Partagez
 

 En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée]

Aller en bas 
AuteurMessage
Maélyne de Lourmel
Ancien
Ancien
Maélyne de Lourmel

Nombre de messages : 2536
Âge : 28
Date d'inscription : 14/03/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26 ans / 983 du 10ème cycle.
Niveau Magique : Non-Initié.
En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée] Empty
MessageSujet: En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée]   En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée] I_icon_minitimeLun 26 Mar 2012 - 23:44

Début Favrius, an 6


    Depuis la mort d’Adrien, Maélyne n’eut vraiment plus une seconde à elle. Les châtelains n’acceptaient pas qu’une femme seule reste à la tête de Serramire. Et cela pouvait se comprendre vu son jeune âge et surtout sans aucun héritier mâle. Avec en plus de cela, aucune expérience, elle était passée de fille de châtelaine à Marquise d’une terre bien plus vaste. Maélyne s’entoura alors des meilleurs conseillers possibles mais même entre eux, ça avait l’air de coincer. Dans tous les cas un seul mot revenait systématiquement sur la table : Mariage. Elle ne pouvait donc même pas faire son deuil tranquillement, il fallait déjà que la jeune femme se donne à un autre. C’était le comble ! Et en plus de cela, la marquise ne voyait même plus sa petite fille, Aline, âgée de seulement un an. Elle en avait vraiment ras le bol de cette situation mais il fallait faire avec et surtout pas le montrer ! Je peux vous assurer que ses nuits, elle les passait d’une traite tellement la fatigue était présente, tellement elle devait donner de on énergie. Qui aurait cru que la politique était si fastidieuse. Mais soit passons, Maélyne se leva ce jour là, comme à son habitude. Des servantes viennent lui préparer son bain et l’aider à s’habiller.

    Un garde frappa à la porte puis parla. « Madame, nous avons été prévenu que l’Archonte d’Ydril vient droit sur Serramire, il sera là dans la soirée. »

    L’archonte d’Ydril ? Mais c’est qui lui ? Sincèrement, la jeune femme était tellement occupée qu’elle n’avait même plus eut le temps de se tenir au courant de tout se qui se passait sur la péninsule. Mais soit, elle était déjà habillée, la jeune femme se changera donc juste avant son arrivée. Une journée chargée commença alors. Une rencontre avec un châtelain, des simulation de rebellions, des études de terrains bref une journée qui au final passé très vite. Surtout que les serviteurs préparent la forteresse pour accueillir l’invité. Alors cela bougeait de partout, comme une vrai fourmilière. Maélyne en profita donc, le soir venu de passer quelques minutes avec sa fille avant qu’elle ne s’endorme. Pour ensuite se relaxer dans son deuxième bain de la journée. Passant ainsi une bonne heure à dormir dans son bain. Les servantes vinrent la réveiller pour l’habiller d’une robe à la hauteur de l’invité. Une robe simple mais élégante dont on pouvait reconnaître la qualité d’un coup d’œil. On fit également savoir à la jeune femme que sa sœur était également arrivée à l’improviste. Chouette deux invités pour le prix d’un ! Alors qu’elle ne demandait qu’une chose ! De la paix et du repos ! Mais soit, passons, il était temps d’accueillir sa sœur pour ensuite accueillir l’Archonte. Elle descendit alors, sa sœur, radieuse comme toujours la prit dans ses bras et s’excusa de sa venue, mais au fond Maélyne était contente de l’avoir auprès d’elle pour sa première rencontre officielle. D’habitude elle restait dans l’ombre d’Adrien, et d’un côté cela lui convenait amplement. La soirée, bien entamé, fut très fraîche lorsque le héraut annonça l’Archonte.

    -Altiom d’Ydril, Archonte d’Ydril !

    Il fut accueillit comme il se doit ainsi que sa garde qui ne tarda pas à être nourris dans une salle réservée à cet effet. L’homme, cet Altiom avait droit à une place à la table de la Marquise.

    -Soyez le bienvenu en Serramire. Permettez moi de vous offrir l’hospitalité de ma demeure le temps qu’il vous plaira.

    Le dîné fut servit à hauteur de l’invité.


Dernière édition par Maélyne d'Outremont le Mar 13 Aoû 2013 - 12:32, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Altiom d'Ydril
Humain
Altiom d'Ydril

Nombre de messages : 639
Âge : 26
Date d'inscription : 28/08/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 32
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée] Empty
MessageSujet: Re: En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée]   En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée] I_icon_minitimeVen 30 Mar 2012 - 20:22

Au détour d'une route accidentée, parmi vallons et mamelons serramirois, s'élevait une puissante et riante mélopée. De cette journée frisquette ne subsistait qu'une bande mauvâtre à l'horizon, tandis que déjà les étoiles perçaient au travers de la voûte couleur d'encre. Et telles les puces sur le dos d'un vieux cabot, nos aèdes à l'essai honoraient donc le marquisat de leur talent inouï pour la sérénade. Soit leur registre pouvait vaguement laisser à désirer, mais l'on fait avec ce que l'on a vous savez!
- DEEE LANTE A MONTVENTEUX LA DIGUE LA DIIIGUE!!
- DE LANTE A MONTVENTEUX LA DIGUE DU CUL!!
- LA DIGUE DU CUL JE RENCONTRE UNE BEEELLE!!
- QUIIII DORMAIT LE CUL NU LA DIGUE LA DIIIGUE!!
- Oh! Messieurs nous voilà en vue de la cité de Serramire, repassons à un répertoire plus sobre voulez-vous, fit l'archonte, une pointe de malice dans sa voix. La chanson paillarde laissa ainsi place à un petit récital improvisé de l'hymne ydrilaine, tout en canons de chœurs graves, intenses et vibrants (et allez dire après ça que le sud est un pays de tantouses!). La colonne de cavaliers suderons s'avança donc jusqu'au castel une fois les gardes assurés de leur identité, annoncés tant par leurs armures cliquetantes que leurs chants patriotes. Soit, l'absence de héraut pouvait éventuellement donner un effet "gros rapiats" au cortège, mais c'était toujours ça d'économisé.
Bref, tout ce beau monde arriva donc au château avec force grelottements, faisant son possible pour garder un semblant de contenance devant les autochtones parfaitement habitués à pareil froid. Car voyez-vous dans le sud, une petite laine en hiver peut amplement suffire pour s'aventurer au-dehors de son chaud logis. Ici même un poêle à bois portatif n'y suffirait pas! Voilà bien des semaines que notre archonte avait quitté ses terres natales, et par les Cinq elles ne lui avaient jamais autant manqué qu'en cet instant! Mais une fois rentré au chaud, toute nostalgie du pays s'évanouit: il avait à parler politique avec la Marquise. Trop occupées à régler leurs futiles crises, qu'il s'agisse de coup d'état, de problème de succession, de guerre civile ou autre, les têtes pensantes ne prenaient pas même la peine de s'inquiéter des troubles extérieurs. Bon sang, les drows étaient au plus bas depuis bientôt cinq ans et personne ne levait le petit doigt? Étaient-ils tous complètement dégénérés pour ne s'intéresser qu'à leurs querelles de quartier alors que le véritable ennemi pansait lentement ses blessures? Une belle brochette de consanguins que ces Eraciens! Serrant les mâchoires, Altiom repensa à ce que n'avait cessé de lui répéter ce bon vieil Ollvar. "Arrête donc de t'énerver pour rien, ça te porte sur les nerfs tu vas finir chenu avant l'heure!" Un sourire aux lèvres, il inspira calmement pour se calmer. Et puis tout-de-même, c'est une Marquise qui le recevait, cela valait bien un minimum de révérence. Tiens d'ailleurs, si le terme ne lui inspirait rien de très désirable, le luron avait déjà été surpris par la beauté inattendue que pouvait cacher des titres tels que Baronne ou Duchesse... jamais deux sans trois? Avec un entrain qui se lisait sur son visage, il se dépêcha de suivre le majordome vers la salle de réception, impatient de mettre un terme à ce suspense, tandis qu'on le délestait de son épais manteau à cape en fourrure d'ours (qu'il n'avait pas tué de ses propres mains au cours d'un épique et sanglant duel au cœur des landes gelées septentrionales, contrairement à un certain gentilhomme Wandrais).

- Waw, laissa-t-il échapper à mi-voix en entrant dans la cage aux tigresses. Ce ne serait ainsi pas une mais deux ravissantes perles qu'aurait à admirer le drille d'un œil pétillant en cette soirée.
- Soyez le bienvenu en Serramire. Permettez moi de vous offrir l’hospitalité de ma demeure le temps qu’il vous plaira.
- Votre Grandeur, votre offre est plus que bienvenue, commença-t-il enjoué. Mais le temps qu'il me plaira... sauf votre respect, risque fort d'être trop long à vos yeux si votre compagnie à toutes deux n'est qu'à moitié aussi agréable que je me l'imagine. Aussi n'hésitez surtout pas à me chasser à coup de pieds dans l'croupion lorsque vous commencerez à me trouver trop insupportable. Avec un léger rire, il prit place à table. Eeeet... j'en oublie même de présenter mes excuses pour le dérangement! J'aurais envoyé un messager plus tôt sans tous ces affrontements avec les drows. Pour être tout-à-fait franc je m'en veux de devoir venir vous déranger en plein deuil, mais les sombres s'agitent en Estrévent et... veuillez me pardonner: mes condoléances, ma Dame. Ah oui, pas mal. Non franchement, bien joué, là y a du talent. Côté pieds dans le plat ça se place quand même une bourde pareille. Le bougre avait presque oublié de présenter ses condoléances à une Marquise!
- Je dois vous avouer ne pas être très familier de ce genre de... "situation". Les événements me laissent rarement le temps de pleurer mes pertes. Côté poilade, voilà un dîner qui promettait de battre tous les records! Bah, le loustic trouverait bien un moyen d'y remédier.


Dernière édition par Altiom d'Ydril le Ven 7 Fév 2014 - 21:24, édité 3 fois (Raison : EAURTEAUGRAF)
Revenir en haut Aller en bas
Maélyne de Lourmel
Ancien
Ancien
Maélyne de Lourmel

Nombre de messages : 2536
Âge : 28
Date d'inscription : 14/03/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26 ans / 983 du 10ème cycle.
Niveau Magique : Non-Initié.
En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée] Empty
MessageSujet: Re: En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée]   En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée] I_icon_minitimeVen 30 Mar 2012 - 22:43

    Voilà que l’Archonte entra dans sa la pièce, on se débarrassa de sa fourrure, en peau d’ours très certainement. Avant de venir s’installer à la table. « Votre Grandeur (…) pleurer mes pertes. »
    Votre grandeur ? VOTRE GRANDEUR ? Alors comme ça il ne se rend pas compte qu’il est accueillit par une Marquise et non un Comtesse ? Chasser à coups de pieds dans l’croupion ??? MAIS QUEL LANGAGE !!! Au plus il parlait au plus Maélyne retenait sa respiration. Et cerise sur le gâteau, il présente ses condoléances après un long discours et en spécifiant bien que ce n’était pas son truc de compatir à la peine des autres. NON ! Il en faisait trop, beaucoup trop ! Une fois qu’il eut terminé, Maélyne serra les poings et se leva, le regardant d’un regard qu’on évitera d’armer pour ne pas provoquer la mort de l’Archonte. Après seulement quelques secondes, Maélyne décida de s’en aller, laissant là son invité. Tout de suite le reste de la table réagissait. Lyanna sa sœur se leva aussi et s’adressa à Altiom.

    « Veuillez l’excuser, elle est un peu à cran ces derniers temps. »


    Avant de rattraper sa sœur qui s’en alla prêt de la cheminée

    « Mais enfin, qu’est-ce qu’il te prend ? » Dît-elle à Maélyne qui avait le regard perdu dans les flammes.
    « As-tu, ne serait-ce qu’entendu son attitude ? Et tu trouves que je devrais rester là, sans rien faire ? Mais pour qui me prends-tu ? » Répondit la Marquise sur un ton que sa sœur reconnaissait bien.
    « Calme-toi, il n’est qu’un Archonte, à quoi t’attendais-tu ? J’ai d’ailleurs apprit qu’il était un simple vagabond avant d’occuper son poste. Il n’a donc pas reçu la même éducation que nous. » Essaya-t-elle pour excuser le comportement de l’invité.

    Les deux sœurs continuèrent de discuter, entre temps à table, les quelques conseillers présents ont arrêtés de se sustenter et commencèrent alors une discussion.


    « Alors, comment se porte l’Ydril mon cher ? Nous devons avouer qu’à cause de tous les troubles actuels en Serramire, nous nous informons plus vraiment de tout ce qui se passe à l’étranger. » Sur ce, un autre rétorqua.
    « Certes, j’ai tout de même entendu quelques échos sur le nouveau Régent du Royaume, certains nobles n’auraient, son ascension au pouvoir, pas vu d’un bon œil. »
    « Vous croyez ? » Dît le dernier conseiller. « Je crois que nous devons d’abord régler nos problèmes, ensuite nous analyseront nos position envers ce régent. »
    « Bien vu, mais je continue à dire que la solution serait de trouver un mari à notre chère Marquise. »
    « Encore faut-il en trouver un qui la supporte. »

    Ils rièrent ensemble, oubliant parfois même l’invité. La Marquise était l’objet principal de la discussion et fallait avouer que cela faisait parfois même vraiment rire. Heureusement pour eux Maélyne se trouvait à l’autre bout de la salle. On pouvait toujours distinguer leurs silhouettes, notamment Maélyne qui tenait sa tête entre les mains, signe d’une grande mélancolie. Plusieurs grosses minutes passèrent, les conseillers avaient repris leurs plats et d’ailleurs s’étaient déjà rassasié lorsque Maélyne revint enfin, elle surprit alors l’un de ses conseilleurs reparler de mariage.

    « Suffit ! » Dit-elle sur un ton sec avant de se rassoir à table en même temps que sa sœur.
    « Alors, cher invité » Continua-t-elle sur un ton ironique.
    « Sachez que, au vu de la politesse, je ne vous mettrais pas dehors avec des coups de pieds dans l’croupion. » Maélyne s’arrêta de parler, mettant sa main devant sa bouche, quasiment choquée d’avoir elle-même reprit ses paroles. « Veillez également m’excuser de mon absence, j’en avait moi-même oublié les bonnes manières. Mais vu votre connaissance en la matière, je suppose que vous ne m’en voudrez pas. » Continua-t-elle toujours en fixant Altiom.
    « Ces messieurs ne vous ont-ils pas trop importuné ? » Demanda-t-elle alors plus sérieuse regardant alors chaque conseiller.

Revenir en haut Aller en bas
Altiom d'Ydril
Humain
Altiom d'Ydril

Nombre de messages : 639
Âge : 26
Date d'inscription : 28/08/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 32
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée] Empty
MessageSujet: Re: En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée]   En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée] I_icon_minitimeDim 1 Avr 2012 - 3:41

Portant une coupe de vin à ses lèvres sans détacher son regard de la Marquise, l'archonte haussa un sourcil quand la "douce" se leva d'un bon en le fusillant du regard. Quoi, qu'eeeeest-ce qu'il avait encore fait...? Le coup du deuil, il s'était excusé tout-de-même! Croupion? Ah oui là peut-être... question d'habitude. Oh mais! Grandeur, votre Grandeur! C'était ça la goutte d'eau! Grandeur c'était pour les... euh... bref, le terme approprié était... quoi déjà? Raaah... Bon le Roi: "votre Majesté", un Duc: "votre Altesse" et un Marquis: votre...
- Veuillez l’excuser, elle est un peu à cran ces derniers temps.
- Bien-sûr, bien-sûr. De toutes façons, vous savez, tant que je n'ai pas la garde aux fesses au bout de cinq minutes d'entretien j'ai l'impression de faire des progrès en diplomatie, répondit l'archonte, pas du tout gêné. Le pire étant peut-être qu'il ne plaisantait qu'à moitié. Bon. Se faisant remplir à nouveau son verre qu'il vida d'une traite, un geste d'autopunition depuis longtemps devenu réflexe dans ce genre de situations, l'Ydrilote observa les deux sœurs s'éloigner. Soit, on avait connu plus conciliant comme réaction devant ses bévues, mais en plein deuil et submergée par son devoir, Maélyne était pardonnable. Altiom était ainsi à deux doigts de se lever pour aller présenter ses plus plates excuses lorsqu'une voix le tira de ses pensées.
- Alors, comment se porte l’Ydril mon cher ? Nous devons avouer qu’à cause de tous les troubles actuels en Serramire, nous nous informons plus vraiment de tout ce qui se passe à l’étranger.
- Ma foi pas trop m-
- Certes, j’ai tout de même entendu quelques échos sur le nouveau Régent du Royaume, certains nobles n’auraient, son ascension au pouvoir, pas vu d’un bon œil.
- Exact, il rencontre une certaine opp-
- Vous croyez ? Je crois que nous devons d’abord régler nos problèmes, ensuite nous analyseront nos position envers ce régent.
- Oui les tr-
- Bien vu, mais je continue à dire que la solution serait de trouver un mari à notre chère Marquise.
- ...
- Encore faut-il en trouver un qui la supporte. Et voilà l'assemblée partie dans un grand rire sans fin! Pire que des gosses. L'archonte n'était pas au bout de ses peines: la discussion sembla ne pas vouloir changer de sujet malgré toutes ses tentatives (les opportunités de villégiature nelenite à l'ombre des cocotiers semblant ne pas intéresser plus que cela la coterie de croulants). Dépité, le suderon ne trouva d'autre exutoire que sa coupe à nouveau pleine... l'espace d'un instant. AH OUI! Votre Excellence! Il savait bien que cela commençait par "E".
- Suffit !
- Oh Grands Dieux merci, souffla le drille.
- Alors, cher invité. Sachez que, au vu de la politesse, je ne vous mettrais pas dehors avec des coups de pieds dans l’croupion. Hoho... la Marquise osait même dépoussiérer son vocabulaire guindé? Incapable de retenir cette main qui vint pudiquement se poser sur ses lèvres toutefois. Tant de retenue faisait presque peine au suderon, mais plus encore il trouvait aussi cela... attendrissant. Un sourire taquin vint à se dessiner sur son visage. Veillez également m’excuser de mon absence, j’en avait moi-même oublié les bonnes manières. Mais vu votre connaissance en la matière, je suppose que vous ne m’en voudrez pas. Le trait arracha un petit rire à son destinataire. La belle cumulait ainsi la finesse du corps à celle de l'esprit? Ces messieurs ne vous ont-ils pas trop importuné ?
- Aucunement! Ils se sont montrés des plus... "joviaux". Non le seul qui ait importuné qui que ce soit ici, c'est moi. Mes excuses pour le "Grandeur" votre Excellence, j'ai bien connaissance de votre rang mais les titres ont toujours été mes plus grands ennemis... littéralement. Permettez-moi de recommencer de zéro: je n'ai pas encore fait d'erreur d'appellation et ne vous ai pas encore parlé de... croupion, finit-il sur un ton espiègle. Attendant l'accord de la Marquise, il reprit: je reviens donc tout juste d'une campagne contre les drows en Estrévent, les troubles qui agitent ces contrées depuis quelques temps ne doivent pas vous être étrangers. Voilà moins d'un mois nous aidions les elfes à nettoyer leurs frontières suite à une incursion ennemie. Bien entendu, j'imagine que vous avez déjà fort à faire sans vous occuper des problèmes extérieurs au royaume, cependant vous êtes le pilier sur lequel repose tout le Royaume. Après une petite pause il se corrigea: je veux dire... le seul qui tienne encore debout. Votre excellence, quelle est la situation en Serramire? La question avait été posée sur le ton le plus neutre qui soit, mais la Marquise semblant posséder un talent certain pour rapidement prendre la mouche, il précisa: rassurez-vous il ne s'agit en rien d'une inspection. Et je ne me permettrais pas de... juger... disons l'efficacité avec laquelle vous effectuez votre tâche. Simple information.
Revenir en haut Aller en bas
Maélyne de Lourmel
Ancien
Ancien
Maélyne de Lourmel

Nombre de messages : 2536
Âge : 28
Date d'inscription : 14/03/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26 ans / 983 du 10ème cycle.
Niveau Magique : Non-Initié.
En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée] Empty
MessageSujet: Re: En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée]   En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée] I_icon_minitimeLun 2 Avr 2012 - 9:41

    Voilà que la Marquise se permettait un langage plus « détendu ». Ce qui en étonna plus d’un à la table, mais ce n’est pas ce qu’il y a de plus important, une discussion a été lancée et Maélyne se devait d’honorer son invité en l’écoutant et en lui répondant. Alors soit, écoutons donc que ce cet Archonte avait à dire. Déjà, il n’osa pas avouer que les conseillers l’avaient importunés. Maélyne connaissait bien ses bougres et si elle n’avait pas besoin d’eux, cela ferait longtemps qu’elles les auraient envoyé paitre ! Ensuite, il se reprit, s’excusa pour « sa grandeur » etc. etc. bref Maélyne n’en avait plus rien à faire et avait d’ailleurs déjà pardonné mais le laissa tout de même parler, par politesse encore une fois,. Rhalala, éducation quand tu nous tiens ! C’est donc d’un signe de la main qu’elle l’invita à continuer. Il lui expliqua donc ses petites aventures plus au nord et chez le peuple elfe. Maélyne était bien au courant de tout cela, vu qu’elle devait elle-même faire face, avec ses armées aux attaques répétitives. C’est donc tout naturellement que l’Archonte lui demanda des nouvelles de Serramire. Soit, parlons donc un peu de Serramire, pourquoi pas ! Elle ne faisait que ça à longueur de journée alors pourquoi pas en profiter ! Ce fût bien sûr une phrase ironique, Maélyne avait envie de tout sauf de ça. Allons Maélyne, fait encore un effort ma chère et essaie de couper court à cette discussion qui s’annonce déjà plus que déprimante.

    « Nous avons plusieurs conflits à l’intérieur de nos terres à devoir gérer en même temps que les attaques se déroulant au nord. Certains seigneurs ne voient pas d’un bon œil qu’une femme puisse diriger ce Marquisat. Et comme vous l’aurez certainement entendu pendant de longues minutes, ces messieurs ici présent ne souhaitent qu’une chose, me marier ! Alors que je viens à peine de perdre mon mari. Mais passons, cela n’a en rien d’intéressant. Si vous voulez tout savoir, le conflit oppose principalement les seigneurs de l’intérieur face aux seigneurs frontaliers. Je suis dans une fâcheuse position. »

    Et oui, Maélyne était fille de seigneur de l’intérieur mais l’épouse d’un seigneur frontalier, cela la mettait sérieusement dans une position qu’elle n’aurait pas voulut. Chaque « camp » demandait son appui depuis la mort d’Adrien. Celui-ci soutenait les seigneurs frontaliers, mais Maélyne ne pouvait s’empêcher de penser à sa famille, qui eux, sont plutôt des seigneurs de l’intérieur.

    « Voyez-vous, je suis censé diriger des têtes de mules qui n’arrivent pas à se mettre d’accords sur tel ou tel point. Alors croyez-moi, mon cher, que je compte pleinement profiter de cette soirée organisé pour votre visite et me vider la tête de tout problème politique ! »

    Voilà, c’était dit, les conseillers étaient plutôt choqués mais Maélyne s’en foutait. Elle claqua des mains et des musiciens firent leurs apparitions avec quelques jolies danseuses recrutés pour l’occasion. Il faut savoir que les gardes qui accompagnaient l’Archonte étaient logés à la même enseigne. Maélyne se voulait festif ce soir car elle avait un invité, mais surtout pour une fois ce vider l’esprit et en profiter, des fêtes en Serramire, petites ou grandes, il y en avaient peu.

    Les musiciens présents commencèrent par un rythme plutôt endiablé et les danseuses ne se firent pas prier pour commencer à onduler. C’est donc dans cette ambiance que la marquise décida de continuer enfin à se sustenter, elle qui n’avait d’ailleurs même pas encore commencé. Sa sœur Lyanna était déjà dans l’ambiance. Maélyne par contre aura certainement encore besoin de quelques verres de vin avant de pouvoir se lâcher ne serait-ce qu’un peu.


    « J’espère que cela vous convient »

    Dit-elle à l’intention d’Altiom, qui d’ailleurs avait l’air déjà ravis. Plusieurs minutes passèrent et de bons moments furent échangés à table, lorsque Lyanna, festive comme elle est, décida de se lever pour rejoindre les artistes. Maélyne la connaissait bien, pourtant elle l’étonna toujours. C’est donc tout naturellement que la Marquise commença à lui demander de se calmer un peu. La sœurette ne fit que répondre qu’on était là pour s’amuser. Voilà, Maé était gênée, honteuse du comportement de sa sœur et cela pouvait se lire facilement sur son visage crispé.
Revenir en haut Aller en bas
Altiom d'Ydril
Humain
Altiom d'Ydril

Nombre de messages : 639
Âge : 26
Date d'inscription : 28/08/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 32
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée] Empty
MessageSujet: Re: En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée]   En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée] I_icon_minitimeJeu 23 Aoû 2012 - 13:26

Et une crise diplomatique désamorcée, une! Pour un premier contact -par rapport à la tendance générale du moins- les choses se passaient somme toute relativement bien. Altiom n'avait pas la garde aux fesses, ni mis feu à un quelconque bâtiment, ni même été menacé de mort! Sa rencontre avec la Marquise témoignait décidément de débuts prometteurs. Pragmatique à défaut d'être tout-à-fait cordiale, elle commença à répondre à son invité, expliquant sa délicate situation... qui partageait d'ailleurs de curieuses similitudes avec celle du suderon.
- Voilà qui nous fait un point commun, mes terres sont aussi convoitées par plusieurs chiens voulant tous leur part de ce bel os qu'est Ydril! Lorsqu'elle eut fini, le drille se permit d'ajouter avec un sourire: vous marier? En voilà une idée, vous êtes encore bien trop jeune et belle pour cela! S'il est bien un seul conseiller qui vaille jamais la peine d'être écouté, c'est votre cœur. Une poignée de regards peu amènes le fixèrent alors, voilà qu'un étranger venait leur mettre des bâtons dans les roues jusque chez eux à prendre le parti de la Marquise maintenant?!
- Voyez-vous, je suis censé diriger des têtes de mules qui n’arrivent pas à se mettre d’accords sur tel ou tel point. Alors croyez-moi, mon cher, que je compte pleinement profiter de cette soirée organisé pour votre visite et me vider la tête de tout problème politique ! Voilà! Ça, c'était de la noblesse! Serramire devrait être un exemple pour toute la Péninsule!
- Ma Dame... si vous pouvez lire en mon esprit, avouez-le moi dès maintenant, taquina l'archonte, feignant la stupeur avant de finir sur une note espiègle. Vous risqueriez de tomber sur des pensée ne seyant pas à... la pudeur convenue d'une demoiselle de votre rang.
Ce fut alors toute une coterie de saltimbanques qui investit l'endroit. Des bougres rigolards aux almées suaves, la Marquise avait su réunir la combinaison gagnante d'une bonne petite soirée improvisée! Enthousiasmé par les rythmes joyeux et frénétiques, le vadrouilleur se laissa aller à quelques percussions improvisées sur coin de table, remuant de la tête en cadence. Les discussions elles aussi devinrent vite plus légères, déridant les conseillers par sa franchise et sa bonne humeur, le suderon fit son possible pour briser la glace avec son hôte. C'était la fête par les Cinq, pas de place à la retenue!
- J’espère que cela vous convient, glissa la Dame d'un ton neutre et diplomatique.
- Si cela me convient? Très chère, vous avez tout simplement réalisé l'un de mes plus intimes souhaits! Transformer une barbante visite diplomatique en sauterie délurée! Rien ne me ferait plus plaisir... Tout ce beau monde continua alors de pépiller gaiement, sans trop se soucier de l'objet des bavardages, jusqu'à ce que la ravissante sœurette d'Outremont ne prenne idée d'aller rejoindre la bande des joyeux artistes sur la piste! Altiom ne l'aurait pas avoué, de peur de froisser de nouveau la Marquise, mais cela le démangeait aussi depuis leur arrivée. Apparemment, ç'avait été une sage décision, en témoignèrent les réprimandes de Maélyne. Mais... pourtant ce soir était à la fête, à l'amusement. Ne pouvait-on pas faire fi des convenances ne serait-ce que pour quelques heures? Inutile de poser telle question au vadrouilleur joli cœur: celui-ci s'était dors et déjà levé, s'arrêtant aux côtés de la Dame.
- A vrai dire je crois avoir fait erreur, il existe bien une chose qui me ferait plus plaisir encore. Amusez-vous! Votre sœur a raison, nous ne sommes pas là pour respecter l'étiquette mais pour nous divertir. Vous avez lancé les hostilités, allez jusqu'au bout! Que diriez-vous si cette soirée devenait une ode à la liberté? Faisons table rase de ces futiles règles de bienséances et autres convenances idiotes. Soyons humains, tout simplement! Commençons par utiliser nos vrais noms! Pour vous, je ne serai qu'Altiom. Me permettez-vous de vous appeler Maélyne? Personne ne vous jugera. Attendant sa réponse, il ajouta ensuite en tendant sa main, un sourire enjôleur accroché aux lèvres: venez, allons danser comme deux jeunes gens insouciants, loin du fardeau de nos titres!
Revenir en haut Aller en bas
Maélyne de Lourmel
Ancien
Ancien
Maélyne de Lourmel

Nombre de messages : 2536
Âge : 28
Date d'inscription : 14/03/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26 ans / 983 du 10ème cycle.
Niveau Magique : Non-Initié.
En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée] Empty
MessageSujet: Re: En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée]   En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée] I_icon_minitimeDim 26 Aoû 2012 - 19:34

Spoiler:
 

Il régnait une ambiance de plus en plus festive dans cette salle. Même si Maélyne était très attachée au protocole, la demoiselle ne pouvait s'empêcher d’apprécier le changement d'orientation des discutions. Il faut dire aussi, que l'invité actuel était loin d'être un noble coincé qu'elle avait l'habitude d'accueillir. Non, celui-ci avait un goût prononcé pour les festivités et les manques de délicatesse. Mais soit, la marquise se serait bien passé de certaines de ces remarques mais appréciait celle qui touchait autour de son mariage. La jeune femme ne put s'empêcher de se réjouir intérieurement lorsqu'elle vit la réaction de ses conseillers. Il fallut un certain temps avant que ceux ci ne rattrapent le coup et se précipitent de rappeler à la demoiselle à quel point il était important de trouver mari. Maélyne leur fit alors comprendre qu'ils avaient pas à s'inquiéter et qu'ils devraient plutôt en profiter pour s'amuser un peu. Il en fallut pas plus pour que le noble invité se lève et se dirige vers l’hôtesse.

-A vrai dire je crois avoir fait erreur, (... ) Me permettez-vous de vous appeler Maélyne? Personne ne vous jugera.

Et si, beaucoup de monde se permettront de juger la marquise, il y a tout d'abord ses conseillers, puis les serviteurs et les musiciens qui font partie du peuple. La rumeur d'une marquise s'enivrant d'une telle soirée alors que le pays est enclin à de gros problèmes politiques n'amélioreraient pas sa position actuelle. Alors que faire? L'envie était là, l'envie d'en profiter, d'essayer de danser, de s'amuser. Après un certain temps de réflexion, et surtout poussée par l'invitation d'Altiom. Maélyne se leva, l'accompagna et se laissa entraîner par le rythme de la musique. Certes elle était loin d'être une grande danseuse, et certains de ses pas étaient maladroit et on pouvait facilement voir qu'elle se concentrait à ne pas bousculer d'autres personnes. En d'autres termes, la demoiselle était à plaindre. Il fallut pas plus pour que l'enthousiasme de la jeune femme retombe après une vingtaine de minutes, c'est donc pour cette raison qu'elle s'écarta un peu du groupe. Laissant ses invités profiter. Une petite balade dans le jardin n'était pas de refus. Se retrouver seule était pour elle nécessaire.

*Un peu de calme puis j'y retourne.* Se dit-elle en prenant un grand bol d'air frais.
*Cette situation commence à me peser lourd sur les épaules. Pourquoi ais-je accepté d'épouser Adrien? Pourquoi m'a-t-il laissée seule après si peu de temps? En même temps, j'ai pas vraiment eu le choix d'accepter, et c'est encore moins de sa faute s'il est mort si jeune...*

La jeune femme fut alors interrompue dans ses pensées par une servante.

- Ma Dame, l'archonte d'Ydril vous demande. Puis-je le faire venir jusqu'à vous?
- Certainement.

C'est donc ainsi que l'homme fut conduit jusqu'à elle. Maélyne ne lui lassa pas le temps d'entamer la conversation, elle s'était précipitée sur la prise de parole.

-Veillez m'excuser si je vous ai laissé seul. J'avais besoin de me ressourcer un peu. Je ne suis pas habituée à tant de festivités. Dit-elle en lui adressant un léger sourire pour s'excuser.

Même si la jeune femme avait déjà cerné le personnage et qu'il n'était vraiment pas du genre à reprocher tout et n'importe quoi, son éducation lui obligeait de tout de même s'excuser. C'est ainsi que débuta une conversation, moins protocolaire, plus libre voire même plus personnelle.
Revenir en haut Aller en bas
Altiom d'Ydril
Humain
Altiom d'Ydril

Nombre de messages : 639
Âge : 26
Date d'inscription : 28/08/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 32
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée] Empty
MessageSujet: Re: En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée]   En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée] I_icon_minitimeMar 4 Sep 2012 - 23:27

S'il était des nobles qui se faisaient un malin plaisir à jouer les rabat-joie de service, toujours à remettre à sa place le balai des rares sang bleu coincés du fondement tentant de s'ouvrir aux joies des libres mœurs, il devait bien exister quelque part un exact opposé. Un alter-ego de l'ennui quasi-morbide qu'inspiraient toutes ces règles aussi idiotes qu'ancestrales. Un libérateur des mentalités restreintes! Un chevalier vengeur de l'anti-bienséance! Et si tel n'était pas le cas, un certain archonte avait malgré tout fait le serment secret et sacré de dédier sa vie à cette monumentale cause! Et en ce jour, il faisait son possible pour illuminer la soirée de cette chère Marquise de Serramire. Car il le sentait au fond de lui, il le voyait dans ses yeux, derrière cette épaisse carapace de protocole, sous ce voile de solennité, Maélyne ne désirait que le soulagement qu'apporte une vie pavée de joie et de simplicité. Loin des charges éreintantes et des accablantes responsabilités propres à sa condition. N'était-ce pas d'ailleurs ce que nous souhaitions tous?
Apparemment le drille avait misé juste! A l'instant même où la dame prit sa main pour l'accompagner sur la piste, son sourire s'élargit encore, plus lumineux que jamais, plus heureux pour elle que pour lui. Et si celle-ci ne semblait pas à son aise sur la piste, peu assurée sans toutefois être maladroite, cela restait un pas en avant. Aaah ça oui, la noblesse du nord était bien différente de celle d'Altiom. Ici la vie était rude, la menace drowe plus tangible qu'une légende nébuleuse, les problèmes avaient tous cette gravité qu'on ne leur connaissait pas, là-bas dans le sud. Peut-être un effet du climat, sans doute, allez savoir. Façonnés au gré des bises gelées et des saisons chaotiques, les gens du nord étaient-ils devenus eux aussi plus froids, durs et sérieux? Ma foi, la sœur de la Marquise semblait bien à elle seule invalider toute la théorie! Mais après quelques minutes passées à se secouer en tous sens à ses côtés, l'archonte finit par quitter à son tour la petite troupe, laissant la place aux conseillers les plus intrépides. Il devait bien y en avoir un ou deux prêts à se dandiner comme de jeunes galopins, quitte à récolter une bonne grosse sciatique dans l'opération!
Mais où était donc la reine de la soirée? Balayant la salle du regard, en vain, le suderon se fit accoster par l'une des domestiques, venue s'enquérir de son apparente préoccupation. Diantre que le service était efficace! Le message fut-il ainsi transmis à la Dame, qui à son tour fit mander le drille en manque de Marquise, ce dernier rameutant finalement dans la fraîcheur de la nuit! Bref, ce rp aura-t-il ainsi eu la dose d'action effrénée tant attendue du lecteur!

- Veillez m'excuser si je vous ai laissé seul. J'avais besoin de me ressourcer un peu. Je ne suis pas habituée à tant de festivités, commença alors la Dame à l'arrivée du loustic.
- Inutile de vous excuser Maélyne, j'ai connu bien pire outrage, répondit l'intéressé d'un ton conciliant avant de faire une petite pause. Mais c'est dommage, une bonne pitance, une bonne boutanche et une bonne danse de temps en temps vous feraient le plus grand bien! Même à la tête d'un duché, on devrait toujours trouver le temps de se détendre! Regardez notre cher régent. A force de mener toutes ces absurdes guerres à droite à gauche sans prendre de répit, le pauvre finira par y laisser la santé! Après un léger rire, il continua: vous savez... vous devriez venir par chez moi, en Ydril. Goutter au doux climat du sud, aux vins chantants de ses vignes, à la sérénité de ses campagnes. Lorsque... vous aurez arrangé les choses en vos contrées, bien entendu. Une semaine de vie simple et heureuse. Sans contrainte, sans tourmente, sans responsabilité. A nouveau, il eut un petit rire. Et puis... je pourrais lâchement en profiter pour vous apprendre à festoyer à l'ydriaine, qu'en dites vous?

Les deux nobles continuèrent ainsi leur marche tranquille sous le secret des étoiles, parlant de plus en plus librement. Sous la voûte silencieuse, dans le calme du jardin, ils semblaient plus sereins. Ils n'étaient plus vraiment nobles, ici, non, ils étaient deux jeunes gens paisibles, loin de l'agitation de la cour et des troubles du commandement. Pourtant Altiom le sentait, sans pour autant parvenir à mettre le doigt sur sa cause, la Marquise semblait troublée par bien plus que sa charge. Se refusant à frôler l'indiscrétion, il préféra faire son possible pour lui mettre un peu de baume au cœur.
- Maélyne, nous sommes seuls, tous les deux, personne ne nous regarde. Ce serait le moment idéal pour ajouter quelques pas de danse à votre arsenal! Juste de quoi pouvoir profiter de ce genre de soirée à l'avenir sans craindre d'éborgner la moitié des danseurs. Quelque chose de basique, qui peut se pratiquer tant à deux qu'à quinze... hmm.. disons... Fronçant les sourcils en levant les yeux au ciel, le drille trouva rapidement de quoi satisfaire la Dame. Il Saltarello Ydriano! Vous allez adorer, une danse traditionnelle de mon pays, c'est assez remuant mais tout ce qu'il y a de plus simple. Toujours aussi enjoué, le luron attendait sa réponse.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maélyne de Lourmel
Ancien
Ancien
Maélyne de Lourmel

Nombre de messages : 2536
Âge : 28
Date d'inscription : 14/03/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26 ans / 983 du 10ème cycle.
Niveau Magique : Non-Initié.
En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée] Empty
MessageSujet: Re: En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée]   En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée] I_icon_minitimeSam 8 Sep 2012 - 19:21

Voilà que les deux jeunes gens s’enfoncèrent de plus en plus dans le jardin qui reprenait doucement vie avec le climat qui s'adoucissait au fil des semaines. Altiom, avec sa bonne humeur, n'hésita donc pas à se lancer dans de longues phrases. Cela ne sert à rien de s'excuser... évite de te rabaisser tout le temps... Profite un peu de ce temps de fête... Voilà ce qu'en déduit Maélyne, une fois que l'invité prit une pause. Certes, il avait raison, mais bon, que pouvait-elle donc faire d'autre? Maélyne n'avait connue que cela après tout. Même si on la décrivait comme quelqu'un d'assez froid et bien à cheval sur ses principes, en réalité ce n'est qu'une facade. Soit, peut-être qu'avec le temps... Si la situation de Serramire s'améliorait un temps soit peu, peut-être que Maélyne pourra se permettre d'être elle-même et ne pas devoir se cacher derrière une carapace en fer.

Il reprit alors de plus belle, une fois qu'ils étaient réellement éloignés. Normalement la jeune femme ne devrait pas se retrouver seule, c'est une question de sécurité, même s'il était un Archonte, qui sait, on ne le connaissait pas après tout. Mais bon, Maélyne n'avait guérre peur et ne pensais même pas à tomber sur ce genre de situation.

Altiom lui proposa de danser. Une danse du sud d'après ce qu'elle avait comprit. Ce qui... d'un côté l'amusait, mais de l'autre, la tracassait.

-Enfin... n'avez vous donc pas vu ma prestation de la tout à l'heure? Lorsque je danse je suis raide comme un piquet. Je n'ai pas le sens du rythme, oh non! Loin de là, je risque plus de me ridiculiser plutôt que de m'amuser. Souhaitez-vous vraiment m'apprendre cette danse? Vous ne savez vraiment pas dans quoi vous vous embarquez !

Maélyne avait parlé assez vite, on pouvait donc facilement deviner le stress qui montait de plus en plus. Oh non, elle ne voulait pas, elle ne voulait vraiment pas. Maélyne savait très bien qu'elle était vraiment pas douée pour la danse, et là face à Altiom, un invité politique... Oh non, mieux vaux qu'elle reste tranquille même si l'homme se faisait de plus en plus insistant. Mais... Même avec cette angoisse, elle ne put résister longtemps face aux arguments de l'homme.

-Bon d'accord! Mais surtout ne vous moquez pas! Je risquerais de le prendre mal.

Dit-elle sur un ton assez agacée. S'apprêtant à passer un mauvais quart d'heure dont elle se souviendra longtemps, sans aucun doute. Heureusement qu'ils étaient seuls et que personne ne pouvait voir l'oeuvre qu'elle s'apprêtait à dévoiler.
Revenir en haut Aller en bas
Altiom d'Ydril
Humain
Altiom d'Ydril

Nombre de messages : 639
Âge : 26
Date d'inscription : 28/08/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 32
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée] Empty
MessageSujet: Re: En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée]   En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée] I_icon_minitimeMer 12 Sep 2012 - 13:20

Le Nord rencontrait donc le Sud, qui arrivait d'ailleurs par l'Est, et voici qu'allait se produire l'inévitable choc des cultures. Mais pas un de ces chocs meurtriers, pas d'invasion, pas d'incompréhension, non. Il y avait de l'harmonie, de la douceur et de la tolérance là où régnait d'habitude le chaos. D'abord incertaine, la Marquise finirait par céder à la tentation.
- (...) je risque plus de me ridiculiser plutôt que de m'amuser. Souhaitez-vous vraiment m'apprendre cette danse? Vous ne savez vraiment pas dans quoi vous vous embarquez !
- Oh le ridicule est un art où je suis passé maître, si j'en suis le roi et vous la reine nous sommes faits pour nous entendre, glissa-t-il d'une voix calme et apaisante.
- Bon d'accord! Mais surtout ne vous moquez pas! Je risquerais de le prendre mal. Le loustic jubilait intérieurement! N'en témoignait qu'un sourire espiègle venu se loger au creux de ses commissures.
- Ma foi... je ne peux rien vous promettre, fit-il d'un ton mutin. On va attaquer en douceur. S'approchant d'un pas, il saisit délicatement les avant-bras de la dame et les déposa sur ses hanches. Le premier mouvement est simple, il suffit de garder vos mains sur votre... croupion, œillade amusée, et de faire pivoter votre corps jusqu'à ce que nos épaules se touchent presque, d'un demi-tour à droite, puis à gauche, et ainsi de suite sans me perdre de vue. Lancez vous quand vous serez prête! Et l'archonte entama alors les premiers pas, épaule droite, épaule gauche, et rebelote, suivant un rythme imaginaire assez lent pour commencer. Puis la demoiselle se jetant finalement à l'eau, il accéléra la cadence à mesure de ses progrès. Sentant sa partenaire prendre confiance après quelques enchaînements, le luron entama aussitôt l'autre partie du mouvement et se mit à tourner lentement autour d'elle en poursuivant ses pas de danse.
- Raide comme un piquet, hm? Pour un bout de bois vous vous débrouillez plutôt bien, charria le suderon. Trop bien pour vous arrêter en si bon chemin, prenez ma main! Et joignant le geste à la parole, il lui tendit cette dernière. C'est un pas commun à foultitudes de danses, vous n'avez qu'à tourner sur vous-même sans me lâcher! Tendant son bras juste au-dessus de la Marquise, il laissa celle-ci effectuer le mouvement, l'entraînant à tournoyer encore et encore. Le bougre se rendit d'ailleurs compte qu'il aurait mieux fait de la freiner plutôt que l'encourager lorsqu'il rattrapa une Marquise aussi chancelante qu'une chaloupe nelenite. Hohoho doucement, je vous tiens, je vous tiens! Vous devriez essayer le rhum thaarien, c’est un excellent moyen d'entraîner son sens de l'équilibre... à haute dose en tout cas. Eh, mine de rien la petite s'était plutôt bien dépatouillée pour une première fois. Altiom savait qu'il fallait éviter de forcer sa chance mais... bah, après tout pourquoi pas!
- J'dois avouer que vous m'avez épaté jusque-là Maélyne! Un dernier mouvement pour la route et j'arrêterai de vous torturer: nous nous tenons par les coudes et tournons l'un autour de l'autre dans un sens... Il s'exécuta alors, lentement dans un premier temps. Puis nous changeons de bras et tournons dans l'autre sens. C’est enfantin! Toujours armé de son grand sourire rassurant, il guida la demoiselle, dans un sens puis dans l'autre, augmentant le rythme par palier, ralentissant un peu lorsqu'il la sentait en difficulté avant de remettre les bouchées doubles une fois la belle sûre d'elle. Il n'y avait plus d'archonte, plus de Marquise, juste un homme et une femme qui pour un temps avaient pu s'évader du monde, vers une contrée où charges, responsabilités et conséquences n'avaient plus prise sur qui que ce soit.
Ce qui avait bel et bien prise sur notre petit duo en revanche, fut la large robe d'apparat de la dame. La fatalité s'abattit alors sur le couple ; ne manquèrent finalement que le craquement de tonnerre lointain et le rire démoniaque de rigueur pour parachever l'horreur de la scène. Une vaudevillesque débaroulade plus tard, nos héros se retrouvaient les quatre fers en l'air, Altiom ayant malgré tout eu la décence d'amortir la chute de sa partenaire, quitte à en récolter quelques bleus. Et après avoir relevé sa tête pour se retrouver littéralement nez à nez avec la dame, il se décida à commenter cette scène pas du tout cliché, ponctuant sa phrase d'un énième sourire.

- Et c'est ainsi que finissent toutes les danses de mon pays.


Dernière édition par Altiom d'Ydril le Dim 19 Mai 2013 - 5:02, édité 3 fois (Raison : EAURTEAUGRAF)
Revenir en haut Aller en bas
Maélyne de Lourmel
Ancien
Ancien
Maélyne de Lourmel

Nombre de messages : 2536
Âge : 28
Date d'inscription : 14/03/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26 ans / 983 du 10ème cycle.
Niveau Magique : Non-Initié.
En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée] Empty
MessageSujet: Re: En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée]   En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée] I_icon_minitimeMer 12 Sep 2012 - 18:18

Bon, il a raison, le ridicule ne tue pas, et heureusement! En plus de cela, à près tout, ils étaient que deux! Personne ne pouvaient les voir donc personne ne pouvait se moquer. Allez! On se lance. C'est donc concentrée que Maélyne écouta et regarda Altiom lui montrer le premier pas à suivre. Il lui attrapa les avant bras pour ensuite les placer sur ses hanches, voir même un peu plus bas. Maélyne regarda puis redressa la tête pour surtout comprendre ses explications. Et voilà c'était partit. Le premier pas paraissait simple, il fallait tourner le corps pour que les épaules de chacun semblent se toucher... Oula, déjà rien que le premier pas demandait de la synchronisation. Cela allait mettre Maélyne dans un certain embarras.

- Comme ça, c'est ça?

Demanda-t-elle en suivant le rythme qu'imposait l'archonte. Lent au début, heureusement d'ailleurs. Mais le rythme augmenta lorsque la jeune femme commençait à "piger le truck". C'est donc avec un sourire qu'elle commençait à se laisser aller. Finalement la danse pouvait être un certain déstressant. Oui... pourquoi pas, la jeune femme dansera plus souvent. Une fois que la marquise fut réellement à l'aise, il était temps de passer à la suite. Et quelle suite! Maélyne fit donc ce qu'Altiom lui demanda, et sa main finit sa course dans la sienne. Tout d'un coup l'homme la fit tourner, tourner et encore tourner. Sauf qu'il y avait un hic dans toute cette histoire! Maélyne était habillée à la hauteur de l'évènement. Une robe donc pas très pratique pour danser, et surtout les danses du sud. C'est donc sans surprise que cette fameuse robe s'entremêla dans les pieds de la jeune femme. Elle vit le sol du jardin arriver à grand pas. Mais heureusement, Altiom su la rattraper à temps. Sans vraiment s'en rendre compte, elle éclata de rire. Un rire qui venait de loin, un rire qui lui fit tant de bien.

- Bon essayons de reprendre.

Voilà que les explications du troisième pas s'enchaîna après que l'homme ne complimente la jeune femme. Maélyne était si concentrée qu'elle n'y fit même pas attention. Cela l'amusait d'essayer ce genre de danse et c'est ce qu'elle voulait avant tout, s'amuser. Quelques instants plus tard, les deux jeunes gens étaient en train de tourner en changeant le sens. Le rythme était d'abord lent puis s'accéléra. Des rires ce faisaient entendre jusqu'à ce que le drame ne survienne. La robe de soirée de la marquise n'a finalement pas tenu le coup, l'archonte avait, très certainement, involontairement, marché sur la robe, s'entremêlant ainsi la jambe. Tout deux tombèrent, mais heureusement, Altiom décida (ou non?) d'amortir la chute de la jeune femme.

- Et voilà qui est fait!

Lança-t-elle avant de se laisser tenter par un rire. La jeune femme essaya de se relever péniblement mais un fou rire la prit aussi tôt. Cela faisait longtemps qu'elle ne s'était pas lâchée ainsi. Heureusement que personne ne pouvait les voir car c'était une scène vraiment embarrassante. Effectivement, voir ainsi la marquise, par terre, la robe complètement déchirée jusqu'à la cuisse et à ses côtés l'invité du jour; l'archonte. Cela pouvait donc porter à confusion. Il fallait de grosses minutes pour que Maélyne se remette de ses émotions.

- Merci pour ce moment... comment vais-je dire cela... Amusant, mais embarrassant à la fois.

Murmura-t-elle en essayant de refaire sa robe et de cacher sa jambe.

- En tout cas si le sud est rythmée par ce genre d'ambiance, croyez-moi sur parole, je viendrais souvent vous voir!

Marquant une pause, la marquise se rendit compte qu'elle voulait continuer de danser, continuer à apprendre et surtout continuer de s'amuser.

- Avez-vous peut-être d'autre pas de danse à m'apprendre? Je peux finalement pas tomber plus bas au niveau de ma tenue vestimentaire et au moins cela me donnera plus d'aisance.

Allez, dansons encore un peu, profitons en, l'archonte n'allait pas établir domicile chez elle.
Revenir en haut Aller en bas
Altiom d'Ydril
Humain
Altiom d'Ydril

Nombre de messages : 639
Âge : 26
Date d'inscription : 28/08/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 32
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée] Empty
MessageSujet: Re: En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée]   En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée] I_icon_minitimeDim 19 Mai 2013 - 9:35

Sous l'abysse de l'empyrée, deux lagons d'azur fixaient les pommettes enflammées de la Marquise. Si rougeoyante de gêne qu'on l'aurait cru volcan prêt à exploser! Ou grande amatrice de vinasse et poivrote invétérée, c'est selon. Souriant, l'archonte croisa les bras sous sa tête et reposa celle-ci, perdant son regard dans l'infinie noirceur, tout là-bas. Le bougre avait bien dû réussir à s'enfiler une dizaine de verres avant de se faire ravir par la belle, et s'il avait vaillamment tenu le choc pendant sa petite leçon privée, voilà que le nectar lui montait à la tête maintenant qu'il s'était affalé dans l'herbe fraîche. Laissant glisser sur lui le silence, le vent, le temps, il lâcha prise et se donna à la nuit. La respiration saccadée de Maélyne, juste à côté, il l'entendait, la sentait lentement s'évanouir. Bordel c'était pourtant si simple, si bon, cette paix. Comment diable le monde pouvait-il se complaire dans la haine et la souffrance, entouré d'autant de sérénité.
- Merci pour ce moment... comment vais-je dire cela... Amusant, mais embarrassant à la fois.
- Aaah.. que voulez-vous, c'est un don! murmura le suderon en s'extirpant de sa torpeur. J'exaspère les femmes, puis je les embarrasse, je les amuse et... finalement elles deviennent folles de moi, fit-il, espiègle.
- En tout cas si le sud est rythmée par ce genre d'ambiance, croyez-moi sur parole, je viendrais souvent vous voir!
- Haha heureuse nouvelle! Mais prévenez-moi à l'avance que je vous réserve une chambre, les servants jasent assez comme ça sans que vous ayez à partager ma couche par manque de places, taquina-t-il derechef.
- Avez-vous peut-être d'autre pas de danse à m'apprendre? Je peux finalement pas tomber plus bas au niveau de ma tenue vestimentaire et au moins cela me donnera plus d'aisance.
- Allons Maélyne, ne m'forcez pas à enlever ma chemise pour nous mettre sur un pied d'égalité! Un sourire malicieux en coin, l'Ydrilote entreprit de se relever en songeant à la suite des opérations. Diantre il était le premier surpris de l'ardeur toute suderonne que manifestait sa compagne! Une danse c'est de la curiosité, deux c'est de la gourmandise! Mais soit... vous avez déjà de quoi briller en société, autant ajouter une corde à votre arc. Après quelques instants d'intense réflexion et moult froncements de sourcils, le loustic continua: ooohohoho je sais! Une touche d'exotisme pour épicer l'intimité, cadeau d'une ancienne amie zurthane aux nombreux.. em.. talents. J'vous avoue être bien incapable de prononcer le nom de cette danse, mais j'ai tous les autres détails en tête! Venez, rapprochez-vous, glissa-t-il en prenant la main de la demoiselle. Cette fois, plus de mouvements, plus de pas, juste un maître-mot: l'instinct. Commencez par me suivre, laissez-vous guider... Altiom écarta les bras, comme pour enserrer la belle sans la toucher, enchaînant quelques pas d'un côté puis de l'autre, roulant des épaules comme le voulait la tradition, avant de venir se coller côte à côte avec sa partenaire, la frôlant parfois du bassin. Restez toujours proche, imitez mes gestes, nous sommes chacun le reflet l'un de l'autre, les deux faces d'un même miroir. Lentement nos âmes doivent se mêler pour n'en former plus qu'une. Du moins c'est ce qu'il avait jadis compris des explications alambiquées de son amante. Se retournant alors face à sa cavalière, ce coquin d'Altiom se courba furtivement en avant, jusqu’à effleurer les chastes lèvres marquisales. Basculez en arrière lorsque je me penche vers vous, en avant lorsque je m'incline en retrait, épousez mon corps comme j'épouse le vôtre. Nos bras doivent s'entremêler sans se gêner, nos bustes se suivre sans se heurter, susurra-t-il tout bas. Il se courba alors à son tour en arrière, laissant la jeune femme prendre l'initiative, mais se figeant plus tôt que prévu la surprit dans son élan et parvint à lui voler un bref baiser. Dos à dos maintenant, murmura-t-il avec un sourire taquin. A nouveaux les épaules se touchèrent, les bassins se frôlèrent, et la tension devint palpable. Les mouvements se firent plus naturels, moins raides, les caresses plus sensuelles, les respirations bientôt haletantes. Par les Cinq Maélyne, cette almée zurthane n'avait rien à vous envier. Ni les formes, ni la grâce, ni la fougue. Et sans prévenir, le suderon pivota vers sa cavalière, tout contre son dos, embrassant ses formes, entrelaçant ses bras aux siens, pointés vers les cieux. Pliant légèrement les genoux, l'entraînant dans un sensuel ballet ondoyant, de haut en bas, de bas en haut. Caressant la nuque vierge de ses lèvres, suggérant à la Marquise les plus délicieux tourments d'un simple souffle, mettant la peau brûlante de désir au supplice de ses baisers.
- Voulez-vous finir cette danse... votre Honneur?

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maélyne de Lourmel
Ancien
Ancien
Maélyne de Lourmel

Nombre de messages : 2536
Âge : 28
Date d'inscription : 14/03/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26 ans / 983 du 10ème cycle.
Niveau Magique : Non-Initié.
En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée] Empty
MessageSujet: Re: En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée]   En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée] I_icon_minitimeLun 20 Mai 2013 - 12:16


    La dame réclamait une autre danse, et quelle danse ! Maélyne se laissa guider, reproduisant les gestes d’Altiom tout en écoutant ses consignes. Elle apprit alors plusieurs pas, mais, la jeune femme ne s’attendait pas à autant de sensualité. L’archonte se permettait de lui voler un baiser pour ensuite se coller à elle. Même si Maélyne continua la danse, elle se sentait de plus en plus mal à l’aise. Lorsqu’il lui demanda si elle désirait finir, la Dame ne savait pas quoi lui répondre. En avait-elle vraiment envie ? Ou bien ses sentiments lui jouaient-ils des tours ? Son cœur battait de plus en plus vite mais était-ce par envie ou par anxiété ?

    Maélyne se retourna pour se mettre face à son interlocuteur. Elle le regarda dans les yeux, il était si charmant mais ce n’était pas le genre de Maélyne à se donner ainsi au premier venu.


    « Veillez m’excuser si je vous ai fait croire à un moment ou un autre que j’étais intéressée. Je crois qu’il serait plus raisonnable d’en rester là. »
    Maélyne ne savait plus où se mettre. Elle baissa la tête, souria tout d’un coup, sous le coup du stress.

    « Je … » Maélyne remarqua une pause. « Cela ne m’étonne pas que les femmes deviennent folles de vous mais je ne peux me permettre de faire la même chose. Même si vous êtes attirant, marrant et que vous apportez de la joie de vivre, je ne peux me permettre ce genre de folie. »

    Ma Dame ? Ma Dame ? Cria une servante qui s’approchait.
    «Je suis ici Miss Guenièvre.»
    Oh Ma Dame, vous voilà ! Dit-elle après avoir salué l’archonte.
    «Qu’y a-t-il Guenièvre ?»
    Il y a Aline qui vous demanda Ma Dame.
    «Ne dort-elle pas à cette heure-ci ?»
    Elle dormait encore il y a peu mais il semblerait qu’elle ait fait un cauchemar Ma Dame et elle vous réclame.
    «D’accord Guenièvre, dites-lui que j’arrive d’ici peu, et… Guenièvre n’oubliez pas de finir de préparer les chambres pour nos invités.»

    La servante s’inclina puis s’en alla. Maélyne replongea alors son regard dans celui de l’archonte.

    « Il faut que j’aille la voir. Je vous remercie pour ces moments. »

    La Dame se rapprocha, vola à son tour un baiser à l’Ydrillote pour ensuite rejoindre sa fille. En attendant, la fête battait encore son plein, l’Archonte n’aura donc pas de mal à s’occuper.

    Maélyne s’occupa d’Aline, la berçait jusqu’à ce qu’elle s’endorme à nouveau. Maélyne était épuisée, il était temps pour elle de se relaxer. La Dame demanda à ce qu’on lui fasse couler un bain, heureusement, pas mal de cheminées étaient allumées donc il n’y avait pas de problème à faire chauffer de l’eau.

    Elle demanda également à ce que toutes les envies de ces convives soient réalisées. Elle n’aurait donc pas à se soucier d’autre chose que de son bien-être.

    « Laissez-moi à présent » Demanda-t-elle à ses servantes.

    « Allez vous occuper de nos invités. » Ordonna-t-elle finalement.

    La Dame prit son bain, se dirigea ensuite vers ses appartements. La nuit sera courte, il fallait donc profiter de celle-ci.
    Le Lendemain, la Dame remercia l'Ydrilotte pour sa visite et lui souhaita un bon voyage de retour.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée] Empty
MessageSujet: Re: En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée]   En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Les Charlots en folie : À nous quatre Cardinal! [DVDRiP]
» À nous les garçons [DVDRiP]Comédie
» [UploadHero] La Folie des grandeurs [DVDRiP]
» Where is my mind ( Finn Avery )
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: PÉNINSULE :: Duché de Serramire :: Duché de Serramire-
Sauter vers: