AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quand paraître n'est pas être...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
L'Edhel
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 304
Âge : 21
Date d'inscription : 04/03/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 512 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand paraître n'est pas être...   Mar 19 Fév 2013 - 18:55

L'Elfe ne quittait pas des yeux l'Humaine qui l'avait pris pour cible de ses railleries. Lorsqu'elle commença à se caresser, les yeux de l'assassin ne flanchèrent pas vers le bas. Lorsqu'elle bomba sa poitrine nue, ses yeux ne cillèrent pas. Il ne montrait aucun signe d'attirance, même ceux qui de coutume ne se voyaient qu'à partir d'une certaine proximité, ils n'étaient pas au rendez-vous. L'Elfe ne répondait pas violemment aux attaques directes de l'Humaine. Il se contentait d'écouter cette petite personne, insignifiante et inutile au monde, cracher son venin. Mais malheureusement pour elle, il n'avait aucune espèce d'importance. En réponse à tout cela, l'assassin sourit doucement, un sourire empreint de pitié et de compassion.

« Tes paroles ne sont preuves que d'une ignorance et d'une intelligence extrêmement limitée, petite. Notre...« déesse », comme tu le dis, ne nous a peut-être pas donnée la faculté de vouloir sauter sur tout ce qui bouge, mais elle a fait le nécessaire pour que nous ayons tout notre temps pour le faire. Alors que dans quelques années, tu seras vieille et flasque, que ta peau tombera avec le temps, que nul ne te trouveront un intérêt particulier, tu ne seras plus rien. Dans le même nombre d'années, mon visage restera le même, mes facultés ne seront que meilleures, et je vivrais avec mon expérience. Te faire du mal serait bien trop facile. Je dois avouer que...je suis déçu. Moi qui croyais que tu possédais des compétences pour énerver les gens, en fait, tu en as plus pour amuser. Car c'est tout ce que tu fais en ce moment : tu m'amuses. »

Et ce fut un sourire qui signa cette cinglante, calme et pragmatique tirade, alors que les jambes de l'Elfe se croisaient en position nonchalante et étendue devant lui.
Revenir en haut Aller en bas
Liliame
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 185
Date d'inscription : 08/02/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand paraître n'est pas être...   Mer 20 Fév 2013 - 9:25

La tirade de l'elfe déforma les traits de la catin dans un masque de colère pure. L'indifférence cruelle qu'il lui renvoyait été bien plus terrible que tout les coups de la terre. Elle balança son poinçon au petit bonheur la chance vers la cible de sa haine. Bien sur il ne l'effleura même pas et passa au dessus de son épaule gauche.

Alors qu'avez vous à me poursuivre... si je suis si insignifiante et débile...depuis le début vous ne faites que m'appeler, me dire de venir et quand bien même je pars c'est vous qui venez me retrouver jusque dans ma chambre. Je ne vous ai rien demander moi...

Les yeux brillaient un peu trop et malgré l'effort qu'elle faisait pour ravaler ses larmes le barrage serait bientôt submergé. La voix se fit plus tenue...

...s'il vous plait laissez moi tranquille...

La femme se retourna et s'allongea en chien de fusil tournant le dos à son bourreau. La voix n'était plus qu'un murmure.

Votre déesse est bien cruelle de vous laisser vivre si longtemps....à trop vivre on oubli ce qui la rend précieuse, les émotions, et le temps devient surement l'ennui pour devoir s'amuser ainsi.

Des larmes coulaient sur ses joues sans qu'elle ne fasse rien pour les retenir.

Mémé disait que vous n'étiez que des démons au coeur aussi lisse que du marbre, que vous n'apparaissiez que pour torturer les innocents ou les meurtriers.
Vous êtes mon châtiment pour Simon...

... j'aurai préféré que vous me tuiez ...
Revenir en haut Aller en bas
L'Edhel
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 304
Âge : 21
Date d'inscription : 04/03/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 512 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand paraître n'est pas être...   Mer 20 Fév 2013 - 10:25

L'assassin n'exprimait aucune émotion. Ni joie, ni satisfaction devant la peine et la douleur. Ni pitié, ni compassion devant les larmes. Il était parfaitement stoïque face à la faiblesse. Jambes étendues et croisées au niveau des chevilles, bras négligemment liés entre eux, l'Elfe ne pipait mot. Inspirant profondément, il relâcha son souffle doucement, brisant le silence qui combattait contre les quelques soubresauts accompagnés de larmes de la fillette. Se levant lentement, l'Elfe vint s'asseoir doucement sur le rebord du lit, dos à la gamine. La dague qu'elle avait lancée n'avait même pas eu le mérite de provoquer chez Deloth la moindre envie de revanche. S'asseyant doucement, talons sur le parquet et avant-bras sur les genoux, il parla d'une voix étonnamment douce.

« L'Immortalité est une faveur de Tari, Déesse de la Mort. Et toi ? Vous, les Humains, c'est vous qui devriez vous révolter. Pourquoi lutter toute sa vie lorsque l'on sait que tout à une fin, qu'au bout de quelques décennies vous ne seriez plus rien ? Un Elfe pourrait vivre des cycles entiers. Nous avons la chance de pouvoir constater les changements de ce monde, les horreurs qu'enfantent toutes les races, sans que rien ne se lève pour réagir...»

L'Elfe se tut un instant. Il se massait sa propre main, l'air perplexe et hésitant. Qui était-il pour tenir ce discours ? Qu'est qu'un renié comme Deloth pouvait bien avoir à se plaindre sur ce que le monde provoquait comme horreurs et désastres, lui qui était dorénavant coutumier de les provoquer ? Il y avait toujours en lui un schisme profond, les abysses profondes d'une cicatrice béante. Le Paradoxe était toujours bien présent au sein de l'assassin. Il posa ses yeux sur l'Humaine...Estérél...puis posa sa main sur son bras nu. Cela eut l'effet désiré, car la fillette posa ses yeux sur lui. Prenant agilement mais avec douceur la main de la gamine, il murmura.

« Nous ne sommes pas des démons...et n'avons pas de cœur de marbre...Nous sommes nous-même, différends des Humains et des autres races...mais tu ne te donnes même pas la peine d'avoir ton propre jugement sur les Elfes...tu ne te contentes que de ce qu'on t'a dit. Forge toi ton opinion...il est temps que tu grandisses. »
Revenir en haut Aller en bas
Liliame
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 185
Date d'inscription : 08/02/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand paraître n'est pas être...   Mer 20 Fév 2013 - 16:07

L'elfe parlait toujours de son timbre sans chaleur ni humanité. Il parlait lentement, en détachant bien ses mots, semblant chaque fois les soupeser avant de les offrir. Le ton était devenu moins cassant et la main se posant sur son bras blanc la surprit. Elle se retourna pour regarder cet être qui la déstabilisait tant. Elle qui n'aimait personne, qui se jouait de tous, que l'on n'aimait pas non plus et avec qui on jouait aussi.

Il prit délicatement sa main et elle n'osa pas la lui reprendre. Les larmes et la détresse avaient usés ses défenses, elle était à sa merci et les paroles coulaient en elle. Il avait raison d'ailleurs, elle ne connaissait rien du monde...et que faire sinon de se raccrocher à ses propres expériences.
Mû par une drôle d'envie elle passa la main de l'elfe sur sa joue encore humide.

Tu es comme lui en faite...tu es chaud à l'extérieur mais tellement froid et implacable à l'intérieur. C'était un humain pourtant.

Elle se tourna de côté pour lui faire entièrement face et le regarda en quête de réponse.

Si je dois apprendre explique moi donc... toi qui dit avoir vu tant d'horreur pourquoi alors parfois de la souffrance nait la jouissance la plus puissante? As tu déjà souffert dans ta chair jusqu'au seuil de la mort et en ressortir avec l'envie de souffrir encore?
Dis moi, as tu désiré un autre en acceptant d' être à lui sans aucune mesure?


Tout en posant les questions son souffle s'accélérait malgré elle, il n'était plus question de chanvre ni de race, l'homme elfe avait imprimé sur elle une alchimie qui l'amenait à une démence destructrice qu'elle ne pouvait pas contrôler. Elle se leva à moitié l'attirant vers elle et commença à lui embrasser le cou et tout en l'embrassant les mots s'enchainaient les uns aux autres, à chaque baiser, à chaque caresse ...

... il avait besoin d'une assistante...Simon un docteur...une partie de chasse dans les bois...une petite maison... je me débat...il m'attache et m'entrave sur le lit...

Elle place alors les mains de l'elfe sur son cou dans un geste tendre, l'attirant de sa jambe à s'allonger sur elle.

...il a un foulard si beau, si doux...il serre si fort...j'ai mal...je veux crier....je veux de l'air... il vient en moi...il sert encore...je meurt...je ne me bat plus...le foulard libère l'air...et...

Un gémissement bestial sort de sa bouche. Elle ondule sous le corps de l'elfe.

...tous les jours il revient... je l'insulte... lui crache à la figure... seau d'eau froide... mouillée...souillée...il tape souvent...il lèche mes blessures...les soigne...je jouis...plus j'ai mal et plus je jouis...je le veux encore...

Dans son délire elle attire l'elfe toujours plus près, elle lui prend le visage, insinue sa langue dans sa bouche. Son corps est chaud et serpente sous le corps de l'homme.
Revenir en haut Aller en bas
L'Edhel
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 304
Âge : 21
Date d'inscription : 04/03/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 512 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand paraître n'est pas être...   Mer 20 Fév 2013 - 22:18

L'assassin gardait ses yeux mi-froncés et son air grave en regardant l'Humaine. Elle se caressa elle-même la joue avec sa main. Les larmes avaient tracées un sillon humide et homogène, que l'Elfe essuya avec son index. Puis Estérél lui posa une série de questions qui ravivèrent chez l'assassin des cicatrices encore fraîches. Par ses questions, la fillette venait d'étaler les trois raisons qui posaient une interrogation quand à l'intérêt de la vie de Deloth, lui qui n'était que mort et souffrance désormais...Mais finalement, il n'en eut pas le loisir. Son cou fut assailli par les lèvres de l'Humaine, qui se mit à déblatérer des propos incompréhensibles auxquels l'assassin ne comprit que peu. Son corps fut attiré contre celui de la gamine toujours nue. Dire qu'il résistait serait mentir. Lorsque la langue d'Eréstél franchit ses lèvres, il envoya la sienne à sa rencontre, et les deux entamèrent une danse fougueuse et torride.

L'assassin saisit fermement la cuisse droite de l'Humaine, la plaçant sur la sienne de manière à ce que sa taille soit enlacée par les jambes nues de la gamine. Il fit remonter sa main sur la fesse puis sur la taille de la jaune fille, puis s'arrêta à l'orée des seins, qu'il darda d'attentions des lèvres, mordillant les tétons, embrassant les courbes. Puis il déposa de multiples affections sur le cou d'Eréstél, avant d'à nouveau mêler leurs langues. Une main soutenant la position ascendante de l'Elfe, l'autre glissa lentement jusqu'à l'entrejambe de la fillette pour y insérer lentement deux de ses doigts. Il fit jouer son index et son majeur au sein de l'Humaine, caressant ses parois internes et remontant au plus profond qu'il le pouvait. Puis il murmura à l'oreille de l'Humaine.

« Je tire ma force de la souffrance des autres...les larmes, la douleur, les peines...me rendent plus fort...et plus compétent dans mes tâches...»

Revenir en haut Aller en bas
Liliame
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 185
Date d'inscription : 08/02/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand paraître n'est pas être...   Jeu 21 Fév 2013 - 9:55

L'elfe répondait à chacune de ses caresses par une autre, elle le sentait prendre possession de tout son corps, pénétrant son intimité comme tant avant lui. Les gestes étaient doux sans précipitation mais appliqués avec la fermeté requise. Sa voix trancha avec la façon qu'il avait d'honorer son corps de milles offrandes, elle était grave et dénuée d'émotion, les mots acérés comme une lame aiguisées.

Alors tu es lui, revenu pour achever son oeuvre.

Elle gémissait et ses mains impatientes déshabillaient l'objet de son désir. Elle planta ses ongles dans la chair ferme de l'épaule de l'elfe comme si ses doigts avaient souhaité s'immiscer en lui.

...tu vas recommencer à baigner ma peau pour me purifier... tu vas t'abreuver à mon sang, à ma douleur... tu vas me laisser au bord de la soif mort et me désaltérer goutte après goutte pour me faire renaître par ta bouche...

Chacune des phrases la replongeait dans des souvenirs si accrus qu'elle les revivait avec toutes les sensations. Les sensations tour à tour de privation et ses lèvres cloquées de n'avoir pas bu durant plusieurs jours, des humiliations la laissant dans ses déjections, les lacérations passé à l'alcool... Sa main droite se faufila entre les jambe de son partenaire et elle sorti l'objet de sa convoitise à l'air libre. De ses gestes minutieux elle en éprouva la dureté.

...et tu me récompenseras de toutes mes douleurs, tu me rendras cent fois le sacrifice fait et j'atteindrai de nouveau le monde des anges...fais moi souffrir ange de la nuit...je redeviendrais ta chose...et tu seras de nouveau puissant

D'un coup de rein en guidant avec sa main le pénis, elle l'introduit en elle comme pour l'avaler, la sensation bloque un cour instant sa respiration et tout en haletant commence enrouler ses jambes autour de lui à la manière d'un boa en ondulant ses hanches dans une danse lancinante.


Revenir en haut Aller en bas
L'Edhel
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 304
Âge : 21
Date d'inscription : 04/03/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 512 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand paraître n'est pas être...   Jeu 21 Fév 2013 - 18:10

L'assassin se crispait légèrement en sentant sa verge massée, empoignée puis guidée par l'Humaine. Elle se pénétra avec son membre, et tandis qu'elle soupirait d'aise, l'Elfe prit sa respiration et expira doucement, baisant le cou de la fillette. Il entama lentement le va et vient coutumier, sentant son intimité pénétrer en profondeur la fillette qui enroula ses jambes autour de lui. Il se défit de son bas, le tirant jusqu'à ses chevilles, sans défaire le lien qui unissait les deux Êtres. Saisissant avec douceur mais fermeté la taille de la gamine, il se servit de cet appui comme d'un levier pour accélérer le rythme de l'ébat. L'Elfe sondait avec profondeur l'intimité de la jeune catin, sentant le frottis entre les parois internes de la femme et son propre membre. Sa respiration se faisait plus bruyante, et le désir ainsi que le plaisir montaient.

Finalement, l'Elfe retourna la catin afin de l'avoir sur lui. Il profita alors de la vue imprenable sur ses seins, dont il ne se retint pas d'apprécier la fermeté et la rondeur de ses mains. Il empoigna alors fermement les fesses de sa partenaire, puis, comme il l'avait fait avec ses hanches, il se servit du fessier de sa partenaire comme d'un levier pour accélérer le rythme. Puis, lassé de mener le jeu, il reprit possession des hanches de sa partenaire, laissant le plaisir de mener la danse effrénée à la jeune femme. Il se redressa, plongeant sa langue à la recherche de celle de la fillette, puis une fois abreuvé d'elle, il partit à l'assaut de son cou en murmurant :

« Je ne suis jamais venu...je ne suis qu'une ombre de la nuit. Tu ne me connais pas, je ne te connais pas. Nous ne sommes ni plus ni moins que des inconnus...»



Revenir en haut Aller en bas
Liliame
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 185
Date d'inscription : 08/02/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand paraître n'est pas être...   Jeu 21 Fév 2013 - 21:07

Les danseurs des sens continuaient leurs chevauchées débridées, elle se calant à son rythme à lui, autant dans la vitesse, que dans la profondeur. Son coeur ne cessait d'accéléré, la jouissance montant par flux et reflux, s'arrêtant toujours au moment de rupture pour laisser s'éterniser cette délicieuse torture. Elle le dominait maintenant de sa hauteur, cambrant ses reins pour offrir à sa vue toute sa féminité, de ses seins fermes et ronds sursautant à chaque assault, à la naissance de son pubis l'avalant comme une déesse vorace. Un murmure dans l'oreille...

Tu n'es jamais venu...tu n'es qu'une ombre de la nuit. Je ne te connais pas, tu ne me connais pas. Nous ne sommes ni plus ni moins que des inconnus...

Comme la litanie de quelques prières païennes elle répondait à chacune de ses phrases. Le rythme se fit plus lent et les mouvements plus pénétrants, elle voulait l'engloutir, se perdre avec lui. Le souffle court elle continua son récit.

...il l'a amené elle...la truie....elle pleure...toute morveuse...supplie la garce...et lui...lui lui faitt subir milles délices...le poinçon décrit de belles arabesques rouges sur sa peau laiteuse...ne peut elle pas arrêter de gémir cette garce... elle n'apprécit pas...et moi...moi je veux être elle...il la violente ...et je suis au supplice...je veux qu'elle meurt...il me demande et je dit oui...la truie il l'égorge et ...je ris...je l'appelle...il vient me barbouiller de son sang....je léche ses doigts...

Elle se penche alors sur l'elfe embrassant violemment ses lèvres. D'un coup le mord au sang pour continuer avec sa langue à laper les rares gouttes de sang s'échappant de sa bouche meurtrie.

Mais il me laissa...cruelle déception...il sort la garce inerte...j'étais en rage...il ne pouvait pas...je voulais le sentir vivre en moi...mais la petite clef est là...maculée de sang...tombée surement...plus de chaine...le poinçon...j'attend...

D'un coup le déhanchement cesse par le fait de la femme, emprisonnant le sexe de l'homme comme un étau à l'intérieur d'elle. La voix change, elle se raffermit, se déshumanise.

Et je l'entrave à mon tour. Je me trouve assise sur lui nue et ensanglanté. Je le frappe. Je dessine avec la dague-poinçon sur son corps. Je veux qu'il jouisse à son tour, mais lui fait comme la truie, il pleure, demande grâce. Son sexe ne s'érige plus. Et moi sa peur me fascine, m'excite. Mes seins se tendent et mon sexe se mouille. Je lui imprime dans la chair la même croix cicatrice que moi. C'est l'ouverture du coeur. Il me regarde avec des yeux fous, apeurés et moi je l'embrasse à l'étouffer.

Elle avait libérer son étreinte et imprimait des mouvements brutaux à ses hanches et son visage montrait un masque d'horreur, babines retroussées, regard dément.

J'incise sa peau
J'écarte la chair,
il hurle,.
J'atteins le coeur.
C'est chaud.
C'est vivant.
ça bat.
Je le sors.
Il vit encore.


L'extase la submerge violemment, elle semble prise au dépourvue. De ses lèvres sort un rugissement qui vient du fin fond de sa gorge. Une image s'imprime au moment même de sa jouissance, celle de son poing écrasant un coeur.

Tout s'arrête, son visage a retrouvé sa beauté et un sourire de satisfaction irradie son visage. Elle démonte et se couche tout contre l'homme. Déjà ses yeux se ferment. Son souffle est calme et tout en elle paraît serein. Avant de sombrer à la fatigue et au bien être de la plénitude elle murmure:

merci démon
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand paraître n'est pas être...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand paraître n'est pas être...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Quand paraître n'est pas être...
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?
» Quand les dès sont jetés .....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Duché d'Erac-
Sauter vers: