AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chercher à l'Est la sagesse du Nord.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dun Eyr
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2220
Âge : 24
Date d'inscription : 14/04/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  149
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Chercher à l'Est la sagesse du Nord.   Mer 27 Mar 2013 - 0:07

Spoiler:
 

      Ils quittèrent la cité d’Alonna, et le Temple de la Montagne, au troisième Tariho de Favrius, vingt-septième jour du mois, pour mettre cap vers le Sud et, surtout, l’Est. Derrière Heond Werbek le bibliothécaire, véritable chef de cette expédition des alonniens, venait une petite cohorte composite et bigarrée de onze Nains : ils étaient tous suffisamment aventureux encore, et définitivement remis de leur exil du Nord il y avait sept ans de cela, pour risquer pareille escapade vers les terres sauvages de Naelis, à la frontière du Royaume des Hommes de péninsule.
      Parmi eux marchait, en plus du bibliothécaire, l’Aspirant Tygir, du Temple de Lirgan, peut-être le Nain le plus honoré par Dun Eyr en Alonna — puisque Sargril n’était lui-même pas du Petit Peuple, mais des Grandes-Guibolles, bien que portant à présent la bure des Lirganistes. Ce Tygir était un Nain sage et paisible, curieux dans le savoir mais certainement pas dans les armes ; et sa figure douce — pour un Nain — qui dodelinait avec les cahots de la route, perché qu’il était sur le dos d’un poney, présentait les traits éveillés de celui qui aspirait à plonger dans les mystères du Dieu Moqueur. Sa robe de néophyte encore, frappée du sigle de Lirgan, imposait son commandement sur les dix Nains qui formaient le reste de la troupe.

      Depuis Alonna, les douze avaient franchi à gué la Sirilya, et quitté les terres baronniales pour poursuivre dans l’Est ; leur course les avait amenés à retrouver le bord du grand fleuve Olyia, mais ils ne l’avaient suivi qu’un temps, et leurs pas s’en étaient éloignés vers le Sud alors que l’eau plongeait plus avant dans l’Orient sauvage. Les Nains chevauchaient alors dans les bois les plus austraux de l’Aduram, là où les routes vers Naelis étaient peu nombreuses ; et tant pour éviter les éventuels brigands jaillis de la Dross, que pour se prémunir des branches trop crochues qui hérissaient les arbres dénudés et asséchés par l’Automne, les Nains avaient préféré aux sous-bois et aux frondaisons, les sentiers de terre lorsqu'ils parvenaient à les retrouver entre les racines.
      Leurs poneys étaient de robustes bêtes, élevées sur l’herbe rude d’Alonna, et ils savaient porter leurs Nains sans broncher et joindre rapidement le rivage de la Mer Olienne. En une semaine à peine de ce voyage, Alonna était laissée loin en arrière et déjà se profilait l’enceinte de Naelis, qu’ils atteindraient par la Route du Nord. De la dernière ville des Hommes dans l’Est, comme certains la nommaient — et avec raison — ils ne virent que les faubourgs et leurs tours de guet ; les Nains ne pénétrèrent pas jusqu’au Quartier de l’Aigle, et le Donjon au-dessus des flots ne resta qu’une flèche encore lointaine à leur regard.

      Car c’était au Sud et à l’Est qu’ils devaient aller, là où la garde de Naelis semblait se faire plus rare : c’était pourtant dans ces terres peu hospitalières, sur une presqu’île arrachée au flanc du rivage, que se dressait l’Aurore du Firmament, leur destination véritable. Ils rejoignirent la forteresse deux jours plus tard.
      C’était une imposante citadelle, élevée de longue date sur les contreforts d’un rocher émergé, et qui ne se suspendait encore à la terre ferme que par un mince et étroit pont de pierre. Les Nains, quoique qu’habitants des plaines à présent, purent sentir le parfum du granit récemment ressuscité de son oubli : la citadelle semblait depuis peu être entrée dans de meilleurs jours que toutes les décennies passées. Ses trois niveaux s’étageaient solidement depuis le socle jusqu’à la flèche, et il ne faisait pas de doute qu’à présent l’on vivait dans l’Aurore.

      Tygir prit la tête de la petite troupe et, engageant son poney sur le ponton de pierre, il mena ses compagnons vers la grand’porte de la forteresse.

      « Qu’il soit connu du Firmament, lança le Lirganique à l’approche de l’Aurore, que Tygir d’Alonna, et Heond Werbek, demandent accueil et hospitalité auprès de la citadelle, ainsi qu’une audience à son Princeps. »

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1468
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Chercher à l'Est la sagesse du Nord.   Mer 27 Mar 2013 - 9:14

Enfin le projet avait vu jour, le Firmament était déployé, Celindel avait accepté la présence d'Y'Shahinn et les élèves avaient petit à petit été recrutés. La réputation du Firmament commençait à peine à voir le jour. Chacun de son côté, Y'Shahinn et Celindel, les deux Princeps du Firmament et Nakor, le désormais Magistère de la guilde, oeuvraient sang et eau dans les quatre coins du monde pour faire connaître leur guilde. Y'Shahinn en Ithry Vaan, Celindel chez les elfes principalement et Nakor auprès des humains et des nains. Il fallait bien sur ne pas trop longtemps s'absenter du quartier général de la guilde, sous peine de louper la venue d'éventuels nouveaux membres. Ils s'organisaient donc tous les trois pour qu'au moins un d'eux, si ce n'est deux, voir les trois soient présent. Entre les explications de bases pour les ultras débutants, la méditation, la concentration et de temps en autre, un peu de culture historique, philosophique ou sur l'art de la guerre, chacun des trois dirigeants était bien occupé. Quand il avait du temps libre et qu'il n'était pas en train de fouiller les méandres de la magie, Nakor, dans son bureau, au sommet de la tour, observait l'horizon. Il se passait lentement la main sur la barbe tout en se disant

"Il faudrait mettre un place un sortilège d'alerte, afin qu'à l'approche de quelqu'un, nous soyons prévenu par avance de son arrivée. Cela ferait une sacré sensation, ils arrivent et hop, la porte s'ouvre, avec nous devant!"

Puis il se mit à rire en imaginant la mine étonnée des néophytes. Il retourna à son magnifique bureau et se lança dans la lecture de quelques rapports. Quelques heures après, il entendit une voix suffisamment tonitruante pour remonter jusqu'aux hauteurs du palais flamboyant de l'Aurore. Il se leva tout étonné et se précipita sur la fenêtre, un courant après l'ouverture il se pencha et observa une troupe de nain. Il ouvrit de grands yeux et se mit à sourire, voilà que les choses devenaient intéressantes. Il fallait en mettre plein la vue à ces petits nains, tout de même. Il lança donc dans le ciel dégagé

"Et si je vous proposais d'être accueilli par le Magistère lui même?"

Et voilà que le bougre de vieux timbré sauta par dessus la rambarde de sa fenêtre. Il concentra tous ses efforts sur sa magie, fouilla dans sa barbe pour trouver son étoffe, déploya son tapis volant sous ses pieds et heureusement, pu ralentir sa chute suffisamment tôt pour ne pas mourir là, en bas, écraser sous sa propre masse, tel un imbécile invétéré. Il se retrouva donc là, devant la troupe de nain, dont le principal meneur était frappé du sceau de Lirgan, bien droit sur son tapis volant, à quelques centimètre au dessus du sol. Et c'est tout sourire qu'il enchaîna sans laisser le temps à aucun des nains de paraître étonné

"Vous demandez protection et audience auprès de ma guilde. J'en suis son plus haut représentant. Je me Nomme Nakor, je suis le Magistère du Firmament. Entrez ici en paix, veuillez me suivre, vous pourrez vous délacer et une fois prêt, nous pourrons traiter des raisons de votre venu."

Nakor donna une impulsion et la porte colossale du château s'ouvrit. Nakor sauta sur la verticale et atterrit sur la terre ferme, son tapis volant venant se ficher dans ses vieilles mains en ne redevant plus qu'un grand morceau de tissu. Il invita toute la compagnie à le suivre. Il indiqua où les bêtes pouvaient attendre tranquillement et une fois cela fait, il demanda

"Maîtres nains, je n'ai pas encore l'honneur de savoir les raisons de votre venu. Allons dans mon bureau voulez-vous?"

Il était fort à parier qu'en route, il rencontrait Celindel et Y'Shahinn, qui avait dû entendre comme lui, le raffut de cette petite troupe de joyeux nains. Que diantre étaient-ils donc venus demander?
Revenir en haut Aller en bas
Heond Werbek
Nain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 40
Âge : 21
Date d'inscription : 01/03/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique :
MessageSujet: Re: Chercher à l'Est la sagesse du Nord.   Mer 27 Mar 2013 - 23:20

Heond, malgré son âgé avancé, n’éprouva aucun inconfort lors du fastidieux périple. La durée du voyage ce vue beaucoup moins longue que ce qu’il aurait pu s’imaginer. Il devait bien, par contre, s’avouer qu’il avait, depuis le tout début du périple –voir même depuis que Sargril accepta sa requête, été plongé dans une puissante réflexion. Reconstruirait-il la gloire intellectuelle perdue à Kirgan il y a sept ans de cela? La longue route lui avait fait découvrir le pessimisme que seule l’espérance peut contrer. La probabilité de réussite été si faible –voir nul, mais abandonner c’est trahir ses aspirations.

Ce n’est certainement pas sa compagnie qu’il aurait su le sortir de cet abîme. Les quelques mots prononçaient au cours du voyage servait pour la plupart du temps à indiquer une direction ou un emplacement acceptable pour prendre un repos bien mérité. Le Lirganien qui se tenait à ses côtés ne semblait daigner lui accorder un regard. Pur manque d’intérêt? Frustration de devoir l’accompagner? Heond n’en savait rien…
Après deux jours de chevaucher la citadelle se dévoila enfin à lui.

«Encore plus belle que dans les livres, songea le bibliothécaire»

Contemplant sa hauteur il ne rendit pas compte de la prise en charge de la troupe par Tygir. Il baissa les yeux et examinant la porte qui s’érigeait devant lui attendit une réponse en provenance de l’intérieur. Il n’eut à peine le temps d’entendre une voix haute perchée qu’un homme à la longue barbe blanche et portant un chapeau conique –qui lui donnait un air étrange, apparu devant lui. La stupéfaction fut totale! Un mélange de crainte et curiosité envahit Heond qui n’avait jamais assisté, omis par l’entremise de son imagination, à une telle scène. Celui devant lui se présenta et fit preuve d’une grande hospitalité en les invitants à entrer.

Nakor –c’est comme cela qu’il se nommait, ouvrit la porte et Heond devançant ses quelques compagnons le suivit tout en prenant la tête du groupe. Il rêvassait à nouveau de tous les livres qu’il allait retrouver même s’il ne s’était encore entretenu avec les membres du Firmament. Un sourire vint se percher à ses lèvres et avant même de pouvoir remercier l’homme, il les invita dans son bureau.

«Un grand merci pour votre accueille ma foi surprenant, mais si chaleureuse, lança Heond.»

Puis se retournant vers la troupe il lança :

«Si vous le voulez bien mes très chers amis, moi et Tygir irons seul.»

Il fit volte-face à nouveau.

«Auriez-vous un endroit où ces valeureux nains pourraient se reposer pendant notre entretien, demanda-t-il à Nakor d’une voix qui se voulait douce.»

Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1468
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Chercher à l'Est la sagesse du Nord.   Lun 1 Avr 2013 - 19:49

Ce fut finalement un nain plus âgé qui prit la parole. Le vieux sorcier entendit les remarques de ce dernier et croisa les bras devant sa poitrine. Il se mit à réfléchir intensément : qui donc était le chef de cette petite troupe intéressante. Il finirait par bientôt le savoir, il se mit donc à sourire et s'adressa à lui tout en pointa une direction du doigt

"Oui bien sur, nous serons peut-être plus à notre aise si nous sommes un peu moins nombreux dans mon non moins grand bureau! Dans cette direction, vous trouverez une grande salle, c'est celle qui sert de salle de réunion quand nous regroupons nos membres pour différentes annonces. On vous y servira à boire, je sais le chemin aride et desséchant, ainsi qu'à manger, même si pour le moment, nos capacités d'accueils sont maigres, elles vous feront honneur autant en qualité qu'en quantité ... AAAAAARISTIIIIIIIIIIDE?"

Mais pourquoi donc ce vieux diable hurlait il un tel prénom dans cette situation? Etait-il atteint d'une quelconque maladie mentale? Et bien non, c'était parce qu'il appelait celui qui était actuellement préposé à l'accueil et à l'intendance, un étudiant fort méticuleux, obséquieux à souhait mais terriblement affable. Un humain du Langehack, mince et très grand. On entendit des pas dans le couloir, précipités et un jeune garçon d'un peu plus de vingt quatre ans se présenta, un brin inquiet

"Magistère?
-Ha Aristide! Vous allez guidez nos visiteurs nains jusqu'à la salle de réunion de l'Aurore. A boire et à manger pour eux, ils ont fait un long voyage. Je vais m'entretenir avec nos deux amis ici présents dans mon bureau ... si quelqu'un me cherche ...
-Oui Magistère!"

Nakor le salua et invita les deux petits dirigeants de la troupe à le suivre

"Maitres nains."

Puis il les guida. Ils passèrent devant une des bibliothèques de Firmament, dont les livres étaient des copies ou des originaux que le Magistère et Les Princeps avaient amené avec eux ou acheté à l'aide de pièces sonnantes et trébuchantes. Nakor enchaina les marches jusqu'à ouvrir la porte de son bureau, loin en haut, au sommet de la pointe de la tour centrale de l'Aurore le quartier général du Firmament. Il invita les deux nains à prendre place et s'assit lui même dans son magnifique fauteuil en prenant la parole calmement, les mains jointes devant lui sur son bureau

"Bien ... qu'amène deux nains dont je ne connais pas encore le nom aux portes de ma guilde de magiciens? Parlez sans détour, vous êtes ici en sécurité."

Et il attendit la suite avec intérêt sachant que la porte du bureau pouvait s'ouvrir à tout moment si Celindel ou Y'Shahinn venaient voir ce qui était en train de se passer.
Revenir en haut Aller en bas
Celindel de Delebrimir
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 143
Âge : 21
Date d'inscription : 07/05/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  1142 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Chercher à l'Est la sagesse du Nord.   Jeu 4 Avr 2013 - 6:20

Qu'est ce qu'un érudit pouvait désirer de plus ?
L'Aurore avait accouchée du Firmament, et avec lui les renouveaux des espoirs de ses fondateurs. C'était un plébiscite de chaque jour. La Guilde ne vivait que parce qu'elle était pensée, désirée et pratiquée, ce qui lui assurait une longévité indéfinie tant que il n'y aurait qu'une personne pour la penser. Baigné dans un océan d'étagères et d'ouvrages, le vieil Elfe ne cessait de retracer et de recenser les œuvres, dont le Firmament nouveau-né, pouvait se vanter de détenir. La plupart d'entre eux, plus de la moitié, avaient été importés par Y'Shahinn ou Celindel, qui tous deux, pour cependant des raisons différentes, avaient permis au Firmament de disposer des ouvrages que les Princeps détenaient. La quasi-totalité de la bibliothèque de l'ancienne maison de Delebrimir était célèbre pour renfermer quelques pépites et joyaux d'origine, dont les auteurs aujourd'hui disparus semblaient avoir trouvé distrayant de dissimuler leurs œuvres. D'autres, d'une rareté tout aussi comparable, furent récupérés par la jadis Prime Sorcière. C'était des ouvrages uniques et de grande valeur, et parmi eux trônaient plusieurs dictionnaires de Nisétien, langue morte d'un peuple l'étant tout autant.

Ce fut soudain un grand bruit dans le couloir ascendant, celui qui menait à l'escalier puis aux étages supérieurs, qui tira Celindel de sa véhémence. Lassé des registres, et après avoir interdit à quiconque d'y toucher puis de s'emparer d'un livre runique, il sortit de la bibliothèque, assez rapidement pour apercevoir au détour d'un couloir une troupe de Nains guidée par Aristide, l'aide de cabinet de Nakor. Montant alors les escaliers vers la salle de réunions, et y voyant la porte fermée sans néanmoins être sourd aux paroles qui s'en échappaient, l'Elfe entreprit d'ouvrir la porte. Mais sa chaussure se déroba sur la dernière marche, et son visage épousa royalement le noyer confectionnant la porte. Il se releva précipitamment, puis entrant dans la salle d'un air digne et fier, espérant que la marque rouge sur son front ne soit pas visible, il entreprit de saluer les visiteurs, qui, sans exceptions, étaient des Nains.

« Je vous salue, peuple de la Montagne. Mon nom est Celindel, second du Firmament. »

Entrée bien sobre pour un Être comme Celindel, mais ici à titre officiel, il n'était pas le meneur, et c'était à Nakor de mener la discussion. Qui sait, peut-être ainsi le Philosophe apprendrait-il les raisons de la présence de Nains au Firmament ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chercher à l'Est la sagesse du Nord.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chercher à l'Est la sagesse du Nord.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» OSCAR MALE X CANICHE 6 ANS . NORD 59 - ADOPTE
» On devrait mettre les gens du nord en quarantaine pour les empêcher d'entrer à
» Retour au pays du Sénateur du Nord-Est Rudolph Boulos
» [Equipe 4] Savoir, Sagesse, Solidarité
» La sagesse.....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Royaume de Naelis :: L'Aurore-
Sauter vers: