AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Du fumier et du sang [Eléonor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Azrayen
Sang-mêlé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 66
Âge : 26
Date d'inscription : 08/07/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Du fumier et du sang [Eléonor]   Ven 9 Mar 2012 - 6:53

Azrayen était en train de s'essuyer le visage en rentrant au quartier général de la guilde. Maintenant un assassin et un membre à part entière de la guilde des lames dansantes, le demi drow exécutait régulièrement des contrats. Cette fois ci, un homme riche donc le palefrenier était accidentellement tombé malade avait fait une chute accidentellement mortelle de cheval sur des fourches accidentellement rangée là alors que son cheval s'était accidentellement cabré après s'être accidentellement blessé au sabot...

Normalement, les accidents n'étaient pas le fort d'Azrayen qui préférait de loin le tir embusqué et un joli carreau d'arbalète qui viens s'enfoncer dans le crâne de la victime comme dans une pastèque. Mais on lui avait fait comprendre que les accidents à l'arbalète ne rentraient pas dans le credo de la guilde... dommage.

Ils étaient vraiment étranges ces guignols quant même. Pourquoi toujours se compliquer la vie alors que tuer quelqu'un... rien n'est plus simple normalement. Un fiole de poison dans la coupe, une dague dans le cœur, un stylet dans l’œil, une chute mortel... mais non. Il fallait que cela soit des accidents accidentels.

Enfin, peu importait au fond. Lui et Eléonor étaient nourris copieusement, luxueusement logé, ils étaient en sécurité, et bien que la forteresse des âmes avait plus de classe que sa cabane au fond d'une grotte. Mais l'entendre avouer cela n'était même pas du domaine de l'envisageable.

Enfin bref. Toujours est-il qu'Azrayen était en train de s'essuyer le visage. C'était bien beau de faire des accidents accidentels, mais il fallait bien être sur qu'ils allaient arriver. Par conséquent, Azrayen se trouvait présentement couvert de crasse et de fumier... ah, que je ferai-t-on pas pour son travail.

Passant les portes, Azrayen laissa sa monture à un des serviteurs.

« Alors, interrogea un assassin qu'il croisait. »

« Une regrettable chute de cheval. Un grand classique, mais c'est toujours efficace. »

L'assassin sourit alors qu'Azrayen s'enfonçait dans la forteresse.

Ah... un bon bain lui ferait du bien... et retirer cette odeur infecte qui lui collait à la peau. Ensuite, un peu de détente. Un bon livre qu'il irait prendre dans la bibliothèque ou pourquoi pas une petite rencontre avec une des dociles esclaves du niveau deux de la citadelle. Ou Eléonor... oui, il préférait serrer son esclave dans ses bras plutôt qu'une autre.

« Azrayen ! »

Le demi drow se retourna en priant tout les dieux qu'il connaissait qu'on ne lui demande pas de repartir en mission pour un raison quelconque. Par pitié, il avait juste envie de se reposer un petit peu et d'aller se laver.

« Ton esclave est à l'infirmerie. On l'a retrouvé tout à l'heure dans les jardin. »

Il se mit à pâlir avant de partir en trombe vers l'infirmerie. Qu'est-ce qui avait bien put arriver ? Bon sang, on était sensé être dans un endroit sur ici. Qu'est-ce que ça voulait dire ?
Revenir en haut Aller en bas
Eléonor
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 77
Âge : 26
Date d'inscription : 08/07/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Du fumier et du sang [Eléonor]   Ven 9 Mar 2012 - 14:31

    Eléonor fut déposée dans un des jardins. Elle était recouverte de sang et avait plongée dans un léger coma suite aux trop fortes douleurs. Elle ne restera pas là bien longtemps car deux serviteurs la trouvèrent. C’est donc en urgence qu’elle fut envoyée à l’infirmerie où elle y resterait certainement un petit bout de temps. Les infirmiers firent de leurs mieux pour calmer l’hémorragie qu’elle avait au niveau de l’épaule. Une fois qu’elle arrêta de saigner et qu’on lui administra différentes plantes aux effets guérisseurs. Eléonor se trouva donc seule dans une petite pièce, installée sur un lit et recouverte d’une fine couverture.

    Et dire que son maître devait rentrer d’ici peu… Il n’était pas là, pour l’aider, pour la sauver. Elle espérait qu’il lui pardonnerait pour tout ça. Oui vous avez bien lu, elle voulait se faire pardonner pour ce massacre. Elle n’aurait jamais dû aller dans les jardins, habituellement réservés qu’aux assassins. Cela lui apprendra à désobéir. Cela faisait deux jours que l’esclave était à l’infirmerie et elle ne s’était toujours pas réveillée. Différents paris circulaient alors. Et la majorité avait parié sur son décès. Une autre rumeur tournait également. Une remuer sur le potentiel coupable de son état. Mais différentes propositions circulaient et aucune d’elle ne révélait la véritable personne responsable. Salyä pouvait donc se la couler douce, jusqu’à ce qu’Eléonor se réveille et au vu des diagnostiques c’était peu probable.

    Voilà que son maître était revenu de sa mission. Il fut directement avertit de l’état de son esclave. Mais Eléonor ne pouvait pas savoir qu’il était là. Elle était toujours allongée dans ce même lit. Ses blessures guérissaient lentement mais sûrement. Le léger coma était donc certainement dû sur le plan émotionnel. Azrayen arriva en trombe dans la salle, il voulait savoir ce qui c’était passé et plusieurs personnes donnaient plusieurs versions différentes. La seule chose qui fut en commun dans toutes les explications c’est quand, et où. On l’avait retrouvé deux jours auparavant, elle était étendue dans le jardin où elle allait de temps à autre avec son Maître. Une fois à son chevet le maître pouvait apercevoir la jeune femme couchée sur le dos, la tête légèrement relevée par un coussin. Elle avait les yeux fermés ainsi que sa bouche et respirait à peine. On aurait pu croire qu’elle était morte mais qu’elle se trouvait dans un endroit agréable au vu de l’expression sur son visage.

    Effectivement si on se penche un peu plus sur la vision qu’avait Eléonor. On pourrait voir une jolie ferme non loin d’une prairie qui regroupait plusieurs races d’animaux. Elle avait le sourire et s’amusait avec un petit enfant qui devait certainement être le sien. Mais ce beau paysage ne pouvait durer. Durant se rêve, le ciel devint rouge, couleur de sang et on put apercevoir une personne approcher. Au départ on ne distinguait qu’une silhouette mais celle-ci ressemblait de plus en plus à son maître. Eléonor eu le réflexe de prendre l’enfant qui était en pleure dans ses bras. C’est là qu’elle entendit une voix l’appeler.

    Eléonor… Eléonor…

    La silhouette se rapprocha de plus en plus et il s’était mis à pleuvoir des cadavres. Elle entendit toujours cette voix l’appeler. Distraite, cherchant à éviter les morts qui tombaient par milliers et à chercher cette voix, tout d’un coup elle se retrouva devant son maître. Et il l’appelait et l’appelait… Jusqu’à ce qu’il arrête de parler pour finalement poignarder la jeune femme. Elle sentit une douleur si forte. Une douleur causée par son imagination. Une douleur qui au final la réveilla.

Revenir en haut Aller en bas
Azrayen
Sang-mêlé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 66
Âge : 26
Date d'inscription : 08/07/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Du fumier et du sang [Eléonor]   Mar 20 Mar 2012 - 9:08

Azrayen observait Eléonor encore endormie. Le médecin grognon de la forteresse faisait des aller et retour, fumant tranquillement une sorte de petit cigare et bougonnant dans sa barbe à chaque nouveau patient ou à chacune des paroles qu'on prononçait. Sarcastique et antipathique comme on en fait plus, l'homme était admiré autant que détesté. Mais force était d'admettre que c'était un excellent médecin. Même si de nombreux membres de la guilde avaient plus d'une fois eu l'envie de le mettre en pièces détachées plutôt que de se laisser soigner par lui.

Il était régulièrement arrivé qu'on doive en assommer quelques uns pour leur faire prendre le traitement.

« On peu dire qu'elle a été charcutée. »

Azrayen regarda le vieil humain bougons.

« Une idée de qui a fait ça ? »

Il se contenta de hausser les épaules.

« Bah, ça n'a pas vraiment d'importance. C'est juste une esclave. »

Il avait entièrement. C'était juste une esclave. Il y en avait des pleines charrettes qui étaient toutes prêtes à se mettre à la disposition de n'importe quel assassin de la guilde. Et Azrayen faisait partit des convoités. Il fallait dire que malgré sa cicatrice, le demi drow n'était pas laid et son air mélancolique était quelque peu attirant. Toutes semblaient avoir envie d'être celle qui lui redonnerait le sourire. Mais quoi qu'on en dise, quelque soit la logique, Azrayen était très attaché à son esclave. Et il n'avait à ce moment là qu'une envie: transformer ceux qui lui avaient fait ça en dé de jambon.

Poussant un soupir, le médecin défis doucement le pansement qu'elle avait à l'épaule.

« J'en ai vu des tortures. Mais ça, ça a l'air vraiment étrange. Presque artistique. »

Azrayen observa l'épaule d'Eléonor et se crispa légèrement en reconnaissant la marque. Il n'y avait qu'une seule et unique personne qui pouvait avoir fait cela. Le crime aurait put être signé, cela n'aurait pas fait la moindre différence.

« Étrange, fit le demi drow. »

« Mouai... j'ai l'impression que je vais voir s'accumuler les cadavres. »

Pas faux. Ça risquait de barder sérieusement.

Comprenant qu'il ne tirerait rien de l'assassin et que de toute façon, il ne parviendrait pas à l'infléchir dans sa décision de réduire en miette ceux qui avaient fait ça à son esclave, le médecin tourna les talons et partit.

Azrayen resta là un moment avant qu'Eléonor ne finisse par sortir de son coma.

Serrant la main de l'esclave dans la sienne, Azrayen tenta un sourire. Un peu comme tout les sourire qu'il faisait. On voyait une certaine bonne volonté, se qui ne l'empêchait pas de tenir plus de la grimace qu'autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Eléonor
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 77
Âge : 26
Date d'inscription : 08/07/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Du fumier et du sang [Eléonor]   Sam 24 Mar 2012 - 15:42

    Eléonor s’était réveillée, ses yeux se sont ouverts, un peu aveuglée par la lumière qui passait par la fenêtre. Elle mit donc du temps à percevoir correctement tout ce qui se trouvait autour d’elle. Elle entendit tout de même des voix, mais elles n’étaient pas encore identifiables et elle ne percevait pas la conversation. Elle sentit néanmoins qu’une personne lui prit la main, elle espérait que ce n’était pas la même personne qui l’avait mise dans cet état là. Cette sale drow qui n’a put s’empêcher de se servir d’Eléonor pour se venger. Elle la maudissait au plus haut point, elle qui avait au fil du temps trouvé une certaine stabilité dans sa vie avec son maître. Certes ce n’était pas la vie dont elle rêvait mais au moins elle ne se faisait plus battre. Après plusieurs minutes, la jeune esclave retrouva une bonne partie de ses sens. Elle sût donc reconnaître son maître qui était assis là, à côté d’elle. Dans une émotion de soulagement et d’espoir elle l’appela.

    -Maître

    Avec sa main elle serra la sienne avec une certaine douceur. Elle était si contente de la voir à nouveau, elle se sentait enfin en sécurité auprès de lui. Ils étaient seuls dans la pièce où Eléonor avait été soignée. Ses draps étaient propres et sa blessure qui venait certainement d’être regardé la faisait à nouveau un peu souffrir. C’est donc avec des grimaces qu’Eléonor accueilli Azrayen. Cette blessure mettrait certainement un bon bout de temps avant de guérir. Mais peut importe, elle tiendra bon, quoi qu’il en soit.

    -Maître, veillez m’excuser pour cet état.

    Et voilà, toujours à s’excuser, d’un côté si elle était restée bien sagement dans les appartements de l’assassin, rien de tout cela ne se serait passé. Elle s’en voulait, de ne pas accueillir son maître comme il se doit, elle s’en voulait de devoir perdre du temps à se soigner et à se remettre sur pied. Elle s’en voulait d’avoir été trouvée dans ce jardin, et elle s’en voulait de causer des ennuies à son maître. Plusieurs larmes coulèrent, d’une part car elle avait mal, d’autre part car elle s’en voulait vraiment. Elle ne souhaitait qu’une chose, pouvoir prendre son maître dans ses bras, le rassurer et se faire pardonner.

    -maître…

    Le médecin revint avec une bonne, ou une mauvaise nouvelle, tout dépend de comment on l’interprète. Il attendit qu’Eléonor soit en état de bien écouter avant de se lancer dans un discours net et précis.

    -Azrayen, ton esclave est enceinte, je dirais de trois semaines, vu les tortures qu’elle a endurée c’est un miracle qu’elle n’ai pas perdu l’enfant. A présent, il faudra beaucoup de calme et une très bonne alimentation pour que d’une elle se remette au plus vite, et de deux pour que l’enfant puisse se développer normalement.

    Eléonor n’avait pas comprit au départ, mais après quelques secondes cette phrase se répétait souvent dans sa tête. « Ton esclave est enceinte, ton esclave est enceinte… » En état de choque, non seulement par ses douleurs mais aussi par cette nouvelles, Eléonor se mit à pleurer de plus belle, arborant un sourire qu’elle n’avait encore jamais offert à qui que ce soit. Un enfant, elle était si heureuse.

Revenir en haut Aller en bas
Azrayen
Sang-mêlé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 66
Âge : 26
Date d'inscription : 08/07/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Du fumier et du sang [Eléonor]   Ven 30 Mar 2012 - 22:42

L'émotion qui se peignit sur le visage de la jeune femme était celle d'une personne heureuse et soulagée. Elle avait sans doute eu particulièrement peur. Peut-être qu'elle avait abandonné tout espoir de continuer à vivre et s'était laissée glisser dans la mort. Le fait de le voir semblait lui faire vraiment plaisir. Était-elle morte ? Au paradis ? En plus elle avait le droit à une sorte d'ébauche de sourire (comme pour les cadeaux, c'est l'intention qui compte). Il y avait de quoi se poser un certain nombre de questions.

-Maître

Azrayen la sentit serrer sa main. Eléonor n'avait jamais vraiment réussi à l'appeler autrement. Pour elle, il était son maître et puis c'était tout. Quant au demi drow, pour être tout à fait honnête, il n'en avait rien à faire. Par conséquent, elle avait continué à l'appeler maître. Finalement, ils se retrouvèrent tout les deux à se grimacer l'un l'autre. Eléonor parce qu'elle avait mal et Azrayen parce qu'il tentait de sourire et qu'il n'en avait pas vraiment l'habitude.

Un portrait des plus singulier et, il fallait bien le dire, des plus humoristique. Enfin, cela aurait été plus facile si le demoiselle n'était pas allongée sur un lit à l'infirmerie après avoir subit une séance de torture en bon et due forme.

-Maître, veillez m’excuser pour cet état.

Ah, c'est certain que d'un point de vu purement pragmatique, c'est vrai que la pauvre jeune femme n'était pas vraiment en état de passer le balais. C'était vrai aussi qu'elle allait devoir rester un certain temps sans bouger. Mais elle était en vie, c'était déjà un point positif. Quelques larmes coulèrent des yeux de la jeune femme. Des larmes de douleurs, mais aussi de tristesse. Il n'était pas tout à fait sur de comprendre pourquoi elle était en train de pleurer, mais en tout cas, elle pleurait.

-Maître…

Sans leur laisser vraiment de temps, le médecin revint tranquillement, comme s'il ne venait pas du tout d'interrompre une scène d'intimité entre sa patiente et l'un des assassins de la Guilde. Où ce mec était un géni, ou il était complètement fou. Qui est assez stupide pour se pointer comme une fleure et interrompre une machine à tuer ? D'autant que s'il avait fait ça avec Azrayen, il ne devait pas se priver de le faire avec d'autres assassins de la Guilde.

Il attendit un instant avant de commencer son petit spitsch.

-Azrayen, ton esclave est enceinte, je dirais de trois semaines, vu les tortures qu’elle a endurée c’est un miracle qu’elle n’ai pas perdu l’enfant. A présent, il faudra beaucoup de calme et une très bonne alimentation pour que d’une elle se remette au plus vite, et de deux pour que l’enfant puisse se développer normalement.

Allé hop, direct. La subtilité, c'est pour les tapettes.

Eléonor était peut-être ravie d'apprendre ainsi qu'elle avait un enfant, mais c'était quelque peu différent pour le demi drow. Oh, le fait de savoir qu'il allait être père le réjouissait... quoi que. Comment est-ce qu'il fallait faire ? Il n'en avait pas la moindre idée, loin de là. Mais qu'est-ce qu'il allait devoir faire maintenant ?

Résultat des courses, Eléonor et le médecin eurent donc se qui se rapportait à une sorte de spectacle de lumière projeté sur le visage d'Azrayen.

Rouge, vert, blanc, bleu, un petit peu d'orange aussi, Azrayen réussi l'exploit de passer par absolument toutes les couleurs du spectre lumineux en une quarantaine de seconde.

Il ouvrit la bouche et tenta vaguement de baragouiner quelque chose. Quoi? Il n'en avait lui même pas la moindre idée en réalité. Cela expliquant sans doute qu'il se révèle complètement incompréhensible.

À partir de là, les fonctions motrices et sensorielles de l'assassin entrèrent dans un violent conflit. Et là, c'est la merde. Le cerveau du demi drow projeta sur ses rétines un magnifique écran bleu windows.

Et Azrayen tomba dans les pommes.
Revenir en haut Aller en bas
Eléonor
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 77
Âge : 26
Date d'inscription : 08/07/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Du fumier et du sang [Eléonor]   Lun 2 Avr 2012 - 8:55

    Eléonor ne savait plus comment exprimer sa joie. Même si ses douleurs étaient encore fort présente, la jeune femme n’avait qu’une idée en tête, faire en sorte que l’enfant se développe parfaitement bien pour qu’il naisse en bonne santé. Une multitude de questions se formula alors dans l’esprit de la demoiselle. Quel sexe aura l’enfant ? Comment va-t-elle l’appeler ? Sera-t-il ou sera-t-elle en bonne santé ? Bizarrement un instinct maternel prit déjà le dessus. Au diable les douleurs, elle ne voulait qu’une chose, arrivé à termes pour prendre son enfant dans ses bras et l’élever du mieux qu’elle le pouvait. Sur ce, l’esclave ne fit même pas attention a son maître ou même au médecin, ce n’est que lorsqu’elle entendit un bruit sourd qu’elle sortit de sa joie intense. Son maître était là, étalé par terre, il s’était évanoui ! Eléonor n’en croyait pas ses yeux, pourtant son maître était quelqu’un de fort, aussi bien physiquement que psychologiquement. Une telle nouvelle l’aurait-il surprit à ce point ? A-t-il envie de cette enfant ? Eléonor en était devenue plus pâle encore. Le médecin redressa le drow et l’installa sur la couchette qui se trouvait à côté de celle d’Eléonor. C’est à ce moment là que l’esclave prit panique. Le père de son enfant était un assassin ! Et elle vivait dans une tour qui abritait une ribambelle d’autres assassins ! Son enfant avait donc deux avenirs possibles, ou il deviendrait un esclave, comme sa mère, ou une assassine comme son père. L’humaine vit plusieurs images d’horreur. Non ! Elle ne voulait pas de cette vie pour son enfant ! Elle voulait une vie paisible, dans une petite ferme, avec son potager et ses quelques bêtes. Tranquille. Même si Eléonor ne connaissait rien d’autre que la vie d’esclave, elle ignorait totalement ce que la vie réelle pouvait lui offrir en thermes de bons moments mais surtout en thermes de malheur. Gérer une maison, payer ses impôts, nourrir sa famille, tout cela était bien plus compliqué qu’elle ne l’imaginait. Mais soit. L’esclave se promit d’essayer. Elle attendrait donc son accouchement pour s’enfuir. Vivre une vie meilleure autre part que dans cette tour qui ne lui proposait qu’un avenir de mort et de sang. Non, elle voulait autre chose pour son enfant.

    Quelques minutes plus tard, après une bonne paire de claques de la part du médecin, le maître reprit ses esprits. Eléonor avait dorénavant peur, peur qu’il l’abandonne à cause de cette grossesse, il fallait qu’elle soit bien soignée durant sa grossesse pour espérer une bonne fuite par après. Il fallait donc que le maître continu de s’occuper d’elle. L’esclave n’avait qu’une envie, se montrer docile et serviable.

    Plusieurs jours passèrent avant que la jeune femme puisse enfin retourner dans ses appartements. Ou du moins les appartements de son maître. Eléonor pouvait remarcher normalement et était, fallait l’avouer, royalement nourrie. Tant mieux ! Disait-elle. C’est donc ses anciennes habitudes qui reprirent le dessus, même si elle avait un rythme moins élevé qu’auparavant, l’esclave continua ses corvées de ménages. Se baissant un minimum.

    Son maître entra, un sourire se dessina sur les lèvres de la jeune femme. Elle se précipita vers lui pour lui dire bonjour. Elle espérait néanmoins ne pas se faire gronder car elle avait prit l’initiative de bouger un peu de ce lit qu’elle estimait avoir trop fréquenté ces derniers temps.


    Maître, veillez m’excuser. J’ai eu envie de bouger un peu.

    Les mains de la jeune femme prirent ceux du maître, Azrayen était si charmant quand on prenait le temps de le regarder. C’est donc tout naturellement que la jeune femme déposa un baiser sur les lèvres de son maître. Ses petites intensions lui manquaient, ses enlacements lui manquaient. Un peu de tendresse, même venant d’un assassin ne serait pas de refus.
Revenir en haut Aller en bas
Azrayen
Sang-mêlé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 66
Âge : 26
Date d'inscription : 08/07/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Du fumier et du sang [Eléonor]   Sam 14 Avr 2012 - 11:47

Azrayen ne se sentait pas vraiment la fibre paternelle. Il ne savait pas comment s'y prendre et n'avait réellement pas la moindre idée de se qu'il devait faire maintenant. Mais il n'avait pas vraiment le choix. En tout cas, on ne le lui laissait pas. Donc il ferait comme il avait toujours fait. Il s'adapterait à cette situation et ferait se qu'il pourrait pour l'enfant à naître. En effet, c'était son enfant. Si Azrayen n'avait pas la moindre idée de se qu'il devait faire en tant que père. Mais s'assurer que l'enfant ne manquerait de rien lui paraissait être quelque chose de tout à fait naturel.

Plusieurs jours après que la jeune femme ait été agressée, Azrayen rentra dans leurs appartements. Il était occupé à trouver le moyen de se venger et plutôt de mauvaise humeur. En effet, si l'identité de la coupable ne faisait pas le moindre doute, le règlement de la guilde en revanche lui interdisait de s'en prendre directement à elle. Enfin, il aurait tout à fait put la tuer. Cela n'aurait pas posé le moindre problème. C'était se qui serait venu ensuite qui aurait été plus délicat. Il aurait été exécuté et Eléonor se serait retrouvée toute seule.

Entrant dans ses appartements, le demi drow fut accueillit par une petite fusée blonde qui lui fonça dessus et s'arrêta juste devant lui. Azrayen fronça les sourcils. Eléonor n'aurait pas dut sortir de son lit. Elle était enceinte et le médecin lui avait bien ordonné de rester au calme si elle ne voulait pas perdre le bébé. En plus de cela, elle avait été blessée et risquait de rouvrir ses plaies.

Visiblement, la jeune femme avait comprit le message du froncement de sourcil.

« Maître, veillez m’excuser. J’ai eu envie de bouger un peu. »

Prenant ses mains dans les siennes Eléonor se faisait douce et presque sensuelle, venait déposer un baiser sur les lèvres du demi-drow. Azrayen ne répondit pas tout de suite. Est-ce qu'elle tentait de l'amadouer ? C'était fort possible. Est-ce que cela marchait ? Possible.

Doucement, l'assassin passa les bras autour du corps de la jeune humaine et la serra contre lui. Est-ce qu'il l'aimait ? Un peu oui. Il tenait à elle. Mais ce n'était pas l'amour fou. Azrayen voyait d'autres femmes, assassines ou esclaves de la Guilde et il ne s'en cachait pas. Mais de toutes, c'était Eléonor dont le contact physique et la présence était le plus supportable pour lui. Est-ce que ça voulait dire qu'il l'aimait ? Peut-être un petit peu.

« Il ne faut pas que tu sorte de ton lit, ordonna-t-il à la jeune femme. Et pas pour faire le ménage. Il y a des esclaves pour ça. »

Oui, bon, elle était esclave. Mais elle n'allait sans doute pas le faire remarquer à ce moment précit. Azrayen serra l'humaine dans ses bras. Un peu maladroitement, il la prit contre lui.

« Fait attention à toi Eléonor. »
Revenir en haut Aller en bas
Eléonor
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 77
Âge : 26
Date d'inscription : 08/07/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Du fumier et du sang [Eléonor]   Mar 24 Avr 2012 - 9:59

Spoiler:
 

Eléonor était collée à son maître, cette tendresse soudaine lui faisait un bien énorme et la jeune femme se sentait déjà mieux lorsqu’elle se trouvait dans les bras d’Azrayen. Les quelques symptômes gênant disparaissaient et elle ne pensait même plus à ses nombreuses interrogations par rapport à cette grossesse et son futur. Une fois entourée des bras du maître, elle se sentait partir, partir vers un monde plus calme, plus tranquille. L’esclave ne pouvait donc plus retenir ses larmes, elle essaya pourtant de le faire en fermant les yeux mais ce flot de tendresse imprévu et si attendu la soulagea d’un certain poids. C’est alors qu’il prit la parole… pas besoin de faire le ménage il y a des esclaves pour ça !!!! COMMENT ? Alors le maître ne la considérait plus comme une esclave !? La jeune femme se recula brusquement, lui donnant un certain vertige qu’elle s’efforçait de contrôler. Elle ne put s’empêcher de regarder le demi se trouvant toujours en face d’elle. C’est alors qu’il lui demanda de faire attention à elle. Comme si l’esclave ne le savait pas déjà !

Maître…. Je suis une esclave ! C’est donc mon travail de faire mes tâches ! Si vous m’interdisez ça alors...Que vais-je devenir ???.... Je n’ai connu que ça… je ne sais faire que ça ! Rester tout le temps dans un lit sans bouger… cela m’est impossible ! C’est comme si on vous demandait de ne plus exécuter de contrats…. Et de rester toute votre journée prélassée dans votre lit… Je…. Si je dois rester auprès de vous, alors je resterais votre esclave. Alors je vous en prie maître, laissez moi un peu d’activité…

La jeune femme baissa la tête, même si elle n’accepta pas d’être considérée comme autre chose qu’une esclave tant qu’elle sera aux services d’un maître et qu’elle sera dans cette affreuse tour, elle n’avait pas à parler de la sorte à son maître. C’est donc, toujours en baissant la tête, qu’elle se retourna et redirigea vers son lit, où elle prit possession après s’être défait de sa robe salie par les quelques petites tâches qu’elle avait exécutée aujourd’hui. Son pansement recouvrant sa plaie à son épaule était encore bien serré, il ne devra donc pas être changé aujourd’hui. En réalité, elle n’avait pas laissé le temps à son maitre de répondre, la jeune esclave ne cherchait pas le conflit mais il ne fallait pas abuser non plus. Même s’il avait peur pour sa santé, rester couché n’était pas la meilleure solution, loin de là.

Veillez m’excuser maitre, cela ne se reproduira plus.

Dit-elle juste avoir de s’enrouler dans sa couverture.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Du fumier et du sang [Eléonor]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Du fumier et du sang [Eléonor]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Du fumier et du sang [Eléonor]
» Don de sang
» Monture sang-froid et homme lézard
» création de sang
» PAS DE FAUX RHUM , SANG , KAKA , KOK .......

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Principautés de Thaar :: Thaar (Cité)-
Sauter vers: