Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Les Épîtres de Maître Corbeau

Aller en bas 
AuteurMessage
Blanche d'Ancenis
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1042
Date d'inscription : 21/07/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans. Dans ces zones là.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Les Épîtres de Maître Corbeau   Mar 30 Juil 2013 - 21:07

Ainsi fut remise en main propre par homme de loi et de justice, la lettre ci-présente.

Maître Corbeau a écrit:
A Sa Seigneurie et son Honneur, Jérôme de Clairssac, baron d'Etherna, seigneur D'Hiviène, Maréchal des Marches du Nord de juste droit, etc., etc. 

Cher ami, il est su de tous de quelle façon un obscure intrigant du Mervalois, Messer d'Angleroy, nommé par oncques ne sait Chancelier à la Cour et un vil inconnu du nom d'Argoth, adoubé Sénéchal du royaume par on ne sait quelle autorité, firent preuve de renardie pour placer sur le trône un enfant roy, qui à n'en pas douter sert les intérêts de ces vils gens et de leurs propres vues sur le royaume. Faut-il y voir la main de la dame Arsinoé, désireuse d'assoir sa descendance sur le trône ? Par quels moyens a-t-elle acheter ses hommes et ses épées ? Cela me donne grande honte et m’afflige grande tristesse de voir de quelles façons ces gens veulent nous diriger.

Il nous est dolent de voir dans quel état est tombé le royaume de notre feu roy Eliam, qu'avait jadis tenté de protéger feu l'Ivrey, ce preux. Et comment l'intrigance de mauvaises gens règne à présent parmi la gent de Diantra, aux mains d'une femme qui se prétend sans aucuns droits régente du royaume. Plutôt que de s'en remettre à leurs pairs, hauts seigneurs et gens de renom, preux défenseurs du Royaume, ces trois personnes ont manigancées dans l'ombre pour assouvir leurs desseins et leurs intérêts, risquant ainsi de conduire à l'éclatement du royaume et aux affres, jadis connus, de la Guerre Civile. Nous Blanche, aisnée d'Ancenis, Comtesse de Velteroc et Baronne d'Hautval, croyons qu'il n'est nul mieux placé que la bonne noblesse de la Péninsule pour décider de qui doit la diriger et que comme aux temps jadis, celle-ci doit se réunir pour débattre de qui est le plus à même de protéger le royaume, c'est à dire de garder intacte l'unité de la Péninsule.

J'en appelle à votre amitié, beau doux sire, qui êtes connu comme homme de bien et d'honneur, et respecté et admiré de tous pour cela, de nous rejoindre à Ancenis avec les autres seigneurs, à la première ennéade du mois de Verimios, afin que soit débattu dans le temps, la paix et l'intérêt de tous, et dans la noblesse réunie, de quel seigneur doit monter sur le trône. 

Que les Cinq veillent sur vous et les vôtres.

Blanche d'Ancenis, Comtesse de Velteroc et Baronne de Hautval.


Dernière édition par Blanche de Hautval le Mar 30 Juil 2013 - 21:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Blanche d'Ancenis
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1042
Date d'inscription : 21/07/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans. Dans ces zones là.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Les Épîtres de Maître Corbeau   Mar 30 Juil 2013 - 21:31

Ainsi fut remise en main propre par homme de loi et de justice, la lettre ci-présente.

Maître Corbeau a écrit:
A Son Altesse et sa Seigneurie,  Asdrubal de Soltariel , Duc de Soltariel, Illustre Mercanti du Ponant, Grand Thaumaturge du Souffle de Saphir, et son Altesse, La Grande Dame, Margot de Solatriel, Matriarche de la Gens Soltarii-Berontii, etc, etc.

Chère dame, cher sire, il est su de tous de quelle façon un obscure intrigant du Mervalois, Messer d'Angleroy, nommé par oncques ne sait Chancelier à la Cour et un vil inconnu du nom d'Argoth, adoubé Sénéchal du royaume par on ne sait quelle autorité, firent preuve de renardie pour placer sur le trône un enfant roy, qui à n'en pas douter sert les intérêts de ces vils gens et de leurs propres vues sur le royaume. Faut-il y voir la main de la dame Arsinoé, désireuse d’asseoir sa descendance sur le trône ? Par quels moyens a-t-elle acheter ses hommes et ses épées ? Cela me donne grande honte et m’afflige grande tristesse de voir de quelles façons ces gens veulent nous diriger.

Il nous est dolent de voir dans quel état est tombé le royaume de notre feu roy Eliam, qu'avait jadis tenté de protéger feu l'Ivrey, ce preux. Et comment l'intrigance de mauvaises gens règne à présent parmi la gent de Diantra, aux mains d'une femme qui se prétend sans aucuns droits régente du royaume. Plutôt que de s'en remettre à leurs pairs, hauts seigneurs et gens de renom, preux défenseurs du Royaume, ces trois personnes ont manigancées dans l'ombre pour assouvir leurs desseins et leurs intérêts, risquant ainsi de conduire à l'éclatement du royaume et aux affres, jadis connus, de la Guerre Civile. Nous Blanche, aisnée d'Ancenis, Comtesse de Velteroc et Baronne d'Hautval, croyons qu'il n'est nul mieux placé que la bonne noblesse de la Péninsule pour décider de qui doit la diriger et que comme aux temps jadis, celle-ci doit se réunir pour débattre de qui est le plus à même de protéger le royaume, c'est à dire de garder intacte l'unité de la Péninsule.

Je vous prie, vos altesses, connus de tous comme grands soleils illuminant les uns et les autres de leur sapience, de nous rejoindre à Ancenis avec les autres seigneurs, à la première ennéade du mois de Verimios, afin que soit débattu dans le temps, la paix et l'intérêt de tous, et dans la noblesse réunie, de quel seigneur doit monter sur le trône. 

Que les Cinq veillent sur vous et les vôtres.

Mes amitiés, Blanche d'Ancenis, Comtesse de Velteroc et Baronne de Hautval.
Revenir en haut Aller en bas
Blanche d'Ancenis
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1042
Date d'inscription : 21/07/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans. Dans ces zones là.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Les Épîtres de Maître Corbeau   Mar 30 Juil 2013 - 23:04

A l'attention du Baron de Sybrondil, Maciste d'Aphel

Maître Corbeau a écrit:
A Sa Seigneurie et son Honneur, Maciste d'Irún, Prince estreventin, Baron de Sybrondil, Régent de la cité d'Aphel, Maître de l'Hoirie, Tuteur du comte Alastein de Systolie, ce dernier seigneur d’Ydril, etc., etc.


Cher sire, il est su de tous de quelle façon un obscure intrigant du Mervalois, Messer d'Angleroy, nommé par oncques ne sait Chancelier à la Cour et un vil inconnu du nom d'Argoth, adoubé Sénéchal du royaume par on ne sait quelle autorité, firent preuve de renardie pour placer sur le trône un enfant roy, qui à n'en pas douter sert les intérêts de ces vils gens et de leurs propres vues sur le royaume. Faut-il y voir la main de la dame Arsinoé, désireuse d'assoir sa descendance sur le trône ? Par quels moyens a-t-elle acheté ses hommes et ses épées ? Cela me donne grande honte et m’afflige grande tristesse de voir de quelles façons ces gens veulent nous diriger.

Il nous est dolent de voir dans quel état est tombé le royaume de notre feu roy Eliam, qu'avait jadis tenté de protéger feu l'Ivrey, ce preux. Et comment l'intrigance de mauvaises gens règne à présent parmi la gent de Diantra, aux mains d'une femme qui se prétend sans aucuns droits régente du royaume. Plutôt que de s'en remettre à leurs pairs, hauts seigneurs et gens de renom, preux défenseurs du Royaume, ces trois personnes ont manigancées dans l'ombre pour assouvir leurs desseins et leurs intérêts, risquant ainsi de conduire à l'éclatement du royaume et aux affres, jadis connus, de la Guerre Civile. Nous Blanche, aisnée d'Ancenis, Comtesse de Velteroc et Baronne d'Hautval, croyons qu'il n'est nul mieux placé que la bonne noblesse de la Péninsule pour décider de qui doit la diriger et que comme aux temps jadis, celle-ci doit se réunir pour débattre de qui est le plus à même de protéger le royaume, c'est à dire de garder intacte l'unité de la Péninsule.

Je vous prie, beau sire, révélé comme homme de bien et d'honneur, et respecté et admiré de tous pour cela, soucieux de la pérennité de notre Royaume, de nous rejoindre à Ancenis avec les autres seigneurs, à la première ennéade du mois de Verimios, afin que soit débattu dans le temps, la paix et l'intérêt de tous, et dans la noblesse réunie, de quel seigneur doit monter sur le trône.

Que les Cinq veillent sur vous et les vôtres.

Blanche d'Ancenis, Comtesse de Velteroc et Baronne de Hautval.



Ci-joint la lettre qui fut remise au Baron de Missède.

Maître Corbeau a écrit:
A Sa Seigneurie et son Honneur, Viktor de Missède, baron de Missède, seigneur d'Ethin et de Chirad, Protecteur de la Grand Bibliothèque, etc., etc. 

Cher sire, il est su de tous de quelle façon un obscure intrigant du Mervalois, Messer d'Angleroy, nommé par oncques ne sait Chancelier à la Cour et un vil inconnu du nom d'Argoth, adoubé Sénéchal du royaume par on ne sait quelle autorité, firent preuve de renardie pour placer sur le trône un enfant roy, qui à n'en pas douter sert les intérêts de ces vils gens et de leurs propres vues sur le royaume. Faut-il y voir la main de la dame Arsinoé, désireuse d'assoir sa descendance sur le trône ? Par quels moyens a-t-elle acheter ses hommes et ses épées ? Cela me donne grande honte et m’afflige grande tristesse de voir de quelles façons ces gens veulent nous diriger.

Il nous est dolent de voir dans quel état est tombé le royaume de notre feu roy Eliam, qu'avait jadis tenté de protéger feu l'Ivrey, ce preux. Et comment l'intrigance de mauvaises gens règne à présent parmi la gent de Diantra, aux mains d'une femme qui se prétend sans aucuns droits régente du royaume. Plutôt que de s'en remettre à leurs pairs, hauts seigneurs et gens de renom, preux défenseurs du Royaume, ces trois personnes ont manigancées dans l'ombre pour assouvir leurs desseins et leurs intérêts, risquant ainsi de conduire à l'éclatement du royaume et aux affres, jadis connus, de la Guerre Civile. Nous Blanche, aisnée d'Ancenis, Comtesse de Velteroc et Baronne d'Hautval, croyons qu'il n'est nul mieux placé que la bonne noblesse de la Péninsule pour décider de qui doit la diriger et que comme aux temps jadis, celle-ci doit se réunir pour débattre de qui est le plus à même de protéger le royaume, c'est à dire de garder intacte l'unité de la Péninsule.

Je vous prie, beau doux sire, qui êtes connu comme homme de bien et d'honneur, et respecté et admiré de tous pour cela, de nous rejoindre à Ancenis avec les autres seigneurs, à la première ennéade du mois de Verimios, afin que soit débattu dans le temps, la paix et l'intérêt de tous, et dans la noblesse réunie, de quel seigneur doit monter sur le trône. 

Que les Cinq veillent sur vous et les vôtres.

Blanche d'Ancenis, Comtesse de Velteroc et Baronne de Hautval.



Ci-joint la lettre qui fut remise à l'Archonte d'Ydril

Maître Corbeau a écrit:
A Sa Seigneurie, Altiom d'Ydril, Archonte d'Ydril, Grand Vainqueur de l'Hydre, etc., etc.


Cher sire, il est su de tous de quelle façon un obscure intrigant du Mervalois, Messer d'Angleroy, nommé par oncques ne sait Chancelier à la Cour et un vil inconnu du nom d'Argoth, adoubé Sénéchal du royaume par on ne sait quelle autorité, firent preuve de renardie pour placer sur le trône un enfant roy, qui à n'en pas douter sert les intérêts de ces vils gens et de leurs propres vues sur le royaume. Faut-il y voir la main de la dame Arsinoé, désireuse d'assoir sa descendance sur le trône ? Par quels moyens a-t-elle acheter ses hommes et ses épées ? Cela me donne grande honte et m’afflige grande tristesse de voir de quelles façons ces gens veulent nous diriger.

Il nous est dolent de voir dans quel état est tombé le royaume de notre feu roy Eliam, qu'avait jadis tenté de protéger feu l'Ivrey, ce preux. Et comment l'intrigance de mauvaises gens règne à présent parmi la gent de Diantra, aux mains d'une femme qui se prétend sans aucuns droits régente du royaume. Plutôt que de s'en remettre à leurs pairs, hauts seigneurs et gens de renom, preux défenseurs du Royaume, ces trois personnes ont manigancées dans l'ombre pour assouvir leurs desseins et leurs intérêts, risquant ainsi de conduire à l'éclatement du royaume et aux affres, jadis connus, de la Guerre Civile. Nous Blanche, aisnée d'Ancenis, Comtesse de Velteroc et Baronne d'Hautval, croyons qu'il n'est nul mieux placé que la bonne noblesse de la Péninsule pour décider de qui doit la diriger et que comme aux temps jadis, celle-ci doit se réunir pour débattre de qui est le plus à même de protéger le royaume, c'est à dire de garder intacte l'unité de la Péninsule.

Je vous prie, beau doux sire, qui êtes connu comme homme de bien et d'honneur, et respecté et admiré de tous pour cela, de nous rejoindre à Ancenis avec les autres seigneurs, à la première ennéade du mois de Verimios, afin que soit débattu dans le temps, la paix et l'intérêt de tous, et dans la noblesse réunie, de quel seigneur doit monter sur le trône. 

Que les Cinq veillent sur vous et les vôtres.

Blanche d'Ancenis, Comtesse de Velteroc et Baronne de Hautval.
Revenir en haut Aller en bas
Jérôme de Clairssac
Humain
avatar

Nombre de messages : 1113
Âge : 40
Date d'inscription : 10/01/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Les Épîtres de Maître Corbeau   Jeu 1 Aoû 2013 - 16:59

Les bagages terminées et prêt à partir, laissant cette nouvelle demeure qu'il appréciait et espérant y revenir, Jérôme se trouvait proche des écuries à l'arrière lorsqu'un émissaire arriva en courant, dégoulinant de sueur en raison de sa course. Il déposa un pli entre les mains du baron. En regardant le sceau qui fermait le courrier, il constata qu'il s'agissait de celui de Hautval. C'était donc surement Blanche qui lui écrivait avant son départ. Elle avait eut de la chance, quelques instants plus tard et le pauvre coursier aurait du parcourir plus de terrain avant de pouvoir lui remettre. Le seigneur de Bastylle le décacheta et parcouru les mots qui étaient couchés sur le vélin. Il souleva un sourcil en voyant le terme de maréchal, qu'était ce donc que cela ? Il continua sa lecture. Elle demandait à Jérôme de se présentait à Ancenis au début du mois de Vérimios afin de discuter de l'avenir du royaume. Le baron était sur le point de quitter la basilique lorsque Blanche avait entamé son monologue passionné, il savait donc quelle était la position de son amie envers la marquise de Sainte Berthilde. Quel échec que tout cela, c'était bien attristant. La date se trouvait fort loin à son gout, il était évident qu'il y aurait déjà eut bien des choses qui se seraient passé et peut être qu'il serait dans l'impossibilité d'y aller mais rien ne l'empêcher de répondre favorablement et voir ou il serait et sa position au moment de l'entretien.

Retardant un peu son départ, il demanda un parchemin, une plume et de l'encre et il répondit à la baronne de Hautval


Citation :
A sa grandeur, Blanche d'Ancenis, Comtesse de Velteroc et Baronne de Hautval

J'ai pris connaissance de vos mots et je vous annonce que j'étais encore présent dans la basilique lors de votre prise de parole. Je ne sais si vous êtes parvenue à toucher le cœur des nobles de l'assistance et à les gagner à votre cause. En tant qu'ami, si j'ai la possibilité d'être présent lors de votre réunion, je le serais. Pourtant permettez moi, vu la date éloignée que vous annoncez, de penser que beaucoup de choses ss seront déjà passées, à moins que la fin de l'automne ne donne un répit.

Pardonnez moi ma réponse des plus courtes mais je suis fort affligé des évènements et crains le pire pour ceux à venir. Que les cinq veillent sur le royaume et Néera nous apporte sa sagesse afin de sortir de cette crise de la meilleure des façons.

Je prie aussi pour vous et votre famille, que les cinq les préserves.

Jérôme de Clairssac, Baron d'Etherna, Seigneur de Bastylle et d'Hyviène
Revenir en haut Aller en bas
Altiom d'Ydril
Humain
avatar

Nombre de messages : 638
Âge : 24
Date d'inscription : 28/08/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 32
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Les Épîtres de Maître Corbeau   Mar 13 Aoû 2013 - 19:34

Comme il était de coutume, le destin s'amusait en ce jour à précipiter les choses après des mois d'un calme relatif. Pris dans la tourmente, l'archonte avait fait son possible pour rester fidèle à ses principes, se refusant à suivre d'autre voie que la paix, ne prêtant allégeance ni aux usurpateurs, ni à la coterie qui déjà semblait s'organiser pour les déchoir de leur piédestal. Mais pourtant il devrait choisir. Apostrophé en plein couloir par un grouillot à la livrée des Ancenis, alors qu'il détalait justement vers les quartiers de Nimmio, le suderon fut bien forcé de s'arrêter lire la missive que le bougre lui tendait.
- Ma parole ces nobles... toujours obligés d'en faire trois tartines pour une bête convocation. Ramène tes jambons, toi! fit-il au messager en repartant fissa vers ses appartements. Y reprenant sa plume encore humide, et retournant la lettre sur son recto pour gagner du temps, il s'affaira à sa réponse.
Tioum-tioum a écrit:
Votre Grandeur et Honneur, pardonnez l'économie de vélin et de mots, le temps m'est des plus précieux. Je vous assure de faire mon possible pour vous rejoindre, ou si les événements m'y contraignent vous envoyer un émissaire de confiance. La Damedieu vous garde, vous et les vôtres.
Altiom d'Ydril
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Asdrubal de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 91
Âge : 24
Date d'inscription : 16/02/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 37 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Les Épîtres de Maître Corbeau   Jeu 22 Aoû 2013 - 16:12

    « A sa grandeur Blanche de Hautval, Comtesse de Velteroc et Baronne de Hautval.

    Nous sommes grandement satisfaits de voir ainsi que toute la noblesse n'a pas encore oubliée ce qui signifie l'honneur et nous saluons votre initiative des plus louables. Mon époux n'est pas encore au courant de vos projets et s'il nous revient suffisamment tôt je ne manquerais pas de l'informer de votre ambition à la quelle je suis certaine qu'il se joindra de bon cœur. Si toutefois il n'était pas en mesure de répondre favorablement à votre invitation, soyez assurée que Soltariel enverra tout de même un délégué de confiance. Je ne puis moi-même me déplacer, à mon grand regret, et souhaites de tout cœur la réussite de votre ambitieux projet.

    Que les Cinq veillent sur vous et sur le Royaume.

    Margot de Soltariel, Grande Dame, Duchesse de Soltariel et Première-Née des Berontii.
     »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Épîtres de Maître Corbeau   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Épîtres de Maître Corbeau
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: PÉNINSULE :: Diantra-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: