Partagez | 
 

 À bord du Quinteux Tourtiaulx

Aller en bas 
AuteurMessage
Erol
Humain
avatar

Nombre de messages : 42
Âge : 29
Date d'inscription : 20/03/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 33 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: À bord du Quinteux Tourtiaulx   Jeu 12 Sep 2013 - 17:25

Ainsi commençait la croisière de Tournebroigne. Malade les premiers jours, il avait gardé le lit fort longtemps, ses journées rythmée par le vin qu'il buvait, et qu'il vomissait peu après. Il avait délaissé le Kjall, incapable de tenir une partie tout du long, lorsque les spasmes le prenaient, et qu'il dégobillait abondamment par dessus le bastingage. Jamais marin, ayant au mieux accompagné feu son beau cheval Slobodan IV sur le bac de Poëlh-Jaqc, les légers clapotis d'une olienne douce et calme l'avaient mis dans touts ses états. Quel marin ne pouvait se gausser de le voir si misérable, alors que tous jouissaient de l'été indien méridional ? Les maux de notre homme avaient toutefois finit par se calmer, les nausées cessant de se répandre comme de petits cailloux semés dans le sillage du Quinteux Tourtiaulx, sur son long périple vers Nelen.

Remis, Tournebroigne galamment amusait la galerie faisant pleuvoir les flèches sur de grands goélands. Autour de lui, quelques matelots avaient délaissé leur besogne, pour admirer l'habile archer harceler les volatiles. Destiné à tromper l'ennui, le ballot de flèches précédemment acquis par Erol était désormais devenu son gagne pain. Sur chacun de ses tirs les marins misaient, et malgré leurs pertes recommençaient toujours, tant le défi paraissait insurmontable. Les voila qui offraient dix écus pour qu'il en touche deux d'une seule dondaine, et les autres de demander à ce que l'oisel soit embroché une seconde fois, avant d'atteindre la mer.

Ce spectacle bien bateau accueillait en son milieu son homonyme. Du haut de ses sept pieds, Bato - c'était son nom - devait être un des seuls à dominer ce grand escogriffe de Tournebroigne. Évidemment, ses parents ne l'avaient nommé ainsi (quoiqu'on pouvait s'y attendre, venant de sauvages), mais c'est le premier mot qu'il avait prononcé, repêché sur une épave il y a deux ans de cela. Durant sa longue dérive en mer, le soleil lui avait fondu la cervelle, et aujourd'hui, homme fait, fort comme un buffle, il conservait une docilité déconcertante. Erol avait rapidement vu du potentiel chez cette force de la nature, et se l'était adjugé comme gorille par quelques menues tranches de fromage. À la proue du navire, ce concours d'archerie n'avait été initialement mu que par l'envie d'amuser Bato, lequel riait bêtement lorsque les oiseaux desquamaient.

Les vagissement poupins du monstrueux négrillon n'auraient sur toutefois étouffer les éclats du Kjall, qui se jouait non loin, comme les mains colossales du potelé moricaud en auraient étouffés les joueurs. Riche de cette pauvre observation, Erol cessa son manège pour gagner le jeu, bien certain que les fiers à bras le seraient moins, voyant ceux du gorille. "Ami Aedán! comme vous voila, c'est Bato." apostropha-t-il son compère en désignant son garde du corps, lequel dévoila une parfaite dentition.

Revenir en haut Aller en bas
Aedán de Vercombe
Humain
avatar

Nombre de messages : 59
Âge : 146
Date d'inscription : 29/07/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: À bord du Quinteux Tourtiaulx   Ven 13 Sep 2013 - 6:27

Répondirent au sourire de cannibale du bon Bato ceux, moins pimpants, des marins qui, désormais, formaient la cour du chevalier de Vercombe. Ce dernier, précédé de sa réputation d'amant de la reine des fées, avait su faire fructifier l'admiration que lui portaient quelques mousses ribauds pour réunir autour de lui une riante coterie. Ces gens-là se régalaient des contes du légendaire jouteur et, à la fréquenter, se découvraient des manières de milords. Dans une certaine mesure. Ainsi, c'était aux bons conseils d'Aedán qu'ils s'étaient remis pour comprendre la résistance insensée dont avait fait preuve la virago. Loin d'apprécier à sa juste valeur les doigts crapoteux qui s'en étaient aller courir sous ses jupons, elle avait juré, craché, pesté, mordu même! Une fieffée salope, en somme.

Néanmoins, tout s'éclaira lorsqu'on apprit les origines honteuses de Danaé de Caïssa. Thaar! Alors, le Preux entreprit de souffler à l'équipage les terribles secrets de la noblesse estréventine. Acoquinée avec les démons du Puy, elle s'accouplait avec force nigromanciens lors de sordides sabbats rythmés par les cris dissonants des légions de goules échappées de leurs tombeaux. Là, elle se livrait au culte d'idoles blasphématoires, jurait fidélités aux noirauds et conspirait contre le royaume des Hommes.

De Vercombe réalisa alors quelle erreur avait été la sienne lorsqu'il s'était figuré qu'Alcide Argyros avait souhaité lui offrir une chaufferette!

Fort de ce constat, le beau sire, volontiers chanteur, avait entrepris d'enrichir le répertoire pourtant fourni de l'équipage. Ainsi, on put entendre, à quelques reprises, de charmantes ritournelles comme : "Le Tourtiaulx avait des fuites, Danaé aussi!" ou, au passage de la virago "Fais-moi des bleus quand tu me tiens sous ton étreinte". Manifestement, la bande n'avait pas usurpé son appellation de "riante coterie."

Ces amphions doublés de joueurs invétérés répondirent donc positivement à l'arrivée de l'improbable duo. Jusqu'ici, Bato n'avait jamais été une réelle menace au Kjall, les subtilités de ce jeu l'égarant plus sûrement qu'un ciel sans étoiles. Aussi, ce fut à un tout autre propos que les dés qu'Aedán apostropha Erol et le bon sauvage : "Dites mes beaux amis! Nous conférions ici entre gens de qualité et en sommes venus à la conclusion suivante : on ne saurait partager sa paillasse avec une stryge. Une évidence, n'est-il pas? Toutefois, nous y sommes vilainement contraints par la force des choses." s'assurant, d'un regard, d'être hors de portée de voix du trio d'intéressés il poursuivit : "fort heureusement, une solution se profile sous la forme d'un archipel..."

Deux chevaliers, c'était assurément trop pour la légende. Il convenait d'agir.
Revenir en haut Aller en bas
Erol
Humain
avatar

Nombre de messages : 42
Âge : 29
Date d'inscription : 20/03/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 33 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: À bord du Quinteux Tourtiaulx   Dim 15 Sep 2013 - 14:30

Pour qui connaissait Tournebroigne, le sourire mauvais qu'il répondait aux propositions de Vercombe (et à la grimace bête de Bato) équivalait à de bien sinistres pensées. Faire rimer haute mer avec haute violence était une ritournelle qui ne dépayserait guère le ladre oesgardien, trop longtemps abouché aux pires tires-laines de la terre ferme pour refuser d'exporter son commerce au delà des côtes. La rapine coulait dans ses veines aussi fluidement que le sang, pour ainsi dire.

Bien que les magiciens l'eussent tenu en sainte horreur, l'expérience avait montré que les plus bas instincts d'Erol lui faisait perdre sa prudence proverbiale. Cela n'avait pas manqué. Bien qu'alarmé par les rumeurs colportées au sein de l'équipage suite à la découverte d'Aedán, le coquin d'Erbay n'avait pour autant cessé d’espionner ces dames. Ses maux lui avaient été d'un grand secours : lorsque tous arpentaient le pont du navire, qui pouvait dire que l'alitement du roué Tournebroigne ne lui avait laissé le loisir de fouiner parmi les effets des passagères ? Il n'était pas impensable que frustré de n'avoir obtenu leurs faveurs, il se soit allé à quelque pillerie.

L'occasion présentée à l'instant était toutefois d'un autre acabit. S'il ne s'y trompait pas, l'escale nélénite serait le moment d'enfin commettre son triste méfait, dès lors que LUI l'aurait décidé - et qu'elles l'eussent cherché, ces salopes. Les soupçons de sorcelleries donneraient crédit plein aux conjurés, et Erol se félicitait de la résolution d'Aedán. Quel homme sain d'esprit! Qui n'aurait accepté que le zèle d'un autre lui permît d'avoir les bourses pleines et vides à la fois ? Un fat.

"Hé, je ne l'espérait plus! ça peut se faire, ça doit se faire! Et pour aider - pour sûr, hein! - je veux bien donner de ma personne, hé, arh arh arh." Répondit il goguenard

Avisant que tous ici brûleraient autant que lui de mettre la main à la pâte - si j'ose dire - Erol jugea dès lors bon de faire montre de ses talents. Ne récompensait on pas les meilleurs guerriers par les meilleurs butins ? Il escomptait, arrogant, se rendre plus utile que toute la coterie réunie.

"Dites moi qui embrocher, ami Aédan, glissa-t-il tout bas, avant de reprendre, à haute voix : la maille, comme le tissus! et l'homme d'encocher une flèche, qui fila clouer le bonnet d'un marin contre le mat. "par devant, ou par derrière!" avisant la rouquine penchée contre le bastingage, il arma sans attendre son arc, laissant partir son dard dans les nippes de la drôlesse, juste sous l'aine.

"La danselette semble bien entravée par ses frusques, allez donc l'aider, compagnons! arharharh!"

Revenir en haut Aller en bas
Aedán de Vercombe
Humain
avatar

Nombre de messages : 59
Âge : 146
Date d'inscription : 29/07/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: À bord du Quinteux Tourtiaulx   Dim 15 Sep 2013 - 18:32

"Tout doux mes beaux amis!" trancha, d'un demi-sourire, le noble de Vercombe. Là-dessus, quittant le jeu mais guère sa mise, il entreprit de s'approcher de l'embarrassée rouquine.

"Fier Erol, garde donc tes flèches pour les coquins qui chercheraient à trépaner notre pulpe innocente dans notre sommeil! Cette danselete que voici se prénomme Kassandra" songeur, il retira, d'une main, le trait qui entravait la drôle tout en malmenant sa barbe de l'autre. "Notre bon Tournebroigne a l'œil sûr, il semblerait. Rien qu'un peu de fil ne saurait réparer" conclut le chevalier à l'adresse de la pirate. Puis, se retournant vers ses compagnons, il expliqua :"Perceriez-vous votre outre avant de vous aventurer dans le désert? N'avez-vous jamais eu soif pour savoir quel triste sort que celui dont le gosier se lamente? Cette chansonnière que voila est sourcière! Nul besoin de s'en remettre à quelque traître moricaud pour trouver les oasis de Nelen : la rouquine nous guidera!".

Reportant son attention sur la rousse pétulante, il demanda, l'air vaguement inquiet :"Amie, que vous êtes blême! Seriez-vous tout de même touchée?" après l'avoir examinée négligemment, il reprit "Aller, venez, à n'en pas douter un peu de bière vous remettra d'aplomb." Posant un bras de propriétaire dans le dos de l'escarpe, il la guida auprès de sa coterie. "Votre voix est un ravissement, le savez-vous? Et votre répertoire! Aaah je n'avais pas autant ri depuis longtemps! Tenez, pourquoi ne nous chanteriez-vous pas un petit air pendant que nous jouons au Kjall?". Tout en lui proposant, d'un air affable, un honnête havresac sur lequel s'asseoir il poursuivit : "Il me vient à l'esprit un air agréable, un duo. Vous devez bien le connaître, non? J'entame "Comment, vous me demandez ce que je désire? Mais un baiser" et vous répondez par "attention, j'ignore tout de vos intentions" et je reprends par "Pourquoi répondre cela je ne vois pas de mal à cela" et vous par "Je ne dirais pas non si vous n'aviez pas un grand nom." vous la connaissez forcément!"

Tout en poursuivant son explication, Aedán enjoignit le géant Bato à taper dans ses mains dans l'espoir d'obtenir un rythme à peu près décent, ce qui s'avéra plus ardu qu'escompté. Bien que dépourvu de malice, le bon sauvage ne pouvait réprimer un désir enfantin de suivre l'étrange orchestre qui paraissait jouer dans son crâne, au grand désespoir des oreilles de l'équipage. Une fois un semblant d'ordre ramené à la chose, de Vercombe, tout sourire, se retourna vers sa fringante comparse "Je crois que nous y sommes, êtes-vous prête? Votre gorge n'est plus nouée par l'émotion?"

Indéniablement, le chevalier possédait un esprit pratique. Cette donzelle semblait dotée d'un don, d'un talent ou d'un quelconque pouvoir sur l'eau. En d'autres circonstances, il aurait observé, d'un œil paterne, la foule l'immoler sur la place du village. Néanmoins, dans l'immédiat, ses charmes possédaient quelques appâts. Aussi s'employait-il à gagner sa confiance. Songeur, il se fit la réflexion que cela ne saurait être bien difficile, les glaiseuses raffolent forcément des chevaliers. C'est connu.

Lorsque viendra l'heure d'écrire la Légende, il sera toujours temps de taire le rôle joué par la belle.
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Nombre de messages : 1200
Âge : 818
Date d'inscription : 13/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: À bord du Quinteux Tourtiaulx   Mar 24 Sep 2013 - 14:36

La légèreté du voyage en bateau sans que rien ne se passe, laissant à l'équipage et aux passagers tout leur temps pour s'occuper de leurs affaires que ce soit en complotant ou en se faisant mousser sur une mer automnale encore calme, pour le moment.... Mais tout bon marin sait que le temps peut changer aussi vite qu'une vierge effarouchée peut s'enfuir devant la verge d'un lépreux.

Quoi qu'il en soit, un cri retentit dans l'océan : "Navire à bâbord !"

La vigie venait d'avertir l'équipage en pointant dans la direction de ce qui semblait. Une partie de l'équipage s'agitait déjà pour faire face à la potentielle menace alors que l'autre observait le navire depuis le bastingage. Le capitaine quant à lui restait silencieux en attendant la suite des évènements, se caressant la barbe avec un air pensif. Le drapeau du navire fut identifié après quelques minutes de silence pesant.

"Navire marchand !"
Un sourire carnassier a moitié dissimulé sous sa barbe apparut aux lèvres du capitaine.
"Équipage et mercenaires ! Voici l'occasion rêvée d'agrémenter votre solde quotidienne !"

L'équipage n'avait même pas attendu l'offre du capitaine pour préparer l'armement du bord qui sortit comme par miracle des cales et autres caches classiques sur un navire de ce genre lorsqu'il était amarré à des ports commerciaux. Ces joyeux forbans sortaient arcs, sabres d'abordage et même plusieurs petites balistes avec des grappins pour s'arrimer au navire qui serait la victime de leur forfait.

S'ensuivraient une approche discrète, puis certainement une poursuite pour attraper les victimes.

(Hrp : Il fallait vous en douter ! Inversons les rôles par rapport à la dernière fois.
Pour toutes question, merci de le faire sur mon personnage > Johann)

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Erol
Humain
avatar

Nombre de messages : 42
Âge : 29
Date d'inscription : 20/03/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 33 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: À bord du Quinteux Tourtiaulx   Sam 28 Sep 2013 - 9:02

Tandis que le navire fonçait sus à sa proie, tentant toute la discrétion possible, s'il en est sur des flots nus et déserts, Erol habilement concertait son entourage. L'homme était trop malin pour imaginer les bénéfices d'une victoire, sans en évoquer les affres du combat. Il s'avérait que ces derniers modéraient la fougue bien minime de notre pauvre hère, qui ne s'était pas vu affublé du nom de Tournebroigne pour rien. Cependant qu'il jetait des les coups d’œil incertains à l'adresse de messire Aedán, la coterie fut bien vide interrompue par l'entrée en scène d'un ruffian, lequel remit sans attende force coutiaulx à qui-de-droit : une immense gaffe à ce barbaresque chérubin de Bato, ainsi qu'un langsax à notre bon Erol. Ce dernier objecta après coup qu'il en avait déjà un, mais ce trait panaché, à l'aube d'une bataille, ne fit guère mouche.

Faisant subrepticement signe au chevalier de prendre du retrait, notre courageux héros espérait que la vertu de son alter-ego le pousserait à ne pas frayer avec la gent pirate, malgré l'appel d'un combat glorieux. Quant à lui-même, s'il ne rechignait guère à la pillerie, l'idée d'être en première ligne le laissait ma foi bien tiède. Parfois des buts bien différents peuvent rassembler les hommes! Tournebroigne s'éclipsait ainsi "à la missédoise", tandis que tous les regards étaient fixés sur le navire marchand. Se glissant derrière le mât, puis sous le cabestan, il finit par gagner l'entrée du pont inférieur, bien décidé à faire main basse sur ce qui lui siérait, tandis que l'équipage se ferait étriper jovialement l'étage au dessus. Et s'il fallait mettre in fine la main à la pâte, bah! achever quelques ladres n'était qu'une mince affaire.

Marchant au cœur du navire, Bato sur ses talons, notre hardi Tournebroigne vint à penser à la femme thaarie dont il s'était rendu conscient de la sombre nature. Partagé entre ses idées lubriques et la sainte répugnance que lui en procurait la source, il se remémora que la danselette n'avait point paru sur le pont du navire, et qu'elle rôdait donc dans ses entrailles. Stimulé de bien différentes manières par cette révélation, il mit sans attendre à nu son langsax, bien décidé, s'il la rencontrait, à lui faire voir de très près ce braquemart.


Revenir en haut Aller en bas
Aedán de Vercombe
Humain
avatar

Nombre de messages : 59
Âge : 146
Date d'inscription : 29/07/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: À bord du Quinteux Tourtiaulx   Lun 30 Sep 2013 - 16:34

"Ah! Par la Sainte-Gaupe!" pesta le chevalier tandis que, déjà, l'on distribuait alfanges, badelaires et autres langsax. L'odieux capitaine faisait donc partie de la vermine de l'Olienne. A n'en pas douter, ce boucanier connaissait par leur prénom tous les Frères de la Côte de Sharas. Semblable à une bête enragée, il lançait son esquif défraîchi sur les traces d'une proie plus fringante. Fallait-il que le navire marchand soit lourd de richesses pour être rattrapé par pareille coquille de noix! Quant aux passagers du Tourtiaulx, les voila désormais qui risquaient le chanvre dans une escarmouche dont le butin s'annoncerait fort maigre, une fois le partage établi par les flibustiers.

Et puis, il y avait l'honneur! S'il prenait à l'équipage la fantaisie de faire des prisonniers, Aedán serait contraint d'agir. Ce qui, dans l'immédiat, ne l'enchantait pas outre mesure. Boucanier ou marchand, aux yeux de l'aristocrate, cela faisait peu de différence. Être surpris dans les rangs de l'un ou de l'autre était tout aussi déshonorant. Doté d'un esprit pratique, quoiqu'altéré par la colère, le jouteur entreprit de définir ses priorités.

En premier lieu : assurer ses acquis. Le rodomont bisquait à l'idée d'avoir dû conter fleurette à la sourcière pour, ensuite, se faire ravir une rouquine si pratique par un vireton égaré. Des siècles de chevalerie ayant conclu à l'incapacité de la gente féminine à se défendre par elle-même, c'était donc au sire de Vercombe qu'échoyait le discutable privilège de lui servir de rempart. Toutefois, faute de noble ascendance, Kassandra ne pouvait se prévaloir d'aucun traitement princier dans cette tâche. "Allons, vite, à la cale, danselete! Tu ne veux pas risquer de prendre un mauvais coup?!" lança le parangon de vertu en saisissant le bras de la drôlesse.

Tout en descendant quatre à quatre les marches, traîtresses, qui menaient aux profondeurs du navire, Aedán médita sa seconde priorité. La légende ne se partageait pas. Il n'y aurait qu'un chevalier. Même l'honneur ployait le genou devant la Gloire, trancha le bougre tout en poursuivant un itinéraire erratique avec la pirate. Tantôt ils s'esbignaient par une trappe, tantôt ils croyaient remonter pour mieux s'enfoncer par la suite.

Puis, au détour d'un énième couloir dans les entrailles obscures du Tourtiaulx, le duo finit par aviser une sorte de réduit que fermait une lourde porte de bois. L'air satisfait du lieu, le ferrailleur y poussa sans grand ménagement la rouquine, l'enjoignant à se terrer entre les caques qui encombraient la pièce "Ne sors pas d'ici avant mon retour, chansonnière, sans quoi tu risquerais de croiser de bien meschantes gens! Ah, tu n'as pas idée des horreurs dont se rendent parfois coupables les hommes en mer! Fort heureusement pour toi, le chevalier de Vercombe est ici. Tu ne risques donc rien pour peu que tu suives mes sages conseils". Convaincu par sa propre tirade, le chevalier tira de son baudrier une vilaine dague.

"Ne bouge surtout pas, je vais m'assurer que nos compagnons sont à l'abri..."
Revenir en haut Aller en bas
Erol
Humain
avatar

Nombre de messages : 42
Âge : 29
Date d'inscription : 20/03/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 33 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: À bord du Quinteux Tourtiaulx   Lun 30 Sep 2013 - 17:13

Jarres et amphores subissaient en silence les outrages répétés d'une main trop insistante. L'homme enfonçait jusqu'à l'épaule chacun des orifices, à la lueur d'une chiche bougie, pour en tâter les entrailles. À grand regret, il finit par ôter sa main de ce corps caverneux, se grattant le sien propre avant de mener une maraude suivante. Las! Erol déambulait dans les tréfonds du navire, alors qu'en haut, sur les planches, on s'étriperait bientôt à gros bouillons. Tâtant les rondeurs dodues des denrées, subtilisant le moindre colifichet qui put avoir quelque valeur, le coquin progressait, serinant des mises en gardes à l'adresse du câlin moricaud.

"Ne sois pas si bruyant, hé! Qu'on nous débusque, je dirais : c'est Bato! Et toi d'être pris en train de déserter, hé, je le crois bien. Ah, chut! j'entends la ménade! Ah, non, c'était le vent. Si son molosse vient à aboyer, assomme le de ta gaffe! Si la dame vient à poindre, assaisonne la de ton vît nègre, ARHARHARH!"

Soudainement, la bougie s'éteignit. Bien qu'il fît jour à l'extérieur, les profondeurs du navires baignaient dans l'obscurité - et dans l'eau. Posant ses mains ça et là sans guère plus se préoccuper des contenants, Erol s'extirpa tant bien que mal de la réserve où il s'était aventuré. Tandis que Bato peinait comme un beau diable, le roué d'Erbay entendit quelque éclat de voix, non loin de lui. S'avançant à pas de loup, il finit par apercevoir deux silhouettes distinctes : celle d'un homme en armure, et d'une femme

"Qui vive ?" interrogea-t-il laconiquement, son lardoire tendu droit devant lui.

Était-ce l'ami Aedán, et sa sourcière, ou le maistre Flavian et la terrible virago ?

Revenir en haut Aller en bas
Danaé de Caïssa
Humain
avatar

Nombre de messages : 38
Âge : 26
Date d'inscription : 17/03/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  17 ans (an 7)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: À bord du Quinteux Tourtiaulx   Mar 15 Oct 2013 - 9:53


Les remous des flots avaient saisi les entrailles de l’ingénue qui le premier jour du voyage subissait toujours les aléas tumultueux des eaux. Mais grâce à un breuvage composé d’herbes soigneusement créé par la duègne, les maux de la rosière disparurent dès l’aube suivante. La douceur s’était muée en  rudesse face à la malice des deux hommes et de leur rouquine. Et puisque la jouvencelle avait toujours son âme d’enfant, elle prit un malin plaisir à souffler aux matelots quelques sombres rumeurs à l’encontre du chevalier et de Tournebroigne. Cette complicité n’était-elle pas trop suspecte et leur morale aussi d’ailleurs. De vils pédérastes, soyez en sûr, qui appréciaient aussi les hommes plus âgés. Ah la rosière avait échangé ses froufrous contre des vêtements plus agréables à porter sur ce genre de rafiot, une tunique à la mode d’Ashraï tombait sur un pantalon rentré dans des bottes de cuir robuste. L’accoutrement était plutôt ample afin de dissimuler quelques surprises pour quelconques personnes jugées trop entreprenantes.  Katarina de Thaar, dite la Sirène, assumait pleinement ses penchants de virago dans une tenue d’hommes. Elle ne manqua pas de retourner la politesse à ce vieil Tournebroigne, chipant quelques-unes de ses affaires ou simplement allant récupérer les siennes. Maistre Flavian, tout consterné par l’attitude de ses dames, préférait faire abstraction de toutes ces facéties pour assurer la protection de la Shâhzâdeh d'Ashraï – Katarina pouvant elle-même assurer autant ses arrières que ses avants – et fit connaissance avec le capitaine afin de récupérer d’autres informations sur le voyage.

*

Maistre Flavian était sur le pont lorsque l’envie folle du capitaine de cette caravelle lui prit d’attaquer un autre bateau marchand. Voyant les matelots sur la qui-vive, il préféra se frayer un passage jusqu’à la calle où logeait l’étoile des sables d’Ashraï et sa duègne. Après quelques minutes, il les trouva à l’exact endroit où celles-ci dormaient normalement. Les informant sur la situation, il était impératif de mettre en sécurité Danaé qui semblait paradoxalement autant apeurée qu’excitée par cette aventure. La virago avait ce regard pétillant, désireuse de jouer aux pirates mais ses ardeurs furent calmées sitôt la voix du maistre des veilleurs tonnant. Sillonnant les calles, le petit groupe tomba sur Tournebroigne dans ce noir complet, la lame tendue prêt à pourfendre. Contre toute attente, Katarina prit la parole reconnaissant ce timbre de voix, l’air amusé. « Ne serait-ce pas ce Tournebroigne, on mouille ses braies. Arghargh. » « Cesse donc Kat’. » Fit le chevalier.

Le chevalier Flavian poursuivit courtoisement. « Où est le sire de Vercombe et sa protégée ? Nous cherchons un endroit où mettre damoiselle Danaé à l’abri de ces marauds. » La Sirène de Thaar alluma une lanterne durant ce temps pour éclairer la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Erol
Humain
avatar

Nombre de messages : 42
Âge : 29
Date d'inscription : 20/03/2011

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 33 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: À bord du Quinteux Tourtiaulx   Lun 4 Nov 2013 - 16:06

"Ah, euh, hé! Je le cherchais aussi. Pour un service, si ce n'est pas la vérité, que je me damne!" répondit le roué. En effet, dès qu'il eut aperçu le chevalier si bellement armuré, Erol avait ardemment souhaité que le sien soit présent. Tout à un coup seul face à ses commensaux, il ne pouvait se raccrocher qu'à l'invisible présence de Bato, dont seuls les yeux trahissaient ce talent presque caméléonesque : noir d'ébène sur chêne fumé, le négrillon comme absorbé par la coque de son homonyme.

"Par ici, je crois! Hé, nous aurons de la chance si nous le croisons plutôt qu'un coquin!" répétait celui qui en valait dix. Il accompagnait désormais ses recherches par des jurons bruyants, des réflexions idiotes, bref, à peu près tout ce qui lui passait par la tête. Qui sait ? peut-être que le bruit finirait par attirer l'oreille fine d'Aedán, ainsi que sa lame, qui l'était tout autant ? Erol en finit par fourrer la commode d'une manière grotesque, occasionnant force bruit.

Voila le quatuor qui progresse dans le navire comme on avance dans les entrailles d'une bête. La torche crachote, étouffe, tandis que les gouttelettes de sang filtrent à travers le plancher. Les silences des morts sont entrecoupés des cris des vivants (eux même entrecoupés tout court). Soudain, au gré d'une cabine, on vit briller l'armure étincelante de l'illustre amant de la reine des fées.

"Ami Aedán! À moi! Bato! Sus!"

Et le barbaresque moricaud de surgir des ombres, pour assommer de son ENORME gaffe (non, pas celle-ci, succubes avides) la frêle mais salope virago. Profitant de la surprise, Erol fit sans attendre volte face, sa lardoire secondant le glaive d'Aedán (le glaive de la justice!) contre l’odieux maistre des veilleurs.



Revenir en haut Aller en bas
Aedán de Vercombe
Humain
avatar

Nombre de messages : 59
Âge : 146
Date d'inscription : 29/07/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 30 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: À bord du Quinteux Tourtiaulx   Lun 4 Nov 2013 - 16:39

Tout comme lors des petits matins embrumés par les reliquats entêtants d'une ivresse nocturne, la vue de dame l'Honneur était fort trouble à fond de cale. Cela avait, d'ailleurs, été fort bien théorisé dans la doctrine qui établissait que, faute de témoin de bonne naissance, un mauvais geste n'avait jamais eu lieu. Après tout, douter de l'intégrité d'un chevalier en se fondant uniquement sur de vagues sentiments aurait été jusqu'à remettre en question tout l'ordre établi. Les chevaliers sont des hommes de parole! Parole de chevalier!

Ainsi, fort bien armé de cette logique implacable et de sa méchante dague, l'ami Aedán s'apprêtait à commettre un crime qui cesserait de l'être sitôt accompli. Adressant un sourire carnassier qui se voulait à rassurant à son rival, le brave franchit le peu de distance qui les séparait en fixant un point, non loin derrière eux, en maugréant quelques paroles parmi lesquels "trêve de bavardages, allons culbuter le vilain".

Toutefois, au signal du vil Erol, le parangon de vertu écarquilla grand ses yeux et tonna à l'adresse de son digne confrère " Florian! Gardez-vous sur votre droite! ". Faisant mine d'esquiver une quelconque charge provenant d'un ennemi tapi dans l'ombre, Aedán se fendit sur la gauche du maître des veilleurs qu'il frappa au visage du pommeau de sa dague.

L'on ne pouvait pas dire que le sire de Vercombe caressait l'idée de voir les poissons faire bombance de la chair du chevalier. Tout d'un moins pas plus qu'un peu. Néanmoins, il réfutait avec véhémence le fait d'en faire son compagnon de route et, surtout, de partager avec lui la gloire de l'aventure. S'assurer de l'incapacité du drôle devenait donc une nécessité.

Perfide, de Vercombe s'imaginait déjà consoler cette drôlesse de Danaé, la rassurant quant à la suite du voyage : Aedán le Preux veillait sur eux! Ah, nul doute que la succube orientale, échaudée par les émotions, ne manquerait pas d'essayer d'abuser de lui ensuite.

Ce fut donc lourd de ces mauvaises pensées que celui qui, quelques temps auparavant, avait chanté d'aimables virelais fort chevaleresques à la Régente frappa d'une manière qui l'était moins.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: À bord du Quinteux Tourtiaulx   

Revenir en haut Aller en bas
 
À bord du Quinteux Tourtiaulx
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un certain bord de mer...
» A bord du Goeland
» Gare aux fromages géants au bord des routes suisses...
» Toi et moi au bord de l'eau, romantique.. OU PAS! - Pv Terra
» Un journal de bord ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: OCÉANS :: Océans :: Mer Olienne-
Sauter vers: