Partagez | 
 

 Un Haize peut en cacher un autre .. (PV)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Angelina De Draycan
Humain
avatar

Nombre de messages : 1018
Âge : 33
Date d'inscription : 06/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : Née en l'année 980 cycle 10.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Un Haize peut en cacher un autre .. (PV)   Ven 28 Fév 2014 - 14:52

Diantra. Voila un certain nombre d'années qu'Ange n'y avait pas mit les pieds, combien au juste ? Elle avait cessée de compter voila bien longtemps. La ville avait bien changée, le monde avait bien changé. Des rois étaient tombés, des guerres avaient eu lieu mais ce qui ne changeait pas, ce qui restait immuable quelque soit les lieux ou la période, c'était la misère. Diantra n'échappait pas a cela, dans ses tréfonds se trouvaient toujours des quartiers aux habitation dévastées, des pauvres gens meurtris par la guerre, la maladie ou parfois juste la pauvreté ... Tout le monde ne naissait pas avec une cuillère en argent dans la bouche .. Non pas que celle ci vous garantisse le bonheur. Même les plus riches est les plus bien nés avaient leur lot de malheur, Ange était bien placée pour le savoir .. Cette pensée sitôt venue, sitôt elle la balaya, elle ne voulait pas pensée a ça, elle ne voulait pas pensée a elle et parfois elle désirerait même juste ne plus penser.

Les températures avaient beau êtres douces, en ce jour il pleuvait a verse. Sa cape était si trempée, tout comme le reste de sa tenue d'ailleurs, qu'elle pouvait sentir la morsure des gouttes sur sa peau commençant a faire grelotter son corps entier.Elle était deja bien épuisée de sa journée et aurait grand besoin de se trouver un abri pour y soigné proprement les blessures fraichement acquises, ainsi que cette maudite fièvre prise d'un enfant malade. D'ailleurs c'était peut être bien ça qui la faisait grelotait et non la pluie. Qu'importe. Au lieu de partir en quête d'un abri, elle était toujours la, dans la rue, cherchant quelqu'un a aider, comme si se noyer dans les besoins des autres lui faisaient oubliés les siens .. Bien qu'elle se persuade sans cesse qu'elle n'en avait plus.

Ces temps ci .. Enfin depuis de nombreuses années deja, elle se servait trop de son don .. Sa malédiction. Elle en avait parfaitement conscience. Le meilleur moyen de s'oublier était de se consacrer aux autres .. Ce qu'elle faisait ... Jusqu'a s'y perdre. Un certain drow, si il était toujours de ce monde devait se délecté de cela, puisse t'il avoir un moyen de le savoir. Peut être la croyait il deja morte. Il y'avait eu des journées ou elle avait bien crue que c'était la fin. Cherchait t'elle la fin ? Peut être que oui, peut être que non ! Voulait t'elle mourir, peut être. Voulait t'elle vivre, peut être. La vérité c'est que quand vous passez un certains nombres d'années a ne faire rien d'autres que survivre sans chercher a avoir une quelquonque raison de ressentir quoi que ce soit, vous finissez par ne plus savoir si vous désirez que la route continue ou si vous voulez juste qu'elle s'arrête. Qu'elle s'arrête en emmenant tout vos tourments, car ce qui est amusant avec les tourments d'un cœur en miettes, c'est que vous avez beau vous convaincre, que vous ne ressentez plus rien .. Ils ne vous quittent jamais, s'évertuant chaque jour a vous prouvé que votre cœur meurtri est toujours bien la et que si vous n'y prenez pas garde, la tristesse aura vite faite de vous engloutir a nouveau. Le pire c'est les nuits ou la seule compagnie qui vous habite, sont vos sombres pensées ... Mais elle ne pense pas, non !

C'est donc la démarche un peu hésitante, les mèches échappées de son chignon, dégoulinantes sur son visage qu'Ange erre dans les rues de Diantra, sans but précis si ce n'est celui de trouver quelqu"un a aider. Juste un instant, le temps de se sentir juste une fois encore vivante .. Ou tout du moins ce qui s'en rapproche dans ses souvenirs. Il est assez curieux de se rendre compte que l'envie de vivre vous vient souvent quand vous êtes sur le point de perdre cette vie. Du moins trouverait elle cela curieux, si elle se permettait d'y penser, ce qu'elle se refuse jours après jours depuis qu'elle a arrêtée de compter, arrêtée de penser, arrêtée de ....

Quelque chose s'agita sous sa cape, lacérant son bras au passage. Elle soupira et sortie une grosse boule de poil grise de sous ses vêtements. Mr chat, qu'elle avait trouvée blesser quelques jours plus tôt. Il était trempé tout comme elle, et ne semblait pas apprécié cela, ce qui ne retirait rien a sa superbe ni a la douceur de son poil. Si elle s'en croyait encore capable, elle aurait sans doute sourit a sa vue, mais elle ne le fit pas. Elle ne savait probablement plus comment faire, qu'importe elle ne se posait pas la question. Elle se contenta de caresser le matou. Non contente de l'avoir soignée, elle lui avait promis le gite et le couvert. Du moins quand gite et couvert il y'avait. Sans doute que le pauvre diable l'avait comprise puisqu'il l'avait suivie docilement et n'avait point bronché quand elle avait blottie l'animal tout contre elle et que depuis il ne l'avait pas quitté. Sauf qu'en récompense, elle ne s'était pas attendue a ce qu'il s'échappe pour la première souris qui passe. Et c'est pourtant ce qu'il fit, il sauta promptement de ses bras, se secouant tout fier de lui, avant de bombé le dos et de détallé.

-Haize, espèce de pirate revient ici !

Sourire de matou, si cela est possible et cela l'est, elle le sait. Haize s’enfuie a la poursuite d'une souris grassouillette. Haize...C'est le chat. C'est comme ça qu'elle l'a appelé et voila qu'il s'enfuit. Comme seul Haize saurait le faire. Elle laisse tombée son capuchon, le cherche des yeux et se met a sa poursuite encore plus trempée qu'elle ne l'est deja. Pourquoi ? Ce n'est qu'un chat ! Ce n'est pas le sien !! Il ne l'a jamais été, elle l'a toujours sue !!! C'était juste un arrangement temporaire avant qu'il ne recouvre son envie de liberté ... Elle ne veut juste pas qu'il parte, il ne peut pas partir.... Pas encore une fois !!! Mais la elle ne pense plus au chat, alors elle cesse de penser et elle continue de courir.
Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Haize Sepiida
Humain
avatar

Nombre de messages : 1301
Âge : 118
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un Haize peut en cacher un autre .. (PV)   Sam 1 Mar 2014 - 4:41



Diantra. Une ville, enfin ! Après des semaines à se balader entre deux lieux, les voilà enfin en ville. Sickert adore les villes. Il déteste les routes. Il n'y a pas assez d'eau sur la route. Et dans les villes, il n'y en a pas, c'est normal. Malheureusement, c'est pas comme dans la piraterie, une ville ne signifie pas quartier libre. Ça signifie plus de boulot, parce qu'il y a plus de gens. Et pendant que le 2/3 du groupuscule se rapproche de la ville, le 1/3 parcours déjà la ville à la recherche d'opportunités. Opportunités de dénicher des contrats. Opportunité d'éliminer la concurrence. Opportunités de piquer les contrats de la concurrence. Opportunités de trouver des informations. Aisément, il suffit de tendre l'oreille et il est possible de trouver des tas d'informations. C'est ce pourquoi les deux capes grises... enfin, elles ont l'air grise, mais c'est probablement plus un écru sale... mouillé avant d'être sale... mais enfin, la couleur est difficile à déterminer avec certitude. Certes, il pleut, mais les deux personnages discutent avec animation. Enfin, presque. Il n'y a qu'une seule voix. Celle grave de la plus haute des deux silhouettes encapuchonnées. L'autre est silencieuse, mais animée.

- C'est le meilleur endroit de Diantra, dit-il avec aplomb. Mais je te dis qu'un bordel, c'est le meilleur endroit pour apprendre des trucs. Il secoue la tête. Non, c'est pas juste un prétexte ! Les femmes adorent parler. Il jette un coup d'oeil vers la porte qui a exactement l'air de ce qu'elle ne veut pas vraiment avoir l'air. La porte d'entrée d'un misérable bordel. Il n'y en a peut-être pas beaucoup à Diantra, mais Sickert les connaît tous. Il connaît également toutes les tavernes. C'est son boulot de tout savoir. Du moins tout savoir avant les autres du groupuscule. Un quart d'heure et j'ai la moitié des infos dont nous avons besoin, dit-il en tendant le poing vers l'adolescent qui l'accompagne. Défi relevé, l'autre silhouette joint ses jointures à celle du grand parleur et celui-ci pousse la porte.

Vingt minute plus tard, la plus mince des deux silhouettes ressort et se couvre la tête de son capuchon. Trois minutes plus tard, le grand parleur sort à son tour, précipitamment. Il replace son manteau, réajuste le col avant de se couvrir de sa cape à la couleur neutre indéterminée. Dans sa barbe hirsute, il sourit et derrière les mèches emmêlés de ses cheveux noirs, son regard bleu pétille de malice. L'autre gesticule avec animation et le pointe soudainement en agitant les mains de plus belle.

- Quoi ? Oh, dit-il en essuyant du revers de la main une trace d'un rouge vif sur sa lèvre. Ok, on n'a peut-être pas apprit la moitié de ce qu'on aurait pu, mais c'est ta faute. T'aurais pu être plus coopératif. Et l'autre se met à gesticuler de plus belle quelques secondes avant que Sickert éclate de rire. Je comprends absolument rien à ce que tu raconte ! dit-il d'un ton presque chantant avant de sauter par-dessus une flaque d'eau et il ne regarde plus Finnegan, mais il l'entend gesticuler. J'entends rien, dit-il en tirant une flasque de son manteau. Il en avale une lampée soutenue avant de la tendre à Finnigan. Ce dernier le dévisage, l'air interrogateur. Quoi ? C'est toi qui a la bourse, je vais quand même pas te demander chaque fois, alors j'ai prit. Pour un pilleur de sa trempe, ça n'a rien d'étonnant. Idiot, mais pas très étonnant. Il rabat son capuchon sur sa tête. Non, moi j'ai la bourse d'urgence. Toi t'as la bourse de survie. Comment ça c'est le contraire ? Quand y'en a plus dans la tienne, on pige dans la mienne. Je sais, y'en a toujours dans la tienne, tu y veilles. Non, je suis pas radin ! La preuve, je t'en offre, dit-il en lui tendant la flasque encore une fois. Finnegan lui arrache des mains et s'en empare.

Sickert ricanant, ils se remettent en marche, sous la pluie. Évitant les piétons qui courent sous la pluie. Eux, ils ne se pressent pas. Il semblent prendre tout leur temps, comme si la pluie ne les affectait en rien. C'est en effet le cas. De l'eau c'est bien pour les fils d'une sorcière des marais. Même les pavés boueux ne semble pas avoir d'emprise. De toute manière, un peu plus de boue sur eux ne changera pas grand chose. Surgit devant eux un chat, qui vient de tourner le coin, qui arrête sa course pas ètrs loin d'eux et s’assoit, avant de se lécher une patte. Ni Finnegan, ni Sickert ne ralentissent leur marche. Le chat attends la dernière seconde avant de déguerpir. Un pas de course attire l'attention de Sickert et il pousse Finnegan de l'autre côté du chemin, pour laisser passer le propriétaire des pas de course. Il s'avère que c'est une propriétaire, une femme.

- Dame, salut-il de sa voix rauque, sans vraiment porter attention à la dame en question, avant de se remettre en marche, Finnegan sur les talons. Il se retourne tout de même après quelques pas, prit d'un certain malaise, sans savoir de quoi il en retourne. Il fixe le dos noire de la femme qui s'éloigne en courant, perplexe. son regard estival accroche celui interrogateur de Finn. Il hausse les épaules. Le vent change, peut-être. Il ne sait pas trop. Il se remet en marche. J'ai faim. T'as faim ? Il nous reste assez pour manger ? Un peu ? Non, on pige pas dans la bourse d'urgence. D'accord, uniquement pour la bière, ça c'est urgent. Faut avoir le sens des responsabilités, Finn ! Y a une taverne juste là. ah, tiens, c'est ici qu'on les retrouve.

C'est tout petit, mais c'est chaud, constate-t-il lorsqu'il ouvre la porte. C'est sombre, mais c'est endroits sont toujorus sombres, surtout lorsqu'il ne fait pas assez noir dehors pour allumer les feux. Ni une ni deux, les deux éclaireurs se glissent à une table du fond, question d'avoir une vue sur la place. Le rendez-vous est donné, il ne reste plus qu'à attendre. On vient leur demander ce qu'ils désirent, Sickert ne prend même pas la peine de retirer son capuchon.

- Deux fois votre tambouille habituelle et deux fois la bière, demande-t-il d'un ton neutre. Il attends que le type soit reparti et il se raproche de finnegan. Alors, on a peut-être pas apprit la moitié de ce qu'on doit savoir, mais au moins, on sait ou on doit pas aller. Enfin, si on a envie d'avoir un séjour paisible et serein. Mais je pense pas que ça intéresse le chef. On ira demain là où mieux vaut ne pas aller. On risque d'y apprendre plus de trucs. J'ai peut-être un peu surestimé le bavardage des femmes. Un quart d'heure, c'était pas assez. La prochaine fois, on se laisse une heure. Et bon sang, sois plus coopératif, un peu lpus on pensait qu'elles te faisaient peur. Il hoche la tête. Ouais, bon, la rouquine, javoue qu'elle faisait un peu peur, concède-il en souriant, moqueur.

Cette fois, ils tire sur son capuchon et le jette en arrière. Il a rarement été aussi échevelé. Il se gratte la joue, avant de détacher sa cape et de la laisser tomber dans son dos. Il sourit, mais quelque chose dans son attitude, dans son regard, peut-être lui donne un air préoccupé.


Dernière édition par Sickert le Sam 1 Mar 2014 - 21:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Angelina De Draycan
Humain
avatar

Nombre de messages : 1018
Âge : 33
Date d'inscription : 06/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : Née en l'année 980 cycle 10.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un Haize peut en cacher un autre .. (PV)   Sam 1 Mar 2014 - 14:07

De la pluie encore de la pluie, s'infiltrant partout et la faisant greloté au possible et pourtant elle continue de courir. Elle court après ce maudit chat. Elle court aussi pour ne pas penser a pourquoi elle court après ce maudit chat. Elle l'aperçoit enfin faisant tranquillement sa toilette non loin de deux silhouettes floues de par leur capes et de par la pluie. Le bougre de chat. Elle presse sa course, sauf que le chat détalle a nouveau. Les deux silhouettes s'écartent, elle passe sans les voir, faut dire qu'avec cette pluie dégoulinant sur son visage et celle qu'il y'a a vue, c'est deja une chance que sa course ne se finisse pas au sol.

Un picotement dans la nuque, une chaleur dans le dos. Habituellement c'est signe de danger, sauf que la c'est plus subtile, comme la caresse du vent qui glisse sur votre peau. Voila que son esprit prends une drôle de tournure, elle jette un œil par dessus son épaule, rien si ce n'est les deux silhouettes qui continuent leurs chemins. Elle secoue la tête et fixe a nouveau son chemin, voila ce qui arrive quand vous courez sous la pluie avec une mauvaise fièvre en prime, vous sentez des choses qui n'existent que dans votre imagination.. Bizarre tout de même, elle aurait jurée que ... Bref revoilà ce maudit chat, complétement trempé et guettant un trou dans un mur.

Elle fixe son regard sur le chat, il a l'air bien penaud, totalement trempé et visiblement sans souris dans la gueule. Il sent sa présence et la regarde de ses yeux de chat. Deux iris d'un bleu profond, aussi profond que celui des vagues qui bordent l'ile de Meca. C'est un tout autre regard qu'elle voit maintenant, c'est bref, c'est douloureux .. Juste un instant avant qu'elle ne reprenne le contrôle. Enfin ...

Haize, tu ferais un bien mauvais pirate mon ami. Tu serais plus a servir de repas a Walter, que de te servir Walter pour le repas ...

Walter, c'est un requin. Walter c'est ... C'est une foule de souvenir a laquelle elle ne veut pas penser. La pluie, ce chat avec son sourire de matou et ses grands yeux bleu, le vent qui la caresse d'une drôle de façon et cette fièvre, tout ça fait qu'elle pense un peu trop et penser trop, ça veut dire se souvenir et ça il n'en est pas question. Elle prends le chat dans ses bras, il ne bronche pas, trop occupée a bouder sur son diner manqué. Il s'en remettrait avec un bon bol de lait.

Elle reprend son chemin, sans courir cette fois, pas qu'elle n'est pas de raisons de courir, elle en a toujours eu mais parce que il y'a un je ne sais quoi dans l'air qui lui colle une boule au ventre. Elle ne prends pas la peine de remettre son capuchon, a quoi bon, elle est totalement trempée. Elle aperçois une taverne non loin, pas vraiment son genre d'endroit, mais le chat a besoin d'une pause .. Elle aussi.

Elle entre, un pas après l'autre, droit devant sans que son regard ne se perde sur quiconque. Se fondre dans la masse, c'est le but, chose peu aisée pour une femme complétement trempée qui rentre dans une taverne pas bien grande, un chat sous le bras. Elle n'accorde pas d'importance aux regards curieux, pas plus qu'a ceux dégoulinants de pensées dont elle ne veut rien savoir. Direction le comptoir ou un bonhomme bourru lui jette un regard pas bien avenant.

- La p'tite dame s'est perdue ?

Pas de réponse, Ange s’assoit sur un vieux tabouret légèrement branlant et installe le chat sur le tabouret voisin. Ses yeux ne quittent pas le bonhomme a tel point qu'il fini par se dandiner sur place l'air un brin nerveux. Quelques pièces claquent sur le comptoir.

- Une tasse d'eau chaude et du lait pour le chat si possible.

La bonhomme tique, forcement, comme toujours, de l'eau dans une taverne et chaude avec ça. Elle lève les yeux au ciel, les pièces tintent a nouveau sur le comptoir, le voila plus conciliant. Faut dire aussi que Ange le quitte toujours pas des yeux. Le regard froid, juste braqué sur lui, le genre de regards a vous mettre mal a l'aise. Il cède, disparait quelques minutes. Ange reste les yeux braqué sur la place ou était le bonhomme juste avant. Elle a conscience que d'autres yeux la regarde. Elle reste en alerte. Le bonhomme revient, une tasse fumante et un bol de lait en main.

- La p'tite dame compte restée longtemps a dégouliné sur mon plancher ?
- Le temps qu'il faudra.
- Humpff

Le bonhomme détalle soit par ce que il a des clients, soit par ce qu'il veut pas qu'elle braque a nouveau son regard sur lui. Qu'importe, elle ne regarde pas ou il va, pas plus qu'elle ne regarde autour. Elle sort un sachet de son sac qu'elle laisse infusé dans l'eau chaude. Elle retire son gant droit afin de gratter distraitement l’oreille du chat qui lape goulument son lait. Elle le laisse profiter, ensuite il leur faudra repartir. Ils avaient encore du chemin a parcourir jusqu’à l'ancien dispensaire d'Ange. Elle l'avait aperçue au matin, il était toujours debout sans doute totalement délabré et pillé. Pas qu'elle s'attende a retrouvée ses effets, non ils avaient juste besoin d'un endroit ou dormir tranquillement .. Tout du moins le chat. Elle, cela faisait prés de 8 ans qu'elle avait oubliée ce que voulait dire bien dormir .. Mais elle pense pas, par ce que penser ça ramène une foule de truc qui s'appelle souvenirs. Elle en aura bien assez a affronter quand ils arriveront au dispensaire .. Alors elle ne pense pas.

Tout ce qu'elle fait c'est garder les yeux ouvert, lutée contre la fièvre, restée en alerte, caressée distraitement le chat et .. Dégouliné sur le plancher !
Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Finnegan Sidhe
Humain
avatar

Nombre de messages : 168
Âge : 28
Date d'inscription : 13/04/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un Haize peut en cacher un autre .. (PV)   Sam 1 Mar 2014 - 19:16

Plus coopératif? Articula son jeune frère, l’incrédulité se lisant ouvertement sur sa figure. Crétin! Elles auraient eu toute une surprise si je les avais laissées me tripoter! De l’épaule, Finn le bouscula pour avancer mais fit volte-face pour terminer sa diatribe. Furieux? Peut-être un cran en deçà, mais certainement agacé. Une saine relation fraternelle. On jurerait que tu ne connais pas la différence morphologique entre un homme et une femme! Non mais tu te moques de moi? Fit-il en mimant les courbes voluptueuses qui lui faisaient défaut.

La rapine, les filles, la bourse et l’alcool. Ça résumait bien son frère. Finn renifla le contenu de la flasque. Difficile à identifier. Après tout, Sickert n’était pas encore tombé raide mort. Pas encore… De sa manche, au risque de s’empoisonner séance tenante, il en astiqua le goulot pour en prendre une petite gorgée. Bien sûr quelqu’un avait déjà bavé dans la boisson. Plusieurs, certainement. Mais les vapeurs qui s’en dégageaient promettaient une certaine désinfection. Pas mauvais… Et puis il faisait froid et la toile cirée de sa froc commençait à détremper. Encore un peu… Le client à qui Sickert avait dérobé cette flasque était plus fortuné qu’eux, assurément… Oh et puis, encore une autre, vite avant que son frère ne la lui réclame. Hum… Gnole de qualité, ça réchauffe… Finn secoua la flasque discrètement pour en évaluer le contenu… Pourquoi s’arrêter en si bon chemin? Il en sifflait les dernières gouttes quand Sickert la rabattit brusquement pour laisser passer une fille qui courrait derrière un chat. Un claquement de langue signifia sa désapprobation alors que Finn se torchait les joues de la manche, l’alcool et la pluie délaya la crasse. Cliniquement, il la reboucha et la rendit à Sickert, vide. Une fille qui court après un chat… Après tout, c’était la famine…

T’as toujours faim… rétorqua son jeune frère. Non! C’est tout ce qu’il nous reste! On en aura besoin! Si tu continues à tout dépenser, on va finir comme cette fille, à courir après un chat! Mais Sickert fait la sourde oreille en faisant semblant de ne pas comprendre. Évidemment que c’est une taverne! Il y en a partout des tavernes! C’est une ville! Des tavernes, des bordels et minoritairement, des commerces… Les bras largement écartés, impuissantes, Finn relève les yeux sur l’annonce. Ah… Oui… Le rendezvous… Le capitaine les avait envoyés devant et devait les y retrouver. Comment il a fait pour trouver cette fichue taverne ‘par hasard’ en entrant dans une cité dans laquelle nous ne sommes jamais passé? S’interrogea le petit éclaireur. Finn fronça les sourcils. Connait pas Diantra, hein? Singea-t-il silencieusement avec un air de sainte nitouche. Mon œil, sale menteur! Il le suivit dans la taverne tandis qu’il lui tenait la porte, malgré tout attirée par la chaleur.

Finn avait édifié la mauvaise humeur au rang des beaux-arts. Seulement l’impact de sa mauvaise humeur était singulièrement atténué par son incapacité à l’exprimer. Il était malgré tout de bonne compagnie parce que dans une compagnie, on a toujours besoin d’une bonne pâte capable d’encaisser l’humour douteux sans en faire une maladie. Finn était apprécié pour sa résilience et son stoïcisme vis-à-vis ses revers de fortune. Du bout de l’ongle, il grattait distraitement la cire de la table. Si c’était de la cire… Ew!!! Autant ne pas y penser… Le tavernier revint et éclaboussa la table du contenu de deux brocs et de deux gamelles. Finn lui donna son dû, surtout pour le décourager de revenir tenter Sickert avec autre chose. La tambouille habituelle était un ragoût, quelle surprise! Des légumes, du suif, du lard entrelardé d’un peu de viande… C’était quoi ça comme viande? Le tout lié par de la sauce qui avait à l’évidence réduit trop longtemps près du feu. Mais Finn avait faim, et c’était chaud. Première et deuxième exigence pour se découvrir de l’appétit. Il tira une gamelle à lui, et après avoir longuement astiqué sa cuillère sur son col, s’en servit pour avaler sa nourriture. On se moquait souvent de le voir faire tant de manières. Parce que la plupart des hommes de la compagnie se passait de couvert. Délicatement il souffla sur sa bouchée, attendant qu’elle refroidisse, son regard errant au-dessus de son écuelle sur les autres clients…

Finn flanqua tout à coup un coup de coude à son frère. Tu as vu? C’est la fille au chat. Fit-il en la désigna d’un signe de tête. Tu crois qu’elle essai de l’engraisser pour plus tard? Ça expliquerait pourquoi elle courrait après son investissement… ricana-t-il bêtement, parce que les adolescents sont souvent très bête…
Revenir en haut Aller en bas
Haize Sepiida
Humain
avatar

Nombre de messages : 1301
Âge : 118
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un Haize peut en cacher un autre .. (PV)   Dim 2 Mar 2014 - 1:55



Quelque chose le dérange dans les lieux, mais il ne saurait dire quoi. Comme une impression persistante de déjà vu, sans savoir exactement qu'on aurait pu déjà voir et si effectivement on a déjà vu quoique ce soit. Bref, un malaise qui le suit depuis quelques minutes déjà et qu'il essaie de contrer. Si au moins il arrivait à trouver ce qui le rend mal à l'aise, il pourrait y remédier. Il a la désagréable impression d'avoir oublié quelque chose, de manquer de quelque chose. Évidemment, il manque d'un tas de truc. Premièrement de nourriture, il en a toujours manqué, c'est pas nouveau. Même lorsqu'il était pirate, il manquait de nourriture assez souvent. Les long voyage en mer ne sont pas de tout repos et encore moins gastronomique. Il a souvent manqué de pièces, mais il finit toujours par s'en accommoder. Évidemment, l'Eris lui manque. Horriblement, comme une plaie béante dans son âme. Il n'a jamais été amputé d'un membre, mais il se dit que ça être aussi douloureux et aussi désagréable. Et certains amputés parlent de membres fantômes, comme si le membre était toujours à, sans qu'ils puissent s'en servir, y toucher et être content de l'avoir. Exactement, Eris manque à Haize Sepiida et même à Jameson Sickert comme un bras ou une jambe peuvent manquer à un amputé. Évidemment, il manque aussi d'un tas de petites choses, sans importance, parfois d'un lit, bien qu'il n'en ait connu de vrais que durant une courte période. En y réfléchissant bien, cette courte période fut difficile, mais ce fut du pur bonheur. Évidemment, c'est quand on n'en a plus qu'on se rend compte à quel point c'était merveilleux. Difficile, mais si merveilleux songe-t-il, nostalgique. Mais certaines images sont insupportable puisqu'elles ne sont plus que souvenir.

Il est tiré de ses songes nostalgique par le tavernier qui lance presque les gamelles et les choppes sur la table et Sickert arrive à rattraper sa choppe avant qu'elle ne se vide sur la table. Il adresse un regard sombre au tavernier, avec en tête une vague idée de lui chiper sa bourse au passage, question de reprendre ce que Finn vient de lui donner. Non, mais comme si cette tambouille valait le prix payé. Des couverts ? Quelle utilité, le pain c'est pour ça, non ? Et puis, le tout est si consistant que la cuillère devient inutile, mais Finn a été bien élevée. Lui aussi en fait, mais il avait passé trop de temps en mer, il n'avait des manières que lorsqu'il était avec Madame Ingrid et quand il jouait au noble. Oui, bon, même en jouant les nobles il n'avait pas de très bonnes manière, mais ça n'avait rien à voir avec maintenant. C'était qu'un air canaille. Sickert fait beaucoup moins de manière que Sepiida. Il a déjà englouti le tiens de sa pitance tandis que Finn souffle sur sa bouffe. Quand ce n'est pas distribué par une barbe louche, Sickert n'hésite pas à manger. Et puis oui, il a faim, c'est chaud et c'est goûteux. Bon, il n'arrive pas à déterminer ce que ça goûte au juste, mais il ne veut pas savoir, ce qui explique pourquoi il mange sans faire de manières.

Habitué à avoir les yeux partout, nécessaire lorsqu'on est capitaine et encore plus lorsqu'on est mercenaire éclaireur, il garde une vue périphérique sur la petite salle. Il voit quiconque entre, quiconque sort. il doit s'attendre à voir entrer n'importe qui ou parfois n'importe quoi. C'est son rôle d'éclaireur et en plus, ils attendent le reste de a compagnie. Peu-être qu'ils arriveront avant le temps ? Ce serait possible. Ça leur donnerait un petit temps de repos. Ils le méritent bien, non ? En même temps, qu'est-ce qu'il pourrait bien faire d'une permission de repos ? Aucune idée. Toute sa vie tourne autour de la compagnie depuis trop longtemps. Il se souvient pourtant à quoi il occupait son temps à l'époque ou chacune des escale était un prétexte pour faire tanguer la terre aussi surement que l'Eris. Il n'a pas mis les pieds sur le pont d'un navire depuis presque huit ans. Il n'a pas non plus vu l'Eris depuis tout ce temps. Il compense son manque d'eau de mer par un produit de distillation quelconque, peu importe la provenance et la composition. Il s'assure de toujours tanguer un peu. Enfin, pas toujours, mais la terre ferme le rend malade. Il essuie soigneusement le côté de son bol avec un bout de pain lorsque Finnegan lui donne un coup de coude. Il tourne la tête et vient pour réplique du même genre de coup de coude, pour la forme, quand son cadet lui indique quelque chose dans la salle. Il pose donc les yeux sur ce qu'il désigne, puis se fige.

Non, impossible. Il jette un rapide coup d'oeil à sa bière. Non, impossible. Mais pourtant... c'est... elle est... tout s'embrouille un moment, tandis qu'il dévisage la silhouette féminine couverte d'une cape, détrempée, qui caresse un chat. Non, impossible. Pas ici.. et pourquoi ? C'est celle qui courait après le chat. Finnegan rigole au sujet du chat, mais Sickert reste d'un sérieux qui ne lui ressemble pas. En temps normal, il aurait à son tour lancé une vanne quelconque et ils auraient un et l'autre renchérit, comme deux crétins, mais cette fois, Sickert est d'un sérieux effrayant. La mouvement circulaire pour nettoyer le tour de sa gamelle en suspend, il fixe la demoiselle et il semble avoir perdu quelques teintes au visage.

- Grands dieux...

Il est habituel d'entendre Sickert jurer ou même blasphémer, mais il rare de l'entendre articuler un tel commentaire avec tant de conviction. Il en respire à peine et n'arrive pas à détacher son regard. Non, impossible. Ça n'a absolument aucune chance de se produire pour vrai. Il doit halluciner.

- Bon sang... Soudainement, Sickert n'a plus rien à voir avec le Sickert habituel. Il n'y croit pas, pas une seule seconde, mais pourtant il sait que c'est pourtant exactement ce qu'il ne veut pas croire. Ange. Mon Ange, souffle-t-il.

Il fronce les sourcils et secoue la tête. Non, c'est pas possible. À Diantra ? Non, pas depuis tout ce temps. Impossible. Elle n'était pas là. Le souffle coupé, il réussit tout de même à inspirer, sans doute par réflexe vital, essentiel à la survie. Il cligne des yeux, presque bêtement... enfin, carrément bêtement, puis il semble reprendre un peu de contenance. À peine. Assez pour pouvoir parler, mais trop peu pour justement retenir ce qu'il raconte.

- Tu sais... j'ai déjà raconté que j'ai, durant quelque mois, joué au noble... il y avait bien une femme...

Oui, il avait raconté cette histoire souvent, il la racontait pour illustrer à quel point il pouvait faire croire n'importe quoi à n'importe qui. Il exagérait les événements, il en avait réinventé une partie, il en avait esquivé toute une partie. Un jour, le Capitaine avait prétendu qu,il devait y avoir une femme derrière tout ça. Il s'était contenté de son sourire de matou et ils lui avaient refilé une tape dans le dos et resservit une dose d'alcool. Un truc bien viril et tout à fait abjecte comme le branleur qu'il semble être. Personne n'avait eu de doutes. Mais personne n'avait non plus saisit que c'était effectivement un femme. Même Finnegan ne savait pas tout un pan de la vie de Sickert et pourtant, elle savait des tas de choses, beaucoup plus que ce qu'il ne laissait voir sous ses dehors de frimeur. Oui, effectivement, ça pourrait être désagréable de se retrouver dans la même pièce qu'une femme qu'on a jadis floué, mais l'histoire raconté par Sickert est bien au-dessous de tout ce que ça impliquait. Et tout ce que ça impliquait et tout ce que ça implique semble soudainement peser bien lourd sur les épaules du mercenaire.

- Faut dégager... dit-il stupidement, mais il ne bouge pas.
Revenir en haut Aller en bas
Angelina De Draycan
Humain
avatar

Nombre de messages : 1018
Âge : 33
Date d'inscription : 06/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : Née en l'année 980 cycle 10.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un Haize peut en cacher un autre .. (PV)   Dim 2 Mar 2014 - 2:43

Des murmures, des bruits de gamelles, des rires ... Tout se capte facilement dans ce genre de petites tavernes. Ange n'y prête que peu d'attention, voir pas du tout. Elle est bien trop concentré a ne pas penser. Elle a beau détesté ce genre d'endroits. Ce genre d'endroits précisément lui rappelle une des nuits qu'elle veut oubliée / qu'elle a oubliée. Une autre taverne, un pirate .. Deux pirates en faites .. Des retrouvailles qui n'auraient pas du êtres, beaucoup de confidences et une nuit de bon sommeil après bien des années de nuits torturées par les cauchemars .. Mais c'est aussi des adieux qui n'en furent pas vraiment et pourtant il aurait mieux valut.. Cette fois la, c'était elle qui était partie, c'était elle qui avait fuie.. Mais elle, elle avait laissée une lettre, alors que d'autres ne laissaient rien derrière eux, hormis un trou béant dans le cœur de l’être abandonné. Mais ça elle n'y pense pas. Elle ne peut pas .. Elle ne veut pas et rien ne l'obligera a le faire.

La chat a fini de lapé son lait, il ronronne somnolant a moitié prés d'elle. Elle le laisse faire, par ce qu'ici ou ailleurs, c'est toujours finalement la même lute, ne pas penser, ne pas se souvenir, garder le cap .. Non, même une simple pensée comme celle ci peut la détruire en un battement de cil. Le mieux c'est de ne penser a rien et ça c'est un travail de chaque seconde, une lute qu'elle se livre depuis prés de 8 ans ! Elle braque ses yeux la ou elle peut, elle détourne ses propres pensées. Doucement alors que son esprit se ferme, son corps se réchauffe, pourtant elle continue de dégouliner sur le sol. La chaleur est l'effet de la fièvre sans doute.

Être en état de faiblesse dans ce genre d'endroits est forcément une mauvaise idée.Elle se tourne, prête a se lever et a réveiller le chat, a reprendre sa route / sa fuite, quoi qu'elle fuit.  Sauf que l'univers est un traitre et que même quand vous croyez qu'il ne peut plus vous faire souffrir, il ruse et parvient a ses fins. Elle capte quelque chose dans la salle. Une silhouette dans la pénombre, une silhouette qui la regarde, une silhouette qui est bien plus que ça .. Sauf que non c'est juste impossible .. C'est la fièvre, c'est forcément la fièvre, cela ne peut être que ça ! Il ne peut pas être la ! Pas après tout ce temps, pas après qu'elle l'ai enfin oublié .. Enfin tout du moins pas après tout l'énergie qu'elle y'a mise pour s'en convaincre. Bref, elle ne ne veut pas penser. Elle veut fermée les yeux et l’effacée a nouveau .. Sauf que quand elle les rouvre, il est bien la, le regard d'un bleu profond la fixe, elle ne peut l'ignoré, il n'a rien d'une quelquonque hallucination. Il n'est pas un mirage, il est la tempête qui menace de l'engloutir. Il a changé, mais pas de quoi la faire hésité. Il est toujours aussi beau c'est indéniable, il a cette prestance qui fait que quoi que vous, vous soyez raconté, vous n'avait jamais pue oublier son visage. Ses cheveux son toujours longs, un peu hirsute, débraillés, ils auraient besoin d’êtres lavés et oh combien elle déteste cette affreuse barbe qui couvre le visage qu'elle a tant chéri. Mais c'est lui, elle le sait. Ces picotement aux allures de frissons qui la caressent d'un bout a l'autre en sont la preuve manifeste. Son esprit lui hurle que c'est faux, mais son cœur ... Son cœur n'est pas dupe, il lui murmure des choses qu'elle ne veut pas entendre. Et pourtant ... Elle retient son souffle et pendant un court instant le bleu froid de ses yeux s'anime a nouveau. Pendant un court instant, elle ressent, elle retourne 8 ans en arrière, comme si son corps et son être tout entier n'avaient attendu que ça. Et c'était probablement vrai. Il était l'étincelle qui la rendait vivante, mais il est aussi les ténèbres qui l'ont détruite.

Elle ne peut détachée son regard de lui, qu'il se passe une seconde ou mille an, ils sont seuls au monde. Comme si tout ce qui n'étaient pas eux avaient cessés. Il lui suffirait de faire quelques pas et elle pourrait sentir son odeur, le toucher, glisser ses doigts dans ses cheveux. En retour il poserait ses lèvres sur les siennes en un baiser possessif, son souffle caresserait sa peau la faisant frissonné comme lui seul savait le faire, déversant dans ses veines une chaleur familière. Elle entrouvre légèrement les lèvres, le souffle court, désirant ardament tout cela. Oui, elle pourrait avoir tout cela ou ... Elle pourrait juste se levé, s'approchait lentement de lui, yeux dans les yeux ... et lui collée une gifle magistrale. Oh oui ce serait soit l'un, soit l'autre et ce serait si facile. Les souvenirs sont la, tellement réels, trop réels, ramenant le bon comme le mauvais, l'amour et la trahison, le désir et la colère. Ce genre de sentiments qui vous balaye tout sur son passage. La lueur s'éteint aussi vite qu'elle est apparue, son regard redevient de glace, éteint. Oui c'est une vérité qu'elle ne va plus pouvoir continuée a ignorée bien longtemps. Elle n'a pas oubliée ... Elle ne l'a pas oubliée ... mais elle ne veut pas se souvenir.

Par ce qu'au delà du bonheur, il y'a les souvenirs, des souvenirs pleins de larmes. Il y'a la peine, la tristesse, la trahison, le manque et les regrets. Il y'a une Ange d'une autre époque, allongée sur le sol pleurant a chaudes larmes, se créant une carapace nécessaire, un mur infranchissable pour lui permettre de se relever, d'avancer, de quitter tout ce qu'elle aime se vouant a une solitude aussi protectrice que destructrice. Et comme d'un simple coup de vent, l'univers se propose de balayer cela, en mettant sur son chemin, le regard le plus dangereux du monde. Il suffirait juste qu'il la touche pour que tout se fissure, la projetant a nouveau dans une douleur qu'elle s'est persuadée d'avoir oubliée. Mais la vérité est tout autre n'est ce pas ? Bien sur que oui, n'importe qui d'autre qu'elle aurait pue le lui dire.

Il n'y'a qu'une chose a faire, qu'importe qu'il l'ait vue, qu'importe qu'il la fixe, qu'importe dans quoi veut les entrainé l'univers .. Elle doit partir, fuir, qu'importe le nom qu'elle donnera a cela. C'est la seule option. Partir sans se retourner et oubliée que cet instant a existé. Une part d'elle même est blessée que lui même en soit venue a cette constatation. C'est forcément ce qu'il a fait, vu qu'il ne vient pas a elle. Et bien qu'elle se refuse a se l'avouer, cela fait bien plus mal qu'elle ne l'aurait crue. Il la reconnu forcément alors .. Alors rien, pourquoi viendrait il a elle ? N'a t'il pas eu tout ce qu'il voulait d'elle .. Plus qu'elle n'avait pensée donner d'ailleurs. Diantre que ça fait mal, ça la déchire de l'intérieur menaçant a tout moment de la submergée et ça elle ne peut pas le laisser arriver.

Elle ramasse ses effets, attrape le chat, elle sait ce qu'elle a a faire, fuir. Ne pas se retourner. Oublier a nouveau, c'est pour son bien, c'est la bonne décision .. Et c'est pour ça qu'elle fait exactement le contraire. Un pas après l'autre, pas vraiment consciente de ce qu'elle fait, elle se dirige vers lui. Elle ne voit que lui, son esprit ne s’arrête sur rien d'autres. Ni sur le fait qu'il ne soit pas seul, ni sur le fait que des têtes se tournent sur son passage alors qu'elle dégouline sur le plancher. Bientôt, plus vite qu'elle ne pensait, elle croise l'incroyable regard bleu, pas question de s'y perdre. Elle le fixe impassible, détachée, totalement indifférente .. Du moins vu de l'extérieur, mais aussi de l'intérieur quand comme Ange vous avez en vous assez de volonté ou de peur pour vous convaincre de croire a cette illusion. Et c'est ce qu'elle fait, elle s'y accroche, c'est soit ça, soit s'effondrée. Oui, elle est indifférente et ... Elle est contente que ses mains tiennent le chat, cela évite au monde de voir que finalement tout ça ce n'est qu'un tissus de mensonges, qu'elle ne l'a pas oubliée et que le fait qu'elle tremble n'est certainement pas du a la fièvre. Cela pas question que le monde le voit .. Enfin pas question que lui le voit. Il ne pouvait pas. Il ne pouvait pas savoir a quel point il l'avait brisé.

Haize Sepida est de retour dans sa vie, il la fixe de son regard océan, elle sait qu'il est prêt a bouleversée totalement tout ce qu'elle pensait savoir, une fois encore. Sauf que cette fois elle n'est pas sur d'avoir la force nécessaire d'en sortir indemne .. Quoi qu'elle se soit raconté, les dégâts qu'il a causé a son cœur sont plus grand que le désir ou le besoin d'oublié. Pourtant elle doit faire face, il faudra bien, maintenant elle n'a plus vraiment le choix, elle est la. Ils se font face. A peine quelques centimètres les sépare. C'est comme ci l'univers retenait son souffle. Elle ne peut plus fuir, mais l'a t'elle vraiment jamais désirée ... Elle est captive de son regard et tout ce qu'elle sait en cet instant, c'est que l'enfer risque de s'ouvrir sous ses pieds, qu'importe que l'enfer ressemble présentement a un pirate qui peut vous faire chaviré le coeur ...
Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Finnegan Sidhe
Humain
avatar

Nombre de messages : 168
Âge : 28
Date d'inscription : 13/04/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un Haize peut en cacher un autre .. (PV)   Dim 2 Mar 2014 - 14:24

La cuillère suspendue à portée des lèvres, Finn dévisage son frère, incrédule mais empathique. Il avait vraiment appris à mieux le connaitre depuis qu’il avait choisi l’exil et qu’il avait choisi de le suivre. Sa réaction était inattendue. Devant la sincérité apparente de son émoi, son petit frère retrouva son sérieux. Oh? Comme par exemple cette femme-là? Finn releva un regard empreint de curiosité sur la femme, la dévisageant avec une expression ahurie, sa bouche s’arrondissant en un O surpris. Ça par exemple!!!

C’était une vraie fille… Aucuns doutes là-dessus. Même en ayant connu de meilleurs jours, même sous ses vêtements trempés, et particulièrement sous ceux-ci, c’était indubitablement une fille. Bon sang, elle avait même l’air propre…

Sans lâcher son écuelle, sa cuillère toujours suspendue dans les airs, Finn glissa sur le long banc qu’il occupait pour dégager de l’espace. L’invitation passa inaperçu, les antagonistes étant trop concentrés sur leur duel de regard. Finn soupira profondément agacé. Ça a une voix pour parler, et ça ne s’en sert même pas pour s’exprimer! Gaspillage. Finn étira le bras dans leur champ de vision et claqua des doigts avec insistance pour avoir leur attention. Le banc! Invite la à s’assoir, abruti!. Et d’un signe de tête équivoque, il lui fit signe de s’assoir, la débarrassant du chat pour poser devant elle son broc de bière et l’encourager à boire. «      !                     …             . »

Aucun son ne sortait de sa bouche. L’adolescent était muet… Pourtant sa capacité à prononcer les mots donnait à penser que ce n’avait pas toujours été le cas. Ils étaient proches l’un de l’autre tant par la capacité de Sickert de le comprendre, par la familiarité de leur manière, que par un étrange air de famille gommé par une bonne couche de négligence. Parce que la négligence s’étalait sur leurs visages comme un cosmétique. Particulièrement dans le cas de l’adolescent. On peut atténuer la plupart des traits d’une personne mais les yeux restent le miroir de l’âme. Finn a les yeux d’un ton brun chaleureux caractéristique du peuple dont il est issu. Un regard vif qui dément son aspect rustre et gauche d’adolescent.

Assis entre eux, l’atmosphère devint rapidement pesante. Finn se penchant pour que Sickert puisse lire sur ses lèvres : Alors à mon tour de t’apprendre une très dure leçon de la vie, mon frère, ça s’appelle : faire face! Un sourire sans joie étira sa bouche. Parce que Sickert lui en avait servi des leçons; de la valeur d’un mensonge à celle d’une parole donnée, de manière dont se monnaye la vie d’un homme à celle dont se marchande un secret, une allégeance. Et à elle, tu lui as fait quoi??? Pour vrai. La question était tranchante et mordante. Parce qu’il le connaissait bien, maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Haize Sepiida
Humain
avatar

Nombre de messages : 1301
Âge : 118
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un Haize peut en cacher un autre .. (PV)   Dim 2 Mar 2014 - 17:13



Il voudrait fuir. C'est facile de fuir, l'ex-pirate est doué pour la fuite. Mais pourtant, il reste figé, comme un lièvre devant une belette. C'est comme s'il était enfermé dans un ballot de coton. Il semble que tout autour de lui s'efface et n'est plus qu'une vague impression de réalité. Il reste pourtant le regard rivé sur son Ange, sans pouvoir s'en détacher. Huit ans. Huit ans qu'il essaie de se convaincre que c'est mieux comme ça. Il lui a inventé une vie merveilleuse, à la hauteur des espérances de la jeune femme, quelque chose de grandiose, de serein, quelque chose de bien. Quelque chose de beaucoup plus noble que lui et de ce qu'il pouvait lui offrir. C'est évidemment un prétexte, une fausse excuse pour expliquer, pour se convaincre qu'il valait mieux ne pas chercher à la revoir. Mais c'est pourtant elle qui se tient devant lui. Parce que oui, elle aussi l'a vu. Ils se sont dévisagés durant de longues secondes, et les quelques mois à Soltariel on fait un rapide et douloureux défilé devant ses yeux, puis elle a prit le chat et plutôt que de s'éloigner vers la porte, elle s'est approchée. Et elle reste là, planté devant eux. Et lui, pas mieux, n'arrive à faire aucun mouvement, aucun mot ne sort de sa bouche, lui qui est pourtant si volubile. Un vrai moulin à parole ce Sickert, mais à ce moment précis, il ne dit absolument rien. Aucune blague vaseuse n'effleure son esprit, aucun commentaire ne franchit ses lèvres. On lui aurait balancé une vergue en pleine figure et il n'aurait pas paru plus sonné.

Assis, le seul mouvement qu'il esquisse en fait, c'est de lever la tête à mesure qu'elle se rapproche, pour ne pas la quitter des yeux. Peut-être que s'il ferme les yeux, lorsqu'il les ouvrira, elle ne sera plus là. Il se dit qu'il pourrait tenter le coup, mais si ça se produisait, ce serait bien pire. Oh oui, si elle disparaissait à ce moment là, il en deviendrait probablement complètement fou à lier. D'un autre côté, il n'est pas certain qu'il ne le deviendra pas si elle reste plantée devant eux, sans rien dire, à le fixer. Si elle pouvait arrêter de le fixer, peut-être arriverait-il à reprendre contenance. Mais à ce moment-ci il doute pouvoir arriver à reprendre pied un jour, surtout si elle continue de le regarder comme ça. Et le regard qu'elle pose sur lui, ce regard est insupportable. Insupportable, parce qu'il croit y voir la réalisation des ses propres mythes. Ange est heureuse, elle a une vie sereine, à la hauteur de ses espérances, elle file le parfait bonheur et le revoir ne provoque chez elle qu'un mauvais souvenir qui gâche une si parfaite journée, comme recroiser un type qui nous a floué et à qui on voue un pur mépris. Il y croit et pourtant, il voudrait se liquéfier et s'insinuer dnas les lames du grossier plancher, pour disparaître. Il donne d'ailleurs l'impression de se tasser sur sa chaise. Si Ange donne l'impression d'indifférence et de détachement, Sickert ne semble pas en mesure d'avoir autant de talent. Pourtant, Finn peut en témoigner, il arrive à parfaitement feindre n'importe quoi. Il arrive effectivement, en temps normal, à faire croire n'importe quoi à n'importe qui, mais il semble que ce talent ait prit congé pour l'instant. En fait, tout les talents de Sickert semblent s'être rassemblés pour constater la situation, puis ils se sont dit, d'un commun accord " Et si on prenait congé ? " avant de se faire la malle.

Il entends Finn s'agiter à côté de lui, mais il n'a d'autres réactions que de fixer son Ange, oui, parce qu'elle est toujours son Ange, il n'y peut rien. Même en souvenirs, même lorsqu'il réinvente sa vie, elle reste son Ange. L'inviter à s'asseoir ? Jamais, elle refuserait et il n'a jamais été capable de lui faire faire quoi que ce soit, du moins sans mettre tout son talent à l'oeuvre et encore, elle s'acharnait à faire tout le contraire et finalement le faire quand il avait abandonné. Ange a toujours été contrariante, mais pourtant... mais pourtant, elle restait son Ange.

- Elle fait toujours le contraire de ce qu'on lui propose, murmure-t-il, sans vraiment être conscient de son murmure.

Et pourtant, elle ne refuse pas de s'asseoir. Finn réussit même à lui retirer le chat des mains. D'ailleurs, c'est quoi ce chat ? Il a un rapide coup d'oeil pour le matou, du genre qu'on trouve sur presque tous les navires, à fond de cale... il n'a pas vu de matou de fonds de cale depuis si longtemps. Le chat l'importe peu, il revient sur son Ange, qu'il dévisage comme on regarde le mirage d'un oasis en plein désert. Avec émerveillement, avec envie, mais avec une crainte sournoise que tout disparaisse si on bat des paupières ou détourne le regard. Mais Finn le force tout de même à détourner les yeux, uniquement en se profilant dans son champs de vision. Oui, Finn arrive à capter toute l'attention de Sickert. Enfin, en temps normal. En ce moment, c'est une attention partagée. Il ne porte son attention sur Finn que pour y lire ses paroles silencieuses, avant de revenir sur son Ange. Trop tard pour feindre quoique ce soit. Trop tard pour esquiver. Oui, faire face. Il fait pourtant face à des tas de choses, habituellement à des types bien en muscles avec des armes biens aiguisées et il n'a habituellement que bien peu de craintes pour sa survie. Son Ange ne semble pas très armée, elle est délicate, même sous cette cape détrempée, et il se souvient parfaitement des formes de son corps, parce qu'il y a glissé les mains trop peu souvent à son avis, mais assez souvent pour que sous ses paumes, le fantôme de ses souvenirs fasse pression. Oui, faire face, il fait face à bien des choses, Sickert, et souvent de manière assez violente et hargneuse. Mais en ce moment, c'est une toute autre image. Il a beau avoir ses armes à porté de main, il semble tout à fait démuni.

Qu'est-ce qu'il lui a fait à elle ? Pour vrai ? Sickert pose les yeux brièvement sur Finn, avant de revenir sur Ange, puis le bleu se teinte d'un éclat de panique, avant qu'il n'esquisse une grimace douloureuse, comme si on lui avait marché sur le pied, ou plutôt sur le coeur. Oui, qu'est-ce qu'il lui a fait ? En fait, il n'a rien fait, c'est là tout le probème. En fait, si, il a bien tenté de revenir, mais il n'en a pas été capable. Ensuite, quand il a cherché à savoir, il s'est heurté à l'incapacité à avoir des informations, d'autant plus qu'il se devait d'être discret. Mais elle n'était plus à Soltariel depuis un moment lorsqu'il y a mit les pieds. Et il était hors de question, pour sa survie, de poser des questions précises. Et huit ans plus tard, par hasard, la voilà, encore plus magnifique que dans ses souvenirs. Bon d'accord, elle semblait plus vive dans ses souvenirs. De le fixer comme ça, ça ne ressemblait pas vraiment à son Ange. Elle aurait du parler, frapper, hurler peut-être... elle lui aurait asséné une parole acérée, provocante. Oui, maintenant qu'elle est devant lui, il se rend compte que ses souvenirs ne sont que de pâles copies de l'originale. Il bouge sur le banc, mal à l'aise. Sans quitter son Ange du regard, il répond tout de même à Finn.

- Je... je suis parti..., prononce-t-il, lentement, l'air de s'affaiser lentement sur son banc, puis il se reprend ou plutôt, il poursuit. Je ne suis pas revenu.

Oui, parce que ce qu'il lui a vraiment fait, c'est de ne pas revenir. Enfin, si, mais trop tard. Et ensuite, il n'était pas revenu. Finn savait que Sickert était pirate. Finn savait beaucoup de choses sur Sickert et même sur Sepiida. Finn n'avait jamais rien sur pour Teleostei. Finn savait que les pirates, comme les mercenaires ne restent jamais au même endroit bien longtemps. Et peu importe ce qu'il font à certains endroits, il finissent toujours par partir et souvent, ils ne reviennent pas. Sickert a toujours donné cette impression, même les histoires qu'il raconte, bien que Finn sache qu'elles sont librement adaptées, donnaient cette impression. Donc, il n'y a rien d'étonnant à ce que Sickert avoue être parti et de ne jamais être revenu. Ce qui étonne, pourtant, ce n'est pas qu'il affirme être parti comme un aveu, mais que l'aveu de ne pas être revenu lui semble si douloureux.
Revenir en haut Aller en bas
Angelina De Draycan
Humain
avatar

Nombre de messages : 1018
Âge : 33
Date d'inscription : 06/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : Née en l'année 980 cycle 10.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un Haize peut en cacher un autre .. (PV)   Dim 2 Mar 2014 - 18:00

Après ce qui a pue duré quelques secondes comme des siècles, Ange délaisse Haize du regard, attiré par un mouvement a ses coté. Il n'est pas seul. Pas bien étonnant. Sauf que c'est la dite compagnie qui étonne. En effet quand vous connaissez Haize Sepida, vous vous attendez a le trouver en tout a fait charmante compagnie. Cela aurait fait mal, très mal, mais cela n'aurait rien eu d'étonnant, non vraiment. C'est donc d'un étonnement manifeste qu'elle fixe la silhouette déguindé assise prés d'Haize.

Un jeune homme, quoi qu'au traits bien fin, du moins dans ce qu'elle peut en voir sous l'épaisse couche de crasse qui le cache en partie. Une carrure pas bien épaisse pour ne pas dire frêle, une tignasse qui a connue des jours meilleurs et un lien évident avec Haize. Curieux et ça l'ai d'autant plus quand le dit gamin semble vouloir lui parlé mais qu'aucun son ne sort de sa bouche. Cela la touche plus qu'elle ne voudrait, quoi qu'elle se dise chaque jour, elle restait ce qu'elle avait toujours été. Sensible a la détresse d’autrui. Un peu trop pour son propre bien sans doute. Mais la n'était pas le propos.

Les yeux d'Ange se teintent de douceur, par ce que c'est Ange et que sa bonté prime toujours sur le reste. La colère, la peur, la douleur, ou juste elle même. Nul pitié en son regard, juste une franche admiration pour ce petit bout d'homme privé de parole, mais qui pourtant fait tout comme et surtout qui a l'air bien plus vivant qu'elle. Quand il s'écarte pour qu'elle puisse s'asseoir lui prenant au passage le chat des bras, elle a comme un mouvement de recul. Pas qu'elle est quoi que ce soit contre lui, pas qu'elle le craigne, non c'est juste qu'habituellement, elle évite les contacts. Elle évite les gens tout court d'ailleurs, sauf quand elle veut les toucher pour les aider ou peut être bien pour égoïstement ressentir autre chose que la douleur de son cœur meurtri.. Cette pensée la travaille pas mal ces temps ci, mais la elle ne s'attarde pas vraiment a penser a ça, elle a un choix a faire. Et curieusement le choix va se faire tout seul,aidé par l'ombre d'un pirate qui murmure a peine.

Elle fait toujours le contraire de ce qu'on lui propose.

Ah vraiment, un brin de quelque chose se réveille en Ange, la poussant précisément a  faire non pas le contraire de ce qu'on lui propose mais le contraire de ce que lui dit. Mr le pirate se prétendait a la connaitre ? Mr le pirate avait perdu ce droit et elle comptait bien le lui faire comprendre. Tout ça ressemblait a s'y méprendre a une émotion .. Hum, un brin de colère. Non, fichtrement que non, c'est la fièvre, elle est fatiguée, elle dégouline toujours sur le parquet et puis ce drôle de gamin tient son chat en otage.

Puis y'a sans doute aussi un peu du fait qu'elle veut échappé au regard du pirate, de son pirate. Un regard qu'elle ne lui connait pas. Un regard qui ne lui ressemble pas et qui la et mal a l'aise. Serait ce de la culpabilité qu'elle croit y apercevoir ? Mr le pirate aurait il des regrets ? Impossible ! Et pourquoi en aurait il, lui il avait eu tout ce qu'il voulait .. Enfin presque tout, grâce au ciel. Bref, elle s’assoit limite au bord du banc, pas par dégout ou quoi que ce soit mais pour le contact et aussi par ce que entre elle et un certain pirate, y'a rien d'autre qu'un frêle gamin. Mais ça elle se l'avoue pas! Elle s’assoit et puis c'est tout, le regard fuyant et totalement silencieuse. Qu'est ce qu'elle pourrait bien dire ? "Contente de vous revoir, si vous vous portez bien, j'en déduis que mes cartes aussi ? " Ou alors un truc du genre,  " Après que vous m'ayez abandonné, j'ai crue mourir et quand je pense vous avoir oublié, bien qu'il est évident que c'est faux, vous réapparaissez. " Évidement qu'elle peut rien  lui dire de tout ça. Le silence c'est mieux et puis lui parler reviendrait a dire qu''il est vraiment la et qu'elle accepte qu'il fasse a nouveau irruption dans sa vie.

Le gamin pose devant elle une boisson d'allure suspecte a laquelle elle se garde bien de toucher et qui fait que malgré elle, elle ne peut s’empêcher de légèrement grimacé. Elle ne dit toujours rien alors pour reprendre contenance, elle récupère son chat. Son regard est fixe, a croire que y'a quelque chose de tout a fait passionnant en face d'elle. Ce qui bien sur n'est pas le cas, mais que pourrait elle bien faire d'autre ? Lui hurlé dessus, le gifler, lui faire une scène ? Et puis après quoi, fondre en larmes par ce qu'elle se serait elle même envoyait tout ses souvenirs au visage. Brillant. Certainement pas. Le gamin voulait qu'elle s’assoit et elle s'est assise, elle fera strictement rien de plus !

Je... je suis parti...Je ne suis pas revenu.

Elle sursaute légèrement, a qui il parle ? Personne ne lui a rien demandé. Quoi il croit qu'elle a oubliée ? D'accord elle le feint parfaitement, mais bien sur qu'elle le sait qu'il est parti et qu'il n'est jamais revenu. C'est fichtrement pour ça qu'aujourd'hui elle est dans cette position.... Et dans cet état, mais ça il le sait pas. C'est quoi un nouveau jeu cruel .. Ou alors... Elle s'agite mal a l'aise, bien sur c'est ça. Il s'en fiche pas mal de se retrouver fasse a elle, ce qui l’inquiète c'est les ennuis qu'elle pourrait lui causé maintenant qu'elle la retrouvait. Cela explique le regard, cette voix éteinte .. Très fin Mr Sepida vraiment. Il pense quoi, qu'elle va le prendre en pitié ? Qu'elle lui veut du tort ? Il la connait bien mal. Elle, tout ce qu'elle voulait c'était l'oublier et arrêter de souffrir et il était tout bonnement en train de foutre tout ça en l'air. Et c'est pourquoi elle ne dit toujours rien, parce  que ça fait fichtrement mal et qu'elle préférait quand elle ne pensait pas, ce qui maintenant allait s'avéré fortement compliqué.
Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Finnegan Sidhe
Humain
avatar

Nombre de messages : 168
Âge : 28
Date d'inscription : 13/04/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un Haize peut en cacher un autre .. (PV)   Lun 3 Mar 2014 - 1:29

En la voyant fléchir les genoux pour s’assoir, Finn jubila, affichant un sourire de matou singulièrement familier; de la crème sur les moustaches. Une intuition émergea de l’esprit de l’adolescent : cette femme allait lui plaire. Oh oui! Elle allait lui plaire!

Tour à tour, silencieusement, Finnegan les observes en finissant son plat. Les allés retours de sa tête pâle et décolorée par les intempéries lui donne des airs d’oiseau de proie. Ils sont aussi meurtris l’un que l’autre, pense-t-il avec une certaine tristesse entre deux bouchées de ragoût. Affamé, le gamin vida ce qui restait de la tambouille de son frère dans son plat. Et aucun n’accepte de le reconnaître, réalisa-t-il soudain.

Ce que Haize lui a fait à lui, c’était gratiné. Et pourtant il n’avait jamais éprouvé de réels remords. Des regrets? Pas le moindre… La vague impression qu’il s’était peut-être mal comporté? L’ombre du sentiment d’avoir eu tort? Tort? Qu’est-ce que c’est que cette expression-là? Puis ils avaient connu les campagnes et le mercenariat. Des missions suicides, des allégeances impopulaires, des tours de force, carnage et guérilla, la cruauté inouïe des combats. Et au milieu de tout cela, pour gagner sa confiance, il lui avait révélé que s’il l’avait suivi dans l’exil c’était avec l’ordre de le ramener au bercail ou de le tuer s’il s’entêtait. Elle l’ignorait peut-être, mais sans doute cette femme avait-elle échappé à un sort funeste lorsqu’il n’était pas revenu. Sarcasme et ironie vinrent teinter son habituelle mauvaise humeur.

Son univers lui manque à lui aussi… Les Wandres. Son peuple, les sauvageons… La politique extérieure le laisse pantois. La complexité des relations entre ses condisciples le rend perplexe. Mais le pire, c’est les changements qui s’opèrent dans son individualité face à leur influence. Si un jour il trouvait l’opportunité de rentrer d’exil, il avait peur d’avoir perdu les caractéristiques qui lui étaient propres. Il se sentait changer… Évoluer? Il s’assouplissait, il perdait sa détermination farouche, il perdait son intransigeance. Le fait même qu’il considère la possibilité de rentrer d’exil en était un signe. Le noir, le blanc, le gris, les nuances de la vérité. Daoine Ingrid ne pouvait pas gagner… Il ne la laisserait pas faire. Il ne pouvait pas rentrer. Il ne pouvait pas revenir. Lui non plus.

La différence, c’était que lui, on ne l’attendait pas.

T’as laissé ce genre de fille-là en plan? Pourquoi? T’as eu si peur que ça? Question à laquelle Sickert ne portait même pas attention. Il y eu un mouvement brusque sous la table alors que du talon, Finnegan écrasa violemment les orteils de son frère. « , ! » Dis quelque chose, merde! Oh ce qu’il pouvait se montrer désespérant… Ils n’allaient quand même pas passer le reste de la journée à se dévisager en chien de faïence! Il ne restait qu’une chose à faire, une proposition fruste et franche d’adolescent. Finn empoigna son frère par le devant de sa chemise, demi torsion, et brandit le poing sous son nez, interrogeant la jeune femme du regard pour lui offrir ses services. « ? » Et devant son incompréhension manifeste, il demande à Haize de traduire : Allez, demande lui si elle veut que je te cogne pour elle…

Soit elle était suffisamment en colère pour accepter, soit elle se porterait à sa défense. Là, ils auraient l’heure juste sur la situation!
Revenir en haut Aller en bas
Haize Sepiida
Humain
avatar

Nombre de messages : 1301
Âge : 118
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un Haize peut en cacher un autre .. (PV)   Lun 3 Mar 2014 - 3:38



Il avait pourtant essayé. Il n'avait pas eu le choix de quitter Soltariel et de retourner sur Meca, on l'y avait traîné de force. Il avait ensuite du quitter Meca et la plupart des territoires de la péninsule, mais il avait eu la ferme intention d'y retourner lorsque tout ce serait calmé. Avec Madame Ingrid, il était monté vers le nord et s'était, contre toute attente, enfoncé dans les terres. Encore à ce moment, bien qu'il soit resté avec Madame Ingrid de longs mois, il n'avait pas renoncé à retourner dans la péninsule. La première chance qu'il avait eu, il avait des milles et des miles, mais il n'avait pas eu le temps d'atteindre Olyssea. Parce que c'était dangereux de se balader seul, il avait joint la compagnie, à titre temporaire, il y était resté quelques mois avant de repartir vers le nord, vers Madame Ingrid. Et encore, il comptait un jour revenir. C'et après plusieurs aller retour et même une visite à Soltariel, sans rien trouver sur l'endroit où pouvait se trouver son Ange qu'il avait décidé de ne plus la chercher. Après tout ce temps, elle ne devait plus l'attendre. Elle devait avoir fait autre chose. Il lui avait donc inventé une vie et s'en était contenté, il avait finit par y croire lui même. Haize était capable de faire croire n'importe quoi à n'importe qui, même à lui semble-t-il.

Ange ne dit pas un mot, mais il la sent se contracter lorsqu'il répond à Finnegan. Elle semble surprise par ses parles et ça l'embête de la voir contrariée. Mais ne l'était-elle pas déjà ? Pourquoi est-elle venue s'asseoir ? Non pas qu'il doute des charmes de Finn, mais son ange n'était pas du genre à accepter l'invitation d'un inconnu, même s'il était tout près. Il en oublie de manger et c'est pourtant lui qui était affamé. Même en mer il n'a jamais si peu mangé. Comme aussitôt qu'il en a la chance, son petit frère vide sa gamelle dans la sienne. Il ne réagit même pas, il le laisse faire, il s'en fiche, il n'a plus faim. Son Ange lui coupe l'appétit ? Oui, ça peut ressembler à ça. Mais pourquoi elle ne dit rien ? Si au moins elle se mettait à hurler ? À le frapper ? Elle a pourtant toujours eu la langue bien acérée et là, elle se contente de rester là et de ne rien dire ?

Finn s'adresse à lui, mais il ne le regarde pas, il fixe toujours son Ange, cherchant un répartie mais rien ne vient. Laisser Jameson Sickert sans mots, voilà qui est exceptionnel. Le Capitaine en serait ébahi et il offrirait sans doute une rasade du contenu de sa flasque à Ange, ou même toute une bouteille s'il et dans un bon jour, mais elle refuserait, évidemment.

- Aow ! couine-t-il quand Finnegan lui écrase le pied. C'tu veux !réplique-t-il en lui flanquant un coup sur l'épaule, beaucoup moins fort que la réplique se devait, comme s'il ne voulait pas blesser Finnegan, ce qui est le cas.

Il ne regarde plus son Ange, il fixe son frère qui lui parle silencieusement avec une certaine animation. Quoi ? Dire quelque chose ? Mais quoi ? Il ne sait pas quoi dire ! " Euh, bonjour mon Ange, content de te voir. Dis donc, t'es toujours aussi bien roulée " Non, il recevrait un coup de silex dans la tête. " Si je te dis que j'ai vraiment essayé de revenir, u vas me croire ? " Comme si elle allait le croire. Elle ne le croyait déjà pas quand il avait décidé de rester avec elle à Soltariel. Elle allait encore moins le croire maintenant qu,il avait passé huit ans ailleurs. Et qu'ils tombaient l'un sur l'autre par un pur hasard. " Oh, mon Ange, je te cherchais justement ! " Ça méritait au moins deux coups de silex.

Finnegan prend les choses en main en agrippant son aîné par le collet et, menaçant de le frapper, interroge Ange sur comment la suite doit se passer. Devant la stupéfaction d'Ange, Finn revient sur son frère et lui demande de traduire. Tout aussi surpris que son Ange, il dévisage Finnegan, avant que sa surprise ne devienne un sourire de franche hilarité.

- Pour vrai ? Un silence, le temps que Finn se décide à hocher la tête puis Sickert y va de son rire sincèrement amusé. T'as bien retenu la leçon, mais mon Ange n'a pas besoin de toi pour me cogner. Et même que tu le proposes est assez pour que ce soit toi qu'elle cogne au final, dit-il, hilare, avant que son sourire ne perde un peu de sa superbe. Si elle pouvait le faire. Oui, si elle pouvait au moins tenter de le cogner, ou même faire tout le contraire de ce qu'il a dit et de dire à Finnegan de le cogner. Il ne répliquerait même pas. Mais au moins, il aurait obtenu une réaction. Mais ses paroles, bien que dites sur une note hilare, dénotaient tout de même un admiration non feinte et à peine voilée.
Revenir en haut Aller en bas
Angelina De Draycan
Humain
avatar

Nombre de messages : 1018
Âge : 33
Date d'inscription : 06/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : Née en l'année 980 cycle 10.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un Haize peut en cacher un autre .. (PV)   Lun 3 Mar 2014 - 8:27

Si il y'a une chose a dire en dehors du fait que la situation soit des plus gênantes, c'est que le drôle de gamin a un appétit énorme, que visiblement rien ne semble entravé. Elle le regarde dévoré le contenue de sa gamelle avant de volé celle de .. Haize. Retour a la réalité fracassant, elle détourne son regard partout, ailleurs, sauf sur lui. Par ce que quoi ? Que craint elle au juste ? Lui ? Pas tout a fait, mais y'a un peu de ça. C'est elle qu'elle craint, elle craint que si elle aperçoit ses yeux rieurs et son fameux sourire Haizien, elle pourrait perdre toute volonté et s'y noyée pour de bon cette fois. Pas question, donc elle ne le regarde juste pas. Elle jette un œil au chat, ce dernier dort non loin d'elle, sans se préoccupé de rien. Qu'elle chance il a, pour sur. Si seulement, elle pouvait en faire autant.

Elle en est la dans ses réflexions ou plutôt dans ses non pensées, quand ça s'agite a coté d'elle. Elle jette un œil vers le gamin, tout semble calme, jusqu’à ce que dit le dit gamin attrape Haize Sepida par le col. Le gamin brandit son point et la regarde, elle en reste interdite ? Quoi il veut la prendre a témoin ? Il veut un coup de main ? Vu sa faible corpulence y'a des chances. En l'instant un brin d'anxiété traverse son regard. Elle a peur .. Non, pas pour le capitaine, il est capable de se défendre de toutes choses, elle le sait. Ce brin d’inquiétude, il est pour ce gosse et ça la prend au dépourvu. Quand Haize donne un coup d'épaule a ce dernier avant de lui demandé avec nonchalance ce qu'il veut. Ange lui jette un regard noir qui n'atteint pas sa cible puisqu'il ne la regarde pas !

Bien qu'elle ne veut absolument pas se l'avouer, elle en conçoit une certaine tristesse, mais elle se convainc que c'est mieux ainsi, il l'a a nouveau oublié et chacun va pouvoir reprendre son chemin .. Enfin lui, car pour Ange ça fait 8 ans que le chemin est une route sans fin. Quand elle les regarde Haize et ce drôle de gamin, elle sent qu'elle loupe un truc, il y'a un lien entre eux .. C'est comme ci d'une façon silencieuse, ils arrivaient a communiquer. Et ça c'est c'est pas possible, a moins de passer un certain temps avec quelqu'un. Ses yeux s'écartent suspect, son cœur se serre en une boule improbable. Y'a une certaine ressemblance faut le dire .. Attendez un peu il a quel age ce gamin ?

Un peu trop perdu dans ses pensées, elle se rend soudainement compte que le gamin la fixe, ah oui il veut une réponse. Doit elle le laisser frapper Haize Sepida. C'est juste adorable de sa part. Quelque chose étire ses lèvres, elle a presque envie de les toucher pour s’assurée que c'est bien ce qu'elle croit: Un sourire ! Ce drôle de gamin avait réussi a lui arraché un sourire et cela ne lui était pas arrivée depuis bien des années. Il tient peut être bien ça de son père .. Oui, c'est dans ce genre de coin tordu que se sont perdues les réflexions silencieuses d'Ange, mais ça elle veut pas y pensé. Par ce que ça ferait fichtrement mal, encore pire que tout le reste.

- Pour vrai ? T'as bien retenu la leçon, mais mon Ange n'a pas besoin de toi pour me cogner. Et même que tu le proposes est assez pour que ce soit toi qu'elle cogne au final

Elle sent son sourire sans le voir et ça c'est vraiment douloureux, par ce que quand vous avez vue une fois le Sourire de Haize Sepida, vous ne l'oubliez jamais, vous pouvait la croire, ça fait 8 ans qu'elle essaye et ces derniers temps elle pensait avoir réussie a se convaincre qu'elle l'avait oubliée. Ce qui avait été stupide, totalement stupide, par ce que forcément elle avait rien oubliée du sourire de son capitaine .. Elle avait rien oubliée du tout, pas plus qu'elle n'avait réussie a le considéré autrement que comme SON capitaine.

Elle aime pas le contact, elle le fui, mais la ça lui vient juste naturellement sans qu'elle y prenne trop garde. Sa main va agrippée le poignet du jeune homme, lui faisant délicatement baissé le poing. Elle ne regarde que lui, par ce qu'elle n'est pas en état de voir quoi que ce soit d'autres et pas juste par ce que sa vue commence a se troubler a cause de cette maudite fièvre. Non, elle ne peut pas, par ce que son coeur s'y refuse.

Ce ne sera pas nécessaire. La violence n'a jamais rien résolue et même si parfois on aimerait se battre pour des choses que l'on croit suffisamment importante pour le faire, il faut savoir s'avouer vaincue, savoir quand vient le moment ou il faut arrêter de se battre et juste abandonné.

Les paroles coulent toute seule, elle quittent ses lèvres avant même qu'elle n'ai le temps d'y réfléchir. La voix est lointaine, comme perdue entre ce monde si est un autre. L'esprit est coincé a comprendre la signification de ses mots au double sens tranchant et plus que dérangeant. Cela voulait dire qu'elle l'avait retrouvée, que mission était accomplie et qu'après 8 années, il était tant de cesser le combat. Mais cela voulait aussi dire qu'il fallait rendre les armes, que le combat avait duré assez longtemps, qu'il fallait qu'elle arrête de se battre et avouer qu'elle ne l'avait pas oublié. Alors qu'elle devait acceptée de le perdre, elle devait acceptée le fait inéducable, qu'elle ne l'oublierait jamais .. En somme elle était perdue.

Elle se rend compte que sa main tient toujours le poignet du gamin, elle le relâche confuse, bien qu'elle est certaine de ne guère lui avoir fait de mal. Haize avait raison, elle n'avait besoin de personne pour se défendre, elle aussi savait "cognée " au besoin comme il disait. Pas de quoi faire peur au capitaine sans doute, mais il s'en souvenait et cela lui fit plus plaisir qu'elle ne saurait ou ne voudrait l’admettre. Elle regarde le gamin, par ce que c'est bien plus facile de garder toute son attention sur lui et sans qu'elle sache vraiment pourquoi, elle a une affection subite et inattendue pour lui, peut être bien par ce qu'il la faite sourire, même juste un instant et que ça fait du bien, énormément de bien de se sentir vivante autrement qu'en étant au bord de la mort. C'est pourquoi, elle lui ébouriffe gentiment les cheveux.

Un tel acte de bravoure mérite remerciements. Dit elle entre amusement et taquinerie. A ce que j'ai vue de votre appétit, Vous ne refuseriez pas une autre gamelle de .. Quoi que ce soit que vous mangiez. Lache t'elle en se rappelant de la mixture peu identifiable qu'il avait avalait.

Elle se lève pour faire signe au tavernier qu'elle veut une autre gamelle. Elle doit se lever trop vite, car elle vacille, l'obligeant a se retenir légèrement sur la table. Elle a due se relever trop vite ou alors .. Elle porte discrètement les doigts a son front. Il est brulant, des gouttes de sueur y perlent. Cette maudite fièvre qui n'allait pas en s'améliorant. Elle aurait peut être due se soigner, elle ne savait plus vraiment ce qu'elle avait pris a l'enfant .. D'ailleurs elle ne se souvenait pas plus d'avoir demandait ce qu'il avait. Elle ne le faisait plus désormais. Elle se contentée de poser ses mains encore et encore, de guérir, d'absorbé, de savouré un instant de répits dans la douleur de son cœur qui enfin dans ses moments la se taisait pour laisser place a la douleur physique; puis elle reprenait la route, se murant a nouveau dans sa solitude.

Elle a toujours une main sur la table, branlante. Est ce la table qui l'est ou elle ? Elle ne saurait le dire, tout ce qu'elle sait c'est qu'il va falloir qu'elle fasse une chose terrible. Dire adieu au capitaine Haize Sepida mais de son plein gré cette fois et le tout avant qu'elle ne leur tombe littéralement dans les bras et pas au sens figuré et ça c'est bien la dernière chose au monde qu'elle désire. Quand vous tombez dans les bras du capitaine, vous n'en sortez jamais indemne, elle est bien placée pour le savoir. C'est un truc dont vous ne vous remettez jamais !
Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Finnegan Sidhe
Humain
avatar

Nombre de messages : 168
Âge : 28
Date d'inscription : 13/04/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un Haize peut en cacher un autre .. (PV)   Mar 4 Mar 2014 - 1:21

Finnegan avait non seulement survécu aux machinations de Daoine Ingrid et de Haize Sepiida, mais il avait eu le cran de les dénoncer publiquement, de les circonvenir et de s’en affranchir. Oui il en avait payé le prix; une couronne brisée cachée dans son paquetage et une malédiction qui le privait de la parole, mais il n’avait aucune dette. Il était libre. Rien n’entachait ni son âme ni son esprit. Il était même parvenu à décourager son frère de l’assassiner.

Toute sa vie, Finnegan Sidhe avait eu cet effet sur les gens : Il venait de proposer à son frère de lui foutre une raclée et avait récolté des sourires, un éclat de rire et une réaction positive de la femme. Exactement ce qu’il voulait. Oui Finnegan pouvait paraitre fragile. Il était plus âgé, mais il pouvait paraitre avoir 14 ou 15ans… Il avait la stature d’un gamin famélique; de longs os fins, tout en souplesse et en vivacité plutôt qu’en force brute. Et pourtant il n’est pas sans ressource, il n’est pas sans défense. Certainement pas. C’était les autres qui l’étaient devant lui. À cet instant, sans faire le moindre effort, il était en train de subtilement gagner son empathie, sa loyauté. Parce que l’amour est la plus solide et la plus cruelle de toutes les chaines. Sous cette bouille sympathique se cachait un petit bout d’homme redoutable. Il serait bientôt le genre de gamin auquel on s’attachait pour le suivre au bout du monde.

Il la laisse le toucher même s’il n’aime pas cette intrusion. Les distances sont importantes pour Finn. La crasse, l’attitude, sa voix absente renforcent ses subterfuges, mais la distance est essentielle. Un examen approfondit aurait pu révéler des incongruités. Finn reste toujours en marge de la compagnie. Un éclaireur, un espion, un messager furtif. Un satellite, sauf pour son frère.

Non! Elle ne comprend pas! Elle n’a pas entendu! Écoute-moi! Sickert, dis-lui de m’écouter! Elle n’essai même pas! S’excite subitement l’adolescent alors qu’il a remarqué quelque chose que la jeune femme n’a pas entendu… « ……………….,……… : …….! » Mais cette fille ne sait pas lire sur les lèvres. Peut-être savait-elle lire? Il éclaboussa la table de bière et dans l’immonde jus de crasse délayée, il traça les mots ‘Mon ange’. Haize l’avait appelé son ange. Possessivement, familièrement… Le pronom possessif.

C’était juste avant qu’il ne percute ce qu’elle avait dit. Finnegan bondit sur ses pieds au moment où elle hélait l’aubergiste. Renoncer. Ne pas se battre. Même pour les choses auxquelles on croit. Ce qui est important. ABANDONNER.

La physionomie de l’adolescent se teinta de rouge, des joues à la pointe des oreilles. Finnegan s’en prit cette fois à la femme, les yeux étincelant de colère, parce que ce qu’elle avait dit lui était intolérable à lui. Non, la violence n’était pas une solution à tout, c’est vrai. Mais ils sont mercenaires. La violence est leur quotidien. Violence Physique et morale. Sous la poigne de l’adolescent elle peut le sentir trembler d’une rage contenue, elle peut reconnaitre tout le fiel d’une terrible injustice. Non, il ne partage pas cette opinion. Non il n’admet pas cette attitude, lui qui a choisi l’exil. Il refusait d'accepter l’inacceptable. Il voulait croire, il avait encore de l'espoir.

« ……………………….? »
Quel sorte de mollusque es-tu? questionna-il avec un mélange de douleur et de dédain.

Il l’avait empoigné par les épaules. Il voulait la secouer jusqu’à ce qu’elle comprenne, jusqu’à ce que ses esprit se remettent en place, jusqu’à ce qu’elle voit le monde sous un autre angle. À la place, il sentit sa faiblesse.

Haize!! Elle est malade ta mangeuse de chat… Elle va tomber dans les pommes! Il la poussa contre le banc, profitant de son état et la força à s’assoir. Elle est brulante de fièvre. La main leste, il décrocha sa cape trempée et la roulant en boule, il la lui essora sur la figure. Le résultat obtenu n’était pas de l’eau claire, mais c’était froid et c’était la meilleure manière de lui faire reprendre ses esprits. HAIZE!
Revenir en haut Aller en bas
Haize Sepiida
Humain
avatar

Nombre de messages : 1301
Âge : 118
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un Haize peut en cacher un autre .. (PV)   Mar 4 Mar 2014 - 3:23



C'est tout à fait merveilleux. Elle a presque sourit. Ange n'a jamais beaucoup sourit. Elle a toujours affiché sa fierté, son orgueil, mais elle n'a jamais été bien souriante. Pourtant, il arrivait à lui tirer des sourires et même des éclats de rire. Mais il y travaillait fort. Et voilà que Finn y arrivait en un rien de temps. Il en serait presque jaloux s'il n'était pas aussi désespéré. Mais la voir sourire c'est un plaisir  indescriptible. Comment a-t-il supporté de ne pas le voir durant toutes ses années ? Pour Haize, le plus douloureux n'est pas tant la privation que le retour de l'objet de sa convoitise. Ça lui serre douloureusement la cage thoracique et lui martèle le crâne. C'est l'une des raison qu'il a toujours refusé catégorique des'approcher de l'océan. Revoir l'étendue bleu le rendrait malade et il s'y jetterait probablement. En attendant, il se noie dans le sourire de son Ange, jusqu'à ce qu'elle pose la main sur Finnegan.

Finnegan réagit en s'animant soudainement, alléguant qu'elle n'a même pas compris qu'il l'a appelé Mon Ange. Vieux réflexe et il n'en a pas honte. Il hoche la tête, il est même plutôt satisfait de l'avoir dit. C'est bon d'avoir gardé ses vieux réflexes, il n'a pas perdu la main. Il a un léger froncement de nez lorsqu'il entend les paroles de son Ange. Comme son petit frère, il n'aime pas trop ce que ces paroles impliquent, ça lui semble bien défaitiste, surtout sortant de la bouche de son Ange. Abandonner ? L'abandon servait à avoir assez de temps pour trouver une ouverture et ficher le camp ou attaquer une dernière fois. Pour un marin, pour un pirate, pour un type comme lui, l'abandon, c'était mourir. S'avouer vaincu ? Non, Haize Sepiida ne s'avouait vaincu que lorsque qu'il n'avait même plus la possibilité de fuir. Il avait mis de côté des tas de trucs pour survivre, mais il est toujours vivant. Non, Sickert n'était pas tout à fait franc en toute circonstances. Il mentait allègrement, sans regrets ni remords si ça pouvait le garder en vie. Il était aussi beaucoup moins émotif et se soucie moins de justice. Il a été élevé avec les pirates, les pirates ne sont pas très friand de justice. Ils préfère le corps à corps ou plutôt le lame à lame. De toute manière, il s'est heurté jadis sur des perceptions avec son Ange et après tout, ça lui est égal.

Il observe la scène presque surnaturelle de son cadet qui s'en prend à son Ange, furieux, mais contenu. Pour vrai, Finnegan a si peu de telles réactions, sauf en tête à tête avec lui, qu'il est presque certain que son Ange ne risque rien. Par contre, pour Finnegan, c'est une autre histoire. S'interposer avant que ça dégénère. D'autant plus que des têtes se sont retournés. En plus, le tavernier s'approchait et observe la scène, Sickert se contente de lever la main et de secouer la tête. Non, pas de gamelle supplémentaire, nous partions. Pour deux éclaireurs, c'est moyen de se faire trop remarquer. Il faut que ça cesse tout de suite, il faut rester discret. Ouais, vous direz que pour Haize Sepiida, le grand fantasque, rester discret c'est pas son genre, mais bon, il y a discret et discret. Il lorgne d'un mauvais oeil certains hommes présents qui semblent hésiter à intervenir. Comme tout le monde, ils sont armés. Sickert apprécie les affrontement inégaux à leur juste valeurs, mais tout de même, là, il n'y a rien à leur avantage ici. Il se lève et fait le tour de la table et pose la main sur l,épaule de son frère.

- Ça suffit. Finn, mon A....

Mais Finnegan change d'air aussi rapidement qu'il s'était empourpré et la situation change totalement de sens. Le vent tourne. Finn s'agite, autrement, ses gestes et ses lèvres s'agitent avec l'urgence. Tellement que Sickert a du mal à tout saisir, ou du moins il a du mal à faire le lien avec ce qu'il comprend et la situation. Ils ont pourtant développé une complicité pour les situation d'urgence, mais habituellement, il y a moins de chats et de pommes. Mais tout de même, le sens se fait dans le cerveau de l'ex-pirate et il saisit toute la porté de la situation. Bon sang, son Ange est malade ! Ça lui semble la chose la pus terrible qui soit. Il n'y croit que lorsque Finnegan arrive à la faire asseoir. Voir son air confus instaure chez lui un état d'urgence. Il aurait pu faire demi-tour et retourner à sa place d'origine, mais pas le temps, la situation et urgente. D'autant plus que Finnegan vient de copieusement asperger son Ange d'eau de pluie. Il pousse la table qui racle sur le plancher comme si c'était une fine chaise d'osier et non la table de bois massif, fait pour durer une éternité ou, le cas échéant, brûler longtemps dans l'incendie de la taverne. Étant plus grand et plus massif que Finnegan, mieux vaut pour le cadet de ne pas tenter de résister lorsque Haize le bouscule un pour prendre sa place au plus près de son Ange. Elle est mouillée, mais elle devait l'être même avant que Finn ne lui essore sa cape sur la figure. Parce que Haize est Haize et que de voir son Ange malade est la pire chose qui lui soit donné de voir, il doit d'abord s'en assurer. Un pli soucieux barre son front tandis qu'il pose une main calleuse et sans doute pas des plus propre sur le front de son Ange, tandis que l'autre, tout aussi rugueuse, se glisse sur sa nuque pour la retenir. Sa masse imposante se profile tout près de son Ange, l'enveloppant, protecteur, possessif, et lui cachant la vue du reste de la pièce. Il constate sa fièvre, aucun doute. Il la détaille, inquiet, cherchant à voir à quel point elle est fiévreuse, à quel point la fièvre l'a atteint. Vieux réflexe de pirate, la fièvre, c'est dangereux quand c'est trop tard. Et parce qu'il sait qu'il a les main calleuse et que c'est surement pas assez précis, ce sont ses lèvres qu'il pose sur son front avec un naturel et une aisance au-delà des bonnes manières. Mais il se fiche des bonnes manières. Ah, d'accord, fiévreuse à ce point là, mieux vaut la sortir d'ici et de la faire se reposer. Il sait que ça ne sera pas facile, mais c'est essentiel.

- Elle a la fièvre, dit-il d'un ton lugubre. On s'en va.
Revenir en haut Aller en bas
Angelina De Draycan
Humain
avatar

Nombre de messages : 1018
Âge : 33
Date d'inscription : 06/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : Née en l'année 980 cycle 10.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un Haize peut en cacher un autre .. (PV)   Mar 4 Mar 2014 - 8:26

( HRP: Bon bah il est énorme et il fait que la moitié de ce que je voulais. J'ai due coupée les scènes de souvenirs et tout par ce que j'ai eu pitié de vous. lol )

Tout se passe comme dans un rêve ou plutôt un cauchemar, quelque chose qui se passe au ralenti, comme si vous étiez spectateurs alors que vous en êtes bien la victime. Elle reste un moment la sans bouger, prisonnière de ses non mouvements. C'est la fièvre ou autre chose. Quoi que ce soit elle bouge pas pendant un certain temps. Elle ne bouge pas quand le gamin s'énerve un brin, pas de quoi faire peur, il aurait été si simple de le repousser sur son banc. Elle ne bouge pas d'avantage quand prestement il lui retire sa cape et la pousse a s'asseoir et chose incroyable, elle ne bouge toujours pas quand elle se fait aspergée du jus de sa propre cape. C'est qu'un gamin, quoi elle va tout de même pas le frappé. Bien qu'elle ne sache absolument pas ce qu'il lui reproche au juste. Il a du tempérament pour sur, son humeur change aussi vite que le vent tourne... Il tient ça de son père peut être ?

Y'a comme quelque chose qui gronde dans son cœur, qui lui coure dans les veines, la sortant de sa catatonie. Cela ressemble a s'y méprendre a une émotion. Quelque chose de fort, de puissant et de pas bon du tout. De la colère ou plutôt une rage froide, sourde, intense qui menace de se déchainée .. Mais c'est qu'un gamin, alors elle fait rien et tout aurait pue en rester la si le capitaine Haize Sepida avait pas fait un truc totalement stupide et oh combien dangereux. Un truc dangereux pour tout les deux. Pour lui physiquement et pour elle émotionnellement. Il s'était approché. Il s'est beaucoup trop approché, il a envahie son espace l'obligeant a ne plus voir que lui.

Il est si proche qu'elle sent son souffle sur sa peau, c'est comme si une fois encore le temps s’arrêter. Ils sont seuls au monde, elle ne voit que lui, son regard se perd dans le bleu océan des yeux du capitaine. De doux frissons la parcourent tout entière et cela n'a absolument rien a voir avec une quelquonque fièvre. C'est lui, ça a toujours été lui. Il a toujours fait d'elle une poupée de chiffon quand il était trop prés. Sa présence physique était presque addictif, elle savait que ce n'était pas bon pour elle, mais a chaque fois, elle plongée. Prisonnière de son regard et prisonnière des sensations qu'il faisait courir dans tout son corps, sensations qui menaçaient de l’engloutir a tout instant. 

Quand il glisse sa main sur son front et l'autre derrière sa nuque, ça lui coupe le souffle tant l'émotion est forte. Prés de 8 ans qu'il ne l'a pas touché ainsi. Prés de 8 ans qu'ils n'ont pas étés aussi proche l'un de l'autre. Et elle n'a rien oubliée des fichues sensations qu'il lui procure. Il est trop prés a tel point que son cœur manque un battement. Ses mains sont toujours les mêmes, fortes, un peu caleuses mais d'une infinie douceur. Une délicatesse, pas croyable pour un pirate quand vous y êtes pas habitués. Mais Ange elle, elle y’était habituée. Et ça lui avait manquée, cela lui avait terriblement manqué. Probablement pour ça, qu'elle bouge pas. D'accord y'a la fièvre aidant aussi mais tout de même. 

Quand il se rapproche un peu plus d'elle, elle n'a qu'une envie, un besoin, fuir avant qu'il ne soit trop tard. Mais elle est toujours la, prisonnière d'un lien invisible qui l'unit au capitaine. 8 ans qu'elle attend ça, bien qu'elle se soit toujours gardée de se l'avouer. Les lèvres du capitaine se pose sur son front, brièvement mais de quoi la faire frissonné malgré tout et une fois de plus, ça n'a strictement rien avoir avec la fièvre. Elle sait qu'elle doit faire quelque chose, qu'elle doit arrêter ça, mais elle sait aussi que c'est probablement la dernière fois ou ils seront aussi prés l'un de l'autre. La dernière fois ou elle pourra gouté a la chaleur que lui procure la présence de son corps non loin du sien. Puis y'a cette fichue sensation de sécurité. Par ce que oui quand il est près elle, c'est comme une barrière entre elle et le monde, comme si elle était a l'abri de toute chose .. Par ce qu'il la sauverait toujours. 

Une voix vicieuse gronde au fond d'elle, lui rappelant que ça c'était avant, que c'est un parfait manipulateur et qu'il sait fort bien s'y prendre pour embobiné les gens .. Surtout elle. C'est juste une comédie de plus par ce qu'il a peur de ce qu'elle pourrait faire maintenant qu'elle la retrouvé. La colère est la, tout a fait palpable désormais et Haize Sepida n'est pas un gamin qu'elle se doit d'épargné. Haize Sepida est la seule personne qui est toujours eu le don de la mettre hors d'elle. Et c'est précisément ce qu'il fit un instant plus tard.

- Elle a la fièvre .On s'en va.

Cette fois la colère monte et pas question de la retenir, trop longtemps qu'elle le fait a vrai dire. Vraiment il croit pouvoir régenté sa vie ? Pourvu jouer au preux chevalier et tout oublié ? Pouvoir prendre les décisions a sa place. Certainement pas, c'était mal la connaitre. Bien des gens avaient voulus prendre des décisions a sa place dans sa vie et elle s'était jamais laissée faire. Elle commencerait pas avec ce pirate ! Il allait en prendre pour son grade, il semblait si simple désormais de lui balancée les 4 vérités nécessaires a sa délivrance. Cela semblait même un peu trop facile, la fièvre aidante sans doute, mais qu'importe, c'était pas ça qui l’arrêterait, pas plus que les nombreux curieux qui regardaient la scène.

A ce stade, plus rien n’arrêterait sa colère et le pire c'est qu'elle aurait sans doute pas le souvenir de la moitié de ce qu'elle allait raconté et pire encore, elle dirait bien plus qu'elle n'aurait jamais voulue lui dire. Et ça par contre, c'était la fièvre. Elle rassemble le peu de force qui lui reste. Elle se lève, le bouscule. Elle sait pas trop si il recule par le choc, ce qui serait étonnant, ou par la surprise. Mais il recule .. Pas de bien grand chose, mais juste assez pour qu'elle se lève et se dégage de quelques pas. Légèrement vacillante mais debout et ayant clairement retrouvée l'usage de la parole.

Je vous serez gré de ne pas me toucher, vous avez perdu ce droit il y'a bien longtemps.

Trop longtemps, mais ça elle se garde bien de le lui dire évidement. Si il fait un pas, elle recule. Si l'un ou l'autre fait mine de l'interrompre elle agite la main en guise de négation et continue sans se soucier d'eux. Et ce sera comme ça jusqu’à ce qu'elle est finie de déballer tout ce qu'elle avait dire ! Par ce que la maintenant il lui semble que c'est la seule chose qui compte, que la seule façon de se libéré du poids qui comprime dangereusement sa poitrine, c'est de tout lui balancer a lui. Il a l'air d'aller bien. Il est la bien vivant et il ne sait absolument pas tout ce qu'elle a endurée par sa faute, et c'est juste parfaitement injuste. Ses grands yeux bleus lancent des éclairs, des éclairs en pagaille, mais pourtant pas assez pour caché toutes les émotions qui l'habitent a nouveau. Avec une place de choix pour la douleur et ça il peut pas le manqué, par ce que son regard il le connait bien, elle le sait.

Vous croyez pouvoir décidé de la ou je vais sans me consulter ? Vous aimez dirigé, vous avez toujours aimé ça. C'est ce que vous avez voulue faire il y'a 8 ans, prendre le contrôle de ma vie jusqu’à ce que vous me soyez aussi nécessaire que l'air que je respire. Et c'est ce que vous avez fait, ne vous souciant pas de ce qui arriverez quand vous partiriez.

Son cœur lui fait un mal de chien. Chaque paroles la détruisant un peu plus et brisant ce mur qu'elle a si difficilement construit autour d'elle. Pourtant elle continue, par ce qu'il faut que sa sorte. Par ce que son esprit lui refuse de s’arrêter.

Et le pire la dedans, c'est que je ne peux absolument rien vous reprochez. Vous pouvez dormir sur vos deux oreilles capitaine. La seule responsable de tout ça c'est moi. J'ai été stupide, stupide et naïve. Vous, vous avez été parfait d'un a bout a l'autre. Après tout vous n'avez jamais dit que vous m'aimiez, pas plus que vous resteriez pour toujours. Vous ne faisiez que dire que vous étiez la ou vous le vouliez .. Oh oui c'est précisément la ou vous étiez, une place de choix pour copier des cartes et que sais je d'autres n'est ce pas ?

Elle se saisie de son sac, qu'elle ouvre toujours en les gardant a l’œil et en veillant a ce qu'ils ne s'approchent pas. Au moindre de leur pas, elle filerait ! Elle aperçoit ce qu'elle cherche, elle en sort un petit morceau. Un bout de tissu grena. Son bien le plus précieux, tout ce qu'il reste du Haize Sepida, de ses souvenirs et de l'amour qu'ils ont partagés ou du moins auquel elle a crue aveuglement, mais qui n'a eu jamais existé que dans son cœur a elle. C'était la, la seule preuve qu'Haize Sepida n'avait pas été autre chose qu'un mirage dans sa vie. Une chose a laquelle elle s'est accrochée pendant prés de 8 ans. La pourtant, elle n'a qu'une envie c'est lui jetée la précieuse redingote au visage et que tout soit fini. Mais si elle fait ça, elle brisera son dernier lien avec lui et ça malgré toute la douleur, toute la rancune, toute la peine, elle en est incapable. Elle ramasse a la place sa cape trempée et la jette a la tête du capitaine se fichant pas mal de savoir si oui non, elle atteints sa cible.

Vous n'avez pas idée de ce que votre départ m'a fait. Des ravages que votre absence a causée. Vous n'avez pas idée de ce qu'on étaient ces 8 dernières années. De ce que j'ai du faire pour vous retrouvez. Vous n'avez pas idée de jusqu’où j'ai du allée ni de ce que j'ai due subir. Vous ne savez pas que les seuls moments ou je ne sentais pas mon cœur meurtrie, c'est quand les blessures physiques remplaçaient les blessures de mon âme.  Alors je vous interdits de débarqué dans ma vie et croire pouvoir prendre les décisions a ma place... Haize on y va.

Elle regarde le chat qui la rejoint d'un bon tout fier d’être demandé, puis elle regarde Haize, le vrai, le seul l'unique. Un pauvre sourire dévasté apparait sur ses lèvres. Elle s’apprête a porté le coup de grâce .. A elle ou a lui, elle ne saurait le dire. C'est destructeur a souhait, mais la colère l'aveugle .. La colère et pire encore la douleur.

Haize c'est le chat .. C'est son nom .. C'est comme ça que je l'ai appelée. Il est comme vous, persévérant. Il repère sa proie, joue avec un moment, la blesse au possible la forçant a se retrancher derrière un mur et quand c'est fait il s'en va, par ce qu'il n'y'a plus rien d’intéressant a prendre. Il ne se soucie pas de savoir si elle va survivre, pas plus qu'il ne soucie de savoir si un autre chat bien pire que lui va passé après pour lui faire subir bien pire.

Si il a un quelquonque geste ou une quelquonque parole, elle l'interrompt a nouveau d'un signe de la main ou alors elle ne l'entend tout simplement pas. Elle peut plus vraiment de toute façon, elle est deja a demi dans un autre monde bercée par sa fièvre grandissante. Et tant bien qu'elle vacille. Bien qu'elle est les larmes au bout des yeux. Elle poursuit.

Je retire ce que je vous ai dis jadis. Vous n’êtes pas le capitaine de mon cœur, vous ne l'avez jamais été. Vous êtes tout au plus un imposteur qui a prit la barre un instant avant de faire coulé le navire.

Le navire c'était elle, tout pirate qu'il soit, il n'avait pas pue se méprendre sur l'allusion. Cette fois ci les larmes coulent franchement sur ses joues, la colère est retombée ou le délire, allait savoir ce que c'était vraiment. Mais c'est quand la colère tombe qu'apparait ce qu'elle cache. La peine, la douleur, l’atroce souffrance. Son cœur se brise une fois encore. Elle ne fait rien pour empêchée ses larmes de couler le long de ses joues. Son sac sur le dos, la chat la suivant, elle se détourne, droit vers la porte. Pourtant elle regarde le capitaine pour ce qu'elle pense être la dernière fois et elle dit un truc qui la ravage complètement tant le mensonge est douloureux a formulé .. Mais c'est un mal nécessaire, elle le sait. Elle doit fuir maintenant avant que toutes les émotions ne reviennent et avec eux les souvenirs. Souvenirs qui ne manqueront pas de l'engloutir.

Que le vent vous emporte capitaine et puisse t'il faire que plus jamais nos chemins ne se croisent.

Elle se détourne, fais un pas a près l'autre, ne cherchant pas a savoir si il la suit. Elle a bien trop mal pour ça. Puis elle est tellement fatiguée. A bout de force. Tant, qu'elle vacille de nombreuses fois. Mais la sortie n'est plus si loin, elle a juste a tenir bon puis elle sera libre. Libre de fuir, de se cacher dans un endroit sombre. Libre se se rouler en boule et de pleurer jusqu’à ce que toutes les larmes de son corps se soient taries. Pourtant, elle n'atteint jamais la porte. La colère, les larmes, tout ça avec cette maudite fièvre l'ont mise a bout de force. Elle s'écroule. Tout ce qu'elle sait, tout ce qu'elle ressent avant de sombrer dans l'inconscience, c'est que deux bras solides l'ont rattrapés avant qu'elle ne touche le sol. Puis c'est le noir. Les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Finnegan Sidhe
Humain
avatar

Nombre de messages : 168
Âge : 28
Date d'inscription : 13/04/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un Haize peut en cacher un autre .. (PV)   Mar 4 Mar 2014 - 18:45

Rien, ni dans la personnalité ou l’éducation de Finnegan Sidhe ne le prédisposait à de pareils étalages de sentiment. En public de surcroit? Par tous les saints! Il ouvrit des yeux grands comme des soucoupes et observa la scène avec une expression de franche horreur jusqu’à l’apothéose de cet esclandre mélodramatique, lorsqu’elle s’effondra finalement à bout de ressources.

Comme sortie, ce n’était pas tellement réussi… Drapée dans sa dignité, épaulée par un chat, elle venait de s’affaler dans les bras de l’aubergiste. Finnegan grimaça. Oui bon… Peu importe leur différence de vue, aucune fille au monde n’aimerait que ça lui arrive. Le tavernier? ARGL! Elle avait la fièvre, Sickert l’avait appelé son ange, et selon toute vraisemblance elle n’allait pas réellement dévorer ce chat, mais ce n’est pas pour ça qu’elle gagna la sympathie de Finnegan. Elle était dévorée par la perte, le chagrin et la solitude. Elle s’en était fait une tragédie dont elle venait de leur jouer le dernier acte. Enfin… En espérant que c’était le dernier et qu’elle n’avait pas l’intention d’aller pathétiquement se jeter du haut d’une falaise. Ce serait terriblement péninsulaire et féminin. Pitoyable… Cette fille avait besoin d’aide… V-r-a-i-m-e-n-t! Et connaissant son frère, il n’avait rien d’un preux sauveur de demoiselle en détresse. Il l’aimait… C’était évident. Mais ce genre de fille veut des démonstrations grandiloquentes et des promesses échevelées. Ils n’étaient pas au bout de leur peine. Eh merde… Autant s’y coller avant que ça dégénère encore.

Finn se tourna vers son frère, stoïque. Pas de doute, c’est une vrai fille celle-là! Bon sang, où tu l’as dégoté? Finn ferma précipitamment les yeux, opposant ses mains pour s’éviter une réponse qu’il ne souhaitait tout compte fait pas entendre. Non! Ça va, ne me dis rien… Laisse tomber. Allez, sortons là d’ici avant que le tavernier la foute à poil dans son pieux… Selon ce qu’elle avait objecté avec tant de verve et de décibel, c’est qu’elle voulait être consultée… Oui… Mais elle n’avait qu’à rester consciente. L’adolescent fit quelques pas et se retourna pour lui faire face. Vu les hauts sentiments que tu lui inspires, je vais la porter… Il lui reprit la cape dégoulinante. Et elle a dit qu’elle ne voulait pas que tu y touches. Alors toi tu prends le chat. Si elle reprend ses esprits, empêche-la de me mordre les fesses!

Il aborda le tavernier avec un sourire à mi-course entre la gêne et les excuses, et annonça : « …………………! » Si vous permettez, on va reprendre ça! Puis, délicatement il enroula la femme dans sa cape, bien serrée. Vraiment bien serrée… Parce qu’on ne devient pas mercenaire sans apprendre à entraver quelqu’un. Il la saucissonna littéralement avant de la renverser sur son épaule, veillant à ne pas lui faire de mal, et franchit la porte sans heurt.

Leur passage dans cette taverne n’était pas passée inaperçue… Cependant, si l’événement était raconté, personne n’irait les associer à une pareille scène. Ce serait trop invraisemblable. Le capitaine les attendrait. Et puis, comme ça, il ne pourrait pas leur reproché d’avoir ménagé leur effort et de se l’être coulée douce à l’abri des intempéries.

Il faut trouver un endroit où la soigner et on a pas de quoi lui payer une chambre. Parce que Finn doutait que Sickert accepterait de lui faire les poches. Pas cette fois. Enfin peut-être que si mais ça n’aiderait pas sa situation quand elle se réveillerait. Parfois, avec Sickert, il fallait le protéger de lui-même. Et ne me parle pas de retourner dans ce bordel! Il y a des lits, mais je ne crois pas que ton ange y survivrait! L’adolescent paru réfléchir. Quoique ce serait un bon investissement… On pourrait finir de collecter des informations… À moins que tu aies des amis dans cette ville dans laquelle tu n’es j-a-m-a-i-s venu auparavant? Articula-t-il exagérément.
Revenir en haut Aller en bas
Haize Sepiida
Humain
avatar

Nombre de messages : 1301
Âge : 118
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un Haize peut en cacher un autre .. (PV)   Mer 5 Mar 2014 - 1:31



Totalement irréel comme situation. D'accord, Ange s'enflammait souvent, ils avaient vécu, jadis, quelques situations de ce genre, mais pas en public. Enfin, si, en public aussi, mais rien de comparable en rancoeur et en ressentiment. Mais il doute qu'il aurait apprécié d'avantage en privé les vérités que lui assène son Ange. Le seul bémol était qu'il n'était pas parti de son plein gré, mais ce n'est pas maintenant qu'il allait le lui révéler. Et puis bon, il doute que ça y change quoique ce soit. Il lui avait inventé une vie, heureuse et sereine, il y avait cru. Il s'était trompé. Ou peut-être n'avait-il pas voulu croire qu'il aurait pu causer tant de chagrin et de ressentiment. Non, il ne lui avait pas fait de promesses, il n'en faisait jamais et de toute manière, il se savait trop instable et trop à risque pour tenter l'expérience des promesses. Un pirate ne fait jamais de promesses, puisqu'il est pas mal certain de ne jamais le tenir et Haize s'en est toujours tenu. Et malheureusement, jamais, avant ou après Ange, il n'avait non plus laissé le moindre doute sur ses sentiments. Jamais il n'avait laissé une femme avoir le moindre doute sur sa nature évanescente. Jamais une femme, peu importe ses maîtresses n'avait jamais pu avoir le moindre doute que tout ça n'était que lubie et bon temps. Pourtant, il avait laissé plané ce doute chez son Ange. Il l'avait laissé plané parce qu'il y avait cru. Oh oui il y avait cru de tout coeur et de toute son âme. Et il devait se rendre à l'évidence qu'il y croyait toujours. Naïf ? Peut-être. Non, Jamseon Sickert, tout comme Haize Sepiida n'avait rien du preux chevalier. Les demoiselles en détresse l'amusaient, tout comme lui-même et ses hommes lorsqu'ils se retrouvaient en détresse. La détresse l'excitait et lui donnait l,impression d'être vivant, de risquer sa vie, de pouvoir tenter un truc de malade juste pour voir s'il allait s'en sortir. Ludique comme il est, il prenait du bon temps. Le hic c'est que de voir son Ange dans cet état, avec de telles reproches, tout en avouant qu'il n'avait pas vraiment menti, même s'il n'avait pas été très honnête, lui démontrait qu'elle avait très mal prit qu'il disparaisse, sans parler des cartes qu'il avait copier, ce n'était certes pas très honnêtes. Il pouvait tout de même se réjouir que ces cartes n'aient jamais permis à qui que ce soit d'investir Soltariel, ni les terres qu,il avait copier, parce qu'il avait tout reprit avant de disparaître. Haize Sepiida pouvait se vanter de ne pas avoir de regrets. Enfin, jadis il pouvait s'en vanter. Ce n'était plus le cas. Voir son Ange en détresse, si fragile, si minée, l'inonde de regrets et de remords. Son Ange était forte, son Ange n'avait rien d'une demoiselle en détresse. Le spectacle qu'elle donnait était bien pire que ça, c'était bien au-delà. Et il en était le responsable, malgré ce que pouvais en dire son Ange.

Et il n'avait pas l'intention de la laisser filer. Il n'avait pas l'intention non plus de la laisser renier ce qu'elle lui avait dit. Il ne lui avait jamais rien promis, il ne lui avait pas fait d'aveu, mais il l'avait laissé l'aimer. Pire, il ne lui avait pas dit Il n'avait absolument aucune idée de ce qui allait se passer ou même ce qu'il pouvait dire ou faire pour contrer tout ça, mais il devait faire quelque chose. Et peu importe ce qui pouvait se produire, il ne la laissera pas partir. Il avait beaucoup du matou, il ne pouvait le nier, mais il n'a jamais été cruel et sadique. D'accord, il se souciait peu des gens qu'il avait pu rouler, mais il n'a jamais volontairement roulé son Ange. Enfin, il n'avait peut-être pas été tout à fait honnête avec elle. Et de toute évidence, pas tout à fait honnête avec lui-même non plus. Il y avait pourtant cru. Il ne relève pas les commentaires de son frère, il ne va pas raconter... ou peut-être le devrait-il... mais il y avait pour le moment plus urgent. Son Ange avait la fièvre. Il fallait remédier à ça et rapidement. Déplaçant sa masse du point où il était jusqu'à l'autre, à savoir devant, dans la trajectoire d'Ange avait créer un second mouvement, celui des clients de la taverne, qui voyaient d'un mauvais oeil ce qui se passait et qui se levaient également. Pourtant, tout se fige lorsque l'Ange s'effondre dans les bras du tavernier. Il était tout près, vraiment tout près, juste derrière et s'il ne plonge pas sur le tavernier pour lui reprendre son Ange, c'est parce qu'il voit du coin de l'oeil que le tavernier n'est pas le premier souci à avoir, au moins il retient son Ange. Il cesse de bouger, pour manifester qu'il ne va rien faire de stupide. Ce serait pourtant son genre et Finn pourrait en témoigner.

- La fièvre, commente-t-il lorsque le tavernier semble hésiter à remettre son Ange à Finnegan, tandis que ce dernier plante le chat dans ses bras. La fièvre la fait délirer.

C'est pas très gentil, mais c'est assez pour rouler le tavernier, même si en même temps, c'est pas tout à fait faux. Il sait bien qu'elle n'aurait pas fait une telle esclandre si elle n'avait pas été malade. Ce mal n'était probablement pas directement sa faute, mais quelque chose le poussait à croire qu'il n'y était pas étranger non plus. Il soutient son Ange, tandis que Finnegan l'enroule dans sa cape humide. Il a tout de même un mouvement d'hésitation lorsque Finnegan lui propose de transporter son Ange, alléguant qu'elle lui a interdit de la toucher. C'est vrai... la situation est... bien au-dessus de ce qu'il arrive à gérer. La situation lui échappait et il avait l'impression de se retrouver dans une situation désespérée. En temps normal lorsqu'il se retrouvait dans un cas désespéré, il faisait la première chose qui lui passait par la tête, le pus souvent un truc débile. Mais il eut la bonne idée de ne rien faire de stupide. Ce n'était pas si désespéré... ou alors c'était encore pire que ça.

Ils ne perdirent pas de temps pour quitter la taverne, du moins tout de site après avoir attrapé le sac d'Ange sur lequel il pose le chat. Mieux valait abréger le spectacle pour éviter de faire le rapprochement, plus tard. Il s'éloignèrent même assez pour totalement voir disparaître la taverne, avant que Finnegan n'intervienne. Haize mit quelque secondes à répondre, parce qu'il réfléchissait. Il devait trouver un endroit où déposer son Ange. Rarement le cadet n'avait vu son aîné si soucieux, si sérieux. Enfin, il le feignait habituellement assez bien, parce que c'était parfois nécessaire, mais là, c'était du vrai, chose rare chez lui.

- T'es malade ?! Le bordel ? Mais à quoi tu penses ?

Le bordel ? D'accord, c'était certes une idée assez plausible, quand on connaît le Sickert, et il l'aurait probablement fait si son Ange n'avait pas été son Ange et surtout s'il avait pu croire qu'on y pourrait quelque chose au bordel. Les infos, il s'en balance pour le moment, il aura le loisir d'en trouver plus tard... peut-être. Pourtant, Fin ouvre une porte à laquelle il n'avait pas songé jusque là. Des amis ? À Diantra ? Il ne relève pas le reproche fait par Finn qu'il a mentit en affirmant qu'il n'y avait jamais mit les pieds. Il est allé partout, mais vraiment partout. Et la personne à laquelle il songe n'est pas à proprement parlé des amis. Il s'arrête, père le pour et le contre. Dans le contre, il y a des milliers d'item qui devraient l'empêcher de s'approcher de cette personne. La plupart attentent à sa vie. Dans le pour, il y a son Ange. Pour l'emporte.

- Il y a peut-être quelqu'un, dit-il, songeur. C'est risqué, mais pas pour toi, mais c'est pas dans ce coin de la ville... il tend les bras. Donne-moi mon Ange, je la porterai, toi, ouvre moi la marche.

Cartographe dans l'âme et dans la tête, il dirige Finnegan durant de longues minutes, dans la ville de Diantra, et par les coins peu achalandés, parce que deux types qui trimbalent une demoiselle inconsciente, ça pourrait attirer les regards et pas que les bons. Ils se retrouvent devant une assez luxueuse maison, du moins un luxe dans ce quartier. Ils contournent le bâtiment avant qu'il indique à Finnegan une entrée discrète. Il repasse son Ange à Finnegan et va frapper à la porte. L'attente est longue avant que la porte ne s'ouvre, vers l'extérieur. Un juron féminin se fait entendre et la porte se referme dans un claquement sec.

- Aucun commentaire, Finn, dit-il sans se retourner. Patient, il frappe encore, mais cette fois, aucun bruit. Il frappe encore, puis encore avant que ça commence sérieusement à l'agacer. Je vais grimper et entrer par une fenêtre si tu n'ouvre pas, commente-t-il, calmement, assez fort pour que ça voix porte jusqu'à l'intérieur. Quelques secondes d'hésitation, semble-t-il, puis la porte s'ouvre à nouveau, mais pas totalement, pour empêcher toute tentative d'entrée en force.

- J'avais d'autre projets que de te tuer aujourd'hui, Sepiida.
- Je préférerais que tu ne le fasse pas, pas aujourd'hui, mais je prend le risque.

Il y a un silence, puis la voix reprend.

- Es-tu si désespéré ?
- Ce n'est pas pour moi. Enfin, si, mais si c'était que pour moi, je ne risquerais pas de me faire tuer si c'était que pour moi, tu saisis le paradoxe, dit-il en forçant l'ouverture de la porte, qui s'ouvre sur Finnegan qui transporte Ange inconsciente.

La dame, parce que c'est une dame, étudie la situation, de son regard acajou. Les traits fins et anguleux, le nez droit, il est difficile de lui donner un âge précis. Elle dévisage l'ex-pirate, d'un oeil sombre, ses minces lèvres pincées ne formant qu,un mince fil un peu plus foncé que le reste de sa peau. Elle porte une robe très stricte, dont le collet lui monte jusqu'au menton. C'est une robe de travail, à ne pas en douter, d'un vert sombre, tout à fait assorti au brun de ses cheveux strictement retenu par un résille de grossière facture. C'est une grande dame, toute en longueur, très droite le menton haut, presque prétentieux.

Tu vas me payer cette fois ?
- Tout ce que je te dois, plus les intérêts et tout le reste.
- Je ne te crois pas, dit-elle en ouvrant la porte et en les laissant entrer. Je ne te dois rien, Sepiida, tu me dois pas mal, mais je ne vais pas laisser une femme succomber à la fièvre, conclue-t-elle.
- T'es trop forte, t'as deviné.
- La fièvre te terrifie, c'était facile.
- t'es pas la seule que j'ai vu mourir de la fièvre.

Pour la première fois, la dame sourit. Elle les laisse entrer franchement et dès que Finnegan a passé la porte, elle commence à se charger de l'inconsciente. Elle lui touche le front de la main avant d'indiquer une chambre sans fenêtre pour y déposer le précieux fardeau. Si elle demande à Finnegan de l'aider à démailloter l'Ange, elle refuse plus d'aide et confine les deux frères devant la porte, leur interdisant de s'approcher. Elle retire les bottes de l'Ange et les pose plus loin. Elle touche encore le front de l'Ange, avant d'y poser les lèvres, doucement. Elle se redresse et amorce la nécessité de déshabiller l'Ange.

- Sortez d'ici et faites chauffer de l'eau. Et je vous interdit de vous asseoir sur les coussins dans votre état et sans parler du chat, j'ai senti ses effluves de mâle avant même d'ouvrir la porte. Séchez vous et faites vous aussi chauffer un peu d'eau, un nettoyage ne vous fera pas de tort. Et ce sera un soulagement pour mes narines, dit-elle sans même se retourner. T'as vieillit Sepiida.
- Pas toi.

Contre toute attente, Haize recule et tire Finnegan hors de la pièce. Il ne connaît pas trop la maison, mais de toute évidence, il y est déjà venu. Il trouve l'eau et la met à chauffer. La maison n'est pas très grande, mais pour deux types qui ne sont pas entrés dans des maisons depuis des lustres, elle est grandiose. Elle sent les fines herbes et les épices et le long du plafond, juste au-dessus du foyer, des dizaines de petits paquets d'herbes, de plantes et de brindilles sont soigneusement ficelées. C'est l'antre d'une guérisseuse, pas de doutes.

- Ne jamais contredire Marion. Et ne lui pique rien non plus... j'éviterais même de toucher à quoique ce soit... si c'était pas d'Ange, je serais déjà mort. Enfin, la seconde fois où elle a ouvert la porte. La première ouverture était un coup de semonce, explique-t-il. Et t'en fais pas, elle se souciera de toi quand elle aura fait des miracles sur mon Ange. Il donne à Finnegan de l'eau à chauffer. Ne jamais contredire Marion. alors tu te nettoie même derrière les oreilles.

Marion avait menacé de le tuer et de toute évidence, il la croyait capable de le faire et sans hésiter. Par contre, il avait tout aussi confiance en sa capacité de soigner Ange. C'était la seule chose qui lui importait pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Angelina De Draycan
Humain
avatar

Nombre de messages : 1018
Âge : 33
Date d'inscription : 06/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : Née en l'année 980 cycle 10.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un Haize peut en cacher un autre .. (PV)   Mer 5 Mar 2014 - 2:22

Pour certaines personnes, l'inconscience a du bon. C'est des instants de répits, des moments ou votre esprit s'évade. Il se perd un instant loin des soucis avant de retrouver son chemin vers la lumière. Pour d'autres, comme pour Ange, l'inconscience est un ennemi redoutable. Un ennemi qu'elle a appris a craindre depuis de nombreuses années, car c'est la le seul ennemi contre lequel elle ne peut rien. L'inconscience vous enveloppe, vous entoure, vous prends tout. Armes et repaires. Si comme Ange, votre vie est faite de tout un tas de truc dont vous ne voulez pas vous souvenir, alors l'inconscience est un ennemi puissant que vous ne pouvez battre. Vous luttez, vous, vous débattez pour sur, mais ce n'est pas la un combat que vous pouvez gagné. L'inconscience se joue de vous, elle se sert de vous comme d'une arme et elle prends plaisir a vous détruire avec ce qui fait de vous ce que vous êtes. Oui Ange a appris depuis fort longtemps a craindre l'inconscience. Mais quand la fièvre vous gagne, vous êtes démunie, il n'y' rien que vous puissiez faire pour y échappée ... Vous ne pouvez que subir encore et encore jusqu’à ce qu'elle vous relâche.

Tout commence par le noir, un noir profond, opaque, étouffant. C'est la le meilleur moment, c'est la que vous êtes le mieux. Après viennent les premières images, les premiers sons. Vos propres souvenirs qui vous livrent bataille. Tantôt déformés, tantôt mélangés et d'autres fois parfaitement identiques car ils se suffisent a eux même. Nul besoin de les transformer pour en faire des cauchemars.  Elle remue sans doute beaucoup, elle s'agite, par ce que c'est ce qu'elle fait dans l'inconscience. Sauf qu'habituellement, elle choisie le lieu ou elle s'endort, elle glisse ses armes sous l’oreiller et elle sait qu'a leur contact, elle se réveille. Mais la, elle n'a rien choisie du tout. L'inconscience a décidée du lieu de l'endroit et elle n'a absolument aucuns repaires, pas plus qu'elle n'a d'armes auxquelles se raccrocher pour se réveiller.

Elle reste prisonnière de l'inconscience ce qui lui semble des jours, mais cela peut tout aussi bien être quelques instants. Il est possible qu'elle pleure, il est possible qu'elle crie selon le souvenirs avec lesquels elle se débat. Ce qui est sure, c'est que comme toujours, elle n'appellera qu'un nom pour la sortir de la. Un nom qui ne réponds jamais. Haize. Elle même, ne sait pas trop si elle l'appelle au secours, si elle l'appelle pour qu'il revienne ou si elle dit simplement son nom comme une supplique. Il est dans beaucoup de ces moments d'inconscience et bien que ce soit souvent douloureux, elle ne peux pas nié que c'est peut être un peu sa faute si il se trouve la. Après tout l'inconscience n'est pas toujours un mauvais endroit, par ce que c'est encore le seul endroit ou elle peut être auprès de Haize Sepida. Même si cela se termine toujours dans les larmes ou dans le sang. Elle s’agrippe toujours a lui comment si il était réellement la. Elle ne peut pas oubliée, elle ne veut pas oubliée. Ceux la sont les cauchemars auxquelles elle s'accroche. Aussi douloureux soient ils. Il est la lui et n'est ce pas tout ce qu'elle veut, tout ce qu'elle désire, même si au réveil elle se refuse a l'admettre.

Cette fois si comme pour toutes les autres, cela commence doucement avec des souvenirs d'elle jeune. Puis vint un mariage imposé, la fuite, la première. Viennent ensuite les images plus dures, l'acquisition de son don de sa malédiction. Les premiers patients, la douleur.. Puis il y'a un village, des gens qu'elle aime, la confiance brisée, une horrible cave ..

Elle s'agite de plus belle, elle le sent jusque dans l'inconscience. Les images se succèdent, elles courent pour leur échappés, du moins elle voudrait courir, mais elle reste prisonnière de cet autre Ange qui subit et elle, elle n'est la qu'en tant que spectatrice. Ambre est la, puis elle s'envole, elle lui est arrachée sans espoir de retour. Puis viennent d'autres moments tous de plus en plus cruel. Haize. L'abandon. A nouveau la fuite. La colère qui n' efface rien a la douleur. Puis ce qui bientôt permet un oubli temporaire a la peine de son cœur meurtri, les douleurs physiques de plus en plus présentes. Des routes et encore des routes, la solitude. Un bateau, mais pas le Fossoyeur. Un pirate mais pas Haize. Un homme cruel a qui elle a laissée en souvenir un silex abandonné au sol et une vilaine cicatrice au visage ... mais elle ne veut pas pensée a ça, non pas ce souvenir la.

Elle se débat de plus belle, elle donne des coups, par delà l'inconscience, elle sent presque les larmes qui inondent ses joues, mais pas suffisamment pour s'y agrippée et se réveiller. Curieusement cette fois son esprit s'égare ailleurs, dans une taverne. Haize est la, vivant quoi qu'un peu hirsute et accompagné d'un drôle de gamin. Cela a tout d'un rêve, au début du moins, l'inconscience est une traitresse, elle se voit bientôt perdre le contrôle, pleurée, hurlée et lui déballer ses 4 vérités. La laissant seule ensuite a affronter ses souvenirs et toutes les douleurs qui vont avec .. Mais tout ça c'était pas réel. Jamais elle n'aurait abaissée le fichu mur qui la préservait de ses émotions depuis si longtemps qu'elle avait oubliée depuis combien de temps au juste. Puis elle se souvient de la fièvre. Elle est encore a demi prisonnière de la l'inconscience et ses mains se crispent légèrement sur ce qu'elle pense être un drap. Ses paupières son lourdes, mais elle aperçoit de la lumière. Une lumière a laquelle elle s'accroche avant que les ténèbres ne l'engloutissent a nouveau. Mais alors qu'elle reprend peu a peu conscience, elle réalise toute l'horreur de la situation. Ce n'était pas juste un fichu cauchemar. Tout était vrai comme toujours ... Tout y compris la taverne, Haize et tout ce qu'elle avait pue lui dire.

Ses yeux s'ouvrent alors qu'elle lâche dans un souffle:

Haize.
Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Haize Sepiida
Humain
avatar

Nombre de messages : 1301
Âge : 118
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un Haize peut en cacher un autre .. (PV)   Mer 5 Mar 2014 - 3:49


Marion est une professionnelle. Elle soigne les gens depuis... depuis très longtemps. Sitôt Ange posée sur le lit, elle lui retire tous ses vêtements mouillés. Autant dire qu'elle la déshabille au complet. Rester dans des vêtements humides n'est certainement pas une bonne idée. La guérisseuse n'est pas du genre à juger ou commenter ce qu'elle voit de ses patients, mais elle pince les lèvres tandis qu'elle termine de déshabiller doucement la demoiselle. Elle aurait du demander son nom à Sepiida. Elle le fera. Elle étale ses longs cheveux sombres en auréole autour de sa tête, pour les sécher. Inutile de les laver maintenant, avec la sueur de la fièvre, ce serait inutile. Elle va tenter de faire baisser la fièvre à la manière douce, si ça ne fonctionne pas, elle le fera de la manière moins douce. Il faut ce qu'il faut pour lutter contre la fièvre.

L'eau chaude prête, elle y fait infuser des herbes, ses mélanges, puis elle pose le bol près de la tête de la souffrante. Elle souffle doucement la vapeur vers elle. Lorsqu'il n'y a plus de vapeur, elle y trempe les linges, puis elle répète les gestes précédents, elle refroidit le front, puis le cou et la nuque. À travers tout ça, elle a fait infusé du tilleul et elle en verses quelques gouttes, régulièrement, entre les lèvres d'Ange. Elle réagit bien, elle n'essaie ni de recracher et elle ne s'étouffe pas non plus. C'est bien, très bien. Et souvent, Marion parle à la demoiselle, l'appelant la jolie ou la belle endormie, puisqu'elle ne sait pas son nom. Elle se rend compte qu'elle n'aura peut-être pas besoin de tenter la manière forte, la fièvre réagit bien aux efforts de Marion. La fièvre perd la bataille, tandis que le corps de la demoiselle reprend une chaleur plus normale. Plusieurs fois, durant le processus, elle pose ses lèvres sur le front de la demoiselle. Les lèvres sont beaucoup plus fiable pour savoir si la température est idéale. Elle la laisse dormir, lui donnant quelques gorgée de tilleul de temps en temps. Elle ne sort qu'une seule fois de la chambre et elle étend les vêtements de la demoiselle près du foyer. Elle n'adresse aucun regard, ni à Haize, ni au gamin avec lui. Mais elle remarque que le traces de bottes boueuses ont été nettoyées et que ça sent nettement moins le vagabond. Elle ne dit rien et se contente de superbement ignorer les deux hommes dans sa maison. Bizarrement, Haize semble se calmer, lui qui après avoir obéit aux ordre de Marion, s'est tout bonnement mis à frotter ses bottes.

Elle retourne dans la chambre et reprend son manège, inlassablement, elle verse encore quelque gouttes d'infusion au tilleul entre les lèvres de la belle endormie. Elle l'observe s'agiter, parfois, elle essuie même ses larmes, délicatement. Elle ne sait pas trop ce à quoi rêve la belle endormie, mais a n'a rien de joyeux. La chaleur de son front est presque redevenue normale, constate la guérisseuse. Elle retire les linges froids, puis borde soigneusement l'Ange, maternelle. Elle mouille et tord le dernier linge et le pose sur le front de la jolie lorsque celle-ci ouvre les yeux.

- Haize.
- Non, mais il est dans la pièce d'à côté. Il va bien, dit-elle pour la rassurer, parce qu'elle n'a pas non plus demandé comment il avait trouvé la belle endormie. Mais Marion sait pour le véritable nom d'Haize et aussi pour sa nouvelle identité. L'entendre appeler Haize signifie qu'elle le connaît depuis l'époque ou il sillonnait la mer. Elle croyait qu'il n'avait plus aucun lien avec cette époque. Je suis Marion et je te soigne. Ne t'en fais pas, tu ira mieux bientôt, tu as une vilaine fièvre, mais ça ira, dit-elle d'une voix douce et maternelle.

Entre la Marion qui a accueillit Haize et Finnegan et la Marion qui soigne Ange, aucune similitude entre les deux attitudes.
Revenir en haut Aller en bas
Angelina De Draycan
Humain
avatar

Nombre de messages : 1018
Âge : 33
Date d'inscription : 06/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : Née en l'année 980 cycle 10.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un Haize peut en cacher un autre .. (PV)   Mer 5 Mar 2014 - 7:33

Ses paupières sont lourdes, mais ses yeux sont et bel et bien ouvert. Elle a pris le chemin de la pleine conscience et c'est la que tout lui apparait clairement. Haize, Haize est de retour. Il y'avait cette maudite taverne. Il y'avait ce drôle de gamin et mon dieu cette fièvre qui l'avait totalement fait déliré. Elle veut pas y croire et pourtant, elle sait que c'est réel. Bon sang, comment avait elle pue déliré au point de lui balancée tout ça et devant tout le monde. Maintenant, elle est juste mortifiée .. Y'avait des trucs qu'il méritait d'accord, mais le reste. Le reste aussi, mais ce "reste" n'appartenait qu'a elle. Bon sang, elle était même pas sur de se souvenir de tout ce qu'elle lui avait avouée. Elle souffle le nom du capitaine comme un dernier réflexe avant le plein réveil.

Ce n'est pas la voix du capitaine qui lui répond et c'est un soulagement si elle considère le fait qu'elle est .. Parfaitement nue. Elle se redresse tant bien que mal, s'agite un brin pour se planquer sous le drap. Puis une fois a hauteur d'yeux, elle jette un coup d’œil a la voix qui vient de lui parler. Rien a voir avec le genre de femme que vous vous attendez a trouver avec le capitaine, sérieusement. Une grande femme un peu revêche, mais l'air des plus bienveillants. Ange inspire doucement. Haize est dans l'autre pièce et ça, ça n'arrange pas franchement ses affaires; Enfin vaut mieux ça plutôt qu'il ai était la a son chevet. Oh grands dieux oui, la situation aurait été pire encore, si elle avait due affrontée ses yeux océans en l'instant. Et tant qu'il pouvait y'avoir pire, y'avait de l'espoir.

Je suis Marion et je te soigne. Ne t'en fais pas, tu ira mieux bientôt, tu as une vilaine fièvre, mais ça ira.

Une vilaine fièvre, dieu c'était peu de le dire. Avait elle vraiment pue dire toutes ces choses a Haize. L'avait elle vraiment comparée a un chat ? D'ailleurs, il était ou le chat ? Pas le moment ! Haize, elle ne pense qu'a lui pour l'heure. Lui avait elle avouée a demi-mots a quel point elle avait pue l'aimé et a quel point cet amour l'avait brisé quand il était parti. Oh oui, bon sang, elle avait vraiment fait ça. Ah bien considérer la question si on lui avait demandée, pas sur qu'elle aurait choisie de se réveiller de cette maudite fièvre. Néanmoins elle est tout a fait reconnaissante envers la femme qui a pris soin d'elle. Elle lui adresse, un faible sourire, court mais parfaitement sincère. Visiblement  cette dernière est douée, car maintenant Ange se sent parfaitement bien .. Hormis le fait qu'elle soit nue bien sur.

Je vous remercie de l'attention que vous m'avez portée. J'espère ne pas avoir était d'une quelquonque gêne pour vous. Je vous dédommagerais bien entendu pour votre temps et votre dévotion. Je m'appelle Angelina.

Oui, c'est comme ça qu'elle se faisait appelée désormais. De son prénom complet. Par ce que Ange appartenée a une autre vie, par ce que tout ceux qui l'avaient appelés ainsi n'étaient plus et par ce qu'elle ne voulait plus être l'ange de personne. Et surtout pas de l'homme qui était dans l'autre pièce, alors qu'elle elle était coincée ici et parfaitement nue qui plus est. Oui ça c'est un détail qui la perturbe grandement. Il suffirait qu'il entre .. " Ne penses pas ". Haize est homme dangereux pour son propre bien et un homme qui manifestement en savait trop désormais. Elle s'agite un brin mal a l'aise, avec néanmoins l'espoir manifeste qu'elle peut faire confiance a la femme qui lui fait face.

Marion, si vous me le permettez,  j'ai une question .. En faites je dirais deux. Ou se trouve exactement mes vêtements  ? Bon sang la redingote .. ça et tout un tas de truc qu'il devait pas voir. Enfin la première question avait été facile. Puis elle inspire, la seconde sort dans un souffle d'une voie ou transparait une certaine inquiétude et dans une certaine mesure l'urgence. Y'a t'il une chance que je puisse quittée cet endroit sans qu'il ne me voit ?

Le "IL" est sans équivoque, elle parle de Haize bien sur. Certes elle avait passée ses 8 dernières années a le chercher, enfin techniquement il y'avait un certain paquet d'années qu'elle ne se s'était plus attendu a le revoir. Mais abandonné les recherches aurait signifié abandonner tout espoir de le revoir, et il aurait fallu faire de même avec .. Ambre. Cela fait mal, trop mal. Bien trop longtemps qu'elle se garde d'y penser et voila qu'il réapparait et qu'il fou tout en l'air. Non, bien sur que non elle ne peut pas le revoir. Pas après tout ce qu'elle lui venait de lui dire ... Des trucs que sans la fièvre, elle lui aurait jamais dit. Pas que ce soit pas absolument véridique, mais il avait pas a savoir tout ça.

Le gifler aurait passer encore. Après tout, elle avait toutes les raisons de lui en vouloir, d’être en colère, voir même de la haïr. Bien que ça est jamais été le cas, malgré ses efforts désespérés en ce sens. A croire que la douleur était plus forte que la haine. Puis au final, elle s'en était toujours plus voulue a elle que a lui. Mais cette scène qu'elle lui avait faite ? Avoir pleurer n'était pas le problème. Après tout, elle n'avait jamais fait mystère de ses sentiments pour lui, bien qu'elle eu préférait qu'il ignore a quel point son amour avait été vrai et a quel point son départ l'avait dévasté. Mais le reste, alors la c'était trop, il avait juste été hors de question qu'elle lui balance tout ça ... Puis avec qu'elle fougue, elle avait menti en lui disant qu'il n'avait jamais été le capitaine de son cœur. Oh oui ça elle s'en souvient, trop bien même.  Si il n'y'avait pas eu cette fièvre, elle lui aurait jamais dit tout ça, pour sur . Alors quoi, maintenant elle allait juste allée le voir, lui demander comment il allait, si il voulait bien lui rendre ses cartes et ils se quitteraient parfaitement en bon terme, mais bien sur. Il était vivant, il allait bien, il menaçait a nouveau de détruire son univers et son cœur. Bref tout devait finir ici. Y'avait qu'une solution, elle devait filée d'ici et vite. Par ce qu'en vérité, bien qu'elle se le soit jamais avouée, le fait de ne jamais l'avoir retrouvé était un mal pour un bien, car elle n'était pas idiote au point de croire pouvoir l'affronter sans sourciller et sans que son cœur ne finisse a nouveau en miettes... Du moins ce qu'il en restait, c'est a dire, pas grand chose, tout comme de celle qu'elle était jadis.
Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Haize Sepiida
Humain
avatar

Nombre de messages : 1301
Âge : 118
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un Haize peut en cacher un autre .. (PV)   Mer 5 Mar 2014 - 12:44



Le regard acajou de la guérisseuse est pointu, voir acéré. Bienfaiteur, mais terriblement inquisiteur. Un regard de guérisseuse, qui pourrait voir la capacité à juger de la gravité d'un mal juste avec le teint de la peau. Lorsque la belle endormie tente de se redresser, la guérisseuse la laisse faire quelques secondes, question de voir sa force, ou sa volonté, c'est selon, puis jugeant que l'un ou l'autre est adéquat, l'aide un peu et lui cale un coussin pour la soutenir. Elle est encore faible, mais elle est dans la bonne voie. Elle lui pose aussi sur les épaules un châle de laine bien épaisse et lui met entre les doigts une infusion encore chaude, bien qu'elle ne fume plus.

- Buvez, dit-elle d'un ton qui me laisse aucun droit de réplique. Vous avez de la chance, encore trois jours et j'étais repartie. Je ne suis à Diantra que l'hiver. La saison des malades, vous savez. Elle lève la main et secoue la tête. Celui qui paie c'est celui qui demande. Et vous n'avez rien demander, Angelina. Et ne me remerciez pas, je suis un peu comme les fées, si on me remercie, je vais vous croire redevable et là ça pourrait devenir dangereux.

C'est dit sur un ton si naturel, si facile qu'on pourrait croire que c'est vrai. Mais c'est faux. Elle est toujours dangereuse, peu importe si on la remercie ou non. Angelina lui demande la permission de poser deux questions. Pas la peine de répondre oui, elle se contente d'un hochement de têt et la laisse opses ses questions. Sérieuse, elle écoute les questions avant de sourire.

- Vous avez le sens des priorités, me demande oz sont vos vêtements et ensuite comment filer discrètement entre les doigts de Sepiida ou Sickert, peu importe comment il se fait appeler. Vos vêtements sèchent, à côté. Non, il n'y a pas moyen de sortir discrètement sans qu'il vous voit tant qu'il reste posté à l'autre bout de la pièce, les yeux rivés sur la porte. Il n'y aura pas de moyen de sortir discrètement s'il est encore ici. Faudra attendre qu'il sorte. Et c'est tant mieux qu,il tarde puisque je ne vous laisserai pas sortir avant plusieurs heures. Vous êtes encore faible et si la fièvre est partie, elle peut revenir. Votre corps lutte contre quelque chose et je ne laisserai pas cette chose gagner. Son est ferme et sans réplique. Vous êtes un trésor ou une mission ?

Question bizarre, mais comme Angelina l'appelle Haize, c'est tout à fait raisonnable.
Revenir en haut Aller en bas
Angelina De Draycan
Humain
avatar

Nombre de messages : 1018
Âge : 33
Date d'inscription : 06/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : Née en l'année 980 cycle 10.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un Haize peut en cacher un autre .. (PV)   Mer 5 Mar 2014 - 15:13

Lorsque Marion, lui cale un coussin derrière le dos et un châle sur les épaules, elles a grand mal a ne pas reculer. Mais par respect pour sa bienfaitrice, elle se contente de serrer les dents sans bouger. Cela fait beaucoup de contact en peu de temps pour quelqu'un qui a passer ses dernières années a les éviter avec grand soin, hormis quand c'était pour soulager les autres de quelques maux. L'infusion est chaude, elle lui fait du bien.

-Vous avez de la chance, encore trois jours et j'étais repartie. Je ne suis à Diantra que l'hiver. La saison des malades, vous savez.Celui qui paie c'est celui qui demande. Et vous n'avez rien demander, Angelina. Et ne me remerciez pas, je suis un peu comme les fées, si on me remercie, je vais vous croire redevable et là ça pourrait devenir dangereux.

Une guérisseuse bien sur. Elles faisaient toutes deux la même chose, pas de la même façon. Mais l'acte était le même, aider les autres ... Elle devait donc pouvoir avoir confiance en elle. Du moins il fallait qu'elle puisse le croire. Bien que la fin de ses paroles ait sonnée un peu comme une menace ou une promesse, sans doute un peu des deux. Déjà cela ressemble plus a une connaissance de Haize Sepida. Elle termine son infusion. Ajuste le châle sur ses épaules et comprend que si elle veut obtenir un peu d'aide ce sera dont donner pour recevoir. Il va falloir parlée et ça c'est pas franchement son fort depuis quelques années, y'a qu'a voir comment ça a fini la dernière fois qu'elle a ouvert la bouche. Légère grimace, rien a voir avec l'infusion. Elle était pas prête de se remettre de cette journée ni de ce qui s'était passé. Elle en avait toujours fait qu'a sa tête, c'était pas nouveau mais la .. Bref !

Je connais bien cette saison, je suis moi même guérisseuse .. Ici et la. Je sais bien, rien de glorieux a finir en cet état lorsque l'on est guérisseuse, mais j'ai eu un contre temps.

Elle avait eu l'intention de se soigner comme il le fallait bien sur, elle en connaissait elle aussi un rayon sur les herbes, les remèdes et autres. Mais il y'avait bien eu un contre temps. Un contre temps nommé Haize Sepida. Et elle avait juste comment dire oubliée cette maudite fièvre. Cette dernière ne s''étant pas privée de se rappeler ensuite a elle d'une manière fracassante.. Pour le reste, elle préférait oubliée les détails.

Je ne vous remercierai dont pas si tel est votre souhait, mais quand a la dette de mes soins, j'aimerais mieux qu'elle ne lui revienne pas. Je désirerais lui être redevable le moins possible et vu qu'il m'a conduite ici, je ne le suis deja que trop a mon gout.

Bon sang c'était vrai, il avait fait quelque chose pour elle. Pourquoi, cela restait un mystère. Sans doute pas sans raisons. Elle se souvenait lui avoir dit qu'il n'était responsable de rien et qu'elle prenait l'entière faute de tout ce qui était arrivée sur sa personne. Cela n'avait il pas suffit ? Si probablement que si, par ce que s' il avait crue qu'elle puisse lui nuire, il l'aurait probablement laissé la bas a la taverne alors pourquoi ? Parfois Haize Sepida est un Mystère .. Enfin la plupart du temps !

- Vous avez le sens des priorités, me demande oz sont vos vêtements et ensuite comment filer discrètement entre les doigts de Sepiida ou Sickert, peu importe comment il se fait appeler. Vos vêtements sèchent, à côté. Non, il n'y a pas moyen de sortir discrètement sans qu'il vous voit tant qu'il reste posté à l'autre bout de la pièce, les yeux rivés sur la porte. Il n'y aura pas de moyen de sortir discrètement s'il est encore ici. Faudra attendre qu'il sorte. Et c'est tant mieux qu,il tarde puisque je ne vous laisserai pas sortir avant plusieurs heures. Vous êtes encore faible et si la fièvre est partie, elle peut revenir. Votre corps lutte contre quelque chose et je ne laisserai pas cette chose gagner.

Le sens des priorités ? Ah oui, vraiment. Elle ne se voyait pas vraiment filée dehors avec un simple châle sur le dos. Mais en effet chacun ses priorités semblait il falloir croire. Sickert ? C'était quoi ça ? Dans la mesure ou elle l'associe a Haize, il doit s'agir d'une nouvelle identité. Une de plus.Pas étonnant qu'elle est eu tant de mal a mettre la main sur une quelquonque information a son sujet. Le plus troublant c'est que le nom lui est familier. Mais le souvenir est trop lointain pour qu'elle puisse en tiré quoi que ce soit, du moins pour le moment. Par ce que la, ce qui compte c'est trouver un moyen de filer et visiblement c'est pas gagner.

N'ayez pas peur, mon corps en a vue d'autres. Vous avez fait le plus gros et je vous en suis gré. Croyez bien que désormais j'irais parfaitement bien et si vous pouviez faire en sorte qu'il s'éloigne le temps que je disparaisse de Diantra, je peux vous assurée que je ne m'en porterais que mieux.

Elle ne peut pas en dire trop, elle ne peut rien expliquer. Dans le fond c'est une connaissance de Haize, de Sickert .. Qu'importe son nom actuel. Et de ce fait, elle ne peut pas prendre le moindre risque. Mais pas question pour autant de rester coincé la sans espoir de fuite a attendre le moment ou elle se trouverait a nouveau prisonnière de son sourire Haizien et de son regard océan. Pas question.

Vous êtes un trésor ou une mission ?

Ange ouvre de grands yeux franchement étonnés. Un trésor ou une mission, oh elle parle de ce qu'elle représente / représentait  pour le capitaine. Si tenter qu'elle ait représentée quoi que ce soit. Mais ça, ça fait trop mal pour y penser. Lui a t'elle vraiment demandée ça comme ça alors qu'elles se connaissent a peine. oui, elle commence vraiment a comprendre que sous ses airs de bonne dame calme, elle est bien plus que cela. Sans doute pas pour rien que Hayze l'a amené ici. Si elle voulait gagner son aide, mieux valait jouer la carte de la l'honneteté. C'est ce qu'elle fit.

J'ai crue être un trésor, mais qui peut se vanter d’attraper le vent ? Vous avez beau serré de toutes vos forces, il file entre vos doigts, il s'échappe, il vous passe a travers. Alors que vous, vous sentez encore les sensations qu'il vous a procuré, lui est deja loin depuis longtemps... Je ne fut qu'une mission et aujourd'hui, je suis un souvenir.

Le tout est dit d'une voix calme, sans trace d'un quelquonque tremblement comme quand vous énoncez une simple vérité. Mais elle sait que la taverne a laissé des dommages et que le mur parfait qui la tenait  a l'écart de tout sentiments est fissuré. Elle sait qu'il risque de s’écrouler a tout moment et elle sait aussi que ses yeux sont désormais le reflet de son cœur. Ils doivent êtres tristes, résignés et un brin en colère. Mais elle fait comme ci rien ne paraissait. Quand a savoir si son esprit se demande quel genre de souvenirs elle peut bien être pour le capitaine ? Forcément, elle est ce qu'elle est et elle se pose toujours bien trop de questions pour son propre bien.

Et vous, qu'est ce que vous êtes ? Un trésor ou une mission ?

La question est sortie nette, cette fois le regard est fixe et se pose sur la dame en quête d'une réponse. N'avait elle pas été la première a se montrer curieuse. Et puis par ce que c'est Ange, elle ne pouvait pas ne pas poser cette question. Elle craint la réponse mais veut la connaitre. Elle a d'autres interrogations, en autres sur un certain gamin mais cela devra attendre. Pour l'heure, il faut qu'elle trouve un moyen de convaincre cette femme de l'aider a filé et si elle a été un ... Trésor, comme elle dit, elle serait peut être  moins dure a convaincre. Elle comprendrait peut être son besoin urgent de mettre le plus de distance entre elle et le capitaine Haize Sepida ou tout autre nom qu'il se donne maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Haize Sepiida
Humain
avatar

Nombre de messages : 1301
Âge : 118
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un Haize peut en cacher un autre .. (PV)   Jeu 6 Mar 2014 - 0:14



La guérisseuse observe Angelina. Une guérisseuse, tiens donc. Elle hoche la tête, empathique. Le métier de guérisseuse n'est pas facile, ni même vraiment amusant. La seule satisfaction c'est de voir ses patients bien vivants lorsqu'ils repartent. Et espérer ne pas les revoir mort quelques jours plus tard. Tant de talent gâché alors. Marion vient soigner les maux d'hiver à Diantra depuis fort longtemps et elle se renseigne sur ses patients, d'une année à l'autre. Certains meurent, d'autres quittent la ville, d'autres se portent bien, ou pas. C'est comme chaque année. Marion sourit lorsqu'elle dit ne pas vouloir avoir de dettes envers Sepiida. Ah bon ? C'est pourtant si simple avec lui. Il ne sait pas compter, enfin, non, il ne veut pas compter.

- Vous devriez préférer lui être redevable, plutôt qu'à moi, moi je tiens les comptes, pas lui, ricane-t-elle. Mon temps n'est pas si précieux, ni le tilleul, ni le romarin, dit-elle pour calmer la demoiselle.

Laisser partir Angelina maintenant, ce serait tout à fait irresponsable. Elle n'a pas mangé, elle n'est pas encore tout à fait remise. Non, Marion ne va pas la laisser partir et elle se confirme dnas ses propose en lui plaquant une main sur le front, à défaut de ses lèvres, parce qu'elle n'est pas du genre à intimider les gens. Enfin, si, c'est tout à fait son genre, mais pas comme ça. Elle les intimide quand ils ne sont pas malades, quand ils peuvent prendre le risque de répliquer ou pas. Mais tout de même, Marion ne va pas la retenir de force, mais elle ne va pas lui faciliter la tâche avant quelques heures. Déjà, elle n'a pas de vêtements et elle ne veut pas affronter Haize. C'est un bon point pour Marion.

- J'essaierai de voir ce que je peux faire pour qu'il disparaisse un moment, dit-elle, lui adressant une oeillade complice.

Sa question au sujet du trésor ou de la mission prend Angelina par surprise. Elle semble en chercher la signification quelque temps, mais elle saisit assez rapidement. Marion hoche la tête, oui, un trésor, elle s'en doutait. Il n'aurait pas nécessairement risqué sa vis comme ça pour une mission. Mais c'était parfois parlant de voir comment les gens se considèrent. Mais pour le vent, elle a tout faux. Marion connaît Haize Sepiida. Trop pour sa santé à lui. C'est bien pour ça qu'elle a menacé de le tuer. Et aussi qu'elle et morte devant ses yeux, il y a longtemps. Marion sourit à Angelina, compatissante, et son sourire s'accentué un en ricanement amusé lorsque la demoiselle lui demande si elle, elle est trésor ou mission.

- Oh, moi, je ne suis rien de cela. Je suis surtout un mal nécessaire, comme toutes les guérisseuse, tout simplement. Elle sourit, puis devient pensive, avant de froncer légèrement les sourcils. Vous savez, tout ce qu'on dit sur les pirates et les trésors sont vrai. En particulier en ce qui concerne Sepiida. Elle finit par secouer la tête, venant peut-être de saisir quelque chose d'important. Ma pauvre enfant... dit-elle, dépitée, mais quelle idée avez-vous donc de vouloir saisir le vent ? C'est impossible, vous savez. On peut certes le mettre en bouteille, mais le vent ne sera plus que de l'air, inerte. Elle pince les lèvres, navrée, ce qui ne lui arrive pas souvent. Elle lève trois doigts. Il n'y a que trois manières de dompter le vent. Se laisser porter, comme les feuilles à l'automne, dit-elle en abaissant le premier, résister et rester droit comme un chêne, et un autre doigt s'abaisse, se servir de ses ailes et voltiger, comme les oiseaux. Elle sourit, puis hausse les épaules.  

Revenir en haut Aller en bas
Angelina De Draycan
Humain
avatar

Nombre de messages : 1018
Âge : 33
Date d'inscription : 06/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : Née en l'année 980 cycle 10.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un Haize peut en cacher un autre .. (PV)   Jeu 6 Mar 2014 - 0:51

Marion parle soit trop, soit pas assez. Elle en dit beaucoup mais au final très peu et Ange ne s'est pas vraiment quoi penser de tout ce qui peut sortir des lèvres de la dame. Si ce n'est que pour sur, elle est comme elle, quand elle a une idée en tête, elle n'en démords pas. Fort bien, elle serait donc redevable a Haize Sepida, ce qui serait des plus comiques au vu de leur situation actuelle si tout n'était pas si compliqué. Ange s'affaisse un peu sur le lit. Il était juste de l'autre coté de la porte, après 8 années passées a le chercher, il était la et pourtant tout restait parfaitement aussi compliqué que dans ses souvenirs. Sauf que dans ses souvenirs, elle était persuadé que lui l'avait aimé, ce qui n'était plus le cas. Aujourd'hui, elle n'avait guère plus d'illusions pour ce qu'elle avait été pour le capitaine.

Quand Marion promet a demi mot de faire en sorte qu'Haize disparaisse un moment, Ange sait que le plus dure sera a faire maintenant. C'est une victoire mais c'est aussi la pire des défaites. C'est pour ça qu'elle n'arrive même pas a formuler un pauvre merci. C'est ce qu'elle veut .. Enfin pas vraiment. Mais c'est ce qui doit être. Il était cruel qu'il lui lui ai fallut 8 ans et qu'elle le retrouve enfin pour se rendre compte qu'elle devait le laisser partir. Les cartes n'avaient étés qu'un simple prétexte, tout comme la colère. Tout cela n'avait été qu'un artifice destinait a dissimuler les vrais raisons. Le manque qu'il avait laissé en elle, la douleur, la peine et le refus de le laisser partir. Mais ne venait t'elle pas d'avouée elle même que rien ne pouvait retenir le vent ? Stupide, elle avait été stupide et elle n'avait que pour seule excuse l'horrible douleur qui lui avait enserrée le cœur ces 8 dernières années.

Que pouvait elle faire contre le fait qu'elle avait elle même choisie d’être le propre objet de son malheur. Elle avait été naïve et stupide, elle avait aimée quelqu'un qui n'aimait rien d'autre que la liberté. Encore de cela elle aurait pue se contenter, l'accepter, le chérir comme un bon souvenir bien que terriblement douloureux. Mais le mensonge n'arrangerait rien, elle n'avait été au final que l'instrument d'une quelconque mission de récupération de cartes. Si elle avait acceptée depuis un moment et douloureusement qu'elle avait perdue Ambre pour toujours. Pour Haize c'était différent, elle devait acceptée qu'il ne lui avait jamais véritablement appartenu et qu'il n'avait jamais été en son pouvoir de le retenir. Lui courir après pendant 8 ans ne pouvait rien changé a cela. Mais il avait fallut qu'elle le voit en vie et en bonne santé pour le comprendre. Pour qu'elle accepte la vérité.

Chasser de ses propres pensées par les affirmations quelques peu nébuleuses de Marion sur le vent. Le regard d'Ange bien que distrait par des troubles intérieurs et douloureux se fait plus sur, décidé. Marion ne lui dirait pas vraiment ce qu'elle avait été pour Haize et pouvait t'elle l'en blâmer. Qui peut se vanter de sortir indemne d'une rencontre avec Haize Sepida ? Elle ne comprend pas vraiment pourquoi Marion la plaint. Elle n'est pas a plaindre, enfin si elle est a plaindre de ce qu'elle s'est infligée a elle même. 8 années a se bercer d'illusions. Mais ce qu'elle sait maintenant, c'est qu'elle ne êut plus fermée les yeux sur la réalité. Il est tant de faire face quoi qu'il n'en coute.

Vous avez raison, personne ne peut saisir le vent. Et si on le saisit contre son gré alors il n'est plus le vent. La seule façon d'aimer le vent, c'est de le laisser filer.

Et c'est précisément ce qu'elle allait faire, le cœur lourd, terriblement lourd et bien consciente qu'elle s'en voudrait toute sa vie, mais c'était la, la seule chose a faire. Haize Sepida l'avait abandonné il y'a 8 ans et il leur aurait épargné bien des malheurs si il avait eu la décence d'afficher ses intentions et d'avouer ses actes mais le passé était au passé, ce qui était fait, était fait. Pour se laisser porter par le vent, faut il encore que le vent veuille de vous et elle n'avait plus aucune illusions a ce sujet depuis fort longtemps. Se servir de ses ailes ? A quoi bon, voler après quelque chose qui serait toujours loin devant vous. Non ! Quand a résister, ne l'avait t'elle pas deja fait et pendant si longtemps ? Mais vous pouvez bien être le chêne le plus fort du monde, si le vent l'a décidé, il n'aura pas a vous affronter, il vous contournera simplement et c'est précisément ce qu'avait fait le capitaine Haize Sepida. Il l'avait contourné puis il avait disparu laissant Ange s'engloutir dans sa propre peine.

Pourriez vous me rapporter mes effets je vous pris ? Je vous suis parfaitement reconnaissante de ce que vous avez pour moi. Et croyez bien que je prendrais garde a ce que vos attentions a mon égard n'aient pas étés veines, mais il me faut partir, maintenant ..

Partir avant que je n'en ai plus la force. Mais cela elle ne se l'avoue qu'a demi mot et certainement pas a voix haute. Chaque mot est dure a prononcer, une douleur qu'elle s'impose a elle même, mais c'est toujours mieux que de se la voir imposé par un autre. Elle devait partir au plus vite comme lui l'avait fait jadis. C'était la, la meilleure des décisions bien qu'elle ne la prenne pas pour les mêmes raisons que lui. Elle devait fuir avant que tout courage ne la quitte, avant que la douleur prenne le pas sur la volonté. Pourquoi avait il fallut qu'elle le revoit pour qu'elle comprenne enfin qu'elle ne pouvait rien faire d'autre que le laisser partir ... Cruel mais nécessaire. La douleur, la peine, les larmes viendraient ensuite.
Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Haize Sepiida
Humain
avatar

Nombre de messages : 1301
Âge : 118
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un Haize peut en cacher un autre .. (PV)   Jeu 6 Mar 2014 - 2:09



La guérisseuse observe sa patiente, lui servant un sourire bienfaiteur, mais qui se crispe un peu lorsque Angelina approuve l'idée qu'on ne peut pas saisir le vent, mais envoie boulotter tout le reste. Ou peut-être y songe-t-elle, mais ne saisit pas les mots. C'est vrai, Marion a des années d'expériences de plus que la jeune femme. Elle est si jeune. Elle lui tapote délicatement la main, mais elle ne peut pas y faire grand chose. Elle n'est pas une marieuse et de toute manière, on n'épouse pas Haize Sepiida, il n'y comprend rien de toute manière. Elle n'essaie pas de raisonner Angelina, elle doute que ce soit utile. Et de toute manière, elle va pas tout lui mâcher le boulot. Elle ne lui fournira pas le petit guide " comment dompter le vent sans se péter la gueule ", certaines choses ne peuvent s'apprendre que par l'expérience, aussi douloureuse soit-elle.

- Le vent tourne, il tombe, il y aura toujours du vent.

Angelina réitère sa demande pour ses bagages. Elle lui fait les remerciement général pour ses soins, pour l'hospitalité et tout ça, elle ne veut pas la déranger et voilà, elle veut partir. Encore une fois, Marion détaille quelques secondes sa patiente, puis lui touche le front. Elle pince les lèvres, incertaine, puis elle hoche la tête.

- Vous allez suivre très exactement les consignes que je vais vous donner pour vous soigner complètement ? Même si c'est dégueulasse, vous allez prendre le remède, durant encore trois jours et pas question de sauter un jour et encore moins de le balancer dnas une ruelle dès que vous sortirez d'ici. Elle détaille Angelina, attendant la réponse. Vous n'allez pas me mentir non plus, n'est-ce pas ? Pas plus que d'ignorer mes remèdes sous prétexte que vous êtes également guérisseuse. Je suis la meilleure, vous ne le savez pas encore, mais je suis la meilleure. Ne me sous-estimez pas, menace-t-elle en la pointant du doigt. Puis elle se lève, lisse sa robe et prend la tasse, avant de se diriger vers la porte. Je vais nous débarrasser du p'tit con et de son acolyte et je vous ramène votre sac. Maintenant, couchez-vous, au cas où il tenterait de regarder.

Elle pose son index sur ses lèvres, lui intimant l'ordre de ne pas faire de bruit. Puis elle ouvre la porte, se glisse doucement et silencieusement dans l'ouverture, puis elle referme la porte, sans toutefois la clore totalement. Étouffé, Ange peut entendre des voix, dont celle d'Haize. En fait c'est bien la seule autre voix qu'elle peut entendre, outre celle de Marion. Puis un silence, un silence assez long, mais trop court en même temps. Un brouhaha se fait entendre, des pas précipités, puis le sac d'Ange fait son entrée dans la pièce, roulant sur le sol, comme si n l'avait balancé sur le sol, pour l'envoyer rouler dnas les jambes d'un ex-pirate qui, sentant venir le coup, a juste eu le temps de bondir avant de se précipiter dnas la chambre, de fermer la porte, d'y mettre tout son poids et de tourner la clé dans la serrure.

De l'autre côté de la porte, c'est comme si on avait relâché les enfers. Des coups pleuvent dans la porte et les interjections furieuse d'une Marion déjouée se font entendre.

- COMMENT TU OSES ME FAIRE ÇA ? CHEZ MOI !
- J'avais pas le choix !
- JE VAIS TE TUER HAIZE SEPIIDA ! FAUDRA BIEN QUE TU SORTES UN JOUR OU L'AUTRE ET À CE MOMENT LÀ JE VAIS TE TUER ! JE VAIS T'ÉVENTRER !
- Je t'interdis de te venger sur Finn, Marion !
- C'EST TOI QUE JE VAIS DÉTRUIRE, PAS LUI ! JE VAIS TE PERCER À COUPS DE SUFFISANCE DE TELLEMENT DE TROUS QU'ON NE SAURA PAS DÉTERMINER SI C'EST TA PEAU OU UN FILET !

Et ça continue, encore, mais les coups ont cessés, mais Marion continue de crier sa contrariété encore un bon moment, mais la porte est solide et Haize recule, pour voir si ça tient bon, effectivement. Il s'adosse contre la porte et soupire soulagé.

- Pourvu qu'elle ait pas le double des clés, murmure-t-il, comme un courte prière.

Puis ses yeux se posent sur son Ange, qui contrairement à ce que Marion venait d'affirmer, ne dort pas du tout comme une pierre, assommée par un remède.

- Bon sang... Il reste un moment interdit, à fixer son Ange, hébété. Mon Ange...

Il s'éloigne de la porte, ayant oublier qu'à tout moment, Marion pouvait déverrouiller la porte et le poignarder à coups de Suffisance.

- Vous n'êtes plus fiévreuse. C'est merveilleux, dit-il, un sourire de pure délivrance.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un Haize peut en cacher un autre .. (PV)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un Haize peut en cacher un autre .. (PV)
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Une lettre peut en cacher une autre... [Vik]
» Une bonne nouvelle peut en cacher une autre ►Alex & Flo◄
» Un train peut en cacher un autre
» Un masque peut en cacher un autre {PV Abby}
» Une menace peut en cacher une autre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: PÉNINSULE :: Diantra-
Sauter vers: