AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tuer la routine | Glee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dyarque
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 117
Âge : 524
Date d'inscription : 23/07/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Archimage
MessageSujet: Tuer la routine | Glee   Ven 13 Avr 2012 - 18:28

Pour un elfe, le temps n'avait pas la même signification que pour un humain.
Pour Dyarque, le temps n'avait plus aucune signification.

Depuis le départ de Daenor en terres humaines, les jours se jouaient du vieux souverain. C'était comme si la même journée se répétait, encore et encore, comme si les mêmes inlassables heures s’égrenaient dans un rythme immuable, emprisonnant le mage dans une routine qui le tuait à petit feu. Avec la mort des membres de sa famille, Dyarque avait perdu l'envie de se battre. Il n'affrontait plus le monde, il le subissait. Son entourage commençait à véritablement s'inquiéter. Le deuil s'allongeait et rien, dans l'attitude du seigneur protecteur, n'indiquait qu'il ferait quoique ce soit pour y mettre un terme. Jadis, des mèches neiges avaient parsemé ses cheveux corbeaux, souvenir de la terrible après midi où il avait cru perdre Elya. Ce jour là, il avait pu agir non sans mettre en danger sa propre vie. Désormais, le jais perdait de plus en plus de terrain, cédant le pas à une invasion de cendres et de gris mornes. Dyarque vieillissait à vue d'œil et pour un peuple qui ne vieillissait pas, c'était une vision troublante. Pourtant, et malgré tout, pas une plainte ne franchissait la barrière de ses lèvres. Rares étaient désormais ses paroles, il préférait le silence et la contemplation aux vaines orations. Dyarque semblait être arrivé au bout du chemin et si personne ne le disait à voix haute, tous s'attendaient à le voir, un matin, ne pas se réveiller. Certains ne lui souhaitaient que cela, touchés et peinés de le voir ainsi diminués.

« Dyarque ? » Linderel était le dernier à ne pas se résigner devant l''abattement de son très vieil ami. « Essaie de rester concentrer encore quelques temps, veux-tu ? » Le mage devait bien être le seul à paraître plus vieux que Dyarque dans le palais royal, mais ce n'était pas la tristesse qui avait attaqué son corps. Mage puissant et un peu téméraire, il avait payé de sa vitalité des siècles de pratique parfois imprudente. Pourtant, si ses vieux os le faisaient parfois souffrir, il gardait un air jovial et un état d'esprit optimiste en toute circonstance. « Une jeune elfe veut te voir.
Reçois la. Je doute d'avoir quelque chose à lui dire que tu ne saches toi-même. »

Fronçant les sourcils, Linderel allait pour le contredire mais un éclat de malice ourla ses prunelles sournoises avant de s'éclipser. Haussant les épaules, il se détourna de Dyarque. « Très bien. Vous tous, continua-t-il en haussant la voix, laissez donc notre bon seigneur seul. Il a besoin de réfléchir un peu. »

Il ne fallut pas plus d'une minute pour que la salle du trône fut évacuée. Esquissant l'un de ses très rares sourires — qui n'étaient plus, désormais qu'un ridicule pli de lèvre — Dyarque ne put qu'admirer avec quel brio Linderel avait pris en main les affaires d'Alëandir. L'éclat disparu aussi vite que la malice du mage et Dyarque resta là, et las, à regarder une porte qui n'avait aucune réponse.



Pensif, Linderel rejoignait d'un pas tranquille les appartements qu'on avait prêté à l'elfe en visite. On lui avait dit qu'elle — car c'était une femme — était une émissaire, des hommes. Une pensée étrange, mais après tout, tous les sylvains ne vivaient pas en Anaëh et il y en avait certains pour préférer la compagnie des fils de Néera. Au final, quel meilleur diplomate qu'un elfe à envoyer à Alëandir ? Surtout que Dyarque, depuis les tragédies qui s'étaient succédés, n'avait eu de cesse de se fermer aux autres. Les hommes, qui jadis lui inspiraient la méfiance, n'étaient tout simplement plus les bienvenus et n'auraient eu aucune chance de pouvoir lui parler. Alors qu'une elfe... On avait indiqué à son escorte des endroits en ville où ils pourraient attendre leur chef. Linderel n'espérait qu'une chose, qu'ils sussent se tenir.

Frappant quelques coups à la porte de la jeune femme, il n'attendit aucune réponse pour s'engouffrer dans la pièce. Esquissant un sourire bon enfant, il leva son regard vers elle — l'idée qu'elle put être en train de se changer, par exemple, ne lui avait pas traversé l'esprit — et se présenta le plus simplement du monde.

« Je suis Linderel et je suis enchanté de faire ta connaissance. »

Une entrée en matière des plus banales et polies qui ne disaient rien sur ce qu'avait le concerné derrière la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Glinaina
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2850
Âge : 25
Date d'inscription : 08/09/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 130 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Tuer la routine | Glee   Ven 20 Avr 2012 - 20:37

Il est, ma foi, fort rare que des humains osent s'aventurer aux limites de la somptueuse mais dangereuse forêt d'Anaëh. Certains ont essayé et en sont revenus sans trop de mal, ayant pour de rares la chance de croiser les habitants de la forêt. D'autres ont poussé l'audace d'essayer de l'exploiter, de l'utiliser à leur propre avantage pour construire des bâtiments, armes de guerre et j'en passe encore ; ceux-là ne sont pas revenus à leur foyer, ne vous demandez surtout pas pourquoi ! Alors le fait que des fils de Néera s'aventurent au sein même d'Anaëh paraissait louche... Vraiment louche. Et la situation politique actuelle n'aidait pas vraiment, il fallait dire. Chaque peuple se méfiait de l'autre, le connaissant de moins en moins et n'ayant pas tout à fait (enfin pratiquement pas) la même façon de vivre et de ressentir les choses.
Aujourd'hui, Anaëh n'avait pas à craindre ceux qui foulaient ses terres. Ils n'étaient ni venus faire du mal à ses occupants, ni abattre des arbres.


Glinaina regardait avec attention la carte ; ils approchaient de la capitale, Alëandir, et avec ce rapprochement l'heure des parlementations arrivait à grands pas. L'elfe devait avouer stresser un minimum, faisant pour la première fois un acte politique de bonne envergure. Elle jeta un coup d'oeil à ses soldats, pour la plupart encore endormis. L'aube se levait, une tendre lumière rosée venait teindre les ramures des arbres et rechauffer la rosée matinale. Elle sourit, repensant qu'ils n'avaient pas hésité à répondre à l'appel d'elle et de Nakor pour se battre contre des drows dans une région où ils n'étaient pas forcément les bienvenus. De là ils étaient tout simplement devenus une sorte d'escorte pour l'elfe, même si au départ elle avait préféré ne pas en avoir, ne sachant pas comment les Elfes pouvaient réagir (à croire que Glenn avait profité de cette occasion pour ne pas la laisser seule). Finalement, les choses se passaient correctement. Elle avait dû expliquer certaines choses à ses confrères, notamment sur les différences de culture... Et cela commençait par un respect de la forêt qui pouvait paraître tout à fait ridicule pour un un humain aussi bête que ses pieds ! Mais là elle pouvait leur faire confiance, ils ne devraient pas commettre d'impair pendant qu'elle verrait le roi (s'il daignait bien la recevoir). En échange, elle faisait tout pour être confiante, enfouissant ses quelques craintes au plus profond d'elle-même.


"Plus que quelques heures et nous y serons. Il vous faudra faire très attention à ne pas paraître suspects, déjà que certains son absolument contre toute "intrusion" sur ce territoire.
-Ne t'en fais pas, ils devraient savoir bien se comporter pendant une ou deux journées, non ?"

L'elfe releva la tête vers le commandant chargé de la troupe et sourit de nouveau. Ils ne se tutoyaient que rarement, seulement lorsqu'ils étaient entre eux. En effet, ce n'était pas très pédagogique de vouvoyer tout le monde hormis ses supérieurs... Puis elle regarda de nouveau sa carte avant de la refermer avec détermination. Il était temps de réveiller les autres.



L'elfe parcourait désormais les couloirs du château, accompagnée par deux gardes qui lui montrèrent des appartements où elle pouvait ("devait" conviendrait certainement mieux à la situation) attendre avant d'être reçue. Elle attendit un bon momentprofitant de ce temps pour se préparer. En ce moment même la troupe d'humains devaient être conduits eux aussi à un endroit où ils ne risqueraient pas trop de faire de bêtises, précaution des charmants militaires qui avaient eu du mal à les accepter dans la ville. De son côté, elle n'avait pu être qu'éblouie devant la beauté de la capitale, cité qu'elle n'avait parrcourue que deux ou trois fois dans sa jeune vie. Les bâtiments étaient toujours les mêmes, si ce n'est qu'une bonne pointe de verdure s'y était ajoutée, y donnant un côté assez authentique.
L'elfe était calme à présent, aussi stable d'esprit qu'une maison bâtie sur le roc. Alors quelqu'un frappa à la porte et avant même qu'elle put lancer le "Mino !" habituel (qui signifie "Entrez !" en langage humain), la porte souvrait déjà sur un elfe au sourire bon enfant .


"Je suis Linderel et je suis enchanté de faire ta connaissance.
La jeune femme se leva et se fendit d'une courte révérence courtoise anvant de répliquer :
-Moi de même. Glinaina Wylenaryn, fille de Beleg. Que puis-je pour vous ?"

N'étant pas sûre du pourquoi de la visite de l'individu, elle avait préféré poser une question plutôt assez idiote ; ce n'était pas le moment de commencer les quiproquos. Elle regarda l'elfe dans les yeux, tranquille, attendant qu'il reprenne la parole.
Revenir en haut Aller en bas
Dyarque
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 117
Âge : 524
Date d'inscription : 23/07/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Archimage
MessageSujet: Re: Tuer la routine | Glee   Jeu 31 Mai 2012 - 20:03

Sans le moindre gène, le mage détaillait son interlocutrice. Linderel avait passé l'âge des faux semblants : quand quelque chose l'intéressait, il ne prenait pas la peine de le cacher. Il était un elfe simple et accessible, malgré son âge et ses pouvoirs. C'était peut-être pour cela que Dyarque le gardait près de lui. Malgré la couronne, malgré le prestige, malgré tout cela, Linderel était resté le même. Il ne pouvait pas en dire de même du reste de ses congénères. Daenor, par exemple, n'agissait plus de la même façon. Oh, bien sûr, parfois, l'estime et l'affection prenait le pas sur le reste et alors, Dyarque retrouvait son ami d'antan. Mais ces épisodes là restaient rares et cette rareté ne les rendait qu'insupportables.

Toujours était-il que Dyarque n'était pas — encore — présent. Linderel avait bien sa petite idée pour mêler le monarque à la conversation, mais il voulait d'abord faire plus ample connaissance avec son « invitée ». Une elfe qui vivait parmi les humains n'était pas monnaie courante. Ce n'était pas non plus unique, cependant. La plupart du temps, ils apportaient avec leur expérience singulière un point de vue différent des autres et c'était rafraîchissant pour quelqu'un qui, comme le vieux mage, aimait la conversation.

« Je suis un ami de Dyarque. » Officiellement, il n'était guère plus. Bien entendu, aurait-elle demandé à quiconque au palais qu'on lui aurait répondu qu'il était le plus proche conseiller du Seigneur Protecteur d'Alëandir. « Il ne peut pas encore te recevoir, je suis là pour t'accueillir. »

Il lui fit un discret clin d'œil, comme pour lui signifier que tout se passerait bien. D'un mouvement ample du bras, il lui indiqua deux fauteuils en vis-à-vis.

« Que dirais-tu de t’asseoir ? »

Joignant le geste à la parole — et sans attendre de réponse — Linderel se dirigea posément vers l'un de deux sièges avant de s'y laisser tomber avec un soupir de soulagement. Le corps du vieil elfe était son pire ennemi. À le regarder, il faisait extrêmement âgé ; presque plus que Daenor, par exemple, ce qui n'était pas peu dire. Esquissant un sourire bienveillant, il attendit une réaction de Glinaina avant de commencer la véritable discussion.

« Quels vents te ramènent parmi les tiens ainsi entourée, mon enfant ? »
Revenir en haut Aller en bas
Glinaina
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2850
Âge : 25
Date d'inscription : 08/09/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 130 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Tuer la routine | Glee   Jeu 7 Juin 2012 - 11:43

L'elfe détailla la jeune femme qui fit de même, mais beaucoup moins ouvertement. Elle put voir à travers Linderel une personne fort âgée, peut-être même millénaire, mais dont l'esprit gardait une vivacité généralement attribuée à la jeunesse elfique. Il se présenta comme un ami du Seigneur Dyarque et lui dit le plus simplement du monde que celui-ci ne pouvait encore la recevoir et qu'il était donc là pour l'accueillir. Glinaina se douta bien que cet elfe ne devait pas être un simple ami du roi, sinon elle ne l'aurait jamais rencontré, ou du moins pas dans ces circonstances. Elle répondit à son clin d'oeil par un fin signe de tête, autant par respect que pour signifier qu'elle avait compris le message.

"Que dirais-tu de t’asseoir ?
-Très bien.

Sans attendre, Linderel pris place sur l'un des deux fauteuils, bientôt imité par Glinaina, sauf qu'elle ne soupira pas d'aise lorsqu'elle s'assit. Il fallait dire qu'elle avait la chance d'être encore jeune, fort jeune même pour une elfe et n'avait donc pas encore à endurer les caprices dus à l'âge... Une chose à laquelle elle était à peu près habituée chez les humains, croisant régulièrement de plus ou moins sympathiques barbes blanches qui n'arrêtent pas de râler après la plus jeune génération parce que ceci ou cela ! Cela l'avait toujours fait rire, se disant à chaque fois que si tous les centenaires parlaient ainsi des plus jeunes, les choses n'avanceraient jamais dans la Prime Forêt ! Quoi qu'il en soit, c'était la première qu'elle conversait avec une personne telle que Linderel et était curieuse de savoir quelle personne était cet elfe.

-Quels vents te ramènent parmi les tiens ainsi entourée, mon enfant ?

Lina sourit : l'elfe ne voulait apparemment pas avoir une conversation des plus strictes, ce qui la mettait déjà plus à l'aise, même si la discussion restait en tous points sérieuse.

-Bien des vents, Linderel, dont l'un souffle plus fort que les autres. Je travaille depuis plusieurs années avec les humains de Naelis et leur Seigneur, Glenn Hereon, m'a envoyée ici afin de créer un lien entre cette cité et les Elfes. Je suis venue en discuter avec le Seigneur Dyarque."

"Le Seigneur Dyarque"... Elle s'était un court instant demandée si elle allait dire "notre" ou "votre", ayant du mal à se placer là-dessus en ce moment. A la fois elle restait une Fille d'Anaëh et était toujours loyale envers les siens, à la fois elle était depuis plusieurs années avec des Humains et de part son travail avait un autre Seigneur. De plus, certains elfes n'hésitaient pas à ne plus réellement la considérer comme l'une des leurs, la jugeant différente et surtout s'être mise du "mauvais côté", ce qui lui faisait toujours mal. En même temps, c'était ça emprunter une voix non habituelle alors que les siens sont au bord de la guerre civile à cause de deux types d'opinions différentes...
Revenir en haut Aller en bas
Dyarque
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 117
Âge : 524
Date d'inscription : 23/07/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Archimage
MessageSujet: Re: Tuer la routine | Glee   Dim 2 Sep 2012 - 13:35

Qui qu'il fut, le Hereon faisait preuve d'un certain discernement. Envoyer une elfe porter son message de paix à Dyarque était sans aucun doute une bonne idée. Malheureusement, il faudrait plus qu'un peu de tact pour convaincre le vieux mage de tendre à nouveau la main aux Hommes, et ce même s'ils faisaient le premier pas.

« Ta tâche s'annonce ardue, » répondit-il avec ce qui semblait être un sourire triste. « Loin sont les temps où Dyarque faisait confiance aux Fils d'Elenwë. »

En réalité, Linderel était de plus en plus inquiet ; son ami, loin de faire son deuil, semblait ne plus pouvoir s'en défaire. Si tous se réjouissaient de le savoir encore en vie — un pari que bien peu aurait pris s'ils avaient su que Dyarque perdrait, en l'espace de quelques années, sa femme et ses deux filles — nombreux étaient ceux qui pensaient qu'il n'était plus capable de présider le Conseil. À cela, Linderel avait toujours pensé qu'il fallait laisser du temps au temps, mais les années passaient sans aucun changement.

« Tu verras le Roi demain. Il écoutera ce que tu auras à lui dire. » Grimaçant légèrement, Linderel fit l'effort de se relever. « Dors bien. Peut-être la nuit t'apportera-t-elle les mots qui sauront toucher Dyarque. »

*
*     *

Au petit matin, on vint prévenir Glinaina que le Seigneur Protecteur l'attendait. Après lui avoir laissé quelques minutes pour se préparer, on la conduisit jusque dans la salle du trône, désertée depuis quelques années. Dyarque n'était pas le genre de Roi que l'on n'aimait. S'il était respecté, son regard était difficile à supporter et il en était venu à passer la plupart de ses journées seul. Un état de fait qui lui convenait parfaitement, mais qui intimiderait peut-être son invitée.

« Linderel m'a dit ce que tu voulais de moi. »

Sans prendre la peine de se lever, Dyarque lui fit signe de s'approcher. Une grimace furtive permit à son interlocutrice, si elle avait été assez observatrice, de remarquer qu'il semblait souffrir. La magie était une compagne avide de sacrifice et Dyarque ne les comptait plus, désormais. Son corps semblait presque fait de verre, au contraire de son esprit qui n'avait jamais été aussi puissant.

« Parle. Pourquoi devrai-je accorder la confiance de notre peuple à ton seigneur ? »
Revenir en haut Aller en bas
Glinaina
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2850
Âge : 25
Date d'inscription : 08/09/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 130 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Tuer la routine | Glee   Jeu 13 Sep 2012 - 9:21

Glinaina s'inclina une dernière fois devant le vieil elfe pour le remercier de l'avoir écoutée puis quitta la pièce. Même si leur discussion ne l'avait que peu rassurée quant à l'audience qui se tiendrait le lendemain, la peur d'échouer ne lui frôla que l'esprit. Il était inutile de dire que tout était perdu d'avance et de faire involontairement en sorte que ce soit le cas et, de toute façon, elle avait su d'avance que le Roi ne serait pas des plus faciles. Que cette nuit puisse lui apporter les mots justes, oui. Que les Cinq l'aident dans sa quête, s'ils souhaitaient qu'un lien se crée.



On vint la chercher le lendemain matin alors que l'astre diurne ne faisait que pointer son nez au-dessus de la terre ferme (du moins se l'imaginait-elle, puisque la lumière du jours ne faisait qu'apparaître dans la forêt). La salle dans laquelle elle fut amenée était vide de personnes, ou presque du moins. Seul un vieil elfe accablé restait fidèle à son poste, assis sur son trône. La jeune elfe s'était attendue à ce que des nobles entourent leur roi, mais non, point du tout. Il fallait croire que certaines rumeurs disaient vrai.
Dans le fond, cela réjouissait un minimum l'archère qui préférait de loin parler en face-à-face que devant un tas d'abrutis (Il en existe tellement... Pardonnez l'expression pour ceux qui ont la chance de ne pas faire partie de ce cas bien répandu, quelque soit la classe sociale.) qui n'hésitent pas à vous lorgner à dire tout et n'importe quoi sur votre apparence, style vestimentaire, sur ce que vous êtes tout simplement (même s'ils ne vous connaissent aucunement). Bref, c'était mieux qu'autre chose, même si elle devait avouer craindre au plus profond d'elle-même la magie qui était en le Seigneur Dyarque. Seul point négatif du face-à-face, même si elle offrait sans conteste sa confiance en cette personne.

Glinaina s'inclina respectueusement puis s'approcha lorsqu'il le lui demanda, après avoir coupé toute discussion inutile. A mieux le regarder, elle perçut plutôt un personnage presque éteint, les cheveux grisonnants, un corps sans grande vitalité... C'était effrayant de se dire qu'au bout de plusieurs siècles on pouvait terminer ainsi, perdre la force de la jeunesse. Du moins c'est ce qu'il laissait paraître de lui.

« Parle. Pourquoi devrai-je accorder la confiance de notre peuple à ton seigneur ?
-Seigneur Protecteur d'Anaëh ; mon Seigneur, Glenn Hereon, souhaite créer des liens entre la cité libre de Naelis et les Elfes pour plusieurs raisons. La cité ne dépend aucunement de la Couronne de la Péninsule et nous souhaitons nous ouvrir un maximum vers nos voisins, Humains ou Elfes, que ce soit pour créer des échanges commerciaux ou bien pour sécuriser des frontières communes contre un ennemi commun. Alors qu'on nous rapporte qu'ils n'ont en ce moment pas de chef, ils n'hésitent pas à frapper là où ils ne devraient pas. Mon Seigneur est prêt établir un premier contact et à respecter tout engagement, tout comme ceux qui le suivent. Il l'a déjà montré il y a de cela quelques jours seulement ; je suppose que vous en avez déjà entendu parler. »

La jeune femme avait laissé plusieurs références et n'était que peu entrée dans les détails, se disant bien que ce roi, son Roi de par son sang, savait ce qu'il s'était passé au sein de son Royaume il y a peu.
Revenir en haut Aller en bas
Dyarque
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 117
Âge : 524
Date d'inscription : 23/07/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Archimage
MessageSujet: Re: Tuer la routine | Glee   Jeu 13 Sep 2012 - 12:32

Gardant le silence, Dyarque observait l'elfe à mesure qu'elle exposait ses raisons. L'elfe avait toujours été dépeint comme un être distant et froid ; ses yeux, communément décrits comme étant « de glace » en référence à leur couleur et l'impression qu'ils dégageaient, ne quittèrent donc pas celle qui était venue le voir. Et si elle parvint à le soutenir tout le long de sa plaidoirie, on était en droit de la féliciter car c'était devenu chose bien rare. C'est comme être regardé par un mort, disait-on à demi-mot dans les couloirs du Palais. Dyarque savait tout cela, il savait ce qu'on pensait de lui mais n'en avait cure. Il ne gardait qu'une chose à l'esprit : il avait été élu par ses pairs pour assurer la sauvegarde de plus de dix cycles d'Histoire, de traditions. C'était bien la seule chose qui le maintenait en vie.

Pour combien de temps encore ? Lui-même ne le savait pas. Il avait bien conscience que ses expériences, toujours plus nombreuses et dangereuses, finiraient par le tuer. Mais il avait besoin de cet échappatoire, de ces précieuses minutes ou la magie lui arrachait tout.

« Est-ce tout ce que tu as à m'apprendre ? Glenn Hereon n'est-il que ce que tu dis de lui ? Un homme bon et sincère qui ne désire pour lui, sa cité et ses voisins que la paix ? »

Malgré des paroles dures et sans aucun doute hostile, le ton de Dyarque n'apprenait rien à son interlocutrice. Sa voix était monocorde, sans passion ni colère, sans intérêt ni dégoût. On eut dit qu'il énonçait des faits qui ne le concernaient pas.

« Je connais Naelis. Je sais qui précédât ton seigneur, un être fou, dangereux et violent. Je sais qu'il trouvât du soutien jusqu'au delà des terres de l'Ithri'Vaan. Peu importe ce que ton maître a fait, peu importe ce qu'il fera, un jour il mourra. Sera-t-il tué, comme le fut Trystan de Diantra ? Choisira-t-il l'homme qui dirigera sa cité après lui ? » Il marqua une pause, le temps que les questions fassent leur effet, puis posa une nouvelle question : « Notre peuple ne peut avoir foi en un homme. Tu m'as dit pourquoi je devrai me fier à Glenn Hereon. Maintenant, dis moi pourquoi je devrai faire confiance à Naelis. Car quand il ne restera de ton seigneur que de la poussière, elle sera toujours debout, et nous serons toujours liés à elle. »

Le silence, de nouveau, enveloppa la salle du trône et Dyarque se tût et attendit.
Revenir en haut Aller en bas
Glinaina
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2850
Âge : 25
Date d'inscription : 08/09/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 130 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Tuer la routine | Glee   Jeu 13 Sep 2012 - 17:07

La jeune femme laissa le Roi poser toutes ses questions, continuant à affronter son regard quelque peu... particulier avant de laisser planer sur eux un court silence. C'était la première fois qu'elle avait affaire à une personne telle que Dyarque, aussi bien de par l'importance de cette personne que par son caractère qu'elle qualifierait de tranchant et "mort". Ce n'était pas pour dire, mais plus elle le regardait, plus elle avait l'impression de se trouver devant un tombeau vivant. Cela la dérangeait moins que d'avoir en face d'elle un sorcier ou un mage utilisant sa magie et le fait d'avoir livré pas mal de batailles l'avait obligée à voir la Mort en face, si on pouvait dire, ce qui aidait à ne pas blêmir ou baisser la tête devant son regard. Ses paroles servaient quant à elles de lames, froides et bien aiguisées. L'elfe avait su depuis le début que sa mission serait loin d'être facile et là elle était en plein dans le noeud des difficultés !

"La bonté ? S'il n'y avait que cela il n'y aurait aucune guerre ou bien par "bonté" pour son peuple les Drows auraient depuis longtemps repris le contrôle de Naelis, dictant leurs lois tout en laissant un Homme sur un magnifique siège pour faire croire que rien n'est géré par eux, comme cela l'a été pendant des années avec l'ancien régime, mis à part que ce n'était pas par sympathie et compréhension. Il est bien plus que cela et il y a bien plus que cela ; et ceux qui vivaient là-bas il y a déjà plusieurs années l'ont compris. Maintenant qu'ils peuvent se battre pour leurs familles et leur liberté sans être arrêtés par les leurs, bien au contraire, ils le font. Leur malheur a duré assez de décennies pour qu'ils se souviennent plus tard de l'instant présent. Lorsque le Seigneur Hereon ne sera plus que poussière, il restera une cité, voire plus. Des bâtisses en somme. Mais il restera surtout ce que sa génération aura apporté, des valeurs chères à tous. Ils ne retomberont pas sous la déchéance, ou pas avant un très long moment. Un peuple qui veut se battre et être libre n'est pas un peuple qui se laisse soumettre, et encore moins par n'importe qui. Et en ce qui concerne le respect de la Prime Forêt, le fait d'être auprès d'Elfes ne pourra qu'aider en ce sens - pour en savoir quelque chose.

Un petit sourire se dessina sur le visage fin du lieutenant. Elle en savait quelque chose sur l'apprentissage d'un respect si naturel aux Elfes ! Ce n'était pas bien simple, mais au moins certains avaient compris quelque chose à ce qu'elle essayait de leur transmettre !

-Ah, et si Hereon se fait tuer... ce sera soit sur le champ de bataille, soit par des Sombres. Il aura déjà prévu ce cas là."

Leurs regards se croisaient toujours. Cela rappela à Glinaina sa petitesse ainsi que celle qu'elle était dorénavant. Quoi qu'ils en disent, c'étaient bien les Humains qui l'avaient menée à ce qu'elle était devenue, ce qu'elle ne regrettait aucunement. Ce devait même être la raison pour laquelle elle se tenait devant un roi en ce jour, en plus de la loyauté. D'autres raisons telles que l'amitié ou plus ne seraient pas à rejeter non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Dyarque
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 117
Âge : 524
Date d'inscription : 23/07/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Archimage
MessageSujet: Re: Tuer la routine | Glee   Sam 15 Sep 2012 - 17:36

    « En voilà, de bien belles paroles. » Le Roi eut été plus démonstratif qu'il aurait sans doute applaudi le discours, mais il n'en fit rien, ne bougea à peine et tout dans son attitude montrait qu'il était resté imperméable aux arguments de l'elfe qui lui faisait face. « Mais ce n'est pas de rêves dont j'ai besoin. Ta cité est habituée aux jeux de pouvoirs, elle est familière aux nuits sanglantes. Et toi, tu es sotte de croire qu'ils ont déjà tout oublié. »
    Ainsi parlait le Seigneur d'Alëandir à celle qui aurait dû être de son peuple mais qui se tenait face à lui pour lui arracher promesses et confiance. Las, Dyarque la considérait encore comme une elfe, malgré son allégeance, malgré l'homme qu'elle appelait son Seigneur ; une elfe jeune qui n'avait besoin que d'apprendre. Il espérait seulement qu'elle pourrait le faire avant qu'un fils d'Elenwë lui volât le don de l'Enfant. « Je t'ai demandé pourquoi je ferai confiance à Naelis, tu ne m'as pas répondu. Du moins pas d'une façon qui me satisfasse. » Il marqua une courte pause avant de reprendre d'une voix presque douce. « D'ordinaire, je devrai réunir le Conseil pour te répondre, le sais-tu ? Mais il n'y a plus d'elfes pour y siéger. Alors je parlerai en son nom, à toi de m'écouter avec attention. »
    Avec lenteur, il se leva et descendit les quelques marches qui le séparaient d'elle. Il ne montra rien de l'extrême douleur qui saisit ses membres fatigués, ne maudit même pas sa faible condition et se tint seulement face à elle, le regard toujours aussi éteint. Pour autant, ses paroles n'étaient pas celles d'un mort, elles étaient celles d'un Roi. Irrévocables. « Alëandir se réjouit de savoir que Naelis s'ouvre à de nouveaux horizons sous le joug apaisé du Sire Glenn Hereon. Mais Alëandir ne peut prendre sous son aile tous les enfants égarés de celle que vous nommez Néera. Aussi, nous, Dyarque, Seigneur Protecteur d'Alëandir et d'Anaëh, t'annonçons qu'il n'y aura ni traité ni entente. As-tu compris ? » Il ne laissa pas à l'elfe le temps de répondre, cependant ; la question était de toute façon plus rhétorique qu'autre chose. « Cependant, nous n'interdirons à aucun elfe de commercer avec ta cité. Nous n'interdirons à aucune armée d'Anaëh te vous porter secours, ou de recourir aux secours des armées de ta cité. » Il était grand temps que les elfes se réveillent et recommencent à penser par eux-même. Il n'était qu'un guide et si la guerre avait un temps justifié qu'il décidât pour tous, il estimait cette époque révolue. Le Guerrier riait toujours, il le savait, mais les elfes étaient prêts à se relever. Ils le devaient. C'était cela ou mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Glinaina
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2850
Âge : 25
Date d'inscription : 08/09/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 130 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Tuer la routine | Glee   Sam 15 Sep 2012 - 21:07

Glinaina accusa sans broncher la réponse de Dyarque. Il n'hésita pas à la traiter de petite sotte pleine d'illusions et de rêves crédules, ce qui n'était pas très plaisant à entendre, mais elle ne prit pas la peine de répondre à cela. Ça aurait servit à quoi ? A rien ! Autant s'en prendre plein dans la figure maintenant et que les choses se terminent à peu près correctement. Et ce n'était pas si bien partit que cela, malheureusement...

Dyarque se leva de toute sa hauteur puis s'avança vers elle avant de prononcer ce qui ressemblait fort à une sentence. Comme il le lui avait demandé elle écouta le roi de ses deux oreilles pointues, ne perdant pas un mot de ce qu'il disait. Il n'y avait pas traité ni quoi que ce soit, cependant il y avait liberté d'entre-aide et de commerce. C'était déjà ça, déjà ça... Oui, elle avait très bien compris.
Elle remercia le Roi pour son attention et s'inclina une dernière fois devant lui, restant telle qu'elle avait été depuis le début de l'entretien. Lorsqu'elle sortit de la salle un garde la ramena jusqu'à la chambre qu'on lui avait allouée puis, après l'avoir remercié, elle s'assit sur le lit et respira comme jamais auparavant ! Bon d'accord, cela s'était bien terminé, mais c'était loin d'être une bataille facile ! Elle avait craint de faillir à sa mission, mais heureusement ce n'était pas le cas. Il y avait déjà un minimum de fait et ce n'était pas rien vu la situation politique actuelle. Maintenant il ne restait plus qu'à rentrer chez soi, enfin... Oui, chez soi, à Naelis. De nouveau la question de qui elle était maintenant, une Elfe ou une amie des Fils de Néera. Les deux, le pensait-elle, mais il était vrai qu'elle arrivait de moins en moins à dire "eux", "vous" ou "nous" lorsque les deux races étaient concernées.

Un peu tremblante du fait de la pression qui quittait enfin ses épaules, elle prit son sac, ses armes et compagnie puis sortit. On l'accompagna jusqu'à l'entrée du Palais puis elle alla retrouver ses frères d'armes. Lorsqu'ils la virent ils lui demandèrent forcément si cela s'était bien passé, quel était le résultat, mais elle n'y répondit que par un petit sourire ; ni très heureux, ni triste. Il était surtout sympathique. La première personne à qui elle rendra des comptes sera Glenn et le Conseil s'il le souhaite, à lui de voir la suite. En attendant, elle profiterait bien de traverser cette forêt pour marquer sa mémoire de tous ses changements et de la vie qu'elle pouvait désormais y sentir un minimum.

Certains se trompaient... Elle restait et resterait une Elfe, quoi qu'il arrive... sauf si elle venait à se transformer en Sombre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tuer la routine | Glee   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tuer la routine | Glee
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kura, un être né pour tuer... [Validé]
» Glee [Comédie]
» Tuer Mordirith (trait Bravoure) (Reporter)
» Tuer sans faire de bruit, facile non ? (PV Alya Sai)
» Du nouveau, routine habituelle... (pv Lolipop)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Anaëh ~ NORD EST :: Terres d'Alëandir :: Alëandir :: Le Trône Blanc-
Sauter vers: