Partagez | 
 

 Quand un drow s'invite au pique-nique (pv)

Aller en bas 
AuteurMessage
Adria
Elfe
avatar

Nombre de messages : 422
Âge : 83
Date d'inscription : 20/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 112 ans (16 ans)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Quand un drow s'invite au pique-nique (pv)   Ven 20 Avr 2012 - 18:02

Adria se promenait en lisière d’Anaëh avec Morfingwen, décidée à entrainer celle-ci du côté d’Aduram. Elle avait rencontré la jeune noble lors des recherches qu’elle avait entreprises en revenant en terres elfiques. Adria voulait marcher dans les pas de sa mère disparue une centaine d’années plus tôt : n’ayant aucune envie de jouer éternellement les serveuses dans des tavernes douteuses, elle était à présent décidée à se faire un nom comme chanteuse.

Plutôt douée dans cet art, elle avait malgré tout quelques difficultés à être prise au sérieux. Non seulement elle était encore jeune, mais elle ne connaissait finalement personne chez les siens et ne savait pas vraiment comment s’y prendre pour éviter les auberges miteuses qui acceptaient n’importe qui proposant un divertissement. Après avoir vécu quelques années au château de Diantra, elle appréciait un peu plus de raffinement. Enfin, au moins avait-elle la chance d’avoir un peuple réputé pour avoir cette qualité, elle aurait eu plus de difficulté au milieu des humains. Adria n’ayant pas peur de prendre contact avec les gens et ne craignant pas de se faire rembarrer, elle tenta sa chance encore et encore pour savoir si quelqu’un avait entendu parler de sa mère. Elle avait dans l’idée de prendre sa suite ou quelque chose dans ce goût, même si c’était peut-être insensé. Les rêves insensés ne l’avaient jamais arrêtée, voire l’avaient toujours motivée. Après tout, elle avait réussi à devenir aventurière et magicienne en partant de rien… elle pouvait bien se faire un nom dans le chant à force d’acharnement.

C’est ainsi qu’elle avait rencontrée la dénommée Morfingwen. Adria n’était pas vraiment de celles qui fréquentent les nobles pour prendre le thé avec, mais elles s’étaient croisées une première fois par hasard, avaient discuté musique et avaient fini par se revoir, jouer et chanter ensemble. Bien qu’elle se méfie un peu des nobles pour leur toute-puissance – enfin, disons qu’elle se basait beaucoup sur ce qu’elle savait de la noblesse humaine - Adria apprécia assez rapidement de passer du temps avec la jeune elfe qui elle, restait toujours gentille et discrète. Adria, beaucoup plus bavarde, finit même par lui confier qu’elle aurait aimé vivre de son art, mais qu’en attendant elle jouait à l’aventurière magicienne, détail qu’habituellement elle préférait garder pour elle depuis que sa magie lui avait joué quelques tours.

Ce jour-là, elles avaient discuté de la symphonie des arbres et Adria s’était mis en tête d’aller réécouter la différence entre Anaëh et Aduram. Pleine d’entrain, elle avait décidé d’emmener Morfingwen dans la balade. Elle connaissait plutôt bien les environs, adepte des promenades en forêt à droite et à gauche et ne paraissait pas craindre de mauvaises rencontres, bavardant ou chantonnant sans discontinuer. Olwë, le loup caméléon qui la suivait partout, folâtrait dans les buissons. Adria avait assuré à Morfingwen que l’animal était inoffensif et, de fait, Olwë ne paraissait pas avoir décidé de faire de la noble son déjeuner : il préférait manifestement tenter de débusquer un lapin.

La journée était ensoleillée, les arbres d’Anaëh bruissaient doucement, la promenade s’annonçait fort agréable. Passer en Aduram, en revanche, fit grimacer Adria : la symphonie des arbres était bien moins mélodieuse ici… Elle poursuivit tout de même sa route, guidée par sa curiosité qui la menait de sentier en sentier. Elle allait expliquer à Morfingwen qu’elle était déjà venue par là et qu’il y avait de jolies fleurs un peu plus loin lorsque la loup se figea, grogna brièvement avant d’utiliser ses capacités d’invisibilité. Immédiatement sur le qui-vive, Adria scruta les alentours, posant un doigt sur ses lèvres pour demander à Morfingwen de ne pas faire de bruit. Olwë, n’était plus visible mais sans doute non loin, prêt à la protéger. Les deux elfes auraient pu se mettre à courir, mais c’était aussi un coup à se précipiter vers le danger… si danger il y avait réellement. Adria avait assez voyagé pour savoir que parfois rester calme suffisait à dissuader une bête sauvage d’attaquer. Peut-être n’avaient-elles même pas été repérées.
Revenir en haut Aller en bas
Morfingwen
Elfe
avatar

Nombre de messages : 207
Âge : 33
Date d'inscription : 08/02/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 135 ans 
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand un drow s'invite au pique-nique (pv)   Jeu 26 Avr 2012 - 21:03

Morfingwen profitait d'un moment de pause avec la jeune musicienne qui répondait au nom d'Adria. Elle avait sincèrement besoin de se détendre après les terribles événements qui avaient eu lieu en Anaëh. Les incursions drows avaient en effet laissé de terribles souvenirs et elle essayait d'oublier cela en passant d'agréables moments avec la jeune femme. Il lui fallait du temps et de sérénité après tout ce qu'elle avait vécu récemment. Voilà pourquoi la damoiselle de compagnie avait pris congé auprès de la Protectrice de Tethien. C'était à ses côtés qu'elle avait connu des problèmes et elle préférait donc s'éloigner d'elle pendant quelque temps. Elle ne la tenait bien sûr aucunement responsable des événements : le problème était que sa proximité et son regard désolé lui rappelaient constamment ce qui était arrivé et ce n'était pas sain pour elles deux... Après tout, la demoiselle désirait autant ménager sa maîtresse qu'elle-même. Elle aimait sincèrement la Protectrice... Aucune noble n'avait fait autant pour elle que celle-ci.

La rencontre avec la musicienne fut pour elle une très belle opportunité de passer à autre chose et d'apaiser son âme. Elle s'entendit en effet très rapidement avec Adria car les deux avaient une affinité commune pour la musique et n'étaient pas dépourvues de talent dans ce domaine. Leur passion commune effaça totalement leurs différences pour ne laisser place qu'à des chants harmonieux et de douces mélodies. Même si cela devait sans doute surprendre Adria, Morfingwen ne se considérait pas vraiment comme une noble : elle était issue de la petite noblesse en raison du rang et du statut de son père, mais dans les faits, c'était tout. Elle était une fille de bonne famille bien éduquée, comme l'était généralement toute fille de notable qui se respectait, mais elle n'avait guère plus d'autorité ou de pouvoir qu'une roturière. Elle estimait donc être une jeune femme plutôt modeste car son rang social ne lui permettait pas forcément de prétendre à de nombreux privilèges. C'était sans doute la raison pour laquelle les Elfes s'entendaient si bien : Morfingwen ne pensait aucunement être supérieure à Adria, qui était une aventurière magicienne d'après ses propres dires, donc une personne courageuse. Or, Morfingwen respectait les personnes qui savaient faire preuve de courage et avait donc naturellement beaucoup d'estime pour Adria. Elle aurait aimé être aussi brave qu'elle. Peut-être n'aurait-elle subi aucun choc si elle avait été aussi forte...

La musicienne lui avait longuement parlé de la symphonie discordante des arbres en Aduram. Intriguée par ce chant, elle avait décidé de suivre la jeune Adria pour entendre cette cacophonie sur place. Elle avait conscience du danger potentiel qui pouvait exister dans cette forêt si particulière, mais elle sentait au fond de son cœur qu'elle devait malgré tout en apprendre davantage sur le sujet et la curiosité l'emporta donc sur la peur ou l'inquiétude. Elle devait se montrer courageuse comme la jeune aventurière. Elle ne voulait pas lui faire honte. C'est pourquoi les deux Elfes curieuses étaient sur les lieux, en veillant malgré tout à faire preuve de prudence. Pour l'occasion, Morfingwen avait pris une dague, qui était soigneusement attachée à sa ceinture et battait sur sa hanche gauche. Elle savait désormais qu'il valait mieux avoir une arme pour se défendre et était quelque peu rassurée de sentir sa présence. On n'était jamais à l'abri d'une mauvaise rencontre...
Revenir en haut Aller en bas
Shuru Kaaltur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 300
Âge : 28
Date d'inscription : 22/06/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 104
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Quand un drow s'invite au pique-nique (pv)   Sam 28 Avr 2012 - 17:27

    Aduram… ce nom évoquait de bons souvenirs à Shuru : il y avait fait tellement de victimes innocentes ! Il se remémorait avec nostalgie l’expression d’une terreur sans bornes sur leur visage quand il découvrait à quelle race ils avaient affaire. Or depuis qu’il avait été enrôlé dans les Lames Dansantes, il ne pouvait plus perdre son temps à filer une cible non importante des heures durant ; cependant, il ne lui était pas interdit de tuer quand il sentait une menace et il pouvait s’attaquer à des cibles beaucoup plus importantes.

    Malgré l’arrivée progressive du printemps, la forêt conservait tout de même un aspect sinistre, du moins au regard de l’elfe noir. La lisière sombre des arbres massifs et noueux semblait former une barrière infranchissable, de chaque côté de la chaussée qu’il empruntait. Depuis qu’il marchait sur ce sentier, il n’avait rencontré que quelques rares personnes à qui il n’avait pas porté grand attention ; il avait simplement rabaissé sa capuche afin de dissimuler ses traits.

    Il avait été envoyé à Dross pour tuer un certain Henrich, dont il serait inutile de parler, puisque le drow connaissait seulement son nom. Il devrait par conséquent tout d’abord en apprendre davantage à son sujet.

    À un moment donné, il aperçut deux silhouettes floues qui avançaient dans le sens opposé. Elles étaient à première vue féminines. Le sang manquait déjà terriblement à l’assassin. Il se demandait s’il serait capable d’attendre son arrivée au Dross pour calmer sa soif. Et puis tant pis ! En ce lieu, personne ne saurait qu’il aurait fait deux victimes ne faisant pas partie de sa mission, et il faudrait vraiment qu’il soit malchanceux pour tomber sur la cible de quelqu’un d’autre.

    Après avoir rapidement examiné les deux dames, il lui sembla qu’elles n’étaient pas armées, et qu’il pourrait rapidement les dominer. Il ne pouvait néanmoins pas en être complètement sûr.

    En s’approchant encore davantage, il put constater qu’il s’agissait de deux elfes. Les plaisirs à lesquels il avait pensé profiter avant de tuer les jeunes femmes s’évanouirent dans son esprit.

    Il connaissait l’agilité des elfes ; il se rappelait amèrement la honte que lui avait infligée l’une d’elle il y avait de cela quelques années. Il chassa rapidement ces noirs souvenirs de sa tête.

    Voyant qu’il croiserait bientôt le chemin des demoiselles, il prépara un couteau qu’il dissimula dans l’ample manche de son manteau. Quand il se trouva à leur niveau, il heurta expressément avec force l’épaule de cella marchant à la gauche, apparemment la plus petite ; celle-ci s'affala de tout son long sur le sol froid et rugueux. Le malandrin n’attendit pas que l’autre eût le temps de réagir pour se jeter à son tour sur elle.

    Il n’utilisa pas tout de suite son arme ; il voulait jouer un peu, avant…
Revenir en haut Aller en bas
Adria
Elfe
avatar

Nombre de messages : 422
Âge : 83
Date d'inscription : 20/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 112 ans (16 ans)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Quand un drow s'invite au pique-nique (pv)   Dim 29 Avr 2012 - 13:31

Heurtée avec brutalité, Adria perdit l'équilibre et s'étala de tout son long, ayant à peine le temps de réaliser avec horreur : un drow ! Celui qui réagit au quart de tour, en revanche, ce fut Olwë. Le loup se précipita sur l'agresseur dans la seconde qui suivit. Son invisibilité aidait à la surprise, évidemment et sauter à la gorge d'un unique sombre, fut-il armé, ne l'effrayait pas, surtout si la vie d'Adria était en jeu. Le loup destabilisa par son poids et chercha à enfoncer ses crocs dans la gorge du drow ou à défaut de mordre ce qui était à sa portée.

Adria en profitait déjà pour se relever avec agilité et tirer sa dague. Autant dire qu'elle était terrifiée, mais qu'il y avait deux choses qui l'empêchaient de partir en courant : d'une part elle avait déjà vécu des situations à peu près semblables alors elle avait appris à gérer un peu la panique qui menaçait de l'envahir et, d'autre part, il y avait Morfingwen qui l'avait gentiment suivie jusque là... elle ne pouvait pas l'abandonner comme ça.

Au cas où Olwë n'aurait pas suffi à tenir tête au drow, la jeune fille fit quelques pas en arrière pour se tenir à distance de leur adversaire et éviter de finir découpée en petites rondelles. La dague pointée devant elle comme menace directe, elle commença à se concentrer au cas où il faudrait employer les grands moyens : la magie. Et puis, parce qu'elle n'avait aucune envie de d'en venir à de telles extrémités, elle se mit à crier avec autant d'assurance qu'elle le pouvait :


" Je suis une magicienne ! Reculez et allez-vous en ou je vous le ferai regretter ! "

Sa voix tremblait légèrement, mais elle parlait avec conviction : pour le drow, soit elle était une excellente menteuse, soit elle disait la vérité. En même temps, tout en prenant garde à rester à distance, Adria se concentrait pour rassembler son énergie et être en mesure de lancer un bon coup de vent contre le sombre. Sauf qu'avec la peur qui la tenaillait, elle craignait de laisser libre cours à un autre élément comme cela lui était trop souvent arrivé. La dague n'était qu'un avertissement visuel, même si la jeune fille savait tout de même la manier un minimum. Ce qui risquait de se produire, si le drow insistait, serait bien plus douloureux que quelques coups de couteau. Paradoxalement, Adria ne voulait pas en arriver là : elle n'avait rien contre la race des elfes noirs en elle-même - bien qu'elle sache de quoi ces derniers étaient capables - et répugnait à se battre, surtout de cette manière... sauf qu'il ne fallait pas exagérer. Si on l'agressait, elle était en droit de se défendre ! La présence invisible d'Olwë devait suffire à occuper le drow le temps que la noble se dégage de son emprise. Le loup n'était pas un monstre énorme, mais restait un prédateur redoutable.

" Morfingwen ! Ca va ? " demanda-t-elle sans quitter le drow des yeux.

Elle n'avait pas rappelé Olwë qui continuait à jouer les invisibles par sécurité et se demandait où le loup se trouvait... sans doute à tourner autour du drow pour avoir un bon angle d'attaque. Le coeur battant, Adria pria pour que leur agresseur se montre raisonnable et s'en aille. La magie ne cessait d'affluer et la jeune fille ignorait ce qui se passerait quand elle serait contrainte d'y laisser libre cours.
Revenir en haut Aller en bas
Morfingwen
Elfe
avatar

Nombre de messages : 207
Âge : 33
Date d'inscription : 08/02/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 135 ans 
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand un drow s'invite au pique-nique (pv)   Lun 30 Avr 2012 - 9:25

Ce fut une surprise totale pour les deux Elfes quand quelque chose ou quelqu'un (c'était sur le moment difficile à déterminer) frappa subitement Adria, la renversant. Cette attaque était si soudaine ! Morfingwen sentit son cœur battre la chamade dans sa poitrine quand elle vit qu'il s'agissait d'un Drow. Quand ce dernier bondit ensuite sur elle, son sang ne fit qu'un tour. Elle tenta aussitôt de dégainer son arme pour se défendre, prête à frapper, ou du moins à essayer de le faire, si la dague n'effrayait pas le Drow. Dans l'idéal, elle voulait surtout l'intimider et le pousser à fuir devant cette résistance inattendue, mais elle avait déjà eu affaire aux Drows lors d'une de leurs incursions dans les territoires elfiques et elle ne se faisait pas trop d'illusion à ce sujet. Il s'agissait d'êtres profondément vicieux qui étaient prêts à tout pour assouvir leurs sombres pulsions.

Au moment-même où la jeune Elfe aux cheveux noirs de jais avait dégainé, l'étrange loup invisible d'Adria avait soudainement surgi de nulle part pour attaquer l'Elfe noir. Le fidèle animal cherchait en effet à défendre sa maîtresse contre la menace qu'il représentait. Sa présence rassura quelque peu la demoiselle. Elles pouvaient toutes deux compter sur cet étrange allié. Elle était bien heureuse d'avoir ce compagnon animal à ses côtés... Bon, elle le trouvait toujours étrange, mais le loup venait de prouver qu'il était utile et amical en s'attaquant à leur ennemi. Elle ignorait dans quelles circonstances Adria avait obtenu le soutien d'un tel animal, mais elle devait reconnaître que la jeune Elfe avait été avisée en permettant à cet ami invisible de les accompagner. Enfin, si elle avait eu le choix. Peut-être que le loup la suivait partout en toutes circonstances, sans lui demander son autorisation ? Ce n'était sans doute pas impossible... Cette créature invisible avait peut-être une volonté propre et totalement indépendante de celle de l'aventurière.

La jeune Elfe blonde avait conservé son sang-froid et s'était rapidement relevée avant de dégainer à son tour. Elle alla même jusqu'à menacer le Drow d'employer un autre atout qu'elle avait en sa possession, à savoir la magie. Si deux demoiselles elfiques tenant avec hésitation leur arme et un loup ne le faisaient pas changer d'avis, la menace magique allait peut-être davantage le faire réfléchir... En tout cas, c'était sincèrement ce que Morfingwen espérait au fond d'elle-même. Néanmoins, en raison de sa dernière expérience avec les Elfes sombres, elle n'y croyait pas forcément... Malgré tout, elle devait reconnaître le courage de la jeune Elfe qui n'avait pas laissé le Drow la perturber. Adria était une véritable aventurière et venait de le prouver. C'était du point de vue de Morfingwen un véritable exemple à suivre. D'ailleurs, elle comptait bien s'en inspirer...

Soucieuse, Adria demanda à Morfingwen comment elle allait. La jeune noble lui répondit donc sur un ton assez froid qui n'était pas habituel chez elle, son regard noir restant posé sur leur ennemi, surveillant ses faits et gestes, prête à réagir en cas d'agression.


« Oui, je pense que ça peut aller, merci... Enfin, ça ira mieux quand ce Drow ne nous importunera plus. Malheureusement, je connais un peu cette engeance. Enfin, j'ai déjà croisé des Drows et j'en conserve un souvenir particulièrement amer. En fait, c'est le pire événement de toute ma vie, pour ne rien te cacher. Nous ferions mieux de nous méfier de lui et de ne pas le croire sur parole... Il profitera sans doute du moindre moment de faiblesse de notre part pour nous frapper. D'ailleurs, c'est bien ce qu'il a essayé de faire en nous attaquant par surprise... Les Drows n'ont aucun honneur. Il l'a prouvé à l'instant-même alors que nous n'étions pas hostiles à son égard. »

Elle parlait sans colère ni haine, mais quelque chose semblait pourtant la tourmenter. Quelque chose qu'elle n'osait pas dire à sa jeune amie, surtout en présence d'un ennemi... Même si elle ne laissait pas la rancœur l'aveugler, elle avait visiblement des raisons de se méfier des Drows...
Revenir en haut Aller en bas
Shuru Kaaltur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 300
Âge : 28
Date d'inscription : 22/06/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 104
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Quand un drow s'invite au pique-nique (pv)   Lun 30 Avr 2012 - 22:30

    Mû par son impulsion malfaisante, Shuru n’avait guère envisagé qu’il pût se mettre dans un très grand pétrin.

    En effet, dès qu’il projeta l’elfe au sol, alors qu’il pensait être dans la mesure de la maintenir sous son emprise, il se trouva pris au dépourvu lorsqu’une masse invisible fondit sur lui. Sous l’effet de la surprise, il crut que l’une des deux jeunes femmes avait usé de sa magie - car il s’agissait bien de la plus grande crainte de l’elfe noir lorsqu’il faisait face à un adversaire - ; mais la masse s’avéra plutôt être un animal, puisqu’il entendit une mâchoire claquer à quelques centimètres seulement de sa gorge, tandis que de solides pattes le projetèrent fermement au sol. À en sentir la force et pouvant deviner sa physionomie, la bête semblait être un loup. Mais quelque chose clochait : comment se faisait-il qu’elle était invisible ? Il devait s’agit de l’une de ces créatures magiques que l’on retrouve un peu partout sur Miradelphia. Le drow savait qu’il n’avait aucune chance contre un ennemi invisible. Mais il ne voulait pas non plus prendre la fuite ; car il ne fuyait jamais devant un ennemi, peu importe sa force. Il devait trouver un stratagème pour retourner l’animal contre ses propres maîtres (parce que la bête n’était assurément pas là par hasard, elle appartenait indubitablement à l’une des deux demoiselles). Les choses prenaient une envergure beaucoup plus dramatiques que ce à quoi il s'était attendu - c’est-à-dire une mort rapide, mais douloureuse.

    Le vagabond se débattit et usa de son couteau pour s’extirper des griffes de la créature imperceptible pour son œil, qui fila dès qu'il approcha la lame de lui, sans qu’il ne pût le blesser ; mais il ne doutait pas quelle reviendrait rapidement à l’assaut - c’est pourquoi il devait se dépêcher d’agir. L’assassin se hâta de se relever, la poigne toujours serrée autour du manche de sa dague acérée. Il constata que celle qu’il avait projetée au sol s’était déjà relevé et possédait elle aussi un poignard qu’elle pointait en sa direction, tout comme l’autre elfe. La pointe des trois armes rutilait sous l’éclat des quelques rayons de l’astre diurne qui perçait le feuillage dense de la futaie, telles des poussières d’étoiles étant tombées sur terre. Le malandrin rangea promptement la sienne à sa ceinture où il pourrait la sortir de nouveau si jamais le besoin viendrait, et dégaina les deux épées dont le fourreau était dissimulé par son pantalon, étant de la même couleur, de même que par sa cape noire. Deux épées contre deux couteaux : il avait la supériorité en termes d’armement, même s’il espérait que les autres n’étaient pas d’habiles daguistes.

    Or, à son grand dam, l’une de ses opposantes dit ce qu’il redoutait tant :

    « Je suis une magicienne ! Reculez et allez-vous en ou je vous le ferai regretter ! »

    Néanmoins, malgré la conviction qu’elle semblait vouloir exprimer, sa voix trémulait légèrement. Si elle mentait, elle devait être très bonne. Le subtil tremblement de son ton était peut-être simplement dû à la nervosité. Il valait mieux ne prendre aucune chance et se montrer prudent : il se rappelait péniblement ce que lui avaient déjà infligé des mages antérieurement, en particulier Fjama, qui l’avait fait douloureusement languir pour finalement prendre lâchement la fuite. Si jamais il la croisait de nouveau un jour, Shuru s’était promis de lui faire regretter ce qu’elle lui avait subir ; mais c’est une autre histoire. Quoi qu’il en fût, il en conservait des souvenirs pour les moins… ardents.

    Et même si elle ne disait pas la vérité, il savait cependant qu’une dague agile pouvait facilement avoir le dessus sur un glaive, si un coup était bien porté.

    De toute façon, le loup revenait à la charge. L’elfe noir entendait ses pas feutrés tourner autour de lui, comme s’il cherchait le bon angle d’attaque ; les muscles crispés, tous les sens en alertes, il se préparait à toute éventualité. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il ne sentait pas du tout en sécurité.

    Il crut entendre celle qu’il avait fait trébucher parler à sa compagne, mais il ne saisit aucunement ces paroles, qui ne lui étaient de toute façon pas dédiées.

    Il crut entendre l’animal s’éloigner ; il en profita pour exécuter un arc de cercle de ses deux mains ; les lames fendirent l’air, mais n’atteignirent pas ses cibles ; il revint de nouveau à l’attaque, attaquant cette fois-ci verticalement ; mais alors qu’il croyait fendre le crâne des deux elfes, ses lames furent déviées, et il tomba à la renverse, échappant une de ses épées qui ricocha dans un cliquetis contre une pierre, pour venir se planter dans la terre meuble entre les racines d’un vieil arbre aux ramifications dégarnies. Dans un élan de furie, il frappa puissamment de son poing la tête de la bête invisible qui, sonnée, s’éloigna un moment.

    Évitant les coups que voulaient lui porter ses opposantes qui profitaient de son moment de vulnérabilité, il réussit à se trouver suffisamment près d’eux pour s’apprêter à leur asséner un coup qui pouvait bien leur être fatal à tous les deux ; du moins il espérait les blesser, gravement de préférence.

    Et enfin sa soif de sang serait apaisée et il aurait l’esprit en paix pour exécuter sa mission.
Revenir en haut Aller en bas
Adria
Elfe
avatar

Nombre de messages : 422
Âge : 83
Date d'inscription : 20/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 112 ans (16 ans)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Quand un drow s'invite au pique-nique (pv)   Mar 1 Mai 2012 - 19:46

Adria fut quelque peu rassurée de voir que Morfi était capable de se débrouiller toute seule : il n'aurait plus manqué qu'une elfe poussant des cris hystériques ou tombant dans les pommes ! Mais non, la jeune noble savait garder son sang-froid et c'était une bonne chose car Adria n'était déjà pas sûre de savoir se protéger elle-même. Alors prendre en charge quelqu'un d'autre... il ne fallait pas y compter, même si elle se sentait responsable d'avoir entraîné son amie au devant des ennuis.

Morfi paraissait en vouloir particulièrement aux drows en général et, si ce n'était pas vraiment le cas de la magicienne, cette dernière ne pouvait pas louer la renconte pour autant. Celui-là était un tueur psychopathe, visiblement et s'il continuait comme cela, il allait finir grillé comme un poulet rôti ! Enfin... ce n'était quand même pas ce qu'elle souhaitait, malgré la peur qui lui tordait le ventre. Se méfier ? Elle allait faire mieux que ça : elle le réduirait en bouillie s'il s'approchait trop ! Non pas qu'Adria ait eu des instincts particulièrement meurtriers, mais elle savait aussi ce que pouvait coûter une hésitation et trop de bons sentiments ! Morfi parlait trop à son goût - et pourtant l'aventurière était spécialiste du bavardage ! - elle allait finir par se déconcentrer !

Olwë avait dû se dégager pour éviter les coups de couteau, mais elle le savait tout proche et le drow s'en doutait également. Tant mieux, il allait peut-être y réfléchir à deux fois, à présent, avant de s'attaquer à elles. L'animal avait bien grandi durant ces dernières années, il était dans la force de l'âge et ne demandait pas mieux que de grignoter de la viande fraiche bien gagnée.

Adria frémit en voyant le sombre dégainer ses épées : malgré tout ce que les deux elfes pouvaient dire, elles étaient dans un sacré pétrin ! Le loup grogna, se rapprocha d'elle non sans cesser de se déplacer. Instinctivement, il savait que rester en mouvement faisait son avantage. La jeune fille, elle, continuait à rassembler sa magie en priant pour être capable d'en garder le contrôle. Avec la peur qu'elle ressentait rien n'était moins sûr. Sa déclaration semblait avoir fait son effet sur le drow, sans pour autant l'inciter à s'enfuir. Adria se força à soutenir son regard :


" Je ne plaisante pas. "

Son ton était plus ferme : elle savait de ce dont elle était capable et elle ajouta d'ailleurs :

" Vous ne seriez pas le premier drow que j'abattrais. "

Ce n'était pas son genre de parler de la sorte - à vrai dire, elle s'en était même rendue malade à l'époque - mais parfois jouer les bravaches pouvait avoir du bon. Et elle ne faisait que dire la vérité, après tout, même si elle détestait le ton méprisant qu'elle s'était forcée à employer.

La suite fut plus rapide : le sombre, nullement désorienté par ce qu'elle avançait, attaqua, profitant d'un écart d'Olwë. Adria se jeta sur le côté, esquivant sans même chercher à parer avec sa dague. Elle était agile, mais elles n'avaient malheureusement pas affaire à un balourd d'humain. Se remettant en garde, elle osa à peine un regard vers Morfi pour vérifier qu'elle allait bien. Olwë qui avait tenté d'attaquer, se remit à tourner en étouffant ses grognements qui l'auraient fait repérer. Le coeur battant, Adria garda sa lame devant elle tout en essayant de rassembler sa magie en un tout plus cohérent. L'agitation ne l'aidait en rien, elle aurait eu besoin de calme ! L'envie de s'enfuir se faisait toujours sentir, mais elle n'osait pas tourner le dos à leur agresseur.

L'attaque suivante se soldat par un jappement de douleur d'Olwë dont les dents manquèrent d'arracher une main au drow sans effet toutefois. Le loup se replia près d'Adria, désorienté, mais parvint à rester invisible quoiqu'on put l'apercevoir un bref instant. La suite parut encore plus confuse à la jeune fille qui, si elle ne chercha pas à attaquer, fut contrainte de se défendre... tant et si bien que lorsque la lame lui entailla le bras, elle riposta avec plus de hargne qu'elle ne l'aurait imaginé. Elle avait pensé se trouver défaite face à une blessure, mais il n'en fut rien, ce fut la goute d'eau qui lui donna assez d'aplomb pour tenter de calmer le drow une bonne fois pour toute en tendant de l'atteindre de sa dague !

Son élan vengeur fut pourtant de courte durée et Adria ne tarda pas à se replier en arrière, protégée par un Olwë de fort mauvais poils. Son bras la lançait, d'autant que c'était du côté où elle tenait son arme. Si elle n'en était pas encore à se vider de son sang, elle ne pouvait pas ignorer la douleur qui irradiait. Et cette magie qui ne voulait pas se plier un minimum à sa volonté ! Ah, ils allaient être bien si tout se déchaînait d'un coup sans qu'elle ne parvienne à jeter un sort un tant soit peu correct !
Revenir en haut Aller en bas
Morfingwen
Elfe
avatar

Nombre de messages : 207
Âge : 33
Date d'inscription : 08/02/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 135 ans 
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand un drow s'invite au pique-nique (pv)   Dim 6 Mai 2012 - 4:26

Elle aurait aimé ne pas en arriver là, mais cela se fit malgré tout : leur ennemi tenta de porter un coup afin de les blesser fatalement ou, en tout cas, assez grièvement pour se débarrasser des deux jeunes Elfes. C'était là ce que Morfingwen avait le plus craint car elle se sentait totalement désemparée dans une situation aussi dangereuse. C'était sans doute la pire chose possible pour une jeune et délicate Elfe qui, jusqu'à il y a assez peu de temps, avait été relativement épargnée par les atrocités de la guerre... Enfin, elle n'avait guère le temps de s'apitoyer sur son misérable sort : il fallait réagir, et vite ! Elle tenta donc de s'écarter afin d'esquiver l'attaque du Drow, ayant parfaitement conscience que ce coup allait la mener à une mort certaine si elle ne parvenait pas à l'éviter convenablement. Presque instinctivement, tout en essayant d'esquiver le coup grâce à son agilité elfique, elle tenta de placer la dague devant elle afin de parer le coup. Ainsi, la lame formait une dernière protection entre l'attaque du Drow et elle. C'était du moins ce qu'elle espérait, mais elle ne savait vraiment au fond si elle pouvait compter sur son arme ou non pour la protéger, surtout que le bras qui la tenait était faible. Si faible...

Malheureusement, comme elle s'en était doutée, si elle avait une arme, elle ne possédait pas l'expérience d'une guerrière et ne savait pas pleinement en faire usage, tout comme elle n'avait qu'une connaissance fort limitée des manœuvres et mouvements des guerriers. Elle avait rarement eu l'occasion d'observer des combattants dans un contexte de bataille. Au mieux en avait-elle aperçu durant un entraînement... Tenir une arme et menacer était une chose. Frapper efficacement son adversaire ou parer un de ces coups en était une autre. Se contenter de brandir une arme ne suffisait pas à remporter la victoire. Il fallait aussi savoir s'en servir et c'était bien loin d'être le cas pour elle. Elle n'avait en effet pas trop eu de temps pour s'exercer depuis les incursions drows en Anaëh. Elle avait préféré employer ce dernier à essayer d'oublier ce sinistre épisode, en vain...

Le coup du Drow ne la toucha pas aussi terriblement que ce dernier l'aurait voulu, mais il ne fut pas pour autant inutile, loin de là... En effet, perturbée et déséquilibrée par l'attaque, elle lâcha son arme, qui vola à quelques mètres dans les herbes, et trébucha. À dire vrai, c'était aussi bien le fait de l'attaque de son ennemi que de son esquive maladroite. Elle était peut-être, en tant qu'Elfe, dotée d'une agilité naturelle, mais ses capacités innées n'étaient que peu de choses face à un adversaire qui possédait sensiblement les mêmes et bénéficiait en plus d'une certaine expérience martiale. Même sans véritable connaissance du combat, cela se sentait très largement. Et elle venait de perdre son seul moyen de défense ! Dans la panique, à quatre pattes dans les herbes, elle tenta alors de retrouver l'arme qu'elle avait lâchée dans les herbes.

Tout en cherchant, elle jeta un coup d'oeil vers son amie. Adria, de son côté, se battait bravement. Certes, elle était en difficulté, mais la musicienne et magicienne était définitivement plus courageuse et capable que la petite noble. L'Elfe blonde et son compagnon animal invisible mettaient toutes leurs forces dans ce combat, luttant pour leur survie avec toute la vaillance dont leurs cœurs pouvaient être capables. À côté de tels modèles de bravoure, qu'était-elle donc ? Rien... Son incompétence n'était définitivement pas un exemple. Elle s'en voulait de ne pas être aussi efficace et regrettait sincèrement de ne pas avoir consacré du temps à l'entraînement. À ce moment précis, alors que sa vie était sérieusement menacée pour la seconde fois de sa vie, elle aurait tant voulu être une guerrière pour les sauver toutes deux de ce Drow et de sa folie sanguinaire...
Revenir en haut Aller en bas
Shuru Kaaltur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 300
Âge : 28
Date d'inscription : 22/06/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 104
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Quand un drow s'invite au pique-nique (pv)   Dim 6 Mai 2012 - 21:56

    La « petite elfe » avait tenté de soutenir le regard du drow afin de se donner de la contenance, ce qui n’était pas aisé puisque celui de Shuru était le même que celui d’un prédateur sur le point de porter le coup fatal à sa proie, ou encore celui d’un homme observant une belle tranche de viande saignante ; de plus, son sourire espiègle et innocent étant décontenançant. Quoiqu’il en soit, la demoiselle dit qu’elle ne plaisantait pas quand elle avait dit qu’elle était une magicienne, et son ton était dangereusement assuré. Un frisson, très subtil, zébra un instant le dos de l’elfe noir, qui garda le silence. Il ne gardait que des mauvais souvenirs de ses rencontres avec des mages. L’elfe rajouta qu’il ne serait pas le premier de son espère qu’elle abattrait ; cependant, cette dernière phrase n’eut pas tellement davantage d’effet sur lui. Aucun sentiment ne se lisait sur son visage, hormis peut-être une malice à demi feinte.

    C’est à la suite de ces paroles que le malandrin, ne voulant pas montrer la légère angoisse qui montait en lui – qu’il tentait toutefois d’ignorer – attaqua le duo aux oreilles pointes. La plus petite des deux évita de justesse sa lame acérée ; or celle-ci marqua une estafilade sur son bras. À la vue du liquide vermeil qui s’en échappait, l’assassin sentit son propre sang bouillonner d’exaltation.

    La blessée se défendait tant bien que mal, et réussissait à se replier quand il tentait de l’atteindre de nouveau, protégée par le loup invisible ; or l’autre semblait peiner beaucoup plus. Il réussit à la faire basculer au sol, mais il reporta immédiatement son attention sur la bête magique, qui s’en prenait pour une énième fois à lui, voulant se venger. Il fut lui-même projeté au sol, et il tomba droit sur roche, qui fit craquer ses articulations mais ne lui arracha aucun gémissement. Néanmoins, le canidé imperceptible raya son bras de sillons sanglants grâce à ses griffes aigues ; et il se hâta de se défaire de son emprise, ce qui ne fut pas chose aisée car l’animal était lourd.

    Il profita du moment d’inattention du loup pour s’en prendre à sa maîtresse ; il réussit à la repousser jusqu’à l’adosser à un arbre, mais alors qu’il s’apprêtait planter son poignard dans ses côtes – ou son cœur, il n’avait pas encore décidé, il choisirait au dernier instant – la bête fit dévier son coup, et le poignard se planta dans le bois. Il ne perdit pas le temps de l’extirper de là ; de toute façon, il lui en restait encore une multitude de secours.

    Se retournant brusquement, il assena de nouveau un solide coup de poing à la créature magique, puis essaya de la tuer, même s’il n’avait aucune idée de l’endroit exact où elle se trouvait ; il lança donc son couteau au hasard, espérant atteindre sa cible. Il entendit un mugissement ; mais peut-être s’agissait-il seulement d’une plainte de colère.

    Il lui sembla que l’elfe aux cheveux foncés s’approchait de lui, derrière. Il se tourna vers elle et tenta de la mettre en respect de son épée, qu’il tenait toujours dans l’autre main. Il réussit à l’isoler et à la diriger vers un gros rocher qui était atterri d’on ne sait où dans la forêt, l’obligeant à reculer. Il parvint à la piéger.

    Il leva son épée.

    Dans son œil, un éclat malveillant luisait.
Revenir en haut Aller en bas
Adria
Elfe
avatar

Nombre de messages : 422
Âge : 83
Date d'inscription : 20/06/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 112 ans (16 ans)
Niveau Magique : Apprenti
MessageSujet: Re: Quand un drow s'invite au pique-nique (pv)   Mer 16 Mai 2012 - 18:50

Comme elle l’avait dit, ce drow n’était pas le premier qu’Adria croisait et qui cherchait à la tuer avec un regard de psychopathe. La jeune fille n'en était pas moins terrifiée et essayait frénétiquement de faire quelque chose de convenable avec sa magie. Un sort qui, si possible, ne lui ferait pas perdre connaissance au passage mais surtout qui agirait avant qu’elles ne soient massacrées Morfi et elle.

Elle crut sa dernière heure venue lorsque le sombre l’accula à un arbre et ne dut son salut qu’à Olwë qui continuait à attaquer dès qu’il en avait la possibilté. Le loup grogna, jappa, ce qui inquiéta Adria qui craignit qu’il n’ait été blessé à son tour. Impossible de le savoir tant que l’animal ne redevenait pas visible. Avec un peu de chance, il n’avait rien, bien qu’elle soit incapable de le localiser pour s’en assurer. Elle avait des préoccupations plus urgentes de toute façon : le drow venait de coincer Morfi et cette dernière ne ferait pas long feu avec sa dague et son manque d’expérience.

Avisant la seconde épée de leur agresseur qui était restée plantée dans la terre meuble, Adria s’en empara, tirant brutalement pour la dégager et para le coup destiné à sa compagne in-extremis. Avec cette arme en main, elles avaient peut-être une chance. Il était temps de voir si les leçons à la mode drow de Berg’inyon avaient porté leurs fruits. Forçant son adversaire à reculer, Adria se mit en garde, se plaçant entre Morfi et leur agresseur.

En bon professeur, Bergy ne l’avait jamais épargnée et elle savait ce dont elle était capable une épée entre les mains… pas des miracles, c’était certain. Enfin, elle connaissait quelques attaques, elle savait qu’elle avait tout intérêt à esquiver plutôt qu’à parer et c’était toujours mieux qu’une dague ou que laisser Morfi se faire tuer. Elle avait donc remit son arme à sa ceinture et avait pris l’épée à deux mains pour tenir le drow en respect. Et puis, elle se souvint de la leçon la plus importante qu’elle avait reçue : la meilleure des défenses, c’est l’attaque. Elle cessa de chercher à reculer et se jeta franchement en avant, ignorant son épaule qui la lançait cruellement. Elle aurait bien le temps de pleurer sur son sort plus tard, quand elle aurait réussi à se débarrasser de cet adversaire… si elle y arrivait, car rien n’était moins sûr.

Un coup, deux coups, ce qu’elle cherchait avant tout, c’était à blesser suffisamment le drow pour qu’il décide qu’il était temps de rompre le combat face à des cibles trop coriaces. Olwë le harcelait dans son dos et Morfi pouvait peut-être le distraire en lui lançant une dague, des cailloux ou n’importe quoi… Le seul inconvénient à ce beau plan était que, concentrée sur l’escrime, la magie filait, vivait sa vie. Ce qui pouvait aussi bien dire qu’Adria serait incapable d’en faire usage ou au contraire lancer un sort dévastateur sans vraiment le vouloir qui risquait de les carboniser tous les quatre. Enfin, c’était la seule solution viable pour le moment et elle entreprit d’acculer le drow à son tour, essayant de le prendre de vitesse à défaut de se montrer supérieure en force ou technique.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand un drow s'invite au pique-nique (pv)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand un drow s'invite au pique-nique (pv)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pique-nique improvisé [ PV Nora & Irving]
» Pique-nique dans la neige [PV]
» [Sondage] Jdr et Pique-nique !
» Un pique-nique au clair de lune [Livre 1 - Terminé]
» Pique nique entre deux chemins...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ITHRI'VAAN :: Les Terres Sauvages :: La Forêt d'Aduram-
Sauter vers: