AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Renard et la Corneille. [Deloth]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Morgane
Sang-mêlé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 24
Âge : 25
Date d'inscription : 10/09/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Le Renard et la Corneille. [Deloth]   Jeu 27 Sep 2012 - 21:42

La pluie tombait dru ce soir, sur Thaar. Si ce n'était pas le déluge, ça s'en rapprochait tout de même fortement ! Le cimetière des pauvres de Thaar était encore plus désert que d'habitude. Non seulement parce que le coin devenait un vrai coupe-gorge, à la tombée de la nuit, et que l'on en était au crépuscule, mais parce que rares étaient ceux prêts à braver la colère du ciel pour pouvoir honorer leurs morts ... ou les dépouiller, au choix. Les défunts attendraient bien le lendemain ! Et pourtant ... deux silhouettes avançaient dans l'une des allées, entre deux rangées de tombes sommaires, à peine indiquées par une stèle de bois pourri ou un morceau de terre cuite. La plus petite des deux, un Humain d'une quarantaine d'années voûté par son métier de fossoyeur, avançait avec une lanterne au poing, tout en maugréant. S'il n'avait pas été payé pour indiquer le chemin à cet inconnu, il aurait sûrement abandonné depuis longtemps et regagné sa cahute ! Pour la troisième fois en quelques minutes, il se retourna vers la silhouette encapuchonnée qui le suivait et maugréa :

- Dites, vous êtes sûr de pas vouloir revenir au matin ? Non, moi j'vous'l dit, ça changera rien, elle va pas s'envoler, votre charogne !

La réponse fut prononcée sur un ton sifflant et autoritaire, avec une voix caractéristique d'une rude matrone de cinquante ans.

- Contentez-vous de m'y amener ! Après, vous pourrez aller foutre vos fesses au sec, je vous demande rien de plus !

Le fossoyeur avait beau essayer, pas moyen d'en savoir plus sur ce mystérieux personnage : ni sur ses motivations pour se tremper jusqu'aux os juste pour voir là où était enterrée une pute assassinée trois semaines auparavant, ni sur à quoi il pouvait bien ressembler. L'ample cape à capuche usée et tâchée qui couvrait toute sa tête et son corps l'empêchait même de deviner son sexe ! Il s'en détourna en grommelant. Sa curiosité était piquée, mais pas au point de justifier qu'il ne choppe un rhume ! Après une minute de marche supplémentaire, il s'immobilisa devant une section de la fosse commune et la désigna du doigt. Puis, sans un mot, il repartit en direction de son petit chez-soi, désireux d'oublier tout ça et de se poser au sec et au chaud.

Morgane attendit plusieurs longues minutes, afin d'être sûre qu'il avait bien fait demi-tour, puis abaissa sa capuche, apparemment inconsciente de la pluie qui ruisselait sur son visage. Elle fixa la fosse commune du regard, sans prononcer le moindre mot, les yeux chargés d'une tristesse mêlée à de la rage. Des larmes coulaient librement sur son visage, se mêlant aux gouttes d'eau sans qu'on puisse les discerner. La barde se mit alors à rire. Un rire triste, empreint de souffrance et de folie, devant la cruauté et l'injustice de l'existence. Elle en était persuadée depuis longtemps ... et chaque jour qui passait ne faisait que renforcer cette conviction. Seule sa méfiance et son cynisme, ou le pragmatisme mêlé de prudence de Nadia, leur avait permit de survivre, de tirer leur épingle du jeu. La naïveté d'Hélène lui avait coûté la vie. Si seulement elle n'avait pas suivit ce taré ... La sang-mêlé se laissa tomber au bord de la fosse, puis d'une voix douce et chantante, elle s'adressa à la défunte :


- Ca va faire onze ans, maintenant, Hélène, que j'me suis barrée du bordel. Onze années sans se voir, sans nouvelles ... et il fallait que tu te fasses buter pile au moment où je me suis mis en tête de te revoir ! Le destin adore toujours autant se foutre de notre gueule, tu trouves pas ?

Morgane lâcha un nouvel éclat de rire, encore plus sinistre que le précédent. Elle déposa son sac et son bâton par terre, puis s'accroupit et reprit le dialogue qu'elle était seule à entretenir.

- On te l'avait pourtant dit vingt fois, d'être prudente, moi et Nadia ... D'ailleurs, tu sais qu'elle dirige maintenant son propre bordel, celle-là ? Bah, on a toutes réussit à notre manière à arrêter ce métier de merde ... Allez, repose en paix. Et où que tu sois, réserve-nous une place ! On finira bien par t'y rejoindre, tôt ou tard.

Elle s'arrêta brusquement de parler. Le moment était venu. Elle devait lui faire ses adieux, et continuer. Continuer à vivre, à chanter pour les morts, à rappeler leur souvenir aux vivants. C'était ce qu'elle avait choisit. Elle se releva, prit une profonde inspiration et commença à chanter. En dépit du vacarme de la pluie, sa voix s'éleva dans les airs, claire et pure. Un chant pour la mémoire, mélancolique et amer, rappelant toute l'histoire d'Hélène, la femme qu'elle avait été. Et un chant d'adieu, chargé de toute la tristesse des vivants qui disent adieu à leurs morts et doivent malgré tout continuer à vivre et à souffrir. Puis, aussi soudainement qu'elle avait s'était élevée, sa voix se tut, et le silence reprit ses droits sur le cimetière.
Revenir en haut Aller en bas
L'Edhel
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 304
Âge : 21
Date d'inscription : 04/03/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 512 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Renard et la Corneille. [Deloth]   Ven 28 Sep 2012 - 5:21

Ils étaient bien rare ces soirs où Elenna, le maître de Deloth, autorisait son apprenti à descendre jusqu'à Thaar pour prendre du repos. A vrai dire, la Citadelle regorgeait de tous les plaisirs dont la jeune recrue des assassins était friand : femmes, drogues...etc. Mais il y en avait un qu'elle ne contenait pas, et qu'il lui était impossible de se passer : la traque. Cette dernière était bien simple. Il se choisissait une cible, un maraud, qu'il suivait longuement et avec patience. Venait l'instant où ledit manant se rendait compte qu'on le filochait, et sous la panique, faisait tellement d'âneries qu'il en devenait même ridicule. Mais c'était sans compter que la pluie s'était invitée au rendez vous. Thaar, cité côtière, ne pouvait se vanter d'avoir un climat lui permettant quelques pluies salvatrices des cultures. Non, Thaar était une cité désertique, et les nuages vomissant leurs trombes d'eau déversaient la colère et la force d'un océan. En plus du crépuscule, lesdits nuages étaient noirs, et faisaient peser sur la ville un épais brouillard si dense et si large, qu'il était impossible de voir à quelques mètres devant soit.

Après deux ou trois personnes bousculées par inadvertance, l'assassin se rendit dans les bas quartiers, là où on trouvait la plèbe, les manants, les crapules et autre salauds dans le genre...Oui, les gens comme Deloth. Ce n'était pas difficile pour l'assassin de se sentir dans un milieu qu'il appréciait. Il lui suffisait de sentir l'odeur de la médisance et de la luxure pour qu'un sourire s'étende sur ses lèvres. L'Elfe, loin de la personne de Castielle, était redevenu ce qu'il était avant de la connaître : un être cynique, dépourvu de morale et de conscience. Les quelques jours qu'il passa avec ladite vendeuse de Diantra avaient fait grand bien à l'Elfe. Cependant, la nouvelle distance entre les protagonistes rendaient les choses bien difficiles pour Deloth, qui bientôt se sentit se diviser à nouveau.

Le schisme qui s'était rétabli entre Deloth et Aldaron mena finalement leur porteur aux orées du cimetière, ou du moins, de ce qui semblait y ressembler. Les gens s'aventuraient rarement ici. Les Humains avaient pour coutume de se débarrasser des pauvres en les entassant, ce qui avait pour conséquence une nette augmentation de la maladie. Maladie à laquelle Deloth, comme tous les Elfes, était insensible. Ses pas bifurquèrent donc, se dirigeant à travers les petits sentiers de terres devenus boueux, jusqu'à entendre, à travers le vacarme de l'orage, une mélodie. Une petite chanson pas vilaine, chantée par une voix cristalline. L'unique silhouette qui se démarquait des tombes se tenait un plus sur la droite de l'assassin. Ce dernier ne put s'empêcher de détourner de son chemin, approchant à pas de loups, invisible dans la pénombre de la nuit, de ladite barde qui ne l'avait pas remarqué. Il se plaça, toujours avec son habituelle discrétion, juste à côté d'elle, si proche qu'il pouvait même, à travers la brume, voir les gouttes d'eau ruisseler sur les amples vêtements de ce qui semblait être une Humaine - après tout, Deloth ne voyait pas que ses oreilles, et ne les regardait pas.

« Pourquoi pleurer les morts ? N'aurait-elle pas voulu que vous soyez heureuse ? »

Il marqua un temps, regardant l'imposante fosse commune qui recensait des cadavres en tout genre. C'est loin d'être un modèle de beauté. Cela ne se résumait qu'à un immense charnier auquel il était préférable d'y mettre le feu, afin d'éviter la prolifération de maladies mortelles pour les Humains.

« Comment votre défunte personne est morte ? »
Revenir en haut Aller en bas
Morgane
Sang-mêlé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 24
Âge : 25
Date d'inscription : 10/09/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Le Renard et la Corneille. [Deloth]   Ven 28 Sep 2012 - 15:21

Elle ne l'avait pas entendu arriver. Son attention entièrement tournée vers son chant et la fosse, Morgane ne prit conscience de la présence de l'étranger que lorsqu'il se mit à parler. Son corps se tendit brusquement, la propulsant dans la direction opposée à cet inconnu, et la barde plongea aussitôt sa main vers la dague qui pendait à son côté, dans un réflexe forgé par des années d'errance. Un homme, grand, encapuchonné. et solidement bâti, à ce qu'elle pouvait en juger. Si la capuche rabattue sur son visage l'empêchait de deviner à quelle espèce il appartenait, les deux poignes de sabre qui dépassait de son dos ne laissait aucune ambiguïté quand à son métier. Un mercenaire, un soldat, ou autre spadassin du même acabit. Après quelques instants de tension, elle laissa retomber son bras loin de son arme. Inutile de se leurrer, elle ne serait pas de taille face à lui, s'il se décidait à l'agresser ... et puis, si jamais il avait voulu le faire, il ne l'aurait pas avertit de sa présence ! Le visage de la Sang-mêlé retrouva son calme, mais ses yeux restèrent méfiants, braqués sur le guerrier. D'une voix morose, elle répliqua :

- Être heureuse ? Le bonheur n'est rien de plus qu'un mensonge, une illusion, d'autant plus douloureuse qu'elle finit tôt ou tard par se dissiper ! Et ceux qui essayent malgré tout de s'y accrocher finissent là ...

Du menton, elle désigna la fosse commune. Hélène était le meilleur exemple de ce qu'elle venait de déclarer. Les naïfs, les idéalistes, bref, tous les aveugles finissaient tôt ou tard par ouvrir les yeux ... ou par les fermer définitivement. Et on les oubliait. Seuls ceux qui se révélaient sans scrupules, méfiants, débrouillards et/ou lucides survivaient. Et eux avaient d'autre choses à faire que de se souvenir des défunts emportés par le torrent de l'existence. La jeune femme secoua la tête. Ainsi allait le monde. D'un ton plus doux, triste et mélancolique, elle reprit :

-Je ne pleure pas les morts. Je chante leur souvenir, si la nuance ne vous échappe pas. Il faut bien que quelqu'un ne les laisse pas sombrer dans l'oubli ... Comme Hélène. Par contre, je doute franchement que ça vous intéresse. Un de ces malheurs ordinaires, dont tout le monde se fiche. C'était qu'une pute, après tout. Enfin, c'est ce qu'à dû se dire le taré qui l'a massacrée ! Il devait être en être tout fier, pour l'avoir signé !

Son ton avait commencé à s'échauffer sur la fin, tandis qu'elle repensait au sort de son amie et considérait le peu qu'elle savait du meurtrier. De sexe masculin (soit à peu près la moitié de la population du continent ..). Et il avait encore frappé, au moins à une reprise, à Thaar. Encore une prostituée. Et peut-être avait-il recommencé ailleurs ... Enfin, vu qu'il prenait la peine de signer, on pouvait se douter qu'il ne s'arrêterait pas en si bon chemin. E.G. Elle avait beau se creuser la cervelle, elle ne voyait pas à quoi pouvait bien correspondre ces deux lettres. Les initiales du tueur ? De son surnom ? Une expression ? Sans autre indice, elles ne lui serviraient à rien. Et puis ... Morgane ne comptait pas passer le reste de sa vie à chercher une aiguille dans une botte de foin. Surtout qu'elle ignorait à quoi ressemblait l'aiguille, et dans quelle botte de foin elle devait fouiller ! Hélène était morte, et rien de tout ce qu'elle pourrait faire ne la ramènerait à la vie. Quand à la vengeance ... à quoi bon, encore une fois. La barde se laissa tomber sur un genou, récupéra son sac et le hissa sur ses épaules. Ceci fait, elle ramassa son bâton et se releva en maugréant. Son barda, ses jambières, et le bas de sa cape étaient couverts de boue. Et l'intégralité des vêtements amples qu'elle portait par dessus sa tenue favorite, complètement trempés. Il fallait vraiment qu'elle se trouve une taverne ou un tripot pour se mettre à l'abri, avant de chopper la crève !
Revenir en haut Aller en bas
L'Edhel
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 304
Âge : 21
Date d'inscription : 04/03/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 512 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Renard et la Corneille. [Deloth]   Ven 28 Sep 2012 - 15:50

La surprise, et l'éventuelle peur que suscita l'assassin à l'étrangère ne surprit pas le moins du monde Deloth. Il laissa à la jeune femme le loisir de porter sa main à sa dague, sans esquisser le moindre geste brusque. Il gardait cependant sa distance de sécurité. Si elle advenait à dégainer, il lui suffirait d'un large mouvement du poignet pour séparer sa tête du reste de son corps. Un simple geste du pied aurait suffit pour qu'elle rejoigne le reste des cadavres. Mais il n'en fut pas ainsi heureusement, car la barde - du moins à ce qui paraissait - détendit sa main, et répondit à l'assassin.

« Peut-être que c'est une illusion grotesque. Elle n'en reste pas moins nécessaire. La liberté est également une illusion car en réalité elle n'existe pas. N'avons nous finalement pas besoin de vivre, sachant que nous avons soi disant une liberté ? C'est une illusion nécessaire. Tout comme la vérité. Savez vous pourquoi le mensonge existe ? Il est véridique, existant et concret, car en soit la vérité nue n'excite aucun être vivant. Rechercher l'assassin de votre amie, n'est-il pas une motivation ? Alors que s'il se trouvait en face de vous, n'en seriez vous pas déçu, au fond de vous, de plus avoir de quête à remplir ? Les êtres vivants sont en perpétuelle quête de vérité, mais cette vérité, c'est qu'ils ne veulent pas la savoir. »

« Je pense pas qu'elle serait déçue si elle savait qu'elle se trouvait face à ledit assassin. »

L'assassin se détourna de la barde, pour discerner sans peine dans la pénombre le cadavre en question. Oui, il se souvenait de cette dame là. Ou était-ce...non, c'était bien celle là. S'il pouvait vanter ses services sans se trahir, il hurlerait à la barde que son amie devait être l'une des femmes qui avait su assouvir l'assassin comme nul n'avait su le faire jusqu'ici. Elle avait réalisée les moindres de ses fantasmes, et c'est avec une certaine peine que Deloth avait fendu son visage. Non, en fait, il n'avait ressenti aucune peine, juste un grand plaisir. Et un brin de déception aussi, car il aurait bien repris une part du délicieux met qu'avait été ladite putain.

« Je m'appelle Lomión. Si cela ne vous dérange pas, ne pourrait-on pas aller à l'abri ? Je connais une taverne pas loin d'ici, si vous désirez de ma compagnie, bien sûr. »

La pluie se fit moins fracassante avant de s'arrêter, et la brume se levait peu à peu du cimetière et de la ville côtière. Les dernières gouttes retardataires tombèrent sur un océan de silence macabre et morbide, brisant des flaques d'eau homogènes.Il fit bientôt assez clair pour qu'il soit possible de discerner des visages, et Deloth en profita pour rabattre sa capuche, délivrant ses cheveux sombres. Il tendit une main amicale vers la barde. C'était comme cela qu'on saluait, chez les Humains. Peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
Morgane
Sang-mêlé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 24
Âge : 25
Date d'inscription : 10/09/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Le Renard et la Corneille. [Deloth]   Mer 3 Oct 2012 - 12:43

Allons bon ... voilà que l'autre ahuri se lançait dans une dissertation semi-philosophique sur la liberté et la vérité ! La barde ne l'écouta de fait qu'à moitié. Déjà qu'en temps normal, elle ne s'intéressait pas à ce genre de discussion, mais là, en plus, elle était trempée et fatiguée, elle avait faim, et ses pieds criaient de toute leur force ! Bref, son attention était davantage tournée vers la recherche d'une auberge, plutôt que la question de la place du mensonge et de la vérité dans l'existence ! En conséquence, sa réponse au discours de l'inconnu fut on ne peut plus laconique et sèche :

- Si vous le dites ...

Il fallait qu'elle s'éloigne, maintenant, de la fosse commune. Maintenant qu'elle avait fait ce qu'elle était venu faire, elle ne ressentait plus que l'envie de partir, de laisser derrière elle cet endroit sinistre. D'aller profiter de la vie, de dénicher une taverne pour boire, et surtout pour jouer, comme un dernier hommage à son amie. Mais après des années passées sans vivre à Thaar, inutile de préciser qu'elle n'était plus capable de s'orienter dans les multiples ruelles du quartier. Alors, trouver une auberge sans risquer de se perdre ou de se fourrer dans les emmerdes, il ne fallait pas y compter ! Alors qu'elle se concentrait tant bien que mal pour visualiser les rares souvenirs qu'il lui restait du coin, notamment les coins à éviter quand on était une femme seule, l'autre reprit la parole. Après quelques instants de réflexion, la jeune femme hocha la tête en signe d'approbation. Oui, si il connaissait une auberge dans le coin, elle le suivrait avec plaisir ! Quand à sa compagnie ... elle ne lui était pas plus désagréable qu'une autre, à vrai dire. Puis si ça pouvait dissuader d'autres de venir l'importuner, pourquoi pas !

Une petite minute ... Lomión, ça sonnait vraiment elfique comme prénom ! Alors que la pluie s'arrêtait et que le guerrier abaissait sa capuche, elle sut qu'elle avait vu juste. Un Elfe. Ce n'était pas la première fois qu'elle en voyait un, loin de là, mais elle ne put retenir un sursaut. Il y avait quelque chose de franchement différent, chez lui, par rapport aux autres représentants de son espèce qu'elle avait pu croiser par le passé. Quelque chose de plus sombre, comme une violence latente, contrôlée tant bien que mal. Presque de la noirceur ... Sur ce côté, il lui faisait presque penser à son paternel ! Elle s'ébroua pour se recentrer sur le présent. Il lui tendait la main, dauns un geste typiquement humain. Elle le regarda, interdite, et une bonne minute s'écoula avant qu'elle ne la serre,d'une main prudente. Non pas qu'elle eut voulu l'insulter, mais presque personne ne l'avait jamais saluée de cette manière.


- Je vous suis, Lomión. Et je m'appelle Morgane. J'espère juste que votre auberge n'est pas loin, parce que le soleil ne devrait plus trop tarder à se coucher ...

Sur ces mots, elle l'invita d'un geste de la main à prendre la tête, tandis que la nuit commençait à tomber sur Thaar. Le plus tôt ils arriveraient à l'établissement dont l'Elfe connaissait l'emplacement, le mieux elle se porterait. En espérant qu'il connaisse bien le chemin ! La barde retint de justesse un éternuement. Elle commençait à prendre froid, avec ses vêtements trempés et ses bottes pleines d'eau ...
Revenir en haut Aller en bas
L'Edhel
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 304
Âge : 21
Date d'inscription : 04/03/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 512 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Renard et la Corneille. [Deloth]   Mer 3 Oct 2012 - 12:59

L'assassin serra la main de la barde et la lâcha, passant devant elle afin de reprendre le sentier principal du cimetière. Ainsi donc ladite barde était une connaissance de l'une des victimes de l'Edhel. Intéressant. La fourberie de Deloth faisait germer en lui milles scénarios dans lesquels il était un petit garçon brûlant une par une les pattes d'une fourmi. Ils revinrent dans le centre de la cité, peu rempli par faute du temps, où les rues étaient inondées en leurs canaux faisant d'office d’égouts centraux. Il emprunta une rue qu'il connaissait bien, et, en s'assurant d'un regard qu'il était bien suivi par la dame, la laissa passer devant lui pour pénétrer dans ledit lieu. Ce n'était pas n'importe lequel. C'était un bordel, précisément celui où Deloth avait tuée la catin dont parlait Morgane plus tôt. Il esquissa un sourire engageant quand elle rentra, et elle resta sur le pas de la porte.

Deloth se permit de lui ôter sa cape, trempée par la pluie et usée par le temps, et il ôta son épais manteau par le même geste. Portant les deux vêtements, l'assassin encouragea d'un geste galant de la main la barde à le suivre jusqu'à une table reculée, où ils s'installèrent confortablement, Deloth savourant la gêne que devait ressentir Morgane. Il passa commande au tavernier, un gros rustre imposant et en surpoids. Il se souvenait bien de lui, et à vrai dire, il reconnaissait les visages de ceux qui étaient là le soir où il avait tué. En fait, il se tenait exactement à la même place, un peu de plus de deux semaines plus tôt, en compagnie de ladite putain qu'il avait saigné.

Il se prépara du tabac, maniant la substance et sortant une feuille. Une fois l'ensemble prêt, il l'alluma avec une bougie placée au centre de la table, et après une bouffée se tourna vers la barde. Il la sonda de ses yeux pourpres quelques instants. Un corps travaillé, menu et extrêmement attirant, muni de formes desquelles Deloth se jouerait bien volontiers.

« Alors Morgane...vous êtes une habituée de Thaar ? Pardonnez l'endroit, mais je trouve qu'on ne trouve pas meilleure ambiance que dans des lieux comme celui ci, par un temps pareil. »
Revenir en haut Aller en bas
Morgane
Sang-mêlé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 24
Âge : 25
Date d'inscription : 10/09/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Le Renard et la Corneille. [Deloth]   Jeu 4 Oct 2012 - 16:11

Une blague. Oui, c'est ça, ça devait être une putain de mauvaise blague. Du moins, ce fut ce dont Morgane s'efforça de se persuader lorsque l'Elfe s'arrêta devant un bordel. Et pas n'importe quel bordel. Celui où Hélène s'était fait massacrée. Alors, coïncidence ... ou pas ? La barde sentit un frisson lui parcourir l'échine. Un instant, elle envisagea de tourner les talons sur-le-champ. De le planter là. Mais si jamais il savait des choses sur ce meurtre ... si en le plantant là, elle laissait passer l'occasion de savoir qui avait tué son amie ... Oui, elle ne comptait pas passer toute sa vie à traquer un meurtrier sans le moindre indice valable, mais si jamais une occasion d'en apprendre plus se présentait à elle, impossible de l'ignorer. A peine avait-elle mit un pied à l'intérieur que son corps se crispa. Elle n'aurait jamais cru remettre les pieds dans ce type d'établissement. Il valait mieux que ça s'avère fructueux ! Et le fait qu'il lui ôte sa cape, dans une parodie de gentilhomme, n'améliora pas son humeur.

De fait, la pseudo-galanterie de Lomión lui fit rapidement monter la moutarde au nez. Il devait se foutre de sa gueule. Quel homme avec un brin de tact et de galanterie entraînerait une femme qu'il venait de rencontrer dans une maison de passe ? Elle fulminait ouvertement lorsqu'elle se laissa tomber sur la chaise qu'il venait de lui indiquer, et passa illico une commande d'une choppe d'hydromel au tenancier, histoire de se calmer un peu. La colère n'était jamais bonne conseillère ... et là, elle était tellement mal à l'aise qu'elle aurait du mal à donner le change ! Elle braqua aussitôt son regard sur Deloth, pendant qu'il allumait sa pipe. A quoi jouait-il, celui-là ... Et sa question ne la renseigna pas vraiment ... Etait-il vraiment débile, ou bien était-il en train de jouer à un jeu particulièrement pervers ... elle ne savait pas laquelle de ses options était la vrai. Ni laquelle elle redoutait le plus. A moins qu'il ne veuille tout simplement la mettre dans son lit. Hé bien, si c'était ça, il allait être rudement déçu ! Elle prit une profonde inspiration pour se maîtriser, sans succès, puis répliqua d'un ton mêlant colère et amertume :


- J'ai habité dans le coin, dans une autre vie. Le reste ne vous regarde pas. Quand à votre choix ... je ne doute pas que l'ambiance doit vous convenir, et que vous en avez l'habitude ... comme pour la plupart des mâles.

Elle avait prononcé ce dernier mot avec une pointe de mépris, avant de se ressaisir. Heureusement, le tavernier apporta rapidement leurs commandes, et une gorgée d'hydromel tomba à point nommé pour calmer son humeur. Elle reposa sa choppe avec précaution, puis enchaîna, d'une voix largement moins agressive, perplexe.

- Hum ... ce n'est pas ici qu'il y a eu un meurtre, ya un mois ? Ou c'est ma mémoire qui me joue des tours ?

Elle savait parfaitement que c'était ici que le meurtre d'Hélène avait eut lieu. Mais sa réponse l'éclairerait sur ce que lui savait là-dessus. Du moins, elle l'espérait ...
Revenir en haut Aller en bas
L'Edhel
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 304
Âge : 21
Date d'inscription : 04/03/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 512 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Renard et la Corneille. [Deloth]   Jeu 4 Oct 2012 - 18:27

Deloth se faisait fureur, allant jusqu'à se pincer volontairement la cuisse et se mordre la langue pour ne pas rire devant l'attitude de Morgane. Sa gêne, son scepticisme et cette impression qu'elle voulait dégager, celle de quelqu'un sûr de soi, qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Sa réplique eut le don de l'amuser, et il sourit tandis qu'il tenait son petit cigare dans sa main droite. Elle voulait donc jouer la carte de la féministe ? Il jouerait celle du machiste. Cela ne lui déplaisait pas plus que cela, aussi, il joignit un sourire sarcastique à sa réplique.

« Les mâles viennent là où les femelles font leur travail. »

Deloth se mordit la langue pour ne pas rire, une nouvelle fois. Il la regardait de ses yeux pourpres, amusés et sondeurs, dérangeants et analytiques à la fois. Puis sa question lui permit d'entrer dans son élément. Il lui avait ouvert la porte de son domaine, voilà qu'elle y entrait de son propre chef. Mais arborant son masque avec perfection, il feinta l'étonnement, en fronçant les sourcils. Il se passa la main dans les cheveux, se grattant légèrement le haut du front, simulant le fait qu'il réfléchissait. Il but une légère gorgée de son verre, appréciant l'attente qu'il adressait à la barde, attente qui devait la ronger. La petite enquête insignifiante qu'elle menait avec au moins le loisir d'amuser l'assassin.

« Un meurtre ? Ici ? Par les Cinq, non, je n'étais pas au courant...si c'est cela qui vous gêne, voulez-vous aller autre part ? On croise des fous de nos jours...»

Et content de son innocence feintée, Deloth joignit une bouffée de tabac à une nouvelle gorgée d'hydromel, yeux grands écartés, comme pour accentuer ses derniers mots. Il savoura son verre en lapant ses lèvres d'un vif coup de langue, avant de se tourner vers Morgane. Après tout, pourquoi ne pas poursuivre le jeu ? Il tournait autour du pot, elle ne savait rien de lui, et ne pouvait aucunement savoir qu'il était l'assassin.

« Comment êtes vous au courant de ce meurtre ? »
Revenir en haut Aller en bas
Morgane
Sang-mêlé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 24
Âge : 25
Date d'inscription : 10/09/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Le Renard et la Corneille. [Deloth]   Jeu 18 Oct 2012 - 23:14

Une bouffée de fureur monta en elle. Si Morgane parvint de justesse à se retenir d'exploser, elle échoua complètement à le dissimuler. Ses yeux jetèrent des éclairs en direction de l'Elfe, prenant pendant quelques secondes une teinte rouge vif. Sa respiration s'accéléra, le sang lui monta au visage, pendant qu'elle luttait pour se contenir. Puis, aussi rapidement qu'elle était montée, cette vague de ressentiment disparut, remplacée par un mépris teinté d'indifférence. Au final, que lui importait l'avis de ce personnage aussi macho que dénué de toute sensibilité. Et puis, ce n'était pas comme si c'était la première fois qu'elle avait entendu cette rengaine ... A peu près une fois par jour, en fait, si ce n'était plus, à l'époque où elle exerçait encore le métier le plus vieux du monde !

Un air incrédule se dessina sur son visage tandis qu'elle l'écoutait avec étonnement. Bien sûr. Il avait été suffisamment longtemps à Thaar pour "connaître une taverne", et il n'avait même pas entendu la moindre rumeur sur un tueur en série frappant les prostituées tout en leur laissant une marque ... Non, ce n'était pas impossible, certes. Juste très difficile à croire. Ou alors il s'amusait à la faire tourner en bourrique ... Vu son comportement, elle penchait plutôt pour cette option ! Et puis ... il avait beau jouer l'innocent de manière très convaincante, elle n'était vraiment pas convaincue par son petit jeu. Surtout depuis qu'elle avait croisé son regard, qui parcourait son corps avec un intérêt presque ... malsain. Oh, elle ne savait pas lire dans les pensées, malheureusement ...


- Oh ... pas la peine de changer d'établissement. Après tout, c'est l'endroit où les femelles sont à leur place, non ?

Elle ponctua son sarcasme par une moue méprisante, puis prit une large gorgée d'hydromel. La chaleur de l'alcool lui fit du bien, la détendant malgré elle, chassant les derniers vestiges du chagrin qui subsistaient en elle. La jeune femme appuya son coude sur la table, continuant de regarder Lomión dans les yeux. Hors de question de se laisser impressionner par ce grossier personnage ! Elle prit une nouvelle gorgée, adressant une dernière pensée à son amie défunte. Celle-ci était en son honneur. Elle reposa alors sa choppe sur la table, joignit ses deux mains et posa sa tête dessus, l'inclinant sur le côté. Ses lèvres dessinèrent un sourire mi-figue mi-raisin, et elle répliqua, prenant la voix d'une jeune fille ingénue :

- Hé bien ... peut-être que je prête un peu attention à ce qui arrive à mes amies ? N'est-ce pas ce que tout le monde fait ?

Elle ne croyait pas un mot de ce qu'elle venait de dire. Du moins, pour la seconde partie. Les gens passaient leur temps à se trahir, pour toutes les raisons possibles et imaginables. Elle vida alors ce qu'il lui restait d'hydromel d'un seul trait, et vacilla un bref instant devant le vertige qui la saisit. Ouais. Il valait mieux qu'elle s'arrête de boire, pour cette soirée. Trop de fatigue, trop d'émotions, trop ... son estomac se rappela soudain à son bon souvenir, dans un grognement parfaitement audible. Oups ... à quand remontait son dernier repas décent déjà ?
Revenir en haut Aller en bas
L'Edhel
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 304
Âge : 21
Date d'inscription : 04/03/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 512 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Renard et la Corneille. [Deloth]   Mer 31 Oct 2012 - 9:58

Il était important de noter qu'à cet instant précis, alors que l'une bouillonnait de rage, l'autre était aux anges. D'ailleurs, il ne s'en cachait pas, et dispensait sourires et petits rires à Morgane. Elle bouillonnait, c'était drôle comme tout ! Pour ponctuer cela, l'assassin gratifia son visage d'une lampée de fumée qu'il envoya directement en plein sur le nez de la barde. Cependant sa colère à peine masquée, son innocence non voilée, ses répliques à moitié teintées de sarcasme, tout cela avait le merveilleux don de gratifier Deloth d'une envie irrésistible de continuer à la provoquer, ce dont il ne se gêna pas pour le faire :

« C'est bien de faire attention à ses amis, ce que vous faites. La preuve, votre amie est morte, preuve que vous avez fait grandement attention à elle. »

Il termina sa phrase par un éclat de rire. Quel humour noir, c'était détestable ! Mais c'était un met si jouissif, que de dispenser la douleur à tout va, gratuitement et sans crainte ; il possédait une bonne répartie, et s'en servait à faire mal. Les mots avaient une plus grande force que n'importe quel acte, car ils demeuraient ancrés dans la personne. Le sens de l'ouïe avait l'avantage - ou l'inconvénient - de s'implanter au plus profond des souvenirs, les paroles que l'on entendait ressurgissaient au pire moment.

« Quand à savoir si c'est ce que tout le monde fait...à savoir si cela est bien, ou mal fait. Ici, ce fut très mal fait. »

Et un nouvel éclat de rire pour la route, cela posait l'ambiance.
Revenir en haut Aller en bas
Morgane
Sang-mêlé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 24
Âge : 25
Date d'inscription : 10/09/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Le Renard et la Corneille. [Deloth]   Sam 3 Nov 2012 - 2:01

Voilà. Morgane pouvait presque en remercier son ancien métier. Là où les paroles de l'Elfe auraient dû la heurter de plein fouet, où ses petits sourires et son comportement proprement ignoble aurait dû l'énerver au plus haut point, il ne se produisit rien de tout cela. Elle s'en contrefichait. Comme si elle n'était qu'une spectatrice lointaine de cette scène. Toutes les piques de Lomión glissaient désormais sur elle. Un vieux réflexe de défense, face aux humiliations contre lesquelles elle ne pouvait rien faire. Et il l'avait suffisamment agressée (verbalement parlant, bien sûr) pour qu'elle se replie dans cette carapace mentale. Son changement d'attitude fut radical. Toute tension déserta son corps. Son petit sourire mêlant mépris et indifférence réapparut aussitôt, et elle s'adossa à son fauteuil, sa main gauche placée à la commissure de ses lèvres. D'une voix absente, presque dénuée d'intérêt, elle lâcha :

- Vous essayez de me choquer, avec ça ? De me blesser ? Ne gâchez donc plus votre salive ... Sauf si vous aimez rire tout seul à vos propres "blagues".

Son attention se détourna aussitôt de lui, comme s'il n'avait plus aucune importance. Elle soupesa alors rapidement sa bourse, essayant d'estimer si elle avait assez pour se payer un repas chaud ET pour pouvoir jouer un peu après. Non, ce n'était pas que pour se détendre, pour une fois. Elle avait un vieux compte à régler avec ce cher tonton Marcus ... et où pouvait-on mettre la main le plus facilement sur ce vieil escroc, sinon dans l'un des cercles de jeux de la ville ? Joindre l'utile et l'agréable, ou faire d'une pierre trois coups. Se renflouer, se détendre, et obtenir des informations.

D'ailleurs, pour une fois, la chance était avec elle, sa bourse se révélant en effet pas trop vide, à défaut d'être bien pleine. Mais bon ... hors de question de manger ici. Il devait bien y avoir une taverne ou une auberge pas chère dans le coin. Et puis, elle en avait soupé de la compagnie de cet odieux personnage. Il ne voulait pas lui donner la moindre information, alors qu'elle était persuadée qu'il en détenait ... soit. Mais vu qu'il l'insultait presque ouvertement, cherchait en permanence à la provoquer, lui recrachait sa fumée dans la face ... il aurait fallut qu'elle soit masochiste pour s'attarder en sa compagnie ! Ce qui n'était pas le cas.


- Je vais être claire, Lomión. Votre petit jeu, trouvez quelqu'un d'autre pour y jouer. De préférence une écervelée ... Au moins, il a eu le mérite de me faire comprendre pourquoi vous adorez traîner dans ce genre d'établissements !

Sous-entendu, parce qu'il était tellement arrogant, méprisant et pervers que nul part ailleurs il ne trouverait une femme qui voudrait bien de lui. Oh, elle exagérait. Il fallait sans doute y rajouter les masochistes, ou les dindes sans cervelle. Mais à part ça ...

Sur ces mots, elle le planta là, ramassa son sac et se leva, puis se dirigea vers le bar où officiait le tenancier. Ignorant le regard peu amène du bonhomme, elle s'assit sur une chaise, puis lui régla ce qu'elle lui devait. Soit une choppe d'hydromel, rien de ruineux. Puis elle sortit une autre pièce d'argent, qu'elle posa bien en évidence sur le comptoir, s'assurant ainsi de capter son attention. Dans un murmure, elle lui glissa :


- Quel est le cercle de jeu le plus proche ? Amateur, je précise. Cette info contre la pièce.

Elle écouta sa réponse avec toute la concentration requise, notant soigneusement l'itinéraire qu'il lui indiquait. Elle s'y rendrait dès qu'elle aurait trouver un endroit où manger un morceau. Bah. De toute façon, elle trouverait bien un établissement pas trop cher sur le chemin !
Revenir en haut Aller en bas
L'Edhel
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 304
Âge : 21
Date d'inscription : 04/03/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 512 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Renard et la Corneille. [Deloth]   Dim 4 Nov 2012 - 22:33

Deloth ria de belle augure aux paroles de la barde. Il la laissa parler, ne la faisant taire d'un soufflet. Elle avait bien le droit de parler, même si ces dires étaient aussi inutiles que peu vexants. Mais elle venait de lui tendre une perche, et il était inconcevable pour Deloth de ne point user de cette brèche, de cette faille qui venait de s'ouvrir dans la forteresse mentale dans laquelle s'était enfermée Morgane la barde. Il la laissa se lever sur sa bonne note, lui accorder quelques instants d'apparente supériorité. Alors qu'elle se trouvait encore au bar, Deloth s'y affala, accoudant ses avants bras. Il ne lâcha que quelques mots.

« Votre amie l'était, écervelée. »

Il appartenait à Morgane de déceler les réelles notions que contenaient ces quatre mots. Était-ce une simple affirmation, qui confirmait une vérité entérinée ? Ou était-ce plutôt des mots joueurs et vicieux, qui renfermaient la terrible vérité entre leurs lignes ? Il la laissa sur ces mots. La soirée ne faisait que commencer, mais il avait déjà perdu assez de temps en la mauvaise compagnie de cette barde imbue, imprudente et insolente. Il se redressa, lâcha trois pièces pour payer son verre, et n'ayant que peu d'intérêt pour sa monnaie, quitta cet endroit. Il se demandait fortement intérieurement si la barde aurait le bon sens de comprendre l'implicite glissé dans ces dernières paroles. Il l'espérait...car il pourrait ainsi s'amuser quelque peu. Il gardait sa main prête à dégainer son sabre en cas d'assaut. Mais attendant cela, il s'alluma un peu de tabac dans son fin petit cigare, dont il apprécia le goût et la texture...La soirée promettait d'être passionnante.
Revenir en haut Aller en bas
Morgane
Sang-mêlé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 24
Âge : 25
Date d'inscription : 10/09/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Le Renard et la Corneille. [Deloth]   Jeu 8 Nov 2012 - 14:46

Morgane n'avait pu s'empêcher de tiquer devant les derniers mots de l'Elfe, juste avant qu'il ne sorte de la taverne. Qu'avait-il encore voulu dire, par ces mots ? Était-ce encore un de ses jeux pervers ? Elle l'aurait bien interrogé avant qu'il ne sorte, mais il avait été trop rapide. Perplexité et mépris se mêlaient en elle. Si sa curiosité, son envie de savoir qui avait fait la peau à son amie, la poussaient à le suivre et à lui faire cracher le morceau, sa prudence et sa méfiance lui hurlaient de ne pas rentrer dans son jeu. Surtout que suivre un homme visiblement dérangé et au comportement odieux, armé, la nuit, dans un quartier remplit de ruelles sombres ... voilà, quoi. Dans le style écervelée suicidaire, difficile de faire mieux ! Non. Elle ne risquerait pas sa vie de manière aussi hasardeuse pour comprendre ce qui était arrivé à Hélène. Même si ça lui brisait le coeur.

Après un bref instant employé à remettre sa cape et répartir ses affaires de manière plus confortable sur son dos, elle ressortit dans la nuit. Trouver une auberge à proximité fut un jeu d'enfant. Là-bas, en face. Alors, pour sûr, ce ne serait pas du grand luxe, mais ce serait toujours mieux qu'un bordel ! Elle aperçut alors Lomión, à quelques mètres, en train d'allumer quelque chose. Sans doute ce même truc qu'il fumait tout à l'heure, et dont il lui avait "généreusement" fait profiter de la fumée ! Tout en maintenant une distance prudente avec lui, la barde se tourna vers cet odieux personnage et lui asséna, d'une voix remplie d'un mépris acide :


- Si vous avez quelque chose à dire, dites-le clairement ! Sinon, comme j'espérais vous l'avoir clairement fait comprendre à l'intérieur, inutile de continuer vos insinuations et votre petit jeu de faux-jeton !

A peine eut-elle lâché ces mots qu'elle se retourna vers l'auberge qu'elle avait aperçu, quelques maisons plus loin. Elle resserra sa cape autour d'elle et s'éloigna en frissonnant. Décidément, ce gars lui foutait la chair de poule. Et encore plus maintenant, alors qu'il faisait presque nuit noire, la lumière ne provenant que de quelques rares sources comme les fenêtres ou les portes ouvertes. Elle posa sa main sur son poignard, dans un vain effort pour se rassurer. Elle avait faim, elle était fatiguée, et de mauvaise humeur. Vivement qu'elle puisse s'allonger et dormir un bon coup ... Même si la sang-mêlée savait pertinemment que ce ne serait pas pour tout de suite ! Il lui fallait d'abord se sustenter, puis trouver ce fameux cercle de jeu dont le tenancier lui avait indiqué l'emplacement. Définitivement, elle ne s'attarderait pas à Thaar plus que nécessaire. Trop de mauvais souvenirs dans cette ville ...
Revenir en haut Aller en bas
L'Edhel
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 304
Âge : 21
Date d'inscription : 04/03/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 512 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Renard et la Corneille. [Deloth]   Dim 18 Nov 2012 - 8:22

« Si vous avez quelque chose à dire, dites-le clairement ! Sinon, comme j'espérais vous l'avoir clairement fait comprendre à l'intérieur, inutile de continuer vos insinuations et votre petit jeu de faux-jeton ! »

Ce fut un petit rire, discret cependant, qui accueillit ainsi les paroles qui lui étaient destinées. Mais elle ne lui laissa pas le loisir de répondre, puisque déjà elle repartait en sens inverse, à son opposé, dans les ruelles sombres d'une ville dont les Lunes s'étaient autoproclamées maîtresses des lieux. Il était plutôt tard, mais la pluie s'étant arrêté de battre, l'assassin était dans son droit de prolonger le jeu encore quelques minutes, et c'est dans cette optique que dans un boyau abandonné, il s'aida des murs et des défauts de sa construction afin de se hisser sur son toit, et rapidement rattraper la distance que Morgane avait établie entre eux. Il la vit, du haut de son perchoir, rentrer dans une autre taverne, mais qui cependant n'en avait pas réellement l'air.

Autant jouer fantaisie ! Descendant discrètement du toit, il s'engouffra également dans la taverne qui s'avérait être une salle de jeux, probablement clandestine. Dénuée, sinon très peu, de femmes, la plupart des clients se résumait à de rustres Thaari, empestant l'alcool, misant leur misérable paie sur une tournée de cartes. Divers alcools et tabacs ornaient les tables, et il y régnait une ambiance de complicité. Il était sans dire, que l'entrée de Morgane provoqua de nombreux heureux, lorgnant sur ce qui faisait de la barde une femme. Cependant cette dernière ne remarqua pas tout de suite qu'elle fut suivie dans son entrée par l'assassin de son amie...elle ne le remarqua seulement lorsque assise, l'assassin prit place à ses côtés, une bouteille et deux verres, avec un grand sourire sur le visage.

Il servit les deux verres, plaçant l'un des deux devant la jeune barde, dont l'énervement était à peine voilé. Il ôta son manteau, adoptant l'aptitude du connaisseur des lieux, mais il n'en était rien. A vrai dire, jamais Deloth n'avait joué à quelconque jeu de cartes, et encore moins à Thaar ou en Anaëh. C'était l'occasion d'apprendre en bonne compagnie. Ses sabres firent des sceptiques parmi les joueurs à la table, les deux poignées sombres reluisantes firent des distants. Il était probablement interdit de posséder des armes dans l'enceinte du bâtiment, mais l'Elfe Assassin ne figurait pas sur la liste de ceux qui se séparaient de leurs armes sans une raison extrêmement importante. Se tournant vers Morgane, et un avec sourire radieux, il lâcha ses mots :

« J'aurais tout le temps pour dire ce que j'ai à dire. Pour l'instant...à quoi jouons-nous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Morgane
Sang-mêlé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 24
Âge : 25
Date d'inscription : 10/09/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Le Renard et la Corneille. [Deloth]   Dim 9 Déc 2012 - 23:51

Horripilant. Non, plus fort que ça. Agaçant ? Trop faible. Exaspérant ? Pas tout à fait. La barde en perdait son vocabulaire pour définir exactement cet Elfe. Peut-être un peu de tout ça à la fois, et plus encore. Elle en avait par dessus la tête de son jeu stupide ! Le regard acéré qu'elle lui lança fit ressortir la nuance écarlate de ses yeux. Elle se ressaisit aussitôt, tout en espérant que la lumière de la salle de jeu s'était avérée trop faible pour qu'il puisse remarquer ce léger détail. C'était qu'il lui avait presque foutu les jetons, ce con, à apparaître comme ça, d'un seul coup ! Pour un peu, elle en aurait crié comme une pucelle ! Elle grogna in peto. Autant elle arrivait à atteindre une indifférence non feinte face à tous ces mâles qui lorgnaient sur elle, autant les petits tours de ce ... cet ... cette raclure de caniveau commençaient à sérieusement lui échauffer le sang ! Non, vraiment ... Et dire qu'il arborait toujours ce satané sourire ! Qu'est-ce qu'elle aurait aimé le lui faire ravaler !

- Au Tonk. Zavez qu'à d'mander les règles à quelqu'un d'autre, j'suis pas vot'boniche.

Elle avait ostensiblement ignoré la dernière pique de Lomión. Elle ne voulait pas lui donner une raison de plus de se satisfaire, ou de s'acharner. Et puis elle ne voulait pas être associé à ce type, au cas fort probable où il causerait un esclandre ou se lancerait dans une bagarre. Déjà qu'il avait bien commencé, en violant la loi non écrite et hypocrite qui voulait que personne ne débarque dans ce type d'établissement avec des armes trop visibles. On ne pouvait pas vraiment qualifier ses deux sabres de discrets ... Le tintement des pièces sur la table la fit justement se recentrer sur la partie en cours. Phase de mise. Un souverain chacun, tout de même ... Elle s'exécuta, sans vérifier si son encombrant voisin l'imitait. Le donneur distribuait justement les cartes. Elle les regarda avec impassibilité. Deux quatre, celui de Pièces et celui de Lames. Un cinq de Lames. Un six de Lames. Et un trois de Flasques. Pas de bol, elle n'avait pas de Tonk. Pas une si mauvaise main que cela, vingt-trois points au total. Pourvu que personne d'autre n'ait un Tonk ... Et ce fut le cas.

La Sang-mêlé dissimula parfaitement son soulagement. Si les cartes étaient avec elle, elle pourrait arriver à s'en débarrasser rapidement, et ainsi remporter la mise ! Mais il fallait se méfier des autres joueurs ... Sans oublier le frelon assis à ses côtés. Un frelon, voilà qui illustrait à merveille le gusse. Désagréable, en permanence à vous emmerder, et potentiellement dangereux ... La barde jeta d'ailleurs un coup d'oeil au verre déposé devant elle. Avec précaution, elle en but une minuscule gorgée, trop faible pour que d'éventuelles substances fassent effet. Elle la garda un moment en bouche, s'efforçant de déceler le moindre goût un tant soit peu bizarre pouvant trahir un somnifère ... Elle ne détecta rien, sinon la saveur d'une liqueur Thaari particulièrement renommée dans l'Ithri'Vaan. Au moins, il savait choisir ses breuvages, le bougre !

Le joueur avant elle passa. Après avoir regardé une nouvelle fois ses cartes, elle se décida à jouer et piocha donc une nouvelle carte. Deux de Flasques. Elle la garda en main, et se défaussa de son quatre de Pièces. Si elle parvenait à piocher ce satané quatre de Flasques, ou si jamais quelqu'un le jouait, ça serait le jackpot !



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
L'Edhel
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 304
Âge : 21
Date d'inscription : 04/03/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 512 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Renard et la Corneille. [Deloth]   Mer 12 Déc 2012 - 13:14

L'assassin leva la main en signe de refus lorsque le manant faisant office de larbin distributeur l'interrogea d'un regard en quête de jeu. Il passa outre la présence de Deloth, continuant son affaire. Il regarda Morgane jouer. Elle semblait savoir ce qu'elle faisait, aucune émotion ne se lisait sur son visage. Quelques petites manies que seul des yeux avisés pouvaient remarquer, mais il n'en dit rien. Ils jouaient ainsi, piochaient, misaient...cela amusait l'Elfe, qui ne se contentait que de petits sourires amusés. Doucement, alors que tous étaient captivés par le jeu, il approcha ses lèvres de l'oreille de la jeune femme. Elle ne le remarquait point, car il ne voulait pas être remarqué, et également car elle était distraite par le jeu qui se déroulait. L'assassin, perché au dessus de son épaule, eut tout le loisir d’attarder ses yeux là où ils se plaisaient. La vue plongeante qu'il disposait le satisfaisait au plus haut point. Une fois rincé, il se recula, décidant de mettre fin au petit jeu qu'il avait lancé. Doucement, sans gestes brusques, il dégaina sa petite dague, la faisant doucement tournoyer dans ses doigts habiles. Il se mit à siffloter, l'air de rien, attirant ne serait-ce que l'attention d'un joueur pas assez concentré.

« J'étais là, lors de son dernier soir. »

Ce fut armé d'un sourire effrayant que l'assassin s'apprêtait à soutenir le regard de Morgane. A présent, les interrogations allaient fuser, les questions se proliféreraient, la rage augmenterait, et elle commettrait une erreur hors de ce salon de jeu, une erreur ouvrant la porte aux desseins de l'assassin. Elle suivait la corde qui tirait la bourse de pièce, sans se douter qu'elle entrait dans la gueule du loup. Attiser sa curiosité, et par la même occasion, sa rage, était jouissif et nécessaire. L'impulsivité dont elle faisait preuve l'aveuglerait assez de temps pour que le piège se prépare, et lorsqu'elle ouvrait les yeux, il se refermerait violemment, sans possibilités de retour.
Revenir en haut Aller en bas
Morgane
Sang-mêlé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 24
Âge : 25
Date d'inscription : 10/09/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Le Renard et la Corneille. [Deloth]   Sam 15 Déc 2012 - 15:41

Morgane écarta avec regret la tentation, ô combien jouissive, d'expédier un soufflet de toutes se forces dans la tronche de l'Elfe. Toute démonstration de violence était pour le moins mal vécue, ici, et l'expulsion pure et simple des lieux qui se serait fatalement ensuivie ne l'attirait pas plus que ça. Surtout vu l'intérêt pour le moins malsain que lui portait ce foutu salopard ! Et puis ... le violenter ne paraissait pas être une bonne idée. Mais alors pas du tout ! Allez donc savoir pourquoi, mais elle aurait juré qu'il n'attendait que cela ...

A la place, elle se recentra ostensiblement sur le jeu en cours, tant bien que mal, ne cherchant même pas à dissimuler à quel point ce tourmenteur pervers lui échauffait les sangs. Elle piocha une carte, et, avec un sourire narquois à l'égard des autres joueurs, compléta l'une des suites présentes sur la table, avant d'expédier un brelan et d'afficher ses mains vides de cartes. Un concert de jurons dépités se déclencha aussitôt autour de la table, lorsque les gars constatèrent qu'ils venaient de se faire plumer par une jeune femme affichant une bonne vingtaine d'années en moins qu'eux, au minimum. Celle-ci rassembla promptement son pactole, non sans une certaine nonchalance, puis se tourna enfin vers Lomión, à qui elle répliqua avec sarcasme:

- Bah alors ? C'est tout ? J'pensais qu'vous alliez m'raconter une p'tite histoire, moué !

En dépit de son assurance de façade, elle réprima un frisson. Ce gars-là était vraiment dangereux. Tout simplement et définitivement dangereux. Ce qu'elle venait de lire dans ses yeux, à l'instant ... Son ancienne profession lui avait apprit, entre autres choses, à reconnaître les différents regards qu'un homme pouvait avoir pour une femme. Mépris, désir, amour, jalousie, haine ... Rien de tout cela dans le sien. Une lueur qu'elle n'avait eu l'occasion de voir que quelques fois. Celle d'un prédateur ayant repéré une proie ... Par les bourses d'Arcamenel, cette histoire puait la mort à plein nez. Une petite voix commençait à chuchoter dans sa tête que ce pouvait bien être LUI, le tueur ... Même si les chances étaient faibles que ce dernier se pavane de la sorte devant une proche de la victime. Ou alors, c'était vraiment un foutu cinglé !

*Désolée, Hélène, mais j'pense que je vais laisser tomber ... On s'retrouvera bien un jour, mais j'préférerais que ça soit pas tout de suite ...*

Elle rompit le contact visuel, s'efforçant de maîtriser ses émotions. Surtout, surtout, ne pas paniquer. Ne pas s'enfuir. Dehors, elle serait encore plus vulnérable. La barde transféra rapidement ses gains dans sa bourse, secoua la tête devant la question muette du donneur, puis se leva lentement de sa chaise et alla s'accouder au comptoir. Ses membres commençaient à trembler. Sa main glissa vers sa dague, puis interrompit sa descente à mi-chemin. Ce n'était pas avec un couteau émoussé qu'elle pourrait lutter contre un guerrier chevronné armé de sabres, si combat il devait y avoir ... Elle leva la main en direction du barman. Autant profiter de la situation pour se mettre en quête de son oncle. De toute façon, c'était pour ça qu'elle était entrée ici !
Revenir en haut Aller en bas
L'Edhel
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 304
Âge : 21
Date d'inscription : 04/03/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 512 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Renard et la Corneille. [Deloth]   Mar 15 Jan 2013 - 19:49

L'assassin se leva également, et s'arrêta à quelques pas de Morgane. Les mains dans les poches, centre de l'attention de la majeure partie de la populace peuplant la pièce, il parla d'une voix claire, distincte et forte, assez pour qu'on l'entende, le comprenne et le redoute. Il inclina légèrement la tête sur le côté, et esquissa un sourire mesquin, provocateur et effrayant. Ses yeux semblaient se perdre dans le vide, comme s'il revivait la scène qu'il s'apprêtait à décrire.

« Ton amie a gémie comme la putain qu'elle était lorsque je l'ai ravagée...encore...encore...et encore. Elle a d'abord rit de plaisir lorsque je me suis arrêté...puis s'est mise à trembler lorsqu'un éclat de lune a illuminée la pièce et la dague que je tenais...

Tout en parlant, il avait dégainé la dague en question. Il la passa sous son nez, fermant les yeux et humant l'odeur d'acier qu'elle possédait. Il renifla fortement en signe de provocation, humant longuement comme le psychopathe qu'il était, s'imprégnant de sa dague.

...elle a toujours son parfum de thym, et je peux toujours voir le sang caillé qui glissait sur ce tranchant...»

Finalement, son allure redevint celle qu'elle était, ses yeux redevinrent vifs, et d'un geste qui l'était tout autant et rengaina sa lame. En un coup de vent, il sortit de l'auberge en riant, lâchant avant de claquer la porte :

« J'espère que le récit est à ton goût ! »
Revenir en haut Aller en bas
Morgane
Sang-mêlé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 24
Âge : 25
Date d'inscription : 10/09/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Le Renard et la Corneille. [Deloth]   Mer 16 Jan 2013 - 20:28

La panique. Ce fut exactement ce qui explosa dans son crâne lorsque les paroles de l'Elfe se frayèrent un chemin jusqu'à son cerveau. Elle se figea sur l'instant. C'était moins les mots employés, que la cruauté, la perversité même, qui se dégageait du tout. Elle n'avait jamais eu affaire à une âme aussi malade et ayant sombré dans les ténèbres à ce point. Elle détourna le regard du poignard qu'il humait, incapable de soutenir ce spectacle plus avant. Tous ses membres se mirent à trembler de manière compulsive. Elle dût se rattraper in extremis au comptoir pour ne pas s'effondrer sur-le-champ. Ce fut à peine si elle entendit les derniers mots prononcés par le psychopathe, avant qu'il ne claque la porte derrière lui.

De longues minutes s'écoulèrent avant qu'elle ne recouvre sa maîtrise d'elle-même et que les tremblements de son corps s'apaisent. Les autres clients l'ignoraient ostensiblement, désormais. Quoi que l'Elfe aux airs de dément et la barde aient pu avoir comme affaire en commun, ils ne voulaient surtout pas y être mêlés, de toute évidence. Elle se passa les mains sur les oreilles, comme si cela pouvait effacer ce qu'elle venait d'entendre. Maintenant, elle avait une trouille bleue de Lomión. Pendant un bref moment, elle était redevenue une gamine terrifiée et sans défense. Sensation ô combien désagréable et infamante aux yeux de la Sang-mêlé. Elle le haïssait franchement, maintenant, de toute son âme, de toutes ses forces. Pour ce qu'il avait fait à son amie, mais aussi pour ce qu'il venait de lui faire. Pourtant, elle se força à ravaler son amour-propre et sa haine. Elle ne faisait pas le poids. Elle ne le ferait jamais. Un goût amer au fond de la gorge, elle se tourna vers le barman et siffla :

- Un verre d'eau-de-vie ...

L'alcool lui fit du bien et l'aida à recouvrer son calme. Les idées un peu plus claires désormais, elle déposa une pièce d'or sur le comptoir, attirant aussitôt l'attention cupide du tenancier. Elle plaça aussitôt sa main dessus, lui lançant un regard sans équivoque. Cet argent impliquait bien sûr un petit service au préalable ...

- Qu'est-ce qu'y t'faut, alors ? Des infos, j'parie ?

La barde hocha la tête doucement, imperturbable en apparence. Sa voix jaillit dans un murmure :

- Marcus. Un escroc de basse envergure. La cinquantaine, brun, regard de fouine, balafre sur la joue gauche. Vu ?

Son interlocuteur se gratta la tête, en pleine réflexion, son autre main essuyant le comptoir avec son chiffon. Après quelques instants remplis par ses grognements, il lâcha, visiblement perplexe :

Marcus ... ouais, j'le r'met, maint'nant ! Un minable, toujours à picoler ! Tu l'trouv'ras à la Barrique Percée, j'vais t'faire un plan. Un bouge, pas cher, mais z'ont que d'la piquette. Si j'peux m'permettre, j'vois pas trop c'qu'une fille comme toi peut bien trouver à ce vieux débris ...

La barde l'interrompit d'un geste agacé de la main, et s'éloigna aussitôt en récupérant le plan de sa main libre. Le temps d'enfiler sa cape, de récupérer ses affaires, et elle sortit aussitôt. Une fois dehors, elle ne put pas retenir un frisson. Peut-être était-il encore là, quelque part, à l'attendre ... Morgane ricana. Ce n'était pas comme si elle n'était pas habituée à la mort, aussi horrible soit-elle ! Après tout, tout le monde finissait bien par mourir un jour ! Et puis, elle avait choisit une vie itinérante, avec les risques que cela représentait. Il y avait des choses qu'on ne pouvait pas contrôler, quand on menait une vie comme la sienne. C'était le prix à payer. Alors elle s'enveloppa dans les pans de sa cape, replaça son sac au mieux sur ses épaules, et s'éloigna de l'établissement, en direction de la Barrique. Elle ne voulait pas manquer cette réunion de famille !
Revenir en haut Aller en bas
L'Edhel
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 304
Âge : 21
Date d'inscription : 04/03/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 512 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Renard et la Corneille. [Deloth]   Mar 12 Fév 2013 - 11:24

Quelle déception...Si cela ne tenait qu'à lui, l'Elfe aurait déjà poussé plus en avant le jeu vicieux dans lequel il s'évertuait à attirer Morgane. Il avait dû se tromper lorsqu'il se disait que la barde sortirait en furie afin de venir à sa rencontre. Quoiqu'il en fût, la volonté de Deloth n'était pas de s'évertuer à la tâche, encore moins dans une partie qu'il savait gagnée d'avance. Perché sur le haut d'un toit, il laissa ses yeux suivre la silhouette de la joueuse, puis une fois passée l'angle, il ne chercha pas à la poursuivre. Il s'en retourna à l'opposé, déçu et las de ce manque de combativité de la part de cette femme. L'assassin souffla bruyamment d'exaspération, puis, sans plus se tourmenter par la faute de cette soirée perdue, descendit du toit. Il revint au niveau de la rue, baignée dans une pâle lueur fournie par les lanternes, et au milieu de la foule des passants nocturnes, il se fondit dans la masse en relevant son capuchon sur ses oreilles, devenant invisible pour qui ne savait pas regarder.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Renard et la Corneille. [Deloth]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Renard et la Corneille. [Deloth]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Renard et la Corneille. [Deloth]
» Petite nouvelle du Renard
» L'affaire Molière Corneille
» Après Kim kardashian, Neyo,Corneille,Oprah... Sugar Sammy!
» renard voleur de.... boules de pétanques !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Principautés de Thaar :: Thaar (Cité)-
Sauter vers: