AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Rumeurs et Dragons]Départ de Thaar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Entité
Staff
Staff
avatar

Nombre de messages : 1111
Âge : 817
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: [Rumeurs et Dragons]Départ de Thaar   Dim 16 Sep 2012 - 3:58

Dernier jour de Veriminos, an 6 du 11ème cycle
Au « Palais des Délices », lupanar luxueux de Thaar, Ithri’Vaan

Pensivement, le demi-drow griffait de la pointe de l’ongle les contours d’un motif d’une broderie d’or sur une liseuse d’un rouge écarlate. Un rayon de soleil perçait les volets clos pour jouer, mutin, sur sa peau cendreuse. Absorbé par une réflexion personnelle, il ne portait guère d’attention à la seconde personne de la pièce. Installée à une coiffeuse, une sang-mêlée démêlait avec application sa longue chevelure d’un blanc laiteux. Le temps indolent s’étira pendant plusieurs minutes, uniquement rythmé par les coups de brosses successifs. Finalement, Marias se retourna vers Ryltar. Machinalement, elle reposa l’ustensile avant de le positionner parfaitement, comme il se devait, selon sa petite manie. Cela tira un petit sourire au dénommé Ryltar.

- Quelles sont les chances de trouver ce que nous souhaitons ?

Demanda-t-elle. Pour toutes réponses, le demi s’allongea sur le dos et frotta son visage. Les poils drus de sa barbe de quelques jours crissèrent sous la manœuvre tandis qu’il rassemblait ses idées.

- Aucune. Mais les ordres sont les ordres.

Il ficha son regard d’un bleu acier dans ceux de son interlocutrice. Son sourire naissant s’élargit alors pour devenir un brin plus moqueur.

- Ma très chère sœur, à ton âge vénérable, peut-être devrais-tu cesser de croire tout ce que te murmurent tes amants. Les dragons sont un mythe destiné à faire peur aux petits drows tout en leur enseignant la suprématie de leur peuple grâce à leur victoire écrasante sur Nisétis. Alors non, ma douce Marias, je ne te rapporterai pas de bébé dragon de mon expédition. Par contre, peut-être te trouverai-je un artéfact pour conserver à jamais ta glorieuse beauté.

Au fur et à mesure de la diatribe de son cadet, Marias refermait ses doigts sur un peigne d’ivoire. Tant et si bien qu’au dernier mot taquin, celui-ci vola pour cueillir le nez du faquin. Bien évidemment, cela n’eut que peu d’effet et une moue déçue s’installa sur les délicieux traits de la demoiselle. Moue qui arracha ensuite un éclat de rire glorieux à Ryltar. Délaissant enfin son confortable siège, le demi-sang se redressa. Presque nu, il vint alors emprisonner sa sœur tout contre lui. Rassurant, il lui murmura alors quelques mots doux.

- Je t’aime, le sais-tu ? Je ne prendrais pas de risque et je reviendrai très vite.
- Je n’ai…
- T-t-t-t-t…je suis ton jumeau, tu ne peux rien me cacher. Pas d’inquiétude, une fois les missions assignées accomplies, je reviendrais. Tu pourras alors m’abreuver des potins que tu rassembles sur les clients de ton bordel et nous irons ensemble faire notre rapport à notre bien-aimé géniteur.

Pour clore toute tentative d’insurrection à « l’ordre », il scella ses lèvres d’un baiser.

*****
1er jour de Karfias, an 7 du 11ème Cycle
Port de Thaar – Ithri’Vaan

Thaar ne dort jamais, pas même lors des heures les plus chaudes du jour. L’air brûlant provenant du désert n’était qu’à peine refroidi par les embruns de la mer. Ses affaires embarqués à bord du « Santiano » depuis hier, Ryltar donnait ses dernières consignes au capitaine du navire : Hors de question d’accepter des pots de vins pour accueillir des « indésirables » à bord. Lui et lui seul choisissait les mercenaires pour l’expédition. Naturellement, il ne se mêlerait pas du recrutement d’un membre de l’équipage, mais le reste, pas question que l’humain, un vieux briscard filou, ne plante son nez dedans ! Après cette petite mise au point, le sang-mêlé alla se positionner sur le pont avec quelques uns de ses hommes pour procéder au recrutement.

Plus que profiter de son étrange apparence pour appâter le chaland, Ryltar en jouait. Le bien surnommé « Sans Couleur » avait revêtu pour l’affaire une tenue d’un gris très pâle uniquement rehaussé par une large ceinture d’un bleu éclatant. Son cimeterre au fourreau, il laissait néanmoins trainé la main sur la garde de la lame, attentif aux mouvements du petit attroupement d’aventurier. Parmi les couleurs bigarrées ou les teintes naturelles des vêtements, impossible de manquer cet ilot de blancheur : Peau cendreuse, vêtement clair, cheveux et début de barbe blanche. Le sang-mêlé recruteur détonnait !

Après avoir procédé à un tri sommaire et rapide, plus de la moitié de la cohue avait été repoussé. Il pointa ensuite du doigt cinq humains, dont deux femmes.

- Vous ici, vous pouvez monter sur le navire. Je vous engage. On verra pour les noms plus tard.

Un type costaud que la sélection spontanée de cinq « gringalets » indignait protesta vivement en s’élançant sur le Sans-Couleur dans le but de lui présenter son opinon à grands coups de gnons. Peine perdue pour le gaillard qui, d’une mandale d’un des sbires du recruteur, se retrouva à patauger près de la coque du navire.

- Quelqu’un d’autre souhaite contester mes méthodes ?... Bien, parfait. Donc, il me reste encore cinq places. Dans ma grande bonté, je vous autorise à débattre de qui sont ceux d’entre vous les plus à même de profiter des riches découvertes de la merveilleuse Nisétis. Naturellement, les morts ne peuvent jouir correctement des biens matériels…

Prenant place sur une caisse comme s’il s’agissait d’un trône, l’altier décideur du jour esquissa un geste de la main. Comme certains membres de l’assistance ne semblaient pas comprendre le sous-entendu, il ajouta un brin agacé :

- Hé bien, qu’attendez-vous ? Combattez, je prendrai les vainqueurs.

Là-dessus, les plus couards ou les plus malins s’en furent sans demander leur reste. Il ne resta donc que suffisamment d’adversaires pour nos « futurs » membres de l’expédition. Quoi de mieux qu’un bon combat pour se mettre dans l’ambiance ?

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Arkezia
Drow
avatar

Nombre de messages : 118
Âge : 26
Date d'inscription : 27/06/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 132 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: [Rumeurs et Dragons]Départ de Thaar   Mar 18 Sep 2012 - 23:31

De retour à Thaar, il n'avait pas fallut longtemps à l'armurière pour entendre parler de ces rumeurs à propos tantôt de gigantesques créatures ailées, de monstres écailleux semant la terreur sur la terre comme aux cieux, voir même chez les plus explicites, du retour des Dragons et de la fin du monde prochaine.
Sans se laisser entrainer dans cette espèce d'euphorie frénétique qui s'emparait progressivement des aventuriers et autres badauds rêveurs, Arkezia chercha à distinguer le mythe de la réalité car, elle le savait bien, toute rumeur prend ses racines dans des faits réels !
C'est de la bouche ensanglantée d'un client qui s'était cru en mesure de jouer au plus malhonnête avec elle que la Drow apprit l'existence de ce sang-mêlé et de son expedition Nisétienne. Peser le pour et le contre ne fut pas bien long, elle les avait déjà étudié en long en large et en travers, c'était pour la même raison qu'elle était sur les routes : découvrir ! Tout apprendre de la forge et des métaux et autres matières artisannales. Et si les soupçons se confirmaient les chances étaient élevées que la jeune femme trouve son bonheur au cours d'un voyage de ce genre !
Quelques secondes avant de sombrer dans l'inconscience, ce même client l'informa que le recrutement allait commencer dans la journée. Arkezia l'avait immédiatement relâché, rassemblé sommairement ses affaires et rendue sans hate sur le quai où était supposée se dérouler la fameuse inscription.
Elle croisa les prudents et les lâches qui préférèrent fuirent plutôt que de se battre et parvint sur la place au moment exact où le Demi annonça que les présent n'auraient qu'à s'affronter pour hériter de leur place.

L'adversaire de la Kel'Razia était un marin qui avait manifestement pas mal bourlingué. Au moins trente été derrière lui, ou plutôt quarante, il faisait parti de ces personnes qui ont héritées d'un corps naturellement fort et qui l'ont endurci avec le temps et les épreuves quotidiennes de leur métier. Le muscle fort, le visage carré, on eut dit une équerre, le tout surmonté de quelques poils roux rasés et d'une moustache flamboyante, l'armurière ne se laissa pas démonter. Elle connaissait ses propres forces, et elle avait vu le léger tressaillement de l'homme devant sa stature. La forgeronne enfila ses gants de fers et sans prévenir se rua tête baissée sur son adversaire.
Prévoyant, le rouquin campa sur ses positions et encaissa le choc sans broncher. Arkezia sentit les bras durs enserréer sa taille et la ceinturer puis elle commença à être soulever de terre. Comme elle l'avait prévu. Elle donna une forte impulsion avec ses jambes qui déstabilisa son adversaire tandis que l'armurière roulait par dessus son épaule.
Une fois réceptionnée, elle donna un premier coup de coude à l'aveugle puis un deuxième, les deux firent mouche, elle se retourna et voulut expédier son genou dans l'estomac de son opposant. Mais le marin savait encaissé. D'un bras il bloqua la jambe de la forgeronne tandis que de l'autre il essuyait le sang qui lui barbouillait le visage. Arkezia tenta de se libérer mais elle ne fut pas assez rapide et sentit son pied d'appui se faire faucher. Si la chute ne fut pas douloureuse, elle était sérieusement handicapante, et l'homme ne se fit pas prier de saisir cette chance. Bondissant sur la forgeronne il enfonça ses genoux dans ses bras et la regarda d'un air triomphal.
L'homme assit à la base de son cou, la Kel'Razia pouvait sentir les odeurs de sueur, de sels et de boue qui imprégnait ses vêtementS. Elle vit qu'il dégainait de l'arrière de son pantalon, un couteau à l'aspect ancien mais à la lame consciencieusement entretenue.
Cependant le sourire qui étira les lèvres de la Drow à cet instant n'avait rien à voir avec de l'angoisse ou de l'inquiétude. Le loup de mer avait compté sans la taille de son adversaire. Mettant à profit celle-ci ainsi que sa souplesse, elle rammena ses chevilles de part et d'autre de la nuque de son adversaire et referma violement sa prise. exécutant le mouvement inverse, elle parvint à soulever et surprendre suffisament l'homme pour dégager ses bras. Lorsqu'il parvint à se débarrasser des jambes de l'armurière, l'humain n'eut que le temps d'écarquiller les yeux en voyant la frappe des deux poings gantés de fers qui atteignait son plexus solaire. L'air expulsé par le gaillard sous l'impact fut souillé par une quantité impressionante de sang qui éclaboussa le visage d'Arkezia. D'un geste négligent, elle fit basculer le corps de l'homme quasi inerte et trop occupé à reprendre son souffle pour se débattre. Elle se releva et, voyant qu'il luttait encore, elle le souleva par les épaules et lui asséna un violent coup de tête qui acheva de le mettre KO.

Arkezia observa les alentours, les autres n'avaient pas encore fini leur combat, cela importait peu. Elle repéra à nouveau la silhouette blanche de l'employeur. Ramassant ses quelques affaires, elle se présenta à lui :


-"Je suis Arkezia Kel'Razia, armurière itinérante, puis-je monter ou bien y'a-t-il d'autres 'empêchements' ?"

Attrapant un pan de tissus qui dépassait de son sac, elle essuya le sang qui maculait ses lèvres et son visage en fixant de son regard d'acier le présumé chef d'expédition. L'homme s'écarta de son chemin et l'armurière monta à bord du 'Santiano'.
Revenir en haut Aller en bas
Anna Fauyeur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1583
Âge : 25
Date d'inscription : 16/04/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  45ans post-ellipse
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: [Rumeurs et Dragons]Départ de Thaar   Sam 22 Sep 2012 - 22:58

Combien de temps depuis sa dernière mission ? Des années s'étaient écoulés. Et puis, après avoir repris goût à la vie social avec Altiom et Kyven, rencontrée la fée Lyne en Aduram puis Tyra et son groupe et un peu exorcisé avec eux sa peur des Drows, vaincu un Kerkand et échappé à des mercenaires, des brigands... Bref de quoi reprendre un peu la forme pour l’aventurière. Après ses péripéties près du pays des elfes, la demi-drow avait pris le chemin de Thaar où elle savait trouver du travail beaucoup plus facilement que sur la péninsule. Ce furent les rumeurs de dragons qui lui revinrent à la figure, les mêmes qu'elle avait pu entendre à Diantra. Selon certains, un dragon avait "assassiné" (venant d'une bête...) le roi et se cachait à présent dans les ruines de Nisétis. Abracadabrant, n'est-il pas ? Mais elle apprit du même champion, qu'un bateau s'apprêtait à quitter Thaar pour s'y rendre, une "expédition" à la recherche de... Ce qu'ils pourraient trouver d'intéressant, pour ainsi dire. Et ils recherchaient des aventuriers. Quel que soit leur hérédité ! C'était bien payé, très bien. Mais les places étaient chères. En apprenant cela, Anna quitta l'auberge où elle s'était prudemment installée et se rendit aux quartiers de ports. Cela tombait à pic, après un mois (soit neuf semaines) de dépenses et de survie, sa bourse s'était bien vidée sans rien pour la remplir. C'était tout ce qui l'intéressait, les dragons : elle n'y croyait guère, comme la plupart des gens en fait.

Le bateau s'appelait le "Santiano", elle était arrivée comme prévu au moment de l'embarquement. On procédait en ce moment même au recrutement. Un peu en retard cependant, elle avait vu une vrai petit cohue partir dans la direction opposée, "recalés"? Une drow de deux mètres se battait avec un autre gus guère plus sympathique... Qui se fit finalement rétamé en beauté. Anna aurait donné cher pour justement ne pas affronter cette drow. Bien qu'elle meurt d'envie de lui plonger son épée dans les entrailles rien qu'à voir sa sale tête qu'elle jugeait à tort ou à raison "diablement arrogante"...On lui permit de monter à bord. Anna n'était pas très emballé à l'idée de combattre, d'autant que ceux qui restaient semblaient plutôt sûrs d'eux. Seul les durs avaient persisté. Il n'y aurait pas de gloire sans péril. Mais voilà pour Anna hors de question de combattre sans arme comme l'avait fait la Drow, elle le ferait savoir à qui voulait l'entendre. Plusieurs combats avaient éclatés et la chose s'était plus ou moins transformée en mêlée générale par duos. Le tout organisé par un semi-drow, aucun doute possible. Les méthodes de l'homme étaient étranges, mais bon il fallait le comprendre il avait peut-être besoin de vrai mercenaires qui sache y faire au combat.

Elle en était là de ses réflexions lorsqu'un bras lui enserra le cou par surprise, l'humain cherchait à affermir une prise déjà solide pour lui casser les cervicales. Anna lui donna des coups de coude là où elle put, de plus en plus fort, ce qui le perturba. Puis un croche-patte lui fit lâcher prise et ils tombèrent l'un sur l'autre. Dans cette proximité elle était incapable de dégainer et c'était drôlement handicapant. Elle n'avait aucun poignard juste un couteau de cuisine et pour s'en servir, il aurait fallu qu'elle ouvre son sac à dos et le recherche dans le fatras d'affaire. Il n'avait pas honte de s'attaquer à une femme, fut-elle drow ? Altiom n'aurait pas permit ça... Cette pensée calquée sur celle de ses anciens compagnons lui donna la force de se battre. Et puis elle l'avait mauvaise. Roulant avec le mystérieux adversaire sur le sol, elle l'empoigna au cou et serra à son tour. Mais l'homme, plus fort, écartant ses mains après une brève lutte et lui envoya un violent coup de tête. Elle tomba sur les fesses et recula sans se relever. Puis elle utilisa toute sa vitesse pour dégainer. C'était un peu sa spécialité, comme ça qu'elle avait tué le Jezzok dans le temps. Voyant l'épée tirée, l'homme chauve et tatoué hésita. Il fit mine de partir à droite, Anna le suivit de la pointe de l'épée. Puis à gauche... Finalement il dit :

-Tu permets ? Le patron n’apprécia pas si on ne fait pas un combat équitable.

-Oui, vas y. Concéda Anna en faisant un signe de la main.

Le gardant en joue elle le regarda retourner à son sac à dos dix mètres plus loin et en sortir une masse à pointe, se demandant si à sa place elle aurait la force de manier une telle arme. L'autre, nouvellement équipé, opta finalement pour la stratégie "je fonce comme une brute et on verra bien". Il brandit la masse, l'abattit, elle enleva son épée. Mais l'adversaire fort comme un bœuf ne l'avait pas abattue jusqu'au bout et partait déjà pour un second assaut quelques secondes plus tard. Tous ses muscles étaient tendus à l'extrême devant l'effort. Anna reculait devant lui, sachant pertinemment qu'il ne pourrait pas la rattraper avec une telle charge, feintant quelquefois mais sans jamais aucune ouverture sur le gars. Il perdait de la vitesse malgré des biceps énormes. Là, il mit une seconde de plus à relever sa masse puis deux. A ce moment, Fauyeur pu atteindre la partie la plus exposée de cette machine de guerre : le poignet. Pas de grand chose elle le charcuta un peu le temps qu'il relève sa masse et pare. Il ne pouvait cependant plus porter aussi aisément, son sang souillait le sol. Il n'en fallut pas plus à la semi-drow pour causer un impact sur les mains resserrés sur le manche. Deux doigts se détachèrent presque avec un hurlement de la part du... Vaincu. Était-il nécessaire qu'elle le tue à présent ? Le blessé trancha pour elle en la traitant de "sale chienne" et disant qu'il allait la finir comme ça. Décontenancée, l'aventurière crut qu'il délirait et hésita or cela lui coûta un uppercut à l'estomac qui lui fit cracher un peu de son dernier repas. Elle comprit que cet être ne plaisantait pas et serait prêt à mourir pour une place pour Nisétis. On lui avait dit qu'elles étaient chères...

Le bonhomme revint en chargeant, Anna avait l'épée en travers de sa taille, elle la lança en avant de revers, droit à la gorge, imprimant un deuxième sourire à l'être à la courte vie. Il vivait encore, agité de soubresauts, de convulsions... Elle ne se donna pas la peine de l'achever, préférant ne pas trop retomber dans ses vices d'ex assassine même si c'était lointain et se dirigea vers son pair, qui semblait prendre le soleil tranquillement en regardant ce bain de sang. Mais était-elle sûre de vouloir embarquer dans un vaisseau où se mêlaient toutes les espèces y compris les elfes noirs ? Oui, il le fallait. Faire demi-tour, dominé par sa peur ? Non merci. Anna demanda poliment si elle avait gagné son ticket.
Revenir en haut Aller en bas
http://les4emeraudes.forumactif.fr/
Liliana
Drow
avatar

Nombre de messages : 88
Âge : 24
Date d'inscription : 31/05/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  132 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: [Rumeurs et Dragons]Départ de Thaar   Mer 26 Sep 2012 - 21:51

    Les rumeurs n'avaient cessé de la poursuivre. Elle en avait entendu parler pour la première fois de la bouche d’un noirelfe vagabond, la nuit où elle s’était introduite à Naelis. Depuis, il n'y avait pas eu un jour sans qu'elle ne saisisse une allusion à leur sujet.
    Les dragons. Créatures de légendes qui alimentaient nombre de fantasmes. Les bruits et les histoires qui tournant autour d’eux s’étaient multipliés ces derniers temps. La plupart n'étaient sans doute que mythes et racontars exagérés, mais ils avaient fini par éveiller la curiosité de la jeune drow. Et elle avait commencé à faire des recherches. Remonter les ragots à la source. Tenter de démêler la vérité, indice par indice. Au fil de son investigation, elle n’avait pu acquérir aucune certitude quant au bienfondé de ces histoires. Mais elle était sûre d'une chose: derrière toute cette agitation se cachait un mystère bien réel.
    Et elle s'était fermement mise en tête de le découvrir.

    C'est ainsi que Liliana se trouvait en ce premier jour de Karfias sur les quais de Thaar, au milieu de la foule de marins, aventuriers et simples curieux qui se pressaient autour du sang-mêlé. L'annonce qui l'avait attirée ici parlait d'un recrutement en vue d'une expédition pour Nisétis.
    C'est ce nom qui l'avait interpellé. Bien sûr, tous les drows connaissaient l'histoire de la longue guerre qui opposa leur peuple à cet empire d’un autre âge. Mais peu d'entre eux étaient au courant du lien qui existait entre leur ancien ennemi et les légendaires seigneurs du ciel.
    Ce n'est qu'après des recherches poussées qu'elle avait découvert cet élément occulté de l'Histoire, peu à peu tombé dans l'oubli avec le passage des siècles. Aussi, lorsqu'elle avait aperçu l'annonce, elle y avait tout de suite vu une occasion de récolter de nouveaux indices.

    Et à présent elle était là, observant le demi-drow en charge du recrutement faire sa sélection. Elle se dit qu’elle ferait bien d’aller lui parler une fois qu'il aurait fini. Peut-être pourrait-il lui en apprendre plus ? L'intéressé venait de choisir un groupe de cinq personnes. Apparemment les places pour le voyage étaient limitées…
    A ce moment, le recruteur annonça le plus naturellement du monde que ceux qui voulaient encore participer allaient devoir se battre entre eux. Liliana haussa un sourcil. Sa méthode de recrutement était pour le moins étrange... Déjà, le quai commençait à se vider alors que ceux n'étant pas à l'aise avec l'idée de devoir combattre pour gagner leur place quittaient les lieux.
    Tandis qu'elle observait les gens partir, Liliana repéra une tête familière qui, au contraire, semblait arriver à l'instant. Elle reconnut immédiatement la grande drow au front tatoué dont elle avait loué les services environ sept semaines plus tôt. Elle menait alors un petit groupe de sombres en plein territoire ennemi pour une opération spéciale, et les talents de la forgeronne itinérante s’étaient avérés plus que profitables au déroulement de la mission.

    Un mouvement soudain sur sa droite accompagné d’un reflet métallique attira brusquement l’attention de Liliana. Par réflexe, elle eut un rapide mouvement de recul, qui lui sauva la vie. Une lame frôla son visage, traçant une ligne sanglante sur la joue de l’elfe noire. Suivant toujours son instinct, elle dégaina juste à temps pour parer l’attaque suivante.
    Elle prit enfin le temps d’observer son adversaire. Un humain à l’aspect belliqueux revêtu de cuir et de mailles lui faisait face, quelques gouttes de sang perlant sur la pointe de son épée. Ayant échoué à abattre la sombre par surprise, il semblait être résolu à la pourfendre en face. Liliana laissa échapper un cri de colère, se jurant d’étriper cet humain qui avait osé l’attaquer. Les deux adversaires se jetèrent l’un sur l’autre et se mirent à échanger coup sur coup dans un duel acharné sur le quai qui, soudainement, était devenu le théâtre d’un affrontement sanglant entre les différents candidats.

    Après une petite minute, Liliana commença à être en difficulté. Son adversaire était un bon combattant, et elle était peu à peu forcée de reculer sous la puissance de ses coups. L’humain eut un rictus en voyant qu’il avait le dessus. Il avisa une ouverture dans la garde de l’elfe noire et il en profita sans hésiter. Sa lame fendit l’air en direction du torse de son ennemie… et rencontra le vide. Sa surprise fut de courte durée. A peine le temps pour lui de comprendre qu’il s’était fait avoir par une feinte. Puis une douleur violente lui déchira l’estomac, et il sentit le toucher glacé de Tyra s’emparer de lui.

    Liliana laissa le corps de l’homme s’écrouler en arrière, la dague qu’elle venait de dégainer de sa main libre toujours fichée dans le ventre. Tandis que le sang maculait lentement les pavés de l’embarcadère, la sombre regarda autour d’elle. Les corps brisés des vaincus jonchaient le sol, et seule une poignée de survivants essoufflés tenaient toujours debout, se toisant les uns les autres en hésitant à poursuivre le combat. Les plus déterminés allaient passer à l’action, lorsque le demi-drow leur fit signe d’arrêter. La sélection était finie.

    Pendant que les heureux élus rejoignaient l’équipage ou allaient régler certains détails avec leur nouvel employeur, Liliana restait immobile au milieu de l’embarcadère, son cimeterre toujours à la main. Elle toucha sa joue à l’endroit où l’arme de son ennemi avait tracé un sillon sanglant, et observa le liquide rouge qui collait au bout de ses doigts. Comment s’était-elle laissé entraîner dans ce combat qui ne la concernait pas ? Elle aurait mieux fait de se méfier et de prendre ses distances lorsque le sang-mêlé avait annoncé les modalités de recrutement.
    C’est alors qu’elle aperçut Arkezia qui se dirigeait vers le ponton après avoir fini de parler au commanditaire. Rengainant son arme, elle s’approcha de la Kel’Razia pour la saluer.

    « Uriz's velve tlu xuil dos, Arkezia. Usstan tlun sae'uth ulu thalra dos ghil. »
    « La lame d’Uriz avec toi, Arkezia. Je suis heureuse de te rencontrer ici. »

    Elle ajouta avec un sourire :

    « Usstan kyorl dos ph' henotep 'zil bwael a drokk malarin taga a l' ak'uech... »
    « Je constate que tu es presque aussi douée au pugilat qu’à la forge…»

    «Ji dos ssinssrin aluin ulu l' feir Nisetis... Vel'bol xun dos kestal dos yorn ragar gaer, ussta d'anthe ? »
    « Ainsi, tu désires t’embarquer pour la lointaine Nisétis… Qu’espères-tu donc trouver là-bas, ma chère ? »
Revenir en haut Aller en bas
A
Humain


Nombre de messages : 95
Date d'inscription : 28/03/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: [Rumeurs et Dragons]Départ de Thaar   Sam 29 Sep 2012 - 22:40

Thaar. Voilà où il était, et bon dieu, il ne savait absolument pas ce qu'il y foutait. Il avait visité un peu la ville, mais elle lui semblait bien simple, finalement, ressemblant a n'importe quelle grande cité, des lors qu'on oubliait l'architecture un peu particulière, et la cosmopolité des gens qui s'y trouvaient. Car c'était là le point dort de la ville. Ici, on pouvait trouver n'importe quoi. Des bandits, des contrebandiers, mais aussi des gens honnêtes, des humains, des drow, des sangs-mêlés, et si on avait de la chance, quelques elfes. Le fait est qu'a Thaar, on pouvait réellement traiter avec n'importe qui (et aussi se faire escroquer par n'importe qui. ).

L'homme encapuchonné n'était pas tellement excité par le style architectural de la cité, mais plutôt pour le style des gens qui y vivaient. Son quartier préféré, de ce qu'il avait pu en voir, était celui du port, comme souvent dans une ville où des individus en tout genre pullulaient. Les petites ruelles, les tavernes miteuses, le brouhaha constant, les ventes à la criée, le vent sifflant dans les cordages, l'odeur du goudron dont on enduisait les bateaux, tout cela créait une ambiance particulière, et c'est pour ça, que dans chaque ville, il ne se sentait vraiment bien que dans les quartiers portuaires.

Il créchait depuis quelques jours dans un taverne puantes, lieux habituellement réservé aux abonnés, mais le patron était avide de ses pièces d'or. La têtes qu'il allait faire en apprenant que ses pièces étaient en toc... Enfin, la nourriture servie était infâme, et les lits pleins de parasites, aussi n'estimait il pas avoir volé l'aubergiste. L'avantage de cette taverne, c'est qu'on y apprenaient pas mal de rumeurs, et Azmurael avait vite entendu parlé de créatures démoniaques ailées, de grand reptiles destructeurs et autres légendes. La redondance de ces rumeurs lui fit oublier momentanément sa suspicion, et il s'approcha désormais des tables où les mythes des grands destructeurs était présent. Il entendit parler surtout d'âneries, comme des bêtes de plus d'un milliers de pieds, ou pouvant raser un pays en un souffle. Il se désintéressa alors de l'affaire, jusqu'à ce qu'il entende un mercenaire parler d'un voyage pour trouver une île aux dragons. Se disant qu'une expérience de ce genre ne pouvait pas lui nuire, Azmurael pressa le mercenaire de questions auxquelles l'homme répondit succinctement, aussi aimable qu'un chien de garde. Néanmoins, il avait réussi a obtenir le nom du Navire : le « Santiano », ainsi que le jour du départ.

Azmurael décida que le jeu en valait la chandelle, et puis, dans le pire des cas, cela le ferait voyager un peu... Les préparatifs pour une telle expédition n'étaient cependant pas simples, aussi décida t-il de se mettre à la recherche de trois pièces manquantes. Il traîna donc dans les ruelles les plus minables, et les pires coupes gorges qui ait existé dans la ville, afin de trouver quelques pièces pas forcément vu d'un bon œil par les miliciens de la ville. Après ces achats illégaux terminés, il alla s’acheter une cape de voyage en coton et lin solide, ainsi qu'une pipe possédant un fourneau en pierre. Il acheta également des disques de verre a un prix incroyablement haut, et n'hésita pas à aller au bord de l'eau pour ramasser divers galets.

Le jour du départ, il était donc prêt, et s'approcha du navire repéré quelques jours plus tôt. Un attroupement d'aventuriers et de mercenaires en tout genre, puant le vin et la crasse s'était rassemblés autour du navire. Un demi drow pédant semblait faire le recrutement. Il choisit cinq mercenaires autours de critères plutôt flous pour Azmurael, avant de mettre un raclée à un vauriens un peu trop entreprenant. Il cru reconnaître le mercenaire de la taverne, mais il n'en était pas sur. Il entendit le demi drow prononcer une phrase : qu'il ne comprit pas vraiment, mais qui sembla avoir de l'effet sur la foule. Plus de la moitié de l'attroupement s'enfuit en courant, et Azmurael tomba au sol, tachant de se protéger de la meute en furie. Il se releva, s’épousseta, en gémissant, et fouilla dans sa cape de voyage, avant de sortit une sorte de cristaux bleuâtre, qu'il fit fondre dans la pipe au fourneau de pierre, avant de tirer dessus avec force. Il rejeta une fumée âcre, avant de détailler un peu plus la scène : Trois drow (et assimilée ) femelles, combattaient et semblaient dominer leurs adversaires. Il décida donc de rester en passif observateur, avant de se prendre un formidable coup de poing dans le plexus, le rejetant en arrière. Son adversaire semblait humain, et indiscutablement de sexe féminin.

Bon dieu, quel punch, pensa t il avant de la détailler du regard. Une armure de poids intermédiaire, semblant faite d'ossements, qui ne mettait pas en valeurs ses courbes plutôt généreuses, de ce qu'il pouvait en voir. Il vit dans sa main gauche une étoile du matin, et prit peur. Elle semblait déterminée à battre, alors qu'il ne lui avait rien fait ! Il ne comprenait pas ce qu'il foutait là, mais il allait devoir défendre chèrement sa peau. La silhouette de son adversaire semblait onduler, et varier de couleurs, offrant une teneur psychédélique à la scène. Azmurael fouilla dans sa poche, sortit un assemblage fait d'un galet et de ficelle, qu'il s'accrocha a la main droite. Il enleva ensuite son manteau le plia avec soin et le déposa quelques pieds plus loin. Son adversaire en profita pour réduire la distance qu'il y avait entre elle et lui. Sa masse se démultipliait dans l'air, et semblait créer des vibrations étranges, qu'Azmurael n’appréciait pas franchement. Elle démultiplia ses coups, faisant siffler sa masse d'arme a quelques pouces de sa tête. Son capuchon vola, et la manche de son pourpoint fut déchirée. Au fil du temps, cantonné a esquiver, Azmurael sentit les coups de son adversaire moins insistants. Il la vit reculer, et lui même s'avança de la guerrière, d'une démarche trébuchante, évitant les coups de la guerrière avec ce qu'il semblait être beaucoup de chance. Il arriva finalement au contact, et tandis que la guerrière propulsait sa masse vers ses jambes il plaqua sa main droite, et le galet par la même occasion, sur le casque de la guerrière. On entendit alors un bruit sourd, et une tête jaillit, arrachée au tronc, de multiples éclats de pierre y étant fichés.

Azmurael s'écroula alors, le coup de la guerrière ayant touché au but et il s'affala sur le corps amputé de la guerrière. Autour de lui, les hommes avait cessé de se battre, surpris par l’achèvement du combat. Azmurael s'avança alors, et autour de lui, ce qui restait de la troupe puante s'écarta. Il s'approcha du demi drow semblant contrôler l’expédition, et lui tendant la tête affreusement mutilé de la guerrière qu'il venait d’exécuter, lui demanda candidement :

« Puis je passer ? »


Sur ce, il écarta le demi drow, tout en lui fichant la tête dans les mains, et avança sur le pont, à la rencontre des autres sélectionnés.
Revenir en haut Aller en bas
Arkezia
Drow
avatar

Nombre de messages : 118
Âge : 26
Date d'inscription : 27/06/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 132 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: [Rumeurs et Dragons]Départ de Thaar   Ven 16 Nov 2012 - 23:59

(Oui je sais ça fait un bail, mais non je ne vous ai pas oublié ^^ donc voici ton post Liliana ! Maintenu on peut avancer si les gens sont encore là et vivants ^^)

L'armurière allait monter à bord en balayant une dernière fois les combattants du regard lorsqu'une silhouette familière attira son oeil. Elle s'immobilisa et examina l'origine de ce trouble. A quelques pas de là, Liliana bataillait pour sauver sa peau face à un bretteur plutôt expérimenté. La noirelfe semblait avoir de plus en plus de difficultés à retenir les assauts fougueux de l'épéiste. Arkezia sentit que des gens la dépassait, mais elle n'y prêta pas attention, trop concentrée à examiner le combat de sa consoeur. Plus le temps passait plus la situation de cette dernière empirait d'ailleurs.
Il y eut un petit moment de flottement, comme si le temps s'arrêtait, alors que les deux combattants s'observaient une dernière fois. L'humain se jeta sur ce qui semblait être une faiblesse dans la garde de Liliana. Mais c'était sans compter la ruse de l'espionne. Une feinte, une très classique et très efficace feinte, et le combat fut fini.
Le corps de l'homme s'écroula lamentablement au sol en se recroquevillant sur l'arme qui venait de rendre visites à ses entrailles.
Liliana semblait surprise de sa propre victoire, et observait les alentours du regard. Avec un sourire Arkezia la fixa jusqu'a ce qu'elle capte son regard. L'armurière n'eut pas à attendre longtemps avant de voir la sombre approcher.

« Uriz's velve tlu xuil dos, Arkezia. Usstan tlun sae'uth ulu thalra dos ghil.»

" Uriz vele tlu xuil dos, LIliana. Moi aussi je suis contente de te revoir." [i]répondit Arkezia en lui rendant son sourire.


« Je constate que tu es presque aussi douée au pugilat qu’à la forge…»
continua la noirelfe aux cheveux de nacre.

" Je suis itinérante, et la vie du voyage n'est pas exempte de danger."

« Ainsi, tu désires t’embarquer pour la lointaine Nisétis… Qu’espères-tu donc trouver là-bas, ma chère ? »
demanda Liliana. Les yeux d'Arkezia se mirent à briller alors qu'elle faisait défiler dans sa tête les raisons de sa présence.

" Pour la découverte ma soeur, Nisétis était une civilisation très développée, tu ne penses pas qu'ils ont laissés derrière eux des trésors insoupçonnés ? Sans doutes des bâtiments, des objets...des matériaux ! Tu imagines tout ce que je pourrai créer si je tombe sur les minerais qu'utilisaient les Nisétiens ? Ce serait sans précédent ! Et puis..."

L'armurière écarta une mèche de cheveux qui pendait devant ses yeux et essuya partiellement la poussière mêlée à la sueur de son visage.

"Et puis il y a aussi cette histoire de dragons. Je ne sais pas si c'est vrai. J'y vais pour voir, l'enjeu est trop important pour que je n'en tienne pas compte. C'est la gloire qui nous couvrira si ces bêtes existent vraiment."

L'armurière plongea son regard d'acier dansl es yeux de Liliana

"Tu es ici pour ça aussi non ? Sinon pourquoi aurais-tu combattu ? Tu ne peux pas passer à côté de cette occasion !"

Elle lui fit ensuite un clin d'oeil puis déclara sur un ton moqueur:

-"Et puis maintenant que tu as gagné ta place, il faut que tu la prenne...ce serait dommage de devoir embarqué la charogne que tu as laissée sur le pavé tu ne pense pas ?"
Revenir en haut Aller en bas
Liliana
Drow
avatar

Nombre de messages : 88
Âge : 24
Date d'inscription : 31/05/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  132 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: [Rumeurs et Dragons]Départ de Thaar   Jeu 3 Jan 2013 - 12:36

    La jeune sombre resta un instant pensive, méditant les paroles d’Arkezia. Elle comprenait très bien les raisons qui pouvaient pousser la forgeronne à se lancer dans cette aventure. Dans son esprit se formaient des images de savoirs perdus et de richesses insoupçonnées, enfouies dans les ruines de Nisétis en attendant que quelqu’un vienne les découvrir.
    Certes, la cité avait été pillée après la guerre, mais rien n’affirmait qu’elle ait effectivement livré tous ses secrets… ni tous ses trésors.

    « Et puis il y a aussi cette histoire de dragons. Je ne sais pas si c'est vrai. J'y vais pour voir, l'enjeu est trop important pour que je n'en tienne pas compte. C'est la gloire qui nous couvrira si ces bêtes existent vraiment ! »

    La gloire, Liliana s’en moquait éperdument. Mais les dragons…
    Etait-ce une coïncidence si dernièrement, elle avait cherché avec tant d’acharnement à percer leur mystère ? N’avait-elle pas là l’occasion rêvée d’en découvrir plus ?
    Pour autant, il n’était pas raisonnable de se lancer dans une telle expédition sur un coup de tête. Elle n’oubliait pas qu’elle avait des responsabilités désormais, et s’embarquer pour plusieurs semaines à la poursuite de chimères n’était pas à l’ordre de ses projets.

    « Tu es ici pour ça aussi, non ? Sinon pourquoi aurais-tu combattu ? Tu ne peux pas passer à côté de cette occasion ! »

    Liliana hésita. Une fois de plus, elle sentit l’appel de l’inconnu et l’excitation de l’aventure monter en elle. Ce fut la pique de sa consœur qui la décida finalement.

    « Et puis maintenant que tu as gagné ta place, il faut que tu la prennes... Ce serait dommage de devoir embarquer la charogne que tu as laissée sur le pavé, tu ne penses pas ? »

    Un large sourire naquit peu à peu sur le visage de l’elfe noire, qui se changea bientôt en un rire franc et clair.

    « Bah ! Je doute que les autres humains qui composent l’équipage ne soient plus efficaces que ce cadavre… Mais tu as raison. Je vais venir avec vous, ne serait-ce que pour t’éviter d’avoir à passer le voyage avec eux pour seule compagnie. » déclara-t-elle en lui rendant son clin d’œil.

    Au diable la retenue ! Depuis quand portait-elle autant d’importance à ses responsabilités ? Je suis libre d’aller, où je veux et quand je veux. Elle avait toujours vécu selon ce principe, et n’allait pas y déroger maintenant. D’un geste, elle désigna à Arkezia le ponton menant au navire.

    « Je te suis, ma sœur. »

    Et ensemble, elles franchirent la distance les séparant de l’embarcation. Bientôt celle-ci les emmènerait pour un long voyage, loin au-delà de la mer, loin de tout ce qu’elles connaissaient en ce monde.
    Rien qu'à cette pensée, la jeune elfe n’en était que plus impatiente de partir.


    Suite: Au milieu des ruines
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Rumeurs et Dragons]Départ de Thaar   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Rumeurs et Dragons]Départ de Thaar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Rumeurs et Dragons]Départ de Léliande
» Les rumeurs ont toujours une part de vraie.
» Vraie Raison du Départ de Batista
» LES FAUSSES RUMEURS OU TRUCS DU NET
» Donjons et dragons : figurines sur plateau lumineux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Principautés de Thaar :: Thaar (Cité)-
Sauter vers: