AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quand un pas vers le passé amène un pas vers l'avenir. (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Sickert
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1246
Âge : 117
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand un pas vers le passé amène un pas vers l'avenir. (PV)   Dim 23 Mar 2014 - 1:08



Pour une fois, il ne reève pas le commentaire au sujet de ses nombreuses maîtresses. Il aurait pourtant tout intérêt à répliquer, mais il doute que ça puisse avoir une quelconque importance. Du moins pas maintenant. Pas plus que de tenter de lui expliquer que ce qui est inimaginable, ce n'est pas qu'une femme ait de l'emprise sur lui, parce que plusieurs en ont eu. Toutes en fait. Sinon quel intérêt ? La nuance chez Sickert c'est que l'emprise ne dure jamais bien longtemps, mais surtout, c'est qu'il cherche constamment à se défaire de cette emprise après quelques temps. Et ce peu importe la nature de l'emprise, celle d'une femme ou d'un homme, d'un chef ou d'un roi, ça lui est égal. Mais il n'a pas du tout envie que l'emprise de son Ange s'estompe et disparaisse. Jamais auparavant, il n'avait tant souhaité êrte sous l'emprise de quelqu'un.

- C'est parce que toutes les femmes ne sont pas vous, note-t-il, sérieux.

Non, son Ange est exceptionnelle et il est évident que pour lui, son Ange n'a absolument rien à envier à qui que ce soit. Si elle ne plait à personne, ni du visage, ni de l'esprit et bien soit, lui, il ne s'en privera pas. Et même que c'est mieux comme ça, il l'aura pour lui tout seul, il n'aura pas à provoquer et à se bagarrer avec tous les mâles autour d'elle. Vivifiant, mais ô combien épuisant.

- Ça n'a rien d'une douce rêverie.

Il n'envisageait pas non plus de la perdre de son plein gré, que ce soit son gré à elle ou à lui. Il avait cru l'avoir perdu durant trop longtemps, maintenant qu'elle était devant lui, si près, il n'avait pas l'intention de répéter ses négligences passées. Ses douces rêveries à lui était nettement plus ludiques, voir lubriques. Il comptait bien la contaminer de ses douces rêveries à lui et faire disparaître ses craintes. Il aimerait tant pouvoir effacer toutes les craintes qu'elle a acquis depuis huit ans, voir celles d'avant.

Les premières secondes du baiser son prudentes, même si les gifles ne l'ont jamais arrêtés. Sasissante, mais leur seuls inconvénients c'est un accroc à la fierté de mâle et que ça se termine si abruptement. Rarement il s'arroche trop étroitement à elle lorsqu'il lui vole un baiser, pour lui laisser la latitude de s'échapper et éviter qu'elle ne commette geste malencontreusement douloureux. Mais cette fois, elle répond à son baiser avec une passion qui l'étourdit ausitôt. Cette fois, aucune crainte de se faire gifler, il enroule ses bras autour de sa taille, possessif, la serrant étroitement contre lui. Il goûte à ses lèvres comme il ne l'avait pas fait depuis... enfin c'est la première fois qu'il y met autant de possessivité. Il a toujours été passionné, le baiser échangé lorsqu'il est venu la surprendre, ceux ensuite dans le manoir. Tous de merveilleux souvenirs, mais celui-ci est différent. Différent parce que pour la première fois il réalise qu'il aurait pu la perdre et même qu'il pourrait toujorus la perdre. Cette pensée est tout à fait insupportable et ça transparait presque dans la manière à laquelle il la serre contre lui, comme si on pouvait la lui arracher.

Malheureusement, toute bonnne chose à une fin et cette fin s'amorce par un frôlement poilu au niveau des chevilles. Le miaulement, il l'entend à peine, mais il repousse le chat du pied, sans brusquerie, juste pour le pousser, mais cette intrusion semble troubler son Ange qui soudainement le repousse. C'est si soudain qu'il n'a pas le temps de la rattrapper qu'elle est déjà trop loin, sa main se referme sur le vide. Il se retourne, le souffle court, vacillant, le regard fiévreux, mais ça n'a rien à voir avec un quelconque refroidisssement ou virus. Il s'autorise à inspirer, puis il soupire, totalement sous le charme. Incapable de détacher son regard de son Ange, il la regarde prendre son sac et le poser au pied d'un des lit que n'occupe pas Finnegan. Elle s'y assoit et annonce, presque inaudiblement, qu'ils devraient dormir.

- Dormir, répète-t-il, encore subjugué par ce baiser.

Il la fixe, immobile durant encore un instant, le regard et le cerveau embrumé, puis il semble se ressaisir. Il parcours des yeux brièvement la pièce, jusqu'à ce que ses yeux tombent sur son sac et sa couverture épaisse et rugueuse. Il croise le regard de son frère et il n'y a absolument aucune autre option possible.

- Oui, dormir.

Il se déplace, traverse la pièce et retrouve son sac, y prend sa couverture et fait demi tour. Sans aucune hésitation, parce que sickert n'a que très peu d'hésitations quand il a amorcé un mouvement, il se dirige vers le lit où a prit place son Ange. D'un mouvement ample, il passe la couverture autour de ses épaules, avant de grimper dans le lit qu'elle occupe. Sans cérémonies, il se glisse derrière elle et, enserrant ses bras autour d'elle, l'enveloppe avec lui dans sa couverture.

- Oui, c'est un bon endroit pour dormir, murmure-t-il en posant le menton sur son épaule. L'aube arrivera trop rapidement, commente-t-il tout près de l'oreille de son Ange, impitoyable.

C'est de bonne guerre, après tout, il ne la laissera pas partir, à l'aube, de son plein gré. Ce n'es pas lui qui a demandé à faire le trajet chacun de leur côté.
Revenir en haut Aller en bas
Angelina de Solaria
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 900
Âge : 32
Date d'inscription : 06/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  30
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand un pas vers le passé amène un pas vers l'avenir. (PV)   Dim 23 Mar 2014 - 10:54

Assise sur le lit, elle a totalement perdue le court de ce qui se passe autour d'elle ou presque. Elle est frissonnante des pieds a la tête, pendant que de délicieuses sensations coulent encore en son cœur et en son corps. Elle a beau s’être éloignée, elle sent encore la chaleur enivrante des bras du capitaine autour de sa taille, la douceur de ses lèvres possessives. Il y'avait eu des baisers, un certains nombres. Des rapides, fugaces, doux, ceux la était souvent de son propre chef. Puis il y'avait les passionnés, ceux qui vous laissent sans le souffle, peu nombreux a ne pas avoir fini par une gifle et bien souvent dérobés par le capitaine. Mais un baiser comme celui la, c'était autre chose.

Personne ne l'avait jamais embrassé comme ça, pas même lui. Entre leurs lèvres semblaient s'êtres mêlés, la passion, le désir, la possession et plus que ça, le désir impérieux de se perdre l'un dans l'autre comme si en un seul baiser ils avaient voulus combler le manque de ces dernières années. C'était un baiser dans les règles de l'art, un baiser qui l'avait chambouler jusqu'en les tréfonds de l’âme, un baiser qu'elle n'oublierait jamais .. Et c'était probablement  le but. Le capitaine aimait gagné et il savait toujours qu'elles armes utilisait pour cela.

L'espace d'un brève instant, elle s'en veut d'avoir cédée a la magie de cet instant, mais finalement en quoi est ce une faiblesse ? Il lui avait tant manquée, il y'avait si longtemps qu'elle semblait plus morte que vive. Il avait réanimé en elle tout ce qu'elle pensait éteint, perdu. Elle s'était laissée aller a ce baiser au delà de toute chose, probablement plus qu'elle ne l'avait jamais fait. Mais ce qui apparaissait comme une faiblesse n'en était pas une, après tout cela n'avait fait qu'illustré ce qu'elle éprouvait pour le capitaine. Elle avait démontrée l'emprise totale qu'il avait sur elle, mais tout ça n'avait rien de secret. Alors pourquoi en aurait elle honte ?

Alors que ses yeux brillent encore de la passion qui l'a presque consumait un instant plus tôt, elle se rends compte qu'elle n'a pas honte .. Pas du baiser du moins, pas plus que de ce qu'elle a ressentie .. Son regard se porte sur Finn. Ah la c'est une autre histoire, elle a fichtrement honte que ce baiser se soit passé devant lui. Les baisers, quoi que moins intenses, qu'elle avait échangés avec le capitaine c'était toujours fait dans l'intimité la plus strict .. La c'était autre chose. Pour sur, elle n'était pas prête de croiser le regard de Finn. Pas plus que celui du pirate. Qu'il n'y est pas de honte ne change rien au fait qu'il n'était pas question de voir ce regard insupportable qui vous dit " je suis irrésistible ". Elle n'avait pas besoin qu'il lui rappel cela, elle ne le savait que trop bien .. Ne venait elle pas d’être la victime de son charme dévastateur ? Résisté a son sourire Haizien, a ses grands yeux bleu c'était une chose, mais quand en plus il se mettait a dire les choses qu'il avait dites ce soir ..

Elle se ressaisie brutalement quand elle le voit s'approcher a nouveau, mince lui a t'il dit quelque chose ? Bon sang sans plus de cérémonie, le voila qui grimpe dans le lit ou elle s'est assise. Typiquement lui, elle aurait du s'y attendre .. Mais pour ça il aurait fallut qu'elle ne soit pas si chambouler par ce baiser. A vrai dire pour le moment, elle avait été tout bonnement incapable de penser a autre chose .. Mais pour en revenir au capitaine... Souffle court, comme si il n'avait pas assez démontré son emprise sur elle, voila qu'il se glisse tout prés, extrêmement prés .. Trop prés. A tel point qu'elle peut sentir son cœur tout contre elle et bientôt son menton sur son épaule. Pendant qu'il parle, elle sent son souffle sur sa joue .. Après le baiser qu'ils viennent d'échangés, c'est une insupportable torture .. Insupportable et délicieuse.

Oui, c'est un bon endroit pour dormir. L'aube arrivera trop rapidement.

Un bon endroit pour dormir ? Il ne pouvait pas parlé sérieusement. Il ne comptait sérieusement pas dormir prés d'elle ? Pas après le baiser qu'ils avaient  échangés .. Et pas devant Finn ? Pourtant c'est exactement ce qu'il semble paraitre. Elle soupire doucement. A quoi bon se battre, elle est fatiguée, épuisée, ce baiser la totalement vidée de ses forces la laissant presque pantelante. Moralement et émotionnellement n'en parlons pas. La journée a été longue, ces dernières années ont étés longues .. Elle ne dirait pas non a une nuit sans cauchemar et il est le seul a pouvoir lui apporté cela. Quand a Finn bien que la pensée la mortifie, il avait vue bien pire que cela ce soir. Elle se laisse allée contre lui un instant, oui il pouvait gagné cette bataille, mais il ne gagnerait pas la guerre.

Une fois l'aube arrivait, cela ne changera rien, je partirais .. Seule. Dit elle dans un souffle.

Aussi incroyable qu'avait pue être ce baiser, aussi folles qu'étaient les sensations qui couraient dans ses veines quand le capitaine était si proche, elle n'avait pas perdue la raison .. Enfin momentanément si, mais pas de quoi la détournait de ce qu'elle avait décidée. Il avait raison, maintenant probable que l'aube arriverait trop rapidement, que se détaché de ses bras serait plus difficile que toute chose, mais elle le ferait. Elle s'en tiendrait a ce qu'elle avait décidée car elle pensait que c'était la leur meilleur chance pour l'avenir et qu'importe l'emprise qu'il pouvait bien avoir sur elle, cela ne changerait rien a cela. Elle se lève doucement échappant ainsi aux bras du capitaine, il serait aisé de croire qu'elle fuie, mais elle n'en fait rien. Elle s'allonge confortablement sur le lit, elle lui tourne maintenant le dos mais elle tapote rapidement la place a coté d'elle, comme une invitation muette, bien qu'elle doute qu'il en est eu besoin .. Le capitaine aimait n'en faire qu'a sa tête et elle elle aimait le capitaine.
Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Sickert
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1246
Âge : 117
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand un pas vers le passé amène un pas vers l'avenir. (PV)   Dim 23 Mar 2014 - 19:35



Sickert goûte avec bonheur ces instants de quiétudes et de chaleur. Son Ange dans ses bras, la menton posé sur son épaule, enroulés dans une couverture épaisse et rugueuse, que pourrait-il demander de mieux. Oui, bon, si elle ne devait... si elle n'avait pas décidé de partir, ce serait encore mieux. Et encore plus s'il se trouvaient à un endroit chaud et où ils n'auraient pas à s'extirper du sommeil avant même les premiers rayons du soleil. Mais dans la situation actuelle, c'était merveilleux, inespéré. Un peu comme une après une traversée du désert ardue, on trouve enfin l'oasis. Et pour un marin comme Sickert, le désert est insoutenable. Et pourtant, ce n'est qu'après avoir atteint l'oasis qu'il se rend compte à quel point il avait soif. concentrée sur sa survie et sur la traversée, il avait fait abstraction de sa soif. Et maintenant, il se rendait compte qu'elle lui avait manqué, horriblement manqué. Elle se repose contre lui, et il la serre un peu plus étroitement, possessif. Si ce n'était que de lui, il ne la laisserait plus partir. Mais pourtant, elle répète le contraire.

Elle partira à l'aube, seule. Il émet un grognement contrarié, mais résigné. Il ne la retiendra pas, du moins, pas malgré elle. Tout comme il ne la retient pas lorsqu'elle se détache de lui, même s'il y met tout de même une certaine résistance. Il la regarde s'éloigner, à regrets, son regard bleu infiniment triste. Ne veut-elle même pas envisager de rester avec lui, jusqu'à l'aube ? Il n'a pas le temps de s'apitoyer sur l'injustice de son sort qu'elle revient et se couche juste à côté de lui. Incrédule, il ne détache pas son regard d'elle, se demandant combien de temps elle va mettre avant de lui demander de se trouver un autre lit. Mais elle n'en fait rien, au contraire, elle tapote la place à côté d'elle. Une seconde d'hésitation, se demandant s'il a bien comprit, son visage s'illumine soudainement, comme un gamin devant une confiserie, ou plus crédible dans ce cas, un pirate devant un trésor. Il ne pourrait pas vraiment, en cet instant, être plus heureux qu'il ne l'est.

Il ne lui laisse pas la chance de changer d'idée. Comme une vague de chaleur et de laine rugueuse, il déferle sur elle, la recouvrant d'étoffe et de chaleur. Il se blottie contre elle, avant de glisser un bras sous son cou et d'enrouler l'autre autour de sa taille, puis délicatement il la serre tout contre lui, exclusif. Il ne la relâche qu'un instant, pour dégager son cou de ses long cheveux sombres, du bout des doigts, avant d'y poser délicatement un baiser.

- Dormez, mon Ange, je veille, murmure-t-il avant d'enrouler encore une fois son bras autour d'elle.

Il se serre contre elle, ou plutôt, il la serre contre lui, encore, réduisant à néant la moindre distance qu'il pourrait y avoir entre eux. Il soupire de contentement, heureux et ravi de pouvoir l'avoir contre lui. Une autre victoire pour lui, mais il ne compte pas perdre. S'il perdait la guerre, ce serait néfaste, pour tous les deux. Il ne peut pas perdre. S'il perd, ils perdront tous les deux.
Revenir en haut Aller en bas
Angelina de Solaria
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 900
Âge : 32
Date d'inscription : 06/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  30
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand un pas vers le passé amène un pas vers l'avenir. (PV)   Dim 23 Mar 2014 - 20:05

Contrairement a ce qu'elle avait pue croire, il met ce qui lui semble un temps infini avant de venir se coucher prés d'elle. Quand il le fait enfin, elle ne peut s’empêcher de constater avec émerveillement que son corps retrouve aisément sa place contre celui du capitaine. Comme si il en avait toujours été ainsi, comme si ces prés de 8 années n'avaient jamais existé.

L'étoffe de laine rugueuse a sans doute pour but de leur tenir chaud, mais elle sait quelle n'en n'aura pas besoin. Le corps du capitaine blottie tout contre elle la maintiendrait au chaud, cœur, corps et âme. Sa simple présence, son souffle sur sa nuque, l’étreinte de ses bras remplissait tout son être. C'était un délice et une torture a la fois. Un délice de par les merveilleuses sensations que cela faisait courir en elle. Une torture car cela lui rappelait combien le manque du capitaine avait été grand. Plus encore que ce qu'elle avait crue d'ailleurs, elle le constatait maintenant qu'elle l'avait retrouvée.

Quand les doigts du capitaine se glissent dans ses cheveux, elle ne peut s’empêcher de ressentir d'agréables fourmillement, mais ce n'est rien comparé aux sensations qui s'emparent d'elle quand il dépose un baiser sur sa nuque nue. Elle se fait violence pour ne pas se retourner, pour ne pas nicher sa tête au creux de son épaule, le mettant lui aussi a la torture de ses lèvres s'agitant sur sa nuque. Mais Finn est la, elle ne l'oublie pas et si sa volonté n'avait pas suffit a la retenir, cela en revanche était une barrière solide.

Dormez, mon Ange, je veille.

Dormir, elle n'est pas sur de le vouloir. Pas qu'elle n'est pas sommeil. Mais elle a peur qu'au réveil tout cela n'ait été qu'un cauchemar cruel. Qu'adviendrait il d'elle si elle réveillait seule ? Ce serait la pire chose qui soit. Cette crainte la égalait sans mal celle de le perdre a nouveau. Il avait fallut si peu de temps pour se réhabituer a sa présence au point d'en faire un besoin quasi vitale.. S'en était presque terrifiant. Puis il y'avait le risque des cauchemars. Certes dans les bras du capitaine, elle n'en avait jamais eu. Mais les années avaient passés, les cauchemars s'étaient intensifiés et surtout elle n'avait plus l'habitude de se sentir en sécurité dans ses bras. Pouvait elle se permettre en ces conditions de s'endormir ici et maintenant ? Il était tellement hors de question qu'il voit a quel point les cauchemars avaient pris de l'emprise sur sa vie.

Pourtant bientôt une douce torpeur s'empare d'elle. Elle est si bien. Le capitaine enserre son corps de ses bras vigoureux, la couvre de son torse musclè, la protège de par sa présence. Elle ne pourrait désiré plus et cela aidant, ses paupières se ferment l'entrainant rapidement dans le sommeil. Des images familières surgissent rapidement, la traquant jusque dans les recoins de son inconscient. Mais alors qu'elle commence a s'agiter, elle sent une présence. Un ancrage solide auquel se raccrocher. Dans une semie conscience, elle a l'impression de sentir une caresse sur son épaule, elle croit entendre des mots apaisants .. Si son esprit ne les perçoit pas vraiment, son coeur lui s'en satisfait et y trouve la force nécessaire pour chasser les indésirables souvenirs qui la guettent dans l'ombre de son sommeil.  Tout se calme. Le cauchemar cesse avant d'avoir vraiment eu le loisir de commencer. Son corps se détend, son sommeil se fait plus profond.

Vient alors un doux sentiments de quiétude, de sécurité .. Un sentiment qu'elle n'a plus éprouvée depuis si longtemps qu'il est presque troublant de voir avec qu'elle  facilité elle peut le ressentir a nouveau.  Dans la chambre, elle croit entendre les murmures du capitaine .. Parle t'il a Finn ? Qu'importe rien ne saurait la tiré des douces rêveries qu'elle tisse a l'abri dans les bras du capitaine. Elle se blottie un peu plus contre lui, un doux sourire étirant ses lèvres alors qu'elle se laisse allée a un sommeil bienheureux.
Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Finnegan Sidhe
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 117
Âge : 27
Date d'inscription : 13/04/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand un pas vers le passé amène un pas vers l'avenir. (PV)   Lun 24 Mar 2014 - 0:56

C’était pourtant une bonne idée. Droit au but, sans tergiversation, décidé, simple et pragmatique. Ça avait du mérite. Seulement Sickert connait bien la donzelle et il hésite. Il hésite? Dans la pénombre de la chambre, Finn inclina la tête pensivement tout en observant la scène. Cette fille était difficile, incohérente et avait un tempérament de princesse. Or, Sickert semblait assez bien la connaître pour se forcer à la subtilité. C’était rare que son frère faisait preuve de réflexion. Est-ce que ce n’était pas son excuse favorite?

Dans le silence de son esprit, Finn se demanda à quel point ils étaient liés. À quel point ils s’étaient connus. Et finn se trouva complètement estomaqué par le discours que Sickert déballa. On pouvait dire qu’il sortait l’artillerie lourde mais il y avait autre chose. Il ne montrait jamais tant de sérieux habituellement. Ses paroles étaient toujours grandiloquentes et exagérées, mais elles étaient dénudées de cette pointe de sarcasme ou d’ironie qui tintait tous ses propos. Au fond de son cœur, Finn en conçu un étonnement jaloux. Pas pour toutes les fadaises qu’il lui déballait mais plutôt pour l’exclusivité de sa réaction.

Lorsqu’il devient évident que le mercenaire avait conquis la belle, Finn se renversa sur son lit et enfoui sa tête sous sa couverture. Son geste était inspiré tant par l’intention généreuse de leur laisser un peu d’intimité que par celle de s’épargner des visions troublantes de ce qui allait suivre. L’abondance de détail ne serait pas nécessairement salutaire. Finn ne risqua un regard de sous sa couverture que lorsqu’il sentit Sickert fourrager dans son sac pour prendre sa couverture.

Sickert prenait toujours le premier tour de garde. Finn s’éveilla quelques heures plus tard lorsque son horloge interne lui indiqua que c’était son tour. L’adolescent s’étira et tout en restant roulé dans sa couverture, il s’assit au pied du lit, les jambes croisées pour commencer sa garde. L’endroit paraissait sûr. C’était probablement la nuit la moins dangereuse à laquelle ils avaient dû faire face depuis des mois. Finn resta immobile, silencieux, de longue heure, sa silhouette se détachant en clair-obscur sur la fenêtre tandis que son regard errait sur la campagne environnante. Lorsque l’aube commença à poindre et que le ciel commença à verdir sur l’horizon, il se leva pour éveiller le duo blotti dans l’autre lit. Son mouvement fit tomber quelque chose qu’il avait oublié dans le lit et avec laquelle il avait joué beaucoup plus tôt dans la nuit. La couronne d’acier tomba par terre dans un bruit métallique et alla rouler jusque sous le lit des deux amants. Le chat y voyant un jeu plongea à la suite de l’objet. Horrifié, Finn se précipita pour la récupérer.

« .. …….! » maugréa-t-il en silence.
Revenir en haut Aller en bas
Sickert
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1246
Âge : 117
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand un pas vers le passé amène un pas vers l'avenir. (PV)   Lun 24 Mar 2014 - 3:15



Elle ne répond rien, mais il ne s'en offusque pas. Tant qu'elle reste contre lui, tout va pour le mieux. Immobile, il profite de sa chaleur comme elle profite de la sienne. C'est si plaisant, si parfait comme instant. D'accord, l'endroit aurait pu être mieux, mais pas l'instant. Qu'il puisse l'avoir contre lui, c'est tout simplement parfait. Inespéré, même s'il en avait rêvé. Il ne bouge pas, même lorsque son bras s'engourdit légèrement. Il ne veut surtout pas la troubler, elle pourrait tout aussi bien se lever et aller dormir dans l'autre lit. Elle pourrait le faire. Il lutterait, pour la retenir, mais elle pourrait tenter le coup. Il préfère ne pas lui en laisser la chance. Il ne dort pas, mais il ferme les yeux. Il veille, mais l'endroit est tellement plus sur que ce dont ils ont l'habitude qu'il peut se laisser aller un peu à la somnolence, mais il reste attentif, du moins il s'en persuade. Il doit l'être assez parce qu'il ouvre les yeux aussitôt que son Ange tressaille. Il croyait qu'elle dormait, son souffle s'était approfondit. Il resserre un peu plus ses bras autour d'elle et l'enveloppe plus étroitement. Il pose un baiser sur son épaule, avant de lui chuchoter à l'oreille.

- Fais de beaux rêves, mon Ange. Je restes là.

Sickert a la faculté de faire croire n'importe quoi à n'importe qui. Heureusement, il n'a pas vraiment à user de ce stratagème avec son Ange. Il n'a pas à lui faire croire n'importe quoi et elle n'est pas n'importe qui. Mais tout de même, ça semble marche un peu parce qu'elle cesse de s'agiter et se détend. Il ne bouge pas. Il reste silencieux, somnolent et attentif à la pièce presque close. Il écoute la respiration de son Ange et aussi à celle de son petit frère. Il n'aurait pas vraiment envisagé une telle situation il y a quelques jours. Maintenant, il avait certes une réflexion à faire, mais pas sur ce que son Ange croyait. Il aurait le loisir d'en glisser quelques mots à Finnegan et voir ce qu'il en pensait. Enfin, surtout ce que Finnegan pensait faire à la lumière de ce qu'il avait pu entendre ce soir. Il se doutait bien que ça faisait changement avec tout ce qu'il avait pu révélé et dévoilé à son cadet. Finnegan savait des tas de choses sur lui, mais si peu des événements réels. Sickert avait l'habitude d'exagérer des tas de choses et d'en passer beaucoup sous silence. Il lui arrivait même de raconter des événements d'un autre point de vu que celui qu'il l'avait réellement vécu. Parfois du point de vu des gagnants, parfois du côté des perdants. Finnegan savait quelques uns des silences et se doutait que certains des personnages de ses histoires n'étaient autre que lui-même. Mais il n'avait jamais raconté son séjour à Soltariel. Ni même tous les événements qui concernait son Ange. Pourtant, elle ne l'avait jamais vraiment quitté, puisque toutes la sirène, figure récurrente sur les cartes qu'il dessinait avaient toutes un visage d'Ange. Et c'était toujours la sirène qui tenait la rose des vents.

Il ouvre les yeux lorsque Finnegan se met à bouger. Il fait encore nuit. Sa veille est terminée. Il n'a pas dormi. Enfin, il ne croit pas avoir dormi. Il relève la tête, juste un peu, pour voir Finnegan s'asseoir sur le lit qu'il occupe, enroulé dans sa couverture, toute semblable à la sienne.

- Tu peux rester couché, y a rien qui bouge, même le chat dort, dit-il, à voix basse, par crainte de réveiller son Ange.

Il croit voir Finn hocher la tête, mais il reste assis. Comme il voudra. Sickert préfère dormir avant de se lever que de veiller la seconde moitié de la nuit. Parfois, lorsqu'il sont tous les deux, profite des dernières minutes de noirceur pour chasser. Ici, à part peut-être des rats et des souris, il n'y a pas grand chose à chasser. Rien d'appréciable en tout cas. Lui, il ne se privera pas pour dormir, même s'il somnole depuis des heures déjà. Il craint à un moment avoir réveiller son Ange en parlant, mais elle se blottie encore un peu plus près de lui, à son grand bonheur, puis elle s'endort à nouveau. À son tour, le visage enfouie dans la masse sombre des cheveux de son Ange, il sombre dans le sommeil. Un sommeil léger, mais réparateur. Évidemment, quand on passe ses jours avec un frère qui ne parle pas, on apprend à rester attentif, même pendant le sommeil. Vu qu'il ne parle pas, il ne risque pas de l'entendre si jamais Finn lui intime de se réveiller. Pourtant, il sait qu'il dort plus profondément que d'habitude.

Il serre toujours son Ange contre lui lorsqu'il entends le fracas métallique. Il se redresse à moitié, mais garde son Ange serrée, protecteur, puis voit Finnegan qui court après sa couronne. Rien de tragique, rien de dangereux, que du bruit. Il grogne avant de se laisser retomber sur le lit et bien qu'il sente son Ange tenter de s'extirper de la couverture, il resserre son étreinte.

- Bon sang, Finn, l'aube, c'était qu'une vague suggestion, grogne-t-il avant d'enfouir à nouveau son visage dans le cou de son Ange, pas du tout troublé par la présence de son frère.

Tout près de son oreille, elle peut presque entendre son sourire dans le soupire de satisfaction qu'il laisse échapper. C'est impressionnant de voir avec quelle aisance naturelle Sickert se fait à une réalité qui n'existait pas, du moins qui n'existait plus, il y a moins de 6 heures.

- Laisse-moi en profiter et dormir encore quelque minutes, dit-il paresseusement, toujours avec ce sourire dans la voix.

Et le sourire, il n'est pas que dans la voix. Son visage aussi, même les yeux fermés, rayonne d'un sourire béat, très différent du sourire de matou victorieux qu'il affiche en temps normal.
Revenir en haut Aller en bas
Angelina de Solaria
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 900
Âge : 32
Date d'inscription : 06/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  30
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand un pas vers le passé amène un pas vers l'avenir. (PV)   Lun 24 Mar 2014 - 9:11

Elle se réveille avant l'aube, mais pourtant rien ne trahis son état de conscience. Ses paupières restent closes, son corps reste immobile, bien a l'abri dans les bras du capitaine. Elle lutte contre l'envie de s’étirer après un merveilleux sommeil dans la crainte de le réveiller. Sur ses lèvres s'étirent un doux sourire, elle n'a pas dormi aussi bien depuis .. Depuis pré de 8 ans. Et elle n'avait jamais dormi aussi bien que dans ses bras a lui. Il suffisait qu'il soit la tout prés, faisant rempart de son corps pour que les cauchemars s’estompent et perdre finalement leur lutte.

Elle avait oubliée a quelqu'un point cela faisait du bien. A qu'elle point une nuit sans cauchemar peut vous paraitre douce et a quel point c'est reposant. Elle s'interdit pour l'heure de penser au moment ou le capitaine ne sera plus la, ou il faudra dormir seule et ou elle redeviendra une prise de choix pour les cauchemar. Pour l'heure, rien ne saurait troublé ce merveilleux moment .. Enfin, presque rien ! Un fracas métallique se fait bientôt entendre la faisant sursauter.

Ses yeux s'ouvrent rapidement, elle tente de se redresser, mais elle reste prisonnière des bras du capitaine lui aussi en alerte. Elle se détend rapidement, nul danger si ce n'est visiblement le chat essayant de mettre la main sur un quelquonque objet qui a roulé sous le lit. Elle en profite pour s'étirer doucement, plus de craintes de réveiller le capitaine maintenant, il est parfaitement éveillé ... Quoi que.

Bon sang, Finn, l'aube, c'était qu'une vague suggestion.

Elle le sent a nouveau tout contre elle, son souffle caresse sa nuque entrainant en elle des picotements familier, douce torture. Elle se retourne tant bien que mal sous l'emprise des bras du capitaine. Elle lui fait face, caresse sa joue du bout des doigts puis frotte son nez contre le sien en un geste de pure tendresse. Elle lui aurait volontiers dérobée un doux et fugace baiser, l'envie ne manque pas, loin de la mais la présence de Finn l'en dissuade.

Laisse-moi en profiter et dormir encore quelque minutes.

Un dernière caresse puis elle s'extirpe de ses bras, ce n'est pas chose aisée, mais elle finie par y arrivée. Le capitaine ne la serrait qu'en apparence et il prends garde a ne pas lui faire mal, bien qu'elle tente de lui échappée. Elle en profite dont et se redresse.

Je vous ai connue plus matinal capitaine .. Serait ce l'age qui vous rattrape. Lâche t'elle taquine.

Sans plus de cérémonie, elle se lève prestement avant de lâcher un "Aie" éloquent. Visiblement l'objet qui avait mit le chat en émoi avait roulé jusqu’à son coté du lit. Elle grimace, ramasse le dit objet. Curieux objet a vrai dire, cela ressemblait a .. A une couronne oui. Elle n'a guère bien le temps de se poser plus de question en jetant un regard a Finn, elle a juste l'impression qu'il va la tuer sur place si elle ne lui rend pas immédiatement l'objet. Quel qu'il soit, le jeune homme  a l'air de beaucoup y tenir. Claudiquant légèrement sur son pieds, elle le rend a Finn.

Elle ne s'attarde guère a croisée son regard. D'une de par l'immense gêne provoqué par ce a quoi il a assisté. Et de deux, car elle ne sait pas trop pourquoi, mais elle sent une certaine animosité chaque fois qu'il la regarde. Comme si il avait des reproches a lui faire, comme s'il la jugeait. Mais cela était parfaitement stupide comme idée. Qu'il la juge alors qu'il ne connait rien d'elle serait proprement injuste. Puis il est le frère d'haize Sepiida, si il avait quelque chose a lui dire, il trouverait le moyen de le faire. Il n'aurait pas la lâcheté de se planquer derrière son handicap de paroles. De toute façon que ses impressions soient réelles ou non, elle choisie de ne pas y accordée le moindre intérêt, elle ne le connait pas, elle ne permet dont pas a son esprit de débattre en quoi que ce soit sur sa personne. Il a probablement une bonne raison de la regarder ainsi .. Sinon tant pis. De toute façon rien ne saurait ternir sa bonne humeur .. Elle la sait passagère, car l'heure de la séparation approche, mais pour le moment elle la savoure.

Le capitaine est toujours dans le lit, elle se saisie de son sac et le pose lourdement prés de lui. Pour lui signifiait avec évidence qu'il est temps de se lever. Après tout c'était lui qui avait eu cette idée concernant l'aube non ? Elle farfouille un moment dans son sac, prends quelques effets. Cherche ses silex des yeux, s'en saisie. Puis se détourne laissant les sac sur le lit.

Messieurs si vous voulez bien m'excusez un instant, je vais allée remettre un peu d'ordre dans ma tenue.

Elle s’apprête a quitter la chambre, mais elle ne peut s’empêcher de d'abord regardée le capitaine, son capitaine mesurant a quel point il est bon de pourvoir l’appeler a nouveau ainsi. Elle lui sourit, son cœur se gonfle d’allégresse. Il était si facile d’être heureuse quand il était la. Les souvenirs malheureux et douloureux étaient toujours la tapis dans l'ombre prés a fondre sur elle a la première occasion, mais pour l'instant ils n'avaient aucune chance, pas quand le capitaine la fixé ainsi avec un regard de pure adoration. Elle se détourne avant de cédé a l'envie de retourner se blottir entre ses bras pour ne plus jamais les quitter, puis elle se rends dans une autre pièce.

Elle change sa chemise, ressert ses bandages, refait sa coiffure. La voila fin prête, c'est rapide, la force de l'habitude. Alors qu'elle boutonne le bout des manches de sa chemises, c'est yeux se portent un moment sur son annulaire gauche. Elle le caresse doucement, un léger sourire aux lèvres. S'y dessine ce que beaucoup pourraient prendre pour un curieux symbole, mais il n'en est rien. La a l'endroit ou aurait pue se trouver une alliance, se dessinent deux lettres enlacées. Un A et un H.

Elle s'extirpe tant bien que mal de ses rêveries puis regagne la chambre, toujours le sourire aux lèvres mais le cœur un peu plus lourd. Le temps des aurevoir approchait. Mais c'était mieux ainsi, ils se retrouveraient dans quelques jours chacun ayant eu pleinement le temps de réfléchir et ils pourraient parlés .. Restés a espérer que cela se passerait mieux que la nuit dernière. Elle se secoue mentalement pour chasser ses idée noires.

L'aube est plus que la. Je pense qu'il est temps de se dire .. Adieu ? Certainement pas ? Aurevoir, au non rien d'aussi définitif. De toute façon aucune séparation entre eux ne peut être définitive, pas même celle causée par une sorcière ou une belle mère avide de pouvoir se rassure t'elle. A bientôt. Conclue t'elle dans un souffle.

Oui, elle devait s'accrocher a l'idée qu'ils se reverraient bientôt. Il ne pouvait en être autrement par après toutes les choses qu'il lui avait dites .. Si quoi que ce soit arrivé les séparant a nouveau, ce serait vraiment signe que le destin était contre eux. Elle soupire doucement, partir sera difficile mais elle ne veut pas trop trainé. Dehors il fera bientôt grand jour. plus de monde sur les routes. plus de chance de croisé quelqu'un. Plus de chance de faire un truc stupide. Plus de chance de s'attacher. Voila pourquoi il faisait un moment qu'elle préférait voyagé de nuit. Mais les choses avaient changées ... Du moins l’espérait t'elle.
Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Sickert
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1246
Âge : 117
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand un pas vers le passé amène un pas vers l'avenir. (PV)   Mar 25 Mar 2014 - 3:29



Il aurait préféré que l'aube n'arrive jamais. Pas qu'une nuit perpétuelle est préférable, mais juste encore quelques heures pour profiter d'une si agréable proximité avec son Ange. Après huit ans, était-ce trop demandé ? Il n'en sait trop rien, peut-être que oui, peut-être que non. Si elle avait seulement accepté de faire le trajet avec eux... il n'était peut-être pas encore trop tard pour la faire changé d'avis. Il tenterait au moins une dernière fois de la faire craquer, mais il doutait de sa réussite. Quoique lorsqu'elle se retourne face à lui et qu'elle lui sourit, il se dit qu'il a tout à gagner de tenter le coup, mais pas tout de suite.

Il la retient pour la forme lorsqu'elle essaie de se sortir du lit. Oui, il avait dit qu'il ne la laisserait pas partir avant l'aube. Et l'aube approchait. Mais elle n'était pas encore vraiment partie. Elle réplique et trouve une explication tout à fait absurde pour qu'il veuille un peu plus de sommeil. Elle est taquine, elle sourit, ce qui est déjà au-dessus de ses espérance après les moments tumultueux qu'ils avaient passé, par le passé et il y a quelques heures. Il l'avait espéré, mais que ça se produise était tout à fait surnaturel.

- Sickert, répète-t-il, parce que c'est Sickert maintenant. Finn, laisse pas trçainer tes jouets, tu veux ? Tu vas finir par blesser quelqu'un, sermonne-t-il, retors. Et ça n'a rien à voir avec l'âge, c'est juste que je ne dormais pas que la moitié de la nuit à l'époque, mon Ange. Et aussi parce que je n'ai pas dormi dans un lit digne de ce nom depuis... pfffft, au moins 3 ans. Et que ça n'a jamais été aussi chaud que cette moitié de nuit, pas depuis...huit ans, dit-il, sans le moindre trouble.

Toujours couché, mais bien réveillé, il fixe son Ange, admiratif. Elle est vraiment là, tout près et elle n'est pas en colère, elle sourit même ! Et le plus beau, c'est qu'elle vient de passer la nuit dans ses bras, tout contre lui. Il n'y a, à son avis, absolument rien de plus merveilleux. Elle pose son sac juste à côté de lui et y farfouille. Il l'observe, presque sans bouger, se contentant de l'admirer, son sourire béat toujours présent, avant de finalement se redresser. Il prend le temps de s'étirer paresseusement, avant qu'elle n'annonce qu'elle va mettre de l'ordre à sa tenue. Sickert ne peut s'empêcher de la détailler quelques secondes, cherchant où sa tenue est désordonnée, quand il sait très bien qu'il aurait pu y mettre beaucoup plus de désordre. Avoir su, il l'aurait fait, juste un peu plus. Elle s'éloigne, mais il ne la quitte pas des yeux, songeant qu'ils devront bientôt se séparer. Elle s'arrête avant de sortir et le regarde. Aussitôt, son air songeur se métamorphose en un sourire qui devient radiant lorsqu'elle lui sourit. Il croit toujours que l'idée de Finnegan de la garder près de lui de force est une bonne idée, mais il sait que si ça se produit, ce sera bref. Trop bref et définitif. Il la regarde s'éloigner, jusqu'à ce qu'elle disparaisse, puis, souriant encore béatement, il soupire.

- Le vent tourne, Finn, murmure-t-il, mais il sait que son frère entends et comprend.

À quelques reprises, Finnegan et Sickert se sont retrouvés, face à un événement qui changerait les chose. Parfois, ils n'avaient absolument aucune idée de la nature de l'événement, ni même que l'événement pouvait changer les plans, mais si Sickert jouait habituellement le rôle de l'imbécile de première, son instinct de survivant le trompait rarement. À certains moment, cette phrase, si en accord avec sa personnalité, était jetée et il fallait tout repenser. Mais à ce moment, Finnegan pouvait s'interroger sur les conséquences de cette phrase. D'abord, à quel plan il faisait allusion. Ensuite, jamais il n'a dit cette phrase avec ce genre d'expression subjuguée sur le visage. Il inspire, puis se résout à se lever. Il s'étire, encore une fois et va enfiler ses bottes. La journée a si bien commencée, mais il estime qu'elle deviendra rapidement contrariante. Il louche sur le sac de son Ange, mais s'en détourne. Bizarre, parce que Sickert n'a jamais résisté à examiné le contenu d'un sac délaissé. Aurait-il des scrupules à violer l'intimité du sac de son Ange ? Certes.

Lorsque son Ange revient, il vient d'enfiler son cache-poussière, qui devait, à l'origine, être d'un beige de fibres naturelles, mais qui avec l'usure, le voyage, la poussière, évidemment, et des taches dont la nature est difficile à établir, ont marqué le tout, rendant difficile à qualifier la couleur de l'étoffe. Et pourtant, il enfile le vêtement comme il enfilait jadis ses somptueuses redingotes, avec une élégance presque hautaine. Il place ses épaules, avant de tirer sur le col et l'ajuster, il tire ensuite sur les manches et ajuste les poignets. La seule chose qu'il ne fait pas de la routine de la redingote, c'est de le boutonner. Et il se soumet à son rituel avec un sérieux qui ne lui ressemble pas, mais dès qu'il tourne la tête pour avoir son Ange, son sérieux disparaît et encore une fois, un sourire vient illuminer ses yeux et son visage, avant de s'assombrir lorsqu'elle annonce son intention de partir. Mais il résiste bravement et sourit à nouveau.

- Si... si je vous demande à nouveau de faire le voyage avec nous, allez-vous toujours refuser ?, demande-t-il, plein d'espoir.

Il ne peut pas la laisser partir sans tenter sa chance. Ce serait tout à fait contraire à lui s'il n'essayait pas, même de manière détournée.
Revenir en haut Aller en bas
Angelina de Solaria
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 900
Âge : 32
Date d'inscription : 06/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  30
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand un pas vers le passé amène un pas vers l'avenir. (PV)   Mar 25 Mar 2014 - 7:59

Elle fixe son capitaine dans l'attente d'une réponse, mais bien vite pour se donner bonne contenance, elle se dirige vers son sac. Elle l'avait laissée la sans craintes, elle faisait confiance au capitaine. Fait immuable et ce malgré tout ce qu'il y'avait pue avoir. Ce serait juste terrifiant si il ne méritait pas cette confiance, mais il la mérite .. Du moins elle l'espère. Elle se rends compte qu'elle avait négligée de fermer son sac, on y apercevait un bout de tissu grena. Le capitaine lui n'avait pas du voir cela. Sans quoi probable qu'il n'aurait pas résisté a l'attrait d'y toucher. Elle range ses effets rapidement en prenant bien garde a la redingote, comme toujours, ferme son sac puis se tourne vers lui.

Elle le détaille longuement, peut être un peu trop, mais elle en a le droit pense t'elle jalousement et avec un brin de fierté. Son cache poussière a connu des jours mailleurs, puis il n'a tellement pas l'allure qu'avaient les redingotes sur le capitaine. Elle pourrait lui dire que les redingotes lui manque, mais ce serait un mensonge vu que cela faisait 8 ans qu'elle en trimballer une dans son sac, tel le plus grand des trésors. D'ailleurs c'était la, la première nuit en près de huit ans, qu'elle dormait sans porter la dite redingote .. Si tenter soit il d'appeler des nuits agitées emplis de cauchemars, dormir.

Mais cette nuit, elle n'avait pas eu besoin de la redingote pour pallié au manque terrible de sa vie. Cette nuit le manque n'avait pas était la ou plutôt si en un sens. Ce qui causé habituellement le manque avait était la, elle avait pue dormir tout contre lui. Le capitaine, son  capitaine. Un pli soucieux barre son font un bref instant, quand elle pense aux paroles qu'il a eu plus tôt. Pourquoi fallait il qu'il la reprenne constamment lorsqu'elle l'appelait capitaine. Elle avait bien compris son nouveau prénom, nul besoin de le lui rappeler. Une identité de plus. En public, elle l'avait appelée Haize, avait sue l'appelée Ekaiz et nul doute qu'elle saurait aussi l’appeler Sickert au besoin, bien qu'elle n'aime pas ce que cette identité la représentait. Mais en privé, il avait toujours été son capitaine et il n'en serait jamais autrement. C'est comme lorsqu'elle lui demande de ne plus l'appeler Mon Ange, l’écoute t'il ? Bien sur que non. Alors pourquoi devrait elle le faire ? Pas question.

Lui revient alors le reste des paroles qu'il a prononcé avant qu'elle ne quitte la chambre, sur le fait qu'il n'avait pas dormi dans un lit depuis au moins 3 ans. Il avait été plus chanceux qu'elle, mais ce n'est pas la dessus que son esprit, cruel, comme toujours, s’arrête. Elle se demande si il était seul dans ces lits et combien de femmes ont partagés ses nuits. Mais elle chasse rapidement ces idées la de sa tête. Certes elle n'oublierait pas et a un moment ou un autre elle désirerait quelques réponses. Mais pas maintenant, pas alors qu'ils allaient se quittés. Elle allait se retrouver a nouveau seule sans lui et la dernière chose a laquelle elle voulait, devait, pensée c'était a toutes les femmes qu'il y'avait eu dans la vie du capitaine pendant que elle, elle le cherchait inlassablement de fausses pistes en fausses pistes et de déception en déception. Non, elle préférait se concentrer sur l'autre chose qu'il avait dite. Celle au sujet de la chaleur .. Fichtrement plus agréable.

Si... si je vous demande à nouveau de faire le voyage avec nous, allez-vous toujours refuser ?

Elle pose son regard dans le sien, il n'allait pas rendre les choses faciles. Le contraire eu était étonnant, le capitaine n'aimait pas qu'on le contrarie, ou plutôt il n'aimait pas perdre. Pourtant ce combat la, elle se devait de lui faire perdre. Cette fois ci , elle devait poser des limites, des conditions. Ce qu'elle n'avait pas fait il y'a 8 ans et c'est ce qui avait en partie causée sa perte. Non, aussi douloureuse que soit la séparation a venir, elle ne plierait pas, pas cette fois et c'était a regret, mais c'était aussi nécessaire.

Ne rendez pas les choses plus difficiles qu'elles ne sont, je vous en pris. Vous quittée m'étant deja bien assez dure. Répond elle sans le quitter des yeux tout en s'approchant de lui, un pas après l'autre. D'un pas lent mais déterminé.

Une fois a sa hauteur, elle lance un bref regard a Finn. Elle aurait tant aimée être seule avec le capitaine. Pouvoir lui dire tellement plus. Pouvoir posée ses lèvres délicates sur les siennes. Caressée sa joue. Oublier a nouveau tout ce qui n'était pas lui et elle. Mais, elle ne le ferait pas, ils n'étaient pas seul. Elle se concentre a nouveau sur le capitaine .. Son capitaine, quoi qu'il en dise !

Prenons du temps chacun de notre coté. Réfléchissons aux changements que va impliqué la présence de l'autre dans notre vie et voyons si nous sommes prêts a accepté ce que cela impliquera. Faites ce que vous avez a faire .. Elle bute légèrement sur ses mots, pas prête d'accepter la nouvelle activité du capitaine. Puis revenez moi.

Elle s'approche un peu plus, bientôt moins d'un tout petit mètre les sépare, elle se saisit des mains du capitaine qu'elle serre dans les siennes, brièvement, avant d'entrelacée leurs doigts. Son regard s'accroche au sien, douloureux a l'idée de le perdre a nouveau. Mais aussi plein d'espoir quand a l'avenir.

Mais je tiens a vous mettre en garde, si vous me revenez, sachez que je ne vous laisserais plus jamais partir. Sourire manifeste. C'est autant une menace qu'une promesse. Coup d’œil en direction de Finn. Il y'aura bien sur une chambre pour vous.

Oui, une chambre. Une chambre pour lui tout seul, très grande et probablement, loin, aussi loin que possible de la sienne .. De la leur. Elle se rapproche un peu plus, par ce que même la présence de Finn ne l’empêchera pas d'avoir un minimum de proximité pour dire au revoir a son capitaine. Elle pose ses lèvres sur les siennes. C'est rapide, un effleurement de lèvres, tout au plus une caresse. Puis elle pose sa tête a hauteur d'épaule du capitaine, enfouissant ses lèvres au creux de sa nuque, lui infligeant le même genre de torture que lui même lui avait infligé un peu plus tôt dans la nuit. Elle reste ainsi blottie tout contre lui un temps qui ne lui paraitra jamais assez long.

Combien de temps devrais je vous attendre ? Lâche t'elle finalement dans un souffle, ses lèvres toujours collées tout contre la nuque du capitaine.

Elle l'avait cherchée 8 ans, alors la question peut paraitre stupide, cela ne serait jamais aussi long. Enfin il fallait l'espérait. Bref la vérité c'est que chercher quelqu'un est une chose, l'attendre en est une autre .. L'attente cela peut être terriblement long et cruel .. Pour sur, celle la le serait et elle voulait juste savoir combien de temps cela durerait. Histoire de pouvoir compté les jours jusqu’à la délivrance, plutôt que d’être prisonnière de l'incertitude. Savoir c'était mieux. Les 8 dernières années en témoignait parfaitement.
Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Sickert
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1246
Âge : 117
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand un pas vers le passé amène un pas vers l'avenir. (PV)   Mar 25 Mar 2014 - 11:42


Lui ? Rendre des choses plus difficile qu'elles le sont ? Il ne rend rien difficile, au contraire, il voudrait bien rendre tout ça tellement plus facile, moins douloureux. Ce serait si facile si elle acceptait de faire le trajet avec eux. Ce serait si plaisant si elle acceptait de faire le trajet avec eux. Mais elle refuse toujours. Oui, il avait raison, la journée s'annonçait contrariante, mais il savait qu'elle pourrait être pire encore s'il l'emportait avec lui de force. Obliger son Ange à quoique ce soit revenait à faire exprès pour qu'elle fase le contraire. Mais elle imposait volontiers ses volontés. Et il n'avait jamais été très doué pour y résister. Ça lui était tout bonnement impossible.

Cette fois, il ne dit rien, il la laisse approcher, comme un laisse approcher une créature particulièrement farouche. Ce que son Ange est après tout. Une fabuleuse créature farouche. Immobile, par crainte de la voir se détourner, il la fixe, la laisse approcher, comme un prédateur tapi. Mais il ne se cache pas. Il est là, juste devant elle et elle le sait. C'est pourtant ce qu,il y a de plus facile, lorsqu'il est devant elle. Avoir Haize Sepiida devant soit, c'est une victoire en soi. Par contre, le laisser partir, voir le quitter, même brièvement, c'est toujours un risque bien plus grand que de le garder près de soi. Mais il avait dit qu'il la rejoindrait et il n'avait pas hésité, il l'avait même affirmé.

- Je vous reviendrai, dit-il quand elle est tout près de lui, quand elle enlace ses doigts aux siens.

Elle annonce aussitôt que s,il revient, elle ne le laissera plus partir. Ce qui est un peu contrariant, puisqu'il devra aller au nord, mais il ne dit rien. Il aura bien le temps de lui en faire part lorsqu'ils seront à Soltariel. De toute manière, c'est de l'à qu'il partira pour Etherna. Le reste de la compagnie pourra aller jusqu'à Ydril sans eux. Sickert et Finn ne sont jamais bien longtemps avec la compagnie. Elle effleure ses lèvres d'un baiser, ce qui est encore plus délicieux que parce que c'est elle qui amorce le mouvement. Il en savoure la douceur avant qu'elle ne glisse dans son cou. Il resserre ses bras autour de sa taille et pose le menton sur son épaule. C'est si plaisant... et si cruel puisque ça signifie qu'elle va partir. Mais il la retrouvera. Elle va à Soltariel. Il sait où la trouver. Oui, il a des choses à faire ici, encore quelques jours, ensuite, il peut très bien aller à Soltariel, avant de repartir. Non, il ne le dira pas tout de suite. Ce serait stupide. Comme une faute. Non, ça ne l'est pas.

- Moins d'une semaine, mon Ange, dit-il, puis il jette un coup d'oeil à Finn par-dessus l'épaule de son Ange.

Il a des choses à partager avec Finnegan. Des choses qu'il n'avait dite à personne. Oui, environ 2 ou 3 jours encore ici, puis le trajet vers Ydril devrait se faire en à peu près 5 jours jusqu'à Soltariel. Plus une journée possible de retard. Oui, une semaine c'était un bon calcul. Du moins l'espère-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Angelina de Solaria
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 900
Âge : 32
Date d'inscription : 06/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  30
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand un pas vers le passé amène un pas vers l'avenir. (PV)   Mar 25 Mar 2014 - 16:40

Je vous reviendrai.

Comment trois simples petits mots pouvaient ils lui faire battre le cœur a ce point ? Il reviendrait, cela sonne comme une délicieuse promesse. Elle allait s'accrochée a ça. Il le fallait. Si il devait y avoir un avenir pour eux deux, elle savait qu'elle devait laisser derrières elle les craintes et les angoisses. Si en apparence cela semblait simple, il ne suffisait pourtant pas de tiré un trait dessus. Il serait dure de mettre de coté ses 8 dernières années, de s'en guérir. Pourtant avec son aide elle espèrait y arrivée. A condition bien sur que les prochaines discutions se passent mieux que la dernière qu'ils avaient eu.

Quand les bras du capitaine glissent autour de sa taille, elle se colle un peu plus tout contre lui, chaque forme de son corps se moulant étroitement au sien. Elle respire son odeur, niche un peu plus sa tête tout contre sa nuque, y faisant glissés ses lèvres encore et encore. Elle sait que l'heure de partir approche. Plus que quelques précisions et rien ne la retiendrait plus dans ses bras. Ses bras ou elles se sent si bien. Ses bras ou elle se sent en sécurité.

Moins d'une semaine, mon Ange.

Moins d'une semaine, elle leur laisserait donc 10 jours pour la rejoindre. 10 jours en cas d’imprévus car finalement leur relation était un cycle d'imprévus sans fin. Si il ne revenait pas d'ici 10 jours, alors elle aurait sa réponse, pas celle espérée certes, mais une malgré tout. Quoi qu'il advienne d'ici a 10 jours, elle devrait veillée a ce que sa vie devienne autre chose que l'acheminement malheureux des 8 dernières années. Elle voulait espérée le meilleur, mais elle se préparait aussi au pire. Que voulez vous, la peur est un ennemi retord, il ne suffit pas de vous dire du jour au lendemain que vous n'aurez plus peur pour que les dites peur s'envolent. Elle s'y efforcée malgré tout. Cela en valait la peine, il en valait la peine.

Disons que si dans 10 jours, vous ne m'avez pas rejoins, j'en déduirais qu’après y avoir réfléchis vous avez décidé que vous ne pouviez pas me supporté. Le ton se veut taquin, mais il ne sert qu'a caché son cœur qui part un peu plus en miettes a chaque mot.

Elle s'accroche a lui encore un petit instant, voulant gravée la moindre petite seconde de ces instants dans sa mémoire. Chacune étant tout aussi précieuse que l'autre. Elle respire une dernière fois son odeur, savoure sa chaleur juste un petit instant de plus, puis se détache a regret. Doucement, très lentement comme la pire des tortures. Mais pas trop tout de même .. Pas encore. Elle pose ses mains sur le torse du capitaine puis lève son visage vers lui.

Je croies qu'il est temps. Lâche t'elle dans un souffle a peine audible.

Elle s'oblige a garder les yeux secs. Le temps des larmes est révolu. Du moins se doit elle de le croire. Elle caresse les lèvres du capitaine du bout des doigts, puis ses lèvres déposent a la commissure des siennes, un baiser d'une infinie tendresse. Elle se détache a regret, il doit y mettre un peu de résistance car elle a l'impression de devoir s'extirper de ses bras. A moins que ce soit son cœur qui se déchire a l'idée de le quitter, qui lui donne cette cruelle impression. Au final la voila hors de ses bras. Son corps se fait froid et réclame deja a nouveau la présence de celle du capitaine. Ces quelques jours seraient terribles .. Pourtant après 8 ans de séparation, il semblait insensée de penser ainsi, mais ça n'en était pas moins vrai. Il allait lui manqué, cruellement lui manqué. En moins de 24 heures, il avait réussi a se rendre de nouveau aussi nécessaire que l'air qu'elle respirait. Il en avait toujours été probablement ainsi, a force de se mentir ses dernières années, elle avait juste due réussir a se persuader du contraire.

Son cœur bat la chamade, elle fait un pas puis un autre. Elle se saisie de son sac qu'elle place en bandoulière. Ses mains sont tremblantes. Elle se retourne enfin vers le capitaine pour la dernière fois .. La dernière fois avant moins d'une semaine s'encourage t'elle. Son regard s'accroche aux grand yeux bleu qu'elle chérie plus que tout. Elle voudrait que ce moment dure toujours, mais elle sait qu'elle doit l'abrégé sans quoi elle n'aura plus la force de partir.

Prenez bien garde a vous. Sourire forcé, car en l'instant elle a tout sauf envie de sourire. Son regard se tourne vers Finn. Veillez a ce qu'il ne fasse pas de chose stupide, voulez vous. Un dernier regard pour le capitaine, un bref signe de tête pour Finn, puis elle se détourne.

Le cœur lourd, le pas lent mais déterminé, elle se dirige vers la porte. Elle y parvient enfin. Elle se refuse a se retourné, si elle le fait, elle sait qu'elle ne pourra s'empécher de courir dans les bras du capitaine pour ne plus jamais les quitter. Les escaliers enfin, elles les dévalent rapidement. C'est désormais une fuite. Mais ce n'est pas lui qu'elle fuie. C'est la douleur que lui cause le fait de le laisser derrière elle. Pourtant elle sait que c'est nécessaire. Coup du hasard, coup de chance, ils ont mit 8 ans a se retrouver mais sans que ce soit de leur propre volonté .. Du moins pas de celle du capitaine. Il ne la cherchait pas. Si ils devaient avoir un avenir, c'était a lui de revenir, a lui de la chercher cette fois. Et elle lui facilité la tache, il savait ou elle serait et elle l'attendrait. Non, elle ne doit pas se reprocher cette séparation, elle ne peut vivre dans le doute pour toujours. Elle lui laisse le choix. C'est lui qui choisira et non le fruit d'une rencontre hasardeuse dans une taverne.

La voila dans la rue, une larme discrète coule le long de sa joue, puis une autre. Elle les essuie rapidement du revers de la main. L'avenir était devant elle, il était temps de faire le deuil de certaines choses et d"acceptée l'éventualité d’être a nouveau heureuse. Un pas après l'autre, elle quitte les rues de Diantra. Dans quelques jours elle serait au manoir, a la maison et dans quelques jours de plus il serait prés d'elle. Et ça c'est la seule raison qui lui permet d'avancer.
Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Finnegan Sidhe
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 117
Âge : 27
Date d'inscription : 13/04/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand un pas vers le passé amène un pas vers l'avenir. (PV)   Mer 26 Mar 2014 - 0:26

Le vent tourne. Finnegan porta vivement son attention sur son frère mais celui-ci ne cherchait pas un interlocuteur. L’adolescent fronça les sourcils, préoccupé par cet avertissement. Le vent tourne et celui qui souffle en est un de tempête. Une peur sourda en son cœur alors qu’il en appréhenda la violence; Parce que parfois les tempêtes enflent pour former des cyclones.

Ils avaient des choses à se dire… La prochaine pleine lune allait être animée.

Cette nature changeante qu’ils ne partageaient pas. Finnegan avait une personnalité linéaire. Il ne pouvait faire autrement qu’être fidèle à lui-même et à s’acharner jusqu’à l’accomplissement de chacune de ses décision. L’histoire est faite de revers, de victoire et de défaite. Il n’avait que 22ans mais il avait déjà vécu chacun d’entre eux. La gloire et la défaite avaient fait partie de sa vie tout aussi bien que l’avilissement et de très hauts espoirs. La différence entre Finn et Sickert est que Finnegan regardait toujours dans la même direction alors que Sickert regardait partout à la fois et que cette fois ci, il ne voyait que son ange.

Ange semblait incommodé par sa présence. Elle parlait de changement. De changement dans la vie de Sickert. Comme si elle lui accordait du temps pour régler les choses à sa convenance pour ensuite lui revenir et ne jamais la quitter. Elle le mettait en garde et la menace porta. Finn n’avait pas d’objection à sa présence mais il s’acharnerait sur les buts qui lui sont propres jusqu’à son dernier souffle et n’accepterait pas d’en dévier. Si c’était la volonté de son frère, soit, mais il ne partagerait pas son sort.

Je préfère t’avertir. Rien ni personne ne me retiendra dans une cage, aussi dorée soit-elle. Même un manoir à Soltariel. Finn examina encore une fois l'ébréchure sur sa couronne, la caressant du bout des doigts. Finalement il s’arracha à sa rêverie et la roula dans sa couverture avant de nouer les ficelles de son paquetage. Je t’y accompagnerai mais je ne resterai pas là-bas, je suivrai la troupe de mercenaires. Balançant ses avoirs en travers de ses épaules, il ramassa le chat pour le tenir entre ses bras. Finn releva la tête et planta son regard dans le sien. Et je ne retournerai pas non plus dans les Wandres. déclara-t-il. Chacun d'eux comprenait la signification de cette affirmation. C'est donc maintenant que tu vas devoir décider si tu vas te résoudre à me tuer. Parce que Sickert en était bien capable, malgré tout.

Revenir en haut Aller en bas
Sickert
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1246
Âge : 117
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand un pas vers le passé amène un pas vers l'avenir. (PV)   Mer 26 Mar 2014 - 3:08


Dix jours, c'était raisonnable. Une journée de plus que ce qu'il avait lui-même estimé. Il ne comptait pas mettre beaucoup de jours de plus, même si on le lui ordonnait. De toute manière, il trouverait nécessairement le moyen de faire à sa tête. Ça ne serait pas la première fois. Il menait régulièrement la compagnie en bateau, ça ne serait pas nouveau. Tant qu'il avait des résultats à ce qu'on lui demandait de faire, tout allait bien. Et comme il était satisfaisant de ce côté là, eh bien on ne l'avait pas encore exclu. Évidemment, la plupart du temps, il en faisait à sa tête parce que c,était selon lui nécessaire à la cueillette des infos qu'il avait besoin. C'était souvent risqué, mais Sickert prenait le risque comme il prenait toute chose. Avec le sourire et une volonté inébranlable. Pourtant, il se faisait violence, en ce moment même, pour ne pas se laisser tenter à mettre en action la proposition de Finn. Ce serait si facile, mais si... contraire à ce qu,il voulait. En fait non, mais ça ne fonctionnerait pas. L'idée est bonne, excellente, mais avec son Ange, ce serait funeste.

- Oui, dix jours, c'est raisonnable, dit-il, souriant.

Mais il n'a jamais vraiment été raisonnable. Lui, il se donnait sept jours. Voir six, ça pouvait apporter un peu de défi. Mais bon, après, tout dépendrait de la compagnie. De toute manière, en dix jours, il arriverait bien à lui faire savoir. Peu importe la manière dont il s'y prendrait. Elle note qu'il est temps, elle doit partir.

- Vous n'êtes pas obligée, dit-il, bien inutilement.

Il ne lui facilite tout de même pas la tâche puisqu'il la laisse s'extirper avec lenteur à ses bras. Si elle veut vraiment y aller, elle devra avoir beaucoup de volonté. Et malheureusement, elle en a beaucoup. Le hic, c'est qu'il ne comprend pas ses aspirations. Mais il sait ce qu'il veut. Il préférerais tout de même obtenir ce qu'il veut, pas nécessairement avec plus de facilité, mais que ce soit moins complexe. Mais peu importe, il était têtu, à sa manière et il allait se rendre à Soltariel. Il ne pouvait juste pas se résoudre à ne pas le faire. Il le ferait tout de suite, même, si elle n'avait pas insisté pour faire le trajet seule. Et si, accessoirement, il ne devait pas chercher des renseignements pour le nord. Oui, parce qu'il sait bien que ce sera un passage à Soltariel. Du moins pour cette fois. Il sait déjà qu'il ira, mais il sait aussi qu'il partira. Mais il reviendra.

- Vous lui demandez l'impossible, mon Ange... se moque-t-il, de lui même au fond.

Il sourit, mais ce n'est pas un sourire très heureux. Il n'essaie même pas de lui donner une apparence de sincérité. Il sourit parce qu'il le faut bien, mais dès qu'elle se détourne, son sourire s'efface et sa mâchoire se serre. Non, comment peut-il la laisser partir comme ça ? Il n'en sait rien lui-même. Il agit exactement comme il agit tout le temps. Sans trop comprendre, mais en sachant que c'est comme ça que ça doit se faire. Tout ce qui réfléchit chez lui se rebelle contre son inaction présente, mais quelque chose de plus profond lui dicte que c'est la seule chose à faire. Enfin, non, il y en a d'autres, mais ce serait aller contre. Il reste un moment immobile, à fixer l'endroit où son Ange a disparu de sa vue, puis il se rue à la fenêtre, pour la voir sortir.

- Moi non plus, Finn. Je n'aime pas les cages, peut importe lesquelles, indique-t-il, sérieux, la voix peut-être un peu trop aérienne pour le sujet, comme s'il n'était pas concentré ici, mais plusieurs mètres plus loin, dehors, sur les traces de son Ange.

Elle disparaît de sa vue. Huit jours... en attendant, il avait des tas de trucs à faire. Il a des renseignements à prendre sur les itinéraires du marchand, le trajet exact, la garantie d'être payé. Il se détourne de la fenêtre, la tête grouillant des prochains gestes à accomplir. Oui, non, il ne resteras pas, du moins pas longtemps, pour cette fois-ci. Il se dirige sur sa couverture et la roule soigneusement. Ensuite, il doit trouver des infos sur les recruteurs, en savoir plus sur ce qui se passe au nord, connaître les chemins et quand et comment s'y rendre. Oui, parce qu'il devait y aller, pense-t-il tout en fourrant ses affaires dans son sac, puis il se redresse et se retrouve face à Finn.

Il ne retournera pas dans les Wandres. C'est clair, lui non plus. Enfin, peut-être que si, mais il doute que ses projets au sujet des Wandres plaisent à qui que ce soit. En particulier à sa mère. Sickert fait face à Finnegan et ils se toisent tous les deux, chacun soutenant le regard de l'autre. Oh, il savent tous les deux ce qui se passe, enfin, pour Sickert c'est peut-être encore un peu confus dans les détails et les conséquences de tout ça. Mais habituellement, Sickert réagit habituellement une fois la face dedans. En temps normal, ses réactions sont salvatrices et souvent idéales, pour les deux partis. Mais les autres fois, Finn et Sick étaient dans le même parti. Cette fois, ça semble être autrement. Jamais ils n'ont prit de direction différentes. Pourquoi ce serait différent cette fois ? Mais c'est ce que semble vouloir insinuer Finnegan. En quoi est-ce une direction différente ?

Oh oui, il savait que la journée serait contrariante, il avait senti le vent tourner, et le vent tourne encore. Il n'est pas d'humeur à se faire dicter sa conduite, ni sa route. Il n'aime pas les cages, pas plus que les chaînes, aussi longues soient-elles. Se résoudre à le tuer ? Maintenant ? Trop d'ultimatum pour une même journée. S'en est trop. D'un geste brusque, mais sans violence, il agrippe son petit frère par le collet. Le chat, irrité par ce dérangement, saute à terre, s'éloigne, puis s'assoit, avant de se lécher la patte.

- Je peux te tuer quand je veux, dit-il en donnant une impulsion brusque. Mais pas maintenant. Il relâche Finn aussi sèchement qu'il l'a agrippé. Nous allons aller cherche les renseignements dont nous avons besoin, puis aller se la couler douce quelques jours à Soltariel, dans le luxe et la chaleur, avant de monter au nord et risquer de se faire tuer, informe-t-il, glacial. Après, on remettra sur le tapis mes intentions de te tuer, gronde-t-il, avant d'hocher la tête. Qui sait, c'est peut-être le nord qui te tuera, ajoute-t-il, injuste.
Revenir en haut Aller en bas
Finnegan Sidhe
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 117
Âge : 27
Date d'inscription : 13/04/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand un pas vers le passé amène un pas vers l'avenir. (PV)   Jeu 27 Mar 2014 - 0:21

Finn ne retournerais pas dans les Wandres. Il avait choisi l’exil quand il avait réalisé que la magie de Daoine Ingrid l’avais privé de son indépendance. Un roi, un chef de clan, un leader ne peut pas se laisser influencer par l’éducation et l’affection maternelle d’une sorcière des marais. Les sorcières sont rarement bénéfiques, leur mère ne l’était pas. Finn ne retournerait dans les Wandres que lorsqu’il aurait assez confiance en sa résolution pour être en mesure de lui résister en toute circonstance et de rester sourd à toute inclination. Alors, il reconsidèrerait son exil et déciderait de la position qu’il voulait occuper au sein de son clan.

Il n’avait jamais été capable de partager ses projets avec son frère. Les rares occasions où il avait la parole, l’émotivité prenait le dessus et il était incapable de faire valoir ses résolutions.

Sickert réitéra sa menace. Il pouvait le tuer. Il en avait reçu l’ordre. Et si imaginer Sickert en assassin lui était difficile, Finn ne sous-estimait pas ce dont il était capable. Leurs aventures échevelées lui avaient appris à rayer le mot ‘impossible’ de son vocabulaire. Si Sickert décidait de le tuer, s’il avait l’impression que c’était la bonne chose à faire, il le ferait. Lorsqu’il lui mit la main au collet, Finn passa immédiatement en mode défensif jusqu’à ce qu’il réalise que son frère ne voulait que son attention. Stupeur et cruauté. Finn se dégagea d’un coup d’épaule tout aussi sec et le repoussa en s’appuyant de tout son poids des deux mains sur sa poitrine. C’est à peine si il parvient à le déséquilibrer, le rapport de force n’étant pas en sa faveur, mais l’intention était là : Ne me touche pas, salaud!

Oh et puis tant qu’à avoir commencé, pourquoi s’arrêter en si bon chemin.

Finn n’avait pas beaucoup d’illusion par rapport à Sickert. Peut-être même avait-il tendance à le noircir. L’instinct de conservation. Une expérience dans un passé trop récent. Il n’aurait jamais imaginé le voir véritablement amoureux. Et même en envisageant la chose, il lui était très difficile de l’imaginer sincère. C’était choquant. Lui découvrir des qualités humaines véritables. Lui découvrir une forme de conscience abstraite. Et voir qu’il l’avait réservé à cette femme… Une personne unique avec beaucoup d’exigence. Il ne pouvait s’empêcher de ressentir une déception, un vague sentiment de perte. Il aurait tant aimé y percevoir de la grandeur, de la générosité. Comme si un espoir s’était soudainement formé pour se révélé en deçà de tous ce à quoi il aspirait. Ce qui faisait le plus mal, c’était cet espoir, cette imagination. Parce que son frère se trouvait encore à être moins que ce qu’il espérait de lui. Gaspillage. Il valait mieux que ça. Est-ce que Daoine Ingrid avait vraiment su le vider de toute grandeur, de toute ambition, de tout ce qui pousse un cœur en avant. Finn était un rêveur. Il ne pouvait ni croire ni accepter qu’on se contente de moins.

Incapable d’exprimer sa déception et sa colère, Finn serra les poings et inclina la tête en arrière comme s’il allait déborder. Tel que tu es maintenant, je te déteste T-E-L-L-EM-E-N-T! hurla-t-il sa que sa voix ne parvienne à forcer la malédiction.

Tant qu’on ignore les qualités et les capacité d’un homme on peut espérer les voir se révéler. Ce que finn découvrait, c’est que sickert n’en était pas dépourvu, il avait seulement choisi de ne pas les utiliser. Ou pire encore n’en avait pas ressenti le besoin. Ressentir. Ce type était-il incapable de ressentir quelque chose?

Finn lui tomba dessus soudainement, lui martelant la poitrine de ses poings. ARGL!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Sickert
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1246
Âge : 117
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand un pas vers le passé amène un pas vers l'avenir. (PV)   Sam 29 Mar 2014 - 2:28



De toute évidence, Finn n'apprécie pas le ton menaçant de Sickert. Il ne s'attendait pas à ce qu'il apprécie de toute manière. Ce n'était pas le but. Le but c'était que Finn évite de le contrarier, là, maintenant. Sickert était maintenant de mauvaise humeur et n'était pas en mesure, à ce moment-ci, de faire un quelconque choix de vie. Sickert avait toujours choisit la même vie. Peu importe les événements, il avait choisit sa voie. Il avait choisit de vivre. Avec son passé tumultueux, tous ses choix s'étaient résumé à agir pour rester en vie, juste avant vivre avec le plus de plaisirs possible. Il n'avait jamais été trop exigent avec les plaisirs, mais il avait horreur de se compliquer la vie. Et aujourd'hui, diverses voies venaient de s'ouvrir à lui et il n'envisageait aucune en parfaite harmonie avec lui-même.

Finn se dégage d'un coup sec et fait une vaillante tentative pour le repousser. Mais Sickert est un bagarreur de longue date et un marin. À moins d'être dans un état éthylique avancé, ce qui lui arrive fréquemment si on compte bien, il est doué d'un équilibre impressionnant, ce qui fait que la force toute relative de Finnegan suffit à peine pour le faire reculer d'un pas. Et ce uniquement parec qu,il ne s'attendait pas à cette réaction. Finnegan lui réplique vertement. Pas fort, parce que Finnegan ne produit aucun son, mais assez visuel pour que Sickert comprenne bien le message. Il a comprit, mais fallait pas le chercher. Il est contrarié et d'humeur bagarreuse. C'est habituellement sa première réaction à la contrariété. La bagarre. Les jours où Sickert est vraiment contrarié, il cherche la bagarre, pour évacuer toute cette énergie négative que la contrariété accumule chez lui.

C'est toujours impressionnant de voir Finnegan en colère, parce qu'aucun son ne sort de sa bouche. Il a beau hurler, il n'y a aucun son. Visuellement, c'est ça, mais auditivement, c'est pas très impressionnant. Pourtant, Finnegan avait été éloquent, jadis, avant que Madame Ingrid en décide autrement. Madame Ingrid. C'était également une des causes de la contrariété de Sickert. Il savait ce qu'elle avait fait à Finnegan, ce qu'elle lui avait arraché, ce qu'elle lui avait fait perdre. Mais il venait de réaliser tout ce qu'elle lui avait également enlevé, à lui. Elle l'avait manipulé de sorte qu'il n'avait pas pu choisir. Peut-être, même probablement, qu'il aurait choisit de suivre Madame Ingrid, mais il aurait eu le choix. Il ne l'avait pas eu. Et ça le contrariait. Il aimait avoir le choix. Même si le choix était évident, même si le choix était injuste, il aimait, il voulait avoir le choix. Et là, il avait l'impression de pas en avoir. Il avait l'impression qu'on voulait décider pour lui et là, en ce moment, il ne le supporte pas.

Finn s'élance soudainement sur lui et se met à le frapper. Le problème, c'est que Finn est de loin plus délicat que Sickert et là, c'est de toute évidence pour se défouler, surement pas pour lui faire mal Oui, bon, d'accord, c'est quand même pas des caresses, ça cogne, mais c'est pas très douloureux, rien d'insupportable. Il aurait probablement quelques ecchymoses, mais ça n'allait pas le tuer.

- T'es furieuse pour vrai ou c'est pour t'amuser ? De la provocation. De la pure provocation. Tout ce que tu va arriver à faire, c'est te faire mal, se moque-t-il.

Et pour empirer les choses, il le repousse. Et contrairement à Finn, il y met beaucoup plus de force.
Revenir en haut Aller en bas
Finnegan Sidhe
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 117
Âge : 27
Date d'inscription : 13/04/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand un pas vers le passé amène un pas vers l'avenir. (PV)   Sam 29 Mar 2014 - 18:15

Il était difficile de connaitre leurs véritables origines. Ils avaient la même mère. Pour le reste… Eh bien seul la mère sait ou s’en doute, n’est-ce pas? La question était : à la lumière de tous ses mensonges, peut-on vraiment se fier à la parole de Daoine Ingrid? Probablement. Sur cet aspect de leur vie, ce n’est pas les airs de famille qui corroboraient la version officielle, c’était plutôt leur tempérament emporté. Il n’y en a pas un pour racheter l’autre. Malgré leurs différences, ils restent parfaitement assortis. Un frère et une sœur, pas de rôle, pas de faux semblant, pas de dissimulation.

Ça faisait du bien… Un exutoire inespéré. On pouvait dire que Sickert encaissait bien. Et puis ça aurait été frustrant qu’il reste calme et raisonnable en attendant que sa colère passe. Elle lui en aurait voulu encore d’avantage. Elle ne lui aurait pas pardonné s’il l’avait laissé se heurter à un mur d’indifférence. En se prêtant au jeu d’une bonne bagarre fraternelle, ils renouaient leur lien. Ils avaient tous deux de la frustration, de la contrariété à évacuer. En la provoquant, il lui donnait l’autorisation de continuer.

Sous l’impulsion de son frère, Finn traversa la moitié de la pièce en bondissant de plusieurs écarts disgracieux. Il pouvait la tuer. Il pouvait lui faire mal. Il en avait la force. Mais il ne le ferait pas, pas maintenant, il en avait établi la limite. Parce qu’il n’en avait pas la résolution. Elle le toisa, brave, fière, le menton haut, lui laissant le temps de prendre la pleine mesure de son état d’esprit. Elle était bien au-delà de la simple fureur. L’éloquence de Finnegan n’était pas seulement dans sa voix, elle se trouvait dans toute sa petite personne, dans sa personnalité volontaire, dans sa silhouette gracile, dans ses expressions vives et spontanées, dans ses gestes nerveux et surtout dans ses actes. Surtout dans ses actes. Et ça, Daoine Ingrid n’aurait pu l’en priver qu’en la tuant. Ses yeux sombres étincelaient dans sa figure pâle. Il l’avait repoussé. Génial! Ça lui donnait de la marge pour prendre son élan et améliorer sa force d’impact.

Finn détacha la courroie qui maintenait son paquetage en travers de ses épaules et se rua sur son frère comme si elle voulait l’assommer avec un rouleau de couverture. Au dernier instant, elle projeta son paquetage dans les chevilles de son frère de manière à ce que la courroie s’y enroule et elle se pencha pour agripper Sickert par les hanches et le faire tomber. Finn n’avait jamais le dessus bien longtemps. On ne peut pas se tapocher avec son frère et gagner sans utiliser de tactiques déloyales. Celles-ci n’étaient pas à l’ordre du jour. Les utiliser octroierait le même avantage à son opposant. Les chevilles entravée, Finn réussit à le faire tomber et employa toute son énergie à chercher une position avantageuse. Parce que le style de combat de Finnegan, c’était sa capacité à y survivre.

Et dans le rodéo qui suivit, Sickert ne pu saisir que des brides de ce que lui reprochait sa soeur : T’avais pas le droit! Elle n’avait pas la patience d’écouter ses explications. Elle le savait beau parleur. Elle n’avait pas envie de lui laisser lui présenter les choses sous un jour favorable. Méfiance. Ça change tout! Cette fille et la relation qu’il avait avec elle, ce n’était pas un détail. Ça s’appelait une liaison. Une L-i-a-i-s-o-n, comme dans lier, liens! Des liens si forts qu’ils ne s’étaient pas dégradés en 8ans. Sale dissimulateur! Elle était tolérante mais elle ne se laisserait pas intimider... Il avait trouvé le moyen de la faire réagir. Même pas libre! Il modifiait ses visées sur l’avenir, comme une ancre flottante dont il n’aurait pas avisé celui qui tient le gouvernail. Tu t’es fait ça à toi-même, crétin! Ses coups perdaient de la vigueur. Toute ces années de campagne les avaient rendu résistant mais les derniers mois de privation avait entamé ses forces. T’avais pas le droit! Et puis, c’était une fille.

Elle voulait changer le monde, elle voulait le retourner à l’envers, le secouer et en faire ressortir le meilleur, le mener à la lumière, à quelque chose de mieux, et elle était prête à le faire avec lui. Elle avait rêvé de quelque chose et elle ne pouvait s’en détourner, ça l’avait définie, c’était ce qu’elle était. Elle attendait son heure, sa chance, son règne. Elle n’avait rien renié son peuple, elle voulait y inclure tout et tout le monde. Elle voulait réussir. Elle savait qu’elle en était capable. Elle était jeune, forte, libre, et aucune malédictions, subterfuges, ne pouvaient l’entraver. Elle voulait entrainer les autres dans son optique, les mener à s’émerveiller d’eux même. Elle voyait des possibilités. Elle lui reprochait de ne pas lui avoir donné la possibilité d'envisager cette possibilité là. Elle voyait en Sickert tout une mer de possibilité. On ne savait rien de Finnegan tout compte fait. Même Sickert était ignorant. Parce qu’elle n’avait plus de voix pour s’exprimer.

Parvenue au bout de sa colère, elle s’affala sur la poitrine de son frère et éclata en gros sanglot bouillonnant. T’avais pas le droit!
Revenir en haut Aller en bas
Sickert
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1246
Âge : 117
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand un pas vers le passé amène un pas vers l'avenir. (PV)   Dim 30 Mar 2014 - 17:35


Comment vingt-quatre heures pouvaient à ce point le tirer d'une réalité à un autre, le jeter du passé au présent, tout en virant à l'envers toutes ses certitudes. Il avait souvent revu du début à la fin ses plans pour une journée, voir une mission s'étalant sur quelques jours, voir des mois, mais toute sa vie, comme ça, aussi bien au passé qu'au présent, ça ne lui était jamais arrivé. C'était étourdissant, terrifiant. Il entrevoyait également deux vues différentes, deux visions antagoniste et il ne savait pas ce qui pouvait être réel, ce qui pouvait être utopie. Il avait l'impression qu'on venait de lui balancer une vergue en pleine poitrine. Le souffle coupé il tentait vainement de trouver son air et de chasser la confusion. Et voilà que Finnegan en rajoutait une couche. Il n'avait pas besoin de ça. Il n'avait vraiment pas besoin que Finnegan en rajoute une couche. Mais elle le fit tout de même. Et ça le contrarie.

Il la repousse, séchement, y mettant peut-être un peu trop de force contrariée. Trop contrarié pour admettre qu'il la poussé trop fort, il la regrde reculer et sautiller pour reprendre son équilibre. C'est pas son genre de frapper et ensuite s'excuser, mais il l'aurait peut-e^tre fait s'il n'avait pas été si contrarié. En fait, s'il n'avait pas été si contrarié, il ne l'aurait pas poussé si fort. Il éprouve pourtant un bref soulagement en voyant qu'elle ne tombe pas et qu'il ne lui a pas fait mal. Oh, il pouvait lui faire mal. Il ne l'avait jamais vraiment fait encore, mais il le pouvait. C'était même une menace implicite. Mais Finnegan n'était pas du genre à abandonner. Surtout pas face à lui. Il pouvait lui faire mal, il ne l'avait jamais fait, pas trop du moins, mais elle se plante devant lui comme si elle le défiait de le faire. Il hoche la tête. C'est pas lui qui va frapper le premier.

Hormis ses cheveux blonds, elle affichait la même fureur que pouvait adopter Madame Ingrid. Elle était aussi terrifiante que sa mère, à son avis. Mais elle était irrésistiblement attirante. Pas sexuellement parlant, c'est sa soeur. Peut-être parce qu'il avait, volontairement, servit les ambitions de Madame Ingrid durant toute sa vie, excepté sur quelques périodes. Mais à la lumière d'une certaine révélation de son Ange, il se rendait bien compte que ses excès d'indépendance, il les avait payé cher. Autour coup dur pour Sickert. Il savait que sa mère était mauvaise, mais il n'avait jamais réalisé que ça valait aussi pour lui. Il se méfiait de Finnegan, parce qu'elle ressemblait à sa mère. Il avait cru que sa mère ne pouvait pas être mauvaise avec lui, il était son fils. Il venait de découvrir que c'était vrai tant qu'il servait ses ambitions. Il ne savait pas trop les aptitudes de Finnegan, il ne savait pas trop ce que sa mère avait pu lui apprendre. elle n'avait jamais partagé avec lui sa magie. Sauf en ce qui concernait le vent et les instincts. Mais il savait que Finnegan en savait beaucoup plus. Il se méfiait de Finnegan parce qu'elle avait eu accès à ce qui lui était inconnu. Elle avait eu accès à ce qu'il considérait comme la partie sombre de sa mère. Il se méfiait de Finnegan parce qu'elle ressemblait à Madame Ingrid et surtout parce qu'il s'imaginait que si lui avait certaines appréhensions à son sujet, Finnegan devait avoir les mêmes.

Finnegan était loyale. Elle l'avait prouvé lorsqu'elle avait dénoncé les machinations de Madame Ingrid et elle en avait payé de toute ce qu'elle avait. Depuis trois ans, il s'acharnait à lui apprendre à être déloyal quand il le fallait. Et voilà qu'elle se servait de ses propres enseignements pour avoir le dessus. Le hic, c'est que si l'affrontement avait été aurte que fraternel, elle aurait perdu. Mais en même temps, il sent qu'il a bien plus à perdre qu'elle de cet affrontement. Il perd pied et tombe à la renverse et elle lui saute dessus. Elle se met aussitôt à le frapper, à nouveau. Il a beau être capable d'encaisser, elle frappe avec un acharnement qui, à long terme est douloureux. Et la fureur défoulatoire, exacerbé par sa contrariété à lui, transforment tout ça en n'importe quoi. Il ne veut pas vraiment lui faire mal. Mais elle lui fait mal et ça devient insupportable. Il essaie de la retenir, de retenir ses coups, mais elle est rapide et il n'arrive pas à lui saisir les mains.

- Arrête ! Je vais te faire mal Finn ! Je vais te faire mal !

Mais elle ne semble pas l'entendre et continue de frapper, jusqu'à ce qu'elle se fatigue ou que sa fureur passe. Il ne sait pas trop ce qui l'arrête. Il n'a compris que quelques bribes de tout ce qu'elle a pu silencieusement hurler. Mais il a bien compris qu'il n'avait pas le droit. Par contre, il ne saisit pas tout à fait ce dont il n'avait pas le droit. Elle finit par s'affaler sur lui et aussitôt, il la repousse, avant de rouler sur le ventre et de se replier un peu sur lui même.

- Aaaow, grogne-t-il, les bras croisé en travers sa poitrine.

Il prend quelques secondes pour laisser passer la douleur, puis il se remet péniblement sur ses genoux. Il observe un moment Finnegan, interdit. Il a déjà vu chez elle des larmes de douleurs, des larmes d'efforts et une ou deux fois de colère, mais l'entendre sangloter somme ça, c'est la première fois. Il s'assoit à côté d'elle, il ne dit rien, puis il passe un bras autour de ses épaules et l'attire contre lui. Il laisse passer quelques secondes, silencieux. Puis il inspire.

- Je... j'ai pas tout compris... je suis pas certain de comprendre ce que j'avais pas le droit... je suis pas certain de comprendre ces dernières vingt-quatre heures...

C'était une phrase qui n'avait rien d'étonnant avec lui. Il la lançait souvent dnas la compagnie, pour bien leur montrer à quel point il ne suivait rien du tout. Mais jamais il ne l'avait dit avec tant de sincérité. Et jamais il ne l'avait dit parce que effectivement, il n'était pas certains de tout comprendre. Autant il pouvait être menteur en toutes occasions, autant à certain moment, de rares moments, il pouvait faire preuve d'une sincérité qui semblait appartenir à une toute autre personne.
Revenir en haut Aller en bas
Finnegan Sidhe
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 117
Âge : 27
Date d'inscription : 13/04/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand un pas vers le passé amène un pas vers l'avenir. (PV)   Mar 1 Avr 2014 - 0:37

Les 24 dernières heures… Dire qu’elles les avaient tirés d’une réalité à une autre était un doux euphémisme. Qualifier l’existence de sa liaison avec cette femme de squelette dans le placard l’était également. Autant comparer l’attraction terre-lune à celle d’un trou noir.

Peut-être que le meilleur moyen de lui faire passer sa contrariété et sa colère, c’était de lui montrer qu’elle l’était bien d’avantage que lui. Est-ce que l’un ou l’autre avait de meilleure raison de l’être? Il aurait fallu longuement en débattre. Or les débats n’étaient possibles qu’une seule nuit par cycle lunaire, et encore, il fallait que la météo s’y prête. Finn le laissa la prendre dans ses bras. On ne console pas ainsi un petit frère adolescent en le prenant dans ses bras. Même virilement. Mais c’est acceptable pour une petite sœur. Après ce tsunami d’émotion, elle avait besoin de réconfort. Même si le seul réconfort disponible venait de ce petit salaud. Et puis dans le fond, au timbre de sa voix, il apparait qu’il a probablement autant besoin de réconfort qu’elle. De la chaleur humaine. Finn en profita encore un petit instant avant de se dégager avec douceur.

Tu pues… Fit-elle en se pinçant l’arête du nez. Manière de désamorcer une situation qui aurait pu devenir gênante. Elle n’avait plus l’âge de ce genre de spectacle. Enfin, c'est ce qu'elle croyait. Tu aurais dû profiter du savon chez Marion…

Finn s’étira pour ramasser son paquetage et le serra contre elle comme s’il pouvait lui servir de bouclier contre une nouvelle agression. Inutile de souligner que c’était elle qui l’avait plaqué et roué de coup. Il allait avoir des bleus… Espérons qu’ils auront disparu avant que l’ange décide de le déshabiller.

Alors? Demanda-t-elle… Parce qu’habituellement ils avaient toujours fait ce qu’elle voulait. On pouvait croire que c’était l’aîné qui dirigeait mais en fait c’est Sickert qui suivait Finnegan. Tout le monde suivait Finnegan. Qu’est-ce qu’on va faire? Quel choix on a? Elle savait qu’il n’avait pas la réponse à sa question. De la venait sa contrariété. En fait, déduisit-elle, on a plein de choix. Mais aucun qui te conviennes.

Elle se releva, gracieusement, avec peu de geste, et lui tendit la main. Une petite main avec des doigts fins, la peau hâlée par le soleil. Une main de fille. Elle agita les doigts pour l’encourager parce qu’il ne la regardait pas, et lorsqu’elle capta son regards, elle ajouta : C’est pas parce qu’on ne voit pas le bon choix là maintenant qu’il n’existe pas… Faut juste le chercher… Il existe un moment unique où le choix devient évident. On a qu’à rester à l’affut en l’attendant.

Elle avait refusé une couronne. Elle avait choisi de ne pas être celle qu’on choisirait. Aussi dur qu’eut été le choix, c’est elle qui avait choisi. Personne d’autre. Malgré la tentation, l’assurance qu’on lui faciliterait les choses, que c’était naturel et que son destin était tissé dans les fibres de son âme. Finn savait choisir.
Revenir en haut Aller en bas
Sickert
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1246
Âge : 117
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quand un pas vers le passé amène un pas vers l'avenir. (PV)   Jeu 3 Avr 2014 - 0:38



Oui, de la chaleur humaine. C'était bien ça. Sickert a toujours vécu en groupe, même s'il a toujours été un électron libre parmi eux. Il n'a jamais été vraiment seul et les années dans les Wandres, où il n'avait que la compagnie de sa mère étaient pénibles. Surtout très longues. Il avait déniché la compagnie de DuSaule durant ces années là, où, n'y tenant plus, il avait prit ses trucs et il était parti se balader. Enfin, dénicher la compagnie de DuSaule n'était pas exactement vrai. Il leur était carrément tombé dessus, littéralement. Ensuite, il les avait retrouvé chaque fois qu'il en avait envie, ce qui emmerdait joyeusement Elow. Quand Finn s'était exilé, il avait retrouvé la compagnie et ils s'y étaient greffés, mais ils restaient toujours un peu à l'écart. Ils n'étaient souvent que tous les deux. Et s'ils étaient proches, de telles marques d'affections étaient rares. Ça n'arrivait jamais en fait.

Finnegan finit par le repousser et se bouche le nez. Il ne s'offusque pas, Finnegan a le nez très fin et c'est pas parce qu'il s'est nettoyé à fond que les vêtements ont subi le même sort. Même ses vêtements propres étaient tout de même pas lavé au javellisant. Il ne réplique rien, il la laisse se dégager. Il ne la retient pas, mais il reste assis à même le sol, pensif. Il a perdu son entrain habituel, son enthousiasme que le lieutenant Elow trouve si agaçant. Il a la poitrine encore douloureuse et c'est pas un mal. Ça lui permet de savoir que tout ça c'est pas une fabulation. Son Ange était là et il l'a laissé partir. Et pourquoi ? Parce qu'elle lui a demandé. Elle devait réfléchir. Réfléchir à quoi ? À tout ça. Il n'avait aucune idée à quoi il devait réfléchir au juste.

Alors ? Il tourne les yeux vers Finnegan, parce qu'il le fait chaque fois qu'elle bouge. La voir, c'est leur seul moyen de communiquer. Pourtant, il n'exprime rien d'autre que l'incompréhension pour le moment. Comment il a pu la laisser partir ? Les questions suivantes creusent des rides sur son front, soucieux. Il n'en a aucune espèce d'idée. Finn a raison, il a plein de choix, mais rien ne lui convient. Même d'avoir laissé partir son Ange ne lui convient pas. Il l'a fait parce qu'il devait le faire. Il s'était dit que ce serait bien pire s'il la retenait, mais maintenant, il en doutait. Et elle était partie. Son Ange était partie.

Les doigts de Finnegan s'agitent devant ses yeux. Distrait, il reporte son attention sur elle et il la dévisage, confus. Pourtant, ses réflexions sont sensées. Très sensées. En fait, c'est toujours ainsi qu'il a toujours considéré toute sa vie. Un choix à la fois et quand ça vient. C'est tellement évident. Il serre la mâchoire et son air égaré prend une allure résolue.

- Wais, on reste à l'affut.

Il hoche la tête, puis saisit la main de sa soeur et s'en sert comme point d'appui, mais sans s'en servir pour se hisser. Il se retrouve debout et jette un coup d'oeil autour, comme s'il n'était pas certain de l'endroit où il se trouve. Il se gratte la joue, grattant en particulier sa cicatrice sous sa barbe. Il réfléchit, de toute évidence. Il n'y met habituellement pas tant d'efforts. Ou alors c'est seulement moins visible. Et finalement, il décide de ce qu,ils vont faire. Eh ouais, elle lui a demandé ce qu'ils allaient faire. Il répond donc.

- Ouais. C'est ça. On va trouver les renseignements pour ce marchand, puis trouver des infos pour le nord. Après, on fait l'escorte et on trouve quelque chose pour les planter et on va à Soltariel, dit-il décidé, même si c'est exactement ce qui était sommairement prévu. Il s'empare de son sac et se le plante sur les épaules. On va se la couler douce quelques jours. Après, on verra. Sickert donnait toujours l'impression de donner des ordres et de tout décider avec Finn, mais c'était rarement le cas. Tu veux aller au nord ? Il a tout ses effets et il se dirige vers la porte d'un bon pas. On doit commencer par trouver l'entrepôt de ce marchand.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand un pas vers le passé amène un pas vers l'avenir. (PV)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand un pas vers le passé amène un pas vers l'avenir. (PV)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Quand les fantômes du passé reviennent vous hanter.
» Ne laisse pas la tristesse du passé ou la crainte de l’avenir te voler le bonheur du présent. [PV Rose des Vents.]
» Yvendil ou la Sonate du Diable
» Aller vers le passé [PV Chad, Mick]
» Quand les fantômes du passé reviennent à la surface (Pv Derek)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Diantra-
Sauter vers: