AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Où il fut dit que les Dragons savaient parler.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Li'Ssin'
Hybride
avatar

Masculin
Nombre de messages : 36
Âge : 29
Date d'inscription : 16/01/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : ~ 2500 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Où il fut dit que les Dragons savaient parler.   Mar 26 Mar 2013 - 12:36

Où il fut dit que les Dragons savaient parler.
Au cours de la deuxième ennéade de Favrius


Thaar, joyaux de l'Estrévent, perle d'orient. Que courte avait été son existence. Li'Ssin ne voyait en ses bâtisses, ses hommes et femmes, ses trésors, qu'une courte éphéméride des temps nouveaux. Le brouhaha du bazar venait la tirer de ses songeries. Étalée sur son palanquin, l'Ombre du Levant traversait le marché sous l'abri de sa voie principale. Ses disciples marchaient à côté, écartant les vauriens et autres balourds à grand cris de « Place, place à la maitresse du Tzerle, vilains ». Le simple nom, suffisait à écarter la masse, sinon des coups de baguettes savait faire reculer les plus sourds.

Derrière suivait un important convoi. Des esclaves dressés qui suivaient, portant le palanquin pour certains, d'autres les chariots. D'autres, qu'on tenait pour moins soumis, dans des cages. Quelques animaux exotiques suivaient, et d'autres amusements qu'on venait vendre. C'était au caravansérail que se rendait la compagnie. Bien que Li'Ssin laissa le soin à quelques uns de ses fidèles d'organiser la vente des esclaves et autres choses. La sorcière du Tzerle se rendait dans son palais. Vaste demeure, qu'elle tenait depuis bien des années.

La dame du levant s'installa dans ses quartiers. L'intérieur était richement agencé, sa fortune fructifiée au cours des siècles, lui avait permis d'accumuler un nombre incroyable de bien de toute temps et toute sorte. On trouvait même quelques reliques de Nisétis, des tablettes, inscriptions, gravures et autres grimoires. Ce temple du savoir et de la beauté, était sa demeure ici. La dame du Tzerle face à son précieux héritage, songea à la petite créature qu'elle avait rencontré.

« Viens donc Harssald'in, te souviens tu de la jeune humaine que Nous avions rencontré il fut quelques temps. A lys, ou un lieu proche de cela. Vous vous souvenez, une tendre créature à la passion pour le passé équivalent son intempérance. Elle s'en était tatoué le dos qu'on dit, dit elle en riant. Mais comment s'appelait-elle donc ? »

Le disciple, un demi-drow, à la face torturé et semblant présenter plusieurs troubles pulsionnels à tout les tics qui tordaient son faciès, s'approcha de sa maîtresse. Celle-ci s'était allongé dans un divan, et contemplait un plat de fruit, ne sachant du raisin, de la mangue ou de la figue que choisir.

« La Demoiselle d'Ys, Ma Dame. Cela avait lieu lors d'une transaction avec sa famille, il y a quelques temps. J'ai ouï dire, votre Excellence, que la fille avait trouvé habitat dans la ville il y a peu. »

Li'Ssin choisit finalement la figue, qu'elle trancha délicatement, et en mangea morceau par morceau avec délicatesse. Les ombres l'enveloppait délicatement, la berçant doucement, comme si des voiles de soie la couvrait, la protégeait.

« Quel merveilleuse nouvelle. Oh, il Nous faudra lui envoyer quelques missives pour qu'elle vienne Nous voir céans. Va mon brave, amène la moi donc ici, je me languis de sa présence. Va. »

Le disciple se retira avec délicatesse, acquiesçant d'un signe de tête. Attrapant une cape, quelques serviteurs, il partit dans les rues de la ville à la quête d'information.
Revenir en haut Aller en bas
Kahina d'Ys
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 328
Âge : 27
Date d'inscription : 23/03/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 17 ans.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Où il fut dit que les Dragons savaient parler.   Mer 27 Mar 2013 - 20:37

      La lune savait se faire compagne de jeu taquine et espiège, mais le soleil... Ah ! Le soleil était un moralisateur assommant et cruel, qu'on se le tînt pour dit. La jeune Kahina n'aimait guère le soleil, en ce petit matin. Elle avait festoyé plusieurs heures durant, profitant de l'hospitalité et des largesses d'un quelconque bourgeois bien en vue. L'alcool avait coulé à flot et elle avait eu plus que son compte, tant qu'elle s'était pitoyablement avachie derrière une tenture et y avait passé son semblant de nuit, avant d'être réveillée par une servante aussi méprisante que gênée. Les gens des nouveaux riches ont encore tout à apprendre, avait-elle pensé avec un grognement. Elle avait quelques années de plus qu'elle, un petit visage disgracieux, si on lui demandait son avis, une moue inquiète et le regard fuyant : elle ne savait pas à qui elle avait à faire et cherchait encore le meilleur moyen de traiter le problème. Pas comme ça, avait-elle eu envie de se moquer, mais elle avait trop mal à la tête pour faire montre de sa répartie habituelle. Heureusement pour elle, son hôte avait surgi de derrière quelques colonnes, chassant l'impudente d'un revers de main et abordant la demoiselle d'Ys avec un sourire compatissant. Ce que Kahina avait vite compris, c'était que le brave homme n'était pas si désintéressé que ça ; les rumeurs avaient enflé, en quelques jours, et les hautes sphèrs thaaries n'ignoraient plus rien des projets de son imbécile de père. Aussi son sauveur espérait-il convaincre le comte du Val d'Ys de changer d'avis et de marier son joyau, non pas à un barbare péninsulaire, mais à un honnête marchand de la principauté. À ta place, je n'y compterai pas trop... Le rictus qui suivit cette pensée voulait tout dire mais, fort heureusement, l'homme la crut indisposée et lui offrit de prendre un bain pour bien commencer la journée. Elle accepta de bonne grâce, la sueur de la veille collant encore sa peau ; de fait, Kahina se sentait sale. Elle profita donc pleinement des bonnes dispositions du thaari pour se prélasser dans l'eau chaude, chouchoutée par quelques servantes plus polies que la précédentes, passa la robe qu'il lui offrait et... s’éclipsa ensuite
      Thaar pouvait paraître une belle ville, vu de loin, mais il fallait savoir choisir ses quartiers. L'idée de s'aventurer dans les bas quartiers ne l'effleura même pas ; Kahina savait ce qu'on pouvait y trouver et surtout, quels gens de personnes y traînaient. Elle n'était pas faite pour se confronter à la misère, aussi prit-elle sagement la direction du palais de son père, se préparant mentalement à subir son courroux. Si Elyes me fait la moindre remarque, je... rumina-t-elle sans aller jusqu'au bout de sa pensée. Mieux valait ne pas songer à son frère.
      Sa journée aurait pu continuer ainsi : plate et sans intérêt. Au final, son père tempêta tout son saoul, elle ne fit que hocher hypocritement la tête et attendit que l'orage se calmât de lui-même ; ce qu'il fit. Pour autant, la lune devait se faire une nouvelle fois amie et complice et ce fut à l'avènement de son nouveau règne, elle lui amena un sous-fifre inattendu. Par les cinq et tous les dragons, c'est ce foutu sang-sombre ! Sa surprise s'expliquait d'autant plus aisément que le bougre, non contant de venir à l'improviste, le faisait s'en avoir été annoncé et se tenait, droit et fier comme un paon — tout du moins c'était l'impression qu'il donnait à une Kahina sur la défensive — sur le rebord de sa fenêtre. « Il y a des façons plus nobles de s'introduire dans l'intimité d'une dame, » fit-elle remarquer en se reprenant, redevenant la princesse qu'elle savait si bien incarner. En vérité, elle n'avait jamais apprécié le personnage, non pas qu'il fut particulièrement antipathique mais... Bah ! Comment ne pas être jalouse de celui-là ? Certainement qu'elle ne l'avait pas abandonné, lui. Elle devait bien avouer, pourtant, qu'il n'avait pas forcément mal agi. Son père veillait au grain, désireux de préserver sa fille de la vilaine sorcière. Idiot ! rageait la principale concernée, qui avait mis longtemps à digérer la perte de sa mentor. Et voilà qu'elle revenait vers elle... « Mène moi à elle. Tu es venu pour ça, n'est-ce pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Li'Ssin'
Hybride
avatar

Masculin
Nombre de messages : 36
Âge : 29
Date d'inscription : 16/01/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : ~ 2500 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Où il fut dit que les Dragons savaient parler.   Jeu 28 Mar 2013 - 17:57

Le drow avait réussi aisément à entendre parler de la famille d'Ys. La petite était en effet forte bien connu dans le monde de Thaar pour l’exhibition qu'en faisait son père dans le vain espoir de la marier. Elle attisait le désir des plus riches et les plaisirs oniriques des plus pauvres ayant réussie à la contempler. Il trouva d'autant plus facilement leur palais. Mais le plus dur était bien d'atteindre la jeune fille. Il essaya maladroitement de demander à se faire recevoir par la garde. Ces derniers ne lui laissèrent qu'à peine le temps de parler avant de le renvoyer. Le bougre s'en trouvait fort peiné. Mais, ce n'était pas la première jouvencelle qu'il déroberait à la protection parental. Escaladant un arbre près du mur, il en fut en deux trois galipettes sur ce dernier et d'un saut, dans le jardin. Restait maintenant à trouver le joyau d'Ys. Le destin fut en sa faveur, non loin de là ou il avait atterrit, il aperçu une silhouette qu'il connaissait. Kahina alla dans sa chambre, apparemment en bougonnant quelques mots. Aussi agile qu'un chat, il monta le balcon et atterrit devant elle.

Harssal'din laissa son regard parcourir les hanches de la jeune humaine. En d'autres temps, il aurait joué de son couteau, usé de quelques sorts, pour assouvir ses pulsions primaires. Son regard qui oscillait de la poitrine ondulante à la taille accueillante de la jeune créature, n'en laissait pas moins filtrer son désir charnel. Il s'approcha doucement, afin de rapprocher son corps de celui de la créature. Sa simple phrase, suffit pour conforter le métisse dans ses folles ambitions. "Pourtant, tu ne sembles pas me repousser pour autant". L'idée de l'étreindre, la forcer et repartir la besogne achevée lui était une douce sucrerie qu'il espérait s'offrir. Pourtant sa bestialité se devait d'être domptée. Contenu serait plus adapté. Il s'arrêta dans sa démarche et prit pendant quelques temps un air niais. Son faciès abandonna ses airs assurés pour se faire recouvrir par une ombre de terreur. Il eut souvenance de ce que faisait sa maîtresse à ceux qui l'indisposaient. Sa peau se fit d'albâtre, ses gestes nerveux et son regard fuyant. Il recula de quelques pas. Si elle lui répétait ?, il serait plus sur de la tuer et clamer, oh grand désespoir, qu'il n'avait réussi à la trouver. L'idée lui plut, il pourrait même alors, réaliser son premier dessein. Pourtant, s'il échouait à sa tâche, son sort n'en serait pas moins différent. Non, c'était bien une mauvaise idée. Toujours plus nerveux, il se dit, tout simplement, que peut être la créature n'en avait rien perçu. Ou peut être, que sa maîtresse ne la croirait pas. Oui, entre elle et lui, son fidèle serviteur, son choix serait vite fait. La terreur chassée de ses pensés, il reprit le contrôle de lui-même.

"Si tu le sais, pourquoi me fais-tu attendre alors ?", répondit tout bougon le semi-drow.

Escaladant à nouveau le balcon, il sauta dans le jardin, en atterrissant avec douceur dans l'herbe humide. Arrivé ici en escaladant les murs, il se demanda si le petite créature pourrait en faire autant. Certainement pas, se dit-il. Le palais de Li'Ssin ne se trouvait pas loin, quelques rues à franchir, la route était finalement assez simple. Le plus dur était de sortir sans se faire repérer. Se retournant pour la regarder, il lui lança.

"Saurais-tu comment sortir d'ici ? "
Revenir en haut Aller en bas
Kahina d'Ys
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 328
Âge : 27
Date d'inscription : 23/03/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 17 ans.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Où il fut dit que les Dragons savaient parler.   Ven 29 Mar 2013 - 11:49

      Le sang-sombre ne ment jamais, se dit Kahina en voyant passer tour à tour l'envie et la peur dans le regard malsain du gredin. Ah ! Ce n'était pas la première fois qu'il luttait contre ses instincts bestiaux, elle pouvait le jurer. Mais il était comme un animal en laisse, à peine se débattait-il et toujours il se souvenait de qui dirigeait sa vie. De fait, l'oiselle d'Ys jalousait la maîtresse du Tzerle pour l'aura qu'elle dégageait. À elle, on ne dictait sa conduite.
      Toujours était-il qu'elle subit le regard vicié du sang-sombre avant de simplement opiner du chef, esquissant un rictus suffisant « J'habite ici, l'as-tu oublié ? » Déjà, la demoiselle sentait le sang lui battre aux tempes, comme à chaque fois qu'elle était sur le point d'user de l'Art. D'un geste, elle congédia ce qu'elle ne pourrait jamais considérer que comme un serviteur, ajoutant simplement : « Sors donc par où tu es entré, ce sera le plus simple. Je te retrouve dehors. » Si je le pouvais, je t'abandonnerai bien là. Mais il était son seul moyen de retrouver Li'Ssin et elle devrait s'en accommoder. Elle décrivit un lieu où il pourrait se retrouver en quelques mots et il acquiesça avant de disparaître. Elle le regarda s'éclipser et, quand elle fut à nouveau seule, laissa tour à tour échapper un soupir — l'homme l'effrayait malgré tout — et un large sourire.
      Sortant de sa chambre, elle choisit ses couloirs avec soin, esquivant les quelques âmes qu'elle aurait pu croiser et finit par passer les quelques gardes qui assuraient la sécurité du palais en usant de quelques magies savamment distillées. L'exercice, dont elle avait délaissé la pratique, lui demanda plus d'efforts qu'elle ne l'avait cru d'abord et ce fut légèrement essoufflée qu'elle rejoignit Harssald'in. Après quelques amabilités d'usage, ils se mirent en route et Kahina fit son possible pour garder son silence, profitant de l'obscurité de ce début de soirée pour cacher son impatience.
Revenir en haut Aller en bas
Li'Ssin'
Hybride
avatar

Masculin
Nombre de messages : 36
Âge : 29
Date d'inscription : 16/01/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : ~ 2500 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Où il fut dit que les Dragons savaient parler.   Lun 1 Avr 2013 - 18:50

Harssald'in eut quelques mal à escalader le mur en sens inverse, s'il avait pu y entrer en escaladant un arbre, de ce côté ci, il ne bénéficiait d'aucune aide. En jouant avec les pierres et en essayant plusieurs fois, il parvint cependant à escalader le mur puis de redescendre de l'autre côté. La rue était vide, aucune trace de la demoiselle d'Ys. Le sombre se prit à espérer qu'elle avait réussi. Il attendu encore quelques instant avant sa nature impatience ne commence à le prendre. "Maudit soit-elle", jura t-il entre ses dents. Elle avait du se faire prendre et maintenant le voilà bien mal lotis le bougre. Il hésita à repartir ou a retenter sa chance, quand au détour de la ruelle, la forme élancée de la jeunette surgit. Sans plus de blabla, les deux individus se mirent en quête de la demeure de la maîtresse du Tzerle. Ils ne s'adonnèrent pas plus à s'aboucher à la demoiselle préférant rester silencieux jusqu'à son arrivé au palais de Li'Ssin. Le drow fit entrer son invité et la mena dans les couloirs jusqu'à sa maîtresse. Il l'a laissa attendre devant quelques instants. Puis finalement, la voix de Li'Ssin appela Kahina.

-"Mon enfant, entre je te prie..."

Li'Ssin état assise sur une haute chaise. Son dossier s'élevant à deux ou trois mètres. De toute évidence il était en bois, mais sa couleur noir, rendait sa nature difficilement perceptible à l'oeil nu. Devant elle une large table la séparait de l'enfant. Sur cette dernière s'étalait nombre de parchemins et vieux grimoires. De toute évidence la maîtresse du Tzerle était en pleine recherche. La pièce ou ils se trouvaient était d'ailleurs évocateur. Des étagères s'alignaient et des libres s'entassaient par dizaine. Certains d'entre eux dataient même de l'empire Nisétiens à l'écriture qu'ils revêtaient. Pour couper avec le papier, on trouvait aussi quelques babioles, d'antiques armures à des armes tout autant étrangères à l'Estréventin. Des reliques assurément. La lumière des lampes faisaient valser les ombres sur ces derniers, donnant à la scène un aspect presque mythique. Comme une caverne de milles joyaux et secrets habités par quelques génies des contes. La maîtresse du Tzerle releva la tête lorsque la jeune fille entra.

-"Quel plaisir de te revoir. Mon coeur a saigné de te voir partir sans que je ne puisse te revoir... Allons approche.", d'un claquement de doigt elle fit apporter un siège par un de ses esclaves qui repartit tout aussi rapidement. "Tu dois avoir assurément beaucoup de choses à me raconter sur ta vie depuis qu'on c'est quitté.. Mais avant toute chose, dit moi, as-tu continué de t'exercer à la magie ?"

Revenir en haut Aller en bas
Kahina d'Ys
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 328
Âge : 27
Date d'inscription : 23/03/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 17 ans.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Où il fut dit que les Dragons savaient parler.   Lun 27 Mai 2013 - 0:54

      Elle n'a pas changé fut la première pensée de l'oiselle qui ne put s'empêcher de laisser courir un regard presque jaloux sur le corps de la dracenne. Ah ! Qu'elle aurait voulu, comme elle, pouvoir traverser les âges. Qu'elle aurait voulu pouvoir se faire témoin des événements encore à venir, sur des siècles et des siècles. Malheureusement, son sang était celui des Hommes, et les quelques traces immortels qui y substituaient ne suffisait pas à lui promettre l'éternité. Non sans une certaine aigreur, l'enfant se souvenait que la femme en face d'elle avait vécu l'Empire comme jamais elle même ne le vivrait.
      Mais cette jalousie, compréhensible quand on connaissait le caractère tumultueux de la princesse d'Ys, n'en demeurait pas moins bien vite éclipsée par la joie sincère de revoir sa mentor et le soulagement de voir qu'elle ne l'avait pas oubliée. Li'Ssin avait un pouvoir étrange sur Kahina, un pouvoir qui se nourrissait de la fascination de la jeune femme encore adolescente d'une époque révolue et de son envie d'être quelqu'un et d'incarner quelque chose. Aussi, cédant sans combattre à l'ordre de la sorcière, elle s'assit avec grâce sur le siège qu'on lui offrait. Son regard se troubla pourtant l'espace d'une seconde quand arriva la première question qui sonna, à ses oreilles, comme une accusation. Ce n'était sans doute pas le cas, mais Kahina avait toujours l'impression que l'hybride possédait toutes les réponses, même celles des questions qu'elle pouvait poser. Et quant à sa pratique de la magie... Elle n'avait pas été aussi assidue qu'elle aurait pu (du ?) l'être. Certes, la petite comtesse avait pratiqué, mais moins souvent qu'elle avait été à l'encontre des limites imposées par son père. Une vie dissolue demandait son lot de sacrifice, après tout.
      « J'ai essayé, Li'Ssin, mais vos conseils m'ont terriblement manqués, » affirma néanmoins la jeune femme. Elle ne mentait ainsi pas – il était certain qu'avec Li'Ssin à ses côtés, ses progrès auraient été plus importants — mais évitait d'avouer que la magie n'avait pas été sa première préoccupation. Son avenir l'avait largement plus tortuée. « Je craignais ne plus jamais vous revoir. »
      Mais vous êtes là, désormais... pensa-t-elle avant de laisser son regard s'assombrir. Pour combien de temps ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Où il fut dit que les Dragons savaient parler.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Où il fut dit que les Dragons savaient parler.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Donjons et dragons : figurines sur plateau lumineux
» I. Autremonde, les autres planètes, et les Dragons et Démons
» Exposition Dragons...
» Dragons VS SW
» Nouvelle partie de Donjon & Dragons 3.5

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Principautés de Thaar :: Thaar (Cité)-
Sauter vers: