Partagez | 
 

 Elle - Faire chanter le sang

Aller en bas 
AuteurMessage
Këda
Hybride
avatar

Nombre de messages : 323
Âge : 22
Date d'inscription : 19/04/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  210 ans à sa mort
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Elle - Faire chanter le sang   Mer 26 Juin 2013 - 17:17

Il sait. Au plus profond de lui, il sait. Il mérite toutes les souffrances du monde. Il les mérites, certes, mais il les fuit. La peur de mourir ? Non, certes non. La peur de faire souffrir, encore plus que de raison. Plus qu'il ne s'en sait capable. Et si, dans un désespoir des plus profond, il décidait de s'allier à Elle ? S'il décider d'accorder sa confiance, s'il décidait de donner son accord ? Qu'adviendrait-il ? Serait-il alors si puissant ? Ou au contraire, se confondrait-il en remords ? L'acceptation. Il en a déjà été si proche, il y a peu.

Il se sauverait. Certes. Mais consentirait-il ? Il ne se fait absolument pas confiance. Non. Jamais. Alors quoi ? Pourquoi ne pas mettre fin à cette horrible tentation, pourquoi ne pas envisager sérieusement la mort ? Parce qu'Elle ne le veut ? Non. Ce n'est pas sérieux. Mais son plus gros souci n'est pas ce qu'Elle désire, mais bel et bien ce qu'Elle fait, a fait et fera. Parce que tant qu'il vivra, il en sera autant d'Elle.

Un bruit, devant lui. Il a entendu quelque chose, et il sait que ce n'est pas dû à sa course effrénée. Il s'arrête brusquement, trop peut-être. Figé là, il attend, un instant, avant de bondir de côté. Assis le long d'un arbre, il tente de calmer sa respiration. Les battements de son propre cœur assourdissent ses oreilles. Il court depuis trop longtemps sans se reposer. C'en est trop pour lui. Ses poumons sont arrachés par l'air trop vif de l'hiver qui commence à venir. La nuit touche bientôt à sa fin et il doit rapidement décider de son avenir proche.

Elle peut débarquer à tout instants, et ce n'est pas ce qu'il veut, non, certainement pas. Parce qu'il ne sait où elle l'emmènera, mais il ne doute pas de son sort un seul instant. Pas plus qu'il ne doute qu'il succombera rapidement à l'épuisement s'il ne se repose pas de suite. Fermant les yeux, il en oublie presque ce qui l'a ainsi arrêté dans sa course. Un pas, deux, puis rien. Intrigué, il se relève et sort une de ses lames.

Et lorsqu'il sort des fourrées, la garde de la lame dans sa paume et le métal contre l'intérieur de son poignet, il se trouve face à une jeune femme, le regardant sans crainte, avec une telle innocence au fond de ses yeux qu'il en est déstabilisé. Rangeant rapidement la dague, il ouvre la bouche pour lui adresser la parole, mais aucun mot de vient. Devant un tel échec de communication, il s'approche d'elle, d'abord pour l'observer plus précisément, puis pour se ménager du temps et reprendre sa tentative d'échange.

 - Que fais-tu ici ? Tu me parais bien jeune pour être seule dans les bois à une heure si tardive, ou si matinale, tout dépend la vision du temps que nous avons.

Des cheveux blonds, une silhouette des plus frêle, une constitution fragile ? Sang elfe tout du moins, révélé par ses oreilles agréablement tendues vers la voûte que formait les branches désormais presque entièrement nues des arbres. Il ne doute pas un instant que chez elle, ce doit être son regard qui intrigue le plus. Ambré, dénué de pupille et miroir de son âme, il ne peut qu'être source d'admiration. Mais lui, il l'est par tout autre chose. Outre sa présence, il ne sait ce qu'elle est. Un mélange de sans certes. Mais pas comme lui, non. Elfe et humain ? Il n'ose poser la question avant tout réponse de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Saéline Maphelt
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 19
Âge : 19
Date d'inscription : 09/05/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  42 âge réel et en paraît 14
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Elle - Faire chanter le sang   Lun 1 Juil 2013 - 19:09

Une ombre, elle n'est que cela. Rien qu'une ombre dans la forêt. Elle saute et rit au milieu de la verdure, ignorant le  temps grâce à la nature qui semble s'immobiliser et lui laisser tout le terrain qu'elle veut, comme si les arbres entraient dans son jeu et lui facilitait la tâche, car elle le sait, la vie n'est qu'un jeu. Tout les êtres vivants sont des pantins articules, dont les ficelles sont tirées par une...chose. Un dieu peut-être. Et cette chose s'amuse, tout comme elle a vivre de son jeu. À vivre DANS le jeu.

Elle n'ignore rien du danger de la forêt, des Elfes Noirs qui l'habitent, elle s'amuse a circuler partout, laissant l'odeur de sa gaieté imprégner chaque tronc, chaque feuille, chaque brin d'herbe de la forêt. Elle sent quelquefois l'odeur d'un Drow, mais toujours rigolant, le nargue sans le voir avant de disparaître. Tout ça n'est qu'un jeu. Ses pieds courent sur la terre, dansent, tandis qu'elle commencent a chantonner gaiement. La légère caresse des derniers rayons de soleils lui chauffent la peau, animent ses yeux étranges et la laissent pétillantes de vie.

Puis le charme s'arrête, autour d'elle, quelque part, une personne marche, mais vu l'odeur, ce n'est pas une des Elfes Noirs. La chasse était ouverte. Instinctivement, les mains de la jeune fille empoignèrent chacune de ses précieuses dagues.
Et le sourire aux lèvres, la demi-elfe écarta plusieurs mèches rebelles de son fin visage et grimpa rapidement mais non moins agilement dans l'arbre le plus proche.

Là-haut, accroupie sur une branche, elle aperçu sa proie. Celle-ci marchait, le visage crispé par de sombres pensées. À première vue, un homme. Un hybride sûrement. Il avançait dans les fourrées presque en dessous d'elle, sans s'apercevoir de sa présence. Le suivant du regard et se délectant de sa partie de chasse, elle réfléchit a ce qu'elle allait faire. Le surprendre ? Bien entendu, c'est obligatoire. Le plus amusant est d'observer leurs réactions face à elle. Certains la prennent de haut, d'autres se montrent plus humains, même si certains ne l'étaient pas. Mais de la plupart, elle obtenait ce qu'elle voulait si ça pouvait lui être utile dans la vie a la rue.

Longtemps elle suivit cet homme, dont les pensées lugubres ne le quittaient sûrement pas. Puis un moment, enfin, il sembla remarquer sa présence. Alors elle quitta sa cachette et s'avança. La, elle le vit de près. Grand, il se dressait face à elle. Pendant quelques moments, aucun d'eux ne brisa le silence, elle le laissa l'observer. Au bout d'un certain temps, il parla, et la jeune fille ne tarda pas a répondre, sans lâcher son fameux sourire, ni la dague dans sa main droite, l'autre étant dissimulée à l'arrière de sa botte gauche.

-L'âge importe peu monsieur, dans n'importe quelles circonstances, et je pourrai vous retourner la question. Pour ma part, je vous espionnais, et depuis un bon moment déjà ! Monsieur ne fait vraiment pas attention à ce qui l'entoure ! Et puis d'abord, vous êtes qui ?

Elle agrémenta son dialogue par de petits sourires et haussements de sourcils et attendit qu'il lui réponde.
Revenir en haut Aller en bas
Këda
Hybride
avatar

Nombre de messages : 323
Âge : 22
Date d'inscription : 19/04/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  210 ans à sa mort
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Elle - Faire chanter le sang   Mar 2 Juil 2013 - 18:12


La jeune semie a dans sa main droite une lame. Il sourit à sa vue, doutant qu'elle puisse réellement le blesser avec si jamais il l'attaquait en premier. Elfe et humaine très certainement, vue la suffisance qu'il peut lire dans sa position et la malice qui brille dans ses yeux. Les mots qui raisonnent à ses oreilles se veulent... moqueurs ? Non pas. Mais il la sent légèrement supérieur :

 - L'âge importe peu monsieur, dans n'importe quelles circonstances, et je pourrai vous retourner la question. Pour ma part, je vous espionnais, et depuis un bon moment déjà ! Monsieur ne fait vraiment pas attention à ce qui l'entoure ! Et puis d'abord, vous êtes qui ?

 - L'âge importe beaucoup, au contraire. Surtout à ton âge jeune fille. Enfin, certes, je ne t'avais remarqué, je n'ai pas sentit près de moi un quelconque danger. Quant à celui que je suis, cela importe peu demoiselle. A ta place, je m'inquiéterais plus de cet air que je devais afficher il y a peu.

Il se sait traquer, et ne perd pas une seule parcelle de ses sens dans l'écoute du calme de la forêt, des êtres aux intentions neutres, ou tout du moins non menaçante. Il sait qu'elle, parce que oui, c'est une femme, le cherche en ce moment. Il sait qu'il ne doit rester immobile trop longtemps. Mais il se sait épuisé. Il n'a plus tant de force. Et si jamais il ne se repose pas, il risque de tomber. Sans pouvoir se relever. La fatigue l'accable tant qu'il pose une main sur l'épaule de la semie.

 - Ecoute moi, je... je suis épuisé, je ne tiens debout que par un miracle inexpliqué, connaîtrais-tu un endroit, une grotte, un arbre, un fleuve, où je pourrais me cacher rapidement ? Tu as l'air d'être depuis un moment dans les alentours, et comme tu as souligné mon inattention, j'ose espérer que tu n'en souffres pas toi aussi.

Et qu'elle ne tergiversera pas longtemps avant d’acquiescer ou de refuser. Il sert peut-être un peu fort l'épaule dans sa main, mais il ne peut la lâcher, pas maintenant. Il n'en a pas la force, pas le courage. Un sourire étire ses lèvres, et son regard se plante dans ses yeux.

 - Vois-tu, là, je suis presque entrain de te confier ma vie, alors que je ne te connais à peine, alors que tu pourrais peut-être me tuer, alors que tu es toi aussi un mélange de sang, une bâtarde. Je ne me trompe pas ? Elfe et humaine je dirais, à la vue de tes oreilles et de ton tempérament. Enfant des rues ?

La silhouette lui confirme ce qu'il pense, les muscles qu'il sent rouler sous ses doigts, et surtout, l'espionnage. Il avait, un jour, essayé de vive parmi eux. Mais même là, il avait été rejeté, parce que trop violent, parce que trop avide de sang, parce que trop peu compatissant, loyal. Envers un chef égoïste, faible, et arrogant. Il avait, un temps, voulu le tuer, mais il n'a malheureusement pas eu le temps pour accomplir son dessein. Il serait peut-être désormais à la tête d'un réseau, reconnu comme supérieur. Mais passons.

Il ne sait ce qu'il doit faire désormais. Attendre une réponse ? Elle est entièrement repue, éteinte. Il ne peut compter dessus, en cas de besoin. « Intéressant... Tu ne la voit donc plus comme une menace, mais comme un soutien. Tu ne la hais plus, tu la regrettes. C'est étrange non. Elle est donc d'une telle indispensabilité ? D'un tel confort pour ta vie ? Ironique, c'est Elle qui est la cause de ce que tu vis maintenant, tu le sais ? » Le regret. Non, certes non, pas le regret. Mais le peur sûrement, la peur de pouvoir s'éteindre là, sans aucune défense.

Il ne craint pas celle qu'il a devant lui, parce qu'il ne doute pas une seconde qu'il peut aisément la tuer. Mais plutôt celle qui doit être derrière lui à l'heure qu'il est, celle qui doit le traquer, sans relâche, celle qui doit espérer cet épuisement qui l'a envahit. Sa tête est prise dans un étau des plus désagréable. Ses muscles sont crispés, et ses bras commencent à trembler. Retirant sa main du bras de la jeune fille, il sert son poings, tentant de contenir ces convulsions tant bien que mal. Il doit dormir. Maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Saéline Maphelt
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 19
Âge : 19
Date d'inscription : 09/05/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  42 âge réel et en paraît 14
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Elle - Faire chanter le sang   Mar 2 Juil 2013 - 18:49

L'homme devant elle a l'air fatigué, très fatigué. Sa voix se perd lorsqu'il lui répond, elle se perd dans l'immensité de ce qui les entourent. La petite en avait conscience, et ça ne la faisait que sourire de plus belle. Ses yeux fixent tour à tour l'hybride devant elle et sa dague, que dans un geste rapide elle fait disparaître dans les nombreux recoins de sa tunique. Croisant les bras, et fronçant les sourcils, elle écouta ce que l'homme avait a dire.

 - L'âge importe beaucoup, au contraire. Surtout à ton âge jeune fille. Enfin, certes, je ne t'avais remarqué, je n'ai pas sentit près de moi un quelconque danger. Quant à celui que je suis, cela importe peu demoiselle. A ta place, je m'inquiéterais plus de cet air que je devais afficher il y a peu.

La, elle allait presque l'abandonner, elle perdait son temps avec cette homme, il n'était ni intéressant, ni drôle, et elle commençait a s'ennuyer de rester plantée la sans agir. C'est lorsqu'elle bougea son pied gauche afin de se retourner et de partir en direction des fourrées qui devenaient de plus en plus sombres qu'il posa sa main sur son épaule, l'emprisonnant ici dans une poigne qui se voulait forte, mais qui ne cachait pas sa fatigue. Elle fixa longuement cette même main, résistant à l'idée de la mordre jusqu'au sang, tout en écoutant son interlocuteur parler.

 - Ecoute moi, je... je suis épuisé, je ne tiens debout que par un miracle inexpliqué, connaîtrais-tu un endroit, une grotte, un arbre, un fleuve, où je pourrais me cacher rapidement ? Tu as l'air d'être depuis un moment dans les alentours, et comme tu as souligné mon inattention, j'ose espérer que tu n'en souffres pas toi aussi.

Ah...ça devenait plus intéressant déjà. Les yeux de la semis se mirent à pétiller avec la lueur de quelqu'un qui aime les aventures et les mystères. L'homme devant elle ne pouvait pas être fatigué simplement a cause d'une petite marche dans les bois. Et il ne demanderait pas l'aide d'une inconnue, en l'occurrence elle, au risque de se faire piller, en l'occurrence, ce qu'elle voulait absolument tenter. Derrière cet épuisement se trouvait une raison bien vivante...une poursuite peut-être? Une course contre la montre ? Bien entendu, la montre rattrape toujours son adversaire, même si il lui faut longtemps pour y parvenir, elle n'abandonne jamais. Néanmoins, lorsqu'il évoqua son "inattention", elle laissa échapper un grognement dédaigneux, suivi d'un petit rire.

 - Vois-tu, là, je suis presque entrain de te confier ma vie, alors que je ne te connais à peine, alors que tu pourrais peut-être me tuer, alors que tu es toi aussi un mélange de sang, une bâtarde. Je ne me trompe pas ? Elfe et humaine je dirais, à la vue de tes oreilles et de ton tempérament. Enfant des rues ?

Elle fut prise d'une petite once de fierté lorsqu'il dit qu'elle pourrait sûrement le tuer. Songeant a ce qu'il lui avait demandé plus tôt, elle reprit son sourire innocent et embrassa la forêt tout autour d'elle d'un grand geste de bras.

-Tout ceci est sûr. Il suffit de trouver l'endroit qui convient le mieux. Enfin, je peux reconnaître quelqu'un qui a vraiment besoin de dormir. Je ne connais pas de fleuves près d'ici, sinon je n'aurais déjà pas si soif. Les arbres....je les aime beaucoup, c'est très bien. Mais je connais une grotte pas loin, elle sera mieux, j'y ai habité un petit moment il y a quelques jours. Par-contre, il me faut quelque chose en échange, je ne donne pas le lieu de mes cachettes a un inconnu.

N'attendant même pas sa réponse, elle lui prit la manche et le fit avancer dans la forêt obscure sans lui laisser le temps de reprendre son souffle. Et tout en marchant, elle reprit :

-Tu as raison sur un point, tu ne me connais pas, ne fais pas d'observation trop hâtive sur moi. Je sens que tu es suivi, par qui, je m'en fiche. Comme je te l'ai dis, je ne montre pas mes cachettes a des inconnus, alors aurais-tu la gentillesse de me dire comment je peux t'appeler? Tant que tu ne me l'auras pas dis, je t'appellerai.....Franklin. Bien entendu Franklin, comme tu l'as très "intelligemment" remarque...je pourrai être tente de te voler quelques petites choses...

Et sans prononcer un mot de plus, elle le conduisit jusqu'à sa grotte, veillant à maîtriser sa peur du noir et sa terrible envie de fouiller l'hybride, afin de voir si elle pouvait en retirer quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Këda
Hybride
avatar

Nombre de messages : 323
Âge : 22
Date d'inscription : 19/04/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  210 ans à sa mort
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Elle - Faire chanter le sang   Mer 3 Juil 2013 - 11:00


Il est épuisé et sait qu'il ne va pas tarder à vaciller. L'enfant qui se tient devant lui n'a pas l'air effrayé. Elle le devrait ? Non, peut-être pas, il est trop faible en ce moment, Elle est loin, et elle ne connaît rien de lui. Normal qu'elle ne soit donc pas plus apeurée que cela. Elle paraît même quelque peu arrogante. Mais il n'est pas en mesure de lui donner de bonnes raisons de ne pas jouer avec lui. Pas pour le moment. Sa tête le lance horriblement, et il a l'étrange impression que ses yeux vont sortir de leurs orbites sous la pression qui étreint son crâne.

 - Mais je connais une grotte pas loin, elle sera mieux, j'y ai habité un petit moment il y a quelques jours. Par-contre, il me faut quelque chose en échange, je ne donne pas le lieu de mes cachettes a un inconnu.  

Il se laisse entraîner, trop peu réactif pour se dégager, et trop pressé de joindre cet endroit dont elle parle. Mais apparemment, la bonté gratuite n'est pas dans son caractère.

 - Ecoute moi, je n'ai rien. Rien qui puisse t'intéresser, tout m'a été pris, et ce depuis longtemps. Je ne sais ce que tu cherches exactement, même si tu cherches quelque chose, mais je n'ai ni... argent, ni quelconque objet de valeur sur moi.

 - Tu as raison sur un point, tu ne me connais pas, ne fais pas d'observation trop hâtive sur moi. Je sens que tu es suivi, par qui, je m'en fiche. Comme je te l'ai dis, je ne montre pas mes cachettes a des inconnus, alors aurais-tu la gentillesse de me dire comment je peux t'appeler? Tant que tu ne me l'auras pas dis, je t'appellerai.....Franklin. Bien entendu Franklin, comme tu l'as très "intelligemment" remarque...je pourrai être tente de te voler quelques petites choses...

 - Appelle moi donc Franklin, cela n'a peu d'importance au fond. Et quant au vol, fait donc, ne te gêne pas, je te répète encore que je n'ai rien. Fouille moi, fait ce que tu veux de mon corps lorsque je m'écroulerais, je n'en ai cure. Et si jamais tu ne voulais plus me conduire à cette grotte, je m'endormirai là.

Apparemment, cela ne refroidit nullement l'entrain de la semie, et ils arrivent bientôt devant une cavité rocheuse, quelque peu enfoncée dans le sol. Un instant, il se dit que c'est celle dans laquelle lui et Alexis avaient été enfermé. Mais lorsqu'il avance dans la pénombre, il sait que non. Celle-ci est plus petite. Sur son bras, la main de l'enfant se resserre. Peur ? Il ne sait.

Mais lorsqu'il s'arrête enfin, il tombe à genoux, se laissant aller contre la parois.

 - Est-ce que tu aimes les histoire ? Je pourrais t'en conter une, une fois reposé, si tu veux. J'ai... beaucoup d'histoire disons.

Sur ces paroles, ses yeux se ferment. Il sent son corps glisser lentement, puis s'affaisser sur le sol froid de la grotte. Non qu'il se sente en complète sécurité, mais il sait qu'il n'a pas d'autre alternative. Et que, quoiqu'il veuille faire, il n'en a pas les moyens. Pas plus que lorsqu'Elle le contrôle. Ayant attisé la curiosité de la semie, il espérait qu'elle ne tenterait rien dans son sommeil. L'espoir... Que de sottise. La caresse du repos vient le cueillir, doucement. Tout aussi doucement, il glisse dans l'inconscience.

Le noir. Rien de plus, rien de moins. Seulement et uniquement le noir. Le rêve peut-être. Mais plus de sensations. Non, rien. Le repos du corps et l'activation de l'esprit. Ce dernier crée des images, des histoires, comme celle qu'il a promis de conter. Des histoires et des vérités. Le rêve. Rien de plus, rien de de moins. Seulement et uniquement le rêve. Réel, palpable. Il rêve.

Revenir en haut Aller en bas
Saéline Maphelt
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 19
Âge : 19
Date d'inscription : 09/05/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  42 âge réel et en paraît 14
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Elle - Faire chanter le sang   Ven 19 Juil 2013 - 21:31

L'inconnu endormi, Saeline s'assit a son tour contre la paroi , en face de lui. Ramenant ses jambes contre son ventre, elle les enveloppa de ses deux bras et posa sa joue sur ses genoux. L'ennui la gagna vite, devoir rester la sans rien faire, de peur qu'il ne se réveille et veuille et se mette en tête l'idée d'explorer le fond de la grotte, ou étaient rassemblés quelques objets voles qu'elle avait trouvés sans valeur mais dont elle ne parvenait pas a se débarrasser.

Dehors, un vent froid s'était levé , et le son de cet élément a l'entrée de la grotte et entre les feuilles des arbres a l'extérieur produisait comme une voix. Comme la voix d'un mort. Le jour, ce bruit était familier a la jeune fille et l'amenait presque a chanter en accord avec le vent, mais la nuit, cela devenait bien plus qu'inquiétant, on ne voyait rien, aucun oiseau ne chantait, tout était noir et froid. Ses yeux étranges fixaient l'étendue sans couleur qui s'offrait a elle. Elle avait honte, honte d'une peur aussi idiote qu'elle avait attrape comme on attrape une maladie.

Perdue dans ses pensées, la respiration régulière de "Franklin" la ramena sur terre. Elle sursaute et le regarda attentivement.

-Tu es bien le seul que j'ai jamais héberge, Franklin. Je ne sais si c'est un privilège ou non. En tout cas c'est spéciale... Il me faudra un souvenir.

Sachant pertinemment qu'il ne l'avait pas entendue, plongé dans le sommeil ou il se trouvait, elle se mît sur les genoux et tâtonnant dans sa botte droite a la recherche de sa dague. Le contact du métal dur si familier lui arracha un sourire. Se relevant, elle détacha une chaîne de son cou et la mît dans sa main libre. S'approchant en silence de l'homme, elle s'accroupir près de lui, de façon à être exactement a la même hauteur que lui. Se penchant un peu, elle tendit sa main portant la dague vers l'homme qui, même s'il se trouvait là, était un parfait inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Këda
Hybride
avatar

Nombre de messages : 323
Âge : 22
Date d'inscription : 19/04/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  210 ans à sa mort
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Elle - Faire chanter le sang   Dim 28 Juil 2013 - 22:22

Peu à peu, il revient. Il sent le froid qui s'infiltre dans ses vêtements. Il sent la présence de la semie. Il ne sent plus cette fatigue, cette pointe qui s'enfonce dans son crâne, cette pression qui appuie sur ses yeux. Elle a disparut. Il est comme soulagé. Mais, il sent aussi qu'il n'est pas en sécurité, qu'il doit se réveiller, qu'il doit émerger. Pressentiment justifié. Quand il lève enfin ses paupières, le reflet de la lumière sur une lame l'aveugle momentanément. N'attendant pas de recouvrir la vue, il attrape le poignet sur la garde et plaque la lame sur la gorge de sa propriétaire.

 - C'est ainsi qu'on demande son histoire jeune demoiselle ? Ne t'a-t-on pas appris que ce n'était pas poli, et que ce n'était pas non plus le meilleur moyen de rester longtemps en vie ?

Un léger sourire passe sur ses lèvres. Il n'a plus parlé à une enfant depuis qu'il n'en est plus un lui même. Soit un bon siècle. Et il veut bien croire qu'en tant de temps le monde évolue, mais de là à n'apprendre pas à une enfant les dangers de menacer un inconnu, il a de gros doute. Que lui prend-elle de brandir ainsi une arme au dessus de lui lors de son sommeil ? Est-ce un jeu ? Un moyen d'évaluer ses capacités ? Il a là aussi quelques doutes. Mais désormais, il la tient. Et il n'est pas décidé à la lâcher. Bien qu'elle frappe le sol de ses pieds, qu'elle tente de le frapper ou qu'elle envoie sa tête dans sa mâchoire pour essayer de se dégager. Cette dernière action le met un instant dans une colère noire. Mais il se calme rapidement et resserre son étreinte.

 - Chut, je ne veux pas te faire de mal. Seulement te conter cette histoire que je t'avais promise. Là, tu vois...

Les mains de l'hybride enserrent les poignets blancs. Une pression et ses doigts s'ouvrent, laissant tomber la dague sur le sol. La lame tinte en rencontrant la pierre. La menace de l'acier envolée, il peut croiser ses bras devant elle, l'enfermant ainsi d'une manière plus solide et moins contraignante. Alors il prend de nouveau la parole. Il se souvient.

 - A ce moment, on m'appelait encore L'enfant. Nom qui ne m'a plus jamais été donné par la suite. J'avais alors réussit à m'incruster dans une communauté, un village chez les elfes pas loin de Linaëh, je doute que tu le connaisses. J'y suis arrivé un soir. Une petite fille m'y a pris sous son aile, en lisière de la forêt. Beaucoup trop épuisé et affamé pour refuser, chose que j'aurais fait en temps normal. Les jeunes gens ont cette tendance à l'innocence qui peut causer énormément de soucis par la suite. Elle m'a traîné jusque dans un bâtiment de son père, celui où il gardait les chevaux. Elle m'y a nourrit, comme elle aurait nourrit un oiseau qu'elle aurait récupéré lors d'une ballade, et qui serait tombé de son nid.
Le lendemain, quand son père m'a découvert, il ne m'a pas chassé à coup de fourche. Il n'a pas non plus essayé de me tuer, ni de me mutiler. Il m'a seulement dit qu'il préférerait me voir dormir dans une cabane qu'il avait construit pour sa fille, au bout des champs, qu'ici, à côté de ses étalons. Sur le moment, je n'y ai pas cru. Je pensais réellement qu'il allait me tuer durant la nuit, ou alors pire, une fois que j'aurais eu le dos tourné. Mais sur son visage, je lisais qu'il ne mentait pas, je ne voyais aucunement cette lueur de haine meurtrière au fond de ses yeux, seulement une grande lassitude et une bonté que je n'avais jamais vu de ma vie. Alors je l'ai remercié, plus que je n'avais jamais remercié personne. Il n'a rien répondu à cela, il est juste partit comme il était venu.
J'ai vécu dix ans dans cette cabane. Pendant ces dix années, j'ai aidé cette famille qui m'avait recueillit, du mieux que je pouvais alors le faire. J'ai arrangé le coin qu'ils m'avaient donné. Et je suis tombé amoureux. La jeune fille s'appelait Naëlya. Le jour où j'ai évoqué mon départ, elle a décréter vouloir me suivre. Elle voulait vivre avec moi, être en ma compagnie pour les siècle à venir et bien plus encore. Tu te doutes que son père, même dans sa plus grande bonté, n'a pas accepté du tout. Je connaissais son opinion sur le sujet avant même de l'avoir entendu. Mais elle espérait. C'est ainsi qu'elle est morte. A force d'avoir espéré. Parce que, lorsque je suis partie, elle m'a suivit. Et je l'ai tué. Je pense qu'ils ont sut que c'était moi. Mais aucun n'a essayé de me retrouver. Aucun ne m'a poursuivit.  


Un voile s'est installé devant ses yeux. Il n'est plus que mémoire. Mais lorsque sa voix se tait, il revient à lui. Dans la grotte, le corps chaud de la semie contre lui, il reprend la parole.

-  Elle te plaît cette histoire ? Parce que les autres que je pourrais te raconter sont similaires.

A l'évocation de ces souvenirs, Elle remue. Parce qu'Elle se souvient bien mieux que lui de cette aurore. Elle a jubilé quand l'elfe est tombée sous sa rage. Elle s'est délecté. Elle a sentit l'étendue de sa puissance. Immense. D'une grandeur à le faire pâlir. A le faire frémir d'effroi. Une étendue qu'il n'a jamais eu l'occasion d'éprouver. Si vaste. Si impressionnante.
Revenir en haut Aller en bas
Saéline Maphelt
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 19
Âge : 19
Date d'inscription : 09/05/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  42 âge réel et en paraît 14
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Elle - Faire chanter le sang   Ven 30 Aoû 2013 - 20:40

Le souffle chaud de l'homme lui chatouillait la joue, lui racontant l'histoire qu'elle avait demandée. Comment sa tentative innocente de prendre quelque chose sur lui en guise de souvenir s’était-elle transforme comme ça. Elle n'avait en aucun cas eu l'intention de lui nuire, mais effectivement...il est vrai que les apparences étaient contre elle. Enfin l'histoire se termina et après un petit silence, il ajouta:

-  Elle te plaît cette histoire ? Parce que les autres que je pourrais te raconter sont similaires.

La jeune fille s’efforça de répondre, la voix entrecoupée de longs efforts pour reprendre son souffle, qui lui était coupe a cause des bras de l'homme qui lui enserraient la cage thoracique assez fort.

-Toutes...les histoires me plaisent...qu'elles soient triste et morbide...ou alors joyeuse...et drôle...Mais la votre n'est rien de cela...c'est juste une histoire...et ça me convient parfaitement...c'est juste ...votre histoire, et je...n'ai en aucun cas le droit de vous juger la dessus, personne n'en a le droit a part vous...


Sa petite déclaration terminée, elle baissa la tête, tentant de reprendre son souffle. Ses cheveux lui tombaient devant le visage et ses pieds qui touchaient le sol ne faisaient rien pour tenter de la délivrer de l'emprise.

-Au  faite...je vous assure que je ne comptais rien vous faire tout a l'heure. Enfin rien de mal...je crois en tout cas. Ecoutez moi je vous prie, quand on est vagabonde comme moi on apprend très vite a se débrouiller seuls et on a pas besoin de l'aide des autres, du coup on a moins de compagnie...je devrais plutôt dire plus du tout même. Alors je ne voulais pas vous tuer ni vous blesser, seulement...et ne vous moquez pas s'il vous plait...vous prendre un peu de tissu ou je ne sais quoi en guise de souvenir...

Ouvrant et refermant la bouche elle se mordit la lèvre. Pourquoi avait-elle dit ça, il se moquerait sans doute d'elle, petite demi-elfe frêle et fragile, qui pourtant se voulait forte et courageuse. Alors, croisant les bras par dessus les siens, elle ajouta:

-Enfin après vous faites comme vous voulez, vous me croyez soit non, moi je m'en contrefiche royalement.

Ramenant une mèche derrière son oreille et ignorant les bras qui l’empêchaient encore de respirer normalement, elle attendit une réaction de sa part, se mordant la langue presque jusqu'au sang.
Revenir en haut Aller en bas
Këda
Hybride
avatar

Nombre de messages : 323
Âge : 22
Date d'inscription : 19/04/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  210 ans à sa mort
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Elle - Faire chanter le sang   Mer 4 Sep 2013 - 21:27

Une enfant. Elle n'est qu'une enfant. Mais si on ne se méfie pas, qui sait ce qui peut arriver ? Il a été élevé comme ça, seul, livré à soit même. Repoussé de tous. Et haït par les hommes. Il n'a rien fait pour le mériter, mais il suffit seulement d'être différent, d'inspirer une certaine crainte, pour devenir la cible d'un peuple. D'un village tout du moins. Parce que lorsque l'homme sent le danger, son premier réflexe est de s'en débarrasser. Il se trouve qu'il était le danger. Mais là, à son éveille, c'était elle. Alors oui, il l'a attrapée, et bloquée. La sincérité perce dans sa voix, et il sent qu'elle tremble. Un peu. Alors, il relâche son étreinte.

- Fais donc attention, petite semie. Les gens sont dangereux. Surtout quand ils sont de simples inconnus.

Lorsqu'il la regarde, il ne voit qu'une enfant égarée. Perdue, loin de chez elle. Comment a-t-elle put atterrir ici ? Aduram, certainement l'endroit le moins approprié pour elle. Il se souvient. Saufy. Elle aussi, traînait par ici. Quand il l'a rencontré. Fuyant son mariage. Et donnant sa vie. Est-ce ainsi que la semie doit finir ? Enfouie sous un arbre ? Tué par ses propres mains ? Peut-être, il ne le sait. N'a pas envie de savoir. Mais il est sûr cependant, de ne pas la tuer aujourd'hui. Parce qu'il n'en a pas envie. Parce qu'il est en fuite. Et qu'il n'a pas de temps à perdre avec ça. Pas plus qu'avec autre chose.

C'est étrange comme la proximité du danger lui plait. Parce qu'elle lui donne à réfléchir. Parce qu'elle le pousse dans ses retranchements. Test ses limites. Le met sans arrêt au défi. De mieux faire. Et de survivre. Un jeu pour la survie. Un jeu auquel il jouait depuis tellement longtemps. Un jeu qu'il connaissait par cœur. Mais voilà, quelqu'un a changé les règles. Changé le jeu. Désormais, il n'est plus seul. Seul avec Elle s'entend. Ses pensées s'égarent un moment. Il la revoit, comme lorsqu'il l'a vue à la lisière de la forêt. Elle respirait la solitude. La traque. Et l'habitude. D'ordinaire, il n'aime pas les habitudes. Cependant, celle ci est différente.

Un raclement de gorge de l'enfant le fait revenir à lui. Il a peut-être serré un peu fort, au début. Et alors ? N'était-elle pas sensée être forte, ne pas supplier ? Quand on faisait ces choix, il n'était pas possible de revenir dessus. Ce serait trop simple. Beaucoup trop simple. Alors, comme il n'a que très peu cure de son état, et que son comportement l'agace un brin, il ne relève pas le raclement de gorge.

- Tu cherches quoi ici au juste ? La solitude ? Un ami ?

Il ne sait pourquoi mais son attitude le gêne. Une enfant qui a du grandir. Une enfant qui a du subitement devenir indépendante. Et autonome. Non que ce ne soit possible, preuve en est de lui. Plutôt qu'à son âge, il devait faire les mêmes erreurs. Mais il a appris de ces erreurs. Parce que les autres ne lui ont pas fait de fleur. Ne l'ont pas choyé. Et protégé. Jamais, non.
Revenir en haut Aller en bas
Saéline Maphelt
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 19
Âge : 19
Date d'inscription : 09/05/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  42 âge réel et en paraît 14
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Elle - Faire chanter le sang   Sam 5 Oct 2013 - 15:45

Saéline  est une enfant, mais d'une autre part elle ne l'est pas, ne l'est plus, ne l'a jamais été. Elle ne sait pourquoi et comment elle a évolué ainsi, abandonnant toute personne pour ne plus vivre que seule, se cacher. Elle sait que sa force n'est pas suffisante pour survivre dans ce milieu et pourtant elle vit. Elle ne s'amuse pas pour vivre, elle vit pour s'amuser.

- Fais donc attention, petite semie. Les gens sont dangereux. Surtout quand ils sont de simples inconnus.  

La fille qui, partout ou elle passe se fait appeler "La Gamine" par des gens pas beaucoup plus intelligent qu'elle, et qui ne connait pas la peur ni la déprime lui sourit. Un sourire empli d'un mélange de savoir, de sarcasme et ...oui c'est ca...une petite parcelle de sincérité.

-Tout les gens sont de simples inconnus pour moi. Personne ne me connaît, je ne suis qu'un vagabonde. Une enfant des rues. Sale dégoûtante. Personne ne pense a moi en ce moment. Personne ne pensera jamais a moi. Et je m'y suis habituée, même si quelquefois je me demande a quoi aurait ressemblait ma vie si je n'étais pas devenue ce que j'étais.
Malgré ce que tu peux croire, étranger, je me plais aussi, j'aime bien cette vie et je ne suis pas triste.

Elle remonta sa ceinture de cuir, ramassa ses dagues et les cacha d'un mouvement rapide sur elle. Ensuite, elle enleva ses bottes de cuir, prit sa gourde et fit couler de l'eau froide sur ses pieds nus qui avait quelques petites entailles qu'elle s'appliqua a nettoyer.

-Ce que je cherche ici? Rien. Rien du tout. Je ne fais que marcher, car je n'ai que ça a faire pour ne pas m'ennuyer. Je recherche une vengeance qui ne pourra jamais être exécutée. Je recherche un ami mort. Je recherche l'impossible.
Mais...je pourrais te poser la même question, que faisais-tu ici, dans la foret, épuisé comme tu l'étais.


En disant cela, elle se releva, ne prenant pas la peine de remettre ses chaussures, faisant voler  ses cheveux dans le vent qui s'engouffrait dans la grotte.
Revenir en haut Aller en bas
Këda
Hybride
avatar

Nombre de messages : 323
Âge : 22
Date d'inscription : 19/04/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  210 ans à sa mort
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Elle - Faire chanter le sang   Dim 6 Oct 2013 - 19:00


Elle lui dit que pour elle, tout les gens sont des inconnus. Et qu'en plus de ça, elle est heureuse. Ou qu'elle n'est pas triste, du moins. Mais comment peut-elle être heureuse ? Non, elle se voile la face. Forcément. Enfant qui n'a jamais eu d'enfance. Forcément, ça doit jouer. Et plus qu'un peu. Parce qu'elle se veut forte, elle se veut grande, elle se veut libre. Et elle se veut heureuse. Mais ce ne sont que des volontés, pas des vérités. Elle construit entièrement sa réalité. Comme une bulle à l'intérieur de d'une autre bulle. Mais se créer ainsi une autre conception des choses est dangereux. Surtout quand on s'y prend. L'illusion devient alors réelle, et tout ce qui en sort est comme inconnu.  

 - Ne soit pas si sûre de toi, un jour tu te rendras compte. Un jour tu ouvrira les yeux. Et ce jour là, tu sauras. Tu sauras que tu n'es jamais en sécurité nulle part. Tu sauras que tu ne peux être seule en étant si faible. Parce que nous sommes tous faibles. Et ne me dis pas non. Tu le sais, n'est-ce pas. Alors au lieu de voir ce que tu veux voir, vois ce qui est.

Et voilà qu'elle le questionne sur ce qu'il fait ici. Logique, elle lui répond, l'imite, lui rend la pareil. Comportement humain. Rien d'affolant, rien d'étrange. Cependant, il ne peut lui répondre. Il ne veut lui répondre. Parce qu'elle est jeune, enfant, et parce qu'il ne veut pas rester. Parce qu'il va partir, et que toutes tentatives pour le suivre se soldera par un échec.

-  Il vaut mieux pour toi ne pas savoir. Et puis, qu'importe, je suis un inconnu, tu n'as pas à te préoccuper de moi. Continue donc à chercher ta vengeance, que je continue à faire ce que je fais.

Il n'est pas aimable, loin de là. Mais ce mensonge qu'elle construit l'énerve. Il l'enquiquine. Parce qu'il sait que c'est un mensonge, mais qu'elle s'évertue à le faire passer pour vrai. Peut-être y croit-elle elle-même. Lui n'y crois pas. Alors il aimerait qu'elle arrête de s'escrimer à le lui faire gober. Elle s'est levé dans la grotte, mais elle n'est pas bien haute. Et lorsqu'il se lève à son tour, il la dépasse largement. Il doit reprendre sa route, ou elle va finir par le penser réellement idiot.
Revenir en haut Aller en bas
Saéline Maphelt
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 19
Âge : 19
Date d'inscription : 09/05/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  42 âge réel et en paraît 14
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Elle - Faire chanter le sang   Dim 6 Oct 2013 - 21:07

Saéline observa l'homme, l'inconnu qui se tenait devant elle d'un oeil nouveau. Il lisait en elle comme dans un livre ouvert. Disait tout, sans savoir. Ne faisait que porter des idées sur elle. Il lui affirme qu'un jour elle se rendra compte que sa vie n'est que mensonge. Mais il ne se doute pas que ce jour, elle l'a déjà vécu, qu'elle a déjà compris que sa vie n'était rien.

-Ce n'est pas moi qui vais vous retenir, vous n'êtes pour moi qu'une personne que j'ai aidé. Lorsque je vous ai vu vous éiez épuisé, prêt a tomber dans les bras de la première personne venue. Heureusement que vous êtes tombé sur moi. Je vous ai montré ma grotte, le seul endroit qui représente un chez moi, vous vous êtes reposés et maintenant vous vous tenez face a moi, en pleine forme.

Elle s'approche de l'entree et fixe le soleil qui montre légèrement, petit a petit ses rayons parmi les feuilles des arbres.

-Peut etre nous reverrons nous un jour Monsieur.

La jeune semie lui sourit, de son éternel sourire moqueur.

-Pour ma part je vais vaquer a mes occupations, je vais piller, je vais tuer, je vais m'amuser. Faites comme bon vous semble mais ne me dérangez pas dans ma vie. Croyez moi ou non, j'aurais le dernier mot, ma vie m'appartient et me va parfaitement !!!

Sur ces paroles insignifiantes et bien caractéristique d'elle-même, elle sortit de la grotte, et disparut dans la fôret.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elle - Faire chanter le sang   

Revenir en haut Aller en bas
 
Elle - Faire chanter le sang
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa
» Sadaka D.Lantern [Terminer]
» La Lune n’a rien à craindre des Loups…
» La diaspora ne peut-elle faire un pas plus qualitatif ?
» On ne sait jamais qu'est-ce qui se passe dans les classes de Wynwood (Tori J. Patterson)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ITHRI'VAAN :: Les Terres Sauvages :: La Forêt d'Aduram-
Sauter vers: