AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Akor'vyr Rilynval, haut-prêtre d'Isten [Kata]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Akor'vyr Rilynval
Drow
avatar

Nombre de messages : 73
Âge : 32
Date d'inscription : 18/04/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  573 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Akor'vyr Rilynval, haut-prêtre d'Isten [Kata]   Ven 20 Avr - 19:09

Nom/Prénom : Akor'vyr "Dirz'olin" Rilynval
Âge : 573
Sexe : Masculin
Race : Drow
Particularité : Une longue chevelure blanche soigneusement entretenue.

Alignement : Loyal mauvais
Métier : Haut-Prêtre d'Isten
Classe d'arme : Magie

Équipement :
Il possède plusieurs longues robes, parfois découpées de façon quelque peu suggestive, ainsi que beaucoup d'autres vêtements car il prend assez soin de son apparence, et donc aussi de son style. Sa garde-robe est assez variée et, en général, de bon goût selon les critères drow (qui ne sont pas forcément ceux des autres races). Il change de tenue tous les jours et veille à toujours avoir des habits propres.
Il possède également un masque représentant un visage magnifique, doux et efféminé qui affiche une moue d'éternelle insatisfaction et dont les orbites semblent vides, même quand il est porté. Il représente naturellement le visage de la déesse Isten. C'est le symbole de sa fonction sacerdotale et le haut-prêtre le porte généralement lors de ses offices et des cérémonies officielles.
À tout cela, on peut naturellement ajouter des dagues ornées qui lui servent aussi bien d'armes que de dagues sacrificielles, un fouet, du matériel de peinture et une bibliothèque assez riche, entre autres choses. Il a naturellement des "babioles", mais rien d'autre de notable.

Description physique :
Il a, pour ceux de sa race, une apparence assez classique, si on la résume : une peau au teint sombre, des yeux rouges, de longs cheveux blancs. Bref, rien de bien original en soi si on s'arrête à cela. Sur ce plan, les drows se ressemblent presque tous et il ne fait guère exception. C'est dans les détails qu'il se distingue de ceux de sa race.

Sa longue chevelure d'ivoire est soyeuse et lui tombe au bas du dos. Assez fier d'elle, le prêtre y prend particulièrement soin et la conserve généralement libre, celle-ci formant alors un voile de blancheur immaculée autour de son visage sombre, dont les traits sont bien dessinés. Le contraste accentue assez la perfection de la chevelure délicate et des traits fins. Ses charmes naturels lui conviennent parfaitement et il ne cherche pas à les mettre en valeur à travers un quelconque artifice, comme du maquillage ou autre. Ce serait superflu, surtout que sa peau ne présente pas le moindre défaut. Son corps nu ne semble en effet souffrir d'aucune imperfection : il ne semble avoir ni marque particulière ni cicatrice.

Il est grand, sans pour autant être l'un des plus grands au sein de sa race (il mesure en effet 2m), et bien proportionné. Ses muscles sont bien dessinés et sculptés, sans pour autant jurer avec son corps relativement fin. Il entretient chaque partie de son corps avec soin, des dents aux ongles, qu'il porte longs et pointus. Sa dentition est parfaitement blanche, même s'il la montre rarement, préférant généralement afficher un sourire simple en conservant les lèvres closes.

Description mentale :
On pourrait finalement résumer son caractère et sa personnalité au principe suivant : ce qui est aux autres est à lui. L'envie caractérise complètement le personnage. On pourrait débattre sur le fait que ce désir de tout posséder viendrait d'un besoin profond de reconnaissance ou d'un Ego blessé en mal d'amour, mais le Drow n'en a cure et ne cherche pas à se poser des questions sur ces raisons. Il est ainsi. C'est sa nature fondamentale. C'est tout ce qu'il y a à savoir... D'ailleurs, son Ego se porte bien, merci. Il est même certainement hypertrophié, même s'il ne penserait certainement pas en ses termes... Bref, il n'a aucun besoin de se rassurer.

Il est naturellement charmant avec ses interlocuteurs et veille à se montrer affable en toutes circonstances, même quand il parle à un ennemi ou une esclave. Il parle d'une voix suave et sensuelle, bien que clairement masculine. Tout cela contribue à le rendre charismatique et séduisant pour certains et profondément détestable pour d'autres, surtout qu'il peut employer dans une discussion courtoise exactement le même ton qu'il emploierait pour ordonner de faire fouetter un esclave. Il ne hausse que rarement la voix et ses manières sirupeuses ont le don d'en agacer plus d'un, mais elles ont aussi la capacité d'en apaiser d'autres.

En dépit de sa possessivité, le Drow possède une forme d'honneur, mais il ne faut pas pour autant voir là un signe de bonté ou de gentillesse. Ce sont davantage des contraintes qu'il s'impose par défi et par principe. Un fidèle de la déesse de la Luxure est à ses yeux un bien piètre représentant de cette dernière s'il ne peut obtenir ce qu'il désire par la séduction et la tentation. Il adore l'idée de manipuler et d'influencer les esprits les plus faibles pour parvenir à ses fins. Exercer son emprise sur un individu pour exploiter sa naïveté et sa crédulité est un sentiment particulièrement jouissif de son point de vue. C'est même grisant...

Il méprise donc naturellement ceux qui s'imposent par l'usage de la force. On ne doit employer la force et la violence que lorsque c'est nécessaire. Il ne torture jamais ou, en tout cas, veille à ne pas laisser de marques car il déteste l'idée d'altérer l'intégrité physique et la beauté. De son point de vue, les femmes doivent lui appartenir corps et âme. Il n'y a donc besoin d'aucun symbole ou tatouage pour marquer sa domination. Dans l'idéal, il ne frappe pas les femmes et n'utilise pas les armes contre elles, sauf en contexte de guerre. Et encore, s'il peut soumettre une femme sans la blesser, il optera pour cette solution. Même les esclaves les plus humbles reçoivent cette douce attention de sa part, tant qu'elles sont dignes selon lui. Bien sûr, s'il estime que ce n'est pas le cas, il risque de les laisser aux bons soins de ses fidèles, qui seront moins tendres...

Il ne faut pas croire, répétons-le, qu'il est profondément bon : il n'y a en lui pas plus de bien que dans un autre Drow et les prisonniers de guerre de sexe masculin ne bénéficient de sa part d'aucune pitié ni de la moindre compassion. Tout ce qui a été dit sur ses principes ne s'applique pas à leur personne. Disons simplement qu'il est moins sadique que la moyenne avec les femmes, mais il n'a pas pour autant peur.

Il est facile de l'agacer et de le décevoir. Après tout, peut-on être un fidèle de la déesse éternellement insatisfaite sans être soi-même terriblement exigeant ? Ceux qui sont indignes de lui devront faire leurs preuves ou craindre le pire. Il apprécie tout particulièrement les présents au culte ou à sa personne : il suffit de lui offrir une esclave de valeur, plus particulièrement une esclave au physique atypique et de grande beauté, pour susciter chez lui un certain intérêt. Plus une beauté est rare, plus il l'adore.

En fait, en résumant avec les sept péchés :
Luxure : En tant que fidèle d'Isten, il adore les plaisirs de la chair, mais il est davantage raffiné que sadique.
Orgueil : Il n'aime pas uniquement Isten pour les plaisirs de la chair ; c'est aussi une question de pouvoir, de domination sur les autres car il s'estime supérieur à tous les autres êtres, surtout ceux qui ne sont pas de sa race.
Avarice : Il est d'une possessivité extrême. Gare à ceux qui touchent à ce qu'il estime être à lui.
Envie : La jalousie et l'ambition sont nécessairement rattachés à sa personne car il convoite énormément de choses. C'est un individu très capricieux, même s'il essaie de le cacher. Il supporte difficilement l'idée qu'un autre soit mieux loti que lui.
Paresse : Il déteste les efforts inutiles et pénibles et espère toujours que les siens vont payer dans l'immédiat. S'il pense que ça n'aura aucune conséquence, il essaie de ne pas en faire et préfère même confier les tâches aux autres.
Gourmandise : Il aime goûter aux plaisirs que la vie a à lui offrir. Pour lui, ce n'est jamais trop. L'excès n'existe pas.
Colère : C'est sans doute le moins présent chez lui, même s'il n'est pas bon de ne plus avoir sa faveur. Il vaut mieux être bien vu de sa personne, mais il n'est pas naturellement agressif et encore moins violent.

Histoire :
La Maison Rilynval (Rilynval signifie littéralement "la Maison de la Tisseuse de Soie") est connue pour son amour de la beauté et de l'habileté manuelle, surtout celles de ses esclaves. C'est en effet avant tout une maison d'esclavagistes qui veille à acquérir et fournir les meilleures esclaves possibles. Son symbole est une araignée sur une tête de demoiselle elfe. En effet, la maison s'est à l'origine fait connaître pour les vêtements de soie produits par ses esclaves d'origine elfique dans ses ateliers. De fait, le jeune Akor'vyr est né dans un milieu où on convoitait la beauté et où on savait l'apprécier à sa juste valeur...

Fils de Szin'Nolu, une danseuse aussi belle que redoutable, et de Berg'tran, un corsaire et un esclavagiste, le jeune Akor'Vyr n'a jamais vraiment connu ses parents. Son père a été tué lors d'un raid ayant très mal tourné (en partie car d'autres pirates et corsaires avaient été plus gourmands et avaient eu la bonne idée d'avertir les victimes en se faisant passer pour des mercenaires afin de les aider à se préparer, pour finalement se retourner contre elles) et sa mère était le genre de Drow qui vivait sa vie sans vraiment se soucier de sa progéniture, laissant ce bon soin à sa nourrice. Ceux qui la connaissaient pourraient penser qu'il a hérité de sa mère ses vices car elle était particulièrement connue pour son goût pour la débauche et le sang. Dans les faits, mère et fils n'étaient pas assez proches pour que la première ait eu l'occasion d'enseigner ou de transmettre quoi que ce soit au second. De plus, elle ne mêla jamais sa progéniture à ses soirées. Elle aimait profiter de ces moments en toute tranquillité et le jeune Drow pouvait probablement compter sans problèmes le nombre de mots qu'elle avait dû lui adresser dans toute sa vie. Elle finit sa vie après une nuit de folie furieuse et d'effusion de sang, sur l'autel d'Uriz, alors que son fils était encore Dalharen.

L'envie de pouvoir et le désir de reconnaissance imprègnent toute sa vie dès son plus jeune âge. Issu d'une famille noble, elle-même descendante et héritière des Prima Sanguis, les siens lui ont inculqué dès son plus jeune âge les valeurs drow et un sentiment indéniable de supériorité à l'égard des autres races et de ceux qui sont d'un rang social inférieur au sien. On lui a beaucoup parlé de la pureté du sang. Il en est fier et espère bien que cela lui permettra d'obtenir une situation confortable et un bel avenir.

Comme tous les nobles, il a reçu l'instruction d'un précepteur, Phaer'afein, et d'une nourrice, May'driira. Le premier, un homme sévère et exigeant, lui enseigna la religion, la théologie, la philosophie et l'instruisit dans divers arts, surtout la peinture, avec lequel le jeune Drow développa une véritable affinité car il lui permettait d'immortaliser la beauté de l'instant présent. Il lui enseigna également les rudiments du combat, qu'il comparait à la peinture : en effet, le style de combat de son précepteur demandait une grande grâce et une grande dextérité. Il fallait être aussi habile avec une lame qu'avec un pinceau. La nourrice se chargea d'autres domaines et disciplines, comme le chant, la musique et l'histoire de leur peuple, en plus de l'éducation sexuelle. C'est un euphémisme de dire qu'il y prit goût : à partir du moment où il fut initié, il visita la couche de sa nourrice à chaque occasion ou honorait cette dernière quand il le pouvait, au grand dam du précepteur, qui désirait cette dernière et voyait cette relation exclusive entre la nourrice et son jeune discipline comme dangereusement trop proche d'une relation amoureuse. En effet, ça y ressemblait, même si, dans les faits, le jeune drow profitait surtout de la femme. Agacé, le précepteur la mutila et l'assassina quand cette dernière refusa ses avances, la veille de l'entrée dans le culte d'Isten du jeune Drow. Akor'vyr vit personnellement cela comme un affront et se jura de préparer une belle vengeance afin de "remercier" son précepteur.

Très tôt, le jeune drow s'est senti attiré par Isten Okhras'Gaath, la Déesse de la Luxure. En effet, l'envie est chez lui tellement développée qu'il désire tout ce que ce monde a à lui offrir. Pourquoi se contenter d'une femme quand on peut en avoir davantage ? Celui qui cesse de désirer et se satisfait de sa condition est un être sans ambition ni volonté qui sera écrasé par ceux qui convoitent sa place. C'est d'autant plus vrai dans la société drow. Ce fut donc tout naturellement vers la voie des dieux qu'il se tourna, d'autant plus que sa mère, sa nourrice et son précepteur leur avaient tous trois énormément parlé d'Isten. Certes, les autres voies peuvent potentiellement offrir de l'autorité et du pouvoir, mais aucune n'offre autant d'influence sur les esprits que celle des dévots. Nul ne veut fâcher les dieux et leurs serviteurs les plus proches et les plus dévoués, les prêtres. C'est la meilleure façon de satisfaire sa convoitise en se nourrissant de celle des autres. Avec un tel statut, il avait la possibilité d'inspirer les autres et de se nourrir de leur ambition.

Ce fut une trentaine d'années après son entrée au sein du culte de la déesse de la Luxure qu'Akor'vyr mit son plan à exécution. Le novice qu'il était devenu prépara avec soin une nuit de débauche et convia son ancien précepteur à cette fête en lui disant qu'elle était digne de lui. Par orgueil, pensant que son ancien disciple avait oublié l'incident, il accepta d'y participer. Après tout, une telle invitation était une véritable promesse de plaisir. Après avoir profité d'une des beautés de l'orgie, quelle ne fut sa surprise quand son ancien disciple demanda à cette dernière si elle avait été satisfaite avec un ton à glacer le sang... Il comprit, sans doute trop tard, le piège. À peine la beauté eut-elle répondu à la négative que le jeune prêtre l'égorgea, estimant que la déesse n'avait pas été satisfaite par sa prestation et qu'il méritait la mort pour retrouver ses faveurs. Il mêla ensuite son sang à sa peinture et peignit le visage de celle qu'il avait tuée avec ce mélange. Ainsi, il honorait la beauté de sa victime. Cet événement parvint aux oreilles des représentants du culte, qui virent en lui un digne représentant de la déesse : il recherchait le vice et n'hésitait pas à faire couler le sang de ceux qui, selon lui, perdaient la grâce et les faveurs de la déesse. Cela fut déterminant pour son avenir au sein du culte car il était clair qu'il était prêt à tout pour ne pas décevoir la déesse et se montrer digne d'elle.

Alors qu'il n'était encore qu'un jeune novice au sein du culte de la déesse, il devint par la force des choses le précepteur de bien des jeunes filles Drow. Après tout, en tant que fidèle de la déesse de la Luxure, il était particulièrement compétent dans ce domaine et, bien évidemment, plus qu'heureux de rendre un tel service. Ce n'était pas qu'une question de plaisir charnel, mais de domination : derrière cela, il y avait une envie d'exercer une emprise sur les jeunes en leur prodiguant ses enseignements. En effet, il ne se contentait pas de les honorer : chaque jeune et belle drow pouvait servir à exercer une influence sur sa famille. Il semait en elles les graines du désir et du pouvoir et espérait qu'elles allaient vivre sans oublier à qui elles devaient ses connaissances que la question.

Bien sûr, quand il devait enseigner et éduquer des hommes, il veillait aussi à partager son ambition et ses principes. Il espère bien qu'un jour un de ses fidèles se souviendra de lui et n'aimerait rien tant que placer un roi sur le trône, bien qu'il ne désire pas pour lui-même car obligerait à abandonner sa fonction sacerdotale. Charismatique et beau, il réunit de nombreux fidèles lors d'orgies et de célébrations qui étaient en même temps de véritables réunions politiques. On y débattait, on y parlait de projets, on y évoquait les ambitions de certains, mais cela finissait inéluctablement en nuit de débauche durant laquelle les participants pouvaient profiter d'un plaisir intense. Il fallait encourager la jeunesse drow, naturellement si décadente, à explorer toutes les voies possibles...

Il gravit les échelons en jouant de ses charmes sulfureux et en manipulant les êtres les plus influençables. Ses plans avaient abouti à quelque chose, lui permettant peu à peu d'accéder à une place plus élevée. D'abord, le jeune novice devint prêtre après plusieurs années de bon et loyaux services. Ses qualités en tant qu'enseignant aux jeunes dalharens avaient été reconnues, son ambition n'était plus à prouver et son parcours montrait qu'il était un véritable débauché. En plus, il avait aidé les prêtres à organiser bien des cérémonies et on l'avait donc jugé capable d'exercer une fonction avec des responsabilités. Akor'vyr fut particulièrement heureux d'accéder à tel honneur car cela prouvait que l'on reconnaissait sa valeur et il redoubla d'efforts lors des réunions et des cérémonies pour attirer davantage de monde, cherchant à se procurer les plus belles femmes dans la mesure du possible et noyant les fidèles de belles promesses.

Ses efforts payèrent tout particulièrement car il devint grand prêtre du culte, une fonction très convoitée. Pour lui, c'était parfait. En effet, un novice ou un prêtre participait aux cérémonies, ainsi qu'à leur organisation, mais il n'était pas au centre. En somme, il avait une portée limitée qui n'atteignait pas tous les fidèles car celui qui parlait était avant tout le plus haut placé. Il avait pu répandre les préceptes du culte en tant que prêtre, mais c'était peu de choses par rapport au fait de prendre la parole devant tous et d'être écouté et respecté en raison d'un statut ausssi important et prestigieux. En tant que grand prêtre, il se montrait plus qu'ouverts et prêt à initier tout disciple aux mystères du culte et à lui prodiguer ses faveurs, faisant miroiter pour ce dernier une meilleure vie en l'instruisant.

À force de persévérance et d'intrigues (que la déesse avait sans doute observées avec attention de ses yeux aveugles), il finit même par devenir haut-prêtre à la place de l'ancienne. La Ssinssrin, haute-prêtresse du culte, désigna son successeur après une transe qui fut la dernière de sa vie : Akor'vyr ne put réprimer un sourire quand elle prononça son nom. La déesse avait enfin reconnu sa valeur ! Elle récompensait tous ses efforts, toutes ces années à promouvoir son culte... Il n'avait que trop attendu ce moment. Il en avait eu plus qu'assez... Il détestait l'attente. C'était une perte de temps. L'impatience était source de frustration et c'était contraire au plaisir, de son point de vue. Il savoura le moment et s'approcha de la haute-prêtresse. Fidèle à ses principes, il ne la tua pas sur le coup. Il l'honora même, partant à la conquête de son corps, le prenant comme il allait prendre sa place. Il possédait ainsi tout ce qui avait été à elle. Quand le plaisir s'empara des amants, il dégaina sa lame et la planta dans le dos de l'ancienne haute-prêtresse, de façon à la tuer rapidement sans trop abîmer son corps. Enfin, il s'appropria son rang et ordonna de belles funérailles pour celle qui avait occupé sa place. Il fêta donc ce jour dignement. Il fallait une fête à la mesure de la joie et du bonheur qu'il ressentait. Bref, des réjouissances particulièrement grandioses pour son sacre. Ce devait être mémorable !

Désormais à la tête du culte, il entrevoit un avenir radieux pour ce dernier et compte bien contribuer à rendre au Puy son ancienne gloire. Il compte bien aider les drows les plus influents et puissants et à encourager leur prise de pouvoir car, si le Puy doit retrouver des dirigeants compétents et sa puissance d'autrefois, il tient à ce que cela ne se fasse pas sans son culte. Il a en effet comme projet de répandre les préceptes du culte à toute l'échelle de la société, et même au-delà. Peu lui importe de ne posséder aucune terre, tant qu'il exerce de l'influence sur les esprits. Il désire être proche du pouvoir et le caresser sans être pris dans sa tourmente. Il n'a pas passé tous ces siècles à convertir des fidèles pour le simple plaisir de la chair. Il ne craint pas de s'allier à d'autres cultes pour parvenir à ses fins. Il ressent par exemple une certaine sympathie pour Natha Repalninkiz et pense que les deux cultes devraient s'allier pour travailler ensemble et encourager la fertilité, les Drows souffrant d'une faible natalité.

HRPComment trouves-tu le forum ? : Bah, bien...
Comment as-tu connu le forum ? : Multi-compte ! (de Morfingwen et Agnès Malesherbes)
Crédit avatar et signature : "Salvaged", par altana sur deviant-art
Compte autorisé par : Fjama


Dernière édition par Akor'vyr Rilynval le Mer 25 Avr - 15:26, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Akor'vyr Rilynval, haut-prêtre d'Isten [Kata]   Mer 25 Avr - 10:40

Alors, petite première correction, en attente d'une conversation pour parler plus en détail du reste.

Citation :
Fils de Szin'Nolu, une danseuse aussi belle que redoutable, et de Berg'tran, un corsaire et un esclavagiste, le jeune Akor'Vyr n'a jamais vraiment connu ses parents.

Les drows n'ont pas de flotte, et moins encore Elda. Donc s'il y a eu des corsaires, c'est potentiellement à Thaar en Ithrii'Vaan et pas au Puy : /

Et il n'y a rien à ajouter, le reste de la fiche semble parfait !

En attente, tout de même, d'une petite conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Akor'vyr Rilynval
Drow
avatar

Nombre de messages : 73
Âge : 32
Date d'inscription : 18/04/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  573 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Akor'vyr Rilynval, haut-prêtre d'Isten [Kata]   Mer 25 Avr - 13:20

Bien, je ne parle pas nécessairement d'une flotte au Puy : l'intérêt de capturer des esclaves est limité si ce sont ceux de votre peuple. C'est un corsaire car il est au service de quelqu'un, en l'occurrence sa maison, et a engagé des hommes et payé des navires pour capturer des esclaves et tout, mais ça ne va pas plus loin que ça. C'est avant tout un marchand d'esclaves et un pillard, sauf qu'il n'est pas totalement à son propre compte. Enfin, les esclaves capturés, il les achemine comme il peut ensuite, même par voie de terre.

Disons que c'est tout sauf un vrai loup de mer, aussi vif soit-il. C'est bien pour cela qu'il a fini par perdre, aussi pourri soit-il, sans doute aveuglé par son arrogance : il ne connaissait pas vraiment la dure loi de la mer et de vrais pirates la lui ont apprise au prix de sa vie. Bref, ce n'est pas un véritable pirate en soi et ses hommes ne sont pas forcément (tous) drows...

Concernant l'intronisation et le lien avec la fiche de la précédente, je vais de ce pas relire cette dernière...
Revenir en haut Aller en bas
Katalina Noblegriffon
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 3691
Âge : 27
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 36 ans (né en 972)
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Akor'vyr Rilynval, haut-prêtre d'Isten [Kata]   Mer 25 Avr - 20:45

Et je... valide ! Tu connais le chemin : p
Revenir en haut Aller en bas
Fjama
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1893
Âge : 34
Date d'inscription : 02/02/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 20 ans d'apparence (65 ans environ)
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Akor'vyr Rilynval, haut-prêtre d'Isten [Kata]   Ven 1 Juin - 15:57

Les sorts d'Arcam se baseront donc sur l'illusion via la musique (tombant donc dans le domaine d'une magie bardique plus ou moins) et une part de magie d'ombre. Je te laisse définir les grandes lignes pour le culte d'Isten comme tu en es le HP. Nous pourrons si tu veux régler cela pendant notre rp commun pour définir les grandes lignes !

A la limite, il serait intéressant de voir avec Salière et sa GP d'Isten. On peut planifier une réunion skype-msn tous les trois ou alors vous pouvez bosser ensemble pour me proposer une liste de sorts !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Akor'vyr Rilynval, haut-prêtre d'Isten [Kata]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Akor'vyr Rilynval, haut-prêtre d'Isten [Kata]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Akor'vyr Rilynval, haut-prêtre d'Isten [Kata]
» Haut les Nains ! [Messagers du Rêve - MJC Savouret, Epinal]
» L'habitat au haut Moyen-Age
» Art et Tradition-découpages du Pays-d\'En-Haut...
» Couleur de la cape de haut elfe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Où tout commence :: Bibliothèque :: Tabularium :: Limbes-
Sauter vers: