Partagez
 

 Edrim Poigne-de-Fer - Aventurier

Aller en bas 
AuteurMessage
Edrim Poigne-de-Fer
Nain
Edrim Poigne-de-Fer

Nombre de messages : 4
Âge : 26
Date d'inscription : 25/04/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
Edrim Poigne-de-Fer - Aventurier Empty
MessageSujet: Edrim Poigne-de-Fer - Aventurier   Edrim Poigne-de-Fer - Aventurier I_icon_minitimeJeu 25 Avr 2013 - 14:39

Nom/Prénom : Poigne-de-Fer / Edrim
Âge : 123 ans.
Sexe : Masculin
Race : C'est pourtant flagrant... Nain !
Particularité : Un tatouage sur la face.

Alignement : Neutre.
Métier : Aventurier.
Classe d'arme : Corps à corps.

Équipement :

Un pourpoint d'armure matelassée lui protège sa bedaine de Nain. Lui procurant chaleur pendant les longues nuits d'hiver ainsi qu'une protection correcte et une liberté de mouvements plus que confortable. Un pantalon de laines épaisses de couleur brunes des plus simples. Tout ceci fermement maintenu à l'aide d'une solide ceinture de cuir ornée d'un boucle de fer finement ouvragée représentant une tête de Nain en colère.
Ses genoux sont également protégés par des protections en métal, harnachés par des lanières en cuir brun. A ses pieds, de gros godillots abîmés mais robustes de même matière, un cuir couleur marron, à l'allure un peu sale, indémodable et intemporel. (Et difficile à user)

Son bras droit est solidement armuré de plaques de métal commandé et fait sur mesure par un maître artisan Nain. -A vrai dire, un de ses apprentis, ça coûtait moins cher, bon forcément c'est un peu moins fin, mais ça remplit son rôle quand même, le reste on s'en...-
Le gantelet est gravé de différents symboles et runes Naines. Le reste ne semble pas avoir reçu les mêmes "soins" et parait bien plus simple. En réalité, le gantelet vient d'un autre artisan et a été acheté à part.
L'épaulière offre une protection très avantageuse mais l'empêche de réaliser certaines actions, certes héroïques mais au combien dangereuses, comme se jeter à terre avec aisance ou nager convenablement. -Enfin, pour le coup, l'épaulière n'est pas le seul soucis-

Il porte son épée à la ceinture, une lame courte mais nous y reviendrons par la suite.
Ainsi que pour le collier qu'il ne porte pas, mais qu'il conserve dans une besace avec un anneau de laiton à l'histoire particulière.
Le Nain a aussi dans son sac à dos un casque aux allures malveillantes qui, autrefois, arborait une toute autre apparence.

Description physique :

Edrim est un nain, cela ne fait aucun doute. Grand, beau, fort, tatoué, sentant le sable chaud tout ça.
Le teint légèrement halé, ses nombreux séjours dans les montagnes lui donnent bonne mine. Loin de ressembler à un gobelin décrépit qui n'aurait pas vu le soleil depuis des mois, (Contrairement à celui qui écrit ces lignes...) il ne fait certes pas dans l'originalité, mais semble un peu plus avenant que certaines de ses congénères de par ce simple fait.
Pour résumer ce nain, une couleur suffirait. Marron. En effet, sa longue chevelure, douce et soyeuse -Tout du moins, très entretenue- de couleur châtain s'étend jusque sur ses épaules. De nombreuses nattes attachées par de petits cercles de métal. De tailles et de longueurs différents, ornés ou non, ils ajoutent une touche de coquetterie à un être qui en est dénué. Dans son attitude, comme dans ses choix vestimentaires.

Sa barbe très fournie a le droit au même soin que le reste de sa pilosité, si ce n'est plus. Si il y'a bien une fierté chez les Nains, c'est la barbe. Pour rien au monde il ne s'en séparerait. Pas bien longue, comparée à d'autres de ses frères qui la portent parfois jusqu'aux genoux, elle tombe jusqu'à mi-poitrine. Pour des raisons évidentes d'encombrement et de... Enfin, pour des raisons pratiques et des raisons tout de même d'hygiène, il ne peut se permettre de la porter plus longue. Disons que c'est le maximum qu'il puisse porter avant de se considérer comme encombré par cette pilosité faciale abondante.

Ses épais sourcils souvent froncés de colère ou d'interrogations diverses et variées sont quasiment de même couleur que ses pupilles. Une couleur peu original de surcroît, mais la couleur de ses yeux lui importent peu. Son regard est franc et surtout très expressif. Comme le reste de son visage, il n'est pas difficile de lire sur ses mimiques et ses grimaces. On remarque facilement sa frustration, sa colère ou même sa joie. Quand il n'essaie pas de se dissimuler derrière sa barbe, bien entendu.

Edrim n'est pas un géant dans sa catégorie. Mesurant un mètre quarante-sept, il pourrait être complexé par sa taille. Mais il n'en est rien. N'étant pas le plus petit des Nains, ce qui pourrait s'avérer être un fardeau, il n'en est pas le plus grand. Malédiction que d'être confondu avec un petit Homme, malchance réservée au nains frôlant le mètre soixante. Il s'estime dans une moyenne tout à fait confortable et ne se plaint pas d'être de petite taille.

Il porte également un tatouage sur la partie droite de son visage. Sa signification n'est pas des plus évidentes. Une erreur de jeunesse plus ou moins. Dans l'armée, c'était bien vue les marques de guerre. Soit-disant ça impressionne tout ça. Au final, ça lui rappel qu'il fut soldat, chaque fois qu'on lui fait gentiment remarquer qu'il a ça sur la trogne. La provenance et la signification, il garde ça pour lui en général. Un tatoueur nain quelconque, pour une obscure question d'intimidation. Au final, ça n'a jamais fait fuir personne, hein.

Description mentale :

Edrim n'est pas un être d'une complexité tortueuse au demeurant. Il vit comme bon lui semble, voilà tout.

Un être dont il ne faut pas tenter d'altérer la liberté. De mouvement, comme de parole. N'ayant reçu qu'une éducation brève et très... lointaine, il ne connait que peu les bonnes manières. Il sait se tenir et possède quelques notions de diplomaties élémentaires, mais ne comptez pas sur lui pour des dîners mondains. De toute façon, qui inviterait un nain roturier à ce genre de festivités pompeuses. On se le demande...
Edrim est un être vivant. Sans complexe et... Sans gêne. Il vit pleinement ses sentiments et les exprime tout aussi librement. La joie comme la peine. Il n'est cependant pas un grand optimiste ni même un pessimiste en pleine crise de mélancolie.

Même si dans son peuple, on a tendance à se réserver, à cacher un peu ses sentiments, il n'en reste pas moins un nain. De près plus que de loin. De prime abord, il est très orgueilleux. Quiconque oserait bafouer son honneur ou encrasser son nom devrait répondre de ses actes ou de ses paroles. Cet orgueil est parfois mal placé ce qui soulève un autre problème du nain. Ayant tendance à être un peu... Soupe-au-lait, il s'emporte rapidement et souvent pour peu de choses. Il suffit qu'il n'apprécie pas la compagnie d'une personne, qu'il soit dans ses mauvais jours ou que la nuit lui ait été défavorables et vous en aurez pour la journée. Le lendemain, il aura passé l'éponge.

Un peu cynique, il n'en reste pas moins un plaisantin avec une répartie du tonnerre. Toujours près à répondre, toujours irrévérencieux et plein de surprise, il surprend. Puis, quand on le connait un peu, on s'aperçoit que tout ceci cache un certain cynisme et une amertume savamment déguisée en dérision. Les vies longues sont parfois les plus difficiles à supporter. On évacue tous de manière différentes. Lui, c'est en racontant n'important quoi. C'est une manière pour lui d'évacuer et de rester sain dans son esprit. De ne pas penser au reste.

Sentimentalement maladroit, il n'est pas doué pour le romantisme ou la poésie. De toute façon, l'écriture en général n'est pas son fort. Son peuple, de toute façon, n'a pas de prétention de ces cotés là. Tant mieux, quelque part. Disons qu'il se rattrape autrement. Par un courage, une dévotion et une combativité au delà du commun. Toujours près à se relever, à se battre... Surtout à se battre, pour sa propre cause. Les autres, il s'en moque un peu. Tout est prétexte, de manière générale, à sortir Komlir et à briser quelques crânes. Dans la mesure du raisonnable, bien entendu. Il ne s'agit pas de pourfendre les fermiers, les veuves et les orphelins.
Quoi que, les orphelins, parfois...

Edrim est aussi très rancunier. Il n'oublie jamais. Que ce soit en bien, ou en mal. Il n'a qu'une parole et qu'une mémoire. Il sait reconnaître ses amis de ses ennemis. Et si sa longévité lui a bien appris quelque chose, c'est que le monde n'est jamais assez grand pour échapper à ses dettes. Que ce soit dans un sens, ou dans l'autre.

Histoire :

Une épopée épique avec en vedette un rustre et un malpoli.


HRPComment trouves-tu le forum ? : Je m'y replonge petit à petit. C'est toujours très complet et graphiquement impeccable. Le reste, j'attends avant de porter une critique.
Comment as-tu connu le forum ? : J'ai oublié, ah ah !
Crédit avatar et signature :

http://cynic-pavel.deviantart.com/ => Avatar. Très bon artiste au demeurant, que je découvre grâce aux recherches pour ce forum.

http://akeiron.deviantart.com/ => Le casque.

http://aikurisu.deviantart.com/ => Pour les babioles.

http://firstkeeper.deviantart.com/ => Pour l'arme.


Compte autorisé par : Votre texte ici (Uniquement en cas de compte supplémentaire bien entendu)



Dernière édition par Edrim Poigne-de-Fer le Ven 26 Avr 2013 - 15:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Edrim Poigne-de-Fer
Nain
Edrim Poigne-de-Fer

Nombre de messages : 4
Âge : 26
Date d'inscription : 25/04/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
Edrim Poigne-de-Fer - Aventurier Empty
MessageSujet: Re: Edrim Poigne-de-Fer - Aventurier   Edrim Poigne-de-Fer - Aventurier I_icon_minitimeJeu 25 Avr 2013 - 14:40

Légende :

Présent.

Histoire passée.

"Paroles présentes."

"Paroles passées."


---------------------------



Edrim souffla dans le foyer de sa pipe en écume (Et on ne rigole pas, vous n'avez plus 15 ans !) laissant s'échapper quelques résidus de tabac cendreux. La poussière virevolta délicatement et disparut dans les airs.

Le nain, originaire de Kirgan, plongea sa main gauche dans une petite poche qui pendait à sa ceinture. Il farfouilla quelques secondes et en ressortit du tabac séché. Avec précision et délicatesse, il commença à bourrer le foyer de sa pipe favorite. Toujours avec beaucoup de précaution, il veilla à en retirer les impuretés et surtout à ne pas la bourrer. Il remit d'ailleurs le superflus dans l'endroit approprié et de son autre main porta l'objet à sa bouche.

Se penchant alors pour ramasser une brindille qu'il alluma grâce au feu à ses pieds constituant le seul élément de son campement de fortune. Il tira lentement une bouffée de tabac en aspirant de l'air par le bec et la recracha presque aussi sec dans un soupir d'aise.

Puis, Edrim s'assit paisiblement sur un tronc d'arbre près du feu. C'était un peu humide et surtout couvert de mousse, mais cela ne le gênait en rien. Il y'avait plus important à l'heure actuelle. Le nain observa alors son interlocuteur qui n'avait dit mot jusque là. Alors que sa bouche s'entrouverait, Poigne-de-Fer lui fit signe de s'interrompre, ou plutôt de ne pas l'ouvrir. Sous peine de se manger une bonne grosse salade de phalanges.

Edrim retira la pipe en écume finement ouvragée de ses lèvres et prit une grande inspiration. Puis il souffla lentement avant de s'exprimer calmement.

"Tu n'as pas l'air de savoir qui je suis. En même temps... Comment le pourrais-tu ?" Dit-il en ricanant dans sa barbe épaisse, qu'il vtin gratter machinalement, tout en se mettant à réfléchir et à repenser au passé.

"A vrai dire... Il n'y a pas grand chose à rapporter sur mon sujet. Je suis un nain pour... Ainsi dire... Sans histoire. Tu vois ?" Le nain ne laissa pas à l'autre de répondre et reprit immédiatement : "Bien sûr que tu vois. Mon histoire est simple et je vais te la conter. De toute façon, tu n'as pas mieux à faire, pour l'instant."
"Il était une fois, un nain du nom d'Edrim..."


---------------------------

"Il est bien trop maladroit, Elisa. Tu le sais aussi bien que moi !"

"Il apprendra, comme tout les autres. Tu portes un jugement hâtif sur ton propre enfant. Laisse lui le temps. L'expression populaire ne dit-elle pas : "C'est en forgeant que l'on devient forgeron ?" "

"Cette expression ne s'applique pas aux manchots."

"Ce que tu peux être abruti, parfois."

Edrim surgit alors des profondeurs de l'atelier de son père, Hodrim, l'artisan forgeron. Le petit avait les yeux bouffis de larmes, aprèx avoir entendu le discours que portait son père à son égard. Puis il serra les poings. Sa bouche s'entrouvra, mais aucun son n'en sortit. La décéption et la colère l'empêchaient de dire quoi que ce soit. Le regard attendrit que lui offrit sa mère à cet instant ne se retrouve pas sur le visage dur et amer de son père. Ce dernier se retourna vers son épouse.

"Il faut qu'il grandisse. Dans sa tête." Elisa croisa le regard du forgeron et leva les yeux au ciel. "Voyons, il est bien jeune encore, je me tue à te le répéter."

"A son âge, je forgeais déjà mes premières lames !" Sa femme dodelina et roula des yeux avant de se mettre à sourire. "Bien sûr mon chéri et à trente ans tu as équipé l'armée entière."

"Rah, ne te moque pas de moi, femme !" Dit-il en lui pointant son marteau au visage. (Il n'y a aucun sous-entendu dans cette phrase. Vous avez l'esprit devient et mal placé)

Elisa repoussa l'ustensil du bout des doigts. "Ce que je veux dire, c'est qu'il n'a peut-être pas les même facilités que toi." Puis elle donna un coup vif sur l'outil du forgeron qui vola à plusieurs mètres de là. "Et ne... ME.... PARLE PAS... comme ça." Dit-elle en feintant le colère.

Le forgeron écarquilla les yeux et se mit à rire doucement. "Je veux bien lui donner une autre chance." Son regard finit par se porter vers son fils unique. Ce dernier était interpellé et ne comprenait pas tout à la scène qui se déroulait devant ses yeux. Son père lui tendit la main. "Viens, on va voir ce que tu peux faire aujourd'hui."


---------------------------

"Et c'est ainsi que je devins apprenti forgeron au compte de mon très cher et prétendu-défunt père, Hodrim Poigne-de-Fer. Une vraie tête de con, si tu veux mon avis. Mais un homme droit dans ses bottes. Ouaip."

Puis il posa à nouveau son regard vers son interlocuteur, qui restait impassiblement muet.

"Mais j'ai plus intéressant, hein. Comme par exemple, le jour où..."


---------------------------

"Ton père a finit par te virer."

"Bah... Ouaip."

"T'as encore raté une lame ?"

"Deux."

"Je vois..."

Edrim faisait à présent parti de la bleusaille. Le gros des troupes. La chair à canon. Fraîchement entré dans l'armée naine, il portait fièrement -Ou pas- son casque nu, sans corne, sans motif. Un bol à soupe sur le crâne, quoi, en guise de défense. C'était navrant de simplicité, lui qui était tant habitué à voir les oeuvres d'arts que son père pouvait produire.


---------------------------

"Mais tout ça, on s'en fout complètement ! Pourquoi je parle de ça, d'ailleurs. Mes premiers jours, c'est pas le plus important. Le plus important..."

---------------------------

Edrim rentra alors chez lui avec une permission exceptionnelle, après plusieurs années de bons et loyaux services. Son père était devenu Grand Artisan et gérait alors toute une troupe d'artisans sous ses ordres. Il gérait plusieurs ateliers de forge et ne s'occupait que de commandes d'exceptions. Il vit son fils dans son uniforme et ses atouts de guerriers flambants neufs. N'étant plus un simple grouillot, mais un soldat à part entière avec cette belle bande bleue marine autour du casque... Son père n'en eut rien à battre et le salua de la manière la plus standard.
Mais avant que la monotonie ne s'installe, il tendit un fourreau à son fils unique.

"Kolmir."

"A vos souhaits." Lui répondit son fils, avant de se prendre un tape derrière la tête de la part de son paternel.

"T'as pas encore pris assez de coup dans la trogne, t'es toujours aussi con. Ça et je sais que tu n'en tiens pas souvent dans les mains, c'est une épée. Spécialement conçue pour toi, avec le surplus des ateliers."

"Vous auriez dû la faire plus courte."

Les deux nains s'échangèrent un regard. Tout deux prirent un air défait, frustré. On les aurait dit prêt à se mettre sur le nez. Mais le fils tendit la main à son père qui ne put s'empêcher de le prendre en étreinte.

"Merci père. Maintenant, lâchez-moi je vous prie." Dit-il sur le ton de la boutade, comme à son habitude. Cependant, son géniteur s'éxécuta et tapota son sablier plein de cendres.

"Pense à moi, chaque fois que tu t'en sers pour pourfendre un crâne. Chaque fois que tu doutes de quelque chose, frappe avec et... Ne la casse pas. Sinon je viendrai personnellement te tuer avec ce qu'il en restera."


[HRP : Kolmir en image : ]
Spoiler:
 

---------------------------


"Ah làlà... Quel bout-en-train mon papa, tu trouves pas ?" Dit-il en remettant sa pipe dans son clapet de nain déviant. "Ouais, non, réponds pas, je m'en fous."

Puis il se releva et se mit à marcher autour du feu, d'un pas lent. Il dandinait paisiblement en fumant, sans faire attention à son interlocuteur. "Mais attends, y'a mieux. Comme la fois où j'me suis retrouvé coupé de ma compagnie. Ils étaient presque tous morts. Presque ouais. Sauf peut-être Alamir. Après une bataille contre les Gobelins qu'on pourchassait dans les entrailles de la terre, il s'est fait couper littéralement en deux. Ses jambes, plop, séparées de son corps." En même temps que de raconter son récit, le nain mimait les guibolles se séparant du buste de son défunt camarade d'infortune. "Le plus drôle, c'est que je me le suis traîné sur p'tête... Trois cent mètres, en étant persuadé qu'il lui restait un espoir et qu'il allait s'en sortir !"


---------------------------

"Tiens bon Alamir. Si tu le fais pas pour moi, fais les pour tes gosses..." Puis Edrim se stoppa net. "Attends... T'as pas de gosses." Puis il se retourna, lâchant la main de son camarade. Il se pencha. Ses blagues ne faisaient rire personne. Il porta son casque à sa poitrine et observa quelques secondes de silence. "A quoi bon. Désolé mon ami." Puis il continua sa route, sans lui. Enfin, sans sa moitié. Il s'agissait à présent de survie, donc, de retrouver le reste de sa compagnie. Lui et Alamir furent envoyés en éclaireurs. Poursuivis par des gobelins, ils retrouvèrent leur compagnie rapidement, mais avec leurs assaillants. L'assaut avait été rude et plusieurs d'entre-eux s'étaient détachés du groupe. Pour fuir ou pour poursuivre les fuyards. Ou un peu les deux, dans la confusion.

Edrim entendit grogner. Un gobelin s'était emparé du corps de son camarade d'infortune et prétendait à le traîner avec lui. Le nain dégaina son épée et fonça sans réfléchir. Dans la pénombre, il ne distingua par vraiment que ce gob' n'était pas seul. Derrière lui, dans les profondeurs de la galerie, deux autres amis à lui. Dont un, un peu plus grand, la mâchoire proéminente et le peau très foncée, presque noirâtre. Mais surtout, ce dernier portait un casque abusément ouvragé et inquiétant pour un simple gobelin.

L'un d'eux fit tout de même l'erreur de se jetter sur lui aveuglément, armé d'une simple hachette grossière et d'une veste en cuir. D'un pas de coté, il l'esquiva et lui asséna un coup dans la poitrine. Le Peau-Verte s'en alla rejoindre les siens... Euh... Là où les gobelins meurent quoi. A vrai dire, Edrim ne savait pas où ils allaient. Et ce n'était pas le sujet.
Deux gobelins. Certes, ils étaient derrière lui. De là où il venait. Mais vu son attirail, il était inutile d’espérer échapper à deux Peaux-Vertes en pleine forme. Aussi, il décida de faire face et de voir... Le tout pour le tout, quoi.

Avançant pas à pas, lames rouillées à la main, les goblinoïdes s'approchaient de lui, se déployant au maximum. Edrim posa alors genou à terre, sans les quitter des yeux. Il ramassa la hache de leur copain et la lança. Evidemment, pas très doué en lancé (Vous avez déjà essayé de lancer une hache ? Non ? Bah... C'est pas évident) l'arme alla se loger plus loin, rebondissant sur les pierres du tunnel. Tout ceci était bien entendu prévu (Oui, oui, promis !) et n'était qu'une grossière diversion. Le plus petit se baissa pour esquiver. Edrim le chargea alors directement. La force propulsée par les petites gambettes du nain -et surtout son poids- firent tomber le gobelin à terre. Dans la foulée, il lui asséna un coup dans la poitrine. Le monstre fut occis, mais son camarade en profita. Un coup latéral vint blesser le barbu, lui entaillant sévèrement le bras gauche. De ce même bras blessé, il s'en servit comme d'une arme contondante. Le balançant en y mettant tout son appuie, faisant sauter le casque ébène du goblinoïde foncé. Ce dernier, en dessous du métal, était atrocement laid et balafré. Sa mâchoire carrée pleines de dents difformes et irrégulières.
Le Peau-Verte lança l'assaut, tentant un coup d'estoc. Le Nain esquiva d'un pas de coté, avant de trancher le bras du gobelin. Sans lui laisser le temps d'autre chose, il lui asséna un coup dans l'estomac. La créature déglutit et tomba en se tenant la blessure qui suitait d'un luquide épais et cramoisi. (Du sang sans doute /o/)

C'est alors qu'Edrim se saisit du heaume. Il émanait de cet objet une aura inquiétante. Difficile de dire ce qui n'allait pas avec ce casque. Il ressemblait à un vestige nain. Un casque de général qui aurait été reforgé et sur lequel on aurait ajouté une seconde paire de cornes. Des cornes de boucs, torsadées...
Le plus étrange c'était cette visière. On avait refermé le casque pour que le visage de son possésseur soit dissimulé. Ce surplus de métal ressemblait à un... Crâne. Un crâne d'araignée ou quelque chose de ce genre. Des yeux menaçants, de grands crocs, le tout surmonté de petites cornes en métal. Les dorures étaient forcément moins... Fines. Mais encore présentes. Etrangement, le coté magistral de l'objet avait cédé à un coté plus... Macabre. L'ensemble n'était pas commun. Comment un gobelin se l'était procuré ? Qui avait fait cet ouvrage ? Son père aurait pu le renseigner, sans doute. Ou savoir d'où il provenait. Peut-être.


---------------------------

"Mais j'ai jamais sû." Dit-il le nain sèchement. "Et dire que maintenant je m'en sers pour faire peur aux corbeaux et aux chiards dans la rue..." Reprit-il en ricanant grassement, le marmonnant dans sa barbe. Ce genre de commentaire ne regardait que lui. "Peu après, j'ai retrouvé ma compagnie. J'avais caché le heaume dans ma besace. Depuis il me suit partout. C'est un peu comme un porte-bonheur. Que je ne porte pas."

[HRP : Le casque en question : Oubliez les runes luisantes et tout ça... ]
Spoiler:
 

"Bon, alors... Qu'est-ce qu'il nous reste ?" Edrim fouilla ouvrit son pourpoint matelassé. Il tira d'une petite poche, un sachet. L'ouvrant délicatement, il en posa le contenu dans sa main droite. Un collier singulier et un anneau en sortèrent. "En voilà d'autres... Des gri-gri que je ne porte pas..." Ajouta-t-il sur un ton légèrement plus mélancolique. "Vois-tu, il y'a des choses qui ne s'expliquent pas. Comme la folie des Hommes. Il y'a de cela... Quarante ans, maintenant..."

---------------------------

Edrim, soldat première classe, était aux ordres d'un sergent téméraire et borné. Si bien qu'un jour, il se sépara de sa troupe. Prétextant s'être sans doute... Perdu ? Edrim était une sorte de scout. Un éclaireur bas-de-gamme. Hedrog, son sergent, l'envoyait souvent en premier en espérant qu'il ne revienne pas. Ou avec quelques flèches dans le dos.
Les deux nains ne s'appréciaient guère, mais ils cohabitaient comme ils le pouvaient. La hiérarchie faisant qu'ils ne pouvaient se livrer une lutte justifiable par l'honneur. Attaquer son supérieur n'amène jamais rien de bon. (La mutinerie est rarement bien vue...) Attaquer un de ses soldats relève de la bêtise.

Groupuscule de soldats chargés de reconnaissances diverses aux alentours de Kirgan, Edrim ne prenait pas ce type de missions très au sérieux. Comme le reste des troupes d'ailleurs. C'était plus un prétexte pour que se dégourdir les pattes dehors et se grelotter le postérieur, plutôt que de profiter du feu à l'intérieur. Histoire de s'endurcir un peu quoi.
Le première classe Schultz... Euh, Poigne-de-Fer gambadait aux devant de sa troupe. Alors qu'un camp de fortune se construisait pour la nuit, lui recherchait les ennuies.

Il se rendit compte qu'il était aller un peu loin lorsqu'il se retrouva nez à nez avec un petit bosquet. Les arbres, enneigés se distinguaient péniblement dans le décor. N'écoutant que son courage et quitte à être perdu, il décida de s'y rendre.
Puis, l'appel de Briessa se fit sentir. Edrim alla alors le long de la première souche qu'il croisa pour soulager son besoin immatériel. Alors qu'il remettait son paquetage à sa place, il entendit comme un branchage que se... Fracture. Ou plutôt... Comme si de la roche se fendait. Il regardait brièvement sous ses pieds. Effectivement, la pierre se brisait sous son poids.

"Et m..." N'eut-il pas le temps de conclure que le tout se fracassas dans un vacarme. Il se réveilla alors, sans doute quelques secondes plus tard. Son casque n'était plus sur son crâne. Il se retourna, à droite, à gauche. Puis, il se mit à ramper voyant son heaume à quelques pas. Le nain le refixa sur son crâne, avant de se rendre compte que de neige il n'y avait pas. Sauf sur lui. Il avait attérit dans une grotte. Le soldat se remit alors péniblement sur pieds, fit un check bref de ses affaires. Il n'avait visiblement rien perdu, pas même un bras ou une jambe. La chute n'avait pas été bien haute, mais assez pour bosseler son casque. Le sergent allait encore gueuler.

Edrim n'eut d'autre choix que de partir explorer les lieux. Des tunnels étroits, jalonnés de torches. Visiblement, l'endroit était habité. Mais plus étonnante fut sa découverte. Devant lui une vaste pièce taillée à même la pierre. Naturelle ou non, le reste ne l'était pas. Une grande table en bois, avec posés dessus, des grimoires ouverts, toutes sortes de parchemins enroulés, de l'encre séchée, des plumes traînant par terre. Puis un bruit de bibliothécaire qui ferait mal son boulot dans le couloir à se droite. Puis une voix.

"Roh, encore..."

Edrim pensa se cacher, se dissimuler. Sous une table ? Ridicule. Sous une chaise ? Encore pire. Pas de coffre, pas de tonneau. Pas d'autre choix. Faire face.
Il prit alors une pause extrêmement naturelle et un air faussement détaché. Alors que le personnage, le dépassant d'au moins... Deux ou trois bonnes têtes, vêtu d'un vêtement ample, une robe, sans doute, pourpe foncé fit son apparition, il fit un bond en arrière. Puis il se reprit bien vite. Son visage, dissimulé derrière une capuche, laissait entrevoir une barbe mal entretenue de plusieurs jours.

"Woh... Woh... Qu'avons-nous là ? Hm... Ce n'est peut-être pas la bonne question." L'homme reprit sa marche, il s'approcha du nain, qui fit un pas en arrière chaque fois que l'humain en faisait un en sa direction. "Un nain."

"Belle déduction." Répondit franchement l'intéressé.

"Vous parlez en plus." Lança alors directement l'homme en robe.

"Encore une preuve de perspicacité comme celle-là et vous avez votre place dans les autorités locales."

Les deux hommes se toisèrent du regard. Enfin... Comme ils le pouvaient. L'un derrière son casque, l'autre derrière sa capuche. Puis il se mirent à rire à gorge déployée. Une poignée de seconde, avant que les deux ne se reprennent. Le ton de l'humain haussa d'un cran et il semblait retrouver son sérieux.

"Trêve de plaisanterie le nabot. Comment êtes-vous entré ici ? Parlez !"

"Eh bien c'est plutôt simple." Répondit le nain d'un air désinvolte. Il prit place dans un tabouret derrière lui. Ses pieds touchaient à peine le sol. "De par ma fonction de garde forestier, je me suis dit "Et si j'allais rendre visite à mes amis les écureuils ?" "Très bonne idée !" me répondis-je alors. Puis, sur la route qui me menait à la capitale des bouffeurs de noisettes, j'ai rencontré un ours, après des échanges philosophiques sur notre capacité à pêché la truite avec nos pattes velues, nous avons entamé une petite danse sur le pas de votre porte et..."

L'humain semblait amusé par cette histoire. Dans un premier temps. Il s'approcha d'un bond vif du nain. "Cessez vos pitreries. L'heure n'est plus à la plaisanterie. Parlez. Maintenant. Ou..."
Il tira alors un dague de sa ceinture. "Sinon." Termina-t-il sur un ton qui se voulait inquiétant.

Trouvant que la situation s’aggravait légèrement, le nain décida de basculer en arrière, prenant alors le tabouret pour arme. Il menaça le grand bonhomme avec. "Approche donc, l'encapuchonné."

L'humain se figea alors. Il entama des gestes étranges avec ses mains. Puis il se mit à chuchoter des paroles incompréhensibles. Sans doute pour le spectacle tout ça, mais Edrim n'en comprenait pas vraiment le sens, ni le but. Il le fixa alors, interrogateur à l'égard de son nouveau compagnon de jeu.

"Si vous êtes épileptiques, faut le dire hein..."

Alors qu'il s'apprêtait à dire d'autres âneries, l'ombre du nain vint se figer... Devant lui. Elle bougeait. Le nain regardit alors les torches. Non. Pas bougées. Pas de lustre au plafond. Bien, très bien. Le soldat tomba sur les fesses et dégaina son arme. Croyant qu'on lui volait son âme, il décida de ne pas porter atteinte à sa propre ombre et se trouvait bien dans la mouise. Puis l'ombre revint à sa place et suivit à nouveau le nain.

"Voyez de quoi je suis capable, être de petite taille."

"Vous pouvez dire nain, comme tout le monde. Ce n'est pas discriminant vous savez..."

Le magicien soupira. "Ne cessez-vous donc jamais ? Soyez sérieux un peu. Vous même avez eu un aperçu de ma puissance. Je peux contrôler jusqu'à votre propre ombre."

"Et techniquement, ça servait à quoi ?"

L'encapuchonné porta la main à son front. Défait, il n'eut d'autre recours que de s'en remettre à la magie. Alors qu'il entamma de nouvelles incantations, le nain ne lui en laissa pas le loisir. Empoignant de nouveau le tabouret il lui envoya au visage. Le magicien esquiva le projectile de fortune et reprit son incantation en reculant. Poigne-de-Fer dégaina son arme et avança en direction du contrôleur des ombres.

Un tentacule jaillit alors du sol pour faire face à Edrim, stupéfait.

"Voyez ! Voyez ma puissance ! Et Tremblez !"

Le nain ne se laissa pas désarmer, même si la chose n'était pas... Commune. Alors qu'il tenta d'échapper à cette magie, l'excroissance vint lui chopper la jambe et le fit tomber. Ne lâchant pas prise, il donna un coup précis, tranchant une partie de l'abomination d'ombre. Cette blessure ne fut que très brève et à peine le morceau parti que la magie le reconstituait.
Edrim profita tout de même de l'occasion pour arriver au contact du magicien pourpre. Avec son bras, il tenta de manipuler à nouveau les ombres. La sienne pour être exacte. Alors qu'elle se mettait en travers du jeune Poigne-de-fer, il mit un coup d'estoc. Ce bouclier particulier semblait dévier le coup. Mais la protection semblait perdre en intensité. Alors que le tentacule allait se saisir de lui à nouveau, Edrim se servit de sa petite taille pour passer entre les jambes de l'ombre elle-même, atteignant ainsi son agresseur. Sans réfléchir il abattit sa lame qui lui trancha le bras droit.

Son cri rauque résonna dans la grotte naturelle, tombant à genoux à la merci du guerrier, ses sortilèges n'en restaient pas moins actifs. Le bouclier s'évapora, mais le tentacule revint à l'assaut et pris le nain par les jambes, avant de l'envoyer valser à travers la pièce comme une peluche malmenée par un enfant. Il alla donc se fracasser contre le mur et retomber lourdement sur le sol en pierre froid et humide. Son casque se détacha à nouveau et alla rouler plus loin dans la pièce.

Mal en point, Edrim se remit alors péniblement sur ses deux gambettes. Voyant que le nain reprenait connaissance, le magicien ne demanda pas son reste. Sa magie faiblissant à cause de sa blessure trop importante pour rester concentrer, il prit ses jambes à son cou de décida de fuir par le couloir derrière lui.
Trop faible pour le poursuivre, le nain tenta tout de même de voir par où il s'échappait. Il prit donc le chemin emprunté par l'encapuchonné. Au bout de ce couloir, une pièce un peu plus carrée. Contenant des rangements diverses et une bibliothèque remplie d'ouvrages. Au bout, un autre couloir menant vers une sortie. Il put apercevoir le magicien courir dans les bois, se tenant le bras et disparut dans l'obscurité.

Revenant sur ses pas, le nain se demanda si il y'avait des choses intéressantes dans les parages. Après avoir passé en revue quelques documents... Certaines étaient écrits en "on-ne-sait-trop-quoi", d'autres traitaient de sortlièges, de sorcelleries, de trucs et d'autres. "Comment réussir son clafoutis aux pommes", "vivre avec un raton-laveur" ou encore "Se prendre pour un hirondelle et s'assumer" étaient sans doute les plus exotiques de sa collection.

C'est sur le bras tranché qu'il trouva le plus intéressant. Un anneau à son index. Comme c'est meugnon tout plein. Ni une ni deux, il s'en saisit. Non, le nain n'était pas grand amateur de pillage. Mais de toute façon, il ne s'en servirait plus, alors pourquoi se gêner. L'anneau était en bronze, orné d'une fine bande de pierres à peine précieuses gravées de petites rainures. L'objet n'était pas en très bon état, mais une inscription à l'intérieur titillait sa curiosité. "Fléau d'Alazred" Sans doute encore un fou quelconque. Ou le prénom du magicien qui se serait pris un peu trop au sérieux. Ou un écrivain de livres pour sectaires. Allez savoir, après tout.


[L'anneau en question :]
Spoiler:
 

---------------------------

"Et voilà comment j'ai eu ce petit anneau. Chouette, hein ?" Edrim posa son regard inquisiteur vers son interlocuteur qui semblait perdre en attention. Il se saisit alors d'un bâton et lui mit en travers du visage, le titillant quelque peu. "Eh, oh. Ecoute-moi quand j'te parle. Tu veux bien ?" Poigne-de-Fer reprit alors sa place sur son tronc d'arbre. "Alors, qu'est-ce qu'il nous reste... ?"
Puis il replongea son regard sur la dernière babiole. Cette amulette si particulière. "Alors ça, mon ami..."


---------------------------

Edrim avait quitté l'armée naine après plus de soixante-dix ans de bons et loyaux services. Il décidait alors de parcourir le monde, comme bon lui semblerait. De vivre au jour le jour, ne supportant plus l'autorité, la rigueur et la discipline. Il jugea qu'il en avait assez fait, qu'il avait suffisament donné aux nains et aux combats, qu'il savait désormais se défendre et qu'il ne devait pas se terrer comme nombre de ses frères. La vie au grand air, explorer, chercher autre chose que les forges et la roche. Non pas qu'il dénigrait ses origines. Mais il cherchait... Autre chose. Il poussa le vice jusqu'à la forêt d'Anaëh. Il n'osa pas s'aventurer jusqu'à la capitale, cependant. Non pas qu'il n'aurait pas osé, par provocation il aurait pu s'y rendre. Mais il ne se serait pas sentit en paix. Pas chez lui... Il n'apprécierait sans doute pas la visite comme il l'imaginait. Il se projetta dans l'avenir, la barbe grisonnante, une canne à la main, entrer ainsi dans cette immense citée elfique. Son grand âge lui permettrait d'être mieux vu... Mieux accueillit peut-être pas ces créatures immortelles que sont les Elfes. Et sa vieillesse lui donnerait le droit légitime d'être chiant et malpoli. Un luxe qu'il ne pouvait encore se permettre.

Paradoxalement, c'est dans un village elfique qu'il se sentit le plus en paix. Certes il ne partageait pas les points de vues, les coutumes, les traditions ou les goûts des Elfes. Mais il enviait quelque part leur sérénité. Bien que son peuple se situait encore à des millénaires de l'agitation des hommes, les nains étaient tourmentés. Sans cesse en conflits. Les Elfes avaient quelque chose, dans leur gêne, dans leur âme qui leur donnait ce détachement. De la lâcheté. De l'inconscience ? Peut-être. Mais c'était reposant.
Trop, peut-être.

Il se prit même à apprécier leur beauté. Leurs formes grâcieuses. Il crut même éprouver des sentiments pour l'une d'entre elles. Elindra. Douce, chaleureuse, calme et paisible. Son teint très pâle suffisait à le ravir, à lui rendre le sourire. Un sourire sincère. Pas moqueur, comme à son habitude. Il se sentait, en sa présence, être quelqu'un de différent. Jamais il ne lui fit part de ses sentiments. Ils restèrent bons amis, de loin. De toute façon, il était convaincu qu'elle ne se serait jamais intéressée à lui. Puis, ça jaserait dans les deux camps. On ne mélange pas les torchons et les serviettes. Puis l'amour, c'est pas son truc. Enfin...


---------------------------

"Mais pourquoi je raconte ça moi ?" Dit-il en s'énervant. "De quoi je me mêle d'abord ? C'est quoi toutes ces indiscrétions ?" Il rangea l'amulette à sa place et la besace dans son pourpoint matelassé. "C'est un cadeau d'une Elfe. Pour ne pas que je l'oublie. Disons." Il soupira. Puis il désigna la pipe en écume, qu'il reporta à sa bouche. "Et ça. Ca mon ami. Eh bien ça, c'est à toi." Finit-il par dire au nain ligoté et pendu par les pieds à une branche d'arbre suspendue à un vide. Il tira une dernière fois sur le bec de l'objet en question, relâchant la fumée au visage de son interlocuteur. Baillonné, incapable de répondre depuis le début. Témoin silencieux et involontaire de son récit. Ce dernier se mit à tousser fébrilement à travers le baillon, son état ne lui permettant qu'à peine de respirer convenablement, le tabac obstruait ses pauvres poumons. Son visage était tuméfié, sa cage thoracique probablement enfoncée et serrée par le cordage épais en lin grossier.

[Le pendentif, pour les intéressés : ]
Spoiler:
 


"Tu vois, au final, pas grand chose à dire sur moi." Puis Edrim prit un air interrogateur. "Pourquoi je te raconte tout ça. C'est ce que tu te demandes, pas vrai ?" Puis il se retourna vers ce nain et se mit à ricaner. "Eh bien, parce que personne n'a la patience de m'écouter !"

Puis il dégaina Kolmir de son fourreau et trancha la corde qui tenait le nain au dessus du vide. "Et merci pour la pipe !"

Ce dernier était un de ces fous, errants et enragé par le dieu Mogar. Sa démence l'avait conduit à attenter aveuglément à la vie d'un de ses fréres. Pour cela, il en paya de sa vie.
En même temps, c'est plutôt légitime.

Edrim Poigne-de-Fer, pipe à la main, remit son barda sur son dos et s'éclipsa. Il avait entendu parlé des évènements qui avaient touché son peuple mais il ne s'en préoccupait que peu à présent. Attaché à aucun clan, à aucune maison, ne faisant parti d'aucune caste, sa famille probablement décimée par la catastrophe, il avait fait son deuil et vivait au jour le jour. A la recherche d'un but. D'un nouveau foyer, peut-être. A la recherche de lui-même. Sans doute.



Dernière édition par Edrim Poigne-de-Fer le Ven 26 Avr 2013 - 15:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kiran
Nain
Kiran

Nombre de messages : 730
Âge : 26
Date d'inscription : 19/08/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 151 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
Edrim Poigne-de-Fer - Aventurier Empty
MessageSujet: Re: Edrim Poigne-de-Fer - Aventurier   Edrim Poigne-de-Fer - Aventurier I_icon_minitimeVen 26 Avr 2013 - 14:27

Hello !

Je vais m'occuper de la correction de ta fiche.

Concernant la description et l'équipement, pas grand chose à dire. J'aimerais juste savoir une chose: tu ne parles pas des tatouages visibles sur ton avatar... ton personnage a-t-il les mêmes ou non ?

Concernant l'histoire: assez longue mais agréable à lire, malgré l'emploi assez fréquent de vocabulaire "contemporain". M'enfin, c'est pardonnable. Et si en plus c'est drôle... Wink

Il y a plusieurs passages avec des bouts de phrases qui semblent manquer:
"Il apprendra, comme tout les autres. Tu portes un jugement hâtif sur ton propre enfant. Laisse lui le temps. L'expression populaire ne dit-elle pas : <>"
"De par ma fonction de garde forestier, je me suis dit <> <> me répondis-je alors."

Un oubli ?


Sinon, il serait bien que tu précises le lieu d'où Edrim est originaire.

Le passage de sa vie chez les elfes est intéressant et mériterait d'être développé, mais cela alourdirait probablement un peu le récit. Pas la peine de s'étendre dessus donc. Souviens toi juste que les elfes et les nains sont des peuples qui ne tiennent généralement pas à vivre ensemble, aussi il faut une sacré bonne raison pour qu'un nain soit autorisé à séjourner de manière prolongée en Anaëh.
Ah ! Et aussi : le fait d'être vieux ne donne pas le droit d'être malpoli et chiant :mrgreen:

Je crois que c'est tout...
Revenir en haut Aller en bas
Edrim Poigne-de-Fer
Nain
Edrim Poigne-de-Fer

Nombre de messages : 4
Âge : 26
Date d'inscription : 25/04/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
Edrim Poigne-de-Fer - Aventurier Empty
MessageSujet: Re: Edrim Poigne-de-Fer - Aventurier   Edrim Poigne-de-Fer - Aventurier I_icon_minitimeVen 26 Avr 2013 - 15:47

Il me semblait bien oublier quelque chose. Le tatouage ! Mais bien sûr. Il n'est pas suffisamment visible en plus /o/

- Ajouté dans la desc physique.

- Pour l'histoire : Merci dans un premier temps, si tu trouves ça drôle c'est qu'il me reste quelques notions de RPs, ah ah.

Et euh... Alors, je me suis moi-même questionné, en me disant : Mékésk'il m'raconte ce zigoto là ?

Et effectivement.
Il doit y'avoir un code sur le forum qui fait que lorsque l'on met un texte entre deux <<>>, celui-ci disparaît ? En tout cas, je ne me l'explique pas. J'ai remplacé par des guillemets et maintenant ça apparaît. (Tu peux donc lire le passage magistral et épique du garde forestier) (Quelle chance)

Pour la provenance j'ai ajouté discrètement et de manière très grossière... Enfin... Disons que ça a été glissé.

Pour les gaylfes... Euh... Les Elfes, disons que j'essaie de briser un peu les codes et de sortir du stéréotypes "Je suis un nain, j'aime pas les elfes, gnagna..."
Ensuite, il n'y a pas passé sa vie non plus. Quelques jours tout au plus, avant de se faire remercier et lourder à coups de pompes dans le...

Je suis resté très évasif exprès. (Et puis parce que ça aurait été très chiant), je développerai cette partie si j'ai la chance de RP avec un Elfe, ça me permettra de revenir là dessus tout ça.
Puis p'tête qu'il ment et qu'en faites il a volé l'amulette à la grognasse avant de la pousser dans une cascade.

ON SAIT PAS.

Les mystères de la vie et du mensonge.

Que c'est beau.

Voilà, j'espère avoir tout bien fait comme il faut.

Merci pour ta célérité et bon courage pour ton taf d'admin, Bob. Euh. Kiran.

Revenir en haut Aller en bas
Kiran
Nain
Kiran

Nombre de messages : 730
Âge : 26
Date d'inscription : 19/08/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 151 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
Edrim Poigne-de-Fer - Aventurier Empty
MessageSujet: Re: Edrim Poigne-de-Fer - Aventurier   Edrim Poigne-de-Fer - Aventurier I_icon_minitimeVen 26 Avr 2013 - 19:15

Citation :
Pour les gaylfes... Euh... Les Elfes, disons que j'essaie de briser un peu les codes et de sortir du stéréotypes "Je suis un nain, j'aime pas les elfes, gnagna..."
J'ai remarqué. Et j'approuve :)

Citation :
Je développerai cette partie si j'ai la chance de RP avec un Elfe, ça me permettra de revenir là dessus tout ça.
Bonne idée.

Je voulais juste m'assurer que tu ne prenais pas Anaëh pour une auberge ou un site touristique qu'on peut visiter et où l'on peut venir s'installer quand on veut Wink
Cela dit tu peux très bien être resté plus longtemps chez les elfes. Le tout est d'avoir une bonne raison. Enfin, je te laisse voir...


Bon, il ne nous reste donc plus qu'un petit détail à régler...
*Farfouille dans son sac pendant un moment*
"Rhaaa ! Mais où est-ce que j'ai bien pu mettre ce %*\$! de tampon !?"
"Ah ! Le voilà..."


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Edrim Poigne-de-Fer - Aventurier Empty
MessageSujet: Re: Edrim Poigne-de-Fer - Aventurier   Edrim Poigne-de-Fer - Aventurier I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Edrim Poigne-de-Fer - Aventurier
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Brennan Rox [Aventurier & Herboriste]
» Keshem Lerr [Aventurier & Bucheron]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Où tout commence :: Registre :: Tabularium :: Limbes :: Nains-
Sauter vers: