'appelant ailleurs vous comprenez, je ne pouvais donc l'aider au mieux.."

En effet ses devoirs, la Dame pouvait certainement comprendre à n'en pas douter, que le capitaine de la cavalerie Royale avec des obligations qui le menait hors de chez lui. Cela faisait près de 150 ans qu'il n'avait plus foulé l'Epine d'Orée; Les nombreuses batailles, les escarmouches des drows au sud et enfin Ellyrion. Mais cela était normal pour un elfe soldat de passé la quasi totalité de son existence loin de chez lui. Un devoir qu'ils avaient tous choisit volontairement bien que certains ne pouvait se destiné qu'a la protection et choisissait d'embrassé la vie de couple et de famille. Mais ce choix là n'était pas pour notre capitaine.
La raison de sa venue était simple quant a lui, il venait pour récupérer quelques cavaliers de l'armée Royale qui avait reçu leur permission après Ellyrion, car a présent leur devoir les appelaient, ils devaient retourner tous a Aleandir.
Il tourna son regard vers Edryc, Joy Livian avait accepté de l'écouté à présent a lui de parler, notre capitaine reprendrait la parole lorsqu'elle lui serait adresser.

Profitant un moment que l'attention soit porté plus sur Edryc, notre Fervellon se perdit a observé la pièce d'un œil discret, sans dire mot le regard sérieux et pourtant doux a la fois. Quel lieu splendide, il ne l'avait vu qu'une fois c'était lorsque son commandant Rima-Marcil lui avait donné la mission sous la forme d'une quête qui dura deux ans au côté d'un Humain du nom d'Enéon Nar'phéliar. Cette salle lui fit remémoré des souvenirs qu'il pensait oubliés, un moment de nostalgie, quelques seconde de paix dans sa vie de soldat.
Puis il revint a la réalité, posant son regard sur la Dame Livian.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Cité]La rencontre d'une Noble Dame   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Cité]La rencontre d'une Noble Dame
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cité Soleil, Evens serait le plus riche des pauvres
» Fort-St Michel lieu macabre devenu le Cité Soleil du Cap-Haitien
» L'intervention ratée à cité soleil, à qui la faute ?
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» Arrivée d'un Seigneur ébouriffé et d'une blonde Dame

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Anaëh ~ NORD EST :: Terres de l'Epine Dorée :: Malereg (Cité)-
Sauter vers: