Partagez
 

 L'argent n'a pas d'odeur.

Aller en bas 
AuteurMessage
Goar Ier
Humain
Goar Ier

Nombre de messages : 238
Âge : 27
Date d'inscription : 15/08/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 44 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
L'argent n'a pas d'odeur. Empty
MessageSujet: L'argent n'a pas d'odeur.   L'argent n'a pas d'odeur. I_icon_minitimeDim 16 Juin 2013 - 12:22

L'argent n'a pas d'odeur
(Pv Valek, Alcide)
Oesgard, Fin Favrius




   Le conseil restreint venait de s'achever laissant le Roy et ses conseillers sortirent un à un de la salle pourpre. Goar était resté en arrière laissant ses frères, chevaliers et vassaux sortirent en premier. Son regard restait errer sur la carte de son royaume et des terres extérieurs. La Sgardie semblait si insignifiante, perdu au nord de la Péninsule, maigre morceau de terre prit en enclave par les montagnes et l'Adurie, sa richesse n'était pas en sa taille ou la largesse de ses champs. Non, sa richesse était en ses hommes et leurs valeurs. Un pays fait de preux et de braves, une terre d'ennort et de vertu trop longtemps souillé par les incapables et les benêts. L'âge d'or de Sgarde se devait de commencer aujourd'hui. L'acier serait à nouveau tapé dans les forges, la bière brassée et la chevalerie redressée. Goar tourna autour de la table, le sud de la Sgarde ouvrait sur l'Atral immense grenier à blé, terre de conflits et de querelles, il n'y avait là bas que guerre et troubles. Il n'irait pas livrer la vie de ses hommes dans des combats ne le concernant pas, le rejoindrait qui le souhaiterait, offrant sa protection à quiconque désirerait rompre avec Diantra, par l'amitié et la loyauté et non le glaive et le sang. L'avenir de Sgarde n'était pas vers l'Atral, il était vers l'Adurie et l'Estrévent. La croisade des Braves serait trouver un chemin vers les terres sacrées. Si la guerre contre les sombres se devait d'être pour le bien des Hommes, il y avait bien plus important à bâtir. Loin de Sgarde, loin d'Aduram, sur les côtes de l'Estrévent, près du Delta de l'Olya, Thaar resplendissait. Immortel cité, parangon du commerce, terre de mille richesse, elle avait beaucoup à offrir. La Sgarde et Thaar serait trouver affaire ensemble, les anciennes voies seraient rouverte, à nouveau ces deux peuples échangeront.


   Le Roy avait depuis longtemps eut pour le peuple d'Estrévent un profonde amitié, s'il haïssait leur neutralité envers les drows, il admirait avec passion leur sens des affaires, il n'y avait meilleur commerce que celui fait avec cette terre. Sa main glissait lentement sur le parchemin pour passer d'Oesgard à Thaar, si loin était ces deux cités. Il n'y avait que deux moyens direct de s'y rendre, l'Adurie, vaste forêt hanté par les bandits et d'autres créatures que les contes et légendes avaient diabolisé. Où l'Olya, fleuve paisible, mais où les dangers guettaient. L'Elfie avait depuis longtemps cessé les hostilités, pourtant la rupture de l'alliance bâtarde entre les deux peuples pouvaient rouvrir à tout instant la guerre. Mais c'était les bandits et les drows de Yutar qui rendrait le commerce difficile. S'il était facile de contrer les bandits en attaquant La Dross, les drows et leur sombre forteresse restait hors de portée. La guerre entre les deux races immortelles faisait rage en ces contrées. Il faudrait trouver un terrain d'entente ou se battre. Pourtant ces terres étaient loin, trop loin de Sgarde pour que le Roy puisse y agir. Ce serait à Thaar de trouver un moyen pour apaiser Yutar et Sol'Dorn. Ce peuple avait su trouver quelques moyens de s'entendre avec ce peuple, peut être en trouverait-il un autre. Cette pensée laissa grandir la colère du Roy. De rage il envoya rouler sur le sol quelques rouleaux de parchemins. Cruel dilemme, sa haine contre les sombres se devraient-elle de trouver des arrangements avec ces créatures maudites ? Si certains de ses conseillers l'y poussait nombre arquait que seul la guerre et l'extinction de ces créatures amèneraient la paix. Il ne pourrait choisir seul, il faudrait choisir avec Thaar et ses marchands. Ces pensées et sa marche autour de la table de chêne furent stoppé par l'arrivé d'un de ses hommes.


  Ce dernier portait la livrée royale au lion d'or sur pourpre, il devait avoir la vingtaine, à sa carrure on devinait qu'il n'était pas chevalier ni plus guerrier, sûrement un de ces gens d'esprit, un clerc peut être, soit rien de plus qu'un officier de robe. Depuis que sa cour royale avait été mis en place, Goar avait vu nombre de jeune opportuniste jaillir afin de trouver des places à son service. L'université d'Oesgard avait su vomir des torrents de jeunes gens lettrés, cadet de bonnes familles ou rejetons de riches bourgeois, l'ère ou seul les guerriers et chevaliers de Sgarde dirigeait le pays semblait être révolu, morte des dizaines d'années plus tôt lorsque les Médians avait soumis le Nord, période de tristesse et de regret. L'homme avancé avec respect, et après une révérence hésitante délivra son message. "Vostre Majesté, les envoyés de Thaar sont à noz portes". Il s’appelait Edouard ou peut être Louis, Goar avait un doute, il se souvenait seulement que le bougre arborait quelques nom noble sans avoir ni comportement et de toute évidence ni moindre sang de lignage. Sûrement un rejeton de quelques bourgeois espérant trouver la noblesse par son or. Ces derniers étaient devenu si nombreux ces derniers temps. Les quelques anoblissements qu'avait fait le Lion pour les plus braves de ces hommes qui s'ils n’était issus de grandes lignées avait par leurs vertus et courage fait montre des qualités nécessaire à l'être, ayant galvanisé les espoirs de ces marchands. "Soit, que Charles nostre frère les convoient céans avec leurs suivances". Goar congédia de quelques mouvements de la main le bougre qui se croyait damelot. Son frère, Prince de Sgardie et Seigneur d'Amblère, était un fin connaisseur de l'Estrévent, il ne saurait être mieux que lui pour inviter les Thaaris dans la ville.


   Les premiers invités étaient déjà arrivé. Goar détourna son regard de Thaar, c'était du Nord désormais qu'on attendrait l'arrivé. Si l'Olya offrait des échanges entre Oesgard et Thaar, elle ouvrait la voie vers la Nannie et Lante. Ce peuple de petite taille avait grand à offrir et non moins beaucoup à échanger. Les réfugiés du grand cataclysme avait trouvé refuge dans les cités de Thanor et Lante. La première faisait grand commerce avec Soltariel, Oesgard saurait jouer du même rôle, le grenier à blé de l'Atral, les artisans de Sgarde et les marchands de l'Estrévent avaient un ardent désir d'échanger avec les nains. Ces derniers n'en partageaient non moins la même ambition. Leur nouveau Roy semblait avoir rompu les pratiques sectaires de sa ville, là ou les hommes et elfes vivaient enfermé dans une enclave aux abords de la cité, ils pouvaient désormais pénétrer dans la ville. C'était cette ouverture qui amènerait nains et hommes à échanger et les nains à se rendre en Sgarde. Goar ignorait si le Roy des Nains viendrait en personne ou seulement l'un de ses émissaires. Dans les deux cas il se devait de les recevoir en personne, de Roy à Roy ou bien seulement à ses représentants, cela revenait au même. Le Lion de Sgarde avait revêtu ses plus beaux affublements. Une cotte décorée de son blason et ses braies assortis. Il n'y avait pas de richesse extravagante, tout cela était de très mauvais goût à la cour de Sgarde, juste assez pour démarquer la personne du Roy de ses vassaux. Sa couronne sur le front et l'épée de Sgarde à sa ceinture venant rehausser son apparence royale. Malgré qu'il ne portait ni acier ni maille, Goar marchait d'un pas martial, l'habitude de la guerre assurément.


   Accompagné par son proche entourage et une partie de la cour, il sortit de l'île du Castel pour attendre l'arrivé des nains, des éclaireurs étant venu annoncé leurs arrivés. Goar était monté sur un destrier blanc arborant lui même un tissu où le lion d'or se mêlait au rouge royale. A ses côtés tant de chevaliers arboraient les mêmes insignes. Ils traversaient les rues, les places et les ponts. A chaque avancé, Goar était envahit par un sentiment de joie. Chaque vision de sa ville, de son peuple, de ses gens, de la paix et de la gloire retrouvée atteignaient son âme. Ici était venu le temps de la Sgarde, ici était venu le temps de la grandeur et de la vertu. Courage et bravoure étaient de rendez-vous. Si la peste avait ravagée les campagnes, elle avait été chassé d'Oesgard, seul les campagnes subissaient encore son fléau. Les troubles religieux c'étaient adoucis, le paganisme des Hortles ayant perdu de son attrait suite aux miracles qu'avait connu le royaume. La fin de Favrius annonçait le commencement d'une nouvelle ère, ce jour saurait être l'un de ceux qui le bâtirons. L'escorte royale ne tarda pas à accueillir les nains. Goar en tête, vint saluer leur chef et l'inviter en sa ville et son royaume.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié

L'argent n'a pas d'odeur. Empty
MessageSujet: Re: L'argent n'a pas d'odeur.   L'argent n'a pas d'odeur. I_icon_minitimeJeu 20 Juin 2013 - 14:55

"Maître nain n'arrivions à Oësgard l'Bâtarde !"


Le regard froid de Valek tomba sur le Wandriard qui montrait les plaines alentours et la ville qui au loin apparaissait. Près d'un mois de voyage pour arriver ici... Voilà bien longtemps que Valek était parti avec ses trente hommes de Lante un beau matin d'automne. Et désormais l'agonie de l'été se terminait tandis que les feuilles tombaient et que les plaines se teintaient de rouge et d'or, comme si le feu divin de Mogar s'était abattue sur elles. Mais voilà des années que la vengeance de Mogar avait eu lieu et les nains se relevaient difficilement de leurs pertes. Ils avaient tout perdu. Leurs croyances, leur fierté, une partie de leur culture. Leur honneur était bafoué et Valek essayait de guérir leurs blessures. Et une des étapes de la réussite de Lante était d'être présent et surtout renouer avec le monde. Le commerce était la base de la richesse d'un royaume et donc de son peuple qui évoluerait dans ces conditions. 


Mais pour ça il fallait se montrer. Prouver aux hommes, aux elfes et aux lointains hommes d'Estrévent que les nains s'étaient relevés et qu'ils daignaient se joindre à leurs histoires. Valek avait commencé cela en conversant avec le Seigneur de l'Epine Dorée, Timérion Adantar mais aussi en commerçant avec le Baron de Hautval Nimmio de Velteroc à qui il avait acheté des esclaves, presque aussitôt affranchis par la main royale. D'ailleurs et malgré qu'ils traitaient tout ce qui se rapportait à la monarchie de "bâtard" ils faisaient des hommes honorables malgré leurs caractères brutaux. Il se plairaient chez les fiers Fils de Mogar, de la Pierre et des Hautes-Montagnes. Mais avant Valek passait par Oësgard. Voilà plusieurs mois qu'il préparait un projet avec Thaar, lointaine cité de toutes les splendeurs. 


Et tout se terminerait ici à Oësgard, étape centrale de la ligne commerciale qui se créait peu à peu. Le Seigneur Goar Ier se portait garant des négociations et Valek savait que le noble homme avait bien des choses à gagner en commerçant et avec Lante et avec Thaar. Qui plus était les forges d'Oësgard étaient connues pour leur qualité et les armes, mais également les armures, qui en sortaient faisaient parti des plus solides. Valek arrêta sa monture, un vague croisement entre le poney des montagnes et un bouquetin, et regarda l'homme approchait à la tête d'une petite escorte. Un accueil digne d'un roi. Ce dernier leva derrière sa main et laissa Ulrik, son second, prendre la parole.


"Valek Cri-de-Runes, le Tueur de Chimère, Arcaniste des Runes, Roi de Lante, Seigneur des Plaines du Brissalion et maître du Royaume de Lante vous salue Goar Ier de Sgardie, Baron d'Oësgard !"
Revenir en haut Aller en bas
Alcide Argyros
Ancien
Ancien
Alcide Argyros

Nombre de messages : 96
Âge : 32
Date d'inscription : 17/05/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : Plutôt vieux.
Niveau Magique : Non-Initié.
L'argent n'a pas d'odeur. Empty
MessageSujet: Re: L'argent n'a pas d'odeur.   L'argent n'a pas d'odeur. I_icon_minitimeLun 1 Juil 2013 - 9:45

Spoiler:
 


La troupe thaari était réduite au strict nécessaire. Alcide n'avait aucune envie que ses concurrents aient vent de ses projets avec Lante et la Sgardie. Le secret devait être déjà éventé mais une journée d'avance sur l'agenda de vos ennemis pouvaient faire la différence entre la fortune et la ruine à Thaar. C'est donc incognito que Phocas, son fils cadet et grand timonier de la flotte marchande de la maison Argyros, s'était rendu à Oesgard, débarquant à  Isgaard avant de remonter par la route vers Oësgard via Alonna. Il était accompagné de quelques spadassins aux mines patibulaires et d'une bourse dodue pour que sa route soit facile. L'or ouvrait plus de portes que les épées. Crevant les chevaux de plusieurs relais, c'est en un temps record que Phocas était arrivé aux portes de la capitale de la Sgardie, se présentant comme émissaire d'Alcide.

La petite troupe avait été accueillie par Charles d'Amblère, le frère cadet de Goar. Phocas connaissait déjà le personnage de nom, les Henriciens ayant passé plusieurs années en Estrévent durant leur exil. Conformément aux instructions de son paternel, il était resté particulièrement laconique, quoique courtois, en présence de leur hôte. C'était Goar et uniquement à Goar que le cadet Argyros devait entretenir des projets de son père.

On les conduisit à des appartements dans l'attente de la délégation de Lante. Phocas en profita pour se débarrasser de ses frusques de voyageur pour se décrasser dans quelques baquets d'eau brûlante avant de revêtir des atours digne de sa position. On est ce qu'on est et il faut ce qu'il faut. Ses gardes du corps se reposaient sur quelques paillasses à l'étage inférieur de sa loge, Phocas ayant insisté pour les conserver auprès de lui. Après une courte sieste, le thaari alla leur bailler quelques coups de pieds dans les côtes, estimant au remuement à l'extérieur que les nains étaient arrivés.

"-La pièce commence compaings."
, commenta t-il en sanglant sa rapière à son flanc.
Revenir en haut Aller en bas
Goar Ier
Humain
Goar Ier

Nombre de messages : 238
Âge : 27
Date d'inscription : 15/08/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 44 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
L'argent n'a pas d'odeur. Empty
MessageSujet: Re: L'argent n'a pas d'odeur.   L'argent n'a pas d'odeur. I_icon_minitimeLun 1 Juil 2013 - 17:42

 Goar regarda un moment les petites créatures poilus, voyant que leur roi ne venait pas le saluer lui même et qui plus est qu'on le prenait pour seulement un baron, il sentit sa colère monter en lui. S'il n'avait été qu'un baron, dieu qu'il en aurait jeté plus d'un dans les geôles. Repensant à l'intérêt de la rencontre, il se radoucit, ou tout du moins tâcha de rien laisser paraître. Se tournant vers l'un de ses écuyers, l'homme parmi ceux présent à la plus basse extraction, il se porta vers lui et fit signe de saluer en son nom le nain. Le jeune écuyer d'abord étonné de recevoir pareil charge, cru qu'il n'y avait là quelque reconnaissance de ses capacités et non juste l'usage de sa maigre condition pour renvoyer les insultes faites. Il s'avança sur sa monture vers le nain qui avait lui même saluer le roi, pensant là qu'il s'agissait sans nul doute du Roy nain. Effectuant une révérence autant qu'il pu le faire sur sa monture, il le salua "Vostre majesté des nains, Goar Ier, Roy de Sgarde te souhaite la bienvenue en sies terres et vous prie d'accepter son hospitalité en son castel" Le jeunot fort content de lui même effectua à nouveau une révérence et s'éloigna. Goar savourant intérieurement sa petite vengeance mesquine, fit signe de la tête à Valek pour le saluer et fit tourner bride à sa monture pour diriger l'escorte et ses invités jusqu'au castel. Il alla en tête du cortège sans prendre le soin d'invité le Roi nain à l'y accompagner, cela saurait payer l'insulte qu'il avait cru envoyer contre lui.

  La compagnie remonta la ville par le même chemin, s'arrêtant pas sur le chemin, malgré la foule amassée dans les coins de la rue, une partie de mendiants et malades quémandant l'aumônes et l'autre regardant les nains d'un drôle d'air, n'étant que peu accoutumé à en a voir, et s'étonnant qu'on voyait des hommes des Wandres chevauchaient à leurs côtés. Les plus aventuriers d'entre eux allèrent jusqu'à émettre quelques suppositions sur des alliances entre les nains et les barbares des forêts du nord. Ne s'attardant pas dans la foule, Goar traversa rapidement le châtelet pour arriver sur l'Isle de la Cité. Cette dernière brillait d'activité. Au sud de l'île, les religieux s'affairaient autour de la cathédrale de Notre-Dame d'Oësgard et des quartiers du Primat, tandis qu'au nord derrière la muraille qui entourait la cour royale, la noblesse attendait au château et dans les jardins le retour de leur Roy et leurs nobles invités. Alors que Goar arrivait près des écuries royales, un des serviteurs de son frère lui apporta qu'on avait logé les Thaaris dans leurs appartements en attente de son retour. Le renvoyant les prévenir qu'on les attendrait à la salle du conseil, le Roy descendit de sa monture qu'il confia au soin du même écuyer que plus tôt. Jugeant qu'il avait tiré vengeance de l'insulte reçu, il l'oublia toute entière pour se tourner vers le roi nain. "Seigneur Valek Cri-De-Runes, je te prie de laisser ta suivance dans la cour, mes hommes leur trouveront où se loger", dit-il en désignant les quelques hommes qui accompagnait les nains.

  Goar remonta au castel échangeant quelques paroles avec le roi nains et s’enquérant sur son voyage. La salle du conseil atteinte, il alla prendre sa place au bout de la longue table de chêne. A ses côtés venait ses proches conseillers, Charles d'Amblère son frère, Richard son fils héritier, Imbert VII le vieux Primat du clergé de Sgarde et Chancelier Royal, Arnoul le Meingre Connétable du Roy, Vaast de Leuthen son Sénéchal et Sebastian de Systoli qui avait grande connaissance de Thaar. A cela s'ajoutait quelques serviteurs auxiliaires. Goar pria le roi nain et ses proches de prendre place autour de la table à côté de ses hommes, tandis qu'a l'arrivé des Thaaris, il les salua, demandant à son frère lequel était leur meneur. "Phocas de la maison Argyros, je te prie prends place.", lança Charles au thaari désignant les quelques sièges restant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié

L'argent n'a pas d'odeur. Empty
MessageSujet: Re: L'argent n'a pas d'odeur.   L'argent n'a pas d'odeur. I_icon_minitimeMar 20 Aoû 2013 - 10:08


Valek regarda le jeune homme s'annonçait et comprit à ses paroles qu'il avait fait une terrible erreur en envoyant son homme de main le plus proche l'annonçait au Baron, non au Roy, d'Oesgard. Par ailleurs il n'était pas au courant que la baronnie était devenue une monarchie, qui selon les critères humains, étaient sûrement indépendantes du reste de la Péninsule. Voilà qui n'aidait guère les prochains contrats. Peut être avait il fait une erreur en acceptant l'invitation de l'homme. Laissant donc l'écuyer annonçait son maître Valek resta de marbre. Les petites chamailleries humaines le laissaient bien souvent indifférent malgré l'agacement qu'il ressentait à l'idée que l'homme n'avait pas su respecter des traditions naines, car bien souvent c'était l'homme-lige et non l'homme concerné, qui annonçait sa présence et sa venue. Par ailleurs il avait ouïe dire que bien souvent les rois humains envoyaient des héraults annonçaient leur venue, chose qui revenait au même si ce n'était qu'on envoyait des sous-fifres.

De glace Valek guida sa compagnie et ne décrocha pas un mot, si ce ne fut un sourire au Roy d'Oesgard ainsi qu'une salutation sèche. Mais finalement l'homme se montra calme et apparemment déterminé, laissant passer les deux insultes qu'ils s'étaient mutuellement faites et lui demanda de laisser les hommes qui l'accompagnaient dans la cour pour qu'ils puissent être logés et nourris, ainsi ils partageraient le sel et le pain, promettant la paix dans la maison d'Oesgard et garantissant que nulle trahison n'aurait lieu. Du moins pour ceux qui croyaient en les Dieux et respectaient leurs enseignements. Valek regarda les nobles qui attendaient sa venue et malgré que la plupart le dépassât il ne perdit rien de son port altier et les regarda droit dans les yeux tandis qu'il les saluait. Lorsqu'ils se furent assis dans une salle autour d'une longue table de chêne Valek comprit que les affaires commenceraient aussitôt les derniers arrivants présents. Lorsque ce fut le cas il se tourna vers Goar, prêt à écouter attentivement toute proposition.


[Désolé du retard et du post minable je n'ai pas d'inspi pour ce RP :(]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




L'argent n'a pas d'odeur. Empty
MessageSujet: Re: L'argent n'a pas d'odeur.   L'argent n'a pas d'odeur. I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
L'argent n'a pas d'odeur.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: PÉNINSULE :: Duché de Serramire :: Baronnie d'Oësgard-
Sauter vers: