AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le doute persiste et la raison s'égare | Teagan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eliwa
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1679
Âge : 21
Date d'inscription : 10/08/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 140 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Le doute persiste et la raison s'égare | Teagan    Sam 7 Déc 2013 - 0:57


Elle n'avait plus envie de rien. Elle avait envie de tout. Elle était perdue, mais seulement parce qu'elle savait quel chemin elle devait prendre. C'était déroutant. Anormal. Elle ne cessait de ressasser ces images, ces paroles, ces odeurs. Elle avait tant retrouvé ! Elle avait tant enregistré, elle avait tant redécouvert qu'elle était devenue victime de ses souvenirs. Elle était entraînée à l'intérieur d'un tourbillon qui lui était si familier, mais qu'elle découvrait cependant pour la première fois. Jamais elle n'avait ressentit ça au paravent, jamais elle n'avait été ainsi entraînée, de force, vers quelque chose qu'elle ne voulait pas connaître. Parce qu'au fond, elle le connaissait déjà. Elle savait vers quoi elle s'avançait.

Dehors, assise devant la maison de son Père, elle regardait les gens passer. La nuit était entrain de tomber, et les fréquentations de la rue changeaient sensiblement au fur et à mesure que le soleil descendait dans le ciel. Mais elle ne désemplissait pas. Jamais. Elle se souvenait. Déjà quand elle était jeune, la ville était animée. Oui, et elle n'avait pas changée. Dans un sens, ça la rassurait, parce qu'elle connaissait. Dans un autre, ça lui rappelait trop de chose, ça faisait remonter des souvenirs qu'elle aurait voulu garder enfouis. Mais si elle était venue jusqu'ici, c'était pour surmonter ça. Pour passer à autre chose. Pour se libérer d'un poids. Elle soupira dans le crépuscule et poussa sur ses jambes pour se relever. Elle devrait peut-être rentrer, ou aller quelque part ou... Elle ne savait pas. Si elle rentrait maintenant, elle ne pourrait plus ressortir avant demain matin, sous peine de passer pour une putain un peu trop libre. Mais le temps qu'elle passait dehors, c'était du temps qu'elle passait en plus à Thaar. Et elle ne faisait que reculer les échéances.

Un frisson parcourut son dos. Fugace. Mais si froid. Glacial même. Elle ramena ses bras contre sa poitrine et frotta les frotta de ses mains, pour essayer de faire passer cette sensation désagréable. Pour essayer de se réchauffer. Et de se rassurer. Eliwa ne regardait plus tellement la rue, mais elle remarqua tout de même un passant. Celui qu'elle rattrapa in extremis avant qu'il touche le sol. Et si elle n'avait pas vu le coup qu'il venait de se prendre, elle aurait put croire qu'il était tombé seulement à cause de son état. Parce qu'il puait l'alcool à des lieues à la ronde, et parce qu'il ne marchait plus tellement droit. Encore heureux, il n'avait pas l'alcool triste, et avant qu'elle n'ait put lui adresser la parole, il marmonna une phrase qu'elle ne compris pas réellement et repartit vers celui qui l'attendait au milieu de la rue. Sur le côté, l'elfe ne broncha pas. Elle n'essaya ni de le retenir, ni d'empêcher l'échanges de coups qui suivit leurs retrouvailles.

Elle les regardaient se battre, là, au milieu de la rue, devant les badauds qui commençaient à former un cercle autour d'eux, avec des yeux presque vide, et dépourvus de lucidité. Dans cette ambiance, grise et vaporeuse, elle ne savait plus très bien l'âge qu'elle avait. Etait-elle une enfant ? Etait-elle simplement ? Oui, certainement. Mais elle était perdue. Complètement perdue. Et elle eu quelque peu du mal à reprendre pied quand on vint lui parler. Elle n'avait même pas remarqué que les badauds s'étaient dispersés et que la rixe avait cessée. Elle n'avait pas remarqué que c'était celui qu'elle avait rattrapé qui se tenait devant elle.

 - L'établissement est fermé, vous ne pouvez pas entrer, désolée.

Revenir en haut Aller en bas
Teagan Dubreuil
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7
Âge : 22
Date d'inscription : 17/07/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 23 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le doute persiste et la raison s'égare | Teagan    Dim 8 Déc 2013 - 21:51

Il venait juste d’arriver. Le bateau qu’il avait prit ce matin la, n’était pas le sien. C’était la première fois qu’il prenait la mer sans son bateau de pèche, la première fois qu’il sortait du monde qu’il avait toujours connu,  la première fois il quittait son île natale. De ce fait il ne parlait pas a grand monde, mais personne ne lui parlais non plus. C’est d’ailleurs ce qui l’a étonné. Pas un mot ne lui fut adressé de tout le voyage…. Voyage qui fut, comme l’on pourrait s’y attendre, d’un ennui pesant. Teagan se dirigea, machinalement vers le port de pêche, comme si il rentrait d’une matinée avec sa mère qui l’eut élevée, sa mer d’adoption, sa mer Olienne. Cette fois ci il n’était pas du coté vente mais acheteur, et en tant que connaisseur il rigolait a chaque étale. De voir tout ce poisson avarié qui sentait les égouts, le rendais en joie, car seul lui pouvais rendre heureux les Nellenites avec ses poissons aux herbes des champs.
Après avoir passé son midi a cherché un poisson digne de ce nom afin de se rassasié, il décida de faire, comme a son habitude, se qu’il appelle « la voie maltée ». Le but en est simple se torché la gueule a chaque taverne du bourg qu’il visite…. Je vous laisse imaginer l’état du bon pêcheur après cette « voie maltée »… Celle-ci commença fort bien.  Les premières tavernes visitées offraient une chaleureuse ambiance et de la bonne bière.
Il en était a sa troisième taverne lorsque un bonhomme a l’hygiène douteuse s’approcha du « boucher liégeois », il lui dit avec sans nul doutes la plus grosse de ses voix :

                    -Hey l’étranger, tu t’est perdu ? Tu veux qu’on te montre la ville ? T’a pas payer le péage en entrant !!

Ses camarades, n’ayant pas plus de neurones qu’une babouche a Thanor, sirotant un cocktail avec une mouche laitière, se marrèrent…. Ce pourquoi ils se marraient, restait un grand mystère de la vie, et une question sans réponse pour le Nellenite.
Teagan le regarda avec une tête d’ahuri…. Se retourna comme s’il cherchait quelqu’un dans l’assistance de la taverne, puis re-regarda le rustre qui lui coupa l’envie de boire sa bière, tant l’odeur émanant de cet énergumène refoulai la mélasse, pour ne pas dire merde! Il lui dit le plus naturellement du monde :

                       -C’est à moi qu’tu parles ???

Il huma l’air pour s’apercevoir après quelques secondes :

                        - Mais… mais…..OUAAAH Tu pues le cadavre pourris !

Ni une ni deux le caïd  lança son point dans la figure de notre étranger. Teagan l’encaissa sans bronché, se leva, et enchaina les coups de poings dans le visage du pauvre paysans, qui, parenthèse faite, n’avait pas emmerdé la bonne personne. Il ne s’arrêta que lorsque le corps du malotru tomba, ensanglanté, sur le sol. Il se rassit bu sa peinte puis sortit, non pas sans être on ne peu plus fier d’avoir explosé le nez de son agresseur.
Pas un seul des petits camarades du monsieur ne vinrent retenir le grand basané. Il sortit dans la rue et demanda a un passant ou se trouvais la taverne la plus proche, mise a part celle d’où il sortait. Le vieil homme commença à lui expliqué, mais soudain se mit à courir. Teagan bloqua sur cette étrange réaction puis sans même essayer de comprendre, repris sa route, sans faire attention, sans regarder personne, sans se retourner… peut être aurait-il du le faire, car derrière lui le bon vieux cadavre ambulant c’était remis de cette pluie de coups et le chargeais, avec en main un tabouret, qu’il ne tarda pas d’éclater sur la tête de notre visiteur d’un jour.
Ma foi fort bourré et quand même sonner par le coup, (et oui un coup de tabouret sa fait pas du bien !!) il perdit l’équilibre en glissant sur une peau de banane. Quel manque de bol me direz-vous ! Et bien pas tant que sa ! Il tomba dans les bras d’une elfette assise la, qui fut carrément surprise de recevoir Teagan dans ses bras. Pas un mot ne sortit de la bouche de la charmante demoiselle.  Comme dit précédemment, Teagan un peu dans un état critique, et la tête dans la poitrine de la malheureuse,  il murmura à l’elfette :

                    -Je te préfère au sol, bien plus douillet!

Il se releva et reparti cogner sur le lâche qui l’eut attaqué par derrière. Une sorte de cercle ce forma autour des deux adversaires, comme un combat de coqs.
L’échange de coup qui suivi ne sera pas conté de peur de choqué la sensibilité des personnes les plus jeunes.
Après avoir tué son adversaire a coup de cailloux qui trainait la, il se précipita vers l’elfette pour lui parler

                    -Hey ! Merci pour toute à l’heure ! Comment t’appelles-tu ?

Un petit moment vint accompagner la réponse de l’elfette :

                    -L’établissement est fermé, vous ne pouvez pas entrer, désolée!

Ne comprenant pas la réponse de la jeune demoiselle, il voulu lui reposer cette même question mais lorsqu’il la regarda un peu plus le visage de la fille, il vi une profonde détresse, et, ne voulant aucunement l’importunée d’avantage, il avança dans le bourg encore et encore….. Jusqu'à cet instant. Cet instant ou il entendit une musique si prenante, si entraînante…. Il décida donc de se rapproché et vi la plus belle créature que cette terre eu portée, du moins a égalité avec cette elfette. Il espérait néanmoins qu’elle serait plus bavarde que la jeune verte !
Il attendit qu’elle finisse pour aller la saluée :

                       -Wouha quelle prestation tu est magnifique comment t’appelles tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Siliria Drotinga
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 9
Âge : 20
Date d'inscription : 13/11/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le doute persiste et la raison s'égare | Teagan    Mar 10 Déc 2013 - 20:14

Combien de temps la belle Siliria battit-elle la campagne avant de trouver la ville de Thaar ? Elle n'en avait aucune idée précise, mais elle savait que le tout faisait un sacré paquet de jours de marche en solitaire. Et lorsque, épuisée et amaigrie par une faim trop présente, elle arriva dans cette ville, elle dut errer seule encore un jour ou deux, ne dormant que d'un œil, surveillant de son regard d'ocean les ruelles noires qui faisaient office de chambre. Décidément  la vie avait décidée de son montrer de son mauvais jour avec la belle qui n'avait pourtant rien demander. Cependant, le destin voulut sans doute lui accorder une chance, car le troisième jour, un matin brumeux, il mit la belle humaine sur le chemin d'une dame, plutôt de catégorie aisée. Cette dame qui approchait de la cinquantaine, avait tout d'abord rebutée la jeune fille de par son aspect grognon, et un peu mauvaise langue également. Elle disait se nommer Dame Reina, et avait parlé de l'annonce que Siliria avait passé afin de trouver un travail de danseuse. La Dame voulait un peu plus d'animation dans son bourg, elle proposa donc un marché équitable à la belle qui accepta aussitôt: pendant une semaine la jeune fille danserait avec les filles de la Dame, et en échange celle-ci lui offrait une petite somme d'argent, une chambre dans sa vaste maison et un repas offert par jour. Le deuxième repas, celui du soir, Siliria devrait se le payer dans une taverne, mais cela ne la dérangeait pas le moins du monde, car elle aimait ces ambiances festives, même si souvent les hommes tombaient au fond de leurs chopes et qu'il était dur de les en tirer sans utiliser la force.
C'est ainsi que le jour même, après avoir pris le repas du midi en compagnie de Reina et de ses filles, Katlinya et Ophelia, avant de monter se préparer dans la chambre qui lui avait été accordée. Siliria opta pour la robe rouge sombre qui faisait ressortir sa peau pâle et ses cheveux noirs. Dans le dos, la robe découvrait légèrement sa peau d'Ivoire car elle était lacée à ce niveau. Son vêtement, qui descendait jusqu'aux genoux, mettait en valeur sa poitrine à l'aide d'un décolleté raisonnablement sage -Siliria était une danseuse pas une fille de joie ! - et sa taille fine en serrant délicatement son corps à cet endroit.
Avant de decsendre la belle détacha ses cheveux prisonniers de leur habituelle tresse, et elle les laissa tomber sur ses épaules et dans son dos en une abondante cascade couleur de nuit.
Ça y est. Elle était prête.

Siliria descendit dans le bourg, accompagnée des musiciens et d'Ophelia ainsi que de Katlinya et leurs mère. Même si elle s'en fichait, la belle avait bien remarqué que, malgré leur beauté respective, les deux soeurs attiraient moins le regard que la jeune fille aux yeux bleus. Il faut avouer qu'elle était éblouissante de beauté dans cette robe ce qui avait rendu Dame Reina un peu plus grognon que d'habitude. Toutes les trois se mirent en place, ainsi que les musiciens tandis que la femme allait rejoindre le petit groupe, formé par une dizaine de curieux, qui avait fait son apparition.
Le groupe de spectateurs ne se grossit qu'au moment où les premiers accords sonnèrent et au moment où les trois jeunes filles entamèrent leur danse.
Siliria ondulait au rythme tantot lent tantot rapide de la musique sauvage et entrainante, mais jamais la belle ne se montrait provocante. Déjà d'une parce que ce n'était pas dans son habitude et de deux parce que c'était une prestation ''tout public''. Les mèches de cheveux noirs qui volaient devant son visage, et qui le cachaient le temps d'un soupir ne la gênaient pas, bien au contraire, elles aidaient renforcer le charme félin de la jeune fille, qui ne faisait d'ailleurs rien pour l'augmenter.
La mélodie entrainante atteignit bientôt son apogée et c'est à cet instant qu'un magnifique sourire éclaira le visage de Siliria. C'était un véritable sourire de bonheur, un sourire qui voulait tout dire. Elle aimait être là. Elle aimait leur public respectueux et euphorique. Alors elle souriait aux hommes, aux femmes, aux enfants, aux petits, aux grands, aux vieux et aux jeunes, aux riches et aux pauvres. Elle invita dans la danse des enfants de tout âges et les fit tournoyer avec elle, tandis qu'un rire joyeux s'échappait de ses lèvres entrouvertes. Et d'un coup, le merveilleux enchantement s'arrêta, car la dernière note était sorti des instruments des musiciens.
Sous les applaudissements les trois jeunes filles décoiffées, les joues rosées et le souffle court s'inclinèrent gracieusement un grand sourire aux lèvres.

Siliria se dirigeait vers une rue plus calme lorsqu'un jeune homme au phisyque plutôt charmant l'arrêta pour lui dire:

''-Wouha quelle prestation tu est magnifique comment t’appelles tu ?''



La prudence habituelle de Siliria la poussait a se montrer froide et distante envers ce jeune homme qui pouvait bien être un profiteur, mais la jeune fille rembarra cette rabat-joie et sourit en replaçant une mèche de cheveux. Puis elle plongea son regard bleu dans les yeux de son interlocuteur et elle dit d'une voix joyeuse.

''-Et bien merci beaucoup je suis heureuse que cela vous ai plu. Mon nom est Siliria, Siliria Drotinga. Et vous, comment vous nommez-vous ?"

La jeune fille n'avait nullement était offensée par l'emploi du tutoiement par le beau jeune homme, mais comme elle ne savait ce que lui préférait, elle le vouvoyait.
D'ailleurs il était vraiment beau ce gars là aux yeux de la belle qui espérait que son mental soit aussi beau que son physique...





Revenir en haut Aller en bas
Eliwa
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1679
Âge : 21
Date d'inscription : 10/08/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 140 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le doute persiste et la raison s'égare | Teagan    Sam 19 Avr 2014 - 18:39

Seule, au milieu de la rue, elle était totalement déboussolée. Ce qu'elle venait de voir l'avait figée sur place. Et sa conscience se refusait à refaire surface. Etrange sensation. Et certainement pourquoi elle répondit à côté de la plaque au jeune homme. Mais maintenant qu'elle le voyait s'éloigner dans la rue, après avoir mis à mal quelques habitués des tavernes, typiques du coin, elle s'en voulait de ne pas avoir été un peu plus attentive, de ne pas avoir cherché à l'aider. Elle s'intima donc une reprise en main immédiate, et décolla du sol. Elle ne courut pas après l'homme qu'elle avait rattrapé avant qu'il ne tombe et ne se fasse mal, puisque ce dernier s'arrêta bientôt devant un spectacle de rue. Des danseuses et des musiciens s'étaient attroupés là, et rameutaient une bonne partie du quartier, en plus de quelques passants. Elle ne regarda pas vraiment ce qui était entrain de se dérouler au centre du cercle, prêtant plus attention à celui qu'elle suivait.

Mais quand la musique cessa, et que les tissus cessèrent de voler au rythme des corps en mouvement, elle ne put l'approcher. Tout d'abord parce que la foule se dispersaient, et ne formait plus un tout parfait, facilement prévisible et facilement traversable, mais aussi parce qu'il avait abordé une des danseuses. Elle hésitait sur la marche à suivre, mais elle finit tout de même par s'avancer. Cependant, quand elle vit la manière dont la jeune femme le regardait, elle se dit qu'elle ne devrait peut-être pas les interrompre. Parce qu'elle connaissait ce regard, et elle savait ce qu'il signifiait. Elle était à peu près certaine de ce qui risquait de se passer par la suite si elle les laissait à leurs occupations. Et finalement, elle se retira. S'ils ne partaient pas ensemble, elle irait offrir un verre au jeune homme qu'elle avait suivi, et peut-être même la meilleur nuit qu'il pourrait avoir de sa vie. Seulement, elle était presque certaine qu'ils finiraient leur nuit ensemble, loin d'elle, loin de la maison de passe devant laquelle les ivrognes devaient encore traîner lamentablement sur le sol. Assise sur un muret, elle attendit la suite, les yeux fixés sur eux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le doute persiste et la raison s'égare | Teagan    

Revenir en haut Aller en bas
 
Le doute persiste et la raison s'égare | Teagan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Débat: Et si Marx avait raison?
» Vraie Raison du Départ de Batista
» l'âge de raison
» Togoria- L'ombre d'un doute
» Les hormones ont leurs raisons que la raison ignore ... {Sovahnn}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Principautés de Thaar :: Thaar (Cité)-
Sauter vers: