Partagez | 
 

 Lorsque l'on cherche des mains pour quelques basses besognes [PV Tinfar Solinar]

Aller en bas 
AuteurMessage
Asdrubal de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 91
Âge : 24
Date d'inscription : 16/02/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 37 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Lorsque l'on cherche des mains pour quelques basses besognes [PV Tinfar Solinar]   Jeu 12 Sep 2013 - 20:39


Le capitaine Sibbon alluma sa pipe et inspira plusieurs fois. La fumée chaude lui faisait du bien, même à Langehack l'on commençait à ressentir les effets de l'hiver. Ce n'était pas affolant, pas de neige ni de glace, tout juste plus de brouillard et des vents assez mordants. Mais une pipe bourrée de tabac n'en devenait que plus agréable. Il rajusta son manteau et s'avança le long des quais de Léliande. Il connaissait bien la ville, il y avait travaillé plus qu'à son tour. Il avait appris à naviguer ici et restait attaché à l'endroit. Rejoindre la Compagnie du Ponant lui avait coûté cher, l'éloignant beaucoup de son lieu de prédilection, mais ils l'avaient beaucoup aidé à faire le ménage des périodes les moins honnêtes de sa vie et il s'en estimait chanceux.
Il était dès lors ironique que c'est pour eux qu'il devait renouer avec son passé. Ses premiers voyages il ne les avait pas fait d'un port à l'autre, mais d'une crique à l'autre. La contrebande lui avait fournis les premier frissons de la mer, bien avant qu'il ne puisse monter à bord d'un bateau digne de ce nom. Il était jeune et idiot à l'époque où il caracolait d'une crique cachée à l'autre, au mépris des lois ducales. Il avait continuer ça longtemps, même lorsqu'il avait acquis son propre navire au terme d'années de travail acharné. Puis le ponant l'avait recruté, mais il n'avait pas oublié ses contacts de l'époque.

Il poussa la porte d'une taverne, un estaminet du port semblable à tant d'autres. La salle n'était pas bondé mais suffisamment remplis pour qu'on ne puisse prêter attention à chacun. Il alla s'asseoir à une table dans le fond de la pièce après avoir constaté que celui qu'il devait rencontrer n'était pas encore arrivé. C'était un vieil ami qui l'avait mis en contact avec messire Arnessec. Il n'en avait pas dis beaucoup plus, simplement que celui-ci pourrait l'aider pour ce dont il avait besoin. Bien sûr il avait fallut convaincre son ami qu'il n'était pas rien pour là, et il était déjà plus léger de quelques pièces d'or. Peu lui importait, on lui avait fournis plus qu'assez pour son affaire.
Il aurait préféré ne pas y être mêlé du reste. Servir d'intermédiaire avec la pègre n'était en soit pas si gênant, s'il s'était s'agit de quelque trafic ou d'un vol sans trop d'importance. Mais là, c'était d'une toute autre envergure. Et il ne pouvait s'empêcher de réfléchir à qui, à Soltariel, pouvait bien avoir donné cet ordre. Tout ce qu'il savait lui c'est qu'un des amiraux de la compagnie du ponant était au courant mais pour qui précisément travaillait-il ? Le duc ou la duchesse ? Difficile à dire, les deux étaient capable de cela. Sibbon attrapa la cruche de vin que venait de lui apporter une serveuse et s'en versa une coupe. Il ne lui restait plus grand chose d'autre à faire que d'attendre son rendez-vous.
Revenir en haut Aller en bas
Tinfar Solinar
Humain
avatar

Nombre de messages : 123
Âge : 35
Date d'inscription : 15/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  35
Niveau Magique : Arcaniste
MessageSujet: Re: Lorsque l'on cherche des mains pour quelques basses besognes [PV Tinfar Solinar]   Dim 15 Sep 2013 - 20:00

Guilian Arnessec remonta le col de son manteau. Soulagé, il souffla sur ses mains glacées dans le vain espoir que cela suffirait à les réchauffer. En désespoir de cause, le vieil homme glissa ses dernières dans ses poches et pesta contre ses vieux os et le vent mordant de Verimios.
D’un regard, il embrassa les quais de Leliande et cela seul suffit à lui redonner le sourire.
Amarrées par de lourds cordages, des embarcations de toutes les tailles attendaient le bon vouloir des dockers. Non sans quelque humour, le vieil homme se dit que dans certaines criques peu connues de la région, des hommes autrement plus vifs que ces pauvres diables du port attendaient d’en faire autant. A la différence près qu’ils le faisaient plus vite, sans poser de questions et sans embêter les autorités ducales.
Après un dernier sourire, Guilian carra les épaules et se remit en route.

Il n’eut guère à marcher plus de deux cents mètres avant de se retrouver en face de quelques marches qui menaient à une porte en contrebas de la rue. Une enseigne en fer forgé désignait l’établissement sous le nom de « La Cale sèche », un nom pas plus bête qu’un autre pour un bar de marins.
Sans attendre, il poussa la porte et pénétra dans l’établissement. L’air était lourd de relents d’alcool et de sueur ainsi qu’on pouvait s’y attendre pour pareil estaminet.
Sitôt que ses yeux se furent accommodés à la lumière ambiante, Guilian examina la salle. A cette heure de la journée, l’établissement n’était pas encore plein mais, déjà, de nombreux marins s’y pressaient et faisaient une joyeuse troupe. Quelques serveuses à la croupe généreuse passaient de table en table en évitant autant que faire se pouvait les mains par trop baladeuses. Près de son comptoir, le gérant veillait au grain.
Avisant un homme buvant seul dans le fond de la salle, Guilian se dirigea dans sa direction. Sans attendre d’y être invité, il tira une chaise et s’y assit non sans un léger ronchonnement. L’hiver naissant mettait à rude épreuve les articulations du vieil homme qu’il était.
D’un geste, il commanda une choppe de bière avant de reporter son attention sur son interlocuteur. L’homme qui lui faisait face correspondait à la description qu’on lui avait faite. Entre deux âges, il donnait l’impression d’avoir vécu son lot d’aventures avant de se ranger. Pour autant que Guilian puisse en juger l’homme n’était pas forcément heureux de devoir partager sa table avec lui, mais il s’acquittait de sa tâche sans broncher.
Tirant de son manteau une pipe qu’il bourra rapidement, Arnessec l’alluma et tira quelques bouffées avant de prendre la parole.


- Je suppose, puisque tu ne m’as pas encore envoyé balader, que tu es celui que je suis censé rencontrer. Tirant sur sa pipe, le vieil homme poursuivit : Mon temps est précieux comme celui de ceux qui m’emploient. Dis ce que tu as à dire aussi clairement que possible et je verrai ce que je peux pour toi.

Alors que la serveuse s’approchait, Guilian lui adressa un large sourire et, prenant sa choppe dans sa main droite, y préleva une longue gorgée avant de congédier la jeune fille d’une petite tape sur les fesses.
Revenir en haut Aller en bas
Asdrubal de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 91
Âge : 24
Date d'inscription : 16/02/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 37 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Lorsque l'on cherche des mains pour quelques basses besognes [PV Tinfar Solinar]   Dim 15 Sep 2013 - 21:30

Sibbon n'eut pas trop longtemps à patienter, sa chope n'était pas plus qu'à moitié vide lorsqu'un vieil homme vint s'asseoir à sa table. On ne lui avait pas dit grand chose de messire Arnessec mais le peu qu'il en savait lui suffit à le reconnaître. Il le salua d'un hochement de tête respectueux, et lui laissa le temps de s'installer et d'entamer la conversation. L'homme était direct, il appréciait la chose. Il se pencha un peu en avant, posa sa pipe sur le bord de la table et lui répondit sur un ton assez bas pour que les oreilles indiscrètes ne puissent l'entendre, tout en restant audible pour celui en face de lui.

-Je vais faire aussi simple que possible. Je travaille pour des gens hauts-placés, qui aimeraient nouer des liens avec vous. Ils s'intéressent particulièrement à Langehack et ils se sont dis qu'ils pourraient avoir besoin de vos services. Contre rémunération, évidemment.
Mais avant, ils aimeraient avoir un aperçu de vos domaines de compétences. Comme histoire de jauger le potentiel, sans vouloir vous vexer. Ils sont comme ça avec tout le monde si ça peut vous rassurer.


Oui, le couple ducal n'étaient pas les patrons les plus sympathiques qui soient. C'était étonnant, quand on voyait la corruption et le jeu de faveurs qui se jouait entre nobles, où l’esbroufe comptait plus que la compétence. Mais on exigeait des hommes de mains, quels qu'ils soient, la plus grande efficacité. Le contraire était bien souvent sévèrement châtié. A côté de cela ils payaient rubis sur l'ongle. C'était sans doute pour rattraper l'incompétence de façade. Et puis bien souvent, un coup de poignard adroit et quelques lettres cachées valaient toutes les armées du monde à la cour de Soltariel.

-Venons-en l'affaire qui nous occupe dans l'immédiat. L'enlèvement et le transport discret d'un noble, c'est dans vos cordes ?

Et voilà, la bombe était lâché. Ils ne désiraient rien de moins qu'enlever un noble. Et le pire, en un sens, dans l'histoire était encore à venir, Sibbon ne comprenait toujours pas pourquoi enlever ce noble en particulier.


Dernière édition par Asdrubal de Soltariel le Sam 28 Sep 2013 - 22:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tinfar Solinar
Humain
avatar

Nombre de messages : 123
Âge : 35
Date d'inscription : 15/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  35
Niveau Magique : Arcaniste
MessageSujet: Re: Lorsque l'on cherche des mains pour quelques basses besognes [PV Tinfar Solinar]   Ven 27 Sep 2013 - 14:08

Gulian s’adossa à sa chaise et observa l’homme qui lui faisait face. Sans se presser, comme s’il s’agissait d’un rituel immuable, il ôta sa pipe de sa bouche et lissa ses moustaches. Ceux qui le connaissaient bien savaient par ces simples gestes que le vieil homme était en proie à une profonde réflexion.
Sans quitter du regard son vis-à-vis, il préleva une nouvelle gorgée de bière à sa chope avant de coincer sa bouffarde au coin de ses lèvres. Posément, il tira dessus de longues bouffées, le temps pour lui de réunir ses esprits. Le vieux voleur réfléchissait dur. L’offre qu’on venait de lui faire n’avait rien de banal. Certes, le Croissant d’Argent avait déjà quelque expérience en matière de rapt, mais cela avait toujours été des affaires bien particulières et particulièrement lucratives. Des affaires au sujet desquelles il n’avait guère pris part, soit dit en passant. Tout cela s’était décidé en de plus hautes sphères. Lui n’était intervenu que sur les marges : à peine avait-il arrangé le transport des « marchandises » d’une barge à une autre  Au regard de sa position dans la guilde, avait-il seulement le droit de s’engager plus avant sur une affaire de pareille envergure ? Finalement, il se pencha en avant sur sa chaise et, s’appuyant sur ses mains réunies en cloche, prit la parole.


- Mon gars, ce que tu me demandes là n’est pas franchement anodin. Tu serais venu me trouver pour un vol ou une vulgaire affaire de contrebande, j’aurais été en mesure de répondre à tes attentes. Mais là… Comme pour appuyer ses dires, Guilian laissa échapper un long sifflement entre ses dents. Sans pour autant se départir de son calme, il poursuivit : Tu te doutes bien que pareille affaire ne saurait se décider comme ça. Avant même de penser à en parler à qui de droit, il faudrait que je connaisse quelques détails supplémentaires. Déjà si j’avais des noms et une somme en tête, je pourrais me faire une idée du sérieux que tes commanditaires accordent à toute cette histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Asdrubal de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 91
Âge : 24
Date d'inscription : 16/02/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 37 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Lorsque l'on cherche des mains pour quelques basses besognes [PV Tinfar Solinar]   Sam 28 Sep 2013 - 22:18

Sibbon se triturait inutilement l'esprit tandis que le vieil homme réfléchissait. Il n'aimait pas être mêlé à tout ça, il se sentait clairement dépassé par ce qui planait au dessus de lui et ce qu'on lui avait demandé. Merde, était-ce seulement une initiative du couple ducal ? Difficile à dire avec ce nid de vipère qu'était la cour. Si ça se trouve il était en pleine trahison. Non pas qu'ils avaient une grand honneur, mais il savait ce que l'on réservait aux traîtres avérés. Et il n'avait pas vraiment envie de passer par là. Il buvait sa bière plus vite que de raison et semblait un peu agité à des yeux extérieurs, mais il parvenait à se contenir. Merde, il avait fait passer des marchandises de contrebande pendant plus de dix ans, il allait bien réussir ça quand même. Tout ce qu'il avait à faire c'était de transmettre un message et sa réponse. Le reste il s'en lavait les mains. Mais les prévôts n'y entendraient rien, ils se fichaient pas mal de ce genre de détail, tout ce qui comptait c'était d'avoir quelqu'un à accuser quand quelque chose tournait mal. Il s'était fait resservir une bière qu'il avait déjà à moitié bus lorsque finalement le vieil homme lui répondit. Il manqua sursauter, perdus qu'il était dans ses pensées, mais reprit contenance et l'écouta attentivement.

« Je m'en doutais un peu, oui. Comptez plusieurs centaines de pièces d'argent comme récompense. La cible c'est dame Kahina d'Ys, baronne de Sybrondil et épouse de Maciste d'Aphel. Vous pouvez pas vous tromper. Une passionnée qui achète tout ce qui provient de Nisétis paraît. Elle est peut-être connue chez vous, je crois savoir qu'il y a eu du nouveau y a pas si longtemps ? »

Sibbon faisait référence à cette expédition pour les ruines de Nisétis qui avait été mené par le collège de Langehack. Les résultats avaient été plutôt probants et on en avait un peu parlé dans le milieu. Surtout les récits de mercenaires, qui avaient fait le tour des tavernes de tous types, comme souvent. Il ne s'y était pas franchement intéressé à l'époque et encore moins maintenant, ça lui revenait juste en tête d'après ce qu'on lui avait dis de la baronne.

« Oh et, je vous l'ai dis mais mes employeurs sont exigeants, ils tiennent à ce que nulle violence ne soit faites à l'encontre de la prisonnière, d'aucun type. Tout en douceur, d'après leurs propres mots. Le reste des détails devra se régler si vous acceptez la proposition. Ils vous laissent une ennéade, ensuite ils prendront ça pour un refus et iront voir ailleurs. »
Revenir en haut Aller en bas
Tinfar Solinar
Humain
avatar

Nombre de messages : 123
Âge : 35
Date d'inscription : 15/03/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  35
Niveau Magique : Arcaniste
MessageSujet: Re: Lorsque l'on cherche des mains pour quelques basses besognes [PV Tinfar Solinar]   Dim 13 Oct 2013 - 18:24

Ainsi donc, la cible n’était autre qu’une baronne. L’affaire était d’importance à n’en pas douter.
Guilian se passa une main sur le visage et préleva une nouvelle bouffée à sa pipe. L’âpreté du tabac qu’il fumait l’aida à concentrer son esprit sur l’instant présent. Plusieurs centaines de pièces d’argent… voilà une somme qui ne pouvait que marquer les esprits et attiser les convoitises.
Malheureusement, la décision ne lui appartenait pas.  Pour une affaire d’une telle importance, d’autres que lui devraient présider à la destinée de la guilde.


- Garçon, ton offre me semble des plus généreuses. Cela étant je ne suis pas en mesure de te donner une réponse définitive pour l’instant. Tu comprends, je dois d’abord en référer à mes supérieurs. Je te propose donc de convenir d’une nouvelle rencontre. Disons que nous nous retrouverons dans une neuvaine, ici même si cela t’agrée. Tu sauras alors que dire à ceux qui t’envoient.

Attendant que son interlocuteur lui donnât son accord pour une nouvelle entrevue, Gulian vida sa choppe. L’autre dût s’estimer satisfait par les termes du contrat car il lui tendit la main par-dessus le plateau de la table. Sans se presser, Guilian fit de même et scella leur marché par une franche poignée de main.
Alors sans perdre davantage de temps, le vieil homme se leva et, après un dernier salut du menton, quitta la taverne.

A l’extérieur, le vent avait forci et mordait cruellement les chairs exposées du voleur. Rajustant son manteau, redressant son col et tirant sur sa pipe, ce dernier se mit en route. Dans sa tête, la proposition de l’inconnu résonnait encore. L’affaire qui leur était proposée n’avait rien d’une sinécure. Kidnapper un individu quelconque n’était jamais facile. S’attaquer à un noble relevait de la gageure. Mais réussir pareil coup sans recourir à la moindre violence, voilà qui frisait l’impossible.
Au milieu des quais et de leur animation, Guilian se laissa pourtant aller à un large sourire.
Oui, il paraissait impossible de mener à bien l’affaire qu’on venait de lui proposer. Et c’était justement pour cette raison que son patron allait très probablement se laisser tenter par l’aventure. De cela, au moins, Guilian en aurait mis sa tête à couper. Car depuis qu’il était membre du Croissant d’Argent, près de cinq ans maintenant, le vieux voleur avait au moins compris une chose sur celui qui dirigeait la guilde : Tinfar Solinar était incapable de résister à l’appel de l’impossible. Plus une mission semblait difficile et plus elle l’intéressait.
Sans perdre une minute, il força l’allure et se hâta de rentrer à l’antenne de la Guilde. Il avait une lettre à écrire et à faire parvenir au plus vite à Langehack.

* * *

L’heure était tardive. Dans la taverne, la majorité des clients s’en étaient allés. Il ne restait plus désormais que quelques habitués qui finissaient une dernière partie de cartes et vidaient une dernière bouteille. Tinfar les regardait sans les voir d’une table en retrait sur laquelle s’étalaient les comptes de l’auberge. Aussi étonnant que cela pût paraitre, il prenait plaisir à gérer la comptabilité de l’établissement. Cela lui rappelait d’autres temps, avant qu’il ne s’encanaille, et donnaient à ceux qui l’observaient l’illusion qu’il était un honnête gérant.
Il était perdu dans ses additions lorsqu’une servante vint lui porter un plateau. Sur ce dernier, se trouvaient un pichet de vin et une enveloppe cachetée. Souriante, elle lui dit qu’un homme s’était présenté à la porte de l’office quelques instants plus tôt. Il s’excusait de ne pouvoir rester mais il avait insisté pour qu’on lui remette sans tarder ce message. Sur l’enveloppe, un sceau de cire noire représentait un croissant de lune stylisé.
Après avoir chaleureusement remercié la servante, Tinfar tira une dague de sa ceinture et décacheta l’enveloppe. Il parcourut la lettre de Guilian à la lueur d’un chandelier et sourit devant l’écriture parfois hésitante de son second. Lorsqu’il eut terminé sa lecture, il prit soin de replier soigneusement la lettre avant de la glisser dans son pourpoint.
Et tandis qu’il se remettait à ses comptes, un observateur attentif aurait pu noter le léger rictus qui paraissait sur ses lèvres. Déjà dans sa tête, les pièces d’un machiavélique puzzle se mettaient en place.

* * *

Neuf jours précisément après sa dernière venue, Gulian était de nouveau sur les quais. Tandis qu’il se dirigeait vers l’estaminet où devait se tenir la rencontre, la lettre qu’il avait reçue la veille reposait dans la poche de son gilet.
Comme il s’y était attendu, Tinfar l’y enjoignait d’accepter la mission au nom de la Guilde. S’en suivaient des points qu’il devait clarifier avec son interlocuteur.

Poussant la porte de la taverne, Guilian repéra bien vite celui qu’il devait rencontrer. L’homme s’était installé à la même table que la semaine dernière. Sans perdre une seconde, il se porta à sa rencontre et prit place en face de lui.


- Bien le bonjour, l’ami. Content de te trouver au rendez-vous. J’espère que la semaine n’a pas été trop longue. Leliande est une jolie bourgade mais on en a vite fait le tour, hein. Après avoir fait signe à une servante pour qu’elle lui apporte un pichet, Gulian baissa d’un ton. Ma Guilde accepte l’offre qui lui est faite. Néanmoins, mon chef a quelques exigences. D’abord il voudrait une avance sur ses gages. Monter pareille affaire engendre des frais. Ensuite, il voudrait rencontrer ceux que tu sers pour discuter directement avec eux de l’affaire qui nous occupe : enlever une noble dame n’est pas une mince affaire, il lui faudra réunir autant d’informations que possible avant d’arrêter un plan d’action. Guilian marqua une courte pause avant de conclure : Qu’en dis-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Asdrubal de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 91
Âge : 24
Date d'inscription : 16/02/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 37 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Lorsque l'on cherche des mains pour quelques basses besognes [PV Tinfar Solinar]   Lun 14 Oct 2013 - 17:00

Sibbon approuva du chef ce que lui proposait son contact, puis le salua lorsqu'il quitta la table et la taverne. Bon, cela s'était plutôt bien passé, mais il ne pouvait s'empêcher de se dire que les ennuis ne faisaient peut-être que commencer. Il demanda une autre bière, n'étant pas particulièrement pressé de rentrer à son navire. Neuf jours plus tard, il était à la même place. N'ayant pas énormément d'occupation à part attendre, il avait passé la majorité de son temps de la journée à attendre dans la taverne, accompagné de quelques uns de ses marins à jouer à des jeux de cartes. Assez mal d'ailleurs, perturbé qu'il était par sa mission. Ses hommes le remarquaient mais en posèrent aucune question. Lorsque le capitaine aperçut son contact entrer, il congédia ses marins d'un geste, leur demandant de regagner le navire, ce qu'ils firent non sans dévisager l'homme au passage. Ils estimèrent toutefois qu'il n'y avait aucun danger à voir son âge et ne firent pas de problèmes. Sibbon écouta attentivement les demandes.

« L'avance ne posera aucun problème, j'ai même déjà de quoi vous la fournir. » Il avait un ton un peu plus usé, la pression commençait à lui peser. « Par contre je pense pas qu'ils accepteront de vous rencontrer. Ils n'ont pas franchement envie qu'on puisse les accuser de quoi que ce soit vous comprenez. En revanche je peux vous montrer ça. »

Il sortit une lettre de sa veste. Dedans, un simple papier sur lequel était apposé le sceau de quelques marchands de la Compagnie du Ponant. Aucune autre annotations ni indications, simplement les sceaux officiels.

« C'est tout ce qu'ils sont près à donner comme preuve du sérieux de leur offre. Et je ne peux même pas vous laisser le papier. Faudra que ça convienne. Pour les informations, dites moi ce dont vous avez besoin et je verrais si je peux vous les obtenir. Mais sans vouloir être vexant, il m'avait semblé que vous êtes plutôt bon à ce jeu là aussi. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lorsque l'on cherche des mains pour quelques basses besognes [PV Tinfar Solinar]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lorsque l'on cherche des mains pour quelques basses besognes [PV Tinfar Solinar]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour quelques immortels.. Beaucoup doivent mourir.. ( Renzaburo )
» Je cherche un partenaire pour faire mumuse
» [PV] Cherche quelqu'un pour s'excuser [PV]
» Recherche quelqu'un pour me faire une bannière
» Cherche equipement Spawn pour Barbare (ouvrir)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: PÉNINSULE :: Marquisat de Langehack :: Marquisat de Langehack-
Sauter vers: