Partagez | 
 

 Le roy est mort, vive le roy.

Aller en bas 
AuteurMessage
Goar Ier
Humain
avatar

Nombre de messages : 238
Âge : 26
Date d'inscription : 15/08/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 44 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Le roy est mort, vive le roy.   Dim 29 Sep 2013 - 23:24

Le roy est mort, vive le roy.
Fin Barkios

Le cohorte armée traversait les terres du Levantin sous le soleil cuisant. Le sable se jouait de leurs patience en s'infiltrant dans leurs armures, l'eau se moquait de leur soif en se faisant de plus en plus rare, la troupe de chevaliers croisés avançaient vers l'infini paysage désertique en quête de la Sainte Cité de Thaar. Par deux fois ils c'étaient vu attaquer par des drows, par deux fois ils les avaient mis en déroute. La fatigue les gagnait peu à peu, dans la chaleur journalière de ces steppes infernales, le souvenir des attaques plongeaient le moral au plus bas de cette troupe chevaleresque. Henri II d'Erbay était tombé lors de la première attaque, les arbalétriers drows avait su percer son armure de toute part, le jetant à terre. Aucun des hommes de sciences présents et des prêtes n'avaient su trouver un remède à ses blessures. A ses côtés Henri Le Païen et Arnoul le Meingre avait perdu la vie en protégeant celle de leur monarque, Goar Ier.

Les troupes drows avaient redonnaient un autre assaut le lendemain, passant près de colline ensablée, la cohorte croisée épuisé par le combat de la veille avait du essuyer plusieurs embuscades laissant un quart des leurs dans le sable enivré de leur sang. Guymart d'Augmart était tombé sans espoir d'avoir pu revoir sa demeure et l'arracher des mains des drows. Lazare de Palmy et Marc de Brégny l'avait suivit dans le trépas, ainsi que tant de brave chevalier. La croisade tournait au massacre. Depuis le départ de Hosverse les drows évitaient tout affrontement direct avec l'armée croisé, empoissonnant les points d'eaux, lançant des embuscades,.. L'issu de la première croisade sur Thaar touchait à sa fin. Il était désormais trop tard pour faire demi-tour, l'eau manquait, la fatigue harassait les hommes et les montures qui tombaient les uns après les autres dans le silence mortuaire de l'Estrévent.

Goar jeta un bref regard vers le nord, il songea a Constance qui était demeuré a Hosverse. Il ignorait s'il la reverrait un jour, il ignorait ou son destin le conduisait, il ignorait s'il verrait les remparts de Thaar et le Saint Sanctuaire. Il errait dans le sable levantin en quête d'un combat, mais seul le silence moqueur des dunes lui répondait. Son destin se devait peut être d'en arriver ici, ici même ou il se forgea un nom devrait il perdre le sien. Il se tourna vers les siens, son fils, ses frères, sa soeur, sa famille. Ils les avaient tous menait de leur exil vers le trône, et désormais il les menait à la suite de Dasmedieu, contre les drows, les infidèles Thaaris, et vers la gloire. Ou alors il les menait vers la mort. L'idée ne l'effrayait pas, pas plus qu'elle ne l’enthousiasmait, "Dasmedieu le veut" se jura t-il. La cohorte continua son chemin. L'espoir semblait vain, ce ne fut qu'une faible lueur à l'horizon qui ramena la compagnie de la mort. Plus ils s'approchaient, plus la chose se matérialisait. Ils avaient atteint les côtés, au loin la mer Olienne se dressait sur des plages de sable fin.

Comme une révélation, l'annonce quasi divine de l'apparition des flots poussa les chevaliers vers l'horizon. Plus ils 'approchaient plus l'espoir de survie grandissait. A quelques lieux de la mer, un son de tambour mis fin à leur avancé. Jaillissant des bosquets, de derrières des dunes, des hordes de sombres jetaient leurs montures vers la ligne de métal. L'acier miroitant des reflets du soleil, n'eut qu'à peine le temps de dégainer avant que les elfes noires ne leur tombe dessus. Richard, agrippa sa monture pour la faire aller droit vers les sombres. Il para un coup de son écu et en rendit un. Il remonta ainsi toujours plus haut la colonne de drow suivit par tout ses familiers. Ce ne fut qu'arrivait près d'un de ses ennemies plus emplumés que les autres qui se lança sur lui. Il jeta son écu au sol, lâcha la bride en tachant de la maintenir entre ses cuisses et agrippant son épée de ses deux mains leva haut la lame pour l'abattre sur le casque du sombre. La cervelle vola, le fer se rompit et le sang vola. Richard lâcha son épée qui resta figé dans le crâne difforme de la créature. Son coup avait frappé. Ce fut pourtant au prix de sa vie, sans écu, sans épée, des traits d’arbalétriers le jetèrent au sol.

Goar se retrouvait encerclé d'ennemies. Sa monture atteint par plusieurs traits gisait près de lui. Il combattait avec ses chevaliers pour sa vie. A ses côtés Mathilde, la Dame d'Acier, bataillait rude, abattant les sombres coups par coup. Ce fut sa hardiesse qui l'emporta. N'écoutant que son désir de ferrailler, elle s'isola des autres, un coup dans le dos la mis à terre, ou elle se maintenu un moment à genoux, tenant son épée comme d'une canne. Un trait perça la cotte de son armure pour la jeter définitivement à terre. Charles Ier d'Amblère et son fils Philippe II de Valbach, ferraillait côte à côté, l'un parant les coups du second. Henri d'Hasseroi, laissant sa rage l'emportait couru à l'assaut des drows avant de disparaître dans la masse de corps suivit par Guillaume d'Olsmünster. Vaast de Leuthen, Regnobert de Lesdres et tant d'autres des vassaux de Sgarde ferraillait autour du roy, le protégeant de leurs corps. L'un après l'autre, les assauts des drows les prenait, un par un.

Goar regardant autour de lui, vu son frère mourir d'un cou de hallebarde dans le torse, le fils de ce dernier gisant près de lui. Plus les assauts continuaient, plus les morts s'entassaient. La Croisade se devait de finir ainsi, dans la mort. Goar sentit une douleur glacial l'envahir dans le dos. La chaleur laissa place à une sensation glaciale durant quelques instants. Tout ce qui était autour de lui s'évapora. Les drows, les morts, les épées. Il ne voyait plus que l'océan au loin qui s’éternisait à perte de vue. L'eau était emplit de forme spectrale, les abysses semblaient l'appeler. L'Enfer se présentait à lui. Frémissant d'effroi à la pensées des fonds infernales, Goar hésita. Il mit un pied sur l'eau quant à sa stupeur, les flots ne le dévorèrent pas. Un deuxième pas, puis un troisième... Il errait sur les étendues aquatiques, comme un esprit damné et voué à la désolation. Ce ne fut qu'un simple tintement qui le sauva de son errance mortuaire.

Un navire squelettique s'avançait vers lui. Les voiles étaient faites de peaux, la coque d'os, et à son bord, une forme spectrale et effrayante se tenait à la poupe. L'effroi et la peur aurait saisit son cœur, pourtant rien ne survint, il régnait en son âme qu'une paisible tranquillité. Comme un Charon, un être difforme, fils bâtard de Tyra et Mogar, menait la barque. Dans cet enfer de laideur, Goar monta.Il s'attendait à errait seul dans la barque, pourtant il reconnaissait à ses côtés les siens tombaient au combat, la même expression de joie et de paix régnant sur leur visage. Le voyage aurait pu durer milles ans comme un instant, le temps n'avait ici plus sa place. Au loin, loin dans les flots éternels, loin dans le monde des âmes et de l'Enfer, l'île de Nééra montrait ses portes. Les illustres murailles d'or s'ouvrait pour dévoiler les jardins de Dasmedieu. Une lumière aveuglante éblouit l'équipage.





******





Aucun sgardiens, ni aucun drows ne revint. Le mystère se devait de régner sur la finalité de la croisade. La couronne se trouvait jetée dans les troubles, l'héritier unique, Geoffroy d'Olsmünster âgé d'a peine sept ans, eut cependant à son secours son grand oncle, Imbert VII le vieux. Il envoya dès la nouvelle, des missives à Blanche de Hautval, la mère de la promise du nouveau jeune roy et également à Jérôme de Clairsac, pour leur demander de former un conseil de régence pour le jeune roy. La première alliée par la promesse de fiançailles, et le deuxième par l'amitié et l'aide qui fut donné entre lui et Goar mais également il espérait par la proposition de mariage entre son frère et Sybille, fille de Goar. Ainsi, le roy est mort, vive le roy.
Revenir en haut Aller en bas
 
Le roy est mort, vive le roy.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti: le général est mort , vive le général ...junior
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» Menaces de mort contre Wyclef Jean.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ITHRI'VAAN :: Les Terres Sauvages :: La Forêt d'Aduram-
Sauter vers: