AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Arsinoé de Sainte Berthilde - Marquise de Sainte-Berthilde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arsinoé d'Olyssea
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 260
Âge : 24
Date d'inscription : 10/05/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 28 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Arsinoé de Sainte Berthilde - Marquise de Sainte-Berthilde   Jeu 10 Mai 2012 - 21:49

Nom/Prénom : Arsinoé de Sainte Berthilde
Âge :Vingt-Sept ans
Sexe : Féminin
Race : Humaine
Particularité : Pas de traces majeures

Alignement :Neutre
Métier : Marquise de Sainte Berthilde
Classe d'arme : Aucune

Possession/Équipement :

N'étant pas une guerrière, Arsinoé ne possède pas d'arme autre une fine dague, plus pour le sentiment de protection qu'elle apporte que pour toute utilité pratique. Depuis qu'elle est retounée à Sainte Berthilde, son garde robe consiste des anciennes tenues de sa cousine Ivy, ayant du laissée la plus grande partie de ses possesions personnelles à Thaar.Depuis qu'elle est Marquise, et malgré les problèmes qui l'assaillaient, elle a néanmoins trouvé le temps de passez certaines commandes, notamment de tissus et de gants rouges, couleur qu'elle affectionne tout particulièrement.
De manière plus générale, Arsinoé "possède" le marquisat de Sainte Berthilde, bien qu'elle n’exerce une autorité réelle que sur le château de sa famille et la ville qui s'est développée autour, la grande majorité de ses vassaux n'ayant toujours pas répondu à ses missives, sans meme parlé du silence inquiétant en provenance d'Arétria et d'Olyssea, principaux seigneurs du marquisat.

Description physique
:
Malgré sa première grossesse, Arsinoé reste une femme fine, presque autant qu'il y a dix ans. De longs cheveux raides couleur or encadrent un visage en forme d'amande, donnant l’impression d'avoir une éternelle expression de profonde mélancolie. Une impression donnée par ses grands yeux marrons clairs, qu'elle met souvent en valeur grâce à du Kohl, une habitude prise à Thaar. Comme toute jeune noble, peut être même plus que la plupart, Arsinoé passe de longues heures à dos de cheval, la musclant quelque peu, bien qu'elle ne pratique pas régulièrement d'autre activité physique. Son style de vie des six dernières années, bourgeois sans être décadent, explique le fait qu'elle paraisse plus jeune qu'une paysanne pourtant de dix ans sa cadette..

Description mentale :
On ne peut dire qu'Arsinoé est lâche, elle aurait en effet pu passez le restant de ses jours paisiblement à Thaar au lieu de risquer sa vie en retournant à Sainte Berthilde. Pourtant, elle ne prendra jamais de risque inutile, accordant une grande importance à sa vie, du moment qu'elle considère qu'elle mérite d’être vécu. Profondément réaliste, elle pense comprendre le monde et les gens qui le peuple, expliquant sa subtile arrogance. Une arrogance qui dissimule le charactère d'une femme profondément pessimiste et introvertie, ayant du mal à réellement s'ouvrir à l'autre, et avec relativement peu de capacité d'empathie. Elle n'est ni particulièrement charismatique ou timide, mais est dotée d'un certain talent pour le mensonge, surement acquis outre-mer. Peu entravée par les conventions sociales, certain la considérerait amorale. Elle n'obéit en faite qu'aux désirs et principe dictés par son coeur, la rendant souvent imprévisible, bien que le bien être de son fils Adrien reste au coeur de ses préoccupations.

Histoire :
Lorsque avec la bénédiction du vieux châtelain de l'antique forteresse des Sainte Berthilde, Arsinoé d'Olyssea se proclama Marquise de Sainte Berthilde, la réaction de la populace fut des plus mitigées. Et ce malgré les assurances de nombre de nobliaux de la citée qui juraient de sa légitimé.
En effet, il était su que depuis la mort d'Emma d'Erignac, s'étant brisée la nuque en tombant de cheval en Odelian, la branche mère des Sainte Berthilde s'était éteinte. L'éventuel prétendant le plus légitime n'était autre que le châtelain, seulement un cousin au troisième degré d'Anoxar de Sainte Berthilde, duc bien aimé du peuple mort il y a déjà sept ans de ça . Ce même châtelain qui ayant servit près d'une trentaine d'année et vu défiler les ducs et marquis, avait préservé un semblant d'ordre dans la capitale du marquisat, en abandonnant le reste de celui-ci aux diverses barons et seigneurs.
Or contre tout attente, les notables ayant connu des temps meilleurs sous Anorax s'accordaient sur le fait qu'Arsinoé n'était autre que la nièce de l'illustre duc, issue du marriage de sa sœur cadette et de l'héritier de la barronie d'Olyssea. Ils prétendaient reconnaître en cette femme de vingt-sept ans les traits de la jeune fille qui jusqu'à l'éclat de la Guerre civile visitait régulièrement sa cousine Ivy, héritière puis marquise de Sainte Berthilde. Une impression qu'ils jugeaient confirmé par les documents et objets en sa possession , ainsi que par ses manières et son langage qui témoignaient d'une appartenance à la plus haute noblesse. Malgré les doutes qui subsistaient chez nombres des Berthildois, son ascension ne rencontra pas de réelle résistance, du moins dans les alentours de Sainte Berthilde, tant le retour à la stabilité promis par Arsinoé était alléchant, et l'espoir que son retour providentiel apportait était grand.

Ce fragile équilibre reposait néanmoins surtout sur l'accord du châtelain, un homme gris mais robuste de cinquante-neuf ans qui n'avait pas de plus grand désir que de voir restauré la lignée qu'il avait toujours servit. Il s'était pourtant résigné à soutenir la lourde responsabilité qui depuis la mort d'Emma serait la sienne jusqu'à sa propre mort, ou plus probablement jusqu'à ce qu'un baron ambitieux ne la lui ôte. Ainsi lorsque au milieu d'une nuit il y près d'un mois une poignée d'inconnus demandèrent à le voir, et le sommèrent de prêter allégeance à la jeune femme qui les menaient, il ne put simplement accepté ce que son cœur et ses yeux lui criaient. Il se devait d’être certains qu'elle était bel et bien qui elle prétendait avant qu'il ne l'accepte comme sa cousine, au risque de bafouer la mémoire de ses ancêtres, la lignée des Saintes Berthilde.

« Arsinoé, si c'est bien toi, dis moi, explique moi, comment peux tu te retrouver devant moi, sept ans depuis que tu a disparu avec ta mère. Me dira tu aussi que ton frère Audoin est en vie ? »


Elle resta silencieuse un moment, puis pris la parole d'une voie claire qu'il pensait reconnaître.
 « Adelin, mon oncle, tu m'as vu à assez d'occasions tout au long de ma jeunesse pour être capable me reconnaître, ai-je réellement tant changé en sept ans ? Soit, ce ne sera pas long après tout. Alors que les armées d'Erac et de Velteroc convergeaient vers Hautval suite à la défaite des barons révoltés aux portes de Diantra, mon... »


« Les oncles d'Arsinoé sont mort ma fille, et ne commence pas par l'histoire de ton éventuelle fuite, n'importe qui pourrait inventer un récit convenable. Démarre plutôt par ta naissance, Arsinoé n'a pas eu une vie simple je craint, et sa mémoire a depuis longtemps sombré dans l’oubli. Dis moi qui elle est, et je pourrais véritablement croire que c'est bien toi. »



«Je suis fatiguée de mon voyage, et je ne t'avais pas cru un homme si prompt aux coups de théâtres Adelin, mais tu aura ton cours d'histoire. Après tout...un marquisat justifie quelques sacrifices n'est ce pas? Ma mère fut Rowena de Sainte Berthilde, et mon père Amaury d'Olyssea, l'héritier légitime de la Barronie, bien qu'il soit mort avant son père, alors que j'avais six ans. J'avais un frère, d'un an mon cadet, Audoin d'Olyssea. Suite à la mort de mon père je passais presque autant de temps à Sainte Berhilde qu'en Olyssea, ma mère portant beaucoup d'affection pour Romus, son doux frère, toujours en retrait par rapport à leur aîné, le duc Anoxar. C'est ainsi que j'ai passé une grande partie de mon enfance entre ses murs, avec mes cousines Ivy et Emma...sous tes yeux. »


Elle s’arrêta le temps de boire une gorgée d'hypocras, lançant un regard accusateur par dessus sa coupe à l'homme qu'elle avait toujours appelée oncle .

«Jusqu'à évidemment que Emma soit envoyée à Diantra afin de nourrir le fol espoir de Romus d'avoir une magicienne comme fille, et qu'Ivy mourra en essayant de mettre au monde le rejeton de cet ignoble parvenu Aegar Kal'Halan...j'ai d'ailleurs entendu une joyeuse rumeur selon laquelle il se serait jeté du haut du donjon plutôt que d'affronter la fureur du feu roi Tristan, qu'en dit tu mon oncle? »


« Je ne trafique pas en rumeurs colportées par quelques vilains empreint de vinasse. Parle moi donc d'Audoin. »


Elle émit aussitôt un rire glacée, fit signe au valet de remplir sa coupe, et répondit d'un ton faussement enjoué.

«Tu prétend essayer de déceler ma véritable identité en m'interrogeant sur la vie d'une des figures les plus infâmes de l'époque? Et bien, je n'ai jamais été proche de mon frère, il n'avait même pas onze ans qu'il considérait presque notre jeune oncle Semoras d'Olyssea comme son père adoptif, et il le suivit en exil. Ma mère et moi, nous avons passée des années sans autres nouvelles de lui que quelques lettres sommaires de la part de son majordome. Et pourtant lorsque Semoras devint baron d'Olyssea et parvint à installer son jeune protégé comme baron de Hautval en mariant Blanche, d'Ancenys à l'époque, il s’avéra que son choix avait été judicieux. Alors même que nous étions chassées de Sainte Berthilde par Aegar, de peur que notre sang mette en péril son titre de marquis auquel il n'avait aucun droit, Audoin l'enfant prodigue tenait place parmi les grands du royaumes. L'humiliation de devoir trouver refuge chez son fils ingrat faillit tuer ma mère, bien que finalement je ne pense pas qu'elle l'est revue plus d'une semaine avant qu'il ne parte se faire tuer à Diantra. Et donc finalement alors que l'Ost royale venait mettre fin à la rébellion, avec l'aide d'Aegar et de son tendre ami Merwynn de Seramir au nord, nous n'avons eu d'autre choix que de fuir discrètement avec les restes de notre maisonnée alors même qu'un homme appelée Eskevar profitait de la situation pour prendre le contrôle de la baronnie. Nous avons quittés le royaume, sous la directive de ma mère, tellement craintive, et nous sommes finalement installés à Thaar ou elle put passer confortablement ses dernières années. Entre temps, je suis devenue veuve, j'ai un fils de cinq ans, qui attend patiemment dans le Hall que sa mère soit nommée marquise. Est-ce assez pour te convaincre? »


Ayant failli s'étrangler sur son morceau de pain, Adelin se lança dans une longue quinte de toux, ignorant la main d'Arsinoé sur son bras. Presque sans souffle, il prit la parole.

« Tu t'est mariée, et votre union a porté fruit de surcroît ? Ma pauvre fille, alors même que j'étais prêt à accepter ta version des faits, tu balaie mes espoirs d'un seul coup. Arsinoé, a tu vraiment pu croire que le peuple accepterait un enfant étranger en tant que son future marquis. Pire, aucun noble ne daignera toucher les restes d'un pirate Thaarien, et tu a besoin d'eux si tu veux reprendre contrôle de ton dû. Je ne dis pas cela pour te blesser, tu le sait bien, mais cela change tout, tu doit t'en rendre compte. »


« J'avais anticipé une telle situation, même si j'avais entretenu un fol espoir que les mentalitées aient quelque peu évoluées... Si notre long séjour à Thaar fut aussi paisible, c'est uniquement grâce à la générosité de notre hôte, un notable influent. Son amour ne peut me couvrir de honte, même si je ne peux affirmer le lui avoir rendue. Mais j'aime mon fils, et il me ressemble tant que n'ai aucun doute que le peuple l'acceptera aisément, le fruit d'un court mariage avec un jeune noble d'Hautval mort sous les ordres d'Eskevar peut être ? Ça n'est guère important, tu sous-estime le désir des Berthildois de voir restaurer leurs marquisat.Après Aegar le corrompu et Emma la sorcière, qui a disparu aussi vite qu'elle est apparue,ils ne pourront que aimer mon fils.Enfin un homme à la tête de la maison, avec les traits de son grand oncle Anoxar. N'ai crainte, avec ton support, le peuple se rangera derrière moi, puis Adrien après ma mort. »








HRP
Comment trouves-tu le forum ?l'impréssion est plus que bonne ^^.
Comment as-tu connu le forum ? : Google
Crédit avatar et signature : http://dashinvaine.deviantart.com/art/The-Lady-of-Shalott-160713453?q=boost%3Apopular%20lady&qo=202
Compte autorisé par :


Dernière édition par Arsinoé de Ste Berthilde le Sam 12 Mai 2012 - 10:56, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aetius d'Ivrey
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1466
Âge : 27
Date d'inscription : 07/02/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  La vingtaine (25+)
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Arsinoé de Sainte Berthilde - Marquise de Sainte-Berthilde   Ven 11 Mai 2012 - 1:31

Coucou ^^,
C'est moi qui m'occupe de ta fiche.

D'abord, sache qu'il est impressionnant de voir une nouvelle se frayer un chemin dans l'histoire de la Péninsule, qui est si touffue et si absconse.

Cependant, il y a quelques événements et détails qui ne te sont pas apparus très clairement (cf. la remarque sur l'histoire de la Péninsule), aussi aimerais-je les exposer.

1/ Audoin est un Olyssea par sa mère. En effet, le grand-père d'Arsinoé a eu quatre enfants, deux fils et deux filles. Le fils aîné a donné naissance à Semoras, le benjamin, Teudéric, a donné naissance à Clélia, et l'une des deux filles a donné naissance à Audoin, donc à Arsinoé.

2/ Le sac de Hautval. En fait, pendant la guerre civile entre la ligue des barons et le roi, Hautval était le cul entre deux chaises. Une partie de la noblesse soutenait Audoin, une autre le roi. A ce moment-là, un seigneur de Hautval, Eskevar (aka Fergus), prit la ville de Hautval pendant qu'Audoin et ses hommes étaient partis sur Diantra. Eskevar fut fait sire Protecteur puis baron d'Hautval. Donc même si je pense le fait d'être chassé est très possible, le sac de Hautval l'est moins. Ah, et c'était plus y'a sept, huit ans que cinq.

Voilà, ce sont les deux grands points à revoir par rapport à l'histoire de la Péninsule - on essaye de donner une synthèse aux joueurs, mais ça traîne et comme tu as dû le voir, ce n'est pas facile ! Je viendrais sur les choses plus secondaires plus tard, n'hésite pas poser des questions, demander des précisions, donner des suggestions, une opinion, des avis sur des trucs du fofo, en particulier des choses qui t'ont paru difficile à appréhender, lacunaire, etc.
Revenir en haut Aller en bas
Aetius d'Ivrey
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1466
Âge : 27
Date d'inscription : 07/02/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  La vingtaine (25+)
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Arsinoé de Sainte Berthilde - Marquise de Sainte-Berthilde   Sam 12 Mai 2012 - 14:00

Après consultation, tu es validée !

Code:
[Métier] : Marquise de Sainte-Berthilde

[Race & Sexe] : Humain & féminin

[Classe d'arme] : Aucune

[Alignement] : Neutre

Voici quelques liens qui te seront utiles :

Like a Star @ heaven Foire au RP ~ Pour tout ce qui est recherche de compagnons RP. En bref, que du bonheur !
Like a Star @ heaven Inventaire ~ Pour suivre ton évolution {obligatoire}.
Et enfin, si tu as des question, n'hésite surtout pas à demander l'aide d'un parrain, ou à tout simplement poser tes questions dans la partie créée à cet effet.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arsinoé de Sainte Berthilde - Marquise de Sainte-Berthilde   

Revenir en haut Aller en bas
 
Arsinoé de Sainte Berthilde - Marquise de Sainte-Berthilde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arsinoé de Sainte Berthilde - Marquise de Sainte-Berthilde
» La kermesse de l'école Sainte Thérèse
» Aegar de Sainte-Berthilde [Marquis de Sainte Berthilde]
» Non loin de Sainte-Berthilde[Pv Zareen et Aegar]
» Sainte Berthilde...Une MArquise !(PV)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Où tout commence :: Bibliothèque :: Tabularium :: Limbes-
Sauter vers: