AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une étrange maladie...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Entité
Staff
Staff
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1090
Âge : 817
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Une étrange maladie...   Ven 1 Fév 2013 - 13:28

19 Favrius, an 7 du 11ème cycle


    En ce début d’automne le soleil se reflétait avec éclat sur la surface de l’Azril-varn, dardant ses rayons puissants sur les bosquets d’arbres qui peuplaient les alentours du grand lac. Leur multitude de feuilles, ayant pris des tons or et rouge, donnaient l’impression que le fjord de Boren entier était en feu. C’est dans ce paysage sauvage, au pied des Monts d’Airain, que se dressait fièrement la forteresse de Thanor. Erigée au bord d’un lac mais à moitié creusée dans la montagne, ville portuaire autant que troglodyte, la deuxième plus grande cité naine après Lante était un lieu unique en soi.

    Depuis la fin des travaux de reconstruction trois ans plus tôt, Thanor n’avait cessé de reprendre son essor et redevenir peu à peu la ville active et pleine de vie qu’elle avait été autrefois. Nul ne s’étonnait donc de l’activité bourdonnante qui régnait dans ses rues en ce milieu d’après-midi. Sur les quais étaient déchargées des caisses de marchandises en provenance de Soltariel ou de Diantra, sur les places s’accumulaient les étals remplis de biens qui étaient vendus ou échangés dans un brouhaha entêtant, et dans les auberges étaient servis à un rythme effréné les pintes de bière et les chèvres rôties au son des rires et des chants.

    Mais toute cette agitation n’était rien comparée à ce qui se tramait, invisible pour un observateur extérieur, au cœur même de la montagne. Des forges brûlantes aux galeries de mines profondes, en passant par le grand hall des artisans - où s’affairait jour et nuit une armée de joailliers et d’ébénistes - jusqu’aux caves de la hache résonnants sans cesse du cliquetis des guerriers s’entraînant, nul lieu de la cité n’était exempt de l’activité frénétique qui caractérisait le peuple des montagnes.

    Attardons-nous un instant sur un de ces lieux en particulier : le fortin de la garde, et plus particulièrement sa grande salle de réunion. Il était actuellement rempli de deux dizaines de nains qui discutaient entre eux de manière désordonnée. La plupart semblaient attendre quelque chose, mais certains allaient sans cesse d’un côté ou de l’autre pour obtenir un renseignement, vérifiaient des caisses d’équipement ou encore étudiaient des cartes.

    De toute évidence, une expédition était en train de se préparer. Guerriers, mercenaires, aventuriers: tous étaient ici pour y prendre part, mais peu d’entre eux savaient réellement de quoi il en retournait. On parlait de choses étranges qui se tramaient dans les Hautes Terres, de migration de tribus gobelines et d’une étrange maladie qui frappait les troupeaux. Tous y allaient de leurs petites spéculations en attendant que les réelles instructions leur soient données. Ce qui, assurément, n’allait pas tarder à se produire.

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Falker
Nain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 10
Âge : 26
Date d'inscription : 11/01/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  35
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une étrange maladie...   Dim 3 Fév 2013 - 12:07

Parti depuis bientôt deux jours de chez lui, Falker se rendit compte que cette idée d’aventure n’allait pas être chose aisée. Certes, la fatigue se faisait ressentir, mais le plus terrible était la solitude. Se plaindre au bout de deux jours inquiéta Falker, qu’allait-il en être au bout d’un mois ? Ne trouvant aucune réponse, il poursuivi son chemin non sans mal.

Il avait commencé son périple du pied des Hautes Montagnes, pour se rendre à Thanor afin d’y faire une escale. Cette dernière lui permettrait de se reposer, refaire des provisions, et par la même occasion se faire un peu d’argent. En effet, pour réaliser son rêve, Falker avait besoin d’argent pour pouvoir acquérir une demeure au bord de l’eau.

Après être passé près des ruines de Kirgan, non sans un pincement au cœur et la larme à l’œil, Falker mis le cap sur sa destination.

Cela faisait plusieurs heures que Falker marchait, il apercevait au loin la majestueuse forteresse de Thanor. Elle se dressait au pied des Monts d’Airain, au cœur des falaises d’Arkan. L’automne et ses couleurs rougeâtres se reflétaient dans le Grand Lac du Miroir. C’était la première fois que Falker allait mettre les pieds dans cette citée, au première abord c’était une ville vivante.

Enfin… c’est ce que se disait Falker. Il posa son paquetage à l’ombre d’un arbre et fouilla à l’intérieur. Il y sortit son petit calepin et une gourde rempli d’eau. Cette magnifique vu l’inspira et il se mit à dessiner le paysage qui se dressait devant lui. C’était aussi pour lui l’occasion de se désaltérer et de souffler un coup. Ses petites jambes n’étaient pas habituées à des marches aussi longues.

Après avoir réalisé son dessin, il décida de quitter l’ombre de l’arbre afin de se rendre dans la citée. En cet après-midi ensoleillé, les activités battaient leur plein au sein de la citée naine de Thanor. Sur les places, les étales se faisaient piller au son du bourdonnement de la foule, les auberges ne désemplissaient pas, ce qui eu le don d’agacer Falker qui aurait bien bu une chope de bière bien fraîche.

Il grommela dans sa barbe tout en poursuivant sa visite, il se mit en cherche d’une personne qui aurait une petite tâche quelconque à lui confier. Celle-ci lui permettrait de payer une chambre dans une auberge.

Au détour d’une ruelle, le regard de Falker se posa sur un bâtiment « Le fortin de la garde », peut-être qu’un poste de garde pourrait faire l’affaire pour quelques jours pensa Falker. Il décida d’entrer mais personne ne vient pour l’accueillir.

A sa droite, une grande salle où le désordre et le brouhaha régnait, plusieurs nains s’afféreraient autour d’une carte tout en discutant d’une étrange maladie. Des nains qui se mettent à courir partout en criant, n’impressionnait nullement le jeune aventurier. Il en avait vu d’autre et cela n’était rien, vraiment rien. Peut-être pourrait-on le renseigner et qui c’est lui proposer un petit boulot tranquille.
Revenir en haut Aller en bas
Dun Eyr
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2220
Âge : 24
Date d'inscription : 14/04/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  149
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Une étrange maladie...   Lun 4 Fév 2013 - 3:09

Assis en tailleur sur le bord des grandes rigoles de la forge, Dun Eyr contemplait l’écoulement du métal fondu vers les travées de fusion, où des marteaux cyclopéens viendraient leur imprimer une forme ou une autre. L’éboulement du fer sur le fer engendrait un fracas à ébranler Thanor tout entière ; mais par l’habileté des architecte de Rodmin, les Mâchepierre, la montagne engloutirait le tonnerre des forges, tandis que dans la cité de Thanor, pas une coupette de bière ne chancellerait. Alors que le maillet gigantesque s’abattait une fois encore sur l’alliage en fusion, Dun Eyr se sentit fier d’être du peuple des Nain.
Un comparse s’approcha du Haut-Prêtre : les fumées étourdissantes de la forge jaillissaient en bouffées sur sa barbe aux éclats roux, pour en arracher des reflets couleur de lave ; son front ruisselait sous la sueur des forgerons à pied-d’œuvre. Dun Eyr se leva pour saluer Umric, son compagnon dans les entrailles de Thanor. Voilà presque trois saisons que ces deux Nains-là ne s’étaient pas revus : dans les temps troublés qu’étaient ceux du Petit Peuple, que deux amis vivent encore pour se retrouver après trois-quarts d’une pleine année, cela valait bien une longue accolade.

« Les Gobelins ne t’ont pas eu, vieux pèlerin, lança Umric de sa voix profonde.
— Et tu ne t’es pas pris la barbe dans un soufflet des fourneaux, répondit doucement Dun Eyr. »

Umric laissa un regard traîner sur le visage du Lirganique ; ces trois saisons avaient encore ajouté leur lot de ridules, à son front déjà lissé par l’âge et les tourments : sa peau semblait comme labourée par les soucis. Sa crinière était encore plus argentée qu’auparavant ; au fond de ses yeux, encadrés par des sourcils blancs comme la glace, les iris paraissaient avoir pâli loin de la lumière du jour. Assurément, le Nain n’avait pas bonne mine.

« Traquer les vertegueules au fond d’Almia, rude besogne, commenta sobrement Umric.
— Noble tâche, grommela Dun Eyr en réponse. »

Les marteaux de forge s’abattirent derrière eux sur le métal, et cela ébranla la roche sous leurs pieds. L’air chaud dévorait tout alentour, et leur gorge, même de Nain, se desséchait et devenait rude et râpeuse. D’un signe de tête, les deux comparses marchèrent à la sortie et quittèrent les forges.


Les grands escaliers de Thanor s’étiraient inlassablement devant eux ; depuis plusieurs saisons déjà, la vie bouillonnait de nouveau dans la cité de l’Ouest. Dun Eyr jetait des regards curieux autour de lui, sur les Nains attablés aux tavernes, enveloppés dans les cris et les rires. Preuve des temps du renouveau, quelques-uns ne portaient même plus d’arme battant à leur flanc : la garde veillait sur les rues. Le regard sombre du Haut-Prêtre planait sur ces scènes incongrues pour un combattant des ruines d’Almia ; Umric saisit ces œillades presque envieuses, mais n’en dit rien.

« Toujours pas d’enfants de Nain, éh ? lança Dun Eyr comme un constat.
— Nos profondeurs sont purgées des derniers déments, nos portes sont gardées et nos yeux sont vigilants, rétorqua Umric avec fierté. Thanor est prête à voir renaître des Nains ; Mogar ne nous aura pas éteints. »

Dun Eyr resta muet. Ici, les Nains semblaient joviaux de nouveau ; à l’autre extrémité de la Nanie, dans les profondeurs effondrées d’Almia, quelques frères devaient tomber victimes d’un nouveau tour des Gobelins. L’écheveau des possibles était injuste, et le Moqueur seul savait pourquoi, songea en silence le Haut-Prêtre.


Guidés par Umric, voilà qu’ils étaient rendus à une grande tour aux formes oblongues, comme creusée dans la montagne par d’étranges géants. C’était le fortin de la garde, la fierté des Rodministes de jadis ; une pacotille comparée à ce que Kirgan avait englouti dans sa chute, mais une bâtisse belle et racée malgré tout, l’œuvre des meilleurs des Nains. Umric s’arrêta dans les premières coursives, à un jet de pierre de grandes portes ; depuis l’intérieur d’une salle peuplée de nombreuses barbes, un tumulte féroce et constant se faisait entendre, laissant échapper des discours colériques.

« Voilà ce pourquoi tu es venu, Dun Eyr, sourit Umric sous sa barbe de feu. Cela s’agite, cela tempête ; et cela parle Gobelins à chaque instant. Et d’autres choses encore, mais tu sauras bien l’apprendre par toi-même.
— Merci, Umric, bon compagnon
, répondit le Haut-Prêtre dans un demi-sourire. Ils me désespèrent déjà à ergoter. »

Umric laissa échapper un grand rire, qui roula sous les arcades du fortin ; le forgeron abattit une bourrade sur l’épaule du Haut-Prêtre, et s’exclama :

« Va pour tes nobles quêtes, Dun Eyr ! Je n’ai pas été combattre dans les boyaux d’Almia contre les verts, je ne viendrai pas les chercher ici.
— Cette traque-ci pourrait bien être noble,
avança le religieux ; et, amer, il ajouta : mais pour la purge d’Almia, peut-être n’est-ce finalement que la démence de deux vieux fous... »

Un voile sérieux passa sur les yeux d’Umric ; jamais Dun Eyr n’avait traité aussi durement Almia, le Dolbarg’Ma et lui-même. Le forgeron posa son poing sur la poitrine de Dun Eyr, et le salua en Nain :

« Tu as besoin d’une guerre, Dun Eyr, d’une grande traque ; va rejoindre tes chasseurs. »

Alors Umric se détourna et s’en fut, laissant le Haut-Prêtre seul entrer dans la grand’salle du fortin de la garde.
Revenir en haut Aller en bas
Kern Frelisean
En attente de validation..
avatar

Masculin
Nombre de messages : 20
Âge : 24
Date d'inscription : 30/08/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 151
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Une étrange maladie...   Mer 6 Fév 2013 - 22:21

Le soleil brillait au-dessus de la ville naine, rugissante du bruit des milliers de citoyens nains dans ses rues pavées. Le grondement produit par les marteaux battant le fer et l’acier dans les forges, résonnait à travers les étendues sauvages qui bordaient cette belle ville qu’était Thanor. L’un des joyaux de l’artisanat nains, la cité ne déméritait pas même du temps où Kirgan était encore debout. Mais alors que le réveil de Mogar avait failli détruire la totalité de la civilisation naine et malgré la perte de Kirgan et le retour en abondance des gobelins sur leurs terres, celle-ci avait réussi tant bien que mal à se relever.

Vers la place principale de la ville se trouvait un vieux temple de Mogar à moitié en ruines, ayant profité de quelques réparations de fortune. Une grande partie des habitants s’était trouvée trahie par leur dieu tutélaire, et la majorité de la population ne lui rendait plus hommage et ne vienait donc plus prier en son temple. C’était l’un des rares bâtiments à être encore marqué par le réveil du dieu Mogar. Dans ce temple, les prêtres faisaient leur office. Un homme était à genoux devant une statue représentant le Dieu de la Guerre, un brasero allumé à ses pieds. L’un des prêtres s’arrêta songeur en regardant cet homme : de par sa stature il n’était certainement pas du peuple des nains. Humain, elfe : il n’en savait trop rien. La seule chose qu’il savait était que cette personne venait souvent au temple et restait plusieurs heures, parfois même plus longtemps, à méditer devant la statue de Mogar. Il le surprenait même de temps à autre en train de se parler à lui-même. Ce jour-là, emporté par la curiosité, le prêtre se dirigea vers l’étranger afin d’en savoir plus sur lui. Il le héla mais ce dernier ne semblait pas réagir. Le prêtre se rapprocha d’avantage et l’appela de nouveau, mais sans réponse. Le prêtre tendit le bras pour toucher l’épaule de l’inconnu afin d’attirer son attention. L’homme rouvrit les yeux brusquement et tourna son regard glacial vers le prêtre.

Kern n’aimait pas être dérangé, surtout lorsqu’il communiait avec Mordrakka. Il se leva alors, dominant le prêtre nain de quelques pieds. Celui-ci recula de quelques pas avant de finalement se ressaisir, mais avant qu’il ait pu dire le moindre mot, Kern avait quitté le bâtiment. L’affaire sur les galioths fous était arrivée à Thanor depuis de nombreux mois et le temps de délier le vrai du faux, de monter une expédition, etc …Lui et Kiran avaient été envoyés à de nombreuses reprises en expéditions pour en apprendre d’avantage sur cette maladie, mais sans franc succès jusqu’à présent. Tout le temps restant, Kern le passa au Temple de Mogar où il avait pu rester en communion restreinte plus longtemps avec Mordrakka et ainsi poursuivre son entraînement. Pour ce qui était de la mission consistant à élucider le mystère sur les galioths fous, Kiran avait insisté pour que ce dernier en fasse parti. Kern lui avait donné sa parole, et il comptait bien tenir ses engagements. Après tout ils s’étaient battus côte à côte, mais quelque-chose l’inquiétait plus encore. Il ressentait quelque-chose d’étrange derrière cette affaire : il lui fallait découvrir de quoi il retournait.

A travers les rues pavées de la ville, il se dirigea alors vers une grande bâtisse : le fortin de la garde. Il pénétra alors dans ce bâtiment que l’on lui avait indiqué comme étant le lieu d’où étaient lancées les missions. Au moment où il franchit le seuil du bâtiment, le brouhaha qui régnait dans la grande salle s’estompa légèrement et des regards se tournèrent vers lui.
« Je viens pour l’expédition » dit-alors Kern avec calme et sérénité.
Revenir en haut Aller en bas
Kiran
Nain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 730
Âge : 24
Date d'inscription : 19/08/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 151 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une étrange maladie...   Mar 12 Fév 2013 - 15:17

« Et tu es le bienvenu. » lui répondit un nain à la barbe brune et tressée en s’avançant vers lui. Kiran empoigna la main de son ami pour le saluer chaleureusement. « Tu te fais rare ces temps-ci, Kern. Cela fait plusieurs semaines que l’on ne t’a pas vu… Ma barbe me dit que tu passes encore tes journées au temple. » Le ton du ranger indiquait clairement ce qu’il pensait de cette activité, mais il n’en ajouta pas d’avantage. Il avait déjà suffisamment fait part au semi-elfe de sa faible considération du culte de Mogar. Et dans les murs de Thanor, chacun était libre de prier qui il voulait, y compris le dieu maudit.

« Suis moi, nous sommes presque prêt. » annonça Kiran en le guidant à travers la pièce remplie de monde jusqu’à une table recouverte de cartes de la région. Se penchant par-dessus, il pointa une zone précise du doigt tout en expliquant : « Nous allons concentrer nos recherches ici. Cette vallée avait été laissée de côté lors des dernières expéditions, il était peu probable que nous y trouvions quoi que ce soit. Mais nous avons eu de nouvelles informations depuis, ce qui change beaucoup de choses. Le capitaine expliquera tout ça plus en détail. Elle ne devrait pas tarder à arriver d’ailleurs… »

A ce moment, un groupe de nains en armure pénétrèra dans la pièce par la porte du fond. A leur tête se trouvait une imposante guerrière aux longs cheveux blonds maintenus par des anneaux dorés. Immédiatement, le calme se fit et tous se tournèrent en direction des nouveaux arrivants. La naine se plaça au bout de la salle, face à l’assemblée qu’elle balaya de son regard de glace. « Veuillez excuser mon retard, je reviens tout juste d’une session du conseil que nous avons dû prolonger quelque peu. » Sa voix, forte et posée, résonnait dans le hall caverneux.

« Je suis Valya Brisétoile, capitaine de la garde. Je vous remercie tous d’avoir répondu en nombre à mon appel pour monter cette expédition. La tâche que je dois vous confier est d’une grande importance, aussi laissez-moi tout de suite vous expliquer de quoi il en retourne.

Depuis un an maintenant, un mal inconnu frappe nos troupeaux de galioths. Les bêtes qui en sont victimes deviennent incontrôlables et extrêmement agressives. Ils attaquent sans distinction hommes et animaux pour se repaître de leur chair. Au début, cela ne touchait que les hardes sauvages des Hautes Terres, mais l’affliction s’est répandue et atteint désormais les environs de la cité. Il devient urgent de trouver un remède à ceci. Non seulement leurs attaques causent de nombreux morts parmi nos gens, mais les troupeaux diminuent et nous risquons de manquer de vivres avant l’hiver. »


Le capitaine fit une pause, observant les nains et naines assemblés. Même ceux d’entre eux qui étaient déjà averti de ces faits n’imaginaient pas la situation aussi grave, ni ses conséquences aussi lourdes.
« Nombreux sont ceux parmi nous à penser que ce mal n’est pas naturel » reprit la guerrière « et qu’en remontant à sa source nous trouverons le moyen de l’arrêter. C’est aussi mon avis. Jusqu’à maintenant nous n’avions pu trouver aucune explication quant à son origine, mais les choses ont changées. Un message est arrivé il y a quelques jours d’une petite communauté vivant dans la vallée de Guvental. Ils ont subi une attaque eux aussi, et semblent avoir découvert certaines choses qui pourraient nous aider dans nos recherches. C’est là-bas que vous vous rendrez, afin d’en apprendre plus, et si possible mettre un terme à ce fléau. »
Valya Brisétoile s’arrêta une fois de plus, laissant le silence planer sur la salle.
« Vous partirez dès la fin des derniers préparatifs. » ajouta-t-elle simplement. « Bonne chance à vous » -son regard se posa sur Dun Eyr- « Puisse Lirgan nous sourire cette fois-ci… »

Une heure plus tard, un groupe de vingt-quatre nains accompagnés d'une demi-douzaine de gros lézards harnachés quittait la cité par la porte nord, avec pour destination une petite vallée reculée dans les Hautes Terres.
Revenir en haut Aller en bas
Falker
Nain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 10
Âge : 26
Date d'inscription : 11/01/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  35
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une étrange maladie...   Jeu 21 Fév 2013 - 21:38

Adossé au mur dans le coin de la pièce, Falker désespéré, ne savait point à qui s’adresser dans un tel vacarme. D’un coté toujours et encore les mêmes nains ne cessant de gesticuler en faisant de grand signe de bras autour d’une table, et de l’autre, du coté de la porte d’entrée, un semi-elfe salua un nain tout de vert vêtu. On aurait dit que l’on n’attendait plus que lui, Falker se dis que cette pagaille ne présageait en aucun cas une mission de routine, ni une balade champêtre autour du lac du miroir.

Au même moment, un groupe de nain entra dans la grande salle. Un groupe de soldat tout à fait banal si ce n’est qu’une femme si tenté que l’on puisse appeler ça comme ainsi, menait le cortège. Elle instaurait le respect de ses frères, plus un murmure ne se fit entendre. Après avoir inspecté la salle du regard elle s’exprima de sa voix imposante.


« Je suis Valya Brisétoile, capitaine de la garde. Je vous remercie tous d’avoir répondu en nombre à mon appel pour monter cette expédition. La tâche que je dois vous confier est d’une grande importance, aussi laissez-moi tout de suite vous expliquer de quoi il en retourne. »

Falker grommela dans sa barbe : « De quel appel parle-t-elle bon sang ?! »

« Depuis un an maintenant, un mal inconnu frappe nos troupeaux de galioths. Les bêtes qui en sont victimes deviennent incontrôlables et extrêmement agressives. Ils attaquent sans distinction hommes et animaux pour se repaître de leur chair. Au début, cela ne touchait que les hardes sauvages des Hautes Terres, mais l’affliction s’est répandue et atteint désormais les environs de la cité. Il devient urgent de trouver un remède à ceci. Non seulement leurs attaques causent de nombreux morts parmi nos gens, mais les troupeaux diminuent et nous risquons de manquer de vivres avant l’hiver. »
Toujours en grommelant dans sa barbe : « Pas pour aujourd’hui la balade champêtre et ma bière par la même occasion »


Le capitaine fit une brève pause, observant les nains regroupé. La révélation du contexte surprit plus d’une personne dans l’assemblée.

« Nombreux sont ceux parmi nous à penser que ce mal n’est pas naturel et qu’en remontant à sa source nous trouverons le moyen de l’arrêter. C’est aussi mon avis. Jusqu’à maintenant nous n’avions pu trouver aucune explication quant à son origine, mais les choses ont changées. Un message est arrivé il y a quelques jours d’une petite communauté vivant dans la vallée de Guvental. Ils ont subi une attaque eux aussi, et semblent avoir découvert certaines choses qui pourraient nous aider dans nos recherches. C’est là-bas que vous vous rendrez, afin d’en apprendre plus, et si possible mettre un terme à ce fléau. »

Valya Brisétoile s’arrêta.

« Vous partirez dès la fin des derniers préparatifs. » ajouta-t-elle. « Bonne chance à vous » -son regard se posa sur un nain avec des couettes à la barbe - « Puisse Lirgan nous sourire cette fois-ci… »

Falker ne dit rien à personne et suivi le cortège, il ne serait peut-être pas payer, il ne serait peut-être pas au chaud ce soir, mais il rendrait service à ses frères en les accompagnant.

Une heure plus tard, paquetage et monture prête, le convoi quitta Thanor par la porte nord se dirigeant vers une vallée des hautes terres.

Revenir en haut Aller en bas
Dun Eyr
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2220
Âge : 24
Date d'inscription : 14/04/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  149
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Une étrange maladie...   Ven 1 Mar 2013 - 19:27

Dun Eyr allait sur son bouquetin et fermait la marche des Nains de Thanor, la plupart à pied, qui sortaient maintenant de la cité et montaient aux vallées du Nord ; la brise automnale taquinait les joues de l’Almien, rendant son visage rubicond sous sa barbe d’argent.
Et le doute taraudait l’esprit du Nain.

Depuis qu’il avait rejoint le forage initié par le Dolbarg’Ma dans l’ancienne cité de l’Ouest, le Lirganique n’avait plus noué de contact avec les Nains des autres territoires ; à peine, trois fois la saison, prenait-il la tête d’une charge sur les collines pour en débusquer les clans sauvages qui menaçaient de saccager l’Almia nouvelle. Dans les tunnels mangés par le Sang Vert, là où les Gobelins pullulaient et crachotaient, l’univers de Dun Eyr s’était considérablement étriqué : il ne pensait plus qu’embuscade, traque et sauvagerie ; ses jours résonnaient des chants guerriers à Mogar qui retentissaient dans la cité prise par la guérilla, et la nuit le Moqueur lui envoyait des songes d’anéantissement. Insensiblement, Dun Eyr était devenu féroce : lui qui dans les Terres Humaines, en Alonna, exhortait ses frères à se montrer dignes comme des Nains, voilà qu’il brûlait de colère et d’hymnes de combat.

Les yeux du Haut-Prêtre, comme ils avaient balayé la prospère Thanor du regard lorsqu’il en remontait les tunnels, s’attardaient à présent sur les deux douzaines de Nains qui s’élançaient avec lui vers les collines du Nord. Ces combattants-là portaient beau : de grands boucliers ronds protégeaient leurs dos, et des haches de bonne facture battaient à leur ceinture. L’ordre énoncé par la Brisétoile, et son discours précis et juste, leur conféraient comme un surplus de dignité ; et aucun d’eux n’avait l’air hagard et abattu des Nains d’Almia qui ne dormaient pas cinq heures en cinq jours.

« Peut-être que nous avons tort, songea soudain le Nain en pensant à ses frères de l’Est, peut-être que j’ai fait fausse route. »

Lorsqu’il parcourait les profondeurs de Thanor, Dun Eyr avait aperçu le temple de Mogar : autrefois grande bâtisse toujours parfumée par les sacrifices et les offrandes, avec son ciel de pierre pure, ce n’était plus qu’un caveau lézardé et rongé par le temps ; seuls quelques prêtres se battaient encore pour rejointoyer les murs, tandis que le cité assistait indifférente. Le visage du Dolbarg’Ma surgit à l’esprit de Dun Eyr : la voix de stentor du Mogariste les aurait tous enveloppés d’une immense bulle de mépris consommé, et aurait déclaré la cité impie.
Pourtant, à tout prendre, entre des impies prospères et des sauvageons fervents, Dun Eyr surprit son cœur à balancer et hésiter.

« Les jours de la reconquête dans le sang semblent maintenant achevés, décida Dun Eyr ; et, ses yeux toujours fixés sur les vingt-quatre Nains de Thanor, le Haut-Prêtre ajouta pour lui-même : il serait peut-être temps qu’Almia rouvre ses portes à la Nanie. »

Alors l’Almien se résolut à donner leur chance à ses frères de Thanor, et à les assister pied à pied dans leur investigation sur les galioths déments.
Revenir en haut Aller en bas
Kiran
Nain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 730
Âge : 24
Date d'inscription : 19/08/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 151 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une étrange maladie...   Mer 27 Mar 2013 - 19:20

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une étrange maladie...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une étrange maladie...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Igor et Grichka Bogdanoff
» Un bien étrange rêve...
» L’OBAMANIA, MALADIE INFANTILE DU NOIRISME
» Une étrange découverte
» [Alone] La paranoïa n'est pas une maladie.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Zagazorn ~ NORD :: Terres de l'Ouest :: Thanor (Cité)-
Sauter vers: