AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Tranchepie à Thaar [altiom]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eulalie Tranchepie
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 99
Âge : 33
Date d'inscription : 20/05/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: La Tranchepie à Thaar [altiom]   Dim 1 Avr 2012 - 18:08

Eulalie était arrivée à Thaar pleine d'écus, elle était parvenue à débusquer au cours de son périple des amants dans un bois et à les forcer à lui céder leurs bourses (celles en cuir). Elle les massacra ensuite avant de reprendre son chemin en toute quiétude. Le voyage avait été atrocement long, éprouvant et c'était la première fois qu'elle quittait les domaines humains pour se rendre dans les marches barbares. Elle n'avait pas trouvé de meilleur lieu pour recommencer sa vie, peut être créer une petite troupe. La tranchepie était restée discrète, évitant les grands axes ce qui lui couta de cruelles lieues supplémentaires. Elle remercia toutefois sa fortune de ne pas avoir placé d'importuns sur sa route, une femme seule connait souvent les attaques des malendrins de tous poils, mais la mise de l'ex-baronne devait de toute façon rebuter les coupe-bourse qui n'auraient pas fait une très bonne affaire avec cet oiseau là.

La baronne entra dans la ville et tous les regards se tournaient vers elle, elle avait imaginé Thaar plus sombre, plus barbare, elle avait sous les yeux un modèle de civilisation. Elle était sale, ses yeux inquiétaient, et la jeune femme supportait très mal cette attention soudaine. Si elle avait eut le plaisir d'être admiré au temps de sa splendeur, le mépris lui pesait, elle aurait voulu leur trancher le nez à tous, planter son épée dans leurs poitrine et leur arracher le coeur avant de le piétiner. Un éclat de rage brillait dans ses yeux mais elle retint ses pulsions meurtrières et se décida à entrer dans un établissement de bain. Elle put se décrasser, se délasser et s'apprêter un peu pour un prix qu'elle estima raisonnable, après quoi elle partit faire d'autres emplettes, une tenue plus propre, moins trouée mais toute aussi pratique. Elle pensa à acheter un cheval, mais le voler serait de toute façon beaucoup plus rentable.

Elle entra dans une taverne et commanda une bière qu'elle alla siroter non loin de la porte en observant les curieux habitants de cette ville qui allaient et venaient. Elle n'avait pas prévu de plan, pas d'idée particulière sur la manière de gagner en prestige dans cette société, elle ne savait rien de cette cité, ne l'avait jamais étudiée, ce qu'il lui fallait avant tout, c'est en savoir plus, et connaitre les lieux infréquentable. Ces pensées se bousculaient dans sa tête, et elle posa sa tête sur son poing, l'air morose en pensant à la vie qu'elle menait avec ses deux anges gardiens, tués cruellement pour défendre la vie de leur baronne. Elle leur en était reconnaissante et regrettait que la vie d'hommes si loyaux eut été perdue si tristement. L'air morose, elle suivait le file de ses pensées en tapotant son verre du bout des doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Altiom d'Ydril
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 594
Âge : 23
Date d'inscription : 28/08/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 32
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: La Tranchepie à Thaar [altiom]   Lun 2 Avr 2012 - 2:45

Un poney rose... deux poneys roses... trois p- quoin?! Secouant du chef pour retrouver ses esprits, Altiom étouffa un léger cri en apercevant lesdits poneys se métamorphoser soudainement en: UN TAS DE GROS RATS! Occupés à grignoter la botte du malheureux qui plus est! Un coup de cette dernière eut tôt fait de les disperser dans un concert de couinements précipités. Donc. Où était-il tombé par les Cinq? Déjà comment était-il tombé... là "où il était tombé"? Le voyage vers Alonna, oui, Dredren croisé en chemin, parfait. Ensuite l'enquête, la rencontre avec les mercos en forêt, dont ce fameux Jester. Hmm... puis viennent les saloperies sans nom sortant de tous les coins d'Aduram pour terminer par le grand final avant... le trou noir. Ah oui le repêchage par une drowe, la séance de torture et crac second trou noir.
- Foutredieu il me resterait plus de souvenirs d'une beuverie chez les nains... Se remettant à grand peine sur pied, l'archonte examina son accoutrement. Au moins les Lames Dansantes avaient-elles évité de le relâcher nu comme un ver. Veston en cuir, pantalon de toile, ses armes, tout y était, splendide. Avec un peu de chance il retrouverait même sa dignité en chemin... Sortant de la ruelle ombreuse qui l'avait accueilli le temps d'une sieste forcée, le luron commença à demander à droite à gauche l'appellation des lieux. On lui répondait au choix par un charabia incompréhensible, un regard torve ou -lorsqu'il tombait sur une perle de raffinement- un crachas. Premier indice: son accoutrement de Péninsulaire était mal vu dans les environs, il était donc forcément resté en Estrévent. Second indice: la mer. Enfin dernier indice: la cité était en bien meilleur état que Naelis. Le drille avait ainsi été largué à Thaar, lieu de villégiature rêvé pour tous les nobles suicidaires. Soupirant de lassitude en enfonçant bien profondément les mains dans ses poches, Altiom dénicha par hasard un petit rouleau de parchemin racorni. Message des Lames sans aucun doute, l'informant que sa rançon avait été payée et qu'on venait le chercher en ville... sans préciser où. Retenant le "j'suis pas un gosse j'peux m'débrouiller tout seul pour rentrer chez moi, merde!" que lui inspirait la missive, il fit son possible pour trouver une rue proche du port et -attention réflexe- une taverne (oui c'était simple, on commence en douceur).

Et en lieu de taverne se présenta au suderon l'enseigne du "Thaar-Thaar & Bourre-sein", habile référence à quelque spécialité d'ordre fromagère ou plus intime, au choix. Sans plus se poser de questions -car ayant déjà vu bieeeeen plus consternant au cours de sa longue carrière de vagabond- le bougre s'embringua dans la bâtisse. L'intérieur avait quelque chose de chaleureux dans son exiguïté, de rassurant dans sa demi-pénombre... d'hypnotisant dans son décolleté... qu-quoi? N-non Altiom ne reluquait pas la serveuse! C'est le... la tapisserie sur le mur, là. Ça devait pas être donné cette affaire-là hein, motifs zurthans, tout ça tout ça... Bref, s'accoudant au comptoir en jouant à plouf-plouf, imparable technique pour se décider entre une quelconque liqueur ou une eau-de-vie maltée, le gaillard avait négligemment dépassé son ennemie de jadis... j'ai nommé.... la Baronne de Merval ('pouvez envoyer la musique à l'orgue et le craquement de tonnerre sinistre pour la mise en scène).
Soit, mettons les points sur les i, tous deux n'avaient dû se croiser qu'au cours d'une cérémonie d'armistice, durant les joutes de réconciliation ou lors d'une éventuelle orgie noble qui sait, mais en aucun cas sur le champ de bataille ; le rôle d'Altiom et sa truandaille s'étant résumé dans un premier temps à servir de cibles d'entraînement improvisées pour les hommes de l'Ivrey, avant qu'ils n'assument celui de crépisseurs officiels de tout ce que comptait Pharembourg comme gogues, chiottes, cagoinces et autres tartisses. Aetius ayant cru bon d'exiger leur aide dans sa lutte contre Merval sans prendre en compte le facteur "fièvre nelenite". Une sombre page de l'histoire du conflit de la Côte de Sel s'il en est. Pour autant, ces yeux vairons, ce regard captivant, magnétisant... une unique rencontre avait suffi à le graver dans sa mémoire. Et tout en balayant la pièce d'une œillade fatigué, ces deux gemmes scintillantes, péridot et grenat, frappèrent soudain son esprit. La Baronne!

- Ça y est j'hallucine, ces enfoirés m'ont drogué, murmura l'archonte. Il se retourna vivement vers le patron, lâcha son souverain et s'envoya une longue rasade pour faire disparaître ce spectre du passé revenu le hanter. Un rapide coup d’œil par-dessus l'épaule avant d'en revenir à son verre. Elle était encore là!! Une goutte de sueur perla sur son front. Ces enfoirés m'ont vraiment drogué! Holà, tavernier, v'voyez la femme à cette table, là?
- Hm, eh bah? Par la forge à cocu de Néera ce n'était donc pas une apparition!!
- Euh bah... elle est jolie hein? fit l'Ydrilote pris de court. Levant les yeux au ciel l'aubergiste se tourna vers un nouveau client au gosier asséché, laissant l'archonte seul avec son cas de conscience. Comment était-il censé s'adresser à une baronne qu'il avait participé à destituer? Oh mais... avec un verre bien-sûr!
S'approchant de la tablée comme si de rien n'était, Altiom déposa avec précaution une pinte devant la noble déchue, une mine embarrassée imprimée sur sa face. Il resta ainsi quelques secondes immobile avant de subitement prendre une chaise. Ouvrant d'abord la bouche sans trouver ses mots, il finit enfin par demander d'un ton léger quoique préoccupé:
alors euh cette retraite anticipée... comment ça se passe?
Revenir en haut Aller en bas
Eulalie Tranchepie
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 99
Âge : 33
Date d'inscription : 20/05/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La Tranchepie à Thaar [altiom]   Lun 2 Avr 2012 - 14:24

Jusdepom le drille? Non, ce gentilhomme ne saurait porter un tel sobriquet, l'esprit de la baronne devait être embrumé, elle ne se remémorait pas le nom de cet importun. Elle se souvenait pourtant de son rôle, de son titre, de leur inimitié toute conjoncturelle au sein de la conflagration qui ruina le Langecin. Pourquoi le destin lui envoyait-il ce mercenaire qui profita du malheur de sa baronnie pour prendre quelques avantages? Après plus de trois ans de fugue, c'était la première fois qu'elle refaisait face à l'un des acteurs de sa vie d'autrefois et en croisant son regard elle tressaillt. Elle tombait vraiment de l'armoire, quelle fourberie du hasard ! Elle pensa fuir, et puis non après tout... Elle pensa jouer l'innocente objet d'une méprise et puis non plus. Elle n'éprouvait pas de honte pour ce qu'elle fut.

Elle ne répondit pas tout de suite, laissant planer un silence embarassant. Elle but une bonne rasade de bière et reposa sa chope délicatement. Elle deshabillait du regard la canaille qui lui faisait face et tentait de ne rien laisser paraître de sa surprise mêlée de nostalgie et de plaisir aussi, flattée qu'elle était d'être reconnue pour ce qu'elle fut.


"Je vous fait le serment que si vous osez réveler qui je suis ici je vous tuerai de mes propres mains" répondit-elle enfin, d'un ton sec, le visage fermé.

"Non mais quel toupet! Il y a peu encore, je vous aurais engeôlé et vous aurais fait écorcher vif, fripouille..." poursuivit-elle sur le même ton. Elle réalisa que la virulence de ses propos allaient au délà de la mesure, après tout, elle ne savait pas le motif de sa présence ici, ni quelles intentions il pouvait avoir. La tranchepie avait perdu le sens de la diplomatie.

"Pour ce qui est de ma retraite anticipée... ma foi... je ne puis pas dire que les choses soient à mon avantage ces temps-ci... Mais, et vous alors, sieur 'Ydril... dois-je vous appeler "Monseigneur"? "sire?" je ne suis plus qu'une immonde roturière... enfin... que faîtes vous si loin de vos pénates et... comment se portent vos intestins? J'ai beaucoup ouï à propos de leur délicatesse, ils ont fait votre notoriété..." lança-t-elle elle d'un air effronté.
Elle se remémora alors l'épisode de Nelen et les suivants et un large sourire éclaira sa face sombre, événement notoire puisque la plupart des êtres qui virent l'ex-baronne sourire étaient extrêmement proche de leur fin, sur un échafaud, à l'ombre d'une potence ou dans une salle de torture. Notons aussi que le sourire qu'elle arborait en ces occasions n'était pas aussi amène que celui dont elle gratifia l'archonte.

Elle restait méfiante ceci dit, et sa posture le trahissait, légèrement tendue, ses doigts jouaient toujours avec sa chope. Qui sait, ce malandrin était peut être envoyé par Cléophas pour la débusquer et la ramener, ou ramener une partie de son corps pour preuve du moins. Son épée était à son côté, elle avait es réflêxes, elle était prête s'il le fallait à vendre chèrement sa peau, mais son inquiétude était diffuse, cet homme ne lui semblait pas nourrir de noirs dessins la concernant. Il avait l'air encore plus perdu qu'elle et elle ne comprenait pas ce qui avait poussé un homme de sa stature à se trouver dans cette taverne avec elle.


Revenir en haut Aller en bas
Altiom d'Ydril
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 594
Âge : 23
Date d'inscription : 28/08/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 32
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: La Tranchepie à Thaar [altiom]   Lun 2 Avr 2012 - 19:16

Le destin aime à jouer de drôles de tours semblait-il. Elle, jadis baronne aujourd'hui roturière et lui, naguère vagabond désormais archonte. Les yeux dans son verre, Altiom osait à peine regarder la femme déchue, mal à l'aise, honteux presque! Il avait l'impression de venir narguer la pauvrette jusqu'au fond du trou. Et le silence qu'elle laissait s'installer n'arrangeait vraiment rien à la situation.
- Je vous fait le serment que si vous osez réveler qui je suis ici je vous tuerai de mes propres mains. D'acoooord... finalement c'était peut-être mieux avec le silence. Non mais quel toupet! Il y a peu encore, je vous aurais engeôlé et vous aurais fait écorcher vif, fripouille...
- Mais oui, moi aussi, je suis heureux de vous revoir, fit le suderon, taquin. La pique pouvait passer pour du sarcasme gratuit mais il n'en était rien! Il comprenait quelle rancœur pouvait animer Eulalie après tant d'années passées à ressasser de douloureux souvenirs de gloire, aussi se contentait-il de passer outre avec une pointe d'humour. Et pour tout dire il était presque heureux de la voir ainsi, toujours déterminée, agressive même, plutôt qu'anéantie par sa disgrâce.
- Pour ce qui est de ma retraite anticipée... ma foi... je ne puis pas dire que les choses soient à mon avantage ces temps-ci... Mais, et vous alors, sieur 'Ydril... dois-je vous appeler "Monseigneur"? "sire?" je ne suis plus qu'une immonde roturière... enfin... que faîtes vous si loin de vos pénates et... comment se portent vos intestins? J'ai beaucoup ouï à propos de leur délicatesse, ils ont fait votre notoriété... Et pas que la sienne! Ces simples mots firent rejaillirent une foule de remembrance dans la caboche du drille, quelques uns tristes certes, mais tant d'autres si cocasses qu'il ne put réprimer un rire franc.
- Roturière soit, immonde certainement pas, la reprit-il avec un sourire une fois sa contenance revenue. Et bien, je ne pourrais vraiment vous dire ce que je fais ici. J'étais venu en Aduram pour... disons régler une vieille histoire, mais comme d'habitude une ribambelle d'ennuis plus absurdes les uns que les autres me sont tombés sur le coin de la trogne. C'est même une assassine qui m'a sauvé la vie, vous imaginez le tableau? Après s'être enfilé une autre goulée, il continua, enjoué: mais tout cela valait bien le coup si c'était pour tomber sur vous au final! Ne vous embarrassez pas de titre, Altiom m'ira très bien si vous me permettez d'user de votre prénom en retour. L'archonte faisait son possible pour paraître amical mais rien à faire, son interlocutrice ne semblait pas des plus à l'aise. De tous les clients de cette gargotte c'était pourtant bien lui le moins menaçant! Mais que pouvait-il y faire... les yeux de chien battu? Non, c'était une technique d'ultime recours uniquement! Bah, si l'implicite n'était pas suffisant autant mettre des mots sur ses intentions. Et avec le sourire, s'il-vous-plaît!
- Eulalie, vous n'avez pas à être méfiante avec moi, détendez-vous. Je suis simplement venu boire un verre avec une vieille ennemie, sans autre idée derrière la tête. Ce que cette situation le taraudait. Il se sentait... redevable envers l'ancienne baronne. Soit il n'avait pas joué un grand rôle -peut-on même parler de rôle?- durant le conflit de la Côte de Sel, mais le fait de la voir ainsi abandonnée de tous, tout-à-fait seule au monde... c'était trop pour lui. Écoutez, même pendant la guerre je n'avais rien de personnel contre vous ou Merval. J'ai... choisi le camp de l'Ivrey presque par défaut et voilà où tout cela vous a conduit... Eulalie, si je puis vous aider de quelque façon que ce soit dites-le moi.
Vous savez ce que c'est le problème de ce type? Trop gentil.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Tranchepie à Thaar [altiom]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Tranchepie à Thaar [altiom]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quoi? Vous plaisantez j'espère! ...Ah bon? [PV Altiom]
» Alcide Argyros, capitaine du guet de Thaar [Arsinoé]
» Aiguilles et taille de Guêpe PV [Aarnis/Fjama/Altiom d'Ydril- Guest : Hans]
» En ces temps troubles, permettons nous de parler politique.[Altiom][Terminée]
» Hamalcar Jarba - Banquier de Thaar [Terminé!] [Alric]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Principautés de Thaar :: Thaar (Cité)-
Sauter vers: