AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 En route pour Sharas. [Mathilde]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arthur
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1338
Âge : 28
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 42 ans (42ème jour de Bàrkios, de l'an 967 du Xème Cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: En route pour Sharas. [Mathilde]   Mar 14 Mai 2013 - 5:32

L'Eracien était désormais derrière eux, et tandis qu'il passait en Sainte-Berthilde, il avait porté son regard vers l'arrière et songé qu'il quittait son pays probablement pour ne jamais y revenir. Son périple vers l'Est, d'abord en Ithri'Vaan puis plus au sud encore, vers Nisetis, comportait bien des périls, tant les drows qu'un environnement méconnu de lui et inhospitalier. Mais il était déterminé, par la nécessité de sa recherche que par le sentiment de n'être plus à sa place en Péninsule, ainsi n'avait rien à perdre dans cette bravade.
Le véritable risque était prit par la jeune femme et les enfants qui l'accompagnaient à présent. Il avait évoqué les dangers, elle avait pourtant demandé à le suivre. Il veillerait autant qu'il lui était possible à ce qu'ils survivent, mais il ne pouvait s'empêcher d'émettre des doutes, surtout pour le nourrisson. Mais elle avait décidé et elle assumerait le prix, si elle venait à devoir le payer.

Le chemin qu'ils emprunteraient pour se rendre de l'autre côté de l'Olienne était on ne peut plus clair pour lui, et lui éviterait un nouveau passage par l'Ancenois, même si il était parti libéré par le Baron Aemon, et il avait choisi une option qui les reposerait, lui et ses compagnons.
C'est ainsi qu'ils firent route jusqu'au grand lac, source du Ner, et plus précisément, l'un des villages munit d'un ponton et par lesquels passaient certains des négociants circulant jusqu'à Sharas, leur prochaine étape, la dernière avant l'Est.

Là, il alla aux renseignements, indiquant son intention de descendre le fleuve. On le prévint d'un départ le lendemain, et lui conseilla une auberge modeste et chaleureuse où le capitaine, une fois ses affaires terminées, les retrouverait pour régler les détails de cette... transaction. Ainsi se firent les choses, et le dîner ce soir là fut partagé avec cet homme, tout au moins une partie. Les détails établis, et le prix décidé, il s'était retiré, laissant là la petite troupe.
Encore attablés, les enfants à cette heure endormie, Arthur se devait de reposer la question... Sharas serait la dernière chance pour la jeune femme de repartir vers le nord, au delà, si elle voulait faire demi-tour, se serait sans lui. Cela exigeait qu'il révèle une autre part de ce qu'il voyait comme son chemin, la plus délicate.

« Nous y serons bientôt... Mais vous devez prendre conscience d'autres... dangers, si vous décidez de m'accompagner. Je ne vous en ai pas parlé avant, par prudence, mais à présent, et puisque cela vous concerne autant que vos enfants, je vous le dois, non pour vous dissuader, mais pour vous avertir. »

Il semblait, comme parfois dans leur discussion, on ne peut plus sérieux. Exigeant l'attention complète, pour qu'elle prenne la bonne mesure et considère totalement les informations qu'il lui apportait, et qu'elle devrait peser, tôt ou tard.

« Une fois à l'Est, après un temps à Thaar, j'ai la ferme intention de me rendre à Nisetis. Ce sont les ruines d'une importante cité dans le désert, au sud. Cette part là de ma route est probablement la plus dangereuse, tant à cause du climat que des créatures qui peuplent cette région. Il y a un réel risque, pour vous mais surtout pour vos enfants. »

Il n'expliquerait pas encore pourquoi. Il avait confiance en Mathilde, à présent, ils avaient apprit à mieux se connaître, mais il existe un temps pour chaque chose, et le bon ordre était qu'une révélation, une seule, se fasse à la fois. Tôt ou tard, il devrait lui expliquer les histoires de dragons, à supposer qu'elle poursuive le chemin jusqu'en Nisetis.
A ce moment là, en imaginant qu'il ait lieu, elle méritera toute la vérité.

Toutefois, il relativisa immédiatement l'urgence d'une décision. Bien des jours s'écouleraient à Thaar, avant qu'il ne trouve suffisamment d'informations et surtout, un guide véritable.

« Mais rien ne presse, vous déciderez sur place, il me faudra du temps pour préparer cette expédition, et pour vous de découvrir la ville. »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mathilde de Clairssac
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 419
Âge : 29
Date d'inscription : 07/09/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: En route pour Sharas. [Mathilde]   Mar 14 Mai 2013 - 10:30

    Quitter Erac avait été comme un soulagement. Elle avait hâte qu’il y ait le plus de distance entre la Péninsule et elle. Depuis qu’elle savait que son voyage la mènerait jusqu’à Thaar et peut-être même au-delà, elle avait changé. Elle savait qu’il fallait qu’elle s’endurcisse, qu’elle oublie la jeune fille bien soignée, bien douce et bien gentille assise dans son boudoir. Cette vie lui manquerait sûrement mais pour l’heure elle ne s’était jamais senti aussi heureuse, aussi entière. Elle avait vu tellement de choses en si peu de temps… Bien sûr elle pensait toujours avec tristesse à ses frères qu’elle avait abandonnés, à Jérôme qui avait tant fait pour elle et dont elle s’était détournée… Mais c’était pour son bien, pensât-elle… Janis avait déjà du tout raconter à leur mère, sa grossesse, sa fuite, son accouchement et même l’identité du père. Comment Jérôme aurait-il pu la protéger elle et son fils alors qu’il devait déjà se battre pour protéger sa propre vie. Un jour elle lui écrirait. Un jour il lui pardonnerait.

    Mais pour l’heure la soirée s’était passée agréablement, ils avaient rencontrét le capitaine qui se chargerait de les conduire à Thaar. Comme à son habitude Mathilde n’avait prononcé aucune parole durant l’entretien, mais elle n’avait pas perdu une miette. Certains hommes n’aiment pas directement s’adresser à des femmes, surtout lorsqu’il s’agit « d’une affaire d’hommes » et puis Mathilde faisait pleinement confiance à Arthur pour planifier leur traversée.
    Lorsqu’ils furent seuls –Kiel et Lyse étant déjà couchés dans la petite chambre à l’étage – Arthur se tourna vers la jeune femme, l’air très sérieux tout d’un coup. Elle l’écouta attentivement, bien consciente qu’il lui répétait la même chose pour qu’elle soit sûre de sa décision.

    Son choix était fait, elle voulait quitter la Péninsule, même si cela signifiait qu’elle se retrouverait dans une contrée bien plus dangereuse. Evidemment elle s’inquiétait pour ses enfants, Kiel avait beaucoup grandi et elle remerciait les dieux qu’il ait une santé excellente, Lyse aussi avait grandi, elle lui avait confié que vivre comme ça lui plaisait énormément, plus que lorsqu’elle était obligée de rester des heures enfermés dans des salles austères pour apprendre ses leçons. Et que dire d’elle… Elle avait tellement changé depuis le jour où elle avait quitté Etherna en pleine nuit. Ce voyage jusqu’en Erac et maintenant vers Sharas la poussait à continuer. Elle était beaucoup plus sûre d’elle, plus épanouie aussi étrangement et pour l’heure elle était loin d’avoir le mal du pays.


    « - J’ai parfaitement conscience des risques de ce voyage et du danger que je fais courir à mes enfants. Mais je n’arrive tout simplement pas à m’imaginer dans une petite maison, au milieu d’une ville inconnue, à attendre que les journées se passent. J’aime le grand air, j’aime voyager et je n’ai pas envie de m’arrêter pour le moment. Ma fille non plus d’ailleurs ! Et puis comme vous dites, nous aurons le temps de parler de ça une fois à Thaar. »

    Un sourire vint ponctuer la fin de sa phrase. Thaar. Elle en avait rêvé de ces noms de ville exotique. Elle n’avait jamais eu l’âme de ses femmes que l’on marie au plus offrant et qui ne peuvent s’empêcher de regarder couler leur vie et leur jeunesse au fur et à mesure de leur grossesse. Elle voulait être libre et elle l’était maintenant, grâce à Arthur.

    « - A mon tour de vous répéter que je ne veux être ni un fardeau, ni un caillou dans votre chaussure. Une fois à Thaar, si vous préférez continuer seul, je le comprendrais très bien. Même si j’avoue que votre compagnie me manquera beaucoup, à part peut-être lorsque vous avez cette mine si sérieuse ! »

    Un petit rire amusé lui échappa alors qu’elle tendait sa main vers son verre. Devant les enfants elle carburait évidemment à l’eau mais depuis qu’ils étaient couchés elle savourait son petit verre de vin.
Revenir en haut Aller en bas
Arthur
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1338
Âge : 28
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 42 ans (42ème jour de Bàrkios, de l'an 967 du Xème Cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: En route pour Sharas. [Mathilde]   Jeu 30 Mai 2013 - 7:47

Parfaitement consciente des risques ? Si il ne doutait pas de son envie de voyager, de découvrir le monde, une autre vie et d'échapper au cocon, à la cage dorée qu'on avait conçu pour elle, il émettait de sérieux doutes quant à sa conscience parfaite des dangers. Mais il s'abstint d'en faire la remarque évidente, au mieux le savait-elle, au pire apprendrait-elle à la dure, ce qui n'était pas en soit une mauvaise méthode d'apprentissage dès lors qu'on s'en sort sans trop de dommage.
L'important était qu'elle demeurait déterminé, chose peu surprenante, le véritable doute viendra au moment où il faudra embarquer à bord du navire qui les conduirait à Thaar, quand elle serait devant la vérité d'un départ hors des frontières péninsulaires.

Pour toute réponse, il y eut un simple « soit » sans commentaire aucun, il n'y avait pas lieu d'en faire pour l'heure et devant cette réponse. Et à elle de rappeler son propre refrain à la mélodie que pouvait représenter leur discussion à deux voix. Et comme elle, il offrirait toujours la même réponse, peut-être pas en mot, mais bien en sens.

« Vous n'êtes rien de tout cela, et ne sauriez le devenir, je vous l'ai déjà dit. »

Dans le pire des cas, si elle venait à trop hésiter, à désirer faire demi-tour, devenant en effet un obstacle, il l'abandonnerait, non sans avoir créé les meilleures conditions pour qu'elle fasse un retour à son monde, dans la mesure du possible. Mais pour l'heure, ça n'était nullement le cas.
Des banalités s'échangèrent quelques temps encore avant qu'il ne l'invite à aller se reposer... Demain, ils partiraient à l'aube, et bien qu'un acompte avait été versé, et malgré la fiabilité du capitaine, il ne s'éterniserait pas à les attendre, de cela il était certain.

Il dormit peu cette nuit là, passant du temps sur les rives du lac, Monarth revenu à son côté une fois Mathilde retournée auprès des enfants. Les pensées de l'homme s'égarèrent par là l'Olienne, au delà même de Thaar, jusque dans les Terres Stériles et la façon dont il s'imaginait Nisetis. Finalement, c'est un doute qui envahit son esprit... Sa quête avait-elle un sens ? Sa Roxanne s'était évanouie, et depuis, elle n'avait plus laissé la moindre trace, ni donné la moindre nouvelle... A l'exception de la mort, il trouvait peu d'explication à ce silence après plus d'une année... Qu'un mois, voir deux s'écoulent, il n'aurait pas douté, mais dès lors...
Pourtant, il irait au bout, encouragé par son compagnon. Il devait savoir, et plus important, il devait continuer d'avancer, et il n'avait pas envie de mourir en sachant ne pas avoir tout tenté.

Dans ce cas, cesse de douter. Nous irons à Nisetis, tout les deux.

Et avec ces mots la promesse rassurante de ne pas l'abandonner, pas avant la fin de cette histoire en tout cas.

* * *

Ils avaient embarqués aux premières heures du jour, non sans avoir prit un léger repas, occupant l'une des barges qui constituait la chaîne de petites embarcations, celle de tête, munis d'une petite voile, tractant l'ensemble.
Il fallu en premier lieu calmer la petite, qui, excitée par la nouvelle expérience finirait par provoquer un accident. C'est pourquoi il lui promit que le navire qui les emporterait à Thaar serait plus grand et plus stable. En attendant, elle devrait mettre son mal en patience pour les jours à venir, et profiter du paysage qu'offrait les monts du Médian.

Face à Mathilde, il décida de rompre à sa parole première, si il avait été franc, sans toutefois trop en dire, il n'avait pour l'heure jamais questionné la jeune femme sur ses origines, ses véritables origines. Il avait besoin de savoir, tant en cas de drame que pour savoir qu'elle lui faisait réellement confiance... Que parce que c'était là sa nature que de vouloir savoir.

« Je me suis abstenu jusqu'à maintenant, mais j'aimerais connaître votre histoire... La vraie, non celle d'Aurore venant d'Oësgard et fuyant la guerre. »

C'était présenté avec douceur, et un intérêt sincère, il ne désirait pas l'acculer et la contraindre. Même si sa réponse affecterait l'avenir, une fois parvenue à Thaar... Qu'elle ne lui offre aucune vérité, aucune véritable confiance, et leurs chemins se sépareraient une fois tenu son engagement de l'amener de l'autre côté de l'Olienne.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mathilde de Clairssac
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 419
Âge : 29
Date d'inscription : 07/09/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: En route pour Sharas. [Mathilde]   Dim 2 Juin 2013 - 16:18

    A bord de l’une des barges du convoi, le petit groupe patientait en admirant la vue. Lyse avait été particulièrement surexcitée lors de l’embarquement, mais après avoir légèrement haussé le ton elle s’était tout de suite calmée. Pour l’occuper, Mathilde lui avait déposé sur les genoux le petit garçon tout éveillé. Il babillait et riait en regardant le dräke voleter autour d’eux. Son petit bout avait bien grandit depuis qu’elle avait quitté Etherna des semaines plus tôt. Le grand air faisait rosir ses petites joues potelées le rendant encore plus choux ! Oui, oui Mathilde était complètement gaga de son fils. Et chaque jour un peu plus elle lui trouvait des traits de ressemblance avec les De Clairssac ou avec son père. Ses yeux notamment, ils viraient doucement vers un bleu clair presque gris, comme ceux de Norman….
    Poussant un soupir, elle reporta son regard vers Arthur assis en face d'elle. Il était silencieux depuis un moment et même si elle savait que la conversation ne le dérangeait pas outre mesure, elle préférait le laisser à ses réflexions. Ce fut donc légèrement surprise qu’elle entendit sa question. Un instant elle se sentit pâlir… Son histoire… A elle…

    Après tout elle lui devait bien ça, il avait été honnête avec elle dès le départ, il ne lui avait jamais rien demandé depuis qu’ils avaient pris la route ensemble. C’était de bonne guerre. Regardant rapidement autour de leur petit groupe, Mathilde vérifia que personne n’était assez près pour l’entendre. Si elle faisait confiance à Arthur, elle préférait tout de même que ce qu’elle allait dire ne soit pas entendu.


    « - Mon histoire…. Et bien pour commencer, je vais rectifier la principale information que vous avez me concernant. Aurore est le prénom de ma mère, je m’appelle Mathilde. »

    Faisant une courte pause, la jeune femme apprécia bizarrement la sensation agréable qu’elle éprouvait alos qu'elle confiait enfin son secret à quelqu’un. Les mots venaient tout seuls et elle les prononçait doucement, presque en murmurant.

    « - Je ne viens pas d’Oësgard mais d’Etherna. Mon frère est Jérôme De Clairssac, l’actuel Baron. Si j’ai fui ma famille cela n’a rien à voir avec lui, au contraire, il s’est toujours montré gentil avec moi… Mais ma mère…. Vous vous doutez bien en nous regardant toutes les deux que Lyse – c’est son prénom – n’est pas ma fille, mais pour Kiel c’est différent. »

    Tendant la main vers le petit garçon pour caresser sa joue, Mathilde croisa le regard apeurée de Lyse. La fillette semblait ne pas comprendre pourquoi elle révélait leurs noms et leurs histoires à Arthur. Se penchant, Mathilde déposa un baiser dans les cheveux sombres de sa fille pour la rassurer.

    « - Vous qui venez du même monde que moi, vous savez que la naissance d’un enfant hors mariage est extrêmement mal vue. Mon frère aîné à tout fait pour m’aider et me protéger malgré sa colère, nous avions même conçu un plan pour que je puisse avoir Kiel près de moi, mais ma mère a été mise au courant et avant que la nouvelle se répande comme une traînée de poudre et n’entache la réputation de mon frère….Je suis partie. J’avais trop peur qu’on m’arrache mon fils… . »

    Sur un coup de tête oui, et même si elle regrettait profondément de causer de l’inquiétude et de la douleur à ses frères, elle était tellement heureuse aujourd‘hui de pouvoir profiter de son fils sans avoir besoin de se cacher dans son petit boudoir après une longue journée passée loin de lui. Elle aimait son rôle de mère et elle comptait le vivre intensément chaque jour, même si pour cela elle devait s’exiler à Thaar.
Revenir en haut Aller en bas
Arthur
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1338
Âge : 28
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 42 ans (42ème jour de Bàrkios, de l'an 967 du Xème Cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: En route pour Sharas. [Mathilde]   Dim 9 Juin 2013 - 20:17

La sœur d'un baron ? Si il s'était attendu à cela... Il aurait volontiers misé une pièce sur la fille d'un petit seigneur, d'un humble propriétaire terrien, bref, d'une origine plus modeste que ce qu'elle lui offrait à présent. Possédait-elle un visage connu en Olyssea ? Il en doutait, certaines vérités dans ses mots suggéraient que jusqu'à lors, jamais elle n'avait quitté son château, la preuve en était son ignorance de la mer alors même qu'Etherna donnait sur l'Olienne.
C'était une maigre façon de se consoler et de se rassurer, mais il devrait s'en contenter, il n'avait pas la vocation, ni l'intention de manquer à sa parole, moins encore depuis qu'elle connaissait sa destination... Mais importait-elle vraiment à qui que ce soit, finalement ? Probablement pas, c'était là un excès tant de prudence que de méfiance... Qu'il parte loin, demeure et meure dans son trou, à l'autre bout du continent satisferait probablement les quelques exceptions à cette indifférence souhaitée.

« Je vois. »

Ainsi furent les seuls sons qu'il trouva digne de la révélation, un soupçon pensif.

« Je comprends. C'était courageux de votre part de vous lancer dans une telle aventure, même si en réalité, vous y avez été poussée. Une fois à Thaar, nous mettrons en place un moyen pour vous de le contacter, et pour lui de vous répondre, pour que vous puissiez le rassurer, si la situation le permet. »

Trop d'incertitudes jonchaient encore sa route, ne serait-ce que jusqu'à Thaar. D'ailleurs, il devait en défaire quelques unes, il avait besoin de quelques nouvelles rassurantes pour les prochains jours.

« Et je vous remercie pour votre sincérité, je vous garantie que vous n'aurez pas à le regretter... Toutefois, j'ai besoin de réponses supplémentaires. L'autre jour, vous m'avez dit ne pouvoir qu'imaginer la mer, pourtant votre baronnie donne sur l'Olienne. Dois-je comprendre que vous n'êtes jamais allée aussi loin, même chez vous ? »

Il n'y avait évidemment aucun reproche, mais au besoin, il jugea nécessaire d'éclaircir sa pensée, pour qu'elle lui réponde le plus justement possible.

« J'ai besoin de savoir si votre visage peut être connu, en dehors des cours de châteaux, ou si je n'ai pas besoin de m'inquiéter d'un marin, d'un marchand ou de quelques personnes de ce milieu là, vous reconnaissant. »

Une réponse positive exigeait une solution, un déguisement quelconque, mais il ne voulait pas encore y réfléchir, la chose serait probablement inutile.

D'ailleurs, l'ami, une fois à Sharas, il te faudra être discret... Tu nous rejoindras quand nous aurons prit la mer. Les humains qui sont accompagnés de tes congénères ne sont pas légions. 

Le dräke lui signifia qu'il avait comprit avant de s'éloigner des embarcations, flirtant avec les eaux avant de se fondre dans le paysage. Il avait besoin de se dégourdir les ailes et de chasser... C'était un autre motif de son impatience à être en mer, et au delà de l'Olienne. Il exigeait beaucoup de discipline du lézard, plus qu'il ne considérait être en droit de le faire, tout particulièrement dans la discrétion et la réduction des « balades ».
Une fois la traversée entamée, celui-ci pourrait s'épanouir dans un ciel qui n'appartiendrait qu'à lui... Mais en attendant, il devait mettre son mal en patience.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mathilde de Clairssac
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 419
Âge : 29
Date d'inscription : 07/09/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: En route pour Sharas. [Mathilde]   Mar 11 Juin 2013 - 10:56

    Une fois le morceau lâchait, Mathilde se sentit plus légère. Savoir qu’elle n’avait plus à faire attention à tout en présence d’Arthur était plus que rassurant. Il était au courant pour son passé, elle pouvait donc proscrire le mensonge de leur prochaine conversation. Cependant elle attendait avec anxiété sa réaction. Allait-il la renvoyé chez elle à grand cri ? Ou comprendrait-il sa situation ? Ses premiers mots l’inquiétèrent, mais très vite il la rassura en la remerciant pour sa franchise et en lui proposant même de mettre en place quelque chose pour qu’elle puisse donner des nouvelles à Jérôme. Un sourire reconnaissant se fixa sur ses lèvres alors que le silence retombait. Maintenant qu’il avait brisé la barrière du silence, il ne pouvait s’empêcher de lui poser certaines questions et comme promis Mathilde ne s’offusqua à aucun moment et lui répondit toujours avec la même franchise.

    « - Si je n’ai jamais vu la mer c’est seulement parce que les vingt premières années de ma vie je les ai passé à Hiviène. Je n’ai jamais eu le droit de voyager ni de quitter les limites de domaine de mon père. L’année qui vient de s’écouler je l’ai passé entre les murs d’Etherna. J’ai d’ailleurs passé les derniers mois complètement recluse pour cacher ma grossesse. Je n’avais droit de voir que Jérôme, Guillaume et Janis ma servante. »

    Un pincement au cœur lui rappela que c’était cette même servante qui était allé tout raconter à sa mère. Mais finalement lui en voulait-elle réellement ? C’était grâce à elle qu’elle se retrouvait aujourd’hui en route pour Thaar. Certes elle savait que l’aventure pouvait se révéler dangereuse mais après avoir passé toute sa vie à faire ce qu’on lui demandait et à rester en place, elle ne voulait qu’une chose, vivre sa vie comme elle le voulait. Et pour l’heure elle voulait se rendre à Thaar, tant pis si elle devait s’y brûler les ailes.

    « - Pour ce qui est de me reconnaitre, je pense que c’est peu probable. Je n’ai réellement vécu entouré de monde que les premières semaines de mon arrivée à Etherna. La seule chose que l’on risque…c’est que mon frère ait envoyé quelqu’un à ma recherche. »

    Et l’hypothèse était plus que crédible…

    […]

    Cela faisait trois jours et trois nuits qu’ils étaient sur la Ner. Le voyage était plutôt lent mais c’était plus pratique, notamment pour Lyse qui s’était révélé sujette au mal de mer. Kiel était toujours aussi merveilleux ! Eveillé, il observait tout, riait aux acrobaties du dräke et pleurait peu. Lyse s’était fait plus silencieuse, elle était souvent plongée dans ses pensées. L’ambiance était donc plus calme qu’à leur départ. Ils devaient arriver à l’embouchure du fleuve en fin de matinée le lendemain, et face à cette annonce, seule Mathilde semblait trépigner d’avance !

    Le matin du quatrième jour se levait et pendant que Mathilde préparait Kiel, Lyse pliait les couvertures en chantonnant. Arthur finissait son paquetage à quelques pas derrière elle.
    Alors qu’elle se relevait pour aller récupérer la couverture en laine de Kiel, elle sentit un obstacle derrière son genou mais c’était trop tard pour retrouver son équilibre. L’instant d’après elle était de l’autre côté de ce pauvre Arthur, étalée dans l’herbe.
    Passé l’instant de surprise, elle finit par éclater de rire devant sa gaucherie.


    « - Vous avez décidé de me tendre des pièges maintenant ?!

    Se redressant sur les coudes elle sentit un éclair de douleur dans son bras gauche. Son regard glissa sur sa manche tâchée et il lui fallut quelques secondes pour se rendre compte qu’elle saignait… abondamment même. Mais comment ? Son regard chercha le ou la responsable et elle finit par voir derrière elle une épée par terre, son bras avait dû la faire tomber durant sa chute. Mais pourquoi était-elle en dehors de son fourreau ? Aucune idée, peut-être que son propriétaire avait voulu l’affûter avant le départ. Et bien beau travail elle était parfaitement tranchante son bras s’en souviendrait !
Revenir en haut Aller en bas
Arthur
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1338
Âge : 28
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 42 ans (42ème jour de Bàrkios, de l'an 967 du Xème Cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: En route pour Sharas. [Mathilde]   Mar 18 Juin 2013 - 7:51

L'hypothèse des recherches lancées, il l'avait déjà en tête... Mais la Péninsule est vaste, et l'idée même de se rendre par delà l'Olienne n'était apparu à la jeune femme que lorsqu'il en avait parlé. Peu de chance donc, malgré sa connaissance de sa sœur, qu'il n'envisage une destination aussi extrême et lointaine, moins encore avec une guerre occupant l'esprit. Dans le pire des cas, ils ne s'attarderaient de toutes manières pas à Sharas. Il voulait quitter la Péninsule, et vite, pas tant à cause des supposés dangers qu'il s'imaginait que pour laisser là le passé, et se tourner vers l'avenir et vers ses recherches.

Les jours s'écoulèrent, suivant la même routine... Ils embarquaient à l'aube, se laissant emporter une journée durant, s'arrêtaient la nuit pour monter un petit camp à terre pour y dormir. Durant les soirées, quand il ne les passait pas avec la jeune femme et ses enfants, il la consacrait à discuter avec le capitaine, du moins, ce qui s'en rapprochait le plus dans le cas présent. Aux petites rumeurs qui couraient le long du Ner s'ajoutait des questions pour la suite... Avait-il dans ses connaissances quelques capitaines de bonne réputation susceptible d'accepter quelques passagers contre de l'or pour la traversée de l'Olienne ?

Demain, ils seraient parvenus à Sharas... Et comme à son habitude, une partie de la soirée du moins, il ne suggéra rien de ses éventuels sentiments quant à la situation. Mais sous le couvert de la nuit, à l'écart du campement, contemplant l'écoulement des eaux, il ne put s'empêcher de s'égarer à quelques lointaines pensées.
Demain... Et dans deux jours, espérait-il, il serait en mer, en route vers l'Est, un peu plus proche de la retrouver. Demain, il quitterait la Péninsule et les terres qu'il a toujours connu, probablement pour la dernière fois... Qu'importe qu'il réussisse ou échoue à la retrouver, qu'il vive encore ou meurt au delà, il n'était plus rien dans le royaume des hommes qui puisse encore le pousser à y revenir. Mais il sait que les choses peuvent changer, un monde peut se renverser, basculer, comme l'a été sa propre situation.
Tôt ou tard, il devrait réfléchir, il devrait se préparer au pire des scénarios, il lui fallait être prêt à constater son échec et accepter de ne jamais plus la revoir, de n'avoir d'elle que les souvenirs, les regrets de n'avoir jamais vu cette union donner le moindre fruit. Il ne voulait pas s'égarer à comprendre pourquoi la Déesse avait désiré pareil sort pour lui, pas ce soir... Un autre jour peut-être, un autre temps.

Ce matin là avait un goût différent des précédents. C'était les mêmes gestes, devenus mécaniques par la force de l'habitude, mais il y avait une certaine allégresse et une énergie renouvelée. Un peu trop peut-être, rendant la jeune femme plus maladroite qu'à son habitude, et la chose aurait pu être amusante et source de rire si l'imprévu – encore lui – n'avait pas décidé d'y mettre un peu du sien.
Une épée tirée de son fourreau, laissée là, une jeune femme tombant, il n'en fallait guère plus.

Le sang coulait abondamment de la plaie nouvelle, et le temps d'un flash, il se maudit de ne pas avoir poursuivit son étude des arcanes de la guérison. Immédiatement, il se rendit auprès d'elle, non sans avoir saisi sa gourde au passage, écartant l'épée et allongeant la jeune femme.

Monarth, distrait les petits !

Et sur cette pensée adressée au dräke, il oublia la nécessité d'éviter la panique... Le reptile était capable de les apaiser, voir de les captiver au besoin, et il pourrait agir plus posément. Il ouvrit sa gourde et y déversa le contenu sur la plaie pour la nettoyer avant d'y appliquer une pression avec sa main.

« Ne vous inquiétez pas, ça va aller. »

Et tendit qu'il maintenait la pression, on vint vers lui, sûrement alerté par l'agitation.

« Que s'est-il passé ? »

« L'un des idiots qui vous protège a laissé son épée trainer ! »

Pour la première fois, il exprimait une colère franche, ce qui prit par surprise l'homme.

« Que puis-je faire ? »

« Allez me chercher un linge propre, ensuite, il nous faudrait nous mettre en route sur le champ, et occupez vous d'embarquer les enfants en confiant le petit à sa sœur, mon dräke les surveillera. »

Il lui fallait faire un garrot pour avoir les mains libres, il ne pouvait pas s'occuper d'elle, moins encore parvenir à Sharas comme ça.  Et sur ces instructions données autorité, si bien qu'il ne considéra pas la nécessité de surveiller leurs exécutions, sinon pour attendre le linge dont il déchira une bande qu'il utilisa et noua autour du bras de Mathilde.

« Restez allongé. »

Avec plus de douceur qu'à l'homme, certes, mais avec la même autorité.
Tandis qu'il allait se laver les mains, il espérait que cela tiendrait, sans pour autant s'attarder à prier une déesse qui pourrait saisir l'occasion de lui faire davantage de tord, même si il devrait y recourir... Tout du moins, Mathilde.

Cela fait, il put constater avoir été entendu, et même leurs affaires avaient été mis à bord d'une barque, à présent, ils n'attendaient plus qu'eux.

« Cela devra tenir jusqu'à notre arrivée à Sharas... Là-bas, nous irons trouver un prêtre de Néera. »

Mais cette idée ne le réjouissait pas. Depuis un an, il aspirait à éviter d'avoir à faire à ce culte maudit à ses yeux, mais il devrait s'obliger, il n'y avait pas meilleur guérisseur facile à trouver que dans ce temple.  Mais il ne pouvait cacher l'animosité que suscitait cette pensée.

Il la souleva et la porta, un bras sous les genoux, l'autre en haut du dos pour la maintenir le plus à l'horizontal possible jusqu'à la barque, où il fut aidé pour la poser allonger avant de lui-même embarquer. Un instant plus tard, ils étaient sur le fleuve, mais l'appréhension et une certaine joie d'arriver à Sharas avait cédé la place à une tension et à la peur du pire.

Il parla durant les quelques heures qui s'écoulèrent avant qu'ils ne parviennent à la cité portuaire, rien de bien passionnant, mais il voulait la maintenir consciente, les pensées à l'écart de sa blessure ou bien des enfants que le dräke maintenait autant que possible dans un état serein.

Arrimé, et le déchargement commencé, l'un des hommes fut envoyé quérir un prêtre au plus vite.

« Vous ne pourrez pas dire que je n'ai pas mis du mien pour tenir ma promesse... »

Qu'elle comprenne ou non le plein sens de son propos, sur l'instant, n'était pas important. Ce qui comptait, c'est que le guérisseur arrive au plus tôt et fasse son office.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mathilde de Clairssac
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 419
Âge : 29
Date d'inscription : 07/09/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: En route pour Sharas. [Mathilde]   Lun 1 Juil 2013 - 11:08


    Ce qui se produisit après la coupure demeura flou dans son esprit. Elle sentait un liquide chaud couler le long de son bras et à mesure que celui-ci coulait, elle avait tantôt froid, tantôt chaud. La seule chose qui parvenait à s’imprimer dans son esprit s’était les paroles d’Arthur. Où était son fils ? Lyse ? Elle n’en savait rien mais pour le moment elle n’arrivait pas à fixer ses pensées sur eux. Seule la voix d’Arthur la tenait consciente. Elle sentit sa main se refermer sur sa blessure et un gémissement lui échappa lorsqu’elle sentit la douleur se diffuser jusqu’au bout de ses doigts. Elle entendit sa colère et un instant, pensa qu’elle lui était adressée. La douleur et son sentiment de honte lui tirèrent les larmes aux yeux. Il s’adressa à elle, il était question d’un temple, de Sharas et peut-être d’autre chose mais ce n’était pas clair. Soudain elle se sentit quitter le sol et surprise elle tourna la tête vers Arthur. Il la portait jusqu’à la barque… Une nouvelle fois sa honte la mortifia. Elle se mordit la lèvre inférieure, se sentant soudain horriblement coupable du contretemps qu’elle lui imposait… Une fois de plus.

     
    Etonnamment s’était quand elle avait ses pensées le plus embrouillées, qu’Arthur se décidait enfin à être loquace. Il n’avait pas l’air de lui en vouloir, il lui parlait de tout. Du temps, de la couleur de l’eau et du bateau qu’ils prendraient à Sharas pour rejoindre Thaar. Ses mots la berçaient mais elle refusait de s’endormir, elle voulait l’entendre encore, écouter sa voix parce qu’elle se souvenait qu’il était rare de l’entendre parler autant. Lorsqu’ils arrivèrent à Sharas, Mathilde eut l’impression que le trajet n’avait duré qu’une poignée de minute… Elle sentit une nouvelle fois qu’on la soulevait mais cette fois elle ne manifesta aucune surprise. Au contraire elle laissa sa tête reposer contre l’épaule de l’homme qui la portait.
     
    Ce qui suivit, elle n’en garda que très peu de souvenir, des bribes d’images par-ci par-là. Quoi qu’il en soit elle se réveilla dans un lit, alors que la nuit tombée. Elle ne sentait aucun roulis, aucune odeur de mer, pas même le bruit du vent dans la voilure. Cela signifiait qu’ils avaient perdu une journée à Sharas par sa faute.
    Glissant son regard vers sa blessure elle fut surprise de ne voir sur sa peau qu’une fine cicatrice blanche. Un prêtre de Néera avait dû venir la soigner pendant qu’elle était inconsciente. La magie de l’homme de foi avait guéri sa blessure mais elle avait perdu trop de sang. Cela expliquait la journée qu’elle avait passé à dormir.
    La jeune femme se redressa, prête à quitter son lit pour se mettre à la recherche d’un peu de nourriture. Elle était en chemise de nuit, fait suffisamment surprenant pour être noté, et sa première mission fut de retrouver sa robe. Nulle part… La porte s’ouvrit et une jeune femme entra avec un pichet d’eau fumante.  Voyant Mathilde debout elle lui adressa un sourire. 

     
    « - J’ai fait laver vos affaires, elles seront prêtes demain matin. Je vous apporte de l’eau pour vous débarbouiller, le repas ne devrait pas tarder. Je vais prévenir votre époux que vous êtes réveillée. »
     
    « - Oui merci… Quoi ? Mon quoi ? Non, non ce n’est pas mon… »
     
    La porte s’était déjà refermée, la laissant morte de honte. Oui… Arthur… Rien que de penser au temps qu’elle venait de lui faire perdre et à cette situation plus que gênante dans laquelle elle s’était retrouvée… Elle en rougissait d’avance. Regagnant la chaleur de son lit, Mathilde resta un moment à fixer le feu dans la cheminée à l’autre bout de la pièce. Tout d’un coup ça fit « tilt » dans sa tête et elle pensa à ses enfants ! Elle n’avait même pas demandé à la jeune femme où ils étaient… Probablement sous la surveillance d’Arthur…. Et là encore elle se sentit mourir de honte. Se cacher sous les draps règleraient-ils ses problèmes ? Non probablement pas mais elle était tellement désespérée qu’elle le tenta quand même !
Revenir en haut Aller en bas
Cérya
Sang-mêlé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 217
Âge : 28
Date d'inscription : 13/09/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 69 ans ~23~
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: En route pour Sharas. [Mathilde]   Lun 1 Juil 2013 - 16:29



Depuis combien de temps Mathilde avait-elle fuit ? La Sombre n'en était pas sûre, la petite avait réussi à passer outre son attention le temps d'une nuit, d'une seule. Depuis, la demi-drow s'était attelée à la rechercher à travers les contrées d'Odelian à Sainte Berthilde, parcourant les terres sur son cheval d'ébène. Pour quelles raisons finalement ? La guerre avait pris fin, son Seigneur était probablement mort au combat, Cérya n'était donc plus tenue de poursuivre sa mission envers l'Humaine... Et pourtant ! N'y avait-il pas de meilleure raison que d'honorer son travail auprès d'une personne que l'on apprécie ? Car oui, malgré leurs différends, et bien qu'elles ait pû être rivales psychologiquement au début, Cérya avait beaucoup d'estime pour Mathilde qui s'est trouvée être une agréable personne. Ces quelques jours...non, quelques semaines même, passées avec elle l'ont permis de découvrir une jeune femme à la fois fragile et douce, mais aussi honnête et téméraire. Sans parler d'une certaine "gentillesse" qu'elle avait pû ressentir de sa part. Mais pourquoi avait-elle fui ? Etait-ce à cause des révélations dont elle lui fit part à propos de Norman, ou de leur relation ? L'Ombre n'en savait rien, mais elle ne manquerait pas à lui poser la question une fois face à elle.
Enfin, la trace de la demoiselle n'avait pas été difficile à retrouver, mais celle-ci, déjà "encombrée" par ses enfants, s'était affublée d'un compagnon de voyage en si peu de temps, si bien que Cérya avait préféré demeurer discrète pour veiller sur elle et plus ou moins à distance, en profitant pour embarquer sur le convoi qu'ils avaient emprunté pour remonter le fleuve, confiant son destrier à un valet d'écurie, moyennant quelques pièces.
Où se dirigeaient-il exactement ? Cérya l'ignorait encore mais elle n'y accorda que peu d'importance, tant que Mathilde était à portée. Ceci-dit, la demi-drow admirait le paysage qu'offrait la traversée. Ses origines elfiques - même si elles sont ténébreuses - lui permettait de contempler la Nature et ses magnifiques vestiges...
Ces quelques derniers jours, la Sombre avait eu tendance à laisser ses oreilles traîner lors de diverses discussions entre Mathilde et son ami... Quel était son nom déjà ? Ah oui, Arthur. Gardant un oeil sur sa "protégée" et surtout sur cet homme plutôt distant, elle eut vite assisté à la présente scène : peut-être la jeune humaine était-elle mignonne mais elle se montrait parfois un peu maladroite, et c'est sans surprise qu'un matin, remballant ses affaires et celles de ses petits, elle se blessa le bras sur une épée qui traînait là. C'est à ce moment-là qu'elle pensait intervenir, mais c'était imprudent de se montrer en plein jour au milieu de divers gens. D'ailleurs, l'Humain qui était à ses côtés s'en était occupé. Aussi, elle restait dissimulée sous sa cape dans un coin, non pas sans les surveiller.
[...]
Le dénommé Arthur avait finalement bien pris soin de Mathilde. A terre, il lui a trouvé une auberge et un prêtre pour qu'elle puisse se remettre de ses blessures et se reposer.
Vint enfin la nuit tant attendue où sa "protégée" serait seule dans sa chambre, où Cérya pourrait enfin sortir de l'ombre. Résidant sur les toits des bâtisses, elle avait rejoint l'auberge où Mathilde récupérait ses forces. Sans difficultés, elle atteignit l'une des vitres de la pièce, et jeta un regard au travers. Personne en vue. Fouillant dans sa sacoche, elle en sortit un trombone qu'elle inséra délicatement et sans bruit pour déverrouiller la fenêtre de l'auberge. Un petit "clic" se fit entendre et la Sombre poussa lentement la vitre. Elle apercevait la silhouette de l'Humaine emmitouflée sous les draps et couvertures. Rien, pas même un cheveu qui ne dépassait ! D'un bond en avant, elle s'immisça dans la pièce et s'avança lentement, toujours entre-cachée sous sa cape, pour enfin surplomber la couche. Apparemment, Mathilde ne l'avait pas entendue, ou bien se cachait-elle justement ? D'ailleurs, comment amorcer le dialogue ? Comment même prévenir de sa soudaine apparition ? Peut-être pas en étant si... près ? Ahah, l'assassin qu'elle était n'était décidément pas douée pour les relations ! Finalement, elle fit demi tour d'un pas léger pour retourner à la fenêtre et s'y asseoir, faisant craquer un tantinet le rebord fait de bois. Peut-être la jeune humaine l'entendrait. Les jambes pendaient dehors, elle faisait dos à la chambre. Enfin, elle se décida à lui parler, tout en regardant le clair de lune.
« Mathilde... ? »


HRP :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mathilde de Clairssac
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 419
Âge : 29
Date d'inscription : 07/09/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: En route pour Sharas. [Mathilde]   Lun 8 Juil 2013 - 11:35


    Un petit craquement dans le parquet, semblait-il, attira l’attention de Mathilde. Ce ne pouvais pas être Arthur… il aurait certainement frappé avant d’entrer. Qui alors ? Lyse ? De toute façon il allait falloir quitter sa cachette, sortir de là, s’excuser platement d’avoir ralenti encore une fois leur petit groupe et s’excuser d’être une nouvelle fois source de problème. Poussant un soupir Mathilde s’apprêta à repousser le drap quand elle entendit son prénom. La voix ne lui était pas inconnue… Cette voix…. Brusquement elle fut assise, balayant la chambre du regard à la recherche de la demi-drow. Elle était nulle part et puis, tournant la tête vers la fenêtre, elle la vit, balançant ses pieds dans le vide, elle l’observait par-dessus son épaule. Tout un tas d’émotion se succédèrent dans son esprit. Le premier : La panique. On l’avait retrouvé, quelqu’un avait été capable de remonter jusqu’à elle, on allait la traîner à Etherna et cette idée la fit littéralement frissonner. Et puis la seconde émotion vint bousculer la première…. La joie. Elle était heureuse de revoir Cérya. Cette femme lui avait tenue compagnie de nombreuses soirées à Etherna. Malgré son mutisme et son air sombre, elle était d’agréable compagnie lorsqu’elle se détendait un peu. La drow était-elle venue pour la ramener à Etherna ? Jérôme n’était pas au courant de sa présence et Norman… et bien les Dieux seuls savaient où il était à présent …

    Et puis tout se mélangea, sa peur des dernières heures, sa panique, sa fatigue, sa joie. Elle sentit les larmes lui piquer le coin des yeux et glisser doucement sur ses joues. C’était le premier visage connu qu’elle voyait depuis qu’elle avait fui son ancienne vie. Franchissant la distance qui existait entre elle, Mathilde lui donna une rapide accolade, la serrant brièvement dans ses bras en prenant garde de ne pas la faire tomber de la fenêtre tout de même !

     
    « - Cérya… Comme je suis heureuse de te revoir… Je suis tellement désolée, j’aurais dû t’en parler, te dire que je partais mais… J’ai dû agir si vite et je me suis dit que… que tu retournerais en Oësgard. »
     
    Se reculant dans la pièce, Mathilde laissa la place à Cérya de rentrer. Ce n’était peut-être pas utile de rester sur le rebord de la fenêtre, d’autant plus qu’il ne faisait pas particulièrement chaud dehors. Face à Cérya, Mathilde avait oublié sa pudeur naturelle mais une fois la fenêtre refermée elle se sentit légèrement mal à l’aise en chemise de nuit. Elle prit le couvre lit pour se l’enrouler autour des épaules et fit à nouveau face à celle qu’elle avait considéré comme une amie. La seule qu’elle ait vraiment eue. Certes, Cérya avait dû se coltiner sa présence sur ordre de Norman et Janis sur ordre de sa mère, en clair les personnes qu’elle avait vu graviter autour d’elle toute sa vie n’avait été là que sur l’ordre de quelqu’un… Le constat était relativement affligeant. De fait, la présence de Cérya dans cette chambre était particulièrement surprenante pour Mathilde.
     
    « - Pourquoi étais-tu ici ? Je te le dis tout de suite, je ne retournerai pas à Etherna…D’ailleurs tu n’as plus aucun raison de me surveiller… Norman… il parait qu’il …  enfin…du coup rien ne t’oblige à être là… »
     
    La seule évocation de Norman fit rougir Mathilde. En quittant Etherna elle avait tiré un trait sur tout, même sur lui et pourtant elle avait le cœur serré chaque fois qu’elle devait l’évoquer.
Revenir en haut Aller en bas
Cérya
Sang-mêlé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 217
Âge : 28
Date d'inscription : 13/09/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 69 ans ~23~
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: En route pour Sharas. [Mathilde]   Lun 8 Juil 2013 - 12:38


Cette accolade fit sursauter Cérya un tantinet, ne s’attendant pas à autant de joie de la part de la petite noble. A vrai dire, le sentiment était réciproque, mais la demi-drow n’était, en effet, pas ce que l’on pouvait appeler des plus démonstratives. Brièvement, elle serra la main de Mathilde avant que celle-ci ne s’éloigne pour la laisser rentrer. Prenant appui sur le rebord, elle exécuta un demi-tour rapide par-dessus la fenêtre pour se retrouver dans la chambre une nouvelle fois.

« Je suis contente de te revoir aussi, s’exprimait-elle d’un petit sourire aux lèvres avant de reprendre un air sérieux. Oui, tu aurais dû me parler de ta fugue. J’ignore exactement pourquoi tu es partie, même si tu m’as bien laissé entendre les problèmes que tu avais dans ton royaume, et avec Norman. »

Haussant les épaules et laissant s’échapper un soupir, elle reprit : « Enfin, ce n’est rien. Maintenant je t’ai retrouvée. »

En même temps, Cérya regardait Mathilde se couvrir. Elle devait se sentir gênée en une telle tenue, mais la Sombre ne faisait guère attention à ce genre de détail. Elle pensait toujours que les Humains étaient curieux. D’ailleurs, elle-même en profita pour se décapuchonner et laisser ses cheveux respirer un peu, passant sa main dans sa nuque qui les sortit de sa pèlerine. Une fois les deux jeunes femmes enfin à l’aise, la discussion reprit, tout en s’adossant à l’un des murs pour l’Ombre. Malgré tout, Mathilde n’était pas sereine quant à la raison de la présence de Cérya ici. Elle devait penser que cette dernière était venue pour la ramener ? Ohoh, non, loin de là son intention.

« Ecoute Mathilde. Je ne suis pas là pour te ramener. Même, je ne suis ici sous l’ordre de qui-que ce soit. Je t’ai cherchée de mon gré… »

Croisant les bras, elle ne quitta pas d’un œil l’Humaine qui mentionna à son tour le nom de son Baron. Pour la Sombre non plus, repenser au Nordiste lui prenait les tripes. Elle ignorait ce qu’il était réellement advenu. Mort ou vivant ? Elle ne pouvait avoir l’esprit soulagé par la certitude, et du coup, elle continuait à espérer qu’il soit toujours en vie. A présent, les aveux. Difficile chose pour Cérya. Comment expliquer qu’elle ait suivi Mathilde car elle s’inquiétait réellement de son devenir ? Qu’elle n’était pas – ou du moins qu’elle n’était plus une mission en soi ? Puis, elle riva ses yeux sur le bras anciennement blessé de la jeune fille.

« Et cette blessure ? S’est-elle guérie ? Oui… Je n’ai pas manqué le moindre détail de ton aventure depuis quelques jours. »

Et ses sourcils se froncèrent un instant.

« Et cet Homme… Arthur il me semble, qui est-ce ? »

Assaillant la petite de questions, Cérya en savait cependant très peu sur l’Humain qui accompagnait Mathilde et de ses véritables intentions.
Revenir en haut Aller en bas
Arthur
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1338
Âge : 28
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 42 ans (42ème jour de Bàrkios, de l'an 967 du Xème Cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: En route pour Sharas. [Mathilde]   Jeu 11 Juil 2013 - 9:50

Malgré tous les efforts et les talents qui étaient les siens, il n'avait pu s'empêcher d'être un peu sec avec l'homme de foi venu apporter son aide. L'incompréhension qui se lut sur le visage n'eut pour réponse qu'un silence froid et un regard tant méfiant que méprisant.
Sa foi était ébranlée, et quelques secours, même bienvenus, ne changerait rien à tout ce qui avait été prit de force alors qu'il avait tant offert et sacrifié. Il considérait autrefois l'équilibre et une certaine justice, l'idée finalement naïve que ce qui est donné fini par être rendu sous une autre forme. Il avait répondu favorablement aux épreuves et requêtes de la Déesse après qu'il considéra qu'elle l'eut sauvé en lui envoyant Roxane tandis qu'il se trouvait à un pas du précipice. C'était pour lui le prix pour sa vie, du moins l'avait-il pensé jusqu'à ce qu'Elle lui arrache tout sans raison.
Il n'y a pas d'équilibre, pas de justice... Les Dieux exigent et n'offrent que par jeu, pour eux-même, non pour les mortels, et si l'on ne peut renier la vérité de leur existence, au moins faut-il les considérer avec méfiance plutôt qu'avec ferveur.

Après que les soins aient été donné, que le repos eut été prescrit pour la jeune femme, il installa la petite troupe dans une petite auberge, non loin du port, et du s'essayer à l'habit de père – bien qu'il endossa finalement simplement celui de protecteur - qu'il n'avait jamais été, le temps d'une journée qu'il consacra à visiter les quais, glanant des renseignements ça et là, tandis que la petite s'enthousiasmait devant tant de grands navires.
La soirée entamée, ils rentrèrent, dînèrent et il coucha les enfants, ses plans en tête, balayant d'un revers ce qu'il pouvait ressentir dans une telle situation, il ne voulait pas y penser, il n'acceptait pas les souvenirs et les manques que cela pouvait réveiller.

Plus tard dans la nuit, c'est son compagnon s'insinuant dans son esprit alors endormi qui le réveilla.

Il y a une étrangère dans la chambre de Mathilde.

D'abord, encore à demi-endormi, il dut prendre le temps d'intégrer l'information. Se levant, il se saisit d'un couteau et alla ouvrir la fenêtre, permettant au lézard de sortir. Le commun des hommes n'était pas paré à faire face à deux êtres et deux esprits fonctionnant en si étroite collaboration, et le dräke, qu'il sentit joueur sachant ce qui allait arriver, était un allié de poids pour divertir et surprendre, mais aussi pour collecter quelques précieuses informations.

Depuis le couloir, silencieusement placé derrière la porte, il demanda à son compagnon de lui faire un petit topo, et ce qu'il lui révéla le laissa songeur. Une discussion, à priori, et sans menace visible ? Une envoyée du baron d'Etherna ? Avec cette petite troupe, s'était-il montré si facile à retrouver ? Il le saurait bien assez tôt. Une oreille sur la porte, il attendit le moment opportun, et lorsqu'il lui apparut – car alors, il tomberait très bien – il enfonça la porte pour pénétrer dans la chambre, l'arme à la main.

« Il n'est personne. »

Il était menaçant tant dans l'attitude que dans le ton, et la suite serait sur le même ton, tandis que le dräke pénétrait à son tour depuis l'extérieur pour venir se poser sur son épaule, fixant la sang mêlée.

« Dites moi qui vous êtes, qui vous envoie et comment vous nous avez retrouvé, ou bien mon compagnon ici présent se fera le plaisir de l'extraire de votre crâne, et se sera douloureux. »

Je ne le ferais pas.

Je le sais bien, et jamais je ne te demanderais de le faire, pas même pour toutes les mûres du monde, mais ça, elle l'ignore, et ce qu'elle ignore nous profite.

Au mieux, elle connaissait de ces créatures singulières leurs facultés télépathiques, mais pour ce qui était de leur caractère propre... Il n'avait pas encore eu le moindre regard à l'égard de Mathilde, ne voulant pas lâcher des yeux ce qu'il considérait encore pour l'heure comme une menace.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mathilde de Clairssac
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 419
Âge : 29
Date d'inscription : 07/09/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: En route pour Sharas. [Mathilde]   Ven 12 Juil 2013 - 10:34


    La demi-drow expliqua la raison de sa présence dans l’auberge et Mathilde en resta bouche bée. Cérya l’avait retrouvé, suivi sans jamais intervenir et cela sans même avoir reçu l’ordre de le faire… Lorsqu’elles se voyaient à Etherna, la jeune femme s’était toujours montrée amicale avec elle malgré ses origines sombres, mais elle avait toujours gardé dans un coin de son esprit que Cérya n’était là que parce qu’elle en avait reçu l’ordre. Voulant visiblement changer de sujet, la sang-mêlé s’inquiéta de sa blessure et de son compagnon de route. Là aussi s’était surprenant mais si elle la suivait depuis plusieurs jours elle avait forcément remarqué la présence d’Arthur et de son dräke. Comment avait-elle fait pour ne pas remarquer sa présence plus tôt ?
    Alors qu’elle allait lui répondre, Arthur entra dans la pièce…. En défonçant littéralement la porte. Il n’eut aucun regard vers elle, toute son attention étant concentrer vers Cérya, qu’il menaçait armé de son couteau.
    Bon, il était clair que Mathilde aurait préféré que les présentations se fassent dans la bonne humeur, mais son compagnon de route était plutôt inquiétant pour le moment, en fait il était carrément flippant. Se notant dans un coin de la tête qu’il valait mieux qu’elle ne le mette jamais dans cet état, Mathilde quitta le bord du lit sur lequel s’était assise, d’un bond et vint se planter devant Cérya.

    Bon évidemment, là comme ça, c’était presque ridicule. Mathilde savait très bien que son « amie » pouvait se défendre toute seule mais bon, autant éviter le pire.


    « - Il est inutile de la menacer ainsi…Cette femme est pour ainsi dire la seule amie que j’ai. Elle nous suit depuis quelques jours, du moins c’est ce qu’elle était en train de me dire… Mais sans aucune mauvaise intention je vous l’assure. »

    Oui bon elle prenait tout de même un risque en assurant une chose pareille. Mais Mathilde faisait confiance à Cérya, même si cela pouvait paraître surprenant. Il est vrai que la jeune mère n’était pas du genre méfiante, elle avait été élevé loin de tout, à l’abri de tous les vices et dès le premier jour de sa fuite ça lui avait joué des tours. Heureusement elle avait trouvé en Arthur, un compagnon de route honnête et quand il le voulait, d’agréable compagnie !

    Le regard de Mathilde glissa alors vers le dräke qui pouvait parfaitement lire dans son esprit qu’il n’y avait rien à craindre de Cérya. Et puis, subitement les choses se mirent dans l’ordre dans son esprit. Cérya… Arthur… Monarth…. Où se trouvaient ses enfants ? Sûrement dans la pièce à côté, en train de dormir vu l’heure.


    « - Monarth, s’il te plait, peux-tu allez veiller sur les enfants ? Il n'y a aucune menace ici. »

    Une demande à mi-voix tant elle était consciente que la tension dans la chambre n’était pas encore retombée. Reportant son regard vers Arthur, la jeune femme resta silencieuse un moment. Elle avait certes adressé sa demande au dräke mais c’était tout de même Arthur qui avait le dernier mot.

    « - Je vous en prie, rangez ça et asseyons-nous tranquillement. La fille de l’aubergiste ne va pas tarder à revenir avec un repas et à boire, inutile qu’elle pense qu’on est sur le point de s’entretuer. »

    Au fur et à mesure qu’elle parlait, Mathilde sentait son assurance s’échapper tant le regard froid d’Arthur l’intimidait. Par Néera qu'il pouvait être effrayant ainsi... qu'est-ce que ça devait être lorsqu'il était en colère.... Non il ne valait mieux pas qu'elle le sache !
Revenir en haut Aller en bas
Cérya
Sang-mêlé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 217
Âge : 28
Date d'inscription : 13/09/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 69 ans ~23~
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: En route pour Sharas. [Mathilde]   Sam 13 Juil 2013 - 10:35


Quand on parle du loup… voilà que le fameux individu entra brusquement sans prévenir, arme à la main, dirigée vers Cérya. Celle-ci ne tourna que la tête vers lui et perdit la moindre once de gentillesse qui avait pu s’installer sur son visage en discutant avec Mathilde. D’un ton sévère, ainsi que dans l’allure, il assaillit la demi-drow de nombreuses questions tout en la menaçant avec son lézard. On ne pouvait pas dire qu’il était des plus agréables, cet Humain.

Alors que Cérya posa sa main sur sa ceinture, prête à dégainer sa dague au cas où, Mathilde apparut devant elle pour la ‘’protéger’’ et plaider en sa faveur. Cérya écarquilla les yeux un instant, elle ne s’y attendait vraiment pas. Puis la jeune demoiselle s’adressa au Dräke. Tiens, c’était le lézard qui faisait la nounou ? Néanmoins, elle avait presque raison, il n’y avait pas de danger ici, si ce n’est Arthur qui débarqua avec son arme. En tout cas, si cela avait été un autre individu à sa propre place, elle pensait bien que le chevalier aurait été à la hauteur pour protéger la jeune femme. Mais là, c’était inutile. La tueuse posa une main sur l’épaule de Mathilde, resserrant sa poigne.

« Ne te risque pas pour moi. Je sais me défendre. »


Puis elle se remit devant Mathilde, récupérant sa place initiale, tout en dégainant non pas sa dague, mais son arbalète pour la pointer vers l’Humain. De son regard écarlate, elle prit un air hautain.

« Je ne vous dois aucune explication. Et les hostilités ne me feront pas parler. Alors, vous avez de la chance d’être une connaissance de Mathilde, je ne vous ferai rien… Si vous baissez votre arme. »


Cérya ne craignait nullement les menaces, elle avait été entraînée à ne jamais rien avouer aux ennemis, si jamais elle se faisait prendre. Muette comme une tombe, elle savait garder les informations qu’on lui confiait. Mais là, il est vrai que l’idée que le dragonnet entre dans ses pensées ne lui plaisait guère, non pas pour la douleur que cela pourrait engendrer, comme le présentait ce cher chevalier, mais plus pour le fait de violer son esprit.

A présent, ils étaient dans une impasse, car aucun des deux ne semblait vouloir baisser sa garde. Mais la demi-drow sentait bien le malaise de Mathilde face à cette situation, et elle laissa échapper un soupir de déception avant de finalement ranger son arme en haussant les épaules.

« Et maintenant ? » dit-elle en posant une main sur sa hanche et penchant la tête, d’une allure désinvolte, douteuse de la bonne volonté de l’Homme.
Revenir en haut Aller en bas
Arthur
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1338
Âge : 28
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 42 ans (42ème jour de Bàrkios, de l'an 967 du Xème Cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: En route pour Sharas. [Mathilde]   Lun 15 Juil 2013 - 15:24

Et maintenant ?

La réponse qu'il fournirait à cette question était déjà toute trouvé, qu'importe la manière dont la jeune femme prendrait et interpréterait les mots et les actes qui allait suivre. Il n'avait aucune intention de s'asseoir tranquillement comme elle le souhaitait. Il avait en face de lui une intruse et potentiellement une gène à son entreprise, le menaçant – encore que cela, il n'y accordait que peu de valeur – et ne faisant rien pour obtenir une once de confiance, malgré le statut qu'elle savait forcément occupé, bien au contraire.

Il rengaina le poignard dans son fourreau, à la taille avant de tourner la tête vers son dräke.

Pars devant, je te rejoins tout de suite.

Le dräke sembla acquiescer d'un mouvement de la gueule, jetant un dernier regard aux deux femmes avant de s'élancer, reprenant la voie qu'il avait emprunté pour l'aller, par la fenêtre. Mais que Mathilde ne se réjouisse pas, ça n'était pas là l'apaisement des tensions, juste l'idée qu'un tel conflit, en l'état, n'apporterait rien. Mais il ne rendrait pas les armes.

« Mathilde, je ne peux vous interdire de parler à votre 'amie', mais je vous en prie, respectez au moins un principe. Les informations et les secrets que je vous ai confié m'appartiennent, je suis seul en droit de décider qui a droit de les connaître, et cette femme n'en fait pas parti. Aussi, je vous demande de bien vouloir ne rien lui dire, que ce soit à propos de moi ou de ma destination. »

Il n'y avait plus d'agressivité, c'était une demande et un souhait simplement formulé. Il n'attendait pas de réponse directe, qu'elle applique et satisfasse son vœu lui suffirait. Il fut bien plus menaçant, mais froid, sans agressivité franche, à l'égard de la sang mêlée.

« Quant à vous... Intruse et sachant l'être, sans n'offrir qu'une menace comme gage de confiance. Ce soir, je vous laisse tranquille. Par contre, si je vous vois tenter de nous suivre au delà, je vous tuerais... »

Et elle aurait pu lire tout le sérieux de la menace dans ses yeux, il n'y avait pas d'arrogance, pas de prétention, simplement l'avertissement, sans prendre de grand air, sans sous-estimer... Il la tuerait, ou bien il mourrait en essayant, l'une ou l'autre des issues, cela revenait au même.

« ...et vous en porterez la responsabilité. Elle ne m'inspire aucune confiance, il vous appartient donc de la convaincre de renoncer à sa poursuite, et vous en assumerez seule l'échec si elle persévère. »

Qu'importe le regard qu'elle porterait sur lui, et le jugement qui en découlerait. Qu'on le considère comme froid, par certains aspects comme horrible. Il ne recherchait pas la sympathie, ni l'amitié, en définitive, il lui fallait vivre et survivre jusqu'à l'accomplissement de sa quête, et il lui fallait conserver intact les secrets qui concernaient sa compagne.
Si Mathilde avait jour après jour gagné suffisamment sa confiance pour qu'il lui en révèle une part, une intruse menaçante qui les poursuivait n'offrait que méfiance.

Et sur ses mots, il se retourna, quitta la pièce en fermant aussi bien qu'il était possible la porte fracturée.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mathilde de Clairssac
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 419
Âge : 29
Date d'inscription : 07/09/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: En route pour Sharas. [Mathilde]   Mar 16 Juil 2013 - 11:00


    Alors là, ce qui suivit Mathilde ne s’y était pas attendu du tout. Bon que Cérya vienne se placer devant elle, ça évidemment elle aurait pu le prévoir, après tout la sang-mêlée savait parfaitement se défendre toute seule. Mais les paroles d’Arthur l’étonnèrent, la choquèrent même un peu. Elle le regarda quitter la pièce et « refermer » la porte derrière lui sans un mot de plus. Ils avaient partagé leur quotidien plusieurs ennéades, elle aurait pensé qu’il lui faisait tout de même plus confiance que ça…

    Elle savait parfaitement qu’il ne voulait pas que l’on sache qui il était, ni les raisons de son voyage, elle n’était pas stupide au point de vouloir le trahir après tout ce qu’il avait fait pour elle... Blessée par les paroles d’Arthur, Mathilde regagna le bord de son lit, silencieuse. Il venait clairement de lui dire qu’elle devait dire adieux à Cérya… Et cette perspective était loin d’enchanter la jeune femme. La demi-drow était son lien d’attache avec son ancienne vie qu’elle venait d’abandonner, la retrouver l’emplissait de joie. Bien qu’elle comprenne la méfiance d’Arthur, elle ne parvenait pas à s’obliger à lui demander de disparaître… Si elle faisait une chose pareille, la reverrait-elle un jour ? Peu probable. Cette femme était pareille à une ombre… Savoir qu’elle avait veillé sur elle pendant plusieurs jours étaient déjà presque dur à croire et pourtant…elle était toujours là, adossait à un mur.

     
    « - Je suis désolée… »murmura-t-elle piteusement. Désolé de quoi d’ailleurs ? Du comportement d’Arthur ? De devoir lui dire qu’elle devait partir ? «  - Cérya… je suis tellement contente de te voir… Je pensais sincèrement ce que je viens de dire. Tu es la seule personne que je peux appeler mon amie…et pour cette raison purement égoïste je ne veux pas te demander de disparaître… »
     
    Poussant un long soupir, Mathilde leva les yeux et chercha le regard flamboyant de son amie. Etonnamment cette particularité ne l’avait jamais vraiment effrayé. Ca rendait la jeune femme encore plus étonnante.
     
    « -Que comptes-tu faire ? Te rends-tu à Thaar toi aussi ? N’as-tu pas un endroit où tu aimerais te rendre ? Tu es libre de tout serment, rien ne t’impose de te trouver ici. Je suis déjà un poids pour Arthur… je ne voudrais pas en être un pour toi... »
     
    Et puis une question vint à son esprit, une question qui lui brûlait les lèvres depuis le premier jour de sa fuite, une question qu’elle n’avait posé à personne durant son voyage et qu’elle s’autorisa à poser à Cérya malgré sa petite voix et ses mains tremblantes.
     
    « - Et… as-tu des nouvelles de mes frères ? Te tiens-tu informer des guerres de la Péninsule ? »
     
    Elle avait quitté Etherna quelques jours après le départ de Guillaume en campagne. Savoir ses frères sur un champ de bataille la faisait trembler de terreur mais elle s’était abstenue d’y penser jusqu’à présent pour ne pas avoir envie de faire demi-tour. Mais à présent elle était complètement perdue. Revoir Cérya lui rappelait ses brefs moments partageaient à Etherna, sa vie là-bas, ses frères… Mais elle était partagée par son désir de voir Thaar, de partir à l’aventure… Mais était-ce bien raisonnable avec deux enfants avec elle. Les paroles d’Arthur avaient été si étonnantes qu’elle en arrivait à remettre tout en cause…

Revenir en haut Aller en bas
Cérya
Sang-mêlé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 217
Âge : 28
Date d'inscription : 13/09/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 69 ans ~23~
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: En route pour Sharas. [Mathilde]   Jeu 18 Juil 2013 - 22:50




Et bien ! Le chevalier ne mâchait pas ses mots, et fût on ne peut plus claire. Qu'il soit méfiant, agressif, dur envers Cérya était compréhensible, mais imposer un choix à Mathilde était quelque peu déplacé, car comme il l'a dit, elle venait juste de retrouver une "amie" et alors déjà il fallait qu'elles se séparent ? Enfin, la Sombre n'avait nullement ciller face aux nouvelles menaces de l'homme. Elle l'avait écouté tranquillement sans pour autant en penser moins... Une fois celui-ci parti, elle poussa un nouveau soupir, de désolation presque, puis elle redirigea son regard vers sa jeune "amie" qui semblait on ne peut plus surprise de la réaction d'Arthur. Elle se rapprocha alors du lit à son tour, mais ne s'y assit pas. Elle surplombait alors Mathilde.

« - Je suis désolée... » A ces mots, Cérya secoua doucement la tête. La jeune femme n'avait pas à s’excuser.

« Ne t'excuse pas Mathilde, tu n'y es pour rien. J'en ai vu des biens pires, tu sais ! Ça lui passera... »

C'est ce qu'elle pensait, mais elle n'en était pas si sûre. Elle essaya alors de la rassurer, mais elle n'était pas douée pour cela.

« S'il tente de me tuer, je saurai me défendre, ne t'en fais pas. Mais je ne lui ferai pas de mal non plus, tu sembles y tenir à cet Humain. »

Non, la tueuse n'avait pas en tête de repartir à peine arrivée ! A ces mots, elle ricana gentiment, gage d'un léger humour, qu'elle ne savait pas vraiment utiliser... Puis, elle se rapprocha de l'Humaine pour venir s'installer contre les dosserets de la tête du lit, en croisant les bras. Faisant la moue, elle réfléchissait à ce qu'elle allait dire à présent.

« Tu sais Mathilde, si je suis là, c'est aussi parce que... je n'ai nulle part où aller... Ce n'est pas vraiment mon genre de faire des confessions. Mais je veux être honnête avec toi... Du coup, je pensais faire un bout de chemin avec toi. Mais... Je crois que c'est compromis ! »

Elle lui sourit faussement, comme si elle se forçait.

« En tout cas, tu ne seras jamais un poids pour moi. Mais tu n'as plus besoin de moi maintenant, tu es entre de bonnes mains avec cet énergumène. Je ne l'apprécie guère, mais il saura te protéger à l'avenir. »


Décroisant ses bras et se redressant, elle avait le regard vague. La demi-drow pensait à quelque chose de particulier concernant Mathilde, surtout à propos de sa fameuse question sur ses frères. Que devait-elle lui dire ? Pour Jérôme, hormis la fuite de sa petite sœur, les affaires ça allait. Cérya n'en savait pas beaucoup, mais il avait une réputation derrière lui, donc... Mais moins pour Guillaume. Il est parti en campagne, il lui semble.

« Je ne veux pas revenir sur ton choix Mathilde, mais je ne sais pas si c'était la meilleure chose à faire de fuir. Tu aurais pû me demander de l'aide, j'aurais réduit au silence qui tu voulais. Et tes enfants, tu ne penses pas que c'est dangereux pour eux ? Arthur a beau être présent pour toi maintenant, mais il semble avoir un but particulier, non ? Une fois celui-ci atteint, qui te dit qu'il restera avec toi ? Et Thaar... Je ne pense pas que ce soit la meilleure des destinations pour une jeune femme esseulée avec deux gamins. »

Finalement, Cérya avait éludé la question principale et était partie dans quelques remontrances. Ce n'était peut-être pas ce qu'il fallait actuellement pour remonter le moral de l'Humaine, mais ça, elle n'a jamais vraiment été douée pour !

« Enfin, quoiqu'il en soit, je ne veux pas te causer quelques soucis avec Arthur, même si ma présence en a déjà causé. Je continuerai mon chemin non loin de toi. Comme jusque là, tu n'en sauras rien. Peut-être nous retrouverons-nous... »


Relevant la tête d'abord vers Mathilde, puis vers la porte, elle pensait plutôt repartir par là où elle était rentrée : la fenêtre.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En route pour Sharas. [Mathilde]   

Revenir en haut Aller en bas
 
En route pour Sharas. [Mathilde]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» En route pour Sharas. [Mathilde]
» Allez hop, en route pour l'aventure ! ♪
» Le 09 juin... En route pour les plaquettes...
» En route pour les havres gris ...
» En route pour la gloire (sujet fini)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Marquisat de Sainte Berthilde :: Marquisat de Sainte Berthilde-
Sauter vers: