AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Flourens de Kahark - Chevalier errant et ménestrel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Flourens de Nulhadon
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 87
Âge : 28
Date d'inscription : 19/02/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  25 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Flourens de Kahark - Chevalier errant et ménestrel   Sam 12 Mai 2012 - 19:02

Nom/Prénom : Flourens, le bâtard de Kahark
Âge : 26 années

Sexe : Masculin

Race : Humaine


Particularité : Bien que reconnu par son père, Flourens ne porte pas le nom des Ostmär, il est un bâtard et n'y a par conséquent pas droit, de même que pour les armoiries de sa famille. Au lieu de cela, il a opté pour un blason de sables, tout simple. C'est un archer et un jouteur de talent.
Alignement : neutre

Métier : Chevalier errant, Ménestrel
Classe d'arme : Corps à corps (épée et lance) / A distance (arc)

Équipement : L'homme qui chevauche en quête de rédemption vers l'Olyssean est un bien triste sire et sa suite ferait rire si l'on omettait son air digne et grave. A la vérité les richesses du damoiseau se résument à son harnois et à ses armes, sa guiterne et ses montures (palefroi, destrier et sommier...) et à un couple de faucons, présent d'un seigneur estréventin, jadis, il y a quelques années de cela.

Le chevalier est accompagné dans son reze par un écuyer du nom d'Yvelin, bejaune de 14 années et quelques compères, dont un moine défiguré, du nom de Josbert, est sans doute ce que le mal a produit de plus raffiné depuis des siècles. A leur suite viennent trois hommes d'armes, Hartmod et Ditwin, anciens soudoyers d'Antoine de Kahark et Hugo, ancien braconnier et rebelle, talentueux archer de Hautval avec lequel Flourens a apprit l'archerie.


Description physique :

Certains le trouveraient beau, d'autres, plus nombreux, froid et dur. En vérité, rasé de près, quoi que le profil busqué et le sourire d'un prédateur, Flourens est plutôt bel homme. Le visage fin et gracieux, la pommette des joues saillante – signe d’astuce, l’œil ouvert et intelligent, le nez finement dessiné. Le prud’homme est grand, svelte et nerveux. Son séjour dans l’Estrévent a laissé sur lui un visage halé par le soleil, d'où percent d'étranges yeux noirs aux reflets bleutés. Ou peut-être est-ce le contraire ; des yeux bleus aux reflets noirs, aux iris bleu marine. C'est selon. Une chose est sûre, ses yeux rappellent de façon troublante, pour ceux qui les regardent, la couleur de l'océan d'Eris. Ses cheveux blonds évoquent le soleil, les ciels immenses et la vie au grand air.
Bien que de bon estoc, le damoiseau est pauvre. Ses vêtements, ses armes mêmes détonnent malencontreusement avec sa beauté naturelle. Il ne possède que quelques bliauts de laine et ses bottes sont usées. Sa seule fortune est son harnois, ses mailles et un couple de faucons, présent d’un seigneur estréventin. Peut-être, examinant l'angle de la mâchoire et la courbe de la bouche, un œil physionomiste, attentif aux manifestations de l'âme surprendrait-il une certaine dureté froide et de glace ; peut-être aussi quelque chose de félin, ou plutôt de féroce ; mais pour la plus grande partie de ceux qui le voient, ce n'est qu'un beau jeune homme, et les femmes ne s'attachent pas à un détail si futile : le chevalier est beau.

Description mentale :

Si les chansons de geste vantent l'idéal chevaleresque et les valeurs défendues traditionnellement par les chevaliers ; audace, soif de gloire, souci de la réputation et sens de l'honneur, respect du serment et de l'engagement personnel mais aussi largesse, appertise et courtoisie, il en est pourtant bien peu qui suivent cet exemple. Lors de son reze à Diantra, pendant la guerre civile, la noblesse a arsé, culbuté et truandé tout son saoul. Déconfit, Flourens a perdu successivement ses illusions sur la guerre, sa confiance en la chevalerie et surtout, il a vu, impuissant, bafouer l'honneur de sa famille, une des plus illustres d'Olyssea. C'est donc pour surmonter cet opprobre et par rédemption pour lui-même, qu'il a choisi d'adopter la vie de chevalier errant.

Déniaisé, le damoiseau est fougueux au tempérament emporté et peu diplomate. Il abhorrerait presque ceux de sa condition, leur préférant les gens du commun, qu'il se plait à fréquenter dans les haltes et les voyages, accompagné de sa guiterne. Il est toujours accorte en bonne compagnie, quoi que très exigeant de lui-même et des autres. Bien que chevalier, sa foi en la Déesse a été fortement ébranlée après Diantra et le doute c'est installé en lui sur les bienfaits réels de la divinité. Sa participation au sac de la cité est pour lui un crime qu'il cherche à expier dans une quête de rédemption dont lui-même distingue à peine le sens. Gare, toutefois, à celui qui viendrait le questionner, le remord est vivace et de honte, le chevalier préfère taire son passé. Mais il lui faut aussi se revenger de ceux qui ont occis les siens.

Le damoiseau est un improbable mélange d'esprit chevaleresque et de cynisme.


Histoire :

A la question : « Quelle est la meilleure place dans une fratrie ? », la réponse est simple et sans conteste. C’est celle de l’aîné, l’héritier. Au puiné ne reste que le métier des armes ou la bure et aux bâtards, enfin, il ne reste rien, ou presque.


Sa naissance fut le premier de ses malheurs. Dès son entrée dans le vaste monde, Flourens fut signalé et flétri comme un vagabond, car il était le cadet d’une famille d’autant plus vaine de son antique noblesse que, depuis la guerre civile, la goutte et l’hypothèque figuraient sur son arbre généalogique comme apanages révérés. Dans une pareille maison, un cadet était regardé d’aussi bon œil qu’un louveteau. Et un bâtard, comme une malédiction.

Sa mère était une simple roturière du nom d’Anceline et une meschine de son état. Son père, Antoine, était le seigneur et maître de Kahark, dans les Monts Corbeaux. Un fief d’importance dans le passé. Place forte en temps de guerre étrangère ou de discorde intestine. Elle fut souvent assiégée avec ardeur et défendue avec non moins d’opiniâtreté, ce qui devait naturellement assurer à ses propriétaires une place distinguée dans l’histoire de la baronnie d'Olyssea.

Mais tout à ses révolutions ici bas, et cette maison avait subi les siennes. Flourens était né vingt ans avant le nouveau Cycle, par une froide nuit d’automne. C’était un bel enfant et, bien que marqué du sceau de l’infamie, il avait plu au seigneur son père de reconnaître ce bâtard et de l’élever parmi ses autres fils. Durant sept années, on avait donc confié Flourens à la garde des femmes. C’est ainsi qu’il apprit les secrets de la terre. Ecoutant les oiseaux qui sifflent dans les arbres et apprenant à leur répondre. Il sut bientôt que la vie sur la lande, la bruyère et les forêts participait au même règne, celui des Cinq et on lui inculqua les valeurs de la chevalerie : être chaste en ses pensées, honnête en ses paroles, vrai dans ses actions, patient dans l'adversité, miséricordieux à l'égard de ceux qui sont dans la nécessité, et enfin, combattant de la vérité, même si sa défense devait coûter la vie. On lui apprit aussi à courir, à nager et à sauter, puis à monter à cheval. Ainsi que la science du blason, car on avait projet de le destiner, sinon à la chevalerie, à devenir un héraut d’armes ou quelque autre personne d’importance dans la baronnie.

Lorsqu’il avait été en âge, c’est à dire à treize ans, Flourens avait été confié à un écuyer, Gonthier. Et on l’avait envoyé s’entraîner avec les autres adolescents du château. Là, en compagnie de ses frères bien nés, Jehan et Elrick, le jeune homme avait été initié au maniement de l’épée, de l’arc et de la lance. A la masse d’arme et au marteau de guerre, qui pouvaient briser des membres et des crânes d’un seul coup. On lui avait enseigné l’art de s’escrimer et celui de la chasse, qui est comme chacun le sait, pour tout chevalier, un bon entrainement pour la guerre. Jamais Flourens ne se plaignit, malgré les coups qui l’ébranlaient, car on ne le ménageait pas, les chutes, la fatigue et ses mains usées jusqu’au sang par le maniement des armes. Même lorsqu’il affrontait la quintaine, ce traîtreux mannequin de bois qui vous abattait un gourdin sur l’échine par un vil mécanisme, Flourens trouvait le moyen de redoubler d’efforts. On lui apprit aussi à tenir sur son poing les faucons, à les lâcher et à les rappeler. Et plus encore, on lui apprit à jouer de la rote et de la guiterne, ainsi qu’à composer et à chanter des chants d’amour et de gestes. Car il n’est rien que les prud’hommes goûtent plus que de louer leurs exploits. Et des exploits, Flourens en avait accomplis de façon précoce, démontrant son habileté dans les exercices du corps et ses goûts belliqueux. Lors d'un tournoi à Erdhleim, où il avait interdiction de participer, il avait défait, masqué, tous ses adversaires, avant de refuser de combattre son père en inclinant sa lance par respect au moment de la joute - à la grande surprise de l'assemblée ! -. Il avait alors quinze ans.

Ainsi, Flourens grandissait et s’épanouissaient de belle façon. Il avait eu ses heures de gloire dans les tournois et n’eut été un bâtard, on aurait pu lui promettre un bel avenir, lorsqu’au lieu de ça, dernier né d’une nombreuse fratrie, on ne pouvait lui assurer qu’une maigre dot et une place de chevalier bachelier. Or donc, et avec le consentement du grand maître, on avait décider de le placer dans l’un des chapitres combattants de la baronnie d'Ancenis. Flourens avait 16 ans lors de son arrivée dans l’Ordre de Montbrave et durant quatre ans, ce lieu avait constitué son univers tout entier. Il y avait commencé sa formation en tant qu’écuyer, entre les longues heures de prières, de méditation et de contemplation, d’offices. Heureusement pour lui, l’entrainement aux armes occupait également une place majeure dans les activités de chacun. De même que l’aide aux infirmes. Deux longues années s’était écoulées au service de l’ordre, avant que celui-ci ne réponde à la convocation de son ban par Aemon d’Ancenis et que Flourens, chevalier, comme nombre de ses frères d’armes, ne soit emporté dans le tumulte de la guerre civile. Montbrave avait alors marché au côté du seigneur de Mons, Richard, jusqu’à Diantra. Et ils avaient chevauchés conjointement avec l'ost des Ostmär et d'Olyssea, de même que ceux des autres barons rebelles. Ils avaient pris la ville par ruse, vélocement. Et s’étaient comportés comme de la truandaille. De vergonde, Flourens avait versé bien des larmes.

Il n’en avait pas moins combattu hardement lors du second siège et s’était fait remarquer pour son vasselage, avant de fuir la ville avec les derniers survivants. Chevauchant à bride abattue des lieux durant, loin des flammes, avant de se laisser aller enfin au repos. Que faire à présent ? Il était un fugitif, comme beaucoup d’autres et tous ceux qui lui procureraient de la nourriture, un abris ou toute autre forme d’aide, s’exposaient à leur tour à subir le courroux des hommes du roi. Amer, le jeune chevalier s’était d’abord réfugié dans le nord, avec pour but de passer dans les Wandres, en compagnie de quelques compaings. Il y resta plusieurs mois avant de rejoindre l’Estrévent. C’est là bas qu’il apprit la mort de son père, lors de la seconde prise de la ville et de son ains-né lors de son retour à Kahark, assassiné par les loyalistes olysseans. Là bas aussi, qu’il apprit qu’en raison de ses appertises sur le champs de bataille de Diantra, il ne pourrait bénéficier de la grâce qu’offrait le Roi à tous ceux qui s’étaient soulevés contre lui.

Alors avait commencé une vie d’errance pour le jeune chevalier. Sans nouvelles de ses soeurs et de sa mère, ni de son autre frère, Elrick, qu'il pensait mats, avili par son passé, il avait battu les chemins à la quête d’une expiation ou d'un remède qu’il ne pensait pouvoir trouver que dans la mort.


HRPComment trouves-tu le forum ? : Très abouti.
Comment as-tu connu le forum ? : par un ancien joueur, qui me l'a conseillé.
Crédit avatar et signature : Cesare Borgia par liarslar, sur Deviantart.


Dernière édition par Flourens le Sam 9 Juin 2012 - 16:00, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1120
Âge : 25
Date d'inscription : 23/09/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 28 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Flourens de Kahark - Chevalier errant et ménestrel   Dim 13 Mai 2012 - 9:03

Coucou ! C'est moi qui m'occupe de ta fiche I love you !
Je te souhaite la bienvenue sur Miradelphia. Avant de commencer toute correction, j'aimerais savoir si cette fiche est bien finie, et si oui, peux-tu ajouter l'encadré des infos HRP ? Merci d'avance :).
Revenir en haut Aller en bas
Flourens de Nulhadon
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 87
Âge : 28
Date d'inscription : 19/02/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  25 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Flourens de Kahark - Chevalier errant et ménestrel   Dim 13 Mai 2012 - 17:21

Oups ! Désolé Embarassed La fiche est bien finie ! =)
Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1120
Âge : 25
Date d'inscription : 23/09/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 28 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Flourens de Kahark - Chevalier errant et ménestrel   Dim 13 Mai 2012 - 21:19

Soooo… Voilà la correction ! (Ne panique pas devant la longueur, y a beaucoup de quote)

Par rapport à tes différents « métiers », j’aimerais bien que tu m’en expliques certains, notamment « Podestat de Zennor, Quîr, Cerfone ».

Par ailleurs, tu veux être Haut Prête d’Arcam : ce n’est pas possible, au vu de la fonction de prince que tu occuperas. Tu pourras au mieux être prêtre (grand prêtre et haut prêtre, c’est trop précoce). Un haut prêtre voue sa vie à la religion et ne fait que cela, un grand prêtre gère un temple local à plein temps. Tu peux très bien avoir suivi l’enseignement dont tu parles pour être devenu prêtre, mais rien de plus. En revanche, je ne vois aucune évocation de magie … Ce qui est problématique, vu qu’un prêtre a forcément un lien avec la magie, au moins divine, et que si un prêtre n’a aucune affinité magique, il est bloqué à un échelon plutôt bas. Je ne saurais que te conseiller d’en parler à Fjama par MP, qui pourra t’expliquer en détail le souci qui se pose.

Pour tes possessions, tu ne peux pas avoir d’écrits de Nisetia car la grande majorité a été brûlée par ces derniers pour qu’on ne puisse pas les retrouver – surtout les drows en fait -. Et j’aimerais que tu précises dans quelles guildes tu as des intérêts Wink.

Pour ce qui est du BG que tu as rédigé sur Thaar, je n’en ferai pas mention, car il devra être jugé à part, par l’ensemble du staff. Donc on va se focaliser sur ta validation de personnage.

Citation :
« Couvert de bénéfices religieux, il investit sa fortune dans les construction de palais, à Thaar, Langehack et Ydril, qu'il fit fortifier pour assurer sa sécurité. Amoureux de l'or et des bijoux, c'était aussi un fin gourmet pouvant dépenser des fortunes en plats rares. Sa vie privée n'était pas des plus monotones. »
Ce sera à nuancer par rapport à son âge et à ses fonctions. Enfin, la troupe de 100 zurthans faisant office de gardes du corps est à modifier : les zurthans ont un caractère tel qu’ils se mettent rarement au service d’autrui. Soit tu modifies la race et le nombre, soit il s’agit d’une tribu que tu as su rallier à ta cause (et c’est donc à expliquer).

Citation :
« On était au bord de la guerre civile lorsqu'on apprit la mort du prince Cosme, pendant son voyage dans la Péninsule, où celui-ci avait contracté des fiançailles avec l'ainée du comte d'Ydril »
Impossible, car Cosme est en fait mort dans un accident relaté par Haven dans son journal de bord, et c’était à Thaar. Donc tu vas devoir modifier ce pan de l’histoire en conséquence (tu peux consulter le journal dans la section éponyme, pour avoir plus d’infos à ce sujet).

Citation :
« A la cour, où il siégeait, Luciano réclama la condamnation immédiate et sans procès des capitaines responsables de la chute de Zante. Il entraîna la conviction du peuple : les capitaines, des hommes d'armes acquis aux Paliors, furent destitués et de nouveaux officiers nommés à leur place, tous favorables à l'une des deux autres grandes familles. Luciano leva alors une troupe de mercenaires, forte de plusieurs centaines d'hommes et accompagné des troupes de la cité, il parvint à reprendre la forteresse en promettant d'épargner la tête du capitaine des routiers. »
Je pense qu’il faudra nuancer l’héroïsme de la chose Wink.

Citation :
« Il pourvut à l'approvisionnement des greniers publics (Thaar est une terre à l'agriculture généreuse) avec une si grande libéralité, que de mémoire d'homme, on n'avait joui d'une telle abondance, et afin que le bien-être dans lequel débutait son règne descendît jusqu'aux gens les plus démunis, de nombreuses aumônes, prélevées sur sa fortune particulière, permirent aux pauvres mêmes de participer à cette allégresse générale. Quant à la sûreté de la cité et de ses communes environnantes, la violence des combats de rue entre factions rivales avait désormais laisser la place à une paix exemplaire, rétablie dès les premiers jours du couronnement par une police ferme et probe. »
Bien trop idyllique à mon goût. Thaar est un endroit où coexistent les humains et les autres races mais surtout les drows qui chapeautent le territoire. On est donc loin du conte de fée en matière de sécurité et de finances. Il faut vraiment, d’ailleurs, que tu saisisses que Thaar est un lieu où le mélange racial est prononcé, et même en faveur des drows (avec ce que ca implique de quartiers mal fâmés, de bordels, d’esclavagisme toléré, etc) : on ne ressent pas vraiment cela dans tes écrits, qui font plutôt penser à une cité humaine « basique ».

Je finis par une suggestion, plus qu’une obligation ou qu’une correction à apporter : le BG actuel de Cosme laisse penser à une certaine « italianisation » des noms, des lieux etc, ce qui est possible, mais je ne te conseille pas de trop forcer sur ce côté-là :). C’est évidemment à pur titre indicatif, les noms utilisés dans ton histoire n’ont pas besoin d’être changés.

Je te souhaite une bonne correction. Si tu as des questions, des réclamations, ou autre, n’hésite pas à nous MPer !
Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1120
Âge : 25
Date d'inscription : 23/09/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 28 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Flourens de Kahark - Chevalier errant et ménestrel   Dim 27 Mai 2012 - 17:21

Fiche en reconstruction pour le moment, donc déplacée Wink
Revenir en haut Aller en bas
Kassandra
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1120
Âge : 25
Date d'inscription : 23/09/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 28 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Flourens de Kahark - Chevalier errant et ménestrel   Sam 9 Juin 2012 - 10:32

Et hop, me revoilà !

Fiche impeccable. Il te faudra juste corriger "Erdlheim", qui a été mal écrite à un endroit de ton histoire, et aussi, à l'occasion enlever le "Lélio" qui est écrit sur ton avatar, vu que c'est pas ton prénom x).

Je te valide cependant avec plaisir, attendant néanmoins ces quelques modifications.

Tu peux aller faire tes demandes de rp, créer ton inventaire et ton journal de bord, et éventuellement chercher un parrain !

Code:
[Métier] : Chevalier errant et ménestrel

[Âge & Sexe] : 26 ans et masculin

[Classe d'arme] : Corps à corps et à distance

[Alignement] : Neutre
Revenir en haut Aller en bas
Flourens de Nulhadon
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 87
Âge : 28
Date d'inscription : 19/02/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  25 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Flourens de Kahark - Chevalier errant et ménestrel   Sam 9 Juin 2012 - 16:22

Corrigé ! Je m'occupe de l'avatar !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Flourens de Kahark - Chevalier errant et ménestrel   

Revenir en haut Aller en bas
 
Flourens de Kahark - Chevalier errant et ménestrel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A la croisée des chemins
» Grégoire de Rimbert, chevalier errant. [terminé]
» Le chevalier du pont. [Flourens]
» Erco Skaline
» Un honorable chevalier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Où tout commence :: Bibliothèque :: Tabularium :: Limbes-
Sauter vers: