Partagez | 
 

 Recherche d'une enfant d'Anaëh en Ithri'Vaan [PV Glinaina]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Glinaina
les Pommes Légendaires Salées
avatar

Nombre de messages : 2908
Âge : 26
Date d'inscription : 08/09/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 130 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.

MessageSujet: Re: Recherche d'une enfant d'Anaëh en Ithri'Vaan [PV Glinaina]   Jeu 13 Juin 2013 - 13:04

Le petit balancement régulier provoqué par l'officier elfe, le fait d'être fermement serrée contre un corps chaud, les paroles rassurantes... Tout cela ne faisait que faire fondre la barrière de protection naturelle que la jeune Elfe avait dressée entre le monde extérieur et son coeur. Aussi se laissait-elle à pleurer tout son saoul, comme une enfant éprouvée par un événement récent lui ayant fait peur. En fait on pouvait dire que c'était le cas, puisqu'à 127 ans on a beau être adulte, on reste encore proche de l'enfance et, dans le cas présent, la peur habitait bien le coeur de "l'Enfant d'Anaëh". Une peur que l'officier ne pouvait comprendre, n'ayant jamais vu à l'oeuvre la partie sombre de celle qu'il tenait dans ses bras ; une peur et des faits que l'Elfe aux cheveux d'or ne pouvait plus vraiment supporter.

"J'en ai marre de toute cette magie ! Je ne sais pas... je ne peux plus...
-Pleurez s'il le faut. Mais ne laissez pas cette colère et cette tristesse vous ronger. Ne laissez pas votre cœur faillir. Vous n'êtes pas seule... Et s'il me faut vous aider, je le ferais.

Il se passa bien quelques minutes avant que les pleurs de la jeune femme ne se tarissent, temps pendant lequel toutes formes de questions pouvaient traverser l'esprit des deux Elfes. Glinaina avait du mal à se reconnaître à ce moment précis, ayant plus l'impression d'être une gamine que le lieutenant qu'elle avait pu être ces dernières années : une personne montrant une grande force extérieure et capable de se faire respecter de soldats tout comme de ne pas broncher lorsque ses propres amis mourraient sur le champ de bataille. Mais chacun avait ses propres défauts et faiblesses, et il fallait bien faire avec.

Une fois sa respiration de nouveau calme, Lina ne chercha pas à se dégager de l'étreinte de Delnwë, contrairement à son habitude. Elle sentait qu'elle avait besoin de ce contact qu'elle ne pouvait supporter autrefois, qu'il était un peu le point d'appui parmi tout ce qu'elle éprouvait en ce moment même. Elle prit ainsi donc le temps de se poser quelques questions, de faire un point avec cette soirée inattendue. Elle finit par conclure qu'il fallait qu'elle prenne un temps soit peu un bol d'air frais loin de son changement de métier, loin des Elfes et de leur Déesse, des Sombres, de la guerre... Un endroit qui ne semblait pas exister à sa connaissance, malheureusement. Il faudrait qu'elle voit ça avec Glenn et Letwyn, si elle gardait cette idée en tête.

Elle leva les yeux vers ceux de Delnwë avant de se déloger de la confortable position où elle était, baissant cette fois-ci la tête. Son regard se posa sur sa main droite toujours entrouverte, où des morceaux de verre étaient plantés par-ci par-là. Elle n'avait pas vraiment mal, mais elle savait qu'il allait falloir qu'elle s'occupe de sa blessure. Elle se leva donc fébrilement pour aller chercher une bassine d'eau ainsi qu'un bandage, mais elle dû se contenter de s'appuyer contre le mur de la petite pièce, la tête lui tournant.

-Veuillez m'excuser... Je ne suis pas comme ça, d'habitude. Je...

Elle s'arrêta de parler, juste le temps de reprendre sa respiration. Il lui semblait qu'elle n'avait pas été loin de laisser la magie la contrôler une nouvelle fois et son corps n'avait que peu apprécié le choc dû à la confrontation entre "cela" et son esprit.

-Pourriez-vous prendre une bassine d'eau, du savon et de quoi faire un bandage s'il-vous-plait ? Il y en a dans le petit coffre à l'entrée de ma chambre, la pièce juste à côté. Je n'arriverai pas à y aller moi-même."


Sans attendre de réponse elle alla se rasseoir sur le banc, complètement sonnée, s'adossant le dos contre le mur. Non, décidément, elle n'y arriverait pas...
Revenir en haut Aller en bas
Delnwë Iridwen
Elfe
avatar

Nombre de messages : 234
Âge : 30
Date d'inscription : 29/04/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  245
Niveau Magique :
MessageSujet: Re: Recherche d'une enfant d'Anaëh en Ithri'Vaan [PV Glinaina]   Ven 14 Juin 2013 - 10:15

Elle pleurait, les larmes roulant sur ses joues, la détresse dans son cœur. Elle pleurait, perdue dans une tourmente qui semblait sans fin. Ses paroles confuses traduisait son égarement complet. Son esprit était embrumé par la douleur. Et il en fut ainsi pendant plusieurs longues minutes. Delnwë ne cessa de la serrer contre lui, espérant que cela l'apaise au moins un peu. Si cela ne résolvait pas ses problèmes, au moins espérait-il pouvoir lui apporter un peu de réconfort et de soutien. C'était avant tout un devoir, comme celui d'un parent envers une enfant. S'il ignorait ce qu'était le fait d'avoir un enfant, il savait que celle qu'il tenait dans ses bras avait encore la jeunesse en son cœur. Cette fragilité, tout juste sortie de l'enfance, qu'elle devait peu à peu masquer et dissimuler pour faire face à la cruauté du monde tel qu'il était. Lui était parvenu à le faire depuis quelques décennies. Elle ne pouvait que commencer seulement.
Lorsque les larmes cessèrent enfin de couleur, la jeune elfe ne se dégagea pas pour autant. Elle demeura ainsi, profitant de cet instant de calme. Il ne pouvait qu'approuver sa décision. Les larmes avaient cessé, mais le cœur restait blessé. Il souhaitait trouver un moyen de pouvoir lui venir davantage en aide. Mais il ignorait presque tout d'elle. Il ne venait que de la rencontrer, par un curieux hasard. Comment pouvait-il seulement l'aidait? Il le souhaitait, au fond de lui. Mais cette décision ne lui appartenait pas. Et peut être ne lui appartiendrait-elle jamais.
Glinaina leva enfin la tête, et Delnwë plongea son regard rassurant dans le sien. Il avait toujours eut quelques difficultés avec les paroles, mais son regard avait toujours traduit la force de ses pensées. Celui ci était empreint de bienveillance. Elle se dégagea doucement, et ses yeux se portèrent sur sa main blessée. Elle ne semblait pas ressentir la douleur. Pourtant la blessure, même si pas très grave, semblait plus que superficielle. Elle arriverait probablement à la même conclusion. Elle tenta de se lever, mais ses gestes se firent maladroit, et elle du se tenir au mur pour éviter de tomber. Delnwë esquissa un geste pour la soutenir, mais comprit que cela ne servirait guère.
-Veuillez m'excuser... Je ne suis pas comme ça, d'habitude. Je...
Il répondit par un hochement de tête compréhensif. Toutefois, son regard passa du rassurant à l'inquiet, et son visage se fit plus grave. Était ce la blessure, le choc ou bien les deux, toujours était-il qu'elle était faible, et avait besoin d'aide. Qu'elle le veuille ou non.
-Pourriez-vous prendre une bassine d'eau, du savon et de quoi faire un bandage s'il-vous-plait ? Il y en a dans le petit coffre à l'entrée de ma chambre, la pièce juste à côté. Je n'arriverai pas à y aller moi-même."
Elle se rassit dans un mouvement de faiblesse. Acquiesçant d'un nouveau hochement de tête, Delnwë se rendit dans la chambre, et n'eut aucun mal à trouver ce dont il avait besoin. Il revint et posa le tout sur la table, puis sortit rapidement pour emplir la bassine de suffisamment d'eau. Il vint s'asseoir à côté de Glinaina, et l'observa un court instant, puis son regard se porta sur sa main. Il était toujours un peu inquiet. Si sa colère pouvait la mener aussi rapidement à ne plus ressentir la douleur, à briser un simple verre sans véritablement le réaliser, à fondre ainsi en larmes... Comment devait-elle être lorsque cette colère s'emparait complétement d'elle? Comment pouvait-elle le supporter? Delnwë se garda bien d'en parler, mais au fond de lui il souffrait pour elle. Il souffrait de savoir une aussi jeune elfe, tout juste sortie de l'enfance, ainsi. Elle ne l'avait en aucun cas mérité, même s'il la connaissait à peine. Elle ne pouvait pas mériter cela.

« Vous n'avez pas à vous excuser pour votre réaction. Je ne puis la comprendre, mais je l'accepte et ne peux vous en blâmer. Toutefois, votre main a souffert de votre emportement et vous n'êtes pas en état de vous en occuper. Je crains de devoir insister pour m'en occuper moi même. De plus, vous avez besoin de repos, quoique vous disiez. Vous semblez épuisée, et vous ne pouvez cacher votre grande faiblesse. »

Même s'il aurait préféré être rassurant, le ton se fit plus affirmé, comme pour montrer que sur ces points là, il ne reculerait pas. Il n'était plus questions de simples paroles, il en allait de sa santé. Son état, quoique loin d'être grave, avait tout de même de quoi inquiéter. Et il en ignorait toujours l'origine. Il commença à tremper un linge propre dans la bassine, prenant soin de l'humidifier suffisamment. Il n'entendait pas lui laisser le choix. Même s'il n'aimait pas l'idée de l'imposer.
« Vous pouvez refuser ma compassion ou mes excuses. Mais vous ne pouvez nier que votre état a de quoi inquiéter, Glinaina elleth. Si je fais cela, c'est uniquement parce que je suis inquiet de vous voir ainsi. Et j'ai peur que si vous ne vous apaisez pas, votre état puisse empirer. Laissez moi au moins vous aider à soigner votre blessure. Je ne puis faire davantage, et je le comprends. Mais laissez moi au moins vous apporter cette aide, aussi maigre soit-elle. Vous n'êtes pas en état de vous en occuper vous même.»
Sa nature bienveillante l'avait rattrapé. Il ne put empêcher ces paroles réconfortantes, ni ce regard de compassion. Il avait toujours était ainsi. Les siens valaient trop à ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Glinaina
les Pommes Légendaires Salées
avatar

Nombre de messages : 2908
Âge : 26
Date d'inscription : 08/09/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 130 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.

MessageSujet: Re: Recherche d'une enfant d'Anaëh en Ithri'Vaan [PV Glinaina]   Ven 14 Juin 2013 - 13:56

Encore une chance, l'Elfe était déjà prédisposer à l'aider, aussi alla-t-il directement chercher ce qu'il fallait pour soigner sa blessure. En attendant, Glinain se frotta le front avec sa main gauche, celle qui était encore indemne. Elle était vraiment lessivée et ce n'était pas peu dire ! Elle comprenait désormais très bien l'expression, ayant l'impression d'avoir été battue à de nombreuses reprises entre du savon (ou autre chose) et une pierre à laver, comme du linge qui ressort de cette épreuve aussi souple que possible, se laissant plier au gré des mains qui le manipulent, incapable de répondre à cela. Hé bien elle se sentait exactement comme cela, incapable de faire quoi que ce soit. Encore une chance que Delnwë soit quelqu'un d'honneur (visiblement), parce qu'elle n'aurait pas été en mesure d'empêcher quoi que ce soit de sa part. Et dans le pire des cas envisageables, ce qui constituait sa dernière protection avait été rejetée il y a même pas quelques minutes, ce qui la mettait dans une position de faiblesse qu'elle détestait vraiment de par ses conséquences.

Le soldat elfe revint avec les divers objets et, après avoir été remplir la petite bassine d'eau, vint s'asseoir sur le même banc qu'elle pour pouvoir s'occuper de sa blessure. Les paroles de l'Elfe furent fermes et se voulaient compatissantes, ce que la jeune femme n'apprécia pas des plus. Mais elle était trop fatiguée pour s'amuser à répliquer quoi que ce soit, alors elle le laissa panser ses plaies, retirant en premier lieu les bouts de verre encore plantés dans la paume. Cela ne lui fit pas spécialement mal, ou du moins elle devait avouer qu'elle appréciait la douleur que cela causait. Ayant été obligée à un moment de faire couler son propre sang pour calmer la fureur étrangère qui la prenait à l'époque, ainsi que la soif de sang. Elle avait pris l'habitude d'aimer cette douleur, elle qui avait le don de toujours la faire revenir sur terre. Cela semblait masochiste certes, mais que pouvait-elle faire d'autre ?


-Je n'ai pas la force de vous empêcher de m'aider, Delnwë, et je ne vous empêcherais pas de le faire. Pour... pour mon état... Ne vous inquiétez pas, j'ai vu bien pire. Vous vous inquiétez parce que vous ne me connaissez pas, mais généralement cette colère que vous avez pu voir... Il arrive que je ne puisse pas la contrôler, qu'elle me prenne complètement, comme si un autre "moi" surgissait. Là je tombe inconsciente et je ne me remets pas vraiment avant plusieurs jours. Mais j'espère que vous n'aurez jamais à voir cela, Delnwë, jamais. Il se pourrait que vous ne puissiez jamais le raconter à qui que ce soit après.


Glinaina avait du mal à garder les yeux ouverts, mais elle faisait un effort ne serait-ce que pour voir la réaction de l'officier. Il fallait dire que ses propos n'étaient pas à prendre à la légère et qu'ils ne signifiaient rien de bon.


-Une Elfe peut-elle seulement connaître une telle colère en Anaëh, dites-moi ? Ou vous demandez-vous d'où cette engeance peut-elle venir ? La réponse, vous la détenez à l'instant même..."
Revenir en haut Aller en bas
Delnwë Iridwen
Elfe
avatar

Nombre de messages : 234
Âge : 30
Date d'inscription : 29/04/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  245
Niveau Magique :
MessageSujet: Re: Recherche d'une enfant d'Anaëh en Ithri'Vaan [PV Glinaina]   Ven 14 Juin 2013 - 14:32

Elle acceptait ses soins, mais à entendre ces paroles, elle ne le faisait que parce qu'elle y était contrainte. Son état de fatigue l'empêchait probablement de résister d'une quelconque manière, ses paroles traduisant elles même sa faiblesse. Delnwë n'était certes pas un guérisseur. Il n'avait aucun don magique, et ne connaissait que peu les herbes médicinales. Toutefois, sa formation à l'armée lui apprenait entre autre chose à pouvoir soigner rapidement les plus petites blessures, coupure, éraflures, qui pouvaient survenir sur un champ de bataille. Aussi, agissait-il méticuleusement en s'occupant de la main meurtri. Les éclats de verres n'avaient pas profondément pénétrés la peau, malgré la force qui avait été exercée. Aussi commença-t-il a les retirer, très délicatement, avec le plus de précaution et de douceur possible. Il savait pourtant que cela devait provoquer une certaine douleur, mais elle n'en laissa rien transparaitre. Son visage était d'une grande neutralité, comme si elle ne ressentait rien. Était-elle exercée à résister à la douleur? Ce qui était le plus navrant, c'est qu'elle du connaitre la douleur, aussi jeune fut-elle. Une fois les éclats retirés, il se saisit d'un linge propre qu'il imbiba légèrement d'eau, frotta avec le savon et passa sur les plaies pour désinfecter. Là encore, elle ne réagit pas, et le savon fit son effet. Il passa le linge délicatement, prenant le temps de nettoyer sans s'attarder outre mesure, pour lui éviter la douleur. Mais il se demandait si cela changeait seulement quelque chose pour elle. Dans tous les cas, cela changeait quelque chose pour lui.
Pendant ce temps là, elle lui parla de ses accès de colère. Elle évoqua les fois où celle ci prenait le dessus, lui faisant perdre connaissance. Bien que concentré sur sa tâche, Delnwë ne put s'empêcher d'avoir un regard plus grave en entendant cela. On pouvait penser que ce fut à cause des blessures, mais celles ci étaient en réalité bien légères. L'idée qu'une simple colère puisse lui faire perdre connaissance pour plusieurs jours l'inquiétait bien davantage. Et lorsqu'elle évoqua le fait qu'il aurait pu ne pas y survivre si cela était arrivé devant lui, son inquiétude se fit plus profonde et plus grave.
Il finissait de nettoyer les plaies, et vit que la jeune elfe était complétement épuisée, ses paupières se fermant doucement, pour se rouvrir en sursaut un instant après. Elle luttait contre la fatigue et le sommeil. Le contrecoup était dur. Le soldat posa le linge désormais rougit sur la table, et en saisi un autre qu'il imbiba de la même manière. Celui ci devait servir à bander la main, et il le posa délicatement sur la paume, là où s'étalaient les blessures et les marques. Il espérait que celles ci cicatriseraient vite. Cette déchirure sur la peau si fragile était semblable à une blessure dans le cœur, une cicatrice qui déformait et accablait celle qui la portait. Il ne voulait que la refermer. Mais là où la blessure physique se résorberait avec le temps, la blessure de son esprit pouvait perdurer bien des décennies...
-Une Elfe peut-elle seulement connaître une telle colère en Anaëh, dites-moi ? Ou vous demandez-vous d'où cette engeance peut-elle venir ? La réponse, vous la détenez à l'instant même..."
Des propos lourds de sens. L'inquiétude se renforça encore. Le visage avait perdu de sa bienveillance, et se faisait presque violence. De tels propos...
« Une telle colère peut être connue de chacun, et pourtant je n'en ai que rarement vu de telle. Je ne puis dire qu'elle est normale, et encore moins qu'elle fait partie de vous, après ce que vous m'avez décrit. Toutefois, vos dernières paroles me laissent comprendre que c'est beaucoup plus grave que je ne pouvais l'imaginer, si toutefois mon interprétation est juste. Aussi je vais vous laisser le choix. Vous pouvez désirer ne plus en parler, ne plus l'évoquer devant moi, et je le comprendrais. Je vous laisserais alors vous reposer, et veillerais sur votre sommeil. Mais je ne peux nier que je n'en serais pas satisfais. Je veux que vous me disiez clairement qui vous a fait cela. Et si mes craintes s'avèrent exactes...»
Il laissa sa phrase en suspend. Si elles étaient exactes? Il entendait alors agir. Les discussions pouvaient bien résoudre des problèmes, mais parfois, même s'il n'aimait pas toujours cela, il devait agir. Il craignait de n'être dans ce cas là.
« Quoi que vous vouliez, pensiez ou souhaitiez, je n'entends pas vous laisser ainsi, Glinaina. Vous n'êtes pas en état de protester, comme vous l'avez dit. Et je n'entends pas vous laisser faire.»
Il acheva le bandage sur un dernier tour de la main et le noua sur la paume. Puis la main de Delnwë vint se poser sur celle de la jeune elfe, en un signe de réconfort.
« Même si vous ne le voulez pas, je n'entends pas vous laisser comme ça!»
Revenir en haut Aller en bas
Glinaina
les Pommes Légendaires Salées
avatar

Nombre de messages : 2908
Âge : 26
Date d'inscription : 08/09/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 130 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.

MessageSujet: Re: Recherche d'une enfant d'Anaëh en Ithri'Vaan [PV Glinaina]   Ven 14 Juin 2013 - 19:02

Les paroles de Delnwë étaient emplies de bon sens et représentaient bien le côté "fraternel" qu'éprouvait l'officier pour les autres Elfes. Glinaina ne le coupa aucunement, le laissant dire ce qu'il pensait sur la colère qui habitait sa jeune consoeur et terminer de bander la main de cette même Elfe. Son visage s'était figé en un masque de sérieux, son ton s'était quelque peu durci... Et à l'inverse de cela, un sourire était né sur les lèvres de la jeune femme. Gai ? Triste ? Ironique ? Delnwë n'aurait pu le dire tant la fatigue se lisait sur le visage de l'Elfe. Seules ses paroles traduisirent ce qu'elle pensait en son fort intérieur, que cela plaise à son guérisseur ou non.

"Si vos craintes s'avéraient exactes, quelles qu'elles soient, que feriez-vous ? En quoi et pourquoi m'aideriez-vous ? Je ne pense pas qu'on puisse faire grand chose à ce qui m'arrive... à moins d'abréger ma vie, peut-être ? Au moins une personne serait ravie d'apprendre cela.

Le sourire retomba, laissant là une mine fatiguée et triste à une Glinaina qui commençait à avoir du mal à aligner deux idées. Elle se rappelait très bien son dernier aller-retour chez les Elfes, mis à part certains moments bien entendu : la réaction de certains, le regard des gens, les dires... D'un côté elle avait de quoi comprendre qu'elle était devenue trop différente du "beau peuple", de l'autre on s'était assuré d'au moins essayer de lui faire comprendre qu'elle en faisait toujours partie, quoi qu'elle soit devenue. Cela lui rappela une certaine rencontre où, elle ne s'en était rendue compte que bien plus tard, son réel défaut avait été de croire que la vie de chacun était trop importante pour être laissée de côté ou, encore pire, être gaspillée. Maintenant, elle comprenait... ou du moins en avait une petite impression. Mais ce n'était pas pour autant qu'elle avait envie de mettre fin à ses jours, elle était encore bien loin d'être entrée en dépression.

-Pour ce qui est la cause de ces "excès" de colère, je puis vous dire que vous détenez la solution. Ou plutôt, si vous préférez, vous la tenez en ce moment même. Voyez-vous de quoi je parle, Delnwë ?

Si la réponse n'était pas dans la main exactement, ce que l'Elfe pourra très facilement constater, la réponse était "dans" le bras. Elle avait plus tôt fait comprendre à l'officier que ses marques avaient été faites par les Sombres, il ferait certainement le lien. Mais juste, que la hargne ne le prenne pas. Il manquerait plus que la colère ne le prenne lui aussi, même si c'était à moindre importance.

-Je ne pense pas que vous puissiez faire quelque chose. Même un archimage ne le peut - pour en connaître un. Il faudrait que je retrouve celui qui m'a apposé ces marques... peut-être arriverais-je à en tirer quelque chose. Hum... Cela ne me dérange pas de continuer sur ce sujet, maintenant que la colère est passée elle ne reviendra pas tout de suite, mon corps serait incapable de la supporter. Par contre... Je risque plus de m'endormir, aussi excusez-moi d'avance si c'est le cas.

En effet, ça n'allait pas mieux... Mais elle se força à sourire, comme pour rassurer celui qui lui faisait face.


-Et merci pour le bandage. C'est... gentil."
Revenir en haut Aller en bas
Delnwë Iridwen
Elfe
avatar

Nombre de messages : 234
Âge : 30
Date d'inscription : 29/04/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  245
Niveau Magique :
MessageSujet: Re: Recherche d'une enfant d'Anaëh en Ithri'Vaan [PV Glinaina]   Ven 14 Juin 2013 - 20:18

Alors que le visage de l'officier se faisait de plus en plus dur, un sourire naquit sur le visage jusqu'alors triste et de la jeune elfe. Même si la fatigue occultait en partie ce sourire, il n'en était pas moins franc. Mais que pouvait-il traduire? Elle ne souriait certainement pas de sa situation. Alors pourquoi le faisait-elle? Les paroles qui suivirent firent comprendre que ce sourire n'avait rien de joyeux. Davantage de l'ironie, de la fatalité. Un sourire plein d'amertume. Un sourire forcé. Et les derniers mots furent les plus dur. Abréger les souffrances. Abréger la vie. Ils le firent tressaillir, et elle dut le sentir au travers du mince bandage, qui reçu une mince ondulation. Mais le visage ne se fit pas plus dur. Cela commençait à s'avérer difficile. Puis le sourire retomba. La fatigue la rattrapait doucement. Ses yeux s’embrumaient, et elle ne tiendrait plus longtemps avant que le sommeil ne s'empare d'elle. Elle n'était plus en état de discuter. Cette épreuve l'avait bien trop épuisée.
-Pour ce qui est la cause de ces "excès" de colère, je puis vous dire que vous détenez la solution. Ou plutôt, si vous préférez, vous la tenez en ce moment même. Voyez-vous de quoi je parle, Delnwë ?
Il n'eut qu'un instant à réfléchir. Il la tenait? Il tenait sa main en cet instant. Sa main.. Son bras... l'étrange symbole... Il eut un nouveau tressaillement, un vague sentiment de colère passant furtivement dans son esprit, mais qu'il eut tôt fait d'éteindre. Ce n'était pas le moment de s'emporter. Mais il savait désormais. Tout cela n'était encore une fois que le fait des pires créatures que cette terre connaissait. Les sombres avaient encore une fois frappé. Et ils avaient frappé une pauvre elfe, encore jeune et ayant toute son existence devant elle. Encore un crime impardonnable.
D'après elle, personne n'y pouvait rien. Elle avait consulté un archimage, qui n'avait eu aucune solution à lui proposer. Un archimage humain, probablement. Ceux là s'y connaissaient pour détruire, brûler, emprisonner, torturer. Ils passaient des années à tester leurs sorts pour vaincre leurs ennemis dans des batailles ô combien violentes. Et ne saisissaient pas l'essence même de la magie. Delnwë n'était pas pratiquant de magie, et pourtant, il avait apprit de ceux qu'ils avaient rencontré que la vocation première de la magie était de créer. De réparer, de guérir, et d'améliorer le monde. Ainsi, un archimage elfe pourrait peut être réussir là où un humain avait échoué. Mais il était peu probable qu'elle soit prête à revenir en Anaëh de sitôt. Même pour cela.
Ou alors, retrouvé celui qui lui avait fait cela. C'était en effet une excellente solution. Mais qui présentait un énorme inconvénient. Savait-elle seulement qui il était? Il était impossible d'interroger chaque sorcier et pratiquant de magie elfe noir pour le savoir. La question devait être posé à la concernée. Mais était ce judicieux de la poser en cet instant? Probablement pas. De toute façon, il n'entendait pas renoncer pour si peu. La solution devait exister. Et il n'avait jamais laisser l'une des siens mourir sans qu'il n'y fasse rien. Cela lui était inconcevable, pire que l'idée de sa propre mort.
Et puis elle évoqua son possible sommeil, et s’efforça de sourire, avant de le remercier pour son bandage. Delnwë émergea alors de ses pensées. Elle était épuisée, et ne tiendrait plus longtemps
« Ne me remerciez pas, nous apprenons à pouvoir nous soigner ou soigner un des nôtres dans notre formation. Il semblait normal que je vous vienne en aide étant donné votre état. D'ailleurs, je pense qu'il serais plus sage que nous remettions cette discussion à demain. Vous avez urgemment besoin de repos. Toutefois je ne souhaite pas vous laisser seule ici. Je vous demande donc de me permettre de veiller sur votre sommeil. Je n'aurais qu'un bref aller retour à effectuer à l'auberge pour prévenir mes compagnons. De toute façon, je n'entends pas vous laisser de véritable choix. Si vous refusez de me laisser veiller sur vous ici, je crains de ne devoir vous emmener avec moi à l'auberge. Je refuse catégoriquement de vous laisser seule.»

Les paroles se voulaient dur, mais il ne put masquer une pointe de tendresse en elles. Et son visage s'était radouci. Non il ne faisait pas cela pour la contrarier. Mais bien pour la protéger. Aussi avant même d'attendre sa réponse, il la prit délicatement dans ses bras, et la souleva du banc. Ignorant tout ce qu'elle pouvait lui dire ou lui faire, il la transporta doucement jusque dans son lit, et l'allongea, puis s'assit à côté d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Glinaina
les Pommes Légendaires Salées
avatar

Nombre de messages : 2908
Âge : 26
Date d'inscription : 08/09/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 130 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.

MessageSujet: Re: Recherche d'une enfant d'Anaëh en Ithri'Vaan [PV Glinaina]   Dim 16 Juin 2013 - 13:43

Il avait compris, ça y était, la jeune femme le sentit lorsque sa propre main fut serrée par celle de Delnwë, même si ce n'était pas fort. Il avait compris et cela le rebutait, enflamment encore plus sa colère, quoi qu'il ne le fit aucunement paraître. Glinaina l'imaginait bien, même si elle ne comprenait pas en quoi son propre sort pouvait tant l'influencer... C'était ainsi et puis voilà, inutile de se lamenter pour les autres. S'occuper de soi était parfois déjà bien suffisant !
La fatigue la prenant toujours un peu plus, elle écouta les paroles de l'Elfe et fut toute à fait d'accord avec lui sur le fait qu'il était préférable de reprendre la conversation le lendemain. Par contre, en ce qui concerne le fait de veiller sur elle... Non mais elle n'avait pas besoin de protection, il pouvait aller rejoindre ses compagnons sans problème ! Ce n'était pas comme si elle se trouvait dans un endroit dangereux, non plus. Mais comme l'avait si bien dit l'Elfe, elle n'était pas en mesure de pouvoir réagir, donc elle se contenta de soupirer alors que Delnwë se levait pour la prendre dans ses bras. Si elle n'aimait l'idée d'être ainsi dépendante d'une personne, le contact avec le corps chaud de cet homme lui procura un effet d'apaisement, ce qui eut tendance à lui faire fermer les yeux. Lorsqu'il la dépose sur le lit, Glinaina regarda un instant Delnwë, puis la fatigue la rattrapa. Ses yeux se clorent et sa respiration se fit douce et lente jusqu'à ce qu'ils ne se rouvrent.




~~~~~~~
Le lendemain, en toute fin de matinée.


Au dehors, des bruits caractéristiques à ceux d'un village : un chariot, le hennissement d'un cheval, des enfants qui jouent, les petits oiseaux qui chantent... Qui chantent ?
Glinaina ouvrit les yeux, se retrouvant face à un rayon de soleil aveuglant. Elle se protégea les yeux avec sa main, se demandant si c'était elle qui avait rêvé et qu'elle se trouvait en fait être en plein été, ou bien s'il faisait nettement meilleur que la veille. Mais au petit matin ? Enfin était-il seulement le matin ? Elle était encore habillée. Elle avait dû faire une sieste sans s'en rendre compte. Bizarre...

Un bruit, une présence la fit se retourner. Elle eut tout d'abord du mal à reconnaître celui qui était assis non loin d'elle, mais les souvenirs revenant rapidement, elle put mettre un nom sur le visage de l'Elfe.

-Delnwë ?

La jeune femme fronça les sourcils, se demandant intérieurement ce qu'il pouvait bien faire là. Aurait-elle oublié quelque chose ?

-Que... Que faites-vous là et... quelle heure est-il ? Nous sommes bien en automne, non ?"
Revenir en haut Aller en bas
Delnwë Iridwen
Elfe
avatar

Nombre de messages : 234
Âge : 30
Date d'inscription : 29/04/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  245
Niveau Magique :
MessageSujet: Re: Recherche d'une enfant d'Anaëh en Ithri'Vaan [PV Glinaina]   Mer 19 Juin 2013 - 12:09

La seule réponse qu'il pu avoir fut un simple soupir. Elle n'était probablement pas satisfaite d'être à ce point dépendante, mais elle n'en avait guère le choix. Elle dut donc se plier aux exigences de l'officier, et une fois qu'elle fut déposée sur le lit, elle n'eut qu'un dernier regard avant que ses yeux ne se ferment lentement. Sa poitrine se soulevait lentement au rythme de sa respiration douce. Le sommeil l'avait gagné. Delnwë resta ainsi un moment, à l'observer sans bouger. Celle qui était entrée dans une telle colère, qui s'était emportée avant de fondre en larmes, se reposait désormais, image de la quiétude et de la sérénité même. Sa fatigue allait sans doute entrainer un sommeil profond, là où les rêves ne pourraient venir le perturber. Il espérait que cette fatigue et cette noirceur se seraient envolées au matin.
Après un long moment, il finit par se lever, et prenant soin de bien fermer la porte et de la bloquer autant que possible, il reprit le chemin de l'auberge. La pluie avait cessée pour le moment, quelques espaces du ciel devenaient presque visible, une étoile perçant çà et là les nuages et l'obscurité. Lorsqu'il entra, l'auberge était très peu éclairée. Un jeune homme qui devait faire office de gardien l'observa d'un œil plein de suspicion mais ne l'arrêta pas. Son patron avait dû le prévenir. Il étouffa un bâillement et reprit sa place sur une petite chaise de bois en face de l'entrée. L'elfe ne traina pas, et se rendit dans la chambre qu'il avait louée plus tôt. Deux de ses camarades se reposaient, le troisième veillait. Cerlindil écouta le récit de son supérieur, puis ils réveillèrent Tulnir pour en faire de même. Pendant que ce dernier resterait ici, Cerlindil accompagna Delnwë jusqu'à la résidence de la jeune elfe qu'ils avaient rencontré. L'officier prit ses heures de repos pendant que le soldat veilla sur Glinaina, puis ce dernier repartit à l'auberge et Delnwë reprit sa place. Il pensait à tout ce qui s'était passé dans cette soirée. Et tout ce que cela allait impliqué. Car les événements n'allaient probablement pas rester sans conséquences. Assis auprès du lit, il songeait et réfléchissait. Ainsi s'écoula la longue nuit de veille dans la petite bâtisse.
La matinée était déjà bien avancée lorsqu'elle fini par se réveiller. Il en avait profiter pour informer ses soldats que le départ allait sans doute être légèrement différé. Toutefois, ils devaient se tenir prêt à partir. Delnwë avait sommeillé de nouveau dans la mâtiné, se faisant relayer, si bien que sans être en pleine forme, il avait pu bénéficier de son sommeil. La jeune elfe ouvrit lentement les yeux, et masqua de sa main le soleil qui entrait dans la chambre. L'officier avait cru bon d'ouvrir les fenêtres afin de laisser entrer la douce chaleur matinale. Elle mit quelques instants à s'éveiller, avant de se retourner brusquement vers lui, prononçant son nom avec interrogation. S'attendait-elle à ce qu'il soit parti sans laisser trace? Il lui avait promis de veiller sur elle, et il n'était pas du genre à trahir ses promesses. Toutefois, le froncement de sourcil qui suivit n'augurait rien de bon.

-Que... Que faites-vous là et... quelle heure est-il ? Nous sommes bien en automne, non ?"

Elle avait manifestement perdu tout repère. La nuit avait certes contribué à son repos, mais elle avait également permit d'oublier une partie des événements de la veille.

« Je suis ici comme je vous l'avais promis. J'ai veillé sur votre repos en cette nuit, avec l'aide de mes compagnons, pour que vous puissiez récupérer des événements d'hier soir sans que rien ni personne ne vienne troubler votre sommeil. Nous sommes toujours en automne, et il est proche de la mi-journée, pour tout vous dire. Je crains que votre sommeil n'ai été plus réparateur qu'il ne devait l'être.»

L'elfe lui adressa un sourire chaleureux et bienveillant, pour la rassurer. Elle n'avait aucune raison de paniquer ou de s'alarmer. Il se leva lentement, et s'éloigna jusque dans la cuisine, puis revint avec une tasse.

« Je me suis permit de vous préparer une petite tisane pour votre réveil, que j'imaginais difficile. Cela vous fera sans aucun doute le plus grand bien. Ne vous inquiétez pas, vous n'avez absolument rien à craindre.»

Il ignorait quelle allait être la réaction de Glinaina. Et surtout, il espérait que le souvenir de la veille n'allait pas faire remonter en elle une quelconque colère...
Revenir en haut Aller en bas
Glinaina
les Pommes Légendaires Salées
avatar

Nombre de messages : 2908
Âge : 26
Date d'inscription : 08/09/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 130 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.

MessageSujet: Re: Recherche d'une enfant d'Anaëh en Ithri'Vaan [PV Glinaina]   Jeu 20 Juin 2013 - 21:21

Ainsi donc, ils étaient bien en Automne... Si elle se souvenait bien il avait plu la veille, aussi le soleil qui lui éblouissait les yeux devait être l'un de ces rares en cette saison particulièrement pluvieuse. Au moins cela faisait-il une journée de répit, ce qui n'était pas plus mal. Par contre, elle tilta quelque peu sur le fait qu'il avait veillé sur son sommeil toute la nuit, lui ainsi que ses compagnons. Pourquoi s'en était-il donné la peine ? Sachant qu'elle n'était plus vraiment du style à apprécier ce genre de marques d'affection, elle avait vraiment de quoi se demander ce qu'il s'était passé. A vrai dire, rien ne lui revenait à l'esprit en cet instant même, ce qui lui donnait une impression de vide qu'elle détestait profondément. Un vide qu'elle détestait de par son expérience passée, toujours provoqué par la magie qui était en elle. Elle craignait qu'il n'ait veillé sur elle à cause de cela, mais si elle avait perdu le contrôle d'elle-même, l'un d'eux aurait été blessé, non ?


Sans attendre qu'elle ne prenne la parole, Delnwë se leva sans brusquerie aucune et se dirigea vers la cuisine. La jeune femme en profita pour se relever, s'assayant ainsi en bordure du lit. A peine eut-elle le temps de se rendre compte que sa main droite était bandée que l'Elfe revint, deux tasses à la main.


"Je me suis permit de vous préparer une petite tisane pour votre réveil, que j'imaginais difficile. Cela vous fera sans aucun doute le plus grand bien. Ne vous inquiétez pas, vous n'avez absolument rien à craindre.
-Je ne m'inquiète pas, Delnwë. Mais pourquoi me dites-vous cela ? Et merci pour la tisane.


Elle prit la tasse et s'arrêta un instant sur le visage de l'officier. Puis son regard s'attarda sur la tassse qu'elle tenait dans le creu de ses mains et le contact avec le bois aida à lui rappeler les faits de la veille : la longue discussion avec les Elfes, l'invitation à continuer chez elle, la tisane, la colère, les marques... et la main bandée. Elle regarda de nouveau Delnwë dans les yeux et lui demanda, sans ménagement :


-La colère m'a bien prise hier soir, non ? C'est pour cela que vous veilliez sur moi ?


Elle but une gorgée de tisanne somme toute bonne, écoutant la réponse de l'Elfe. Le fait qu'il confirme ses souvenirs n'était pas pour lui plaire : si cela recommençait, il fallait qu'elle fasse très attention. Voire même qu'elle anticipe, cette fois-ci. Ce n'était pas bon en tout cas, il ne fallait pas se voiler la face.


-Et je vous ai bien montré mes marques ? Je vous ai expliqué d'où elles venaient ?


Nouveau temps de silence de sa part, temps pendant laquelle Delnwë se devait de répondre.


-Si vous pouviez éviter d'en parler à qui que ce soit... ce serait bien. Cette histoire ne concerne pas les Elfes, hormis que pendant longtemps leurs frontières n'étaient pas assez gardées. Et je n'ai pas spécialement envie d'être une bête de foire, si vous voyez. Cette affaire me regarde. Point."


Elle rebut une gorgée d'eau chaude, comme pour faire passer l'once d'inquiétude qui venait de la prendre. Si les gens qui voyaient ses marques comprenaient que ce n'étaient pas de simples tatouages lorsqu'ils étaient assez proches, elle n'avait pas envie que la populace sache ce qu'elle était et comment elle l'était devenue.
Revenir en haut Aller en bas
Delnwë Iridwen
Elfe
avatar

Nombre de messages : 234
Âge : 30
Date d'inscription : 29/04/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  245
Niveau Magique :
MessageSujet: Re: Recherche d'une enfant d'Anaëh en Ithri'Vaan [PV Glinaina]   Ven 21 Juin 2013 - 12:20

Lorsqu'il revint avec la tisane, la jeune elfe s'était redressé dans le lit. Elle semblait aller bien mieux que la veille. Mais cette impression n'était que physique, et il doutait qu'intérieurement tout soit aussi simple. Sans doute éprouvait-elle encore des regrets et de l'amertume quant à ce qui s'était déroulé. Elle semblait déroutée, ne sachant plus trop où elle se trouvait, et pourtant il semblait si peu probable qu'elle ait oublié tout ce qui s'était passé. La blessure si profonde dans son âme, la marquant pour son existence... Non, pas pour son existence. Une solution devait exister. Et il allait falloir la trouver. Mais ce n'était pas encore le moment. Elle saisit la tisane tout en lui demandant pourquoi elle n'avait rien à craindre, pourquoi devrait-elle s'inquiéter. L'officier eut un léger haussement de sourcil. Ce n'était aucunement de l'ironie, car son visage comme sa voix était franc, sincères et tout aussi perdus. Se pouvait-il qu'elle eut oublié tout ce qui s'était déroulé? Chose étrange... Toutefois, il ne se défit pas de son sourire rassurant. Si elle était aussi perdue, il ne fallait pas lui montrer que cela l'étonnait. Ce n'aurait pour effet que de l'inquiéter davantage. Lorsqu'elle eut la tasse dans ses mains, elle observa un court instant Delnwë avant de porter son regard sur la tisane. Un long moment s'en suivit, sans qu'elle ne bouge ou ne prononce le moindre mot. Plongée dans ses pensées, sans contact avec son entourage. Il ne l’interrompit pas. Le choc était suffisant. 
Elle finit par relever les yeux vers lui, et lui demanda si la colère l'avait prise. Si c'était pour cela qu'il avait veillé sur elle.La première réaction de l'officier fut un hochement de tête grave.
«Je suppose que oui, si ce qui est survenu est bien ce que vous nommez la "colère". Vous m'avez grandement inquiétée, et j'avoue que j'imaginais la soirée se dérouler bien autrement. Après votre grande fatigue, je n'ai pu me résoudre à vous laisser seule ainsi. Il est donc vrai que j'ai décider de veiller sur vous. Pour vous protéger de quoi? Je l'ignore. Mais je me devais de le faire.»
La question suivante vint après une gorgée de tisane. Le visage de l'elfe aux cheveux dorés s'était encore refermé. L'inquiétude s'y peignait, et elle demanda d'une voix éteinte s'il avait vu les marques. Là encore il ne put qu’acquiescer, mais jugea bon de ne rien ajouter.
-Si vous pouviez éviter d'en parler à qui que ce soit... ce serait bien. Cette histoire ne concerne pas les Elfes, hormis que pendant longtemps leurs frontières n'étaient pas assez gardées. Et je n'ai pas spécialement envie d'être une bête de foire, si vous voyez. Cette affaire me regarde. Point.
Si le visage de Glinaina se voulait dur et inflexibles, celui de Delnwë se fit inquiet et rude. La bienveillance laissa place à un froncement de sourcil.
«Je n'entends bien sûr pas en parler à qui que se soit. Même mon compagnon venu m'aider à veiller sur vous n'en connait pas la raison, je ne lui ai rien dis de cela, sinon que vous étiez grandement fatiguée. Toutefois, vous avez tort de penser que cette histoire ne concerne pas les elfes. Et encore plus tort de penser que vous seriez une bête de foire. Avez vous donc si peu foi en votre peuple? Avez vous si peu foi en nous, que vous nous rejetez en pensez que nous ne ferions que nous amuser de ce qui vous arrive? J'ignore de quoi vous voulez parler par la protection de nos frontières. Sachez toutefois qu'il y a longtemps déjà que j’œuvre pour cela. Je pourrais donc le prendre comme un reproche personnel, même si je doute que ce soit le cas...»
Même si les paroles s'étaient emportées, le ton restait calme et posé. C'était le regard qui traduisait le plus ce que pensait Delnwë. Amertume, déception, incompréhension. Ce rejet, il ne le saisissait pas. Il en fut ainsi quelques instants, avant que le visage ne s'apaise de nouveau. Il poussa un soupir et leva les yeux au plafond, puis se détendit. Il ne souhaitait pas la réprimander ni la critiquer. C'était son droit, et il ne voulait qu'être bienveillant à son égard.
«Toutefois, comme j'ai pu vous le dire hier soir, je vous respecte et vous apprécie, Glinaina elleth. J'ai confiance en vous. Aussi respecterais votre volonté, je n'en parlerais à personne, sauf si vous m'y autorisez.»
Il l'observa alors un instant. Jeune et frêle, connaissant si peu du monde qui l'entoure. Et déjà accablée de malheur. Kÿria l'avait soumise à bien rude épreuve.
«Mais il y a une chose que vous ne pourrez faire. Que vous ne pourrez changer. Vous vous êtes confiée à moi, et j'ai connaissance de ce qui vous touche. Que vous le vouliez ou non, vous êtes du même peuple, du même sang que moi. Je n'ai jamais tourné le dos à une de mes sœurs, et je n'entends pas commencer aujourd'hui. Ainsi, si vous souhaitez laisser le peuple elfique en dehors de cela, c'est votre droit. Mais cela ne regarde plus uniquement que vous. J'entends bien faire ce qui devra être fait pour vous aider. Avec, ou sans votre accord. Vous allez sans doute me dire que j'ignore comment, et vous aurez raison pour le moment. Mais aussi vrai que vous êtes libre de faire vos choix, je suis libre de faire les miens.»
Les paroles n'étaient pas dures, bien au contraire. Le ton de l'amitié. Le ton de celui qui aimait, et voulait protéger. Comme il l'avait toujours fait. Et comme il entendait le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Glinaina
les Pommes Légendaires Salées
avatar

Nombre de messages : 2908
Âge : 26
Date d'inscription : 08/09/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 130 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.

MessageSujet: Re: Recherche d'une enfant d'Anaëh en Ithri'Vaan [PV Glinaina]   Mar 25 Juin 2013 - 16:39

"Vous n'avez pas à prendre ce reproche pour vous, Delnwë. Ce sont aux protectorats de garder leurs frontières et il fut un temps où, semblait-il, ils s'étaient quelque peu relâchés. A force d'avoir une situation stable, il y a des risques qu'on oublie que le danger peut venir à chaque instant, là où on l'attend le moins. En cela le front avec les Sombres ne vous fera pas de mal... Au moins, cela fera bouger les choses. Et en ce qui concerne la "bête de foire" ou plus simplement le fait d'avoir foi en le peuple elfique, sachez juste que les différents faits que j'ai pu évoquer depuis hier m'ont amenée à une période... comment dire... d'interrogations ? Si bien que je ne puis vraiment me prononcer sur ce type de sujet. Aux Elfes de réagir comme ils le souhaitent, je ne serai pas de ceux qui se disent capables de les contrôler. J'ai encore à comprendre avant d'aller plus avant, quelle que soit la conclusion à laquelle cela m'amène.

Trempant ses lèvres fines dans la tisane encore chaude, elle écouta Delnwë lui répondre. Il lui semblait aussi butté qu'elle pouvait l'être lorsqu'il s'agissait de prendre soin de ses troupes et pouvait comprendre en quelque sorte comprendre cet état d'être, même s'il devrait plutôt - à son avis - rentrer en Anaëh et préparer ses Elfes pour les batailles à venir au lieu de s'obstiner à faire comme si elle était vraiment l'une des leurs. Qu'ils aient chacun leur propre route et leurs différences respectives, si grandes soient-elles. Pour l'instant elle ne voulait aucunement retourner dans la Prime Forêt, retrouver ceux qui ne pourraient la comprendre, se retrouver de nouveau face à Kÿria, que ce soit par le biais de sa Gardienne comme par celui de la Symphonie. Elle voulait rester en-dehors de tout cela, vivre sa propre vie comme elle l'entendait, sans qu'on ne vienne lui rappeler qu'elle prenait la "mauvaise voie". Enfin le lui rappeler ! Le lui dire du moins, mais certains Elfes étaient tellement étroits d'esprit qu'il n'était pas vraiment dans son optique de se mettre à les écouter sur ce sujet.

Finissant sa tasse, la jeune femme se dégagea de toutes ces idées en penchant la tête en arrière, les yeux fermés. Delnwë avait terminé son récit et un silence s'était installé entre les deux protagonistes, temps pendant lequel Glinaina s'était permise de se laisser prendre dans ses pensées. Gardant encore ce silence entre eux, la jeune femme leva les yeux vers l'officier et prit le temps de faire attention à la façon dont il se comportait envers elle : il faisait "père", ou du moins "grand frère mature". Elle pouvait le prendre mal, il valait bien mieux faire monter le ton pour des choses bien plus importantes que cela. Et puis il était libre de ses choix, comme il venait de le signifier.

-Vous serez toujours libres de vos choix, même sous la torture. Et comme vous venez de le soulever, il en est de même pour moi. Alors je décide de vous faire confiance, tout comme vous désirez m'accorder la vôtre. Mais je ne cesserais de penser qu'il vaudrait mieux que vous ne vous occupiez pas de moi, du moins pas trop. Il ne faudrait pas que cela vous mène à penser à autre chose qu'à votre devoir, Delnwë.

Un sourire vint se dessiner sur le visage de Glinaina, aidant à faire comprendre à son interlocuteur qu'aucune animosité ou autre n'entachait ces dernières paroles. Puis son regard revint sur la tasse qu'elle alla poser sur un meuble de la chambre. Maintenant debout, il était temps pour elle de se réveiller pleinement, même si cela engendrerait inévitablement une fatigue qui la ferait dormir plus des trois heures habituelles que doit se consacrer un Elfe pour être en forme le lendemain.

-Et si vos compagnons venaient manger ici ce midi ? Je ne sais pas combien de temps il reste avant que les douze coups ne sonnent, mais ce sera peut-être mieux que de rester toute la journée dans une simple auberge. Et vous êtes également invité, bien sûr. Cela vous dirait-il, en tous cas ?

Le sourire se fit plus sincère. Du moins, essaya-t-elle qu'il le soit. Elle se demandait si elle avait de quoi cuisiner, mais au pire elle irait acheter quelques ingrédients. Et si elle ne pouvait pas, alors elle irait emprunter à Anaïg. Bref, elle devrait pouvoir se débrouiller. Quoi qu'il en soit, elle alla rechercher ce qu'elle pouvait avoir dans son placard et y trouva, à son grand bonheur, des pommes de terre achetées une fois au marché. Avec le temps qu'il faisait cet automne, elles se conservaient très bien ! Elle ferait donc ça avec... avec quoi ?

-Dites-moi, Delnwë... Vous ou l'un de vos compagnons est-il végétarien ? Cela étant plus répandu que chez les Humains, je préfère poser la question avant de cuisiner quoi que ce soit."
Revenir en haut Aller en bas
Delnwë Iridwen
Elfe
avatar

Nombre de messages : 234
Âge : 30
Date d'inscription : 29/04/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  245
Niveau Magique :
MessageSujet: Re: Recherche d'une enfant d'Anaëh en Ithri'Vaan [PV Glinaina]   Mer 26 Juin 2013 - 14:00

Les premiers paroles eurent de quoi déconcerter Delnwë. Tant sur le fait que les protectorats avaient failli à leur mission de protection, que sur l'idée que des elfes puissent la considérer comme quelque chose d’intrigant. Elle était une elfe, elle était des leurs, quoiqu'il lui soit arrivé! Toutefois, il s'abstint de lui exprimer pleinement sa pensée, souhaitant éviter qu'elle ne s'offusque à nouveau.

«Cela dépend de l'époque. Vous blâmez les protectorats pour leurs erreurs, mais il fut une époque où j'étais de ceux qui veillaient à cette protection. Aussi ai-je pu être parmi ceux qui ont failli à vos yeux. Toutefois, je ne pense pas que l'on puisse considérer la guerre qui approche comme un bienfait. Il est certes de notre devoir de protéger nos frontières et de libérer nos terres et notre ancien bastion, jadis siège de notre armée, des mains de ces êtres pervertis. Mais cela suppose des affrontements. Cela suppose que je perdrais des soldats. Des compagnons, des amis. Cela suppose peut être que je ne reviendrai jamais, que lorsque je partirai pour les combats, j'aurais pour la dernière fois posé les yeux sur l'Anaëh. Si la mort ne m'effraie guère, ce sont les pertes qu'elle engendrera qui me chagrine.»

Son regard se voilà. Les paroles qu'il venait de prononcer lui amenait de douloureux souvenirs à l'esprit. Faisant au mieux pour les chasser de son esprit, il inspira profondément, poussa un long soupir, avant de reprendre.

«Ceci étant, je comprends qu'avant de vous présenter ainsi à notre peuple vous vouliez comprendre davantage ce qui vous arrive. C'est normal, et j'entends vous y aider, avec ou sans vous, contre votre gré ou non. Il n'est pas une seule de mes sœurs, un seul de mes frères que je n'ai jamais abandonné dans la détresse et la souffrance. Et je n'entends pas commencer aujourd'hui, avec vous.»

Les deux elfes observèrent alors un long silence. Glinaina prit ce temps pour boire sa tisane, lentement. Elle devait être plongée dans ses pensées. Delnwë l'était tout autant. Il réfléchissait à ce qu'il venait de dire. Sa capitaine allait sans doute le convoquer prochainement, mais quand? De combien de temps disposait-il? Quelques jours tout au plus. Le temps lui manquait pour mettre son projet en œuvre. Il souhaitait avant tout rencontrer l'archimage qu'elle avait évoqué la veille mais... où le trouver? Le temps manquait pour le chercher, et c'était pourtant la meilleure piste qu'il avait. Et s'il devait partir au front... reviendrait-il pour l'aider? Reviendrait-il, simplement? Tant de pensées se mélangeaient, tournaient et s'entrechoquaient. Il s'apaisa lentement comme le lui avait apprit Ameril des années plus tôt, fermant les yeux et respirant calmement. Pourtant, le problème ne trouvait guère de solution. Il pouvait se permettre de rester un, peut être deux jours dans les parages, avant de devoir revenir en Anaëh. Il ne pouvait être plus absent. Ses responsabilités l'appelaient et il n'entendait pas y manquer. Les paroles de la jeune elfe le tira de ses pensées.

-Vous serez toujours libres de vos choix, même sous la torture. Et comme vous venez de le soulever, il en est de même pour moi. Alors je décide de vous faire confiance, tout comme vous désirez m'accorder la vôtre. Mais je ne cesserais de penser qu'il vaudrait mieux que vous ne vous occupiez pas de moi, du moins pas trop. Il ne faudrait pas que cela vous mène à penser à autre chose qu'à votre devoir, Delnwë.


Il eut un petit sourire, plus la salua avec respect et sincérité. C'était à croire qu'elle pouvait imaginer ce a quoi il pensait.

«Je vous remercie de votre confiance, Glinaina elleth. Je lui ferais honneur en respectant vos demandes et vos souhaits. Toutefois, ne vous inquiétez pas pour mon devoir. Je le connais, et je n'entends pas faillir comme l'ont fait les protectorats dont vous m'avez parlé. J'ai conscience de mon devoir, et je ne puis me permettre que quelques jours loin de l'Anaëh. C'est en cela que je suis désolé que vous deviez rester en ce lieu, car je ne puis vous aider en étant si loin. Toutefois, j'entends honorer ma promesse, que ce soit demain ou dans plusieurs années. Même si demain me semble préférable...»

Glinaina lui adressa un sourire tout aussi sincère. Il était satisfait de la voir ainsi. Elle qui avait était empreinte à la colère, avant de se perdre en larmes. Désormais, un rayon de joie se peignait sur ce visage, qui méritait bien davantage cela que toute cette souffrance. Elle invita Delnwë et ses compagnons à manger le midi, avant de se diriger vers la cuisine, l'officier la suivant. Il est vrai qu'il n'avait guère réfléchi à cela. L'auberge avait été réservée pour la nuit et le repas du soir, guère plus. Ils avaient bien sûr leurs rations. Et de quoi payer à nouveau l'auberge. Ne pas répondre à une telle invitation semblait impoli, mais il ne voulait pas causer tant de tracas. La question qui suivi juste après eut de quoi le faire sourire intérieurement

«Je vous remercie bien sûr d'une telle invitation... Toutefois... êtes vous sûre de pouvoir nous accueillir? Je ne voudrais pas entamer vos provisions pour l'hiver qui s'annonce. Nous pourrions si vous le souhaitez financer de quoi cuisiner, éventuellement. Nous avions prévu suffisamment pour pouvoir rester quelques jours, aussi l'argent ne sera guère un problème. Je dis cela pour vous, bien évidemment, pour que vous ne soyez pas en manque de quoi que se soit par la suite. Enfin, sachez tout de même qu'aucun de nous n'est totalement végétarien. L'armée nous apprend à vivre avec ce que nous pouvons trouver lorsque nous sommes à nos frontières, et les provisions ne sont pas toujours conséquentes. Même si certains gardent leurs préférences, nous apprenons à nous nourrir aussi bien de fruits, de légumes ou de viande.»

Il réfléchi un court instant avant de reprendre.

«Mais nous pourrions tout du moins vous offrir quelques ingrédients dont nous disposons déjà dans nos rations de voyage. Ce ne sera que peu mais j'insiste pour que vous les preniez.»

Le sourire qu'il lui adressa ne laissait guère le choix à la jeune elfe.

Revenir en haut Aller en bas
Glinaina
les Pommes Légendaires Salées
avatar

Nombre de messages : 2908
Âge : 26
Date d'inscription : 08/09/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 130 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.

MessageSujet: Re: Recherche d'une enfant d'Anaëh en Ithri'Vaan [PV Glinaina]   Jeu 27 Juin 2013 - 21:23

Glinaina écouta attentivement les dires de son comparse qui, ce qui faillit la faire soupirer, mettait en avant le fait qu'il ne fallait surtout pas qu'ils la dérangent d'une manière quelconque et qu'ils pouvaient la dédomager si besoin. Continuant de sortir ses pommes de terre du placard et, par-là même, jeter un coup d'oeil sur ce qu'elle devait avoir à l'intérieur. Il lui revenait en mémoire qu'elle avait encore un peu de viande dans une boîte pleine de sel, elle devait être un peu sèche mais au moins s'était conservée. Et avec... Avait-elle seulement un peu de fromage ? Cela ferait un plat plus sorti du Nord de la Pénisule que de l'Ithri'Vaan, mais au ce serait déjà ça. Sinon, elle ferait de l'assaisonnement. Ca pourrait être pas mal, non ?

"Tous les soldats font avec ce qu'ils ont, surtout lorsqu'ils ne peuvent se permettre d'avoir mieux. Il me reste un peu de viande, je peux la faire cuir à côté. Libre à vous d'en manger ou non, et je ne m'offusquerais aucunement d'un refus de la part de l'un des vôtres. Et si vous souhaitez participer à la préparation du repas, je préfèrerais que vous m'aidiez à éplucher les pommes de terre que de me donner de l'argent dont je n'aurais aucunement besoin !

Un sourire vint ponctuer ses paroles, tout comme le geste qui s'ensuivit : elle tendit tout simplement un couteau de cuisine à l'officier, faisant complètement fi de son grade. N'était-ce pas un peu "osé" ? Peut-être. Elle s'en fichait royalement, pour tout dire. Le grade n'avait aucune importance, contrairement à la personne qui pouvait se trouver devant elle. En effet, combien de hauts-placés étaient des êtres insupportables arrivés là on ne sait comment ? Pas mal, dans certaines régions. Le problème de la noblesse humaine, ça. Et puis ce petit lui permettrait de voir si Delnwë saurait aussi bien manier un petit couteau qu'un arc, ce qui pourrait d'ailleurs s'avérer drôle ; enfin s'il aimait rire de lui-même, au cas où il ne serait pas très à l'aise en cuisine. Mais son intention n'était aucunement de rabaisser Delnwë, aussi prit-elle un autre couteau et s'installa à la petite table en bois de la cuisine avant de se mettre à éplucher une pomme de terre avec plus ou moins de doigté. Parce que oui, elle était loin d'être la plus douée dans ce domaine ! Elle était passée par toutes les bêtises inimaginables avec son retour à la cuisine, n'ayant depuis pas mal de temps pratiquement jamais réellement cuisiné depuis qu'elle avait quitté pour la première fois la forêt : elle s'était un nombre de fois incalculable coupée en essayant de se débrouiller du mieux qu'elle pouvait et dorénavant, si ces petits incidents arrivaient de moins en moins, elle était très loin d'égaler Anaïg qui avait toutes les qualités dans ce domaine. Hé oui, on ne peut pas être douée en tout !

-Comme vous devez certainement le savoir, j'étais officier dans l'armée de Naelis avant d'arrêter. Et étant loin d'être dépensière, j'ai gardé de quoi me nourrir pour encore bien des jours. Alors ne vous inquiétez pas pour moi, j'ai de quoi survivre, de plus que j'exerce un autre métier maintenant. Différent, certes, mais qui m'aura au moins permis de...

Elle s'arrêta un instant, se demandant s'il était bon de parler de son (presque) total détachement du culte de la nature. Certes elle respectait toujours cette nature, mais sa relation avec Kÿria...

-Cela me permet de renouer un peu avec la nature, si vous me comprenez.

Son visage se ferma automatiquement et elle ne se concentra plus que sur les féculents à éplucher. Ses gestes se firent tout aussi fermes, perdant de leur grâce. Elle n'aimait pas parler de ça, s'ouvrir ainsi lui déplaisait plus qu'elle aurait pu le penser auparavant. Aussi, elle eut du mal à se rouvrir à la personne qui était en face d'elle. Et pourtant il fallait qu'elle le fasse, elle savait que ce serait mieux ainsi. Elle se força donc à changer de discussion.

-Delnwë, pourriez-vous me décrire un peu comment cela se passe dans l'armée elfique, quotidiennement je veux dire ? Ma mère m'en parlait de temps à autres, mais n'ayant finalement jamais pu y entrer, je ne vois pas vraiment comment cela fonctionne, à quel point cela peu être si différent de chez les Humains."
Revenir en haut Aller en bas
Delnwë Iridwen
Elfe
avatar

Nombre de messages : 234
Âge : 30
Date d'inscription : 29/04/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  245
Niveau Magique :
MessageSujet: Re: Recherche d'une enfant d'Anaëh en Ithri'Vaan [PV Glinaina]   Ven 28 Juin 2013 - 16:45

Il sembla dans un premier temps qu'elle n'accordait pas de réelle importance aux paroles de Delnwë. Elle les avaient entendues mais était davantage concentrée sur la recherche d'ingrédients à cuisiner. La jeune elfe sortit quelques pommes de terres, qu'elle posa sur la table en bois, puis fut pensive quelques instants, avant de venir s'asseoir. Expliquant qu'elle pouvait bien évidemment dissocier la viande du reste, dans le cas où certains n'en voudrait pas, elle tendit ensuite un couteau afin qu'il l'aide à éplucher les pommes de terre. Éplucher les pommes de terres? Même s'il savait qu'il fallait cela pour cuisiner, cette tâche lui semblait quelque peu... étrange étant donné son accoutrement d'officier. Toutefois, il était en présence d'une des siennes, une elfe. S'il avait s'agit d'un humain, il se serait offusqué en estimant qu'une telle tâche ne lui revenait pas. Mais étant donné la situation, il consentit à l'aider. Après tout, il avait quelques instants plus tôt accepté de l'aider, même s'il avait prononcé ces paroles en songeant à ce qui la touchait. Il était en quelque sorte piégé par ses propres paroles. Souriant à cette idée, il s'empara du couteau et commença à éplucher. C'était une tâche répétitive et simple, qu'il pouvait réaliser sans réellement y songer. Il l'avait déjà fait plus d'une fois. Que ce fut chez lui ou lors des déplacements de l'armée. Il écouta donc Glinaina évoquer l'époque où elle fut soldat de l'armée de Naelis. Armée qui avait été autrefois des mercenaires. Et elle prétendait avoir garder suffisamment depuis pour se nourrir convenablement assez longtemps. En son fort intérieur, l'officier avait quelques doutes, étant donné la pauvreté de la région, mais pour le moment il préférait ne pas la contredire. Il saurait tôt ou tard lui faire accepter ce qu'il lui avait proposé.

Et puis elle évoqua un nouveau métier, avant d'avoir une hésitation puis d'évoquer un rapprochement avec la nature. La seule réponse fut un haussement de sourcil prononcé, une interrogation évidente. Un autre métier? Les renseignements qu'il avait eut étaient décidément bien erronés. Qu'était-elle donc devenue désormais? Et pourquoi avait-elle hésité avant d'évoquer son rapprochement? La curiosité naturelle de Delnwë l'insitait à poser ces questions, mais le visage fermé de l'elfe aux cheveux dorés lui fit comprendre que le moment était mal choisi. Il attendrait le moment venu. La patience ne lui manquait guère. Aussi continua-t-il à éplucher tout en écoutant.

-Delnwë, pourriez-vous me décrire un peu comment cela se passe dans l'armée elfique, quotidiennement je veux dire ? Ma mère m'en parlait de temps à autres, mais n'ayant finalement jamais pu y entrer, je ne vois pas vraiment comment cela fonctionne, à quel point cela peu être si différent de chez les Humains."

La question le prit presque de court, notamment parce qu'elle n'était en rien prévisible. Le quotidien de l'armée? Voilà bien une drôle de question. La différence avec les humains? Encore aurait-il fallu qu'il connaisse ce qu'il en était chez les humains.

«Hé bien... disons qu'il n'est pas facile de parler de quotidien. Vous le savez, j'ai désormais rang d'officier. Toutefois, les officiers de l'armée elfique ne bénéficie pas d'un traitement tellement plus favorable que les soldats, contrairement d'après ce que je me suis laissé dire,aux soldats des armées du peuple humain. Nous devons gérer les recrues nouvellement arrivées pour les former au mieux. Affecter les troupes là où elles sont nécessaires, les réunir lorsque le départ est proche. Je passe une grande partie de mon temps à la capitale pour gérer tout cela. Toutefois, nous bénéficions de moments parfois bien longs où nous pouvons retourner parmi les nôtres, là où nous le souhaitons. Ainsi je profite de ces temps pour revenir dans ma famille, profiter de l'Anaëh et laisser libre cours à mes passions. Loin des batailles et de la mort. Nous sommes certes des combattants, mais nous voulons aussi vivre, et non tout sacrifier. Si j'ai décidé de devenir soldat, ce n'est pas, comme la plupart des humains, pour la gloire et l'honneur des batailles. Je ne souhaite que défendre les miens lorsque cela s'impose. Mais si je devais vivre une centaine d'année sans qu'aucune bataille n'ai lieu, je n'en serais pas gêné, car cela prouverait que nos terres sont en paix. Ce qui bien sûr relève davantage du rêve, je le crains...Contrairement aux humains, nous ne cherchons pas la conquête, mais simplement à nous défendre.»

Il marqua une pause. Il avait terminé avec les épluchures, et nettoyant le couteau, le posa sur la table avant de se pencher légèrement en arrière. Glinaina n'avait pas encore achevé, aussi continua-t-il son discours. Du moins essaya-t-il. Mais il en savait trop peu sur les humains. La comparaison semblait impossible. Et il réalisait que s'il avait à les affronter demain, il serait entièrement dépendant des renseignements qu'il obtiendrait. La majorité des batailles qu'il avait mené avaient été contre les sombres, quelques unes contre les humains. Mais ils étaient si nombreux, différents les uns des autres. Seul leur vie éphémère les réunissaient... Et probablement leur futile intérêt pour le pouvoir.

«Comment pourrais je davantage comparer aux humains, alors que moi même j'ignore tant de leur fonctionnement? Tout ce que je sais, c'est que nous estimons davantage chacun de nos soldats. Ils ne sont pas simplement des pions sur un échiquier, que le chef se contente de déplacer à son bon vouloir. Ce sont nos sœurs et nos frères. Ils ont une existence, et mon but est avant tout de nous défendre tout en les ramenant autant que possible dans leur foyer. La vie est trop précieuse pour être ôtée sans considération. Bien sûr, les humains ne saisissent guère cette idée. Alors que les âges leurs sont fatals. Peut être est ce a cause de leur mortalité déjà acquise qu'ils estiment que cela n'a pas grande importance. Mourir aujourd'hui ou dans quelques années... La différence est si dérisoire au seul regard des siècles, je suppose.»

Cessant de penser à voix haute, il reporta son regard sur la jeune elfe.

«Mais vous qui avez côtoyé ces humains et leurs armées pendant quelques années, peut être sauriez vous me les décrire, afin que je puisse ensuite au mieux vous répondre? 


Dernière édition par Delnwë Iridwen le Dim 28 Juil 2013 - 15:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Glinaina
les Pommes Légendaires Salées
avatar

Nombre de messages : 2908
Âge : 26
Date d'inscription : 08/09/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 130 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.

MessageSujet: Re: Recherche d'une enfant d'Anaëh en Ithri'Vaan [PV Glinaina]   Ven 28 Juin 2013 - 21:42

Comme elle pouvait s'y attendre, Delnwë ne décrit pas vraiment la vie d'un soldat dans l'armée en tant que tel, ce qui était dans le fond bien dommage. Occupée à essayer d'éplucher le mieux possible ses pommes de terre, ce qui n'était pas si évident que cela, elle l'écouta cependant attentivement. Elle avait engagé le sujet de l'armée, notamment pour ne pas se refermer comme une huître, aussi fallait-il maintenant qu'elle fasse en sorte de rester un minimum ouverte malgré les idées et souvenirs plus ou moins douloureux qui se faisaient un immense plaisir à la travailler : les circonstances de sa deuxième rencontre avec les Sombres, ce que lui racontaient ses parents sur l'armée elfique, les amitiés tissées entre ses parents et d'autres militaires, le retour de son père de la bataille du Fort Ellyrion, le deuil après la bataille, son brusque changement de caractère... Cette bataille avait été quelque chose pour lui et alors que c'était la période où elle s'intéressait le plus au métier d'archère au sein de cette même armée, ce sujet était devenu beaucoup plus tendu dans la famille. Autant sa mère en parlait lorsqu'elle lui posait des questions sur le sujet, autant son père ne voulait pas en entendre parler, même s'il acceptait et encourageait le choix de sa fille. A cette pensée, Glinaina trouva l'attitude de Beleg assez étrange, mais n'en parla aucunement à Delnwë. A moins qu'ils ne viennent à aborder le sujet de la famille, il n'avait certainement pas à connaître sa vie privée plus en détails.

"Il est vrai que nombre de chefs humains considèrent les soldats comme des pions qu'il est possible de sacrifier pour arriver à un but précis. Mais sont-ils tous ainsi ? Certainement pas. Il existe des officiers tout aussi proches de leurs soldats que vous pouvez l'être avec les vôtres, fort heureusement. Généralement, ceux qui n'ont aucun regard humain pour leurs soldats sont ceux qui n'hésitent pas à déclarer la guerre aux autres dirigeants mais sans en prendre part réellement. Ils ne mettent pas leur propre vie en péril parce qu'ils la trouvent trop précieuse "pour le peuple" alors que meurent des centaines de gens par leur faute. Je trouve cela lâche et je suis heureuse d'être dans une région dirigée par quelqu'un étant lui-même un combattant sachant se mettre au-devant du danger s'il le faut. Au moins donne-t-il l'exemple de ce côté-là et je sais qu'il n'est pas le seul Seigneur à être ainsi.

Un sourire vint ponctuer ses paroles, lui échappant sans qu'elle ne s'en rende compte, petit mais suffisant. Le fait de penser à Glenn allégeait un peu son coeur, lui redonnant un peu - ou beaucoup - de sentiments. Aussi, sans pour autant pouvoir deviner quelle était la relation entre le Seigneur de Naelis et la jeune Elfe, Delnwë pouvait aisément comprendre que cette relation était assez forte et emplie de respect pour que Glinaina eut décidé de rester dans la région alors même qu'elle avait quitté l'armée. Se battrait-elle de nouveau pour Naelis si le besoin venait à s'en faire sentir ? Oui. Et s'il s'avérait que cela soit contre des Ellfes, ses propres "frères" ? Elle n'en savait rien. Il se pourrait bien que oui, mais même avec un manque de sentiments certain, cela risquerait de la rebuter. Après tout, elle avait bien essayé de tuer sa mère lors d'une crise, qui lui dit qu'elle ne serait pas capable de pire, à plus grande échelle ?

-Après, en ce qui concerne comparer les armées humaines avec les armées elfiques... Je n'ai fait qu'une armée, je ne puis donc pas vraiment répondre à votre question ! En tout cas je suis contente de savoir que chaque âme compte pour vous, dans la forêt. Cela me rassure."

Ayant désormais terminé avec sa dernière pomme de terre, la jeune femme se leva de table pour aller chercher une bassine d'eau dans laquelle les laver avant de pouvoir les mettre à cuir.
Revenir en haut Aller en bas
Delnwë Iridwen
Elfe
avatar

Nombre de messages : 234
Âge : 30
Date d'inscription : 29/04/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  245
Niveau Magique :
MessageSujet: Re: Recherche d'une enfant d'Anaëh en Ithri'Vaan [PV Glinaina]   Sam 29 Juin 2013 - 9:41

La réponse ne sembla pas entièrement satisfaire la jeune elfe. Son visage était un peu moins dur, ses traits un peu plus détendus. Toutefois, elle n'en souriait pas pour autant, concentrée sur sa tâche en apparence... mais plus probablement tourmentée par une pensée qu'il ne pouvait qu'ignorer. Toutefois, après un moment de pause, elle fini par enfin répondre. Elle commença par défendre les humains en avançant que tous ne voyaient pas les soldats comme de simples pions, et que ceux réagissant ainsi étaient généralement les plus hauts seigneurs n'ayant jamais vu une bataille de leur vie. Ceux là même n'hésitaient pas se lancer dans des conquêtes et des batailles, car si leur armée était leur force, le simple soldat n'était qu'un outil entre leurs mains. Delnwë trouvait cette pensée inacceptable. Pourquoi les soldats continuaient-ils à suivre de tels dirigeants? Comment pouvait-on avoir la moindre estime de tels hommes? Ils ne méritaient rien de plus que de se retrouver destitués. Elle parla également du seigneur de la région, qui lui ne gouvernait pas ainsi, lui qui avait connu les combats. C'était l'ancien mercenaire et chef de la compagnie dont elle avait fait partie, d'après ce qui lui avait été dit. Et elle semblait avoir une certaine estime, et sans doute de l'affection pour cet humain. Elle laissa un échapper un mince sourire qui vint confirmer ses pensées. Ces souvenirs semblaient l'apaiser, effacer du moins pour un instant ce qui la troublait. Elle acheva sa tâche, puis tout en se levant pour aller chercher de quoi rincer les pommes de terre, lança cette dernière phrase

-Après, en ce qui concerne comparer les armées humaines avec les armées elfiques... Je n'ai fait qu'une armée, je ne puis donc pas vraiment répondre à votre question ! En tout cas je suis contente de savoir que chaque âme compte pour vous, dans la forêt. Cela me rassure."

Ce fut au tour de Delnwë d'avoir un sourire. Chaque âme compte en Anaëh en effet. Qu'il s'agisse des elfes, des animaux ou des arbres. S'il faut parfois mettre fin à l'existence d'un animal, ce n'est que dans le besoin de se nourrir. Ces mêmes animaux n'en font-ils pas de même? Prédateurs chassant leurs proies, ou herbivores se nourrissant de l'existence des plantes. Le tout est un cycle. Mais pourquoi cette estime devrait-elle se limiter à la forêt?

«Je vois bien là la différence entre les humains et les nôtres, même si certains d'entre eux sont différents selon vos dires. Les armes des hommes cherchent la conquête, au nom de rois et seigneurs qu'ils n'ont pour la plupart jamais vu, au nom de concepts tels que l'honneur, la gloire ou autre, sans chercher davantage. Tous ne sont pas ainsi, mais une majorité le restent. Alors que nos soldats ne sont là que pour défendre notre héritage et notre terre. Nous ne voulons pas la guerre, nous ne la cherchons pas. Nous voulons la paix, mais parfois celle ci nécessite de se battre face à ceux qui ne rêvent que de conquête.»

Il marqua une légère pause. Il sentit qu'il se répétait, mais cela lui tenait tellement à cœur. Bien des êtres sur cette terre ne comprenaient pas un tel concept. Aussi insistait-il sur cela dès qu'il le pouvait. Mais Glinaina était l'une des siens, et elle n'avait probablement pas besoin d'une telle insistance. Elle devait bien comprendre, elle qui avait vécu pendant de nombreuses années au sein de l'Anaëh. Et puis il se rendit compte qu'il n'avait pas réellement répondu à sa question.

«Mais vous me demandiez quel était notre quotidien. Comme je l'ai déjà évoqué, nous ne passons pas notre plein temps au sein des casernes, bien que ce temps devienne plus important depuis que je suis devenu officier. Mais lorsque je dois être présent, mon temps est très occupé. Le contrôle de l'entrainement des recrues occupent parfois beaucoup de temps. Il faut veiller à ce qu'elles soient correctement formées. Il y a bien sûr les nécessitées de toute armée, entretien de notre équipement et si besoin est passage chez nos forgerons. Car si notre matériel est de bien meilleure qualité que celui de la plupart des soldats humains, nos lames s'émoussent tout de même, nos armures s'abiment, nos flèches se perdent. Nous avons aussi les nécessités du ravitaillement, théoriquement assuré, mais il nous faut parfois aller chercher certaines denrées. Un temps est aussi prévu pour que nous puissions nous instruire. Les bibliothèques sont à notre disposition pour cela. Car même si nous sommes soldats, la connaissance reste quelque chose d'important. Les cavaliers doivent en plus veiller à la bonne santé de leurs montures. Et bien sûr les périodes d'entrainement, nécessaires à tous, sont assez régulières. Tant pour peaufiner nos capacités, que pour vérifier notre matériel. Je pense avoir davantage répondu à votre question ainsi...»

Il en avait dit beaucoup, sans toutefois révéler aucun élément que ne fut vital. Il n'aimait guère cacher certaines choses à l'une des siennes, qui plus est une jeune elfe comme Glinaina, mais son devoir lui imposait le secret. C'était ainsi, et il n'y faillirai pas. Voyant que Glinaina revint avec la bassine, il lui fit un signe, lui proposant de s'en charger lui même pendant qu'elle s'occuperait d'une autre tâche.

«Oh et je tiens à vous détromper sur une chose. Chaque âme compte pour moi en Anaëh. Mais toutes les âmes en dehors de celle ci ne me laissent pas indifférentes. Il en est certaines qui compte également pour moi, parfois autant que l'une de celle de la prime forêt

Son regard et son sourire chaleureux ne laissa guère de doute sur l'âme qu'il évoquait alors...


Revenir en haut Aller en bas
Glinaina
les Pommes Légendaires Salées
avatar

Nombre de messages : 2908
Âge : 26
Date d'inscription : 08/09/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 130 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.

MessageSujet: Re: Recherche d'une enfant d'Anaëh en Ithri'Vaan [PV Glinaina]   Mar 2 Juil 2013 - 21:19

Alors que la jeune femme était allée remplir sa bassine d'eau, restant à portée d'ouïe de son invité, celui-ci prit la parole, faisant comme un résumé de ce qu'il avait compris des armées humaines, établissant une différence entre les Elfes et les Humains. Glinaina ne l'interrompit pas, ne protesta aucunement par la suite. Elle comprenait, même sans le montrer, était même en accord sur certains points. C'était le principal, en somme. Autant elle avait pu avoir de longues discussions avec certains de ses soldats ou du moins collègues vis-à-vis de leur incompréhension par rapport aux Elfes à l'époque, autant là... elle ne voulait pas élever la voix, autant parce qu'elle recommençait à se sentir fatiguée que parce qu'elle trouvait inutile toute querelle sur le sujet. Donc le contredire pour une broutille n'était pas la bienvenue et lénerverait peut-être pour la journée, contrairement à la fatigue qu'elle pourrait combattre.

Puis il revint sur le sujet de la vie quotidienne d'un soldat, décrivant bien plus qu'il n'avait pu le faire au début de leur conversation, parlant même de son travail en tant qu'officier. Glinaina resta un moment suspendue dans le temps à l'écouter, les paroles s'associant à des images qui étaient siennes, des souvenirs agréables où elle faisait son travail avec la force mentale demandée à un Lieutenant, s'occupant au mieux de ses troupes, peut-être plus que certains, un côté maternel en plus certainement... Peut-être. Elle n'en savait rien et de toute façon était devenue différente, fort différente. Trop peut-être. En tous cas, les images passaient dans sa tête, images qui surent la plonger dans une certaine nostalgie : entraîner des nouveaux lui manquait, porter une charge sur les épaules... c'était différent maintenant, tout comme son véritable métier. Cette "charge d'âmes" était complètement différente, à une autre échelle.
Elle finit par revenir à la réalité, revenant dans la cuisine comme si rien ne s'était passé - ou presque.

"Je connais bien ce genre de train de vie, pour l'avoir vécu pendant plusieurs années, même si je restais à la caserne pratiquement toute l'année pour la simple et bonne raison que j'y habitais. Je n'ai pratiquement jamais pris de réel temps libre comme une ou deux semaines, par choix. Mais ça ne m'empêchait pas de passer plusieurs heures à la bibliothèque. Par rapport à l'instruction des soldats, cela dépend d'eux-même. Certains n'aiment pas passer leur temps à lire, d'autres sont tout simplement analphabètes...

Delnwë lui fit signe de lui passer la bassine d'eau pour qu'elle se charge d'autre chose pour le repas, ce qu'elle fit. Au même moment, il lui expliqua que pour lui, toute âme en Anaëh comptait vraiment... et pas seulement en Anaëh. Voyant son sourire ainsi que son regard, elle n'eut aucun mal à comprendre où il voulait en venir.

-Je vous en remercie, Delnwë... Merci.

Sans lui accorder de grand sourire ni rien, elle alla s'occuper de la viande, allant chercher la boîte dans laquelle elle était, la désaler et préparer ce qu'il fallait pour la cuir. Cela ne prendrait pas longtemps, puis il pourraient passer à table.

-Si vous le souhaitez, vous pourrez aller chercher vos frères d'arme, une fois que j'aurais mis la viande et les pommes de terre à cuir je n'aurais plus que la table à mettre, ce qui ne me prendra pas longtemps."
Revenir en haut Aller en bas
Delnwë Iridwen
Elfe
avatar

Nombre de messages : 234
Âge : 30
Date d'inscription : 29/04/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  245
Niveau Magique :
MessageSujet: Re: Recherche d'une enfant d'Anaëh en Ithri'Vaan [PV Glinaina]   Dim 7 Juil 2013 - 21:11

Alors qu’il poursuivait son discours, la jeune elfe sembla songeuse. Elle s’était arrêtée et semblait plongée dans ses pensées, dont elle n’émergea qu’à la fin de la description de l’officier. Lorsqu’elle revint avec lui, elle expliqua qu’elle connaissait ce train de vie. Pourtant chez les humains elle n’avait pu revenir chez elle, ou s’adonner à des tâches autres, excepté lorsqu’elle évoqua la bibliothèque. Une vie bien triste, toute dévouée à la guerre, la caserne et les armes. Alors qu’elle méritait sans doute mieux. Mais chacun était libre de choisir sa vie. Et ce n’était certes pas le plus inquiétant chez elle. D’autant que cette vie là était désormais révolue pour elle. Elle accepta de donner la bassine à Delnwë et se retourna vers la cuisine au moment où celui ci évoqua l’importance de chacun. L’elfe aux cheveux d’or n’eut aucun mal à saisir. Il n’y eut aucun sourire, aucune joie de sa part. Il semblait qu’il y avait bien longtemps qu’elle n’avait pas ressenti de telle émotion.

-Je vous en remercie, Delnwë... Merci.

Ces paroles furent davantage qu’un sourire, car on y percevait la sincérité. Ce n’était point un remerciement poli ou contraint. Il était véritable. Elle le remerciait en toute simplicité, et en le pensant réellement. Il lui répondit par un salut franc de la tête, les yeux clos, plein de respect. Puis il commença à laver les pommes de terre pendant que Glinaina se chargea de la viande. Elle l’invita alors à aller chercher ses compagnons une fois que la cuisson débuterait.

« Je n’aurais pas à me donner cette peine, Glinaina elleth. L’un de mes compagnons est censé arriver d’un instant à l’autre pour savoir si tout se passe bien, je l’enverrai alors prévenir les deux autres de votre invitation. J’avais pris mes précautions pour que rien ne vous arrive, et mes trois compagnons étaient prêt à me fournir de l’aide.»

Il avait en effet pensé tout faire pour veiller sur la jeune elfe, ne tenant à ne rien laisser au hasard. Les elfes étaient ainsi fait, préférant prévoir et planifier, même si cela prenait parfois du temps, pour pallier à toute éventualité, ou tout du moins au maximum de possibilités. Il n’eut que le temps de nettoyer quelques pommes de terre qu’en effet cinq coups curieusement cadencés furent frappés à la porte.

« Le voici, j’ai reconnu ses coups. Ne bougez pas, je reviens.»

Delnwë se leva et alla ouvrir. Tulnir se tenait sur le seuil, et il s’entretint rapidement avec lui, évoquant l’invitation de la jeune elfe. Cela semblait difficilement pouvoir être une embuscade, aussi accepta-t-il avant de s’en retourner chercher ses deux compagnons. L’officier revint alors dans la cuisine, et se rassit

« Voilà qui est fait, le premier de mes compagnons ayant accepté votre invitation, il s’en est allé quérir les deux autres. Je ne doute cependant pas de leur réponse.»

Il continua sa tâche, tout en observant la jeune elfe. Comment pouvait-elle supporter cela ? Pourquoi refusait-elle a ce point son aide ? Il avait réussi à lui imposer qu’il allait l’aider car étant libre de ses choix, mais elle n’avait acceptée que parce qu’il avait trouvé comment le lui faire accepter. Si elle l’avait pu, elle aurait préféré rester seule et sans soutien. Mais il ne pouvait le tolérer. Son peuple se morcelait déjà. Les luttes menaçaient. Leurs ennemis se faisaient hardis et les pertes avaient était cruelles. Dans une telle situation, la plus petite aide, la plus petite réussite semblait un mince rayon d'espoir au milieu de la nuit. Aujourd'hui, Kÿria lui donnait l'occasion d'offrir cette aide, de tenter de saisir cette réussite, qui si petite soit-elle pouvait avoir une énorme importance. Une importance pour son peuple. Une importance pour la jeune elfe. Une importance pour lui même. Tout en cheminant dans ses pensées, il acheva son nettoyage en silence, amena les féculents à son hôte, puis se proposa de l’aider à dresser la table. Tout en commençant à réunir le nécessaire, il continua à l’observer un moment avant de reprendre.

« Je sais que le sujet vous déplait. Mais j’ai offert plus tôt de vous aider. Je n’ignore pas que vous n’appréciez guère l’idée que quelqu’un puisse vous aider. Non je ne lis point en vos pensées. Mais parfois un regard ou le visage d’un être en disent davantage que les mots. Vous parliez de l’armée. Je vous ai évoqué mon intégration à celle ci parce que je voulais aider les miens en les protégeant. Mais la guerre contre les sombres ne sont pas le seul moyen d’aider. Et aujourd’hui vous m’offrez le moyen de prouver que je suis résolu en ce que je crois. L’engagement que j’ai pris n’est pas seulement pour vous Glinaina elleth. Il sert également à me prouver que ce que j’entreprends est fondé. Que je suis en mesure d’aider les miens. Combattre en tout instant pour le bien de chacun. Que se soit avec l’épée, les mots ou les actes. Je ne cherche qu’une seule chose, venir en aide. Aussi je vous en prie d’accepter cette aide pour ce qu’elle est, et non par contrainte. Sans cela, je ne pourrais pleinement agir, ayant en mon cœur le sentiment d’agir contre votre volonté.»

Il détoura un instant le regard et poussa un soupir.

« Décidément, il a fallu que je revienne sur ce sujet. Prenez donc le temps d’y réfléchir. En attendant, vous parliez de bibliothèque. J’en déduis que vous aimez les livres, sans aucun doute. Etes vous versées dans la géographie et la cartographie, ou est ce l’histoire qui vous fascine ainsi ? A moins bien sûr que vous ne soyez amatrice de légendes et de contes... »
Revenir en haut Aller en bas
Glinaina
les Pommes Légendaires Salées
avatar

Nombre de messages : 2908
Âge : 26
Date d'inscription : 08/09/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 130 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.

MessageSujet: Re: Recherche d'une enfant d'Anaëh en Ithri'Vaan [PV Glinaina]   Lun 15 Juil 2013 - 13:39

Décidément, Delnwë souhaitait vraiment prendre soin d'elle, au point qu'il était même prévu que l'un de ses compagnons vienne prendre des nouvelles de la êtite maison. Cela faisait beaucoup, beaucoup trop même. Elle avait envie de préciser à Delnwë qu'elle n'était plus une enfant, malgré qu'elle ne soit qu'une très jeune adulte et donc qu'il ne fallait pas qu'il prenne autant soin d'elle ; cela lui donnait l'impression d'être une petite fille qui avait eu le malheur d'avoir attrappé une maladie. Mais elle ne le fit pas, laissant l'officier ouvrir la porte lorsque cinq coups cadencés se firent entendre à l'entrée de la bâtisse. Ils discutèrent un instant pendant que la jeune femme terminait de s'occuper de la viande puis chacun repartit là d'où il venait, l'un continuant à cuisiner, l'autre allant chercher ses pairs.

"Voilà qui est fait, le premier de mes compagnons ayant accepté votre invitation, il s’en est allé quérir les deux autres. Je ne doute cependant pas de leur réponse.
-Très bien, ainsi nous serons cinq.

Glinaina mit un récipient au feu contenant la viande puis s'occupa de mélanger la préparation pendant que Delnwë terminait de s'occuper des pommes de terres tout en la regardant faire. Quelles idées pouvaient bien lui passer par la tête ? Elle n'en savait rien et, de toute façon, n'avait pas de quoi s'y intéresser. Elle accepta volontiers les féculents lorsqu'il vint les lui apporter et les mis aussitôt à cuire avant de montrer à l'Elfe où se trouvaient les couverts. Tant qu'il prenne les assiettes, elle trempa un chiffon dans une bassine d'eau et s'en servit pour laver la table sur laquelle ils allaient manger. Non pas qu'elle était salle et que des poules s'étaient amusées à se balader dessus, mais bon... vallait mieux laver pour deux fois rien qu'autre chose, dans certains cas.

C'est alors que son hôte reprit la parole, retournant une énième fois sur le sujet de l'aide qu'il souhaitait lui apporter. La jeune femme se contenta de l'écouter, ne l'interrompant aucunement afin de savoir pourquoi avait-il décidé de revenir là-dessus. Et ce qui en ressortit fut assez... profond. Ce n'était plus seulement pour elle qu'il souhaitait l'aider, mais également pour lui. Pour des valeurs, l'impression de pouvoir faire quelque chose pour son peuple... Glinaina hocha doucement de la tête comme pour lui signifier qu'elle avait compris le message puis, alors qu'il soupirait un court instant, elle se retourna vers lui pour prendre les assiettes qu'il tenait jusqu'alors, sans montrer la moindre once d'émotion, et les posa sur la table.

-Décidément, il a fallu que je revienne sur ce sujet. Prenez donc le temps d’y réfléchir. En attendant, vous parliez de bibliothèque. J’en déduis que vous aimez les livres, sans aucun doute. Etes vous versées dans la géographie et la cartographie, ou est ce l’histoire qui vous fascine ainsi ? A moins bien sûr que vous ne soyez amatrice de légendes et de contes...

Continuant à mettre la table, elle lui répondit :

-Il est toujours bon de connaître l'Histoire de la région dans laquelle vous vous installez, surtout lorsque celle-ci est emprunte de guerres. Pourquoi les gens réagissent-ils ainsi quand une personne différente d'eux se présente à leur porte ? Quelles sont les erreurs à ne pas répéter ? Bien des choses sont écrites dans les livres d'Histoire, même s'il est parfois plus intéressant d'écouter un Maître parler. Savez-vous qu'il ne reste que peu de vieux livres ici ? Les Sombres ont eu la bonne idée d'en faire brûler le plus possible pour assouvir leur autorité et éviter que des gens n'aient de mauvaises idées en lisant un peu trop. Encore une chance, certains documents sont restés intactes. Sinon, je m'intéresse beaucoup aux différentes stratégies utilisées lors de différentes batailles, cela me servait beaucoup dans mon ancien métier.

Elle s'arrêta un moment, perdue dans ses souvenirs, puis regarda franchement Delnwë avec un petit sourire mélancolique aux lèvres.

-Je ne vous cacherai pas que le métier de Lieutenant me manque, Delnwë. Même avec des Humains... Je crois que j'étais vraiment faite pour l'armée, jusqu'à ce que... vous savez quoi. Un léger soupir s'échappa de ses lèvres. Les choses changent et il nous faut faire avec, malheureusement. Ainsi va le temps.

Des coups retentirent à la porte, les mêmes coups que précédemment. Glinaina retint son interlocuteur et l'insita à la regarder droit dans les yeux.

-Laissez, je vais aller leur ouvrir. Mais avant de changer de discussion... Il y a bien une personne qui pourra vous aider dans votre quête me concernant. C'est l'Archimage Nakor, un Humain. Vous devriez le trouver à l'Aurore, château se trouvant près de Naelis. Vous y trouverez également pas mal de mages."

Puis elle se déplaça d'un pas rapide pour aller accueillir ses nouveaux invités.
Revenir en haut Aller en bas
Delnwë Iridwen
Elfe
avatar

Nombre de messages : 234
Âge : 30
Date d'inscription : 29/04/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  245
Niveau Magique :
MessageSujet: Re: Recherche d'une enfant d'Anaëh en Ithri'Vaan [PV Glinaina]   Mer 17 Juil 2013 - 19:51

Elle accepta le fait qu'il ait prit des dispositions sans lui en parler. Certes, la jeune elfe ne pouvait guère s'opposer à ce qui avait été fait, mais elle aurait pu contester le fait que ce fut nécessaire. Elle n'en fit rien, acceptant simplement. Et lorsque Delnwë revint la prévenir, elle se contenta d'une simple phrase concernant leur nombre pour le repas, avant de retourner à sa préparation. Mettant la viande sur le feu d'un âtre, elle observa un moment l'officier, qui finit par lui apporter les pommes de terres, qu'elle ajouta. Puis elle lui expliqua la localisation des couverts. Il s'agissait de simples écuelles de bois, de même que les ustensiles et les couverts. Les possessions simples de cette jeune enfant de la prime forêt. Au fond, elle niait encore l'être, mais au fond d'elle elle le demeurait. Quoi qu'elle dise ou fasse. Le soldat revint avec les assiettes, alors que Glinaina achevait de nettoyer rapidement la table qui leur servirait lors du repas.

Il s'était à nouveau égaré sur sa proposition d'aide qu'il savait pourtant acceptée, ce qu'elle confirma par un hochement de tête. Aussi s'empressa-t-il d'aborder le sujet du savoir. La jeune elfe, continuant de dresser la table, lui répondit que le savoir était quelque chose qui semblait lui tenir à cœur. Connaitre les coutumes, les habitudes, parfois l'histoire de ces lieux. Mais les ouvrages étaient apparemment rares, les sombres ayant décidé de brûler la majorité des écrits, et même si quelques uns avaient survécus, la majorité était à jamais perdue. Delnwë ne répondit pas, ne s'emporta pas. Il se contenta de penser. Penser à tout ce savoir que tant de gens avaient prit à cœur de rédiger. Des siècles de connaissances et de savoir, réduits à néant en quelques instants par le feu et la destruction. Un forfait de plus pour les sombres. A se demander quel pouvait être celui qu'ils n'avaient pas encore commit. Elle évoqua également les stratégies militaires des batailles passées, et avança un instant que parfois un maitre valait mieux que des ouvrages. Il ne put qu’acquiescer.

« Les livres sont le recueil d'un savoir ancien, parfois millénaire, que bien peu peuvent nous transmettre. Toutefois en bien des cas, l'enseignement d'un maître du sujet vaut bien davantage que ces ouvrages. Au fond, tout livre fut un jour rédigé par l'un de ceux qui connaissait le sujet. Mais à cela on peut ajouter l'émotion de la parole, et la possibilité d’interroger celui qui raconte. Je suis moi même très intéressé par le savoir que renferment les livres. Mais j'ai eu jadis un maître qui m'enseigna bien plus que ce qu'aucun ouvrage n'eut pu faire dans le même temps. Ma vision est peut être incorrecte, mais c'est celle que je pense être la bonne. Cependant, je peux concevoir que vous n'ayez guère de maître en la majorité des sujets pour vous l'enseigner, aussi devez vous vous contenter de ce que vous avez... »

Il lui adressa un sourire, signe qu'il comprenait qu'au fond, elle n'avait pas eu autant de chance qu'elle. La jeune elfe était songeuse. A quoi pouvait-elle penser? Elle évoqua alors son ancienne profession, et son regard s’emplit de mélancolie et d'une pointe de tristesse. Son sourire était loin d'être sincère. Son métier lui manquait. Elle s'y résignait, mais ne l'acceptait pas vraiment. L'existence réservait de curieuses choses que nous ne pouvons pas prévoir, et qu'il est parfois bien compliqué d’accepter. Il comprenait cela, parfaitement, mais s'abstint de prononcer la moindre parole compatissante, de peur de la froisser de nouveau.

Lorsque les coups frappèrent à la porte, la jeune elfe insista pour s'y rendre elle même. Observant Delnwë droit dans les yeux, leurs regards semblèrent s'affronter un instant. Pourtant, nul animosité, simplement une tentative de sonder l'autre, de le convaincre. De quoi? il l'ignorait, mais lui savait de quoi il souhaitait la convaincre.

-Laissez, je vais aller leur ouvrir. Mais avant de changer de discussion... Il y a bien une personne qui pourra vous aider dans votre quête me concernant. C'est l'Archimage Nakor, un Humain. Vous devriez le trouver à l'Aurore, château se trouvant près de Naelis. Vous y trouverez également pas mal de mages."

 Un archimage humain? Un tel individu pouvait exister? Il ne pouvait remettre en doute la parole de Glinaina. Mais il doutait qu'un humain aussi puissant qu'il fut puisse l'aider. Les humains maniant la magie suivaient pour la grande majorité les traces des sombres. Envie de puissance et de grandeur, destruction et domination. Rien de cela ne pouvait l'aider. Mais il prit cette indication pour ce qu'elle fut. Rien ne devait être négligé dans cette périlleuse affaire.
 
«Je vous remercie de cette indication. Sachez toutefois que notre discussion n'est point close. Nous en reparlerons avant que je ne reparte. Et ce ne sera pas la dernière fois que nous nous voyons. Mais merci avant toute autre chose.»

La jeune elfe alla donc ouvrir aux trois compagnons formant l'escorte du lieutenant de l'armée royale. Il la saluèrent respectueusement, et entrèrent à sa suite. Entrant dans la pièce pour le repas, ils patientèrent debout, Delnwë également, attendant l'invitation de la maitresse de maison à s'asseoir. Il était de coutume chez les elfes que même lors d'un événement aussi simple et quotidien que le repas, le respect restait de mise. Un respect sincère, loin de l'hypocrisie des autres peuples...
Revenir en haut Aller en bas
Glinaina
les Pommes Légendaires Salées
avatar

Nombre de messages : 2908
Âge : 26
Date d'inscription : 08/09/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 130 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.

MessageSujet: Re: Recherche d'une enfant d'Anaëh en Ithri'Vaan [PV Glinaina]   Sam 27 Juil 2013 - 15:46

"Je vous remercie de cette indication. Sachez toutefois que notre discussion n'est point close. Nous en reparlerons avant que je ne reparte. Et ce ne sera pas la dernière fois que nous nous voyons. Mais merci avant toute autre chose."

Glinaina inclina doucement sa tête pour faire comprendre à son interlocuteur qu'il n'y avait pas de soucis, elle l'écouterait de nouveau sur le sujet avant qu'il ne reparte pour les vertes terres de la grande Forêt d'Anaëh. Puis, sans perdre de temps, elle vint ouvrir aux trois soldats. Ils n'avaient pas changé depuis la veille, l'un étant de nature plus soucieuse que les autres, mais sans être plus sur leurs gardes que nécessaire. Après tout, que pouvaient-ils bien craindre de petits paysans connaissant assez les capacités de soldats - entre le peu qui en étaient et la bataille de ruven - pour ne pas essayer de se prendre à des soldats, même elfes, ayant l'air de savoir manier leurs armes ? Pas grand chose, en tout cas.

La jeune femme s'inclina respectueusement et les laissa entrer, leur demandant de bien vouloir s'installer dans la salle à manger. Après s'être excusée par politesse elle alla vérifier la cuisson de ses fameuses pommes de terre, laissant ainsi un temps à l'officier de retrouver un peu ses frères d'arme. Elle put mettre la viande dans un récipiant adapté pour servir à table, mais dut attendre encore un peu pour les féculents. Elle attendit donc un peu, moins à l'aise qu'elle aurait pu l'être, focalisant son esprit sur les patates. Une fois celles-ci cuites, quelques minutes plus tard, elles les mis dans un autre récipient à leur tour et alla servir le tout à table.

Le repas fut des plus simples, animé d'une bonne ambiance elle aussi des plus simples. Tout était dit en Elfique, replongeant Lina de nouveau dans ses souvenirs d'enfance où elle devait rester sagement à table pendant que les adultes discutaient, souvenirs qui n'avaient pas décidé de venir la hanter pendant le temps où elle n'était qu'avec Delnwë. Aucune grande émotion ne vint avec, elle ne laissa pas les choses se voir en elle... sauf la fatigue qui commençait à vouloir prendre le pouvoir sur son corps vers la fin du repas.

Le déjeuner terminé, vint le moment où Delnwë et elle reparleraient de "l'aide" que souhaitait lui apporter l'Elfe. Glinaina le laissa amener la chose, se demandant au fond d'elle-même qu'est-ce qu'il souhaiterait dire de plus par rapportà cela.
Revenir en haut Aller en bas
Delnwë Iridwen
Elfe
avatar

Nombre de messages : 234
Âge : 30
Date d'inscription : 29/04/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  245
Niveau Magique :
MessageSujet: Re: Recherche d'une enfant d'Anaëh en Ithri'Vaan [PV Glinaina]   Dim 28 Juil 2013 - 17:42

Elle accepta, d'un simple signe de tête. Elle était donc prête à rediscuter de tout cela. C'était une bonne chose, car le soldat craignait qu'elle se fut lassée d'entendre le fait qu'il veuille la secourir. Elle l'avait accepté, lui et ses compagnons, mais n'était pas pour autant plus encline à la compassion ou au secours. Il fallait donc éviter de trop la submerger. La jeune elfe alla ouvrir la porte. Les trois compagnons de Delnwë s'y tenaient, et la saluèrent avec grand respect, ce à quoi elle répondit avec un salut tout aussi respectueux. Puis ils entrèrent, et elle repartit aux cuisines après une bref excuse de circonstance, laissant les quatre soldats entre eux. Le lieutenant salua ses compagnons, une poignée de bras et une brève accolade, avant de leur expliquer ce qui s'était passé depuis la veille. Il évoqua aussi la possibilité de rallonger leur séjour et d'opérer un possible détour, ce à quoi les trois autres acquiescèrent. Il semblait qu'eux aussi avaient accepté l'aide à apporter avec Glinaina, quoi qu'avec divers degré, et aucun aussi fortement que Delnwë lui même. Mais au moins n'y avait-il aucune contrainte. Ce n'était guère de mise chez les elfes, pas comme chez les humains, où un commandant pouvait forcer ses hommes à accomplir des tâches inutiles ou vouées à l'échec dès le début. Dans le peuple elfique, les soldats étaient rarement contraints, même si les ordres leurs parvenaient, il s'agissait davantage d'ordre de manœuvre ou de positionnement général, chacun œuvrant ensuite de son propre chef tout en gardant une certaine concordance avec ses compagnons. Là ou les humains représentaient l'uniformité masquant l'unité, les elfes représentaient l'harmonie dirigée. Encore une chose que la jeune elfe ne devait peut être pas connaitre, et que Delnwë avait du mal à comprendre comme acceptable.

Les quatre soldats vinrent s’assoir à table, et la jeune elfe leur apporta les plats. Le repas fut mené dans une ambiance des plus simples. Pas de débat, pas de contrainte. Il ne s'agissait pas de parler de sujets graves ou urgents. On mangeait volontiers, on s'interrogeait sur des choses de la vie courante. Quelques questions très simples sur les humains ou sur son mode de vie furent posée à Glinaina, mais elle pu y répondre aisément. Quant à Delnwë, il expliqua quelques unes des coutumes et évolutions de l'Anaëh depuis le départ de l'elfe aux cheveux dorés, sans pour autant entrer dans les détails fâcheux. Le repas achevé, un des elfes souhaita se rendre aux écuries. Les deux autres demandèrent s'ils pouvaient se rendre utile, et Delnwë leur proposa de s'occuper des vêtements, et d'aller quérir des vivres nécessaires. Ainsi le soldat et la jeune elfe se retrouvèrent à nouveau seuls.

Debout, devant l'une des fenêtres, les bras dans le dos, Delnwë levait le regard vers le ciel, songeur. Il ne savait trop que penser. Il savait la jeune elfe proche. Son ouïe avait toujours été excellente, et il pouvait repérer un être simplement au son lorsque le lieu n'était pas extrêmement bruyant. Toutefois, ce n'était qu'un réflexe : il savait qu'il n'avait guère besoin de se méfier de celle qui était présente avec lui. Poussant un soupir, il baissa doucement la tête.

« Bien. Comme il a été dit hier, et ce matin même, je me suis engagé à vous venir en aide. A résoudre, à guérir ce mal qui vous affecte. Ce mal qu'un être immonde a implanté en vous. J'entends également, si cela est possible, faire payer à cet être ce qu'il vous a fait. Ne voyez pas cela comme de la vengeance, mais plutôt comme la justice des choses. Nul ne peut faire souffrir sans avoir à en payer un jour le prix. J'ai déjà quelques idées des personnes que je pourrais tenter de contacter. Et vous même m'avez évoqué ce... Nakor, archimage proche de Naelis. J'ai rarement eu foi en la magie des humains, mais si vous me le recommandez. Toutefois, le périple promet d'être long, semé d'embuches probablement. Et puis il y a cette guerre qui nous menace. Enfin, pas vous pour l'instant, mais elle menace notre peuple, et il est de mon devoir de veiller à la retenir, voir à l'éradiquer. J'ai grand respect pour les êtres doués de conscience, mais pour moi les sombres n'appartiennent pas à cette catégorie.»

Il marqua une longue pause. Oui, le chemin allait être extrêmement long. Y arriverait-il un jour? La question était probablement de savoir s'il survivrait jusque là.

«Toutefois, je tiens à pouvoir revenir vous voir si j'estime que cela est nécessaire. Je ne vous force encore en rien, vous pouvez refuser bien sûr. Mais cela me causerait une grande peine, je préfère vous le dire. D'autant que j'ai juré de veiller sur vous. Désormais, je me sens lié à vous. Aussi brusque et inattendu que cela puisse paraitre. Il est parfois des êtres qui vous font prendre conscience de l'importance de leur présence et de leur survie. Que ce soit parce qu'ils vous sont proches, ou parce qu'il représente quelque chose de sacré à vos yeux. C'est donc pour cela que j'entends vous faire reprendre une existence normale, et veiller sur celle ci. Ne prenez pas cela comme de la compassion, ça n'en est pas. Considérez que c'est une chose à laquelle je ne peux me dérober... Et je l'accepte donc»
Revenir en haut Aller en bas
Glinaina
les Pommes Légendaires Salées
avatar

Nombre de messages : 2908
Âge : 26
Date d'inscription : 08/09/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 130 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.

MessageSujet: Re: Recherche d'une enfant d'Anaëh en Ithri'Vaan [PV Glinaina]   Lun 29 Juil 2013 - 12:47

Autrefois, Glinaina aurait sourit en entendant le discours de Delnwë, mais ce type d'émotions avait depuis quelques mois du mal à passer sur le visage de la sylvaine. Aussi, sans aucun étonnement de sa part, son visage resta de marbre pendant que l'Elfe remettait sur le tapis toute cette histoire d'aide. Ce sujet lui tenait vraiment à coeur, bien plus qu'il n'en était raisonnable. Sans broncher, elle écouta son confrère jusqu'au bout, le laissant terminer sa tirade. Si elle était au final d'accord pour que l'officier lui vienne en aide, il restait quelques points à mettre sur les i.

"Comme dit ce matin-même, j'accepte votre aide, Delnwë. Cependant, cette aide vous prend trop à coeur.

Même si sa voix laissait transparaître un brain de fatigue, le ton de la jeune femme était ferme, montrer une pointe d'autorité en elle.

-Premièrement, quoi qu'il arrive, je ne sais pas si ma vie reprendra un jours un cours "normal" et je ne souhaite pas fonder d'espoirs incensés là-dessus. Elle est telle qu'elle est et sera telle qu'elle sera. Trouver ce que m'a implanté ce Drow permettra juste de voir commet pourrait évoluer le futur, rien de plus... pour l'instant du moins. Et concernant ce sorcier, d'ailleurs, c'est mon affaire. S'il y a quelqu'un qui doit le retrouver et le tuer, c'est moi. Ce sera peut-être le meilleur moyen que j'aurais pour comprendre ce qu'il m'arrive.


Elle se cala contre le dossier de la chaise et regarda bin dans les yeux son interlocuteur, lui laissant juste le temps de bien intégrer dans sa tête ce qu'elle venait d'énoncer. Ayant toujours cette froideur en elle, aucune émotion ne vint se laisser trahir de par les traits de son visage ou même dans ses yeux bleus.

-Je vous conseille en effet Nakor, même s'il est un Humain. De tous, il sera celui qui vous aidera le mieux dans votre quête !

Elle se leva et commença à débarasser la table, tranquillement. Non pas qu'elle voulait interrompre leur discussion, mais elle avait besoin de mettre sa concentration sur autre chose que son interlocuteur pour ce qu'elle allait dire. S'il devait y avoir une émotion qui devait se montrer sur son visage, elle n'avait pas spécialement envie qu'il la remarque.

-Vous ne devriez pas être autant attaché à moi... Qui sait si je ne deviendrais pas une Sombre à mon tour, si je ne serais pas l'arme qui mettra fin à vos jours, sans aucune pitié ni émotion ?

Ses gestes s'arrêtèrent un court instant. De l'inquiétude, c'était ce qu'elle arrivait à ressentir. Au moins n'était-elle pas pas dans l'une de ses périodes "sans émotion aucune" comme lors d'un combat. C'était déjà ça. Sans se retourner vers Delnwë, reprenant son rangement, elle déclara

-On ne sait pas de quoi le futur sera fait, Delnwë... en bien comme en mal."
Revenir en haut Aller en bas
Delnwë Iridwen
Elfe
avatar

Nombre de messages : 234
Âge : 30
Date d'inscription : 29/04/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  245
Niveau Magique :
MessageSujet: Re: Recherche d'une enfant d'Anaëh en Ithri'Vaan [PV Glinaina]   Lun 29 Juil 2013 - 19:41

Au final, il avait bien fait. C'était une bonne chose qu'il ai reparlé de cela. Il pouvait ainsi vérifier si la jeune elfe avait réellement accepté son aide. Ce qu'elle confirma de part sa parole, mais ses traits, ses yeux et le ton de sa voix disaient l'inverse. Pourtant, le soldat qui s'était retourné vers elle ne bougea point, ne montra aucune émotion. Son visage était totalement neutre, écoutant ce que l'elfe aux cheveux dorés avait à dire, à répondre. C'était son droit. Le droit de la parole, qu'il respectait. La voix ferme et autoritaire de Glinaina expliqua que ce maléfice n'était pas un frein, qu'elle devait vivre avec, et faisait désormais partie intégrante de son futur proche... et peut être lointain. A cette idée, Delnwë eut un léger froncement de sourcils, qui disparut rapidement. Elle affirma également que le sorcier sombre à l'origine de tout ceci était son affaire. Voilà bien une affirmation difficile. Comment pouvait elle être sûr d'être celle qui mettrait un terme à cette existence? Les sorciers étaient parfois amenés sur les champs de bataille, où une simple flèche perdue suffisait à les faire mourir. De plus, s'abandonner à la vengeance était digne des sombre eux mêmes. Le soldat souhaitait agir ainsi non pas pour venger Glinaina, même s'il voulait lui faire payer cela, mais aussi et surtout pour éviter que ses maléfices s'étendent à d'autres, ou s'aggravent chez ceux qu'ils touchaient déjà, comme elle. Il ne s'y connaissait guère en maléfices, mais il était probable que le lanceur de sort à son origine pouvait en contrôler l'état, accélérer ou ralentir les effets, voir peut être même l'effacer définitivement. Mais dans le cas d'un sombre, il était plus probable que ce soit le premier cas.

Conservant son ton froid, Glinaina observa le soldat elfe dans les yeux, et évoqua de nouveau ce magicien humain comme étant le plus à même de l'aider. Et pourquoi donc? Sa magie, aussi puissante fut-elle, ne pouvait être celle du peuple elfique. L'art magique était une essence importante pour les elfes, des savoirs millénaires leur permettaient des prouesses incroyables. Les plus grands mages elfes étaient capables de réparer de profondes blessures, là ou les humains se vouaient à la destruction, le contrôle et la domination. En quoi un mage humain pouvait-il être le meilleur espoir? Delnwë avait grand peine à le croire.

Se levant pour débarrasser le couvert, Glinaina allait et venait autour de la table, sans vraiment observer son interlocuteur. Elle semblait avoir besoin de se concentrer sur autre chose pour poursuivre la discussion. Elle prétendit qu'il ne fallait pas qu'il s’attache à elle. Que ce qui l'affectait pouvait la faire devenir aussi sombre que les sombres eux mêmes. Dénuée d’émotions, et peut être celle qui mettrait fin à son existence. L'idée même que cette jeune elfe puisse sombrer pour devenir aussi maléfique déplaisait fortement à Delnwë. Ses mains, croisées dans le dos, se crispèrent sur ses avant bras, signe évident qu'il ne l'accepterait pas. Jamais. Mais il parvint malgré tout à se contenir. Ce n'était que des paroles. Sans doute disait-elle cela dans un élan de pessimisme. C'était compréhensible, après ce quelle avait vécu. Nul ne pouvait rester insensible à cela. La preuve en fut ce bref moment d'hésitation qu'elle eut. Signe d'une inquiétude véritable. Oui, elle était inquiète... Mais pourquoi?

-On ne sait pas de quoi le futur sera fait, Delnwë... en bien comme en mal."

Cette phrase provoqua un nouveau froncement de sourcil. Le silence s'installa, uniquement perturbé par le bruit des couverts et celui des pas de la jeune elfe. Jusqu'à ce qu'il reprenne la parole.

«Vos paroles sont pleines de gravité. Vous dites qu'il ne faut pas que je m'attache à vous. Mais pourtant, c'est déjà chose faite. On ne commande point à ses sentiments, Glinaina. Pas plus que l'on ne décide qui sont nos parents, nos cousins ou nos frères et sœurs. Pas plus que l'on ne peut décider si la pluie tombera demain. C'est ainsi, et je l'accepte. Vous devriez l'accepter ainsi, car même si vous le souhaitez pas, il en sera ainsi. Quant à vous laisser devenir l'image d'une sombre, sans doute évoquez vous la possibilité que votre cœur s'obscurcisse au point que vous ne cherchiez plus que violence, vengeance et cruauté? Cela n'arrivera probablement pas. Je ne pense pas que ce soit le but. Peut être suis je dans l'erreur. Mais j'en doute, et j'espère avoir raison. En tous les cas, si le prix à payer de votre guérison devait être la fin de mon existence, je dirais que ce serait une fin utile, et au fond une belle fin. Pas de celles que les humains décrivent comme honorable ou juste. Plutôt une fin amenant un autre commencement, qui serait alors le vôtre. Mais inutile d'imaginer pareille chose. Nous n'en savons rien.»

Il se tourna à demi vers la fenêtre, en gardant la jeune elfe dans son champ de vision.

«Je sais parfaitement que le futur nous est inconnu. Que celui ci peut être heureux comme cruel. Je l'ai déjà éprouvé, dans chacun de ces cas. Parfois il m'offrit un peu de bonheur. Parfois, il failli me détruire, m’ôtant un proche ou me causant une grande douleur. J'ai vécu de nombreuses décennies déjà, et pourtant, je suis encore bien jeune par rapport aux nôtres. Mais je sais combien le temps et le monde peuvent être cruels.»

Pivotant à nouveau, il se retrouva face à Glinaina, qui finissait de retirer le couvert.

«Mais j'ai aussi appris bien d'autres choses, que ce fut de mes maîtres ou de moi même. Et l'une d'elle fut que l'avenir n'était pas que la volonté des dieux. Il dépendait aussi de nous, de nos actes et de notre résolution. Vos paroles ne trouveront leur écho de vérité que si vous les acceptez. Mais si vous faites ce qui est nécessaire pour combattre et tenter d'éliminer ce maléfice qui vous affecte, alors votre avenir ne pourra qu'en être meilleur. Nous pouvons certes être confronté à des éventements imprévus et indésirables, mais le résultat final a pour ingrédient nos propres actes et nos décisions. A vous de décider ce que vous voulez faire et ce que vous voulez être. Moi, j'ai décidé d'agir pour vous, pour votre avenir. Pour qu'il puisse correspondre à ce que toute elfe de votre âge pourrait souhaiter. Vous n'avez pas voulu de cette douleur, c’est là une épreuve qu'il vous faut affronter. Et en cela je vous y aiderai. Je serais avec vous, si vous l'acceptez. Mais c'est là le devoir des proches que de veiller sur les autres...»
Revenir en haut Aller en bas
Glinaina
les Pommes Légendaires Salées
avatar

Nombre de messages : 2908
Âge : 26
Date d'inscription : 08/09/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 130 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.

MessageSujet: Re: Recherche d'une enfant d'Anaëh en Ithri'Vaan [PV Glinaina]   Mar 30 Juil 2013 - 15:27

Glinaina s'était arrêtée pour écouter l'Elfe qui s'était retourné vers elle, parlant d'espoir et de résolution après du futur souvent douloureux. De résolution... Elle avait bien envie de lui répondre que leur discussion ne servait à rien, que lui verrait des côtés positifs qu'elle avait déjà pu connaître autrement, tout simplement parce qu'ils n'avaient pas le même passé. Mais la façon qu'il avait de voir les choses et d'en parler lui rappelèrent un épisode récent et particulièrement éprouvant de sa vie, enfin surtout la personne qui l'avait aidée à la surmonter, qui avait même joué le rôle d'un ange-gardien à son égard et à celui de Glenn : Hanegard Kastelord. Une chance de survie là où le gibet l'attendait. Elle revit sans problème la scène, lui assit sur une chaise piteuse dans une geôle, elle sur une simple paillasse et une chaîne la retenant au cas où elle essairait de filer. Il avait bien fallu qu'il soit direct avec elle pour lui mettre la réalité en face, faisant ainsi remonter en elle une force qu'elle avait laissée enfouie au profit d'une autre et, par ce biais, accepter l'aide qui l'avait sauvée. Peut-être que Delnwë appelait à cette même force, en fait ?

Ayant terminé de rassembler tous les couverts, elle se frotta les mains avec un torchon avant d'aller rejoindre l'officier du côté de la fenêtre. Elle le regarda droit dans les yeux pendant un moment, puis, ce qu'elle voyait ayant l'air de lui satisfaire, elle fit d'un signe de tête comprendre à son confrère de venir s'asseoir. Aucune émotion ne transparaissait en elle, comme souvent depuis quelques mois. Elle s'installa de façon à être à côté de lui tout en le regardant pratiquement de face.

"Je n'ai pas peur que mon propre coeur deviène aussi noir que celui d'un Sombre, Delnwë. Là vous ne m'avez pas comprise. Ce n'est pas moi toute entière qui me transforme, mais uniquement une partie de moi. Un côté "sombre", si vous préférez, qui prend possession de mon corps lorsqu'il le peut. C'est une partie que je ne peux pas contrôler, mais que je peux uniquement essayer de faire en sorte qu'elle ne puisse jamais remplacer mon esprit. Ce n'est pas faute d'avoir essayé, pendant trois ans ce mal n'est pas remonté à la surface. Il a suffit d'une seule mauvaise rencontre pour que cela recommence...

Elle laissa un petit temps avant de reprendre, essayant de faire comprendre une partie d'elle-même à Delnwë sans pour autant lui délivrer son passé comme elle avait dû le faire pour Hanegard. Il souhaitait l'aider et pour cela, il fallait qu'il puisse comprendre. Etrangement, pour une fois, cela lui semblait assez facile. Peut-être parce qu'elle se mettait plus en position d'enseignante qu'obligée.

-On a beau vouloir se battre de toutes nos forces, il arrive que l'on ait la désagréable impression que les Dieux s'amusent à se jouer de vous, en certaines situations. J'espère que cela ne vous arrivera jamais, parce que c'est une idée, voire même une étape... déstabilisante. Mais bon. Comme je vous l'ai dit, si vous ne laissez pas la haine vous consumer... Ce sera déjà bien."

Elle réussit à lui accorder un sourire, sans hypocrisie. Soudainement, elle ne savait plus quoi dire. Pourquoi lui avait-elle demandé de s'installer, pour parler ? Oui. Mais qu'avait-elle à lui dire ? Peut-être rien de spécifique... juste le besoin de parler.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Recherche d'une enfant d'Anaëh en Ithri'Vaan [PV Glinaina]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Recherche d'une enfant d'Anaëh en Ithri'Vaan [PV Glinaina]
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le monde de Nemo, ou l'histoire d'un homme qui perd sa femme, tuée par un sérial-killer, et qui part à la recherche de son enfant blessé et kidnappé avec l'aide d'une femme folle. (u.c)
» PAM GENTIL CANICHE ABRICOT 9 ANS recherche fa dans le 13
» recherche amie
» recherche chien/chienne de petit poids (environ 2-3 kg)REGLE
» L'enfant et le mur. (acrylique 41cm X 51cm)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ITHRI'VAAN :: Royaume de Naelis-
Sauter vers: