Partagez | 
 

 Dans les griffes de la Salière!

Aller en bas 
AuteurMessage
Altiom d'Ydril
Humain
avatar

Nombre de messages : 639
Âge : 25
Date d'inscription : 28/08/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 32
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Dans les griffes de la Salière!   Sam 16 Juin 2012 - 20:33

Au fil de l'Olyia dérivait une bûche. Une vieille bûche détrempée, sûrement à moitié moisie, sur laquelle trônait fièrement un petit rouge-gorge sifflotant d'aisance. A l'approche de cette bûche, une oreille attentive pouvait déceler un léger murmure... faible, régulier... une chanson?
- Du haut d'une montaaaagneuh... descendit un gros cuuu... descendit un gros cuuu... un gros curé d'campaaaagnblgblblblglbglbLEUARG!! PEUH!! TEUHREUH!!! éructa gracieusement la bûche qui -selon toute "logique"- venait de manquer de... de se noyer...?! Dérivant jusqu'à la rive, ladite souche émit un étrange... grognement en heurtant quelque racine. Alors une paluche blême vint mollement se saisir de la salutaire excroissance. Mais quel incroyable retournement de situation!!! C’ÉTAIT ALTIOM!!! (Non, vraiment, faites comme si vous n'aviez pas deviné, vous allez mettre l'auteur en rogne). Le bestiau traîna difficilement sa carcasse, glissant le long de la petite pente boueuse, encore et encore, incapable de se hisser, baragouinant dans un ultime réflexe la suite de sa turlurette plus qu'il ne la chantait.
- Qui tenait son gros bouuu... qui tenait son gros bouuu... hgnnn! Son gros bouquin d'prièèère hgnnn! Enfin, il y était! Après un effort tout bonnement surhumain, il roula de côté à bout de souffle. Couvert de boue, de sueur, de plaies, de sang, divagant et perdu en pleine Aduram. L'archonte d'Ydril dans toute sa splendeur. Quelques rais de l'astre diurne filtraient au travers des branchages en fleur, éclairant la bouille du baroudeur et l'aveuglant au passage.
- Wooooaaa la lumièèèère... Alors c’est vrai c'qu'ils disent tous... Plus qu'à voir ma vie défiler d'vant mes yeux et c'est f-RRRRRRZZZ... Il nous faudra excuser notre voyageur égaré. Sachez que le pauvre sortait tout juste d'un terrible affrontement dont nous tairons les détails ici (pour ne pas choquer notre jeune public évidemment, l'auteur n'étant en aucun cas une feignasse notoire doublée d'un procrastinateur hors-norme ; mais ne nous égarons pas). Ainsi ronflait-il allègrement, éreinté, détrempé, contusionné, lacéré... une proie facile. Ah, par les Cinq, encore une chance que ce lieu n'eusse pas été un axe de transit majeur, qui sait sur qui l'on pouvait tomber ici en Estrévent! ... Oui, sur une espèce de grosse loque d'Ydrilote à moitié crevée, soit, mais je ne pensais pas à cela.
Quoiqu'il en soit, les heures passèrent et la soirée était déjà bien entamée... lorsque soudain!! ... Altiom se réveilla. Émergeant à peu près aussi facilement de sa sieste improvisée qu'on émerge d'un lendemain de cuite carabinée, il tenta vainement de se remettre sur ses pattes. Bien évidemment, il fallut qu'une coquine de fêlure vienne se mêler de l'histoire! S'agrippant le mollet en grimaçant, le suderon se décida à brailler quelques appels à l'aide.

- HOUHOUUU! Jeune homme riche et séduisant en détresse! Toujours célib', cœur à prendre, aime la nature, les prom'nades en forêt, les arts, la bouffe tout ça... Compte fonder une famille unie et aimante, belles perspectives d'avenir.... 'conneries habituelles quoi... Nan mais sérieux, Y A QUELQU'UN?! V'NEZ M'AIDEEER!! Et contre toute attente, il y avait bien quelqu'un! Dans la pénombre crépusculaire, le voyageur ne put tout d'abord pas clairement discerner quel genre de loustic allait se présenter à lui. Mais lorsque ledit loustic fut assez proche, il afficha une moue mêlant fatalisme et désillusion: une... drowe. Non mais à quoi j'm'attendais aussi..., ajouta-t-il alors qu'il entreprenait de retourner faire trempette, pas tout-à-fait tranquille à l'idée de se faire étripailler en pleine cambrousse alors qu'il avait encore tant à faire ailleurs. Mais le bougre pouvait bien ramper tout son saoul, la sombre n'eut pas même besoin de presser le pas pour arriver à son niveau. Altiom se tassa alors sur lui-même, et dans un dernier réflexe de survie (que lui transmit son cerveau enfiévré et à moitié délirant), déclama: non mais y a personne là, moi j'suis juste un gros caillou.
Revenir en haut Aller en bas
Salyä Ivilth
Drow
avatar

Nombre de messages : 1520
Âge : 189
Date d'inscription : 14/11/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  182 ans (après ellipse)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Dans les griffes de la Salière!   Sam 30 Juin 2012 - 15:41

Salyä allait à travers la forêt d'Aduram sur son cheval noir de jais. Bon, en réalité la bête n'était pas vraiment à elle, elle appartenait à la Guilde et elle ne la possédait que le temps de remplir sa mission. Elle était d'ailleurs sur le chemin du retour de la Dross, où elle avait été envoyé pour « rendre justice » à quelque bourgeois de l'Ithri'Vaan qui s'était vus courroucé des affres qu'avaient subis ces caravanes face à l'un des principaux brigands de la ville.
Même si l'on ne pouvait totalement se débarrasser de la Dross, il convenait de rappeler de temps à autre à ses habitants qu'il était bon de ne pas dépasser une certaine normalité dans leur honorable métier de brigand de grand chemin, au risque de s'attirer les foudres de gens teigneux et assez riches pour se permettre de l'être. Jamais une bonne idée en ces contrées sans foi ni loi.

Or donc elle avançait au pas, pour ne pas fatiguer la monture en cas d'attaques inopinée et n'étant de toute façon guère pressé, lorsqu'elle entendit l'appel lointain et faible. Ce qu'elle prit au départ pour un quelconque cri animal lui apparut rapidement comme des paroles, bien qu'incompréhensibles au premier abord. Mue par sa curiosité, elle dirigea sa monture dans les fourrées et vers l'origine du bruit.
Peu à peu les paroles se firent compréhensibles, bien que semblant dénuées de toute logique. Pour le peu qu'elle pouvait en comprendre, quelqu'un demandait de l'aide. Un bref regard autour d'elle et une oreille attentive apprit à la drow que personne dans les environs ne semblait prêt à en donner. Elle allait détourner son cheval mais se ravisa finalement, ces braillements l'intriguaient et peut-être le pauvre voyageur perdus serait-il intéressant au niveau pécuniaire.

Elle s'approcha donc, descendit de monture et accrocha celle-ci à une branche fine d'un arbre. Juste de quoi faire comprendre à l'animal qu'il devait rester ici, mais si le danger guettait il serait libre de s'enfuir. Elle progressa encore quelques mètres à travers les fourrées avant de déboucher en bordure d'une rivière. Elle se souvenait bien avoir traversé un gué voilà peu de temps.
Mais ce qui attira son attention était l'espèce de cadavre qui traînait dans la boue. Elle comprit rapidement qu'il ne s'agissait pas d'un cadavre -pour l'instant du moins- et que c'était de lui qu'émanait les beuglements qui l'avaient attirés ici. Elle s'approcha donc, alors que l'humain se dandinait dans la boue pour essayer de s'échapper.

Elle ne mis pas plus d'une dizaine de pas à arriver à sa hauteur, intrigué qu'elle était par l'apparence de ce voyageur pas commun. Il avait peut-être séjourné longtemps dans l'eau avant de s'échouer et ses vêtements semblaient usés jusqu'à la corde. Il était plutôt bien équipé sinon, ce qui laissait penser qu'il pouvait bénéficier de plus d'argent que son apparence première ne l'indiquait.
Alors qu'elle arrivait à sa hauteur, l'humain se replia sur lui-même, gonfla un peu le dos et essaya visiblement de se faire passer pour un gros cailloux, comme l'indiquaient les paroles qu'il avait prononcé pour parfaire son déguisement. Salyä, elle, haussa un sourcil à la vue de ce spectacle insolite. Elle voyait deux options pour expliquer ce spectacle : ou bien elle était tombé sur un fou consanguin issus d'une lignée de tarés, ou bien le cerveau était gravement touché par les événements récents.

En d'autres temps elle ne se serait pas plus poser de questions et l'aurait achevé, mais elle avait déjà eu sa dose de sang pour le moment et ne pouvait s'empêcher de trouver la chose trop curieuse pour ne pas mérité de s'y attarder. Mais elle détestait réfléchir debout...

-Bon, puisqu'il n'y a qu'un caillou, je vais pouvoir reposer mes pieds.

Aussitôt dit aussitôt fait elle s'installa en tailleur sur le dos du pauvre homme qui sembla s'affaisser un peu. Il faut dire que la sombre transportait toute sa quincaillerie avec elle. Armure de cuir renforcée et épée courte, dagues et shurikens, dards et fioles de poisons... Rajoutez cela à sa propre masse, fort bien pourvue en muscle et en formes attirantes, et vous pourrez comprendre que la situation n'était pas de tout confort pour le soi-disant caillou.
Elle avisa alors une chevalière sur l'une des mains de son porteur. Une grosse bague finement travaillée, sur laquelle était gravées ce qui ressemblait fort à des armoiries humaines, pour ce qu'elle en savait. Si l'homme n'avait pas du tout la carrure d'un noble, il était quand même intéressant de savoir où il avait pus trouver pareil pièce. Se remettant sur pied rapidement, elle s'éloigna du caillou humain tout en laissant traîner dans le vent quelques paroles.

-Dommage qu'il n'y est personne, j'avais justement un feu de camp et une délicieuse viande à partager...
Revenir en haut Aller en bas
Altiom d'Ydril
Humain
avatar

Nombre de messages : 639
Âge : 25
Date d'inscription : 28/08/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 32
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Dans les griffes de la Salière!   Mer 17 Oct 2012 - 23:37

HAHAHAHA!! LE STRATAGÈME... FONCTIONNAIT!!! Ah Grands Dieux quel soulagement, ce bougre d'Ydrilote venait très probablement d'échapper à une mort aussi douloureuse que tragique... et pathétique, et ridicule, et idiote, et solitaire, et dégradante. Le coup du caillou semblait promis à un grand avenir. Bientôt les essais fleuriraient sur cet improbable gambit, les théoriciens s'arracheraient les vestiges de cheveux ornant leurs crânes dégarnis pour y trouver quelque parade, quelque contre-mesure! Les plus grands chefs militaires useraient de la prodigieuse tactique, dans un Cycle la Péninsule toute entière se ferait encore l'écho de ce véritable coup de génie! Ça, l'animal n'était pas peu fier, mais ses visions de grandeur délirantes se dissipèrent bien promptement.
- Bon, puisqu'il n'y a qu'un caillou, je vais pouvoir reposer mes pieds. Diantre, le fabuleux artifice marchait en fin de compte trop bien! Voici qu'arrivait l'heure de vérité, l'ultime test, voici qu'Altiom était poussé dans ses derniers retranchements. Laissant échapper un grognement étouffé sous la croupe de la donzelle -chose relativement courante lorsqu'on connait un peu le drille, contexte excepté-, il fit malgré tout son possible pour au moins conserver sa stature de caillou, conscient qu'il ne pouvait en imiter la texture ni la dureté. Dans un considérable effort, le rocher à l'essai parvint à se restreindre au silence. C'est que voyez-vous, il portait en son cœur quelques scrupules à soutenir un tel mutisme. Une drowe en vadrouille se trouvait être assez aimable pour le gratifier de son arrière-train, en lieu de bise faut-il croire, et lui se contentait de royalement -ou archontalement c'est selon- ignorer la pauvrette? Le terrible bras de fer entre galanterie et instinct de survie qui s'amorçait dans son esprit n'aurait probablement pas trouvé fin avant qu'il ne se fasse derechef surprendre par le sommeil, mais la belle eut à nouveau la bonté de le dispenser de tels tourments. Relevant son auguste postérieur après quelques instants, voilà qu'elle s'en allait comme elle était venue. Foutredieu de putasserie d'bon dieu d'innocent, il avait... réussi? IL AVAIT RÉ-US-SI!! Toujours à terre en position minérale fœtale, le bestiau souffla pour écarter le rideau capillaire occultant son visage, révélant un regard scintillant d'une lueur plus qu'inquiétante. Submergé par la fièvre, les joues aussi humides qu'une Langecine parlant couture -chacun son petit plaisir coupable-, l'Ydrilote lança une œillade injectée de sang -et d'une subtile note de démence pure- à la baroudeuse. Retenant le ricanement fébrile à la "naaaaahahahAHAHAHAHAHAHAHAHAHA" qui lui démangeait le poitrail, le rocher du Tahiro observa sans mot dire. Voilà, c'est ça... un pas après l'autre... nonchalante... elle commençait à disparaître derrière les fourrés.
- Dommage qu'il n'y est personne, j'avais justement un feu de camp et une délicieuse viande à partager... Ah la bougresse! Non contente de malmener le pauvre homme, voilà qu'elle l'attrapait métaphoriquement par les grelots! La boustifaille, comment résister à pareille diablerie? C'était bien-là un stratagème de drow! Mais ç'aurait été sans compter sur son caractère à toute épreuve, sur l'inébranlable volonté du suderon! Réunissant ses dernières forces mentales -et la tâche fut ardue croyez-le bien!- l'animal parvint à se dresser face à son estomac, tout puissant devant la faim qui le tenaillait, refoulant sa plus grande passion, sa plus irrésistible pulsion... pendant houuuu... cinq bonnes secondes!
- Non mais... mais ha!, mais alors là mais... les Cinq eux-mêmes ont manifestement œuvré à notre rencontre! Je suis un caillou carnivore voyez-vous! Ha quelle espèce de coïncidence est-ce là je vous l'demande! jaspina-t-il en feignant la surprise, de loin trop burlesque pour être crédible. Et bien évidemment, au fond de lui, le drille exultait devant son tour de passe passe. Se faire offrir la bectance par une inconnue sans griller sa couverture. Une maestria digne des plus grands baratineurs de Miradelphia à n'en point douter!
Un moment coi, trop occupé à s'autocongratuler dans le secret de ses pensées, se voyant déjà récompensé de la médaille d'or du Meilleur Altiom, par un Altiom chambellan au comble de la fierté, sous les acclamations d'une foule d'Altioms en délire, au beau milieu d'un stade à l'effigie d'Altiom, en périphérie d'Altiomville, le rêveur finit par revenir à la réalité, perdant son air béat de fumeur d'opium.

- Allez ne faites pas la difficile et ramenez ce ravissant croupion par ici! badina-t-il toujours aussi guilleret. Mais... pas sur moi cette fois-ci, je gage qu'un tas d'autres cailloux rêveraient de rencontrer ce dernier, évitons de faire des jaloux. Et tout en agrémentant son homérique effort d'un râle de douleur aussi bien camouflé qu'un chef de guerre wandrais au milieu d'une délégation Langecine, le vadrouilleur entreprit de se redresser contre le tronc d'un arbre adjacent. En vain.
- Très chère, en ma qualité de rocher, je n'vais toutefois pas pouvoir faire grand chose de plus que profiter du frichti! ajouta le coquin, un grand sourire innocent accroché aux lèvres. En sa qualité d'estropié aurait été plus exact, soit, mais la couverture que diable!

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dans les griffes de la Salière!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans les griffes de la Salière!
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA
» haiti dans les annees 50
» Les changements climatiques menacent le tourisme dans les Caraibes
» Le poids de la Digicel dans la fiscalite haitienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ITHRI'VAAN :: Les Terres Sauvages :: La Forêt d'Aduram-
Sauter vers: