AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Festivités | Beaucent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nilah
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 88
Âge : 27
Date d'inscription : 24/06/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 16 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Festivités | Beaucent   Sam 19 Oct 2013 - 21:46



« Dis-moi tout mon vieux. T’en penses quoi ? » demanda Nilah à son plus fidèle compagnon de voyage du moment en lui tendant un bout de viande non identifiée. Le corbeau lui arracha des doigts d’un habile coup de bec et manifesta son contentement en plantant joyeusement ses serres dans l’épaule de son hôte qui esquissa une grimace amusée. Son repas terminé, l’oiseau croassa avec enthousiasme avant de battre des ailes et de s’envoler. Les iris gris de la sang-mêlé le suivirent alors qu’il retrouvait ses camarades et reprenait sa place dans leur étrange ballet. Malgré le léger sourire qui flottait sur ses lèvres, elle poussa un discret soupir en se disant que malgré toutes ces années, elle ne comprenait toujours pas ces étranges bêtes à plumes, sinon qu’ils étaient bien plus stupides que ce que pouvait croire le commun des mortels. C’était quand elle avait compris ça qu’elle avait cessé de les craindre et même à s’habituer à leur présence sans cesse renouvelé. Parfois, ils partaient simplement sans se retourner, plus souvent ils mouraient simplement. Dans tous les cas, un autre prenait la place du disparu.
Elle haussa finalement les épaules et épousseta sa cape de voyage qui n’avait pas vu le cours d’eau d’une rivière depuis trop longtemps. Elle était couverte de poussière, froissée et même déchirée par endroits. Ses couleurs jadis vives avaient passé, transformant une pièce d’étoffe hors de prix en un vulgaire vêtement passe-partout. Cette pensée lui arracha une moue agacée et elle se promit d’y remédier au plus vite. Elle retira de l’un de ses sacs de voyage un lacet de cuir au bout duquel pendait un petit jade et s’attacha les cheveux en une demi-queue de cheval. Ils avaient foncé, depuis ses jeunes années à Diantra, si bien qu’ils étaient désormais presque aussi noirs que les ramages de ses amis à plume. Elle avait appris à en prendre soin et ils étaient impeccables. Les lippes de la mage se plissèrent en un sourire ravi alors qu’elle finissait sa coiffure : elle se souvenait de la réaction d’Ybu quand il s’en était rendu compte. Fidèle à son excentricité, celui qu’elle avait petite appelé dans sa tête « le géant » mais qui ne lui paraissait plus si grand désormais n’avait eu de cesse de la complimenter sur cette amélioration majeure. Loin de s’en offusquer, Nilah avait rayonné de fierté toute la soirée et avait tout fait pour les mettre en valeur.
Revenant à l’instant présent, l’intrépide mage du Souffle du Saphir reporta son attention sur la ville qui lui faisait face. Il s’agissait d’une petite bourgade ancenoise des plus modestes dont elle ignorait encore le nom. C’était par hasard qu’elle l’avait trouvée et hésitait désormais à y faire halte. Le soleil était encore haut dans le ciel et ne laisserait la lune retrouver sa petite sœur que dans plusieurs heures et même si elle n’était pas pressée, elle ne perdrait pas une demi-journée de marche sans avoir quelque chose à y gagner. C’était la raison pour laquelle elle scrutait depuis plusieurs minutes le château local, assez impressionnant en réalité au vu de la ville qui le ceinturait. L’endroit avait plus l’air d’un bastion stratégique que d’une place commerciale ce qui laissait dubitative Nilah, mais un château de cette taille était souvent plein de surprises. L’air de rien, la jeune femme alla soupeser la bourse qui pendait à son pantalon et ses sourcils se froncèrent. Une dizaine de souverains à peine s'entrechoquaient faiblement et cette musique n’était pas du tout à son goût. Enfant, elle aurait sans doute tué pour une seule de ces couronnes, mais ces temps-là étaient lointains et tout ce qui pouvait lui rappeler sa misère d’alors était à bannir. Une bourse à moitié vide faisant justement parti de ces choses dont elle ne voulait plus entendre parler, elle frappa dans ses mains comme pour attirer l’attention de son auditeur — et de fait d’auditoire, elle n’avait qu’un petit trio de piafs — et s’exclama avec une bonne humeur un peu forcée : « Allons profiter de la générosité des bonnes gens, mes amis ! »


Dernière édition par Nilah le Jeu 28 Nov 2013 - 22:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Beaucent d'Ancenis
Humain
avatar

Nombre de messages : 13
Âge : 228
Date d'inscription : 10/08/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 25 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Festivités | Beaucent   Mar 29 Oct 2013 - 18:27

La petite bourgade d'Aprebutte devait être la dernière étape d'une enrichissante escapade improvisée dans les terres de l'ancenois, tandis qu'y pénétrait la troupe qui se composait d'une trentaine d'hommes.

C'était il y a quelques jours à peine qu'il lui était venu l'envie de se changer les idées, qu'en ces temps troubles où le royaume se divisent et se disputent, il lui fallait se distraire avant que ses décisions ne l'éloignent de cette plaisante possibilité. Ainsi décida-t-il de partir à la chasse, et bien que ce loisir ne fut pas son préféré, c'était là le prétexte pour battre la campagne.
Et il connut des journées autrement plus riche qu'il n'avait imaginé en voir. En chemin vers des bois qu'on disait occupés par une importante population de sangliers, un terrain de chasse idéal, en somme, il fit un premier détour après que des éleveurs l'eut interpellé et demandé son aide. Quelques loups avaient semé la pagaille et tué plusieurs de ses bêtes.  Avec sa troupe, il remplaça donc pour un temps le sanglier par le loup et traqua les prédateurs jusqu'à les débusquer et en mettre en pièce quelques uns, pour l'exemple, avant de rapporter les dépouilles aux plaignants.
Que les fourrures de ces criminels servent ces hommes à se chauffer durant l'hiver, ça ne serait alors que justice, et c'est au nom du seigneur son frère qu'il prétendit agir, avant de reprendre sa route.

Il passa par plusieurs bourgs et bourgades, hameaux et villages, et parfois entendit le récit d'une troupe venue conter quelques histoires, évoquant souvent les exploits présentés comme héroïque d'un Aédan de Vercombe. Ce nom ne manqua pas de forcer le jeune frère à un effort de mémoire, et ce qui lui revint était à demi-teinte... Tant l'exploit et la grandeur que la décadence et la misère.
Et si côtoyé ainsi même les plus petites gens, allant jusqu'à partager une tournée avec plusieurs d'entres eux pour entendre davantage d'un récit ou d'une rumeur était un concept probablement étranger au commun des nobles, ce n'était pas son cas. Il avait connu semblable quotidien, et partagé même le pain et le vin – parfois des plus médiocres – avec des hommes autrement moins fréquentables que ces bonnes gens.

Finalement, après plusieurs jours à errer, improvisant son voyage en fonction de ce qu'il pouvait entendre et apprendre, il décida finalement d'aller tout de même chasser, car après tout, c'était là le motif de cette escapade. Et celle-ci fut correct, bien qu'il déplora parmi son escorte quelques malheureux accidents, des blessures causées par la méconnaissance de certains de la bête qu'ils traquaient principalement.
C'est pour y soigner superficiellement au moins ces ignorants maladroits qu'ils prirent la décision de s'arrêter au premier village un minimum développé, et qu'ils firent halte dans cette bourgade modeste d'Aprebutte, dont il avait vaguement entendu parlé depuis quelques jours, au moins à travers les exploits de l’aîné du seigneur qui semait ses bâtards un peu partout dans les hameaux voisins. Le seigneur quant à lui lui était parfaitement étranger...

Et c'est ainsi qu'on en vient à cette petite troupe pénétrant la modeste bourgade pour se diriger vers la demeure seigneuriale, chemin durant lequel Beaucent discuta quelques instants avec des habitants, feignant l'intéressement pour y recueillir au moins le nom de celui à qui il réclamerait l'asile et le soin pour ses hommes... Un si petit seigneur se sentira probablement des plus flattés de voir son nom connu.
Et c'est ainsi qu'il put se présenter devant les gardes et demander à l'un d'eux après qu'il eut démonté l'attention de leur maître en ne se contentant pas d'un « ton seigneur ».

« Fais donc savoir à ton seigneur, Gilbert d'Aprebutte que Beaucent, de la Maison d'Ancenis demande à jouir de son hospitalité, pour lui et ses hommes. »

Quelques instants s'écoulèrent avant que le seigneur, un homme grisonnant, accompagné par une « jeune » femme à ses yeux des plus communes, mais dont il put comprendre qu'elle put apparaître au moins charmante, et de quelques marmots dont le plus vieux devait avoir dix ans. Trop jeune pour être la mère du semeur de bâtard dans tout les cas. C'était un détail sans intérêt, mais Beaucent se plaisait à les relever, ils pouvaient s'avérer parfois utile, bien qu'il espéra ne pas être amené à ce genre d'exercice dans une si modeste cour.
Il releva la présence de ce qu'il jugea être quelques « notables » locaux, dont l'importance devait s'effacer fatalement dès lors qu'on s'éloignait un peu du village, mais qu'il devrait, à l'instar du seigneur, probablement flatter... Qui sait à quoi pourrait bien servir les petites gens... L'un d'eux pouvait très bien lui rendre un précieux service, à lui ou à son frère, dans une situation qu'il ne pouvait encore concevoir.

Ainsi l'accueillit-on, et en l'honneur d'un hôte aussi prestigieux s'improvisa l'organisation d'un banquet, le soir venu, auquel il offrit le fruit de sa chasse. C'était une longue soirée qui les attendait, et il craignait de s'y ennuyer, car il n'y avait là aucune compagnie digne d'intérêt ou bien propice à l'amuser. Et c'est une prière silencieuse et ouverte qu'il offrit aux dieux, qu'importe celui qui l'entende, qu'importe même celui qui y réponde, qu'il soit des Cinq, des nains, des elfes, des sombres ou de quelques espèces encore inconnus des hommes, qui par amusement se plairait à courber le destin et à lui offrir une distraction digne de ce nom.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nilah
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 88
Âge : 27
Date d'inscription : 24/06/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 16 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Festivités | Beaucent   Jeu 28 Nov 2013 - 22:48

« Si je vous le dis, mon pauvre ami ! » répondit tragiquement Nilah en présentant les osselets de son assiette. « Arcam est un filou, mais quand il parle d’avenir, il ne ment jamais. Jamais ! »


Son interlocuteur, un jeune chevalier ancenois qui dépassait à peine la vingtaine d’années, n’en menait pas large. Il gardait ses yeux rivés sur la victuaille qu’il avait goulument dégustée quelques minutes plus tôt sans se douter du vilain tour qu’on était en train de lui jouer. Cela faisait bien dix bonnes minutes que la mage soltarie lui « prédisait » son avenir, faisant tourner au gré de ses envies le pauvre os innocent du bout de sa fourchette. Si, au départ, elle s’était limitée aux évidences, le regard fasciné du jeune homme l’avait poussée à sortir un peu des sentiers battus, allant jusqu’à lui décrire le monstre marin qui le dévorerait à coup sûr s’il se risquait un jour sur l’Olienne. Nul doute qu’après ça, le pauvre hère resterait sur la terre ferme de longues années.


L’ambiance était festive, dans le château d’Aprebutte. Nilah était bien tombée, Beaucent d’Ancenis en personne avait fait l’honneur à la maisonnée du seigneur local de s’inviter. Peu au fait de la généalogie ancenois, la sang-mêlé avait cependant pu vite comprendre de quoi il en retournait : l’homme n’était rien de moins que le frère du baron. Avide de montrer au sang de son suzerain combien il était riche et puissant, le vieil homme avait fait parer la salle du banquet de ses plus beaux atouts. L’or et l’argent coulaient à flot, au plus grand bonheur de la jeune voleuse qui faisait habilement disparaître des pièces stratégiques — celles que l’on ne remarquait jamais mais qui valait tout de même leur pesant de souverains. Pour entrer, elle s’était faite passer pour « Nilah du Souffle du Saphir, Mage Soltarie et Disciple du Duc Soltar. » Des titres ronflants à peine usurpé, elle n’avait certes pas rencontré Asdrubal en personne mais le gaillard était tout de même son Grand Thaumaturge, il fallait bien s’en servir de temps en temps.


Elle avait bien conscience de ne pas incarner l’invité de marque lambda auquel pouvaient être habitués les autochtones, elle avait donc misé sur l’extravagance à outrance pour qu’on évitât de lui poser des questions. Elle était une mage, après tout ; un mage se devait d’être extravagant, c’était toujours le cas dans les contes populaires. Elle avait donc dénichée une longue robe bleue nuit, une cape au couleur de l’arc-en-ciel et un magnifique chapeau coiffé d’imposantes plumes elles aussi colorées. Le cœur battant la chamade, elle avait pu admirer les yeux agrandis par la surprise des gardes quand elle s’était présentée aux portes de la demeure féodale ; elle s’était même offert le luxe de les menacer d’une malédiction s’ils ne se dépêchaient pas de « lui trouver quelqu’un qui saurait quoi faire. » Croyant avoir à faire à une envoyée personnelle du duc suderon, ou peut-être simplement dans le doute, le vieux seigneur l’avait cordialement invitée à se joindre à eux pour la nuit. Tant mieux ! Nilah n’avait en effet pas trouvé ses coûteux vêtements dans son chapeau, elle allait devoir travailler dur pour rentabiliser sa soirée.


Quelques souverains changèrent d’ailleurs de main alors qu’elle saluait sa victime. « Ne vous inquiétez pas, mon brave. Un homme peut passer toute sa vie loin des tréfonds des océans. Restez auprès de Célya et tout se passera bien. » Le hochement de tête dubitatif qu’elle reçut en retour lui confirma ses doutes sur les futures expéditions maritimes du jeune homme.Se redressant souplement, elle parcourut la salle du regard. Beaucent semblait s’ennuyer ferme ; il faisait à peine l’effort de mimer quelque intérêt à la conversation avec une jeune femme pourtant fort séduisante dans laquelle il était embourbé. L’envie lui prit de s’approcher pour pimenter sa soirée mais elle se retint : quelque chose la dérangeait. Elle ne savait pas quoi, mais l’Ancenis dégageait quelque chose à laquelle elle ne voulait pas forcément se frotter. Aussi, elle choisit une autre table et commença un nouveau baratin.



Revenir en haut Aller en bas
Beaucent d'Ancenis
Humain
avatar

Nombre de messages : 13
Âge : 228
Date d'inscription : 10/08/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 25 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Festivités | Beaucent   Mar 3 Déc 2013 - 21:33

Point de surprise pour venir le divertir et chambouler une soirée qui semblait suivre le déroulement entendu. Invité à la table du seigneur, ce dernier n'avait pas manqué de lui présenter l'une de ses filles, assise à ses côtés. Et bien que la jeune demoiselle fut des plus charmantes, et maline de surcroît, si bien qu'elle put lui paraître aussi agréable à regarder qu'à écouter, si les circonstances avaient été différentes, il se contentait tout juste d'une attention polie et de quelques réponses formelles. Il était le jeune frère du baron, et il n'était pas marié, pas encore tout du moins, bien que le moment de combler ce manque viendrait bientôt, mais cela devrait faire l'objet d'une conversation entre frères, avant tout.

Mais tandis que son regard s'égarait à observer les notables présents à la fête, son attention se fixa sur la plus extravagante des invités, au moins par la tenue, dont il douta qu'elle fut de la région, encore moins d'Ancenis, tant elle contrastait avec le reste du tableau. Il l'observa un temps, du coin de l’œil seulement, afin qu'elle, ou quiconque d'autres ne surprennent son manège. Et ainsi la vit-il discuter avec l'un des tous jeunes chevaliers, fraîchement adoubés, qui constituaient son escorte, un garçon curieux, mais qui n'avait encore jamais quitté l'Ancenois, pour ce qu'il en savait.
Pour ce qu'il en vit, il considéra la jeune femme comme une forme de réponses à ses prières folles, un divertissement au cœur d'une scène des plus banales et ennuyeuses, aussi se prit-il a questionner vaguement sa voisine de table sur l'identité de l'extravagante, et la réponse qu'on lui offrit le confirma dans son idée qu'il y avait là matière à s'amuser... Une mage... Nilah du Souffle du Saphir... Quel titre pompeux, mais il avait entendu parlé de l'abondance des titres ronflants qui pullulaient dans le Sud.

Et si il chercha d'abord un prétexte pour se lever et approcher l'extravagante, le comportement troublé du chevalier lui permet de se mettre en mouvement, après s'être excusé auprès du seigneur et prétendu se soucier de l'état de son homme, qu'il savait jeune et pour l'heure encore trop influençable. Il alla le rejoindre, alors qu'il s'était mis légèrement en retrait, le regard ailleurs.

« Explique-moi ce qu'il s'est passé... Qu'est-ce qu'elle t'a raconté pour que tu sois dans cet état ? »

Et le court récit désordonné et par moment peu clair offrit un tableau qui lui plaisait de plus en plus... Elle pouvait entendre Arcam, et sa magie lui permettait de parler de l'avenir contre quelques souverains, hein ? Cela avait tout l'air d'une diseuse de bonne aventure, de celles qui prétendent lire l'avenir dans les cartes ou bien encore dans les bouillons de légumes.

« Ne t'inquiète pas, elle raconte des histoires, il n'est pas une seule créature pareille en Olienne, sinon celles de bois qui constituent les figures de proue de quelques navires thaari. Il n'y a qu'en Eris que Tyra a vomit ses monstruosités, je te l'assure. » Mais alors que le jeune homme, considérant s'être fait roulé, semblait vouloir récupérer son pécule, Beaucent le retint avec fermeté et autorité avant de s'exprimer à voix basse. « Non, elle a gagné cette manche, retiens la leçon pour la prochaine qui prétendra te dire de quoi l'avenir est fait. Les Dieux seuls le savent, et à ce sujet, ils sont encore moins bavard qu'à propos de tout autre sujet. Maintenant, retourne t'asseoir, à une autre place, et profite de la fête et de l'hospitalité de nos hôtes. »

Et ce, de toutes les façons dont on pouvait comprendre ces mots, dans la limite du respect dû au seigneur et à sa famille, bien entendu. Et c'est à contrecœur qu'il se détourna de l'idée de faire regretter à la mage son vilain tour. Quant à Beaucent, il décida qu'il était temps de commencer la seconde manche, de faire trembler l'arrogance qu'il savait propre aux mages, sûrs d'eux et de leurs supériorités sur le reste des hommes.
Et c'est ainsi que tout naturellement, il s'installa à la place qu'occupait plus tôt le chevalier, et entama d'emblée la conversation, et il ne permettrait pas à son adversaire de s'esquiver.

« L'on m'a raconté des choses surprenantes à votre sujet, Dame Nilah, du Souffle du Saphir, » Et le titre fut prononcé avec une once de moquerie. « il paraît qu'Arcam lui-même vous susurre l'avenir. J'ignorais qu'une telle discipline existait, et je m'étonne que votre Maître et Duc n'ait pas eu l'esprit de s'en servir, cela lui aurait épargné quelques soucis, vous ne croyez pas ? »

Mais ça n'était pas avec cela qu'il la contraindrait à jouer. Aussi, et avec une légèreté qui, sur l'instant paru plus menaçante que si il s'était exprimé avec sérieux, il mit en branle la partie alors qu'il sortait quelques pièces, une somme qui lui paraissait bien faible pour connaître son avenir.

« Bien, à présent, pourriez-vous me dire ce qu'il vous raconte à mon sujet ? Que me réserve mon avenir ? Mais pas de précipitation, concentrez-vous bien, écoutez attentivement ce qu'Il pourrait vous murmurer, il serait très dommageable pour vous que je sois déçu par votre démonstration. Il serait délicat pour vous que je suggère à notre hôte la nature de votre mensonge, ou bien que j'autorise mon homme à récupérer son or et à se dédommager de la façon qu'il estimera la plus juste, aussi pénible soit-elle pour vous. »

Bien entendu, ni l'une, ni l'autre des options n'étaient réellement envisagées, ça n'était là qu'un jeu, mais  il suggérait la vérité dans l'intonation de son avertissement afin de se satisfaire d'une réponse la plus authentique et franche possible.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nilah
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 88
Âge : 27
Date d'inscription : 24/06/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 16 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Festivités | Beaucent   Lun 16 Déc 2013 - 22:06

Un noble un peu trop curieux et sûr de lui, ce n’était pas pour arranger ses affaires ; Nilah néanmoins ne se permit pas de sourciller et l’accueillit avec le sourire. Si ses menaces mirent ses sens en alerte, elle n’en conserva pas moins son calme. Ce n’était pas comme si c’était la première fois qu’un sceptique venait lui chercher querelle, les gens ne restaient jamais indifférents aux diseurs de bonnes aventures. Il y en avait pour la trouver merveilleuse et louer sa prescience. Ceux là lui permettait de ne jamais manquer d’or, peu importait la situation dans laquelle ils se trouvaient. Il y en avait d’autres, par contre, qui rejetaient ses prétendus dons et l’affublaient de menteries et la traitait en escroc. Elle ne pouvait guère leur donner tort, en réalité. Son talent n’était pas, en effet, de savoir tendre l’oreille aux murmures d’Arcam mais bien de lire en ses victimes comme dans des livres ouverts. Ce n’était pas sa faute, s’ils charriaient avec eux tant d’indices qu’elle en venait à pouvoir deviner le nom de leur défunte mère ! Pour le reste, il suffisait de dire à ces pauvres hères ce qu’ils voulaient entendre. Le pire, c’était qu’elle ne doutait pas avoir aidé une ou deux âmes en peine à l’occasion. La plupart du temps, les gens n’avaient besoin que d’un coup de pouce pour croire en eux.


Bien entendu, Beaucent d’Ancenis n’était pas de ceux là. Lui n’avait guère besoin qu’on lui dît quoi faire, il le savait déjà. L’avenir ne lui faisait pas peur, il ne se retournait jamais dans son lit la nuit à se demander de quoi le lendemain serait fait. Ou bien il était persuadé que les voiles du futur ne dévoilaient pas si aisément leur secret et qu’il n’y avait pas un mortel sur Miradelphia pour pouvoir les percer. C’était selon.


Peu importait de quel bois était fait Beaucent, il était sur l’heure une épine dans le pied de la sang-mêlé qui voyait et son agréable soirée et sa récolte d’argent mises en péril. Bien entendu, il fallait qu’il fût le frère du suzerain du maître de ces terres, sinon la chose n’aurait pas été drôle. Elle ne doutait pas qu’il pût convaincre le maître de céans de la jeter dehors manu militari. C’eut été un moindre mal, en réalité, elle était du genre à savoir retomber sur ses pattes. Une geôle était plus problématique. Quant à la menace d’un lynchage en règle par le damoiseau qu’elle avait roulé… et bien, au moins elle aurait la satisfaction de faire ravaler sa fierté mal placée au jeune homme une deuxième fois, avant de prier pour avoir une porte de sortie. L’esbroufe du mage soltari en mission diplomatique pour son duc semblait néanmoins compromise, elle décida donc de ne pas se cacher derrière le temps de savoir sur quel pied danser.


Une chose était certaine, elle ne laisserait pas à son interlocuteur le plaisir de voir qu’il l’ennuyait.


« Arcam ne me parle pas, malheureusement. Cela rendrait les choses bien plus simples, mon seigneur. » Elle esquissa un léger sourire énigmatique. « Je pense néanmoins qu’Il ne serait pas forcément mécontent de mes actions. »


Fouillant dans sa cape, elle sortit un vieux jeu de tarots aux cartes jaunis par le temps. Dans ses doigts agiles les figures commencèrent à danser alors qu’elle les mélangeait.


« Le tout est de savoir lire les signes qu’Il laisse échapper malgré lui. Je dois néanmoins m’avouer perplexe. Que suis-je supposée faire pour vous convaincre ? M’arrêterez-vous une fois que j’aurais terminé avec pour promesse de me libérer seulement si l’avenir me donne raison ? En ce cas, je vous l’avoue de suite : je ne suis guère intéressée. » Elle lança un regard au chevalier qui, forcément, ne les quittait pas des yeux. Quand il se rendit compte que la mage lui rendait son regard, elle le vit rougir — de colère ou de honte, à moins que ce ne fut un peu des deux. « Mais si votre protégé tient vraiment à m’exposer ses griefs, je serai ravie de l’écouter. » Elle ne put retenir un sourire amusé avant de revenir à son benjamin noble d’interlocuteur. « En vérité, messire, il est des jeux auquel il ne faut pas jouer. Mais si vous le voulez, je peux tirer les cartes pour vous. »


Elle marqua une pause alors que le paquet innocent s’immobilisait dans ses mains. Du bout des doigts, elle tira une carte qu’elle posa face cachée sur la table. Ses yeux brillèrent d’amusement alors qu’elle continuait : « Les cartes disent parfois la vérité, mais plus souvent encore elles mentent. Ce sera à vous de décider ce que vous voulez croire ou non, je ne serai pour ma part qu’une modeste messagère. Et vous savez ce que l'on dit, sur le message et les messagers. Sachant cela, seriez-vous intéressé ? »


Insolente, la carte semblait le défier de refuser.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Festivités | Beaucent   

Revenir en haut Aller en bas
 
Festivités | Beaucent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sortez vos chapeaux de fêtes et vos divers accessoires de festivités.
» Les festivités
» [Festivités 21 avril 1454] Bar
» [EVENEMENT] Après-Midi Récréative =D ! (Inscriptions)
» Images des festivités du carnaval 2013 au Palais Sans-Souci et au Cap-Haitien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Duché du Médian :: Baronnie d'Ancenis-
Sauter vers: