Partagez | 
 

 Et si l'on en discutait calmement, avant de s'étriper ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Malag'eyl
Drow
avatar

Nombre de messages : 75
Âge : 944
Date d'inscription : 11/12/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  938 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Et si l'on en discutait calmement, avant de s'étriper ?   Dim 18 Mar 2012 - 23:41

Malag'eyl n'avait pas attendus longtemps pour aller s'entretenir avec la Prime Sorcière, d'autant plus qu'il se murmurait qu'elle ne resterait pas longtemps au Puy. A cela il n'accordait que peu d'importance, en ce qui le concernait il aurait tout aussi bien pu attendre l'inévitable retour de la Prime Sorcière au Puy. Mais, dans son intérêt, il préférait éviter de faire patienter trop longtemps la haute-prêtresse de Teiweon, qui s'était montré plus irascible et passionnée qu'il ne l'aurait crus à priori. Preuve que l'on pouvait être l'avatar de la Mort en ce monde et être plus éruptive qu'un volcan en activité.
Voilà pourquoi il se retrouvait à l'entrée de la Chambre Arcanique, le lieu du Puy où était concentré l'ensemble du savoir magique du peuple drow à travers les deux institutions qu'étaient l’Étude Noire et le C'nros. Il était déjà venus ici quelque fois, le C'nros était après tout une entité militaire et même si le Deuxième Ost n'était pas le plus fournis en matière de mages, il se devait de s'y intéresser un minimum, la magie apportait des solutions qu'aucun corps d'armée classique, aussi spécialisé et talentueux soit-il, ne pouvait espérer apporter. Mais en cet instant il était là pour tout autre chose.
Pénétrant dans la cavité, les mêmes soldats que ceux qui avaient constitué son escorte jusqu'au temple de Teiweon dans la journée précédente, marchaient sur ses talons. Seul l'imposant félin, trop paresseux, manquait à l'appel. Il portait de nouveau son armure tronqué, laissant apprécier les tatouages qui illustraient sa position et ses exploits, au demeurant peu nombreux pour une existence aussi longue cela dit en passant. Mais ça ne sautait pas aux yeux lorsque l'on contemplait la peau d'ébène dont pas un seul centimètre carré n'avait été épargné par les artistes qui y avaient signé leur œuvre.
Malag'eyl se dirigea vers le bâtiment qui abritait l’Étude Noire, distinct de celui du C'nros, son vis-à-vis, partenaire et rival à la fois. Il n'y avait ici ni divinité ni caractère sacré, seulement des mages qui utilisaient les dons qu'ils possédaient comme lui se servait de son arc et de sa monture lorsqu'il se trouvait en combat. Bien sur, ce résumé était simpliste et il était parfaitement conscient des infinis possibilités que procurait la magie à ceux qui avait le pouvoir et l'intelligence pour l'utiliser, mais il n'en demeurait pas moins bien plus à l'aise, plus puissant pourrions-nous dire, dans ces lieux qu'il ne l'avait été dans le temple de Teiweon. Qui plus est, si la magie avait toujours constitué un pouvoir non négligeable, elle demeurait bien moins influente sur la vie quotidienne des drows que ne pouvait l'être la religion. Et il était de ce fait facile de comprendre le coup d'état qu'avait organisé a Prime Sorcière et qui avait amené Malag'eyl à se présenter en ces lieux.
Il vint se présenter aux gardes de l’Étude Noire, sans doute des membres de la Garde Noire, le corps de protection -et plus suivant les occasions- voué à la Prime Sorcière en tant que membre du Triumvirat qui avait longtemps gouverné le Puy. Ce n'était désormais plus qu'un antique reliquat et son effectif était bien trop faible pour représenter une quelconque menace en lui-même. Mais il pouvait être le genre à faire la différence, infime, entre l'échec et la victoire.
Il s'adressa aux gardes, se présenta même si cela n'était pas tout à fait nécessaire pour les guerriers sans doute rompus aux us et coutumes les plus connus des Ost et sollicita une audience auprès de la Prime Sorcière.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Y'Shahinn Nehleän
Drow
avatar

Nombre de messages : 394
Âge : 32
Date d'inscription : 31/10/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 125 ans (avant ellipse à la création de la fiche)
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Et si l'on en discutait calmement, avant de s'étriper ?   Lun 19 Mar 2012 - 19:11

L'arrivée d'un Obok Senger aux portes de l'Etude Noire ne passa pas inaperçu en ces temps où chaque pouvoir était méfiant envers l'autre. D'autant les membres de l'école se méfiaient des membres du c'nros comme des rivaux en magie voir un soldat sans attribut magique et de plus général était perçu comme une menace potentielle. Les soldats de la Garde Noire étaient présents en nombre pour protéger le bâtiment, présence renforcée lorsque la Prime Sorcière était présente dans l'établissement comme c'était le cas aujourd'hui. Seulement ils n'avaient pas pour ordre de refuser l'accès à un visiteur souhaitant une audience et la demande de l'Obok fut relayée en haut lieux. Malag'eyl put voir qu'il s'agissait de troupes fortement disciplinées et fidèles à leur but, même si leur nombre n'était pas une menace potentielle chacun d'eux était un soldat d'élite rompu au combat, fruit de l'ancienne allégeance à la Reine Aetherya. De plus chaque mage dans l'Etude pouvait se transformer en combattant occasionnel, ce qui pouvait rendre la tache très ardue pour une troupe en arme.

Il ne fallu pas longtemps pour qu'un membre de l'école vint chercher le général qui fut alors conduit dans les plus hauts niveaux de l'école. Malgré son statu d'ennemi potentiel, les Drows sous les ordres de la Prime Sorcière restaient respectueux des traditions et savaient la juste valeur d'un Obok Senger. Malag'eyk fut introduit dans une antichambre qui donnait sur le bureau de celle à qui il souhaitait rendre visite, ici aussi les soldats de la Garde Noire étaient présents et vigilants, sans pour autant rendre leur présence oppressante. Derrière la porte était celle qu'il attendait.
Finalement les portes s'ouvrirent et il put entrer dans ce qui était le bureau de la Prime Sorcière. L'endroit était assez grand mais semblait des plus petits tant il y avait de choses dans la pièce. De grandes étagères débordaient de livres et de parchemins et les recoins abondaient d'objets divers en rapport avec la magie et son étude. Le bureau lui-même, disposé sous les armoiries de la Magie et de Valas, était des plus fournis, signe que la Sorcière n'avait que peu de temps libre pour elle.

Mais la Prime Sorcière n'attendait pas son hôte derrière son bureau. Pour ce genre de réunion plusieurs fauteuils de grande facture étaient disposés juste à coté, dans un coin bien disposé qui contrastait avec l'impression de surcharge des autres endroits de la pièce. Ici même quatre soldats de la Garde Noire veillaient sur celle qui dirigeait la Magie de tout un peuple.
Y'Shahinn attendait patiemment dans le fauteuil qui était le sien, observant son invité qui était conduit à elle. La Sorcière n'était pas vêtue de la tenue habituelle de nombreux Drows puissants comme pouvaient l'être de hauts nobles ou les hautes-prêtresses des cultes majeurs, faisant preuve de plus de discrétion. Mais les symboles de Prime Sorcière et de Haute-Prêtresse de Valas trônaient bien en évidence sur sa tenue, ce qui faisait d'elle une figure politique du Puy à ne pas négliger. Y'Shahinn n'était pas une débutante dans le domaine des hautes sphères, après tout elle avait été la dame de compagnie de l'ancienne Reine, Ditrown Da're du Crnos et désormais Prime Sorcière, elle avait également participé à de nombreuses batailles comme Alonna ou Ellyrion.
La Sorcière se leva lorsque Malag'eyl entra, le saluant suivant l'usage.


Je vous souhaites la bienvenue à l'Etude Noire, Seigneur Malag'eyl, Obok Senger du Deuxième Ost. Que me vaut le plaisir de votre visite ?

Malgré l'usage la Sorcière se méfiait de l'Obok, une visite d'un officier comme lui était des plus rares au sein de la magie, il y avait forcément une bonne raison derrière. De plus, ses espions lui avaient indiqués que Malag'eyl avait rencontré la Haute-Prêtresse de Teiweon la veille. Etait-il un Obok en quête de soutiens auprès des Puissants du Puy ? ou alors un simple pion qui obéissait déjà un une figure importante ? La rencontre allait être mise sous le sceau de l'étude de chacun.
Revenir en haut Aller en bas
Malag'eyl
Drow
avatar

Nombre de messages : 75
Âge : 944
Date d'inscription : 11/12/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  938 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Et si l'on en discutait calmement, avant de s'étriper ?   Jeu 22 Mar 2012 - 21:47

Tendus, cela convenait à merveilles pour décrire l'ambiance qui régnait sur le passage de Malag'eyl. Les temps au Puy n'étaient pas à la confiance excessive -quand bien même elle aurait pus exister chez les drows- et qui plus est il incarnait le pouvoir militaire, qui ne manquait pas de fréquemment entrer en rivalité avec la magie par l'intermédiaire du C'nros. Il était donc facile de comprendre l'appréhension qui semblait gagner l'édifice au fur à mesure de sa progression. Il fournirait sans doute un sujet de discussion et de complot intéressant, mais pour l'instant ce qui l'importait c'était l'entretien à venir.
Il repensait à ce qu'il savait de la Prime Sorcière. Somme toute assez peu de chose, il n'avait jamais eu beaucoup de rapports avec la magie. Elle était jeune, c'était une certitude, mais il n'aurait su dire dans quel sens ce facteur pouvait faire pencher la balance, son expérience n'était pas pour autant à sous-estimer, elle avait réussit à remplir un cursus particulièrement glorieux en peu de temps. Mais cela pouvait jouer en sa faveur, une ascension rapide entraînait toujours son lot d'ennemis, et la Prime Sorcière ne devait pas en manquer, au sein même de ses rangs, un ambitieux pouvait se révéler un danger mortel dans la société méritocratique du Puy. Le tout était de trouver cet élément instable et de lui apporter ce qu'il fallait pour imploser toute la structure.
Il était en train de réfléchir à milles et une choses tout en progressant dans les couloirs de l’Étude Noire. Cela faisait trop longtemps qu'il n'avait pas autant jouer. Ce n'était pas une partie à deux joueurs cette fois, mais à bien plus. Pendant qu'il bougeait ses pions face à la Prime Sorcière, il ne doutait pas que celle-ci se préparait à l'accueillir, que la Haute-prêtresse de Teiweon déplaçait ses propres pièces et que l'Obok Senger du Cinquième Ost avait aussi entamé ses stratégies. Sans parler du culte d'Uriz et des cultes mineures qui ne devaient pas être moins actifs. Il eut un temps une pensée pour les masses de simples soldats, artisan et petits mages qui participerait malgré eux à cet échiquier qui se dessinait sur le Puy. Quoique, à leur échelle, ils devaient également se déplacer et jouer. Le privilège des puissants était somme toute juste de disposer de plus de pièces.
Au terme d'un parcours sous perpétuelle surveillance, bien que discrète, il parvint au bureau de la Prime Sorcière et fut introduit dans la pièce. Elle regroupait absolument toutes les idées reçus qu'il pouvait avoir des mages : étagères recouvertes de volumes poussiéreux, objets poussiéreux dans tous les coins, bureau plus débordé qu'un nécromancien après une bataille sanglante et plus désorganisé qu'un bordel militaire à la suite d'une grande victoire. Mais la Prime Sorcière avait la décence de recevoir ses invités dans un autre coin de la pièce, pourvus de fauteuils apparemment confortables. La présence de quatre gardes noirs dans la pièce n'était pas des plus rassurants, d'un autre côté il se doutait qu'Y'Shahinn ne l'aurait jamais laissé être en tête à tête avec lui.

    Je vous souhaites la bienvenue à l’Étude Noire, Seigneur Malag'eyl, Obok Senger du Deuxième Ost. Que me vaut le plaisir de votre visite ?
    « Merci de m'accorder cette audience, Maîtresse Y'Shahinn Nehleän, Prime Sorcière et Haute Prêtresse de Valas. »


Il préférait ne pas attaquer de prime abord le sujet principal qui l'avait amené, il se devait de faire preuve d'un minimum de courtoisie. Non pas pour se montrer agréable ou tout autre notion de politesse qu'aurait pus y voir un être inférieur, mais pour la simple raison que le faire aurait sans conteste mené à un refus aussi nette que brutal. Ce qui n'était pas le but de sa visite, même si au vu de l'attitude de la Prime Sorcière il lui semblait de plus en plus improbable de réussir à convaincre cette dernière de relâcher le culte de Valas.

    « Pardonnez moi de vous déranger dans vos activités, mais j'aurai grand besoin de votre expertise de notre organe magique. Les temps sont durs pour notre organisation et j’avoue ne pas être au fait des détails de la caste que vous dirigez, je suis donc venus solliciter votre aide pour y voir un peu plus clair. »


Faux, bien sur. S'il avait voulus de l'aide magique il se serait adressé à Haldren, sur qui il avait une très relative supériorité et qui était de toute façon bien moins en conflit avec la personne de l'Obok. Mais ce petit simulacre n'avait pour but que d'emmener la conversation sur des terrains propices.
Revenir en haut Aller en bas
Y'Shahinn Nehleän
Drow
avatar

Nombre de messages : 394
Âge : 32
Date d'inscription : 31/10/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 125 ans (avant ellipse à la création de la fiche)
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Et si l'on en discutait calmement, avant de s'étriper ?   Mer 28 Mar 2012 - 14:28

La politesse était de mise entre les deux discuteurs mais tout n'était que façade dans le contexte troublé du Puy. La Prime Sorcière n'aimait pas tellement les Obok Sengers qui agissaient désormais en roue libre, elle préférait les temps de Tebryn ou de Brylyan où ces officiers pouvaient être contrôlés de manière plus directe. L'armée et la magie étaient deux organes vitaux pour le peuple des sombres mais une forte indépendance s'était érigée au fil des siècles entre les trois pouvoirs, bien que des collaborations étaient possibles sur divers sujets. Ainsi un Obok n'allait pas mettre son nez dans les affaires de la Prime Sorcière et inversement, mais la donne avait changée depuis que Tebirahc avait tué l'ancien Roi. Dès à présent il fallait conquérir les autres autorités et Malag'eyl n'allait peut être pas être le seul Obok à venir la solliciter, l'armée avait toujours besoin de retrouver une unité et, bien qu'encore puissante, elle ne pouvait plus planifier sa domination par elle-même.

En un sens, la chute de Brylyan apportait du bon mais aussi du mauvais. L'armée n'était plus la pointe de lance de la société Drow qu'elle était jadis et le rapport de force s'était égalisé, chacun avait sa chance. Cependant la Sorcière ne savait que trop bien que seul l'émergence d'un nouveau Karliik Glenn ré-ouvrirait l'accès au trône, que ce Karliik soit un pantin de la magie ou de la religion ou qu'il oeuvra pour lui-même. Cependant on n'achetait pas l'armée aussi facilement qu'on ne l'espérait, d'où certains projets de la Prime Sorcière pour implanter son ombre même au sein de l'armée.
Reste à voir ce que lui voulait son visiteur. Malag'eyl souhaitait son expertise sur la magie au sien de l'armée, chose étrange car il y avait des interlocuteurs plus directs pour ce genre de questionnement, l'Obok était certainement tâter le terrain sur un sujet où la Prime Sorcière avait certes une légitimité mais pas d'autorité.


Vous sollicitez mes compétences pour évaluer votre organe ? Voici une requête plutôt inhabituelle, même du temps du Triumvirat une telle question n'aurait été posée. Je sais que je suis la Prime Sorcière, que je suis la plus haute autorité magique de notre peuple. Mais même si je fus dirigeante du C'nros durant une courte période, il n'est pas de mon ressort d'apporter une critique officielle sur les troupes magiques de l'armée. Le Ditrown Da're Baenfere ne serait il pas un interlocuteur plus approprié pour votre requête ? A moins que vous ne pensiez sa vision biaisée ..

Ceci dit l'art de la magie est une chose que le C'nros et l'Etude Noire ont en commun donc je peux vous apporter quelques explications sur la magie maintenant que vous êtes en mon bureau. Que cherchez vous exactement à savoir ?
Revenir en haut Aller en bas
Malag'eyl
Drow
avatar

Nombre de messages : 75
Âge : 944
Date d'inscription : 11/12/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  938 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Et si l'on en discutait calmement, avant de s'étriper ?   Ven 30 Mar 2012 - 21:41

Malag'eyl était confortablement installé pour écouter la réponse de la Prime Sorcière. Elle restait prudente, ne se révélait pas et essayait de comprendre le pourquoi de sa venue. L’Étude Noire ne devait pas voir souvent des visiteurs comme lui il est vrai. Quoique, les temps troublés qu'ils vivaient favorisait ce genre de rencontre peu conventionnelle et très protocolaire. Paradoxal, d'ailleurs.

    « Un tort je pense, qui de mieux que la Prime Sorcière pour juger d'affaires magiques, fussent-elles aux services de l'armée ? Mes augustes prédécesseurs s'enfermaient bien trop dans leur carcan et leurs traditions, oubliez donc ce qui est de votre ressort ou pas, la situation est assez inhabituelle pour se le permettre, vous en conviendrez. »


Son air s'assombrit soudainement, tandis que sa voix se faisait, l'espace d'un instant, plus dure, presque autoritaire.

    « Le Ditrown Da're et moi avons eus quelques mots désagréables. Il devient d'ailleurs... gênant. L'expression de son visage redevint normale ainsi que sa voix. Beaucoup trop indépendant, ambitieux, il semble se croire à même de s'imposer. Je me demande parfois si nous ne gagnerions pas à plus d'unité magique. Puis-je me permettre de solliciter votre avis sur la question ? »


Il le connaissait, son avis, elle n'avait pas fait un coup d'état dans le culte de Valas pour rien. En tant que première figure magique du Puy, tout rassemblement de la magie ne pouvait mener qu'à une augmentation de son pouvoir. Et aucun drow digne de ce nom ne s'y refuserait.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Y'Shahinn Nehleän
Drow
avatar

Nombre de messages : 394
Âge : 32
Date d'inscription : 31/10/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 125 ans (avant ellipse à la création de la fiche)
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Et si l'on en discutait calmement, avant de s'étriper ?   Sam 31 Mar 2012 - 13:27

L'Obok Senger semblait ne faire que peu de cas de la distinction entre troupes magiques et le monde civil magique et cela avait comme réponse que la curiosité de la Prime Sorcière était attisée. Elle se souvenait encore de ses efforts pour redresser le niveau des mages de guerre suite à la chute d'Aetherya, le conseil de guerre des Oboks lui avait bien fait comprendre qu'elle ne jouait pas dans leur cour. Hors voici un général qui brisait l'indépendance entre les trois pouvoirs afin de solliciter son autorité magique, c'était une situation qu'elle n'avait pas espéré depuis sa prise de fonction. Mais il restait à voir les dessous de l'affaire, pourquoi Malag'eyl souhaitait lui parler de cela maintenant alors qu'il pouvait le faire depuis plusieurs siècles ?

Il est vrai que la situation actuelle est singulière .. Chacun doit voir au-delà de ses propres domaines pour espérer trouver des réponses.

A dire vrai c'était bel et bien lorsque le trône était vacant que les trois pouvoirs se parlaient le plus. Sans personne pour diriger le Puy chacun était livré à lui-même et devait se trouver des alliés dans l'autre camp. Le temps du Triumvirat avait été également un grand moment d'échange, pas de prise de pouvoir sur l'autre, chacun situé à un même niveau d'importance légitime. Mais ce n'était pas une course à l'époque, juste une période de transition. Maintenant c'était une lutte à couteaux dissimulés.

Entendre l'Obok critiquer le Ditrown Da're fit intérieurement sourire la Sorcière. Le C'nros était un rival de l'Etude Noire même si les deux organismes pouvaient collaborer en de nombreux points. Malgré cela elle ne fut pas étonnée de la méfiance de Malag'eyl face aux troupes magiques de l'armée, elle-même avait du travailler dur pour redorer le blason de ce corps aux yeux des Oboks Sengers. Après .. le fait que Haldren se fasse des ennemis de part son attitude était un lot tout à fait naturel, ce qui ne l'était pas était qu'on se détourna d'un mage au profit d'une sorcière.
Les mots "unité magique" furent alors prononcés, mots qui indiquaient que les deux protagonistes de l'échange entraient dans un sujet complexe et lourd de singularité. Ainsi Malag'eyl souhaitait avoir son avis sur une unification magique, venait il lui offrir le contrôle sur la totalité de la magie du Puy ? La requête était inattendue mais également étrange.


L'unité magique ? voilà un sujet de premier ordre Seigneur Malag'eyl.
Seulement, ce sujet est très complexe, vous en conviendrez. Ce n'est pas uniquement une question d'unité et je comprend que le Ditrown Da're commence à se montrer gênant car l'armée a besoin du soutien de ses troupes magiques. Un lancier ou un archer est remplaçable mais un mage n'entre pas dans la même ligne de compte, ne serait-ce au niveau de son potentiel destructif et du temps qu'il faille pour le former.


En effet, aux yeux de la Prime Sorcière, un pratiquant des Arts était bien plus précieux qu'un soldat entraîné parfois à la va-vite dont il fallait seulement l'équiper d'une épée voir moins dans certains cas. Même si le C'nros n'était pas le sommet de la puissance de l'armée Drow cette dernière ne saurait se débrouiller sans soutien magique.

Techniquement les mages du C'nros sont des pratiquants des arcanes, il est donc logique que je devrais avoir pleine autorité sur eux, étant la Prime Sorcière. Seulement je ne crois pas que vous, Oboks Sengers, souhaiteriez avoir des troupes dans vos Osts qui ne dépendraient pas de votre commandement. Actuellement je ne commande pas aux Oboks et eux-même ne me commandent pas en retour.

Mais, en l'espèce, votre suggestion est faisable car même si un mage choisi de prendre la voie de la Guerre, il reste un sujet de Valas, fidèle à la Magie Unique. Le C'nros peut devenir une sub-division de l'Etude Noire comme il est une facette de la magie, les deux ne faisaient qu'un voici fort longtemps. Ceci dit une telle procédure provoquerait un séisme dans les rangs de l'armée et je ne crois pas que le C'nros souhaite changer de maître. Ils sont très jaloux de leur statu même s'ils reconnaissent l'autorité du monde magique.


Dernière édition par Y'Shahinn Nehleän le Lun 2 Avr 2012 - 21:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Malag'eyl
Drow
avatar

Nombre de messages : 75
Âge : 944
Date d'inscription : 11/12/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  938 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Et si l'on en discutait calmement, avant de s'étriper ?   Lun 2 Avr 2012 - 20:58

Malag'eyl fronça les sourcils face aux dires de la Prime Sorcière. Comme tout soldat, il n'aimait pas s'entendre dire qu'il était inférieur aux mages. Il était prête à défier presque n'importe quel mage de prendre sa place. Certes, de nombreux soldats n'arrivaient pas à la cheville d'un mage de guerre. Mais les mages de guerres ne constituaient qu'une élite de la magie drow, des tas de sorciers peu puissants ou peu fiables servaient à des tâches utilitaires où ils ne valaient pas beaucoup plus que de simples soldats. Enfin, il était quand même forcé de reconnaître que la simple rareté des utilisateurs de magie en faisaient des êtres particuliers.

    « J'en conviens, il est plus ardus de remplacer un bon mage. »


Ardus mais pas impossible, et son ton tranquille en soulignait le message implicite. Rien d'insultant, rien de menaçant, juste un constat indéniable de la vérité au sein du Puy. Celle qui voulait que personne ne soit indispensable très longtemps.

    « Certes, les mages du C'nros poseront sans doute problème, mais, il suffit de savoir prendre les choses en main pour que tout se passe bien... »


Un petit sourire s'étala sur son visage et il joignit ses mains devant lui pour s'enfoncer un peu plus dans son fauteuil en observant la Prime Sorcière.

    « Cela étant, j'ai crus ouïr que de menus problèmes agitent déjà cette cohésion. Il me semble que tous les religieux n'apprécient guère les derniers événements que vous avez provoqués. Une instabilité bien mal-venue en ces temps troubles. »


Il laissa ces quelques paroles faire leur petit effet, tapotant ses doigts les uns contres les autres. Il voulait jauger de sa réaction sur le sujet. Les pièces étaient installés, il avait pour l'instant la main, combien de temps la conserverait-il, telle était la question.
Revenir en haut Aller en bas
Y'Shahinn Nehleän
Drow
avatar

Nombre de messages : 394
Âge : 32
Date d'inscription : 31/10/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 125 ans (avant ellipse à la création de la fiche)
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Et si l'on en discutait calmement, avant de s'étriper ?   Lun 2 Avr 2012 - 21:50

Rabaisser les soldats à un rang inférieur à celui d'un mage était un raisonnement partagé par tout pratiquant des arcanes envers ceux qui ne possédaient pas le Don. Etre rare rendait spécial et il fallait dire les choses comme elles l'étaient : personne n'était égal en valeur au sien de la société des Drows. Fort heureusement cette prise hautaine de la personnalité se faisait à voix étouffée sinon cela aurai fait longtemps que des massacres auraient eu lieu et les différents Drows ne pourraient pas travailler entre eux. Mais Malageyl semblait adhérer à cette vision des choses même s'il sous-entendit que cette "hiérarchie" n'était que factice, un soldat pouvait tuer un mage comme Y'Shahinn avait le pouvoir de tuer l'Obok Senger en l'instant mais l'impact de cette mort ne serait pas le même suivant les cas.

La Prime Sorcière n'était que trop au courant de la valse des postes au sein du Puy. N'avait elle pas elle-même vaincu l'ancien Ditrown Da're pour prendre sa place et n'était elle pas passée du statu de Dame de compagnie d'Aetherya au rang de Prime Sorcière des Drows ? Même chez les Oboks cette valse se poursuivait avec les pertes de bons généraux comme Alderaak ou Tebirahc, l'armée n'était plus au sommet de sa forme depuis la mort de Brylyan, elle n'était plus unie et cela se voyait fortement sur le terrain. Elle ne fut pas surprise des paroles de son invité, en tant qu'êtres de pouvoirs ils savaient les tenants et aboutissants de leur place tout comme les risques.


Je n'ai pas dis qu'il était impossible de soumettre les mages du C'nros. Après tout j'ai du les relever de leur médiocrité lorsque je suis arrivée à leur tête. Le Ditrown Da're actuel n'a fait que recueillir avec mon accord les fruits de mon travail et je pense que même derrière leurs visages fiers ils n'ont pas oubliés mon passage au sien de leurs rangs. Avec la bonne stratégie votre proposition est réalisable mais je déconseillerais de le faire en une seule fois et en force.

Les Drows savaient choisir leurs proies, si la cible était faible alors ils frappaient en force mais dans le cas contraire, si le risque de se faire mordre en retour est présent il fallait mieux opter pour une manoeuvre plus dans le sens du poil pour attendrir la viande. La politique n'avait rien à envier à la stratégie de la guerre dans certaines occasions.
Le temps était venu d'avancer les pions sur l'échiquier et l'Obok Senger fut le premier à dévoiler l'une de ses pièces. Il n'y alla pas par quatre chemins et mis en avant les actions de la Prime Sorcière envers le culte de Valas, culte dont elle en avait prit le contrôle par la force.
L'attitude sérieuse et inquisitrice de l'Obok eu pour réponse un sourire amusé de la part de la Sorcière.


Oh .. c'est un parallèle assez intéressant à soulever. Ainsi donc les autres cultes n'aiment guère mes actions ? Cela ne me surprend aucunement. Mais en vérité j'apprécie leurs pleurnicheries car cela montre qu'ils se sentent menacés dès que l'on touche à leur sphère si longtemps pouponnée. J'attendais depuis longtemps cet aveu de faiblesse et je conçois que mes actions ont grandement perturbé le monde de la religion.

Mais voyez vous .. je n'ai pas fais ceci pour donner un coup de pied dans la fourmilière. Ainsi que je vous l'ai dis : tout pratiquant des arcanes appartient au monde de la magie, sous toutes ses facettes. Le culte de Valas est pratiqué par des sorciers et chaque Arcaniste est un fidèle de Valas. Dans mon cas je n'ai fais que ramener sous mon giron un culte qui a cru être suffisamment spécial pour se détacher du monde de la magie. La Prime Sorcière doit être celle qui dirige cette facette de la magie : la vénération de Celui par qui chacun de nous peut user de l'Art.

Cela provoque une instabilité j'en conviens .. mais convenez également que la stabilité a disparue avec le décès de l'ancien Roi. Si les autres cultes se sentent menacés par mes actions alors c'est qu'ils admettent leur propre faiblesse face à ceux qui se dressent contre eux.

Et cela pourrait également se produire si je décide de prendre le contrôle du C'nros. Ne pensez vous pas que cette instabilité se reproduirait au sein même des rangs de l'armée ?
J'ai du mal à vous comprendre Seigneur Malag'eyl, mais si vous souhaitez que la magie soit à nouveau unifiée alors vous mettez vous-même la stabilité de l'armée dans la balance. Souhaiteriez vous détruire pour mieux reconstruire ? c'est une stratégie acceptable, plutôt en accord avec les derniers agissements du Gardien d'Uriz.
Revenir en haut Aller en bas
Malag'eyl
Drow
avatar

Nombre de messages : 75
Âge : 944
Date d'inscription : 11/12/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  938 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Et si l'on en discutait calmement, avant de s'étriper ?   Jeu 5 Avr 2012 - 19:09

Malag'eyl resta silencieux un moment, laissant la Pime sorcière parler, expliquer les raisons qui selon elles avaient amenées à l'animosité du culte de la magie à l'encontre de sa personne et du pouvoir qu'elle représentait. Il se retint d'esquisser un sourire, essayant de garder un air aussi neutre et aussi intéressé que possible. Il avait l'air de boire ses paroles comme du vin. Ce qui, dans la pratique, n'était pas tout à fait le cas.
Lorsqu'elle eut finis, il écarta les mains, et prit la suite, d'une voix monocorde, sans expressions, sans sentiments, presque sans âme. Un observateur non-avertie aurait sans doute pensé que l'Obok Senger ne se sentait absolument pas concerner par les déclarations de la Prime sorcière. Mais en politique, les choses n'étaient pas toujours aussi ''simples''.

    « Vous pensez vraiment que si les cultes s'opposent, pour l'instant relativement peu, à vous, c’est parce qu'ils ont peur ? Vous n'imaginez pas un seul instant que s'ils osent protester c'est parce que justement ils se sentent, ou se savent, supérieurs ?
    Vous jouez un jeu dangereux, mais je suppose que vous en êtes parfaitement consciente. Que vous le vouliez ou non, les religieux tiennent une importante part du pouvoir. Mais, vous faites bien ce que vous voulez...
    Quant à votre crainte de voir pareil situation se reproduire, se serait évidemment le cas si vous vous empariez du C'nros par la force. Outre le fait qu'une telle tactique a peu de chances de marcher, le C'nros serait sans doute soutenus par le Cinquième Ost, elle créerait d'inévitables tensions avec le reste de l'armée.
    Non, ce qu'il vous faut pour obtenir cette unité, c'est que l'on vous ''donne'' le C'nros. Et seul un nouveau Karliik Glenn serait en mesure de la faire en évitant les tensions, s'il s'y prend avec subtilité. Par contre, la centralisation de pouvoirs magiques, religieux et militaire, car le C'nros est et restera un organe intrinsèquement militaire, déplaira. Grandement.
    Les Obok Senger n'aimeraient guère voir la religion s'ancrer dans leurs affaires, à l'exception d'Uriz bien sur. Jusqu'à maintenant les deux pouvoirs ont été clairement séparé et il n'est guère envisageable de faire bouger les choses aussi vite. »


Il ne cherchait pas réellement à influencer la Prime sorcière pour l'instant, il se contentait de lui exposer des faits. Du moins, les faits qui l'arrangeaient, bien sur. Le tout était d'essayer de l'amener aussi doucement que possible vers un abandon du poste de haute-prêtresse de Valas. Et s'il n'y parvenait pas, ce dont il doutait de moins en moins... et bien soit, il préviendrait Elvanshalee et advienne que pourra.
Revenir en haut Aller en bas
Y'Shahinn Nehleän
Drow
avatar

Nombre de messages : 394
Âge : 32
Date d'inscription : 31/10/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 125 ans (avant ellipse à la création de la fiche)
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Et si l'on en discutait calmement, avant de s'étriper ?   Ven 6 Avr 2012 - 18:06

La réponse du Senger ne fut pas celle espéré par la Prime Sorcière. Elle pensait qu'il réagirait si elle mettait en avant les contradictions dans son discours mais il continuait à exposer la situation sans vraiment contrecarrer ses paroles. Néanmoins la Sorcière savait également écouter et cel qu'elle entendait la mettait de plus en plus en incompréhension. S'en était désormais certain : Malag'Eyl n'était pas venu pour recueillir son analyse sinon il aurait répondu au moins sur les questions qui le concernait.

La centralisation de pouvoirs magiques, religieux et militaire, déplaira ? Vous venez me demandez mon avis sur une possible unité magique.
Insinuez vous que je puisse unifier la magie et le C'nros mais que la liaison entre la magie et la religion est impossible ?


Cette insinuation était pour déplaire à la Prime Sorcière. Elle se moquait de savoir que les autres cultes n'apprécient pas qu'elle ait pris le contrôle du culte de Valas, ce culte était un domaine de la magie. Mais si ces cultes étaient tout puissants ils auraient du plutôt rire de cette opération plutôt que de la contester. Une Prime Sorcière n'était pas une personne d'importance à leurs yeux mais ils n'appréciaient pas non plus qu'elle s'attaque à leur sphère, c'était en quelque sorte une façon de reconnaitre ses efforts.
Maintenant que voulait un Senger de tout ceci ? ce n'était pas comme ci elle venait de toucher au culte d'Uriz, pas un militaire ne se souciait de Valas. Et pourtant Malag'eyl voulait mettre le doigt dessus.


En effet seul le Karliik Glenn pourrait me donner le C'nros .. Pensez vous être le prochain à assumer ces fonctions, Seigneur Malag'eyl ?
Si tel est le cas avoir une magie unifiée, avec des implications sur chacun des pouvoirs pourrait vous être d'un grand soutien. La magie soutient l'armée depuis fort longtemps, C'nros à part. Elargir le champs de vos alliés n'est pas une option à négliger. Nul besoin que la religion s'immisce dans votre sphère, un mage vénère tout aussi bien Uriz que Valas, en apparence rien ne changera vraiment si on me donne le C'nros.

Les autres cultes peuvent continuer à crier sur mes actions, ils n'ont jamais eu aucun droit sur le culte de Valas contrairement à moi. Ils ne s'en souciaient absolument pas avant que je n'interviennes donc je ré-affirme que, certes mes actions dérangent, leur réaction n'est guère qu'une crainte de voir leur petite sphère pouponnée troublée. Je suis désormais la Haute-Prêtresse de Valas et ils doivent me voir comme telle.
Revenir en haut Aller en bas
Malag'eyl
Drow
avatar

Nombre de messages : 75
Âge : 944
Date d'inscription : 11/12/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  938 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Et si l'on en discutait calmement, avant de s'étriper ?   Dim 8 Avr 2012 - 14:50

    « Impossible, peut-être pas. De la manière dont vous l'avez fait, certainement oui.
    Vous me demandez si vous pouvez unifier la magie et le C'nros ? Mais, le C'nros fait partie de la magie, et c'est là que se situe la différence. Pour les militaires, dont je fais partis, quelle différence si les mages sur le champ de bataille viennent du C'nros ou de l’Étude Noire ? Quelle différence que l'on doive traiter avec une Prime sorcière ou un Ditronw Da're ? Aucune. Alors, certes, certains verront d'un mauvais œil que les mages de guerre ne fassent plus partie intégrante de l'organe militaire et ne soit plus sous l'autorité du Karliik Glenn. Mais c'est alors au dirigeant avisé de mettre en avant les possibilités d'une telle unification : plus d'effectifs, une meilleure coordination, des sorts plus puissants... Les possibilités si une telle alliance sont sans doute nombreuses et ce serait à vous d'en tirer le meilleur profit pour faire accepter cette évolution.
    Mais pour les militaires, la chose ne change que peu, on a toujours à faire avec les mêmes mages.
    Et c’est là que le bât blesse avec la religion. Même si un œil profane comme le mien n'y voit que peu de différence, il semble que les prêtres se considèrent comme bien différents des mages, même dans le cas du clergé de Valas. Alors, quand la Prime Sorcière s'empare de ce culte par un coup d'état, ils réagissent, ils s'opposent, ils refusent cette intervention d'un étranger dans leur petit cercle. Par contre, si vous souhaitez les unifier, trouvez un prêtre tout ce qu'il y a de plus classique qui soit acquis à votre cause, arrangez-vous pour le placer dans une situation favorable, retirez-vous et, tout en le surveillant et en l'aidant du mieux possible, laissez-le prendre la tête du culte. A partir de là, il sera facile de faire fusionner les deux pouvoirs en un seul à l'initiative des deux partis et sans froisser ni l'un ni l'autre. Certes, le procédé demande du temps, mais que peut représenter même une décennie d'attente si le but est atteint ? »


Il s'était montré plus énergique durant ce petit discours, ses iris grenat luisant des feux de l'ambition. S'il parvenait à convaincre la Prime Sorcière de lâcher son pouvoir au prix de cette stratégie, il pouvait bien y gagner bien plus que le soutien, certes important, du culte de Teiweon. Avoir des forces magiques et religieuses derrière lui lui assurerait quasiment à coup sûr le poste de Karliik Glenn, et pourquoi pas celui de Seigneur du Puy.
Oh, évidemment, certains en feraient les frais et il s'attendait à voir surgir des oppositions rapidement. Le cinquième Ost, ou peut-être le premier, pour commencer. Mais également le C'nros, si jamais il réussissait effectivement à s'allier à la Prime Sorcière, alliance qui se ferait bien sur en échange de cette union magique qu'elle désirait.
Mais il n'en était pas encore là. Il lui fallait patienter, et se concentrer, pour l'instant il était face à Y'Shahinn Nehleän, Prime sorcière, et se devait d'être attentif.

    « Si je pense être le prochain Karliik Glenn ? Voyons, si je ne le pensais pas, serais-je ici à vous ennuyer avec des questions politiques ?
    Je reconnais la force diplomatique que pourrait constituer une magie totalement unifiée. Cela étant dit, vu l'opposition actuelle qui règne face à cette idée, elle serait bien plus destructrice que bénéfique, un allié, aussi puissant soit-il, ne pourrait faire grand chose face aux ennemis qui se dresseraient alors. Les cultes d'Uriz ou de Teiweon seraient à eux seuls des adversaires politiques puissants. Et cela sans compter la possibilité d'une opposition interne de l'armée. Qui plus est, unifier Étude Noire et C'nros ne sera pas aisé, et même impossible si le pouvoir du Karliik Glenn se révèle trop faible. Non, il faut un pouvoir stable, sans contestation d'aucune sorte, pour réaliser une telle union.
    Je suis tout à fait près à reconnaître l'illégitimité des plaintes des cultes, mais, qu'elle soit réelle ou pas, le nouveau chef de l'armée ne pourrait se permettre d'ainsi contester leur influence, au risque de subir un cuisant retour de flamme, sans mauvais jeu de mot. »


Malag'eyl se renfonça dans son siège. Il semblait néanmoins plus actif qu'auparavant, plus confiant, plus puissant tout simplement. Il ne ressemblait plus au petit général venus demander l'aide d’une puissante, mais à un vainqueur assuré, simplement venus proposer à quelqu'un de le suivre dans son ascension.

    « Maintenant, jouons carte sur table, qu'en dites-vous ? Apportez-moi votre soutien dans cette guerre politique, en lâchant en apparence votre pouvoir sur le culte de Valas, et je vous offrirai le C'nros sur un plateau lorsque j'aurai pris mes pouvoirs en tant que Karliik Glenn. Si vous refusez, je quitterai votre bureau, comme vous l'ordonnerez sûrement, et ne vous proposerai plus de vous joindre à mes exactions politiques.
    Réfléchissez-y bien, préférez-vous conserver un pouvoir branlant et mineur ou vous offrir une excellente probabilité d'en acquérir un bien plus stable et de premier ordre tout en conservant la possibilité de reprendre le culte précédemment abandonné sous votre domination un jour ?
    De plus, n'oubliez pas qu'il fut un temps où la magie régnait d'égale à égale avec les autres pouvoirs. Un temps qui pourrait revenir, si certaines personnes étaient amenés à faire les bons choix. »


Il s'était légèrement redressé, sa voix avait été pleinement assuré durant tout le monologue. A l'entendre, l'on aurait pus le croire déjà assis sur le trône des Sombres et, dans ses yeux, l'on pouvait lire la certitude que, avec la Prime Sorcière ou non, avec Teiweon ou non, il réussirait, tôt ou tard. Cela il n'en avait jamais douté et il écartait toute possibilité d'échec.
Les pièces venaient de bouger, la machine se mettait en marche. La Prime sorcière prendrait-elle le relais, faisant jouer les bons engrenages, ou au contraire gripperait-elle le fragile mécanisme par ses actions.
Revenir en haut Aller en bas
Y'Shahinn Nehleän
Drow
avatar

Nombre de messages : 394
Âge : 32
Date d'inscription : 31/10/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 125 ans (avant ellipse à la création de la fiche)
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Et si l'on en discutait calmement, avant de s'étriper ?   Dim 15 Avr 2012 - 13:19

Le Senger continuait de placer ses arguments face à une Prime Sorcière impassible. En façade ses paroles pouvaient être cessées, Y'Shahinn pouvait nommer quelqu'un de confiance à la tête du culte de Valas et faire semblant de se retirer mais la situation était plus complexe que le bon sens l'exigeait. Nommer un subalterne était rouvrir la porte à d'éventuelles scissions du culte envers la Magie, les Drows n'étaient que trop friands du sentiment de vouloir voler de leurs propres ailes.

Voici une stratégie prudente et soucieuse des apparences. Mais malgré cette analyse vous occultez le fait, tout comme les autres cultes, que les fidèles de Valas sont particuliers. J'en conviens que la magie divine est sensiblement différente de la magie classique mais les adeptes de Valas sont de vrais sorciers organisés en culte, nous ne pouvons pas vraiment parler de prêtres dans ce cas. Comme je l'ai dis la magie est unique et il n'y a guère de différence entre un sorcier du culte et ma propre maitrise de la magie. Les autres cultes s'expriment par ignorance même si effectivement cela me fait prendre position dans leur petit cercle. Le fonctionnement du culte de Valas n'a pas réellement changer, il y a eu juste remplacement du Haut-Prêtre par la Prime Sorcière en personne. La rivalité politique étant ce qu'elle est je ne pense que mettre un pantin à ma place puisse calmer le jeu.

Après tout la situation pouvait être pire avec un pantin, cela voudrait dire que la magie pouvait subordonner un culte entier au lieu de l'absorber, le choc politique n'en serait que plus grand selon elle. Malag'eyl pensait être celui qui prendrait le trône d'obsidienne, mais pensait il que cela serait aussi simple ?

La stabilité n'est pas réellement une force de notre peuple, surtout en politique. Vous pouvez unir l'armée mais pouvez vous unifier les pensées de la magie et de la religion ? Si vous me donnez le C'nros alors vous pouvez avoir mon plein soutien mais si vous-même rencontrez des oppositions au sein même de votre chaine de commandement alors même la concentration de forces ne nous serait pas profitable.
Face à Uriz ou Teiweon ne vous serait-il pas plus bénéfique d'avoir une Prime Sorcière capable de leur répondre sur un pied d'égalité grâce à mon statu qui transcende les frontières des pouvoirs ?


Maintenant les choses sérieuses pouvaient commencer et il n'y avait plus de détours à prendre. Il était certain que la Prime Sorcière ne souhaitait pas faire marche arrière sur ses actions, c'était plutôt à Malag'eyl de composer avec. On ne domptait pas les trois pouvoirs aussi facilement, chacun avait ses attentes mais pas ses compromis.

J'entends bien redonner à la magie son statu d'égal avec les autres pouvoirs du Puy. Ceci dit .. j'aimerais connaître votre stratégie pour parvenir à la tête de l'armée. Vous n'êtes pas le seul Senger encore en activité, les autres sont vos rivaux directs. Le cas du quatrième Ost pose aussi problème mais je compte m'occuper de cette situation à mon avantage. Comment pensez vous unifier l'armée ? quelles seraient vos options en choix d'alliés, hormis la Magie, pour y parvenir ?
Revenir en haut Aller en bas
Malag'eyl
Drow
avatar

Nombre de messages : 75
Âge : 944
Date d'inscription : 11/12/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  938 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Et si l'on en discutait calmement, avant de s'étriper ?   Dim 15 Avr 2012 - 17:43

Malag'eyl esquissa un petit sourire. A défaut de lui accorder soutien, elle continuait à le laisser s'exprimer. C'était déjà ça de gagné. Il avait réussit à la faire réfléchir sur son plan, il fallait maintenant essayer de l'influencer en sa faveur.

    « Un pantin ne calmera pas entièrement le jeu. Ceci dit, il fera taire la contestation et nous permettra d'unifier l’Étude Noire et le C'nros sans que les cultes s'en mêlent, ce qu'ils ne manqueraient pas de faire si vous êtes encore Haute-prêtresse de Valas à ce moment là. Bien sur, je ne garantis pas que vous ne rencontrerez pas d'opposition pour maintenir votre emprise sur votre marionnette mais, comme je vous l'ai dis, vous avez bien plus à y gagner qu'à y perdre.
    C'est un petit peu comme prendre son élan pour mieux bondir en avant. Ou franchir le précipice qui vous barre la route, suivant comment les choses se présentent. Et en l’occurrence je parlerais bien d'un gouffre abrupt. »


Il était vaguement satisfait de sa petite métaphore. Il essayait juste de faire comprendre à la Prime Sorcière qu'elle avait bien plus à gagner en cédant un peu de terrain qu'en restant sur ses positions. Il ne fallait pas se leurrer, Malag'eyl n'avait personnellement que peu à gagner dans une unification du C'nros. Simplement, il savait que c'était le moyen le plus simple de parvenir à ses fins. Qui plus est, en s'attirant l'amitié d'Y'Shahinn, il contrebalancerait en partie la main mise qu'avait Elvanshalee sur ses soutiens.

    « La stabilité ne semble en effet qu'un doux rêve à l'heure actuelle. Mais elle aussi a parfois exister. Je suis de ceux qui pensent qu'une seule figure ne peut guider tout notre peuple, trop hétéroclite. Brylyan était sans aucun doute un grand guerrier, mais le peuple drow n'est pas composé que d'une armée. Il faut un pouvoir plus équilibré, rétablir l'égalité que nous avons perdus avec la fin du Triumvirat. La renforcer même.
    Ne vous en faites pas pour les oppositions d'ordre militaire, j'en fais mon affaire. Quant à la religion, désolé de vous le dire ainsi mais que vous soyez ou non haute-prêtresse de Valas ne changera rien, ce culte n'est rien à côté de ce que représentent Uriz ou même Teiweon. Cela dit, eux aussi ont leur faiblesses. »


Elle se montrait à son tour plus directe, tant mieux, tant mieux. Elle désirait en savoir plus sur ses plans, elle s'intéressait donc un minimum à sa proposition. Parfait. Lorsqu'elle eut finis de parler, il se releva sans un mot et fit mine de quitter le bureau, contournant son propre siège, lorsqu'il fut dos à la Prime Sorcière, sa voix reprit, plus sinistre qu'auparavant, impitoyable, semblable au raclement de la pierre sur la pierre.

    « Vous voulez savoir comment je compte unifier l'armée ? Tout simplement parce que je suis l'un des seuls choix possibles. L'Obok Senger du Troisième Ost est encore trop loin et celui du Quatrième a perdus tout pouvoir. Même le Cinquième Ost, stationné au Puy lui aussi est malade, dépourvus de ses mages depuis que le C'nros es a retirés. De plus il comporte une importante formation de cavalier. Ils m'écouteront, je saurais trouver le pion apte à servir mes désirs dans leurs rangs. Quant à leur Obok... le Puy est agité en ce moment, un accident est si vite arrivé... »


Il laissa planer un autre silence, avant de se retourner de nouveau, vers la Prime Sorcière. Son visage était normal, son expression décontracté, ses yeux vifs et un léger sourire en coin. Il était difficile d'imaginer qu'il avait pus parler d'assassiner un de ses rivaux et qu'une voix aussi sèche qu'une tombe ai pus s'échapper de ces lèvres apparemment ordinaires.

    « Puisqu'il faut satisfaire votre curiosité, j'accepte. Comme je vous l'ai dis Uriz et Teiweon ont leurs faiblesses. La principale d'entre elle est leur désunion. Les cultes ne forment pas un tout unis sous un seul dirigeant, et ils sont dans une perpétuelle mais silencieuse concurrence. Chacun d'eux aimerait compter le futur chef des armées dans son camp. C'est ce que j'ai offert à Elvanshalee Hune'Baenre, Haute-prêtresse de Teiweon. En échange d'un petit service elle a accepté de me soutenir.
    Comme vous le voyez, je dispose déjà de plusieurs solutions à mes éventuels problèmes. Tout ce qu'il me faut, c'est savoir si j'aurais oui ou non votre soutien, en acceptant de retirer en apparence votre pouvoir sur le culte de Valas. »


Il se tut un instant, laissa la Prime-Sorcière digérer ses dernières paroles, puis, dans un sourire de vainqueur, s'adressa une dernière fois à elle.

    « Alors ? »
Revenir en haut Aller en bas
Y'Shahinn Nehleän
Drow
avatar

Nombre de messages : 394
Âge : 32
Date d'inscription : 31/10/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 125 ans (avant ellipse à la création de la fiche)
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Et si l'on en discutait calmement, avant de s'étriper ?   Dim 29 Avr 2012 - 17:02

La Prime Sorcière écoutait attentivement ce que Malag'eyl avait à lui dire. Sa vision était quelque peu correcte et les états des lieux des osts n'étaient pas au beau fixe. Elle s'occuperait personnellement du quatrième Ost car il était plus facile pour elle de s'acquérir des soldats auprès de ceux qui rejetaient l'autorité du Puy. Les autres Osts étaient de qualité médiocre contrairement au quatrième qui, en quelque sorte grâce aux querelles, continuaient à maintenir un certain niveau d'action et d'entrainement. Les forces de Yutar et d'Abyssea n'avaient pas quittées leurs trous depuis des années et le cinquième retombaient dans la même médiocrité qui avait assombri le règne d'Aetherya.

Et l'idée de recréer une sorte de Triumvirat était un argument qui faisait des effets certains chez la Prime Sorcière. Le temps des rois avait relégué la magie à un rôle de seconde zone mais la perspective de redevenir une personnalité puissante de la chambre magmatique était une victoire pour Y'Shahinn. Cela lui arracha un sourire, décidément ce senger avait un plutôt bon plan de route même si les choses ne se déroulaient jamais exactement comme prévu, les utopies n'existaient pas.


Votre programme me plait. Malgré cela je n'aime guère devoir faire marche arrière sur mes conquêtes même si le bon sens indique le contraire.
Prochainement je comptes me chercher quelques alliés de choix dans des régions échappant actuellement à notre emprise. Je peux nommer un remplaçant pantin durant mon absence mais mon arrivée à la tête du culte de Valas est encore trop fraiche. Une mutation est possible mais pas tout de suite, il va falloir un peu de temps. Le simple fait que j'y réfléchisse devrait calmer les ardeurs de mes autres confrères de culte. Quoiqu'il en soit j'ai déjà veillée à ce que chaque prêtre du culte soit sous ma gouverne, il n'y aura pas d'opposition.

Et par la suite je pense que nous pourrons faire ensembles du bon travail pour égaliser les pouvoirs entre eux. Devenez Karliik Glenn seigneur Malag'eyl, nous pourrons nous entendre face aux hautes-prêtresses d'Uriz et de Teiweon.
Revenir en haut Aller en bas
Malag'eyl
Drow
avatar

Nombre de messages : 75
Âge : 944
Date d'inscription : 11/12/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  938 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Et si l'on en discutait calmement, avant de s'étriper ?   Jeu 3 Mai 2012 - 18:19

Malag'eyl sourit. Elle pensait contrôler chaque prêtre du culte ? Insouciance de la jeunesse. Même lui n'aurait prétendus avoir la totale soumission de chacun des cavaliers légers. Et je ne préfère même pas parler du reste de son ost ou des streea jabuuks sous ses ordres. Ceux-ci étaient aux premières lignes des prétendants à sa propre place et il leur faisait autant confiance qu'à un assassin souriant.

Elle semblait, logiquement, fort intéressée par la perspective de regagner le pouvoir que ses prédécesseurs avaient perdus. Tant mieux pour Malag'eyl, qui, s'il n'appliquait pas bien le fameux proverbe « diviser pour régner », avait tendance à considérer qu'un Triumvirat était mieux pour lui car cela faisait deux personnes de plus pour prendre les poignards dans le dos. Au sens littéral comme figuré.

« Puisque nous sommes d'accord, permettez-moi de vous saluer bien bas -dit-il en s'inclinant- et de me retirer. Dès que vous annoncerez votre abandon, factice bien sûr, du culte de Valas je prendrais la place qui me revient et le C'nros sera à vous.
Et le reste suivra, naturellement. »


Un dernier salut respectueux et Malag'eyl quitta le bureau puis le bâtiment de nouveau sous la surveillance des gardes de l’Étude Noire. Il retrouva son escorte et se mit en route vers sa propre demeure, la haute-prêtresse pouvait très bien attendre après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Et si l'on en discutait calmement, avant de s'étriper ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Et si l'on en discutait calmement, avant de s'étriper ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Manipulations avant, pendant et après le coup de 2004.
» " Féeries de lumières de l'Avant-NOËL "
» ARISTIDE SERA DE RETOUR AVANT LES ÉLECTIONS SELON IRA KURZBAN
» Avant garde ork
» Dépot d'arme/avant poste ork

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: TERRES DE L'EST :: Cité d'Elda-
Sauter vers: