Partagez | 
 

 Un voyage vers le nord [MdO 2015]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Oschide d'Anoszia
Humain
avatar

Nombre de messages : 477
Âge : 26
Date d'inscription : 10/02/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29 (Mort)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Un voyage vers le nord [MdO 2015]   Mer 19 Mar 2014 - 23:43




Tout était fin prêt. Les hommes du capitaine de l'armée royale avaient rejoint le port militaire dans la nuit pour éviter toutes les altercations qu'il y aurait pu avoir en pleine journée. Les dieux seuls savaient à quel point plusieurs centaines d'hommes pouvaient causer comme dommage sur leur passage. Mais Oschide avait veillé au grain avec ses officiers. Aucun écart n'était à déplorer, le voyage débutait donc plutôt bien. Du moins, pour l'instant. Comme il l'avait souhaité quelques jours plus tôt, Castielle, l'herboriste qu'il avait engagé était là. Il ne l'avait pas encore vu malgré toutes les tâches qui lui étaient incombées, mais il avait tout de même prit soin à ce qu'elle se trouve sur son embarcation. Pour embarquer le commandement, c'est « l'impartial » qui avait été choisi. Vétéran de nombreux trajets, il présentait tout l'espace nécessaire pour accueillir une telle troupe. Des marins avaient été engagés à la hâte sur ses ordres. A vrai dire, tous les marins disponibles avaient été recrutés sans tarder.

Il ne faisait plus aucun doute que le secret de la destination n'eût été tenu bien longtemps. Oschide avait pourtant fait en sorte qu'il soit divulgué le plus tard possible, mais cela n'importait plus. Le capitaine qui dirigeait l'expédition monta alors sur « l'impartial » et retrouva ses lieutenants alignés sur le pont tandis que les marins s'afféraient aux préparatifs d'appareillage. Un vent doux soufflait sur le pont, mais laissait présager qu'il serait peut-être plus fort une fois en mer. Oschide salua formellement les officiers et entreprit de prendre possession de sa cabine, mais avant il devait s'adresser à eux.


« Que Néera nous protège durant notre trajet », dit-il d'un air solennel avant de se tourner vers le capitaine du navire, « Et vous, veillez à nous ramener en vie je vous prie ».

Le soleil n'apparaîtrait que quelques heures plus tard. Au moins pourraient-ils lever l'ancre à l'abri des regards. Une dizaine d'embarcations avaient été réquisitionnées et tous les navires se mirent en file indienne pour débuter le voyage. Il voyait la scène à travers la petite fenêtre. « L'impartial » était le premier de la file et le resterait surement jusqu'à leur arrivée. Oschide découvrit alors ses affaires qui avaient été entreposées là sur sa demande. Ses habits étaient dans une malle tandis que son armure, nettoyée pour l'occasion, était posée dans un coin. Voilà qu'il partait pour de bon sans possibilité de revenir sur ses traces. Son seul moyen de revenir était de le faire en tant que gagnant, mais en aucune façon comme un perdant. Triompher ou périr, voilà qu'elles étaient ses choix qu'il s'était imposé lui-même.

Même s'il savait qu'on ne tarderait pas à le déranger dans sa cabine, Oschide entreprit de fermer un tant soit peu ses yeux. Le sommeil ces derniers temps lui avait fait défaut et il se sentit comme aspiré dans une baisse de pression. Mais une pensée l'assaillit avant qu'il ne perde conscience. Cette pensée allait pour la jeune femme du nom de Castielle. Tôt ou tard, il lui faudrait la revoir et s'entretenir de nouveau avec elle. Mais avant cela, il lui fallait récupérer ses forces.


Il fit alors un sommeil sans rêve, dénué de toute pensée. Derrière lui, il laissait ses problèmes qui le rattraperaient irrémédiablement un jour ou l’autre. Mais à ce moment précis, Oschide se sentit soulagé et relativement serein. Le soleil ne s’était pas encore levé visiblement. Peut-être n’avait-il du dormir que quelques minutes, mais ces minutes avaient été suffisante et il se devait à présent de retrouver la jeune Castielle. Chose qu’il fit dans la foulée en se décidant à rejoindre le pont qui était peut-être l’endroit le plus à même pour voir du monde.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Haize Sepiida
Humain
avatar

Nombre de messages : 1301
Âge : 118
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un voyage vers le nord [MdO 2015]   Ven 21 Mar 2014 - 2:50



- Moi ? Je peux tout faire. Non, non, vraiment tout. Je suis doué dans toutes les manœuvres. Mais je dois l'avouer, je déteste ramer. Si vous insistez, je préfère les voiles. Lui ? Ben c'est mon apprenti.

Aucune lettre de recommandation, mais les questions habile du recruteur n'avaient pas su percer l'ignorance du type devant lui. Difficile de percer l'ignorance d'un ancien pirate de la trempe de Sickert. Surtout parce qu'au sujet des navires il était incollable. Du moins il y a 8 ans. Mais la marine n'avait pas fait trop de progrès depuis tout ce temps. Il avait mit beaucoup de temps à réfléchir, à se questionner avant même d'oser penser à remettre les pieds sur un navire. Mais pourtant, il y était. Et il était heureux. Oh, il savait que ce serait de courte durée, quelques jours à peine, ensuite, il retournait à la terre, mais ce serait quelques jours de pur plaisir. Du moins si les ordres étaient bien donnés et le capitaine savait y faire.

Enthousiaste et ravi, Sickert avait ait le tour du navire, en début de soirée, la veille, pour inspecter à sa manière. Finnegan sur les talons, il lui avait tout désigner et tout nommé, avec un plaisir manifeste. Le plus beau avait été lorsqu'ils étaient arrivés au pied du mat. Le regard du mercenaire s'était illuminés de plaisir et il avait retiré ses bottes, avant de grimper au mat. Presque huit ans qu'il n'avait pas effectuer cette ascension et si au départ il avait mit l'effort pour retrouver les gestes et la position à adopter, tout s'était rapidement replacé dans son esprit et dans son corps. Sans attendre Finnegan, parce que ça, il devait le faire tout seul. Il avait grimpé le long du mat, puis il avait marché sur les vergues, avant de grimper jusqu'au nid de pie. Durant de longues minutes, il avait embrassé la mer dos au coucher de soleil, parce que la mer Olienne est à l'est... et tout le monde sait que le soleil se couche à l'ouest. Il aurait apprécié son retour... non, son passage à la mer sur l'Eris, mais il n'avait pas encore eu le courage de reprendre la mer sur l'Eris. Et s'il y succombait ? Il avait hésité à se résoudre à passer par la mer pour se rendre à Etherna. Il n'avait pas mit les pieds sur un navire depuis plus de 7 ans et l'idée l'avait tout d'abord terrifié. Et parce que l'idée l'avait terrifiée, il s'était dit qu'il devait passer par-là. Sur l'olienne en plus, pas de danger qu'il croise de ses anciennes connaissances, ni même se ses anciens camarades. Il ferme les yeux et goûte le vent sur son visage. Le vent est bon.

Maintenant qu'il est de retour sur le pont, près de Finn, il se dit qu'il a prit une excellente décision. Il se dit que ce voyage commence très bien. Par la mer, c'est toujours pour lui de bonne augure. Enthousiaste, il ne rechigne pas à la tâche et se montre enthousiaste quand on le place dans les voilures. Il donne son premier cours de voiles à Finnegan. Ensuite, il fait trop noir et ils aident un peu à l'embarquement des marchandises, avant de se trouver un coin pour se repose un peu. Ils font la connaissance d'un vieux marin avec qui Sickert engage la conversation. Amusé, le marins partage même sa gnôle, en secret. C'est uniquement lorsqu'ils entendent les soldats grimper à bord qu'ils quittent leur petit coin de pont pour accueillir les nouveaux. C'est la nuit, mais le matin sera là sous peu. Assis sur la vergue la plus basse, avec Finegan, ils regardent l'arrivée du capitaine, pas celui du bateau, celui qui est à la tête des soldats. Ils écoutent leur petit discours. Sickert ricane.

- Moi c'est pas à Néera, ni au capitaine que j'aurais demandé ça. C'est à l'équipage que j'aurais fait cette demande.

En tant que Capitaine et même en tant qu'amiral, il faisait toujours cette demande à l'équipage, question que chacun se sente concerné par les événements. Le noble se retire dans sa cabine et il ressent une pointe de jalousie. S'il y avait bien quelque chose de plaisant à jouer au capitaine, c'était bien la cabine. Celle du Fossoyeur était petite, mais plaisante.

- J'aimerais bien aller faire un tour dans cette cabine... juste pour me rappeler ce que ça faisait...

Oh, si, il est nostalgique, ce serait stupide et inutile de le nier. Tranquille, serein, il s'allonge sur la vergue, gardant habilement son équilibre. Il ferme les yeux, souriant et goûtant au navire qui tangue doucement. Mais il se redresse rapidement, quand le départ est annoncé. Excité comme un adolescent, il adresse à Finnegan un regard motivé et enthousiaste. Les amarres sont larguées, les voiles sont hissées et les navires quittent les quais, lentement. Machinalement, parce qu'il a fait ça presque toute sa vie, il vérifie qu'aucun cordage n'est torsadé, aucune poulie coincée. Le parfait bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
Castielle
Humain
avatar

Nombre de messages : 170
Âge : 24
Date d'inscription : 13/09/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  32 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un voyage vers le nord [MdO 2015]   Ven 21 Mar 2014 - 18:58

Le trajet jusqu'au navire s'était fait sans encombre, les seuls soucis que Castielle ressentait étaient les craintes de laisser son maître à l'arrière. Adrian l'avait rassuré, lui spécifiait qu'il avait trouvé un jeune serviteur pour lui venir en aide à la boutique et dans la routine de tout les jours. La demi-elfe pouvait donc partir le cœur léger, accompagné de son fidèle Robert. Son maître avait accepté de s'en défaire, puis que ce chien était plus une source de protection pour Castielle lorsqu'elle se baladait dans les rues. Malheureusement pour l'apprentie herboriste, les animaux n'étaient pas autorisés sur l'Impartial, ceux-ci devant prendre refuge sur l'un de navire qui était prévu pour transporter des animaux. La demi-elfe avait soupiré à cette idée, mais il valait mieux faire confiance aux autres sinon il s'agirait d'un long et bien triste voyage!

Avec de la chance, bien qu'elle devina que la capitaine y était pour quelque chose, elle se retrouva sur l'Impartial avec le capitaine Oschide d'Anoszia à son plus grand plaisir... et confort. En effet, elle se serait mal vue se sentir en sûreté parmi autant d'étrangers sur un autre bateau. La demi-elfe s'était familiarisée avec le capitaine et sa présence de la dérangeait pas ou très peu. Elle se sentait drôlement en sécurité lorsqu'elle savait qu'il n'était pas loin.

On lui avait dédié une petite cabine comme logement, ce qui était plus que suffisant! Elle aurait préféré dormir sur le pont plutôt que de partager une pièce avec tout les autres membres de l'équipage, ceux-ci étant tous des hommes. C'était une raison pour laquelle elle aurait apprécié garder Robert auprès d'elle.


-On fait avec ce que l'on a, murmura-t-elle pour elle-même en plaçant ses affaires le mieux possible dans l'espace restreint de son logement.

Castielle n'était pas fatiguée, elle déposa nonchalamment un châle de laine blanche sur ses frêles épaules, puis décida de monter sur le pont afin d'admirer le bleu de la mer Olienne. Ses longs cheveux étaient attachés sur sa nuque par un ruban bleu qui semblait scintiller sous le ciel légèrement éclairci bien qu'on aperçut pas encore le soleil se lever à l'horizon.

La demi-elfe s'aventura sur le pont, personne ne semblait remarquer sa présence. Elle s'approcha doucement de la rambarde, puis s'accouda à celle-ci tout en admirant ce qu'elle voyait devant elle. Bien sûr, il 'y avait rien d'autre que la mer, mais cette vue était extraordinaire pour une femme qui n'avait jamais quitté la terre ferme. Une brise lui caressa doucement son visage alors qu'elle fredonnait un petit air accompagné par le son des vagues qui fouettait machinalement le navire. Elle resta un moment ainsi jusqu'à ce qu'elle entende des pas dans son dos.

Castielle se retourna pour faire face au visiteur.
Revenir en haut Aller en bas
Finnegan Sidhe
Humain
avatar

Nombre de messages : 168
Âge : 28
Date d'inscription : 13/04/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un voyage vers le nord [MdO 2015]   Sam 22 Mar 2014 - 1:29

La mer était pour Finn une chose vaste, belle et brillante qui habite l’horizon et définis une limite; la limite de son univers. C’est une évidence, il n’a pas l’aisance de son frère. Oh, il a navigué. Il n’a pas son pareil pour diriger un canot dans le courant, pour déplacer un radeau et trouver son chemin entre les pays flottant des marais… Mais ça… Ça c’était différent.

On l’avait engagé comme faisant partie d’un lot. Rapidement, sans trop y regarder, attiré par les qualifications de son frère. Sickert s’était efforcé de l’initier à son univers. Tout un vocabulaire lui avait submergé les oreilles et il n’avait évité de s’y noyer que lorsque Sickert lui avait montré à grimper au mat. Grimper au mat, se déplacer sur les vergues, c’est un peu comme grimper aux grands arbres qui dansent dans le vent. L’entendre parler de voile et de vent avait été une révélation. Stupéfait, pour la première fois, Finnegan avait vu son frère porter un intérêt véritable à ce qu’il faisait. De l'amour? L’expérience lui fit mal comme un couteau qu’on remue dans la plaie.

Finn était un terrestre. Pas Sickert. Sickert avait pour mission de le ramener dans les Wandres ou de l’assassiner s’il ne parvenait pas à lui faire entendre raison. Pourtant il avait choisi une autre voie, il avait choisi de le suivre, lui, sur terre. Ce n’est qu’à bord de l’impartial que Finnegan prit la réelle mesure du sacrifice que son frère avait accepté. La méchante petite voix de l’expérience lui soufflait qu’il n’était probablement pas la seule raison de Haize Sepiida de rester à terre, mais il restait sensible à sa solidarité actuelle.

L’important était qu’ils n’oublient pas la véritable raison de leur présence à bord. Le capitaine attendrait son rapport et Sickert avait toujours eu tendance à perdre de vue leurs objectifs.

Finn s’était porté volontaire pour ce quart. D’abord parce qu’il avait été forcé de délaisser une partie du costume qui le dissimule et parce que les embruns délayerait infailliblement la crasse dont il se servait comme d’un cosmétique. Ses subterfuges ne tiendrait pas devant un examen approfondit sous le soleil. La nuit, au contraire, assurait sa discrétion et sa complicité. Elle était également plus propice au furetage un peu partout et à l’accès aux données sensibles de le future campagne de cette troupe. En outre, le jour, personne ne s’étonnerait de voir un insignifiant membre de l’équipage, le mousse, somnoler en écoutant les conversations des hommes faisant partie du commandement. C’était idéal.

Il n’y avait qu’une chose qu’ils n’avaient pas prévue. Finn était perplexe. Physiologiquement perplexe. Avec une petite chaleur sur la nuque que même la brise fraiche ne pouvait chasser. Il n’avait pas vraiment la nausée. Mais il avait l’impression que sa digestion lui faisait défaut. Discrètement parce qu’il ne voulait pas faire honte à son frère le maître des voiles, d’une main aux doigts long et fin, il étouffa un haut le cœur. Comme s’il rotait du savon. Il prit une profonde inspiration. Il avait tenu tout le quart mais le roulis de la mer avait sapé ses dernières résistances.

Finnegan se laissa tomber de la verge la plus basse, traversa le pont en courant et se pencha par-dessus le bastingage en bousculant presque la femme qui se trouvait là pour vomir bruyamment.
Revenir en haut Aller en bas
Oschide d'Anoszia
Humain
avatar

Nombre de messages : 477
Âge : 26
Date d'inscription : 10/02/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29 (Mort)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un voyage vers le nord [MdO 2015]   Sam 22 Mar 2014 - 12:31


Quelques pas encore et le capitaine de l'armée royale se retrouverait sur le pont supérieur, étage réservé aux officiers et au capitaine du navire. Du fait de leur départ, le pont était relativement plein. Plusieurs lieutenants faisaient part de leur expérience maritime et un autre avait pris son quart pour conduire « l'impartial ». Il n'y avait aucune trace du vieux capitaine qui devait les emmener, mais Oschide avait cru le voir analyser des cartes en remontant sur le pont. Qu'à cela ne tienne, il était désormais le plus haut gradé. Il adressa alors un bref salue à ses hommes et prit la direction de la rambarde pour avoir une vue sur le pont principal.

Celui-ci était imposant et plutôt long, mais après tout, il était sur un navire de guerre, appartenant qui plus est au Roy. Rien à voir avec les navires de son père qu'il empruntait à Velmonè. Non, cela n'avait rien à voir. Le capitaine jeta un rapide coup d'œil derrière pour tenter de distinguer la terre, mais elle n'était plus là ou presque. Seuls quelques points lumineux apparaissaient au loin, celles du port qu'ils avaient laissé se dit-il. Il lui restait à présent à retrouver Castielle dans cet amas de marins.

Il vit alors celle qu'il recherchait et qu'il n'avait encore pu voir depuis leur dîner au fort. Debout, proche de la rambarde, elle fixait l'horizon et semblait imperturbable. Affublé d'une laine blanche, il discerna également un fin ruban bleu qui lui attachait les cheveux. Sous cette infime éclaircie qui annonçait le lever de soleil, un léger frisson s'empara de lui. Mais au moment où il entreprit de la rejoindre, un jeune homme vint bousculer la jeune femme pour dégobiller par-dessus la rambarde.

Il ne lui fallut que très peu de temps pour se précipiter jusqu'à eux afin de voir quel était-ce marin qui avait osé bousculer Castielle pour vomir. Oschide vint se mettre aux côtés de la jeune femme et attendit que le jeune marin se retourne pour lui passer une gueulante.


« N'avez-vous donc pas vu cette personne lorsque l'envie de déglutir vous est passée par la tête ? »
, son ton se voulait sévère, « Répondez, vous ! c'est à vous que je parle. Ne me dites pas que vous posez vos pieds pour la première fois sur un navire ? Si c'est le cas, je demande à ce que vous ne soyez plus jamais de quart ».

Son intention fut alors d'aller avertir le vieux capitaine pour lui faire part d'une erreur de recrutement. Il était hors de question que des marins inexpérimentés mettent leurs pieds sur ses navires. L'enjeu était trop important pour qu'une simple tempête en mer Olienne, même si elles étaient rares, les fassent tuer par la faute de marins d'eau douce. Aucun marin expérimenté n'aurait pu avoir le mal de mer, ce jeune blondinet venait de se trahir tout seul. Son regard se porta de nouveau vers Castielle et il tenta de paraître rassurant.

« Faites, vos excuses à cette demoiselle, nous verrons plus tard ce que vous coûtera votre impolitesse ».

Sa réaction était peut-être un peu disproportionnée vis-à-vis du jeune homme. Mais il ne pouvait supporter qu'on bouscule la jeune femme comme ça, surtout si c'était pour vomir juste à côté.

« Vous a-t-il fait mal Castielle ? », demanda-t-il à la jeune femme.

Il n'avait pas pu voir si le jeune marin l'avait vraiment bousculé violemment, mais il attendait dès lors que le blondinet se retourne pour s'excuser. Peut-être qu'après ça, il s'apaiserait quelque peu.
Revenir en haut Aller en bas
Haize Sepiida
Humain
avatar

Nombre de messages : 1301
Âge : 118
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un voyage vers le nord [MdO 2015]   Sam 22 Mar 2014 - 14:49


Dans les vergues, grimpant et redescendant , Sickert s'amusait follement. Il n'avait pas effectué ce genre de tâches depuis plus de huit ans et si sa forme physique était redoutable, ces geste avaient moins d'aisances que jadis et une nuit passé à travaillé avaient rendu certains muscles sensible. Mais c'étaient une excellente douleur. Le genre de douleur qui le satisfaisait pleinement. Malgré qu,il se retrouve nettement plus haut que son petite frère, il ne le quitte pas vraiment des yeux, question de toujours savoir où il est. Il sait bien que Finnegan avait été catapulté, dans son sillage, sur le navire et que ce n'était pas le bref résumé d'un navire qui allait le rendre marin expérimenté. Et puis, il avait bien spécifié au recruteur qu'il était son apprenti. Mais ils manquaient de toute évidence cruellement de marins. Très peu de marins appréciaient de se retrouver avec des soldats de terre... ça entraînaient toujours des conflits parce que chacun tentaient d'empiéter sur le boulot des autres. Les soldats n'aimaient pas trop se faire donner des ordres par les marins et vice versa. Sickert, lui, s'en moque. Il connait les navires, en général et celui-ci, il le découvrait. C'était nettement plus gros que le Fossoyeur, mais c'était moins malléable. Il entendit soudainement dégringoler juste sous lui et il jette un oeil pour voir Finnegan sauter sur le pont et se précipiter vomir par-dessus la rambarde. Oh... il n'avait pas prévu ça. Mais ce n'est pas étonnant en y réfléchissant bien. S'il lui avait bien expliqué tous les aspects d'un navire, il n'avait rien dit du mal de mer. Et même s'il l'avait expliqué, on ne pouvait constater l'efficacité que lorsqu'on y était confronté. Avec une élégance téméraire, Sickert dégringole du mat centrale, et se pose sur le pont au moment ou le capitaine des soldats s'interpose. Il n'aime pas qu'un gradé s'approche de Finnegan, surtout pas contrarié. Mais en même temps, c'était un bon moyen de cueillir des infos. Il retire son manteau, et tire une ficelle rude et rêche de ses poches, avant de la torsader et de se précipiter vers le trio, question de sauver son frère. Il s'impose avec l'aisance d'un gredin, souriant. Il détaille la demoiselle de la tête aux pieds, d'un air appréciateur et il tend la ficelle à la demoiselle, ignorant superbement le capitaine des soldats.

- Mademoiselle, dit-il, lui cédant la ficelle nouée de manière à reconnaître hors de tout doute une fleur, pardonnez à mon apprenti, je veillerai à ce que ça ne se reproduise pas, peut-être ai-je été négligeant sur sa résistance au roulis après une nuit de dur labeur, dit-il, ponctuant ses excuses d'un sourire remarquable.

Il jette son manteau sur les épaules de son frère, et lui frictionne les épaules, pour le garder au chaud.

- Fixe l'horizon, les étoiles, la lune, un point fixe hors du navire. Ça va passer. Ensuite, reste au centre du navire. Je verrai avec le maître d'équipage à ce que tu restes aux pieds des mats, dit-il d'une voix douce, presque paternelle, reniant tout ce que vient de dire le capitaine des soldats.

Puis il se retourne vers le capitaine des soldats, qu'il détaille, tout comme la demoiselle, de la tête aux pieds, mais il n'y a rien d'appréciateur, c'est du pur jugement. Pourtant, après quelques secondes, il hoche la tête et semble juger que ce qu'il voit lui convient.

- Ce que lui coûtera son impolitesse ? C'est le contraire, c'est ce que ça lui coûte qui a provoqué l'impolitesse. Si mademoiselle demande réparation, je suis bien prêt à prendre la place de mon apprenti. Il se tourne vers la demoiselle en question et lui adresse un autre de ses sourires rayonnant. Sickert, dit-il, à son adresse, vous n'avez qu'à demander, dit-il en inclinant la tête.


Revenir en haut Aller en bas
Castielle
Humain
avatar

Nombre de messages : 170
Âge : 24
Date d'inscription : 13/09/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  32 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un voyage vers le nord [MdO 2015]   Dim 23 Mar 2014 - 3:55

Par réflexe, Castielle recula d'un pas tout en hoquetant de surprise lorsqu'une figure blonde se précipita près d'elle afin de finir la tête par dessus la rambarde. Si elle n'avait pas reculer suffisamment, elle se serait certainement prit une épaule dans le corps. Les sons typiques d'une personne atteinte de nausées sévères parvinrent à ses oreilles et Castielle ne put s'empêcher de regarder curieusement ce passager qui laissait ces entrailles se déverser dans la mer. La demi-elfe étant d'une nature compatissante envers ceux qui souffraient, elle eut envie de s'approcher de cet pauvre passager et lui caresser gentiment le dos pour l'aider à faire passer son malaise, cependant...

La demi-elfe entendit des pas vifs et bruyants dans son dos. Étonnée, elle se retourna seulement pour presque se retrouver nez à nez avec le capitaine d'Anoszia. Il se plaça à ses côtés. Plus près que la bienséance ne le demandait. Castielle aurait voulut saluer le capitaine, mais celui-ci était déjà en train de s'en prendre sévèrement au pauvre blond. L'herboriste jeta un regard contrit vers le blond, celui-ci semblait aussi confus qu'elle. Le fait que le capitaine semblait s'inquiétait autant sur son compte la fit rougir légèrement, puis elle baissa docilement les yeux lorsqu'il porta son attention directement sur elle.


« Faites, vos excuses à cette demoiselle, nous verrons plus tard ce que vous coûtera votre impolitesse », s'emporta le capitaine.  « Vous a-t-il fait mal Castielle ? », demanda-t-il ensuite à la jeune herboriste qui leva finalement les yeux vers lui.

Bien que le soucis qu'il semblait se faire à son sujet lui réchauffait le cœur, Castielle ne pouvait le laisser la défendre ainsi comme si elle aurait été une véritable dame. Elle ne comprenait pas pourquoi un noble de son calibre se permettrait de venir à son secours ainsi. La demi-elfe ne le méritait pas, elle était bien indigne de telles attentions.

-Je vais bien, Capitaine, lui répondit-elle en rougissant dans l'ombre. Toutefois...

L'apprentie herboriste n'eut pas le temps de finir sa phrase, car un homme à la démarche décontractée se dirigea vers eux. Son regard peu discret glissa sur elle d'une façon qu'elle apprécia très peu. Ce qu'elle apprécia moins était la façon dont cet homme ignora royalement le capitaine à ses côtés. Castielle jeta un oeil hésitant sur ce qui avait été autrefois une ficelle toute simple, mais qui avait prise la forme d'une fleur rêche. Elle accepta le présent d'une main tremblante, avant de faire un petit pas vers l'arrière, se cachant presque derrière le capitaine. Heureusement qu'il faisait encore nuit, elle ne voulait pas que ces hommes remarquent la rougeur de ses joues.

Cet étrange personnage lui lança des excuses avec un grand sourire. Elle n'avait jamais aperçut un homme avec une telle assurance auparavant, cela qui la laissa fortement confuse dans la façon dont elle devait réagir à une telle intrusion. Elle aurait simplement voulu admirer la mer...

Il jeta ensuite son manteau sur les épaules du jeune blond, les lui frictionna vivement. Certainement pour le réchauffer. L'étrange individu considéra ensuite le capitaine d'une façon qui prit Castielle au dépourvu. Non seulement, son observation n'était pas discrète du tout, mais il jugeait complètement Oschide ouvertement. Il hocha même la tête de manière insolente!


La demi-elfe se méfia à nouveau de l'homme lorsque celui-ci se tourna vers elle pour finalement lui dire son nom. Castielle le considéra un moment en silence. Tout ce que semblait vouloir cet homme était de prendre bien soin de son apprenti, semblait-il. Son propre maître aurait probablement fait la même chose pour elle, mais certainement de manière moins insolente et décontractée!

-Les besoins involontaires du corps ne peuvent être contrôlés aisément, déclara Castielle en jetant un regard compatissant vers le blond. Elle se tourna ensuite vers Oschide. Capitaine, ne soyez pas en colère contre cet homme, n'est-il pas mieux de me bousculer un peu et de se soulager dans la mer, plutôt qu'à mes pieds ou encore sur ma robe?

Castielle était loin d'être dédaigneuse, mais nettoyer soigneusement sa robe par la suite, au milieu de la mer, cela n'aurait pas été une tâche très facile.

-Pardonnez à ce garçon, ce n'est pas de sa faute, ce n'est pas comme s'il m'avait jeté par dessus bord, ajouta-t-elle ensuite avec un sourire moqueur.

Elle observa les trois hommes à tour de rôle, puis s'approcha tranquillement du blond dont elle saisit le menton avec un doigt et l'obligea à lever la tête vers elle. Castielle lui offrit un sourire affable, puis sortit un mouchoir qu'elle dissimulait toujours dans sa manche gauche. Elle essuya la bouche de jeune homme d'une manière presque maternelle, replia ensuite le tissu sur lui-même, puis le posa dans la main du blond.

-Écoutez les conseils de votre maître, je suis certaine que votre nausée se dissipera rapidement ainsi, cependant, si vous vous sentez encore aussi mal, j'ai peut-être une petite concoction dans mes affaires qui pourrait vous aidez à calmer votre estomac.

Castielle se redressa, puis retourna ensuite aux côtés du capitaine tout en gardant une distance raisonnable de celui-ci.

-Puisque qu'il semble que je dois demander réparation, alors, monsieur Sickert, auriez-vous le plaisir de m'apprendre comment vous avez noué cela? dit-elle en dévoilant la ficelle nouée en forme de fleur dans le creux de sa main. Est-ce que je peux faire cela avec des rubans?
Revenir en haut Aller en bas
Finnegan Sidhe
Humain
avatar

Nombre de messages : 168
Âge : 28
Date d'inscription : 13/04/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un voyage vers le nord [MdO 2015]   Mar 25 Mar 2014 - 1:14

Personne n’a l’air particulièrement vaillant lorsqu’il est incommodé par le mal de mer. Les genoux mous, la peau blanche, moite et cireuse, presque verdâtre, les mains tremblantes… Les traits de Finn qui affichait habituellement une expression renfrognée ou sarcastique, s’étaient mués en quelque chose de vulnérable et de doux, trahissant son jeune âge ou peut-être sa véritable nature. Il toussa une dernière fois, crachant ce qu’il pouvait pour se débarrasser des derniers résidus. L’effort lui avait tiré quelques larmes et faisait briller ses yeux dans le crépuscule de l’aube. En cet instant on aurait pu le renverser d’une pichenette.

Ça faisait du bien. Son estomac calmé, Finn leva des yeux larmoyant vers l’homme qui l’admonestait. Sur sa figure silencieuse son expression se transforma. Finn avait perdu la voix mais on pouvait lire ses émotions sur son visage. Comme un livre ouvert. À cet instant précis, on pouvait y lire de l’incompréhension pour la dureté de la réprimande. De la dignité dans l’épreuve. Le sentiment d’être injustement traité mais surtout le jugement pour un homme qui s’en prend injustement à plus faible ou moins bien loti que lui. Fautif. Ce gamin qui paraissait tout juste sorti de l’enfance le jugeait, lui, pour ne trouver à s’imposer à lui que par des reproches immérités. La vérité est qu’il ne pouvait pas avoir l’expérience de la mer. C’était une évidence : on n’a pas son brevet de matelot à cet âge. C’est pour cette raison que les vaisseaux engagent des mousses. À sa décharge, Finn faisait un mousse plutôt âgé, même en apparence.

Pas un filet de voix ne franchit ses lèvres mais il était évident que le ton aurait été ferme et cinglant. Pas du tout celui d’un subalterne. C’était bien le principal défaut de Finn. À titre d’éclaireur gravitant autour de la troupe de mercenaire, le capitaine n’était toujours pas parvenu à lui inculquer des notions de hiérarchie. La discipline? Toujours! Finn respectait la discipline. L’autorité par contre lui était une chose inconnue. Le comportement de Sickert n’était pas pour arranger les choses, évidemment.

Son expression aurait pu en faire reculer de plus hardi.

Alors Sickert s’interposa, le drapa de son manteau, et fit écran pour accomplir ce qu’il faisait le mieux: dissimuler. Miroir et fumée. Une ficelle se transforma en fleur, sa verve se catalysa en excuses entretissée de compliments, et alors que l’elfe subjuguée tempérait elle-même la situation, il vola l’initiative au capitaine. Seul Sickert pouvait désamorcer une bataille avec une leçon sur l’art de nouer des rubans.

C’était bousculer un peu la dame ou vomir sur le pont. L’un aurait été plus salissant que l’autre et c’était sans compter ce délicieux spectacle et l’odeur… En outre, le roulis de la mer qui l’avait rendu malade et qui faisait danser le vaisseau sur l’onde aurait eu tôt fait d’étendre la flaque avant qu’on trouve un seau pour laver le pont à grande eau. Les proportions de l’incident s’étaient trouvées considérablement réduite par sa décision empressée de bousculer la dame.

Il aurait dû s’éclipser comme il le faisait toujours. C’était leur tactique. Pourtant la force de caractère de Finnegan n’était pas passée par-dessus bord en même temps que le contenu de son estomac. Cet homme s’énervait, provoquant une tempête dans un verre d’eau. Soit! Finn ressentit le besoin de se mettre au diapason.

Finn se glissa entre son frère et l’homme de haute stature. C’était bien la seule chose qu’il pouvait faire pour attirer son attention. Il fit glisser le manteau de ses épaules, le plia posément et le tendit à son propriétaire. Ce geste était empreint de dignité et pourtant ce n’était qu’un cache poussière défraichi. Finn posa ses poings sur ses hanches, fit un pas en avant le menton haut, brave, tellement brave, et apostropha le capitaine, du-t-il se trouver aux fers à fond de cales.

« .. …. … …….? »
Ce qu’il m’en coutera? répéta-t-il en articulant avec une telle emphase que ses mots étaient intelligible même pour quelqu’un qui n’avait pas l’habitude de lire sur les lèvres. « …. ….. .. ……… … .. .. …. …… ….. .. … …..? » Quel genre de C-a-p-i-t-a-i-n-e est-ce là pour abuser ainsi de son droit? articula-t-il en ponctuant sa phrase par un méchant coup de doigt sur la poitrine de l’homme qui ne le dominait que par sa haute taille. «.. .... ... ........? .. .. …. ……… … …..! » Ce qu'il m'en coutera? Je ne vous laisserai pas faire! Martela-t-il avec ferveur.

Et comme si ce n’était pas suffisant, l’adolescent lui tourna le dos sans lui accorder plus d’attention. Il fit face à l’elfe. Finn s’était laissé faire docilement et avait accepté le mouchoir de… Castielle? Il l’avait appelée ainsi. C’était un geste bienveillant et c’est une chose rare quand on vit au cœur d’une troupe de mercenaire. Faute de pouvoir lui offrir son nom, l’adolescent posa sa main sur son cœur et s’inclina cérémonieusement pour la remercier de sa sollicitude. Il lui démontrait le respect qu’il avait refusé au capitaine. « .. …. …….. …… ……….. …. .. …….. » Je vous remercie d’être intervenue pour me défendre. Il lui dédia un pauvre sourire. « … ….. … … ….. .. .. …….. …….., …. …. ……. » Cet homme est mon frère et je m’appelle Finnegan, pour vous servir. Et il le pensait vraiment.

L’adolescent faisait des efforts visibles pour se contenir et éviter d’autres débordements; une nouvelle vague de nausée semblait sur le point de le submerger.
Revenir en haut Aller en bas
Oschide d'Anoszia
Humain
avatar

Nombre de messages : 477
Âge : 26
Date d'inscription : 10/02/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29 (Mort)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un voyage vers le nord [MdO 2015]   Mer 26 Mar 2014 - 14:22


Oschide avait dû supporter l’arrivée impromptue de celui qui se trouvait être le maître du jeune blondinet. Il vit, de façon navrante, celui-ci offrir un bout de ficelle à Castielle. La jeune femme n’avait visiblement pas été très choquée par ce qui venait de se passer. Sa gentillesse n’avait d’égale qu’elle, et pourtant l’apprenti en tort vint lui faire face en lui exprimant un regard des plus fâchés et belliqueux. Le capitaine était prêt à lui ordonner de baisser son regard tout de suite, ne supportant pas une seule seconde qu’un simple matelot ait pu avoir le culot de lui faire front. Mais il changea d’avis aussitôt lorsque le blondinet se mit à geindre et à rugir de façon à ce qu’aucuns mots ne puisse sortir de sa bouche. Dans un premier temps, Oschide eut la sensation que le jeune homme se payait sa tête. Si cela avait été le cas, alors aucun-doute que le capitaine lui aurait administré un brusque coup.

Cependant, il avait continué à geindre et Oschide comprit aussitôt qu’il était atteint de mutisme. Les seuls qu’il avait connu atteint de ce problème avait été des hommes à qui on avait coupé la langue pour leur méfaits. Cela aurait été très surprenant qu’un garçon aussi jeune ait pu subir une telle sentence. Son expression se radoucit quelque peu. Il ne pouvait continuer à s’affronter contre un infirme, de quoi aurait-il eu l’air, surtout devant Castielle qui éprouvait visiblement de la peine pour ce petit. Le capitaine se tourna alors vers le matelot qui avait rejoint la rambarde.


« Si ce jeune homme est assuré de ne pas s’étouffer avec ses paroles, tâchez de faire en sorte qu’il ne s’étouffe pas une nouvelle fois en déglutissant sur le pont ou par-dessus bord », dit-il assez sèchement, « Maintenant, retournez à votre poste et que je n’entende plus parler de vous deux ».

Son ton était catégorique et ses mots ne demandaient aucune réponse de la part de ces deux matelots. Il les avait suffisamment vus, maintenant, il voulait s’entretenir en tête avec la jeune femme. Préférant ainsi ne pas avoir à sermonner une nouvelle fois ces membres de l’équipage visiblement très nuancés dans leurs compétences.

« J’aimerais pouvoir m’entretenir seul à seul avec vous, Castielle. Si cet homme est pardonné, laissons-les travailler sur le pont et montons dans ma cabine je vous prie ». dit-il assez calmement à la jeune femme pour ne pas paraître trop autoritaire.

En vérité, il était encore quelque peu énervé pour ce qui venait de se produire. Mais peut-être qu’après tout, l’indifférence valait mieux que la véhémence. Tandis qu’il arpentait les escaliers accompagné de le jeune femme, il eut envie de faire de s’excuser auprès d’elle. Il ne savait pas comment elle avait pu prendre son action. Même s’il avait pensé bien agir, la réaction de la jeune femme vis-à-vis du blondinet lui avait paru surprenante. Une femme issue de la haute noblesse se serait indignée en voyant cela. Mais Castielle n’était pas une noble et il n’en souvint que trop tard peut-être.

« Pardonnez-moi si vous m’avez trouvé trop brut avec cet homme. Mais un navire doit embarquer avec lui des hommes doté de discipline et de rigueur. L’amateurisme ne pardonne pas, Castielle, j’ai entendu trop de mauvaises histoires à propos de naufrage dus à l’incompétence de son équipage. Je ne veux pas que ça se produise pour nous, comprenez-vous ? »

Sur ce, ils arrivèrent sur le pont supérieur et franchirent tous deux la petite porte servant à relier le pont aux cabines des officiers. Celle de Castielle devait se trouver à l’étage inférieur, à l’étage réservé aux quelques gardes qu’il avait embarqué avec lui et aux membres de l’intendance qui le suivait. Les matelots, eux, dormaient soit sur le pont ou soit dans les câles. Aucun doute que le confort devait être plus ou moins relatif par rapport à leur cabine, mais cela lui importait peu. Ils arrivèrent tous deux dans sa cabine et Oschide l’invita à se joindre à sa petite table. La houle les faisait chavirer une fois à droite puis une fois à gauche, mais ce n’était pas encore très gênant. Très furtivement, avant d’ouvrir la conversation, Oschide posa les yeux sur la jeune femme. Il n’avait pas encore eu l’occasion de la regarder distinctement depuis leur séparation. L’embarquement, puis l’altercation sur le pont l’en avait empêché, il pouvait enfin l’admirer.

« J’ose espérer que vos jours au fort ont été agréable. Je regrette de ne pas avoir pu vous voir avant maintenant, mais des tâches importantes m’attendaient. Comment trouvez-vous la mer, Castielle ? »
, demanda-t-il comme pour essayer d’effacer l’imprévu du pont.

Sans s’en rendre compte, ses yeux étaient alors plongés dans les siens. Il ne laisserait s’échapper aucune des paroles de la jeune femme, mais seuls les dieux savaient ce qu’il adviendrait de la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Haize Sepiida
Humain
avatar

Nombre de messages : 1301
Âge : 118
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un voyage vers le nord [MdO 2015]   Jeu 27 Mar 2014 - 1:14



Sickert s'amuse follement. Ce type est un capitaine terrestre sur un navire. Il y a un capitaine marin et il se trouve face à un ex-capitaine et ex-amiral. Sickert sait très bien que les terrestres et les marins ne s'entendent pas. Les terrestre ont égo démesuré. Lui également, mais bon, lui au moins, il ne se vantait pas de savoir mieux qu'un marin quoi faire sur un navire. De toute manière, il s'en fiche, le capitaine terrestre vient de se faire démolir à coup de fleurs de ficelles et d'une demoiselle très charmante. Il ne traduit pas la véhémence de Finnegan contre le capitaine, bien que ce soit éloquent et aussi digne que peut l'être son cadet. Même sans voix, il a l'éloquence et la dignité de son statut. Madame Ingrid avait fait un fichu gâchis, avec ses deux enfants. Par contre, il traduit gracieusement ce que son petit frère adresse à la demoiselle.

- Il vous remercie de vous portez à sa défense, traduit le marin d'expérience à la demoiselle, adoptant la même sincérité, lui se contentant d'incliner respectueusement la tête, plutôt que de poser une main sur son coeur. Il se nomme Finnegan, pour vous servir et nous sommes frères, dit-il en dépliant et en redéposant affectueusement son cache-poussière sur les épaules de son cadet.

Le sourire de Sickert se crispe un peu lorsque le capitaine terrestre méprise ouvertement le mutisme de Finn. Mais il serre légèrement les épaules de son frère, pour l'enjoindre au silence. Enfin, manière de parler. Mais s'il s'accroche à son frère, c'est surtout pour éviter de défoncer le noble visage du capitaine terrestre à coup de poings. Mais s'il pensait ne plus entendre parler d'eux, le terrestre se trompait. Il reporte son attention, bien plus agréable, sur la prénommée Castielle et lui adresse un sourire rayonnant.

- Si vous avez besoin de quoique ce soit, Dame, vous n'avez qu'à demander, nous ne serons pas loin. Il vous suffira de venir nous dénicher près des mats, nous y serons. Et si vous arrivez à dénicher un ruban, je vous apprendrai volontiers la technique et l'art des noeuds. J'y mettrai tous mes temps de repos si vous le désirez. C'est un art fascinant, explique-t-il, ravi de pouvoir satisfaire la dame de cette manière. Une adorable créature, toute en gentillesse et en douceur. Dame, dit-il en la saluant lorsque le terrestre décide de prendre congé.

Le hic, c'est que pour retourner aux mats, ils doivent suivre le couple sur une petite distance, mais tout de même assez longue pour que Sickert se crispe lorsqu'il entend le terrestre parler de l'incompétence de l'équipage. Il se fige sur place et se retourne d'un bloc et adresse un regard assassin au capitaine terrestre.

- Tu vois Finn, ça c'est faux. Il y a des marins incompétents, avoue-t-il de bonne grâce, mais si tout un équipage est incompétent, le problème, c'est pas l'équipage, c'est le capitaine, clame-t-il, à voix nettement plus haute que nécessaire pour ne s'adresser qu'à son frère. Il lève la tête vers la dunette et salue le capitaine du navire qui s'est penché vers le pont. Oh, je suis certain que vous êtes très compétent, Capitaine, je parlais en général, tout un équipage ne peut pas être incompétent en même temps.

Il y a quelques hochements de tête parmi les marins. Et peut-être même les soldats, mais ceux-ci sont discret. Typique. Le Capitaine du navire se contente d'hocher la tête et retourne à sa barre. Rayonnant, Sickert reporte son attention sur son frère et l’entraîne au pied du mat central.

- Tu vois, ça c'est la grand-vergue, celle-là, la vergue de misaine, informe-t-il en pointant tout ce qu'il énumère, avant de nommer ensuite toutes les voiles, une après l'autre et en expliquant toutes leurs particularités, ainsi que toutes les manoeuvres que ça implique. Et Sickert a cette faculté à expliquer, tout en prêtant main forte, comme si tout ça c'était une seconde nature. En fait, c'est le cas. Il s'assure de rester le plus possible au centre du navire. Au centre, la houle est moins prononcée.

Il ne croit pas que Finnegan arrivera à tout retenir en un coup, mais l'écouter occupera son esprit à autre chose qu'à la houle. À un moment, Sickert lève la tête et semble écouter, mais il n'écoute rien. Il a à peu près cet air lorsqu'il va annoncer que le vent tourne.

- Le vent tourne. Le Capitaine... enfin, le maître d'équipage et le maître voilier devraient l'annoncer sous peu.
- EMBRAQUER LES ÉCOUTES, TRIBORD,  SOUS LE VENT ! braille le maître voilier.

Sickert hoche la tête, souriant et satisfait. Il se précipite à tribord pour aller aider les autres matelots à border les voiles demandées. Non, aucune voile n'a été nommés, mais ils savent tous sur quelle manœuvre tirer.
Revenir en haut Aller en bas
Castielle
Humain
avatar

Nombre de messages : 170
Âge : 24
Date d'inscription : 13/09/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  32 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un voyage vers le nord [MdO 2015]   Dim 30 Mar 2014 - 18:55

La demi-elfe avait jeté un regard attentif sur le blond et le capitaine au cours de leur échange qui semblait être à sens unique. Le garçon tourna finalement le dos au capitaine, puis s'approcha d'elle. Il posa sa main sur son cœur puis s'inclina poliment vers elle. En l'observant, Castielle ne put s'empêcher de voir un adolescent devant elle, mais quelque chose dans son regard la laissa perplexe. Peut-être était-elle seulement habituée d'être entourée par des hommes d'âge mûr. Ses lèvres se mirent à se mouvoir à un débit acceptable et Castielle fronça les sourcils sous sa concentration. Elle manqua quelques mots, mais elle avait saisit l'essentiel de son message en regardant les lèvres de l'adolescent. Toutefois, elle hocha doucement la tête vers le dénommé Sickert lorsque celui prit la peine de traduire le message de son petit frère.

Elle rougit violemment lorsque celui-ci daigna de l'appeler «Dame» à plusieurs reprises. Castielle n'était pas digne d'un tel titre et elle voulut sincèrement le corriger sur son erreur, cependant, le capitaine se fit entendre. Sa voix était calme, mais elle entendit un discret tintement agacé, certainement causé par son altercation avec les deux matelots.


« J’aimerais pouvoir m’entretenir seul à seul avec vous, Castielle. Si cet homme est pardonné, laissons-les travailler sur le pont et montons dans ma cabine je vous prie »

Légèrement surprise qu'il ne le lui ai pas ordonné directement, elle hocha la tête à son égard et fit une petite révérence vers Finnegan et Sickert, un sourire affable ourla ses lèvres rosées, puis elle suivit le capitaine telle une ombre. Ils se dirigèrent vers la cabine de celui-ci dans un bref silence que Oschide combla rapidement.

« Pardonnez-moi si vous m’avez trouvé trop brut avec cet homme. Mais un navire doit embarquer avec lui des hommes doté de discipline et de rigueur. L’amateurisme ne pardonne pas, Castielle, j’ai entendu trop de mauvaises histoires à propos de naufrage dus à l’incompétence de son équipage. Je ne veux pas que ça se produise pour nous, comprenez-vous ? »

La demi-elfe secoua doucement la tête et jeta un regard amical vers le capitaine. Elle lui sourit tendrement et leva légèrement l'ourlet de sa robe lorsqu'ils traversèrent le pont supérieur pour se rendre à la cabine du capitaine.

-Je comprend Capitaine, affirma l'herboriste en baissant docilement les yeux. Cependant, je doute que ce garçon m'ait bousculé de son plein gré. Pardonner lui, il est un apprenti, tout comme moi, il fait des erreurs, osa-t-elle supplier ensuite.

Elle sourit.

-En tant que Capitaine, vous devez démontrer une certaine sévérité envers vos hommes, afin que ceux-ci vous prennent au sérieux et soient enclin à vous obéir, ajouta-t-elle par après. Toutefois, Capitaine, vous ne devriez pas vous sentir concerné à mon sujet, je ne suis que votre humble servante.

Ils franchirent la porte menant à la cabine du noble capitaine. Castielle ne put s'empêcher d'y remarquer le confort dans lequel Oschide se situait par rapport aux autres, mais cela ne la dérangeait pas. Les hommes de la mer étaient habitués à ce qu'ils avaient et ne s'en plaignaient généralement pas. De plus, il était normal que les chefs se situent dans un endroit plus sécuritaire afin de bien contrôler leurs hommes. Si la tête tombait, une armée ou un équipage pourrait être rapidement dérouter.

Le capitaine l'invita à s'asseoir, ce qu'elle fit sans attendre. Elle étendit sa jupe autours d'elle, puis lissa les plis d'un geste gracieux de la main. Elle posa ensuite ses mains travaillantes sur ses genoux où ses doigts se crispèrent doucement par réflexe à chaque mouvement de la houle, mais peut-être aussi par nervosité. En effet, Castielle venait de comprendre qu'elle se retrouvait seule dans la cabine du capitaine et la porte était bel et bien fermée. Elle ne montra pas sa gêne au capitaine, toutefois, elle se sentait très concernée par sa situation et par ce qui pourrait se dire à son sujet si des rumeurs devaient éclater. La demi-elfe mordilla discrètement sa lèvre inférieure, le capitaine était un gentilhomme de famille noble possédant de belles manières et au comportement respectable, il ne ferait jamais rien de déshonorant envers elle.


« J’ose espérer que vos jours au fort ont été agréable. Je regrette de ne pas avoir pu vous voir avant maintenant, mais des tâches importantes m’attendaient. Comment trouvez-vous la mer, Castielle?»

La demi-elfe lui lança un sourire ravi, puis se dévêtit de son châle qu'elle plia méticuleusement tout en s'apprêtant à lui répondre joyeusement.

-C'est merveilleux, Capitaine, j'adore la mer! rétorqua Castielle dont la bonne humeur était semblable à celle d'un enfant faisant ses premières découvertes. Je n'ai pas encore eu la chance de voir des mammifères marins, mais cela ne devrait pas tarder!  ajouta-t-elle ensuite avec optimisme.

Seul les dieux pouvaient savoir si elle en verrait un jour, mais Castielle ne voulait pas se montrer déçue pour quelque chose d'autre futile, surtout que leur destination était bien moins réjouissante. La guerre n'avait en effet rien de réjouissant. Si les connaissances et le talent de l'apprenti pouvait servir à sauver des vies et à rendre la situation des hommes du capitaine plus confortable, alors elle accomplirait son travail avec joie et honneur!

Castielle remarqua soudainement regardait le capitaine dans les yeux, puis rougit violemment avant de baisser ceux-ci vers ses mains posées sur ses genoux.


-Sinon, mon séjour au fort était agréable, dit-elle ensuite pour se calmer et paraître plus sérieuse. Mon maître et moi-même avons trouvé fort plaisant de travailler dans un grand espace, mais mon maître serait trop fier pour l'avouer, surtout qu'il aime bien sa boutique.

La demi-elfe fit mine de regarder autours d'elle comme si elle avait peur qu'une personne les espionnait.

-Ne dites pas à mon maître que j'ai dit cela! plaisanta-t-elle vers le capitaine sous le ton de la confidence.

Elle lui sourit doucement.

-Vous m'avez inviter à me joindre à vous, capitaine, il y a-t-il quelque chose d'important dont vous vouliez vous entretenir avec moi? demanda-t-elle finalement, curieuse de recevoir autant d'attention de la part du gentilhomme. J'ai cru comprendre que vous aviez bel et bien reçu le tonique que je vous ai concocter lorsque nous étions au fort, j'espère que vous en avez ressenti les bienfaits, si vous l'avez consommer, bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Oschide d'Anoszia
Humain
avatar

Nombre de messages : 477
Âge : 26
Date d'inscription : 10/02/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29 (Mort)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un voyage vers le nord [MdO 2015]   Ven 4 Avr 2014 - 22:28


Oschide écouta attentivement la jeune femme parler. Il l'a regardait en affichant une petite mine réjouie. Ce qu'il entendait le changer vraiment de ce qu'il pouvait entendre à longueur de journée sur les armes, la guerre ou autre. Non, les propos de Castielle si naïfs soient-ils, étaient vraiment une occasion de pouvoir oublier ses prérogatives quelque peu. Elle lui dit alors qu'elle adorait la mer et cela le ravit. Puis elle lui montra son regret de ne pas encore avoir vu de bêtes marines. Étrangement, il se souvint de ce qu'il lui avait dit lors de leur dîner au fort de la Vaillance. Il avait alors parlé des « monstres », si sa mémoire était bonne. Malheureusement, il doutait beaucoup sur leur chance d'en apercevoir dans l'Olienne. Cette mer était réputée pour être calme et sans danger. Jusqu'à preuve du contraire, il n'y avait jamais eu de bêtes meurtrières dans cette eau.

« Sait-on jamais Castielle, les côtes estréventines sont peuplées d'animaux aquatiques, avec de la chance ! », répondit-il en souriant.

Castielle évoqua alors leur bref séjour au fort et la fierté de son maître, qui ne faisait aucun doute pensa-t-il brièvement. Puis elle lui demanda ce pourquoi il l'avait convoqué dans sa cabine. A vrai dire, il n'y avait pas vraiment pensé. Sa seule envie avait été de la voir et de lui parler. De quoi ? ll n'en avait aucune idée, pensant que les sujets viendraient au fur et à mesure. Tout d'un coup, la houle failli les faire renverser de leur table, mais elle ne fut pas assez violente pour qu'ils soient projetés. Oschide préféra éviter de rester assit pour éviter de perdre l'équilibre si cela se reproduisait. La petite allusion au tonic qu'elle lui avait préparée pour qu'il garde la forme l'avait fait doucement sourire.

« Je n'avais rien de très important à vous dire. Je souhaitais seulement vous voir et vous remercier pour ce que vous avez fait, vous et votre maître », il s'adossa sur la cloison de sa cabine non loin de Castielle, « Votre tonic était parfait Castielle, je ne pouvais pas avoir mieux...malgré le goût », dit-il en riant.

La houle fit une nouvelle fois basculer la cabine, mais cette fois-ci, beaucoup plus violemment que celle d'avant. Oschide réussit à rester adossé au mur, mais Castielle fut projeté hors de sa chaise, dans sa direction. Il l'a rattrapa pour ne pas qu'elle tombe et elle se retrouva juste en face de lui. Le temps que le navire reprenne sa relative stabilité, Oschide garda la jeune femme auprès de lui tout en se maintenant à la cloison. Et une fois que ce fut chose faite, le capitaine se rendit compte que Castielle était véritablement blottie contre lui. Ses yeux scrutèrent alors ceux de la jeune femme et sans comprendre comment, une de ses mains vint repousser une des mèches qui barrait le visage de la jeune femme, la replaçant ainsi derrière l'oreille. Un large frisson s'empara de lui et il se retrouva instantanément en train de l'embrasser. Ses lèvres n'eurent à peine le temps d'effleurer celle de la semi-elfe qu'il les enleva aussitôt après avoir entendu des hommes passer juste à côté de sa porte. Il se serait presque vu revenir à son adolescence tellement sa paranoïa était ridicule. Si l'équipage l'apprenant, s'en serait fini de lui. Néanmoins, il ne pouvait pas réfuter que cette jeune femme l'attirait. Non pas parce qu'elle était une sang-mêlé et qu'il y avait quelque chose d'exotique, mais surtout parce qu'il avait aimé la regarder et lui parler dès la première fois. Même si cette fois-là n'avait pas été forcement la plus agréable pour Castielle, étant donner qu'elle s'était faite agressée en pleine ruelle de Diantra.

Le corps de Castielle sur le sien le réchauffa petit à petit et ses frissons disparurent, mais il commença à se défaire sans la quitter des yeux pour autant. Il ne savait pas comment la jeune femme prendrait ce qui venait de se produire. Et comme pour prévenir tout malaise, Oschide rompit le silence qui s'était instauré entre les deux.

« Je regrette...enfin non », il ne le regrettait pas puisqu'il avait aimé, « je m'excuse... », mais s'excuser d'avoir aimé ? « Pardonnez mon impolitesse, Castielle ».

Pour tout dire, il ne se reconnaissait absolument pas en cet instant. Jamais il ne s'était excusé après avoir embrassé une fille. Jamais ? Peut-être pas finalement vu que douze auparavant, une gifle lui avait rappelé de ne plus jamais reproduire une telle chose. Une gifle d'une amie qui était probablement morte à l'heure qu'il était et qui lui en remettrait surement une nouvelle si elle avait pu le voir embrasser la jeune Castielle. Mais cela, seuls les dieux pouvaient le savoir. Oschide attendit alors que Castielle dise un mot ou fasse une chose pour qu'il sache à quoi s'en tenir.
Revenir en haut Aller en bas
Finnegan Sidhe
Humain
avatar

Nombre de messages : 168
Âge : 28
Date d'inscription : 13/04/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un voyage vers le nord [MdO 2015]   Sam 5 Avr 2014 - 1:17

Le mutisme était une malédiction… Et elle affectait le plus éloquent d’entre eux. L’adolescent adopta une expression goguenarde en regardant le noble filer vers sa cabine. S’il perd pied devant si peu de chose, qu’est-ce que ce sera sur un champ de bataille! Commenta-t-il à l’adresse de son frère. Il se laisse facilement déconcerter! En campagne, le capitaine des mercenaires aimait savoir qui était son adversaire mais également qui étaient ses alliés. La sélection naturelle s’occupe habituellement d’éliminer les têtes brûlées même parmi la noblesse. Les timorés et les vire capot sont plus difficiles à dépister; ils survivent. Or, sur un champ de bataille, aucun capitaine n’aime voir son sort reposer sur un survivant. Pas ce genre de survivant là. Je déteste les nobles! Déclara-t-il avec emphase en faisant une distinction manifeste entre la noblesse et son propre statut privilégié.

Finnegan s’affala au pied du mat pendant que son frère l’abreuvait de son insupportable babillage. Par les juges… Comment pouvait-il trouver tant de chose à dire? Comment pouvait-il ne jamais manquer de souffle? Embraquer les quoi? Les écoutes? Finn regarda par terre s’attendant à voir une trappe s’ouvrir. Écoutes, ça ressemble à écoutilles, non? Mais Embraquer? Est-ce que c’était vraiment un verbe? Le navire fit une soudaine embardée causé par le changement dans la voilure et Finn se félicita de s’être assis. Est-ce que c’est normal que la mer bouge tellement??? Sickert? « ……? » Finn leva le menton… Oh… Non, non il ne le suivrait pas dans les voiles… Pas à cet instant…

Finn pouvait difficilement interagir avec les autres. Son frère était un merveilleux facilitateur. Personne ne lui résistait. Il détournerait l’attention en jouant aux dés, en partageant sa gnôle et en divertissant marins et soldats. Il attendit sagement la fin du quart dans l’espoir de se glisser dans un hamac bien que l’idée de descendre sous le pont où l’air serait plus statique rendait le malaise plus incisif. Mourir… Il allait mourir et tout le monde s’en fichait!

Titubant en travers du pont, Finnegan s’orienta au jugé, se renseignant auprès de ceux qu’il rencontrait. D’abord il mima la longue chevelure et les oreilles pointues… Et en désespoir de cause, il passa à la silhouette. Castielle était certainement la seule femme à bord. Finn cherchait sa cabine… Elle avait dit qu’elle pourrait peut-être l’aider… Bien sûr, Finn pouvait s’aider lui-même; Daoine Ingrid lui avait transmis l’enseignement des marais. Mais cet héritage était confus et il lui était impossible de départager ce qui était bénéfique de ce qui ne l’était pas. Il préférait s’en remettre à une professionnelle. Les soldats l’identifiaient comme une herboriste. Ils avaient confiance en elle.

Finnegan passa de pont en pont, se fit éjecter de la coquerie et tout en saluant les soldats qu’il rencontrait joignit finalement les ponts supérieurs. Le plus naturellement du monde, le mousse se renseignait. On le connaissait déjà pour être le petit frère muet de ce jacasseur impénitent de Sickert. Un chic type et un gamin sans malice, inoffensif. Les gardes le laissèrent passer et stimulé par le jeu des devinettes que le gamin provoquait à chaque interaction, lui indiquèrent même la cabine. Bien sûr ils réagirent en le voyant lever la main pour toquer à la porte mais la situation dégénéra trop rapidement.

Finn toqua à la porte discrètement de quelques coups légers parce qu’on ne tambourine pas à la porte d’une délicate jeune femme. Ces petites choses-là sont nerveuses! Lorsque le navire fit une embardée soudaine, plongeant du sommet d’une crête de l’onde qui devenait de plus en plus profonde. Le mouvement suivant projeta la frêle silhouette de l’éclaireur contre la porte. Sous son poids projeté le loquet céda et il fit irruption dans la cabine en trébuchant quelques pas. Sa bouche s’arrondie en un ‘O’ surprit, silencieux. « ..! ……! ........ ......! » Oh! Pardon! Mauvaise cabine! La bonne personne mais la mauvaise cabine. La peau très pâle de l’adolescent passa au rouge cramoisi et il se voila pudiquement les yeux… Pas vraiment parce qu’il connaissait la pudeur mais parce que ceux-là y accordait probablement de l’importance. « …… ….. .. .. …… … ….. .. .. …. .. …… ..! » Faites comme si je n’étais pas là… Je ne vous ai jamais vu! et faisant demi-tour il referma rapidement la porte derrière lui. Le loquet était gauchit et impossible à remettre en place. Eh merde… Maintenant la porte fermée, Finn sollicita l’aide d’un garde et de son aimable concours… « .. .... .. ..... .. ... .......? » Tu peux me tenir ça une minute?




Dernière édition par Finnegan Sidhe le Dim 6 Avr 2014 - 2:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Castielle
Humain
avatar

Nombre de messages : 170
Âge : 24
Date d'inscription : 13/09/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  32 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un voyage vers le nord [MdO 2015]   Dim 6 Avr 2014 - 2:10

Le capitaine, visiblement, l'écoutait attentivement et le petit sourire réjoui qu'il lui adressait la rendait fébrile pour une quelconque raison. Peut-être dû la différence de leur rang sociale qui lui donnait cette étrange sensation. En effet, comment un homme de son niveau et de son rang pouvait s'intéresser aussi joyeusement à ce qu'elle pouvait bien dire. La demi-elfe devait admettre, cependant, que leurs bavardages innocent lui plaisaient beaucoup. Elle appréciait le ton de sa voix et la façon dont ses lèvres s'ourlèrent lorsqu'il souriait.

« Sait-on jamais Castielle, les côtes estréventines sont peuplées d'animaux aquatiques, avec de la chance ! »

Oui, avec de la chance, elle pourrait finalement admirer ses mystérieuses créatures dont elle n'avait vu que des images dans un vieux livre que possédait son maître dont le sujet principal était l'océan, la mer et les nombreux habitants aquatiques qui constituaient la faune marine. Lorsqu'elle évoqua la question concernant sa présence dans la cabine du capitaine, celui-ci demeura un moment silencieux, ce qui la laissa perplexe. Castielle allait lui demander poliment si quelque chose clochait lorsque la houle la secoua sèchement. Le bord de la table percuta son estomac et elle eut un petit hoquet de surprise sur le coup. Heureusement, elle n'eut pas mal et se redressa rapidement, tâchant de masquer sa surprise aussi bien qu'elle le put. La demi-elfe ne s'attendait pas à une telle brusquerie. Elle conserva une posture ferme afin de ne pas basculer à nouveau.

Elle rougit doucement lorsqu'il avoua rien d'avoir à lui dire d'important et qu'il voulait seulement les remercier, son maître et elle-même. Castielle était étonnée que le capitaine vienne lui faire part de tels remerciements face à face et seuls tout les deux.


« Votre tonic était parfait Castielle, je ne pouvais pas avoir mieux...malgré le goût »

La demi-elfe rigola avec lui.

-La médecine la plus amère est la...Ah!

Elle avait baissée sa garde et la houle la surprit à nouveau. Castielle perdit sa stabilité et se sentit projeté hors de sa chaise. La demi-elfe elfe ferma les yeux par réflexe, mais ce ne fut pas un plancher froid qui l'accueillit, mais le confort des bras du capitaine qui avait été assez adroit pour la rattraper. Lorsqu'elle se rendit compte que son corps se pressait contre son torse, elle tenta de reculer, cependant, sa chaude prison se fit plus ferme alors que la houle se faisait encore capricieuse. La demi-elfe cessa de bouger et conserva un silence fortement embarrassé. Son cœur battait étrangement vite, ses doigts délicats se crispèrent sur le tissu couvrant le torse du capitaine. Elle en apprécia la texture un moment. Au bout de quelques secondes, elle osa lever les yeux vers lui et découvrit qu'il l'observait.

Les joues de l'herboriste rougirent violemment. Du coin de l'œil, elle remarqua la main du capitaine se mouvoir près de son visage, se saisir délicatement de l'une des mèches rebelles qui recouvrait son visage, puis la placer derrière son oreille. Elle frissonna doucement lorsqu'elle sentit ses doigts lui effleurer l'oreille. Puis, elle vit son visage s'approcha étrangement du sien, son cœur manqua un battement lorsqu'elle sentit ses lèvres effleurer les siennes, puis un autre lorsqu'elle entendit des pas derrière la porte.

La sensation d'être emprisonnée dans ses bras forts de na laissa pas indifférente. Ses joue s'empourprèrent davantage et son cœur semblait vouloir sortir de sa poitrine. Elle espéra seulement que le capitaine ne pouvait pas entendre les battements de celui-ci ou les sentir au travers de sa tunique.

Une fois la surprise dissipée un peu, il la repoussa gentiment, mais elle était toujours aussi près de lui, d'une distance très peu courtoise. Elle sursauta lorsqu'il rompit le silence avec sa belle voix, elle se sentit soudainement très fiévreuse.


« Je regrette...enfin non »

À la mention du mot «regret» et pour une raison qu'elle ignorait, Castielle se sentit sensiblement vexée. La vérité étant qu'elle avait apprécié leur étreinte, aussi brève et indécente fût-elle. Elle baisse les yeux docilement, terrifiée par les émotions qui se bousculaient en elle et par l'indécence de ses pensées. «Je ne suis pas une femme vertueuse» songea-t-elle en crispant ses doigts sur sa jupe. Surtout lorsqu'elle s'avoua que la sensation qu'elle ressentait était semblable à celle qu'elle avait expérimenté dans les bras de Deloth, autrefois, bien autrefois...

« Je m'excuse... »

Il ne devait pas s'excuser, tout était de sa faute. Castielle n'avait pas été assez vertueuse, elle avait levé le visage trop vite et étant de grande taille... Non, cela n'était pas vrai. Elle avait levé les yeux, certes, mais c'était lui qui avait initier ce geste intime.

« Pardonnez mon impolitesse, Castielle »

Quelle impolitesse? Le capitaine Oschide était un gentilhomme, il était bien incapable de geste déshonorant, surtout envers une femme. Si seulement elle n'avait pas baissée sa garde, si seulement elle avait su se maintenir en place avant que la houle ne la fasse chavirer de son côté, dans ses bras chauds et réconfortants. L'herboriste porta sa main fermée vers ses lèvres et soupira doucement.

-Capitaine... , murmura-t-elle doucement.

Elle sursauta violemment lorsqu'elle entendit la porte s'ouvrir brusquement et une silhouette s'effondra sur à leur pieds. L'individu blond les observa avec de gros yeux et Castielle eut le réflexe de s'éloigner de quelques pas du capitaine, mais il était déjà trop tard, il avait tout vu. La rougeur sur ses joues et la façon dont il dissimula son visage derrière ses mains ne firent que confirmer sa pensée embarrassante.

-M-Monsieur Finnegan! s'exclama la demi-elfe avec un sourire visiblement nerveux.

Elle jeta un regard embarrassé au capitaine, puis au jeune blond qui s'était rapidement retourné pour prendre la porte sans dire un mot ou plutôt sans rien communiquer. Castielle avait bien vu ses lèvres remuer rapidement, mais elle n'avait pas eut la chance de saisir sa communication. Seul les dieux pouvaient bien savoir ce qui se passerait par la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Oschide d'Anoszia
Humain
avatar

Nombre de messages : 477
Âge : 26
Date d'inscription : 10/02/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29 (Mort)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un voyage vers le nord [MdO 2015]   Dim 13 Avr 2014 - 16:23

Castielle n’avait pas eu le temps de finir sa phrase qu’une chose vint perturber la conversation qui aurait pu lui permettre d’avouer ses sentiments. Mais non, il fallait que quelque chose se produise et les bruits qu’il avait entendu quelques secondes auparavant avait bien fait de le mettre sur ses gardes. Lorsque l’individu s’étala dans la cabine, Oschide reconnu aussitôt le même blondinet muet qui avait bousculé la jeune femme sur le pont. Il ne lui fallut que quelques instants pour que la même colère qui l’avait envahi sur ce pont ressurgisse et vienne réduire à néant son intimité. La douce Castielle n’eut à peine le temps de dire le nom du jeune marin. Oschide s’était saisit de sa dague et fut rapidement sur le blond. Trop pour que le gamin puisse faire quoique ce soit pour l’arrêter. Peu importe la réaction qu’aurait Castielle. Cette personne venait de commettre un délit grave en pénétrant sur le pont supérieur réservé aux officiers du navire et de la compagnie royale. Pas de doute que le jeune blondin écoperait d’une lourde sanction.

Oschide avait mit son genou sur le dos du jeune et l’empêchait de faire le moindre mouvement. La dague pointée sur la nuque, il ne lui restait plus qu’à exercer une petite pression pour que celle-ci s’enfonce profondément, mais ce n’était pas ce qu’il comptait faire. Non, il avait gardé son calme et avait seulement immobilisé l’individu afin que des gardes puissent venir le récupérer. Mais avant qu’ils n’arrivent, Oschide prit soin de chuchoter quelques mots à l’oreille de la recrue afin que la jeune Castielle ne puisse l’entendre.


« Cela ne vous suffit pas de ne pas pouvoir parler ? Souhaitez-vous également perdre votre vue et votre audition ? », la pique était ironique, mais non sans goût, « Faite part à quiconque de ce que vous venez de voir ici et c’est ce qu’il vous arrivera, croyez-moi ! ».

Deux gardes arrivèrent alors soudainement en courant, alerté par les bruits comme il l’avait imaginé. Les deux mirent un certain temps afin de comprendre ce qu’il se passait dans cette cabine. Voyant également la jeune Castielle, plusieurs questions devaient vraisemblablement les envahir.

« Est-ce normal que cet marin ait réussi à pénétrer le pont supérieur et à rentrer sans problèmes ? ».

Sa colère se faisait entendre, mais été néanmoins maîtrisé. Dans cette circonstance, elle n’était que justement appropriée. Sans que les gardes aient le temps de pouvoir lui répondre, Oschide se remit debout et adressa un regard à Castielle pour la rassurer.

« Emmenez ce marin dans un endroit sûr, à l’abri des regards indiscrets », il faisait bien sûr référence aux geôles  qui faisait également parti du navire, « Veillez à arrêter quiconque souhaiterait lui apporter de l’aide. Et faites appeler le capitaine pour l’informer de cette situation. Je verrais avec lui qu’elle punition sera la plus appropriée ».

Les gardes acquiescèrent en même temps et récupérèrent le blondinet. Ils veillèrent à chercher une quelconque arme de défense dissimulée et l’emportèrent dans les geôles du navire. Oschide irait le retrouver plus tard, mais avant il lui fallait retourner voir Castielle. Sa tête se tourna alors vers elle et il tenta d’apaiser quelque peu la tension qui s’était instaurée depuis l’arrivée impromptue du jeune marin.

« N’ayez crainte, Castielle. Nul mal ne lui sera fait. Il écopera seulement d’une sanction appropriée pour l’infraction qu’il vient de commettre ».

Il profita alors que la tension baisse quelque peu pour aller s’asseoir sur l’endroit qu’il lui servait de lit. Assit dessus, il tenta alors de voir les premiers rayons du soleil frappait l’Olienne à travers sa petite fenêtre.

« N’est-ce pas magnifique ? »    

Bien évidemment, il n’attendait pas vraiment de réponse. Son esprit était ailleurs.

« Avant que ce marin ne débarque, vous vous apprêtiez à me dire quelque chose ? Je veux que vous compreniez que j’éprouve des sentiments à votre égard… », dit-il brusquement en toussotant comme pour cacher sa maladresse.

Ses mots étaient bruts, il n’allait pas par quatre chemins pour faire part de ce qu’il ressentait. A vrai dire, sa colère n’était pas vraiment redescendue et seuls les dieux savaient quand elle disparaitrait. Mais plus, il la regardait et plus il semblait s’apaiser. Seulement, la perspective de devoir punir le jeune marin accaparait ses pensées. La sanction qui lui paraissait être la plus juste était bien les coups de fouet, enfin ce n’était encore qu’une idée.
Revenir en haut Aller en bas
Castielle
Humain
avatar

Nombre de messages : 170
Âge : 24
Date d'inscription : 13/09/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  32 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un voyage vers le nord [MdO 2015]   Dim 13 Avr 2014 - 21:09

Castielle vit avec horreur le capitaine passer en coup de vent près d'elle, puis se jeter froidement sur le pauvre garçon, une dague à la main. La demi-elfe, affolée, porta sa main à sa bouche pour étouffer un cri terrifié. Le capitaine allait-il égorger le pauvre garçon sous ses yeux sans même entendre une explication de sa bouche? L'herboriste remarqua la lame qui se pressait dangereusement sur la nuque du pauvre muet, puis le capitaine se pencha vers son prisonnier immobilisé et murmura quelque chose à son oreille. Castielle ne comprit pas les mots prononcés avec hargne, mais elle en perçut le ton et frémit. «Ne lui faites pas de mal, je vous en pris!» songea la demi-elfe désespérément.

Des pas martelèrent ensuite bruyamment le plancher et deux gardes bien armés apparurent à l'entrée de la cabine. Ceux-ci jetaient des regards confus vers le blondinet, le capitaine, puis finalement vers la demi-elfe. Castielle remarqua que l'un d'eux fronça suspicieusement des sourcils à son égard. La demoiselle baissa honteusement les yeux, ne souhaitant pas voir ce qui se passerait pas la suite. La colère du capitaine la fit frémir, elle n'avait jamais apprécié entendre une personne crier, surtout les hommes dont le ton de voix grave était encore plus terrifiant.


« Emmenez ce marin dans un endroit sûr, à l’abri des regards indiscrets »,ordonna le capitaine sous un ton autoritaire digne de son rang, « Veillez à arrêter quiconque souhaiterait lui apporter de l’aide. Et faites appeler le capitaine pour l’informer de cette situation. Je verrais avec lui qu’elle punition sera la plus appropriée ».

Les épaules de Castielle s'affaissèrent lourdement et un soupir soulagé s'échappa de sa fine bouche lorsque le capitaine lui dédia un regard plus calme, afin de la rassurer. Elle ne verrait personne se faire égorger aujourd'hui et cela la rassura fortement. Néanmoins, elle savait très bien que Finnegan souffrirait d'une punition douloureuse. La demi-elfe ne savait pas encore laquelle, mais peut-être tirerait-elle l'information du capitaine avant de retourner sur le pont.

Les deux gardes cherchèrent rapidement le corps du jeune blond, à la recherche d'armes quelconque, évidemment, puis ils escortèrent le prisonnier hors de la cabine. Castielle aurait souhaité les suivre en silence, mais cela ne lui était pas permis et de plus, le capitaine avait donné ses ordres, elle se devait de les respecter.


« N’ayez crainte, Castielle. Nul mal ne lui sera fait. Il écopera seulement d’une sanction appropriée pour l’infraction qu’il vient de commettre », lui déclara-t-il sous un ton cherchant à apaiser l'atmosphère brisé dans lequel ils se retrouvèrent tout les deux après l'altercation.

Le capitaine se déplaça, son corps frôla le sien brièvement, puis il prit place sur la surface que Castielle devina être son lit. Elle aurait tant souhaité être ordonné à aller ailleurs afin d'éviter une conversation ou une situation encore plus embarrassante que la précédente. En fait, qu'est-ce qu'il y avait plus d'embarrassant que d'être surprise dans les bras du capitaine par un subordonné?

L'attention du capitaine se porta à sa fenêtre, d'où il observa les premiers rayons de l'astre du jour qui caressaient la mer et la faisait briller joliment. Il en commenta la beauté, mais Castielle ne répondit pas. C'était le genre de phrase que l'on jetait à l'improviste avant de débuter une conversation au ton plus sérieux, plus important et la demi-elfe se doutait fort bien de ce qui allait suivre.


« Avant que ce marin ne débarque, vous vous apprêtiez à me dire quelque chose ? Je veux que vous compreniez que j’éprouve des sentiments à votre égard… » admit le capitaine en se raclant la gorge pour masquer sa maladresse.

En fait non, elle ne s'attendait pas du tout à cela. Le cœur de Castielle se mit à battre violemment, au point de lui faire mal. Elle observa silencieusement le capitaine de ses grands yeux bleus, puis cligna des yeux à deux reprises alors que son cerveau enregistrait rapidement l'information. Les lèvres de la demi-elfe remuèrent, mais elle ne dit rien. Sa voix n'existait plus, elle était emprisonnée dans un triste mutisme face à la réalité. Castielle savait qu'elle devait dire quelque chose, afin de ne pas humilier le capitaine davantage.

Ses joues rosirent doucement, elle voulut sourire, mais l'expression de son visage ne changea pas, car des murmures du passé vinrent lui torturer l'esprit.



« Sentez mon âme battre pour vous, car vous êtes la seule pour laquelle il semble s'animer. Jamais pareille femme ne m'avait fait tant d'effet, jamais mes yeux n'ont contemplés pareil trésor. Permettez que je vous honore et vous aime, Castielle. »


Pourquoi? Pourquoi est-ce que Deloth devait venir la hanter maintenant? La demi-elfe revit l'image du bel elfe qui l'avait tant fasciné autrefois. Il lui avait avouer de tendres sentiments envers elle, simple enfant bâtarde et avait naître chez elle des émotions et des sensations nouvelles qu'elle n'était toujours pas certaine d'avoir comprit aujourd'hui.

Castielle baissa les yeux, elle ne pouvait pas le nier davantage, elle avait en effet, de doux sentiments envers le capitaine. Il était bel homme, certes, mais il avait aussi un bon caractère, il parlait bien, il était intelligent, fort et serviable. Son cœur tambourinait fort chaque fois qu'elle était en sa présence et ses joues prenaient une teinte de feu.

Pour leur bien à tout les deux, sachant ce qu'une telle et possible relation leur causerait , Castielle décida d'interpréter ses mots différemment.


-Vos sentiments amicaux envers moi sont fort flatteurs, Capitaine, rétorqua la demi-elfe avant que sa voix ne se brise soudainement sous le mensonge flagrant.

Le mensonge était inutile à présent, n'avaient-ils pas partager l'ombre d'un baiser quelques minutes plus tôt avant l'embarrassante situation avec le pauvre Finnegan pour qui elle s'inquiétait grandement.

Castielle soupira doucement, ses yeux étaient brûlant, mais elle n'avait pas envie de pleurer. Elle s'approcha du capitaine avec une certaine grâce, puis le considéra un moment.


-Nous sommes des êtres très différents, Capitaine et je ne parle pas que de nos apparences, lui murmura la demi-elfe en forçant un sourire un peu triste. Un noble gentilhomme de votre éducation doit bien comprendre ce que je veux dire, n'est-ce pas?

Oui, elle savait qu'il n'était pas qu'un capitaine d'une bonne famille, mais bien un noble d'une quelconque importante, Castielle ne connaissait pas sa place dans la hiérarchie de la noblesse. Cependant, cela avait très peu d'importance, la vérité voulant qu'ils ne puissent même pas être amis. Pourtant, depuis leur rencontre, le capitaine avait toujours été gentil avec elle et après l'avoir sonder longuement, la demi-elfe avait comprit qu'il n'était pas le genre d'homme à recouvrir une femme telle que elle de belles attentions afin d'avoir droit à sa chair. «Vous êtes un gentilhomme, mon seigneur, vous ne ferez jamais une telle chose, n'est-ce pas?» songea l'apprentie.

-Je ne mentirais pas, mon seigneur, j'ai beaucoup d'affection pour vous, je ressens des choses que je ne devrais pas me permettre, admit Castielle en rougissant. Cependant, bien que je ne porte pas d'importance à ce que les voix murmurent à mon sujet, je ne saurai voir votre réputation souillée par mon manque de vertu à votre égard.

Elle baissa docilement la tête, sachant que le capitaine comprendrait bien le message qu'elle essayait de faire passer.

-Si mon seigneur veut bien m'excuser, je ne voudrais pas m'attarder davantage en ces lieux, ajouta-t-elle ensuite afin de tenter de clore la discussion.
Revenir en haut Aller en bas
Finnegan Sidhe
Humain
avatar

Nombre de messages : 168
Âge : 28
Date d'inscription : 13/04/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un voyage vers le nord [MdO 2015]   Jeu 17 Avr 2014 - 20:03

HJ:
 

« …….!!!! » SICKERT!!!!

Ce fou furieux le menaçait de sa dague… Ce n’était pas nécessaire. Le rapport de force n’était pas en faveur de l’adolescent et le genou appuyé sur sa colonne vertébrale était tout à fait efficace pour l’immobiliser. Comment interpréter la morsure de l’acier sur sa nuque fragile? Comment un grand bonhomme en armure pouvait-il ressentir le besoin de le menacer lui, inoffensif jusqu’à la moelle, avec une arme blanche? Ah… Voilà… Ce qu’il avait vu…

Finn avait vu bien peu de chose. Son point de vue ne lui suggérait rien de vraiment problématique… Mais finn, un gamin des Wandres, avait certainement des mœurs plus ouvertes…

« …….!!!! » SICKERT!!!!

Les gardes se saisirent de lui. Ils n’étaient pas du tout amusés cette fois et leur poigne était sèche alors qu’il recevait à la fois des ordres et des remontrances… Finnegan ne possédait qu’un petit canif avec une vilaine petite lame très aiguisée; ils le lui confisquèrent et le poussèrent rudement hors de la pièce. L'adolescent eut un dernier regard désespéré pour l'elfe et disparu de sa vue.

«    ! .. …….! …….. …………???? » Hey! Un instant! Pourquoi discrètement???? S’alarma l’éclaireur. Il avait l’habitude de la guerre, des intrigues et de l’espionnage. Ce qui était honnête et légitime se faisait au grand jour, avec beaucoup de témoins et avec franchise… « …….!!! … …. ….., ……. … …..! …., …. ..! ….. … … ………. …….! ….., …. …… .. ……….! »  SICKERT!!! S’il vous plait, trouvez mon frère! Vous, vous là! Lisez sur mes lèvres… SICKERT! Allez, vous pouvez me comprendre!

Selon le folklore appris de son frère… Ok, Sickert n’était pas une référence en matière de véracité mais il avait déjà été prouvé précédemment qu’il avait été pirate… Les troublemakers s’exposait sur un bateau à :
A) Être jeté par-dessus bord…
B) Écroué à fond de cale…
C) Ligoté au mat, accessoirement la tête en bas…
Des geôles? Fichtre!C'était inattendu! Ce n’était pas un bateau, c’était un vaisseau! Finn s’accrocha aux barreaux, essayant de retenir par la manche un des gardes. « … …. …..! …….!!! …..-… .. .. .. ……… » S’il vous plait! SICKERT!!! Dites-lui où je me trouve… Peine Perdu, il lui glissa entre les doigts. Finn se retourna, cherchant une issue à sa situation désespérée, sa nausée complètement disparue devant des préoccupations plus urgentes.

L’homme qui l’avait enfermé là avait des secrets, soit, c’était une chose que Finn respectait. L’adolescent était engagé dans une troupe de mercenaire et il avait toujours négocié avec la promiscuité en adoptant la position d’éclaireur. Il lui était légitime de se tenir à l’écart, de graviter autour et de ne pas tolérer qu’on s’intéresse de trop près à ses affaires. La discrétion était son modus operandi. Finn respectait les secrets des autres parce qu’il en avait lui-même. Et les siens ne tolérait pas la captivité.

« …….!!!! » SICKERT!!!!

Non! L’enfermer n’était pas une bonne idée! Tant que Finn restait libre, il restait maitre de ses secrets. Enfermé dans une geôle, il était désespéré. Finn testa le logement de tous les barreaux. Il examina les charnières de la porte. Et faute de mieux s'appliqua à mener un raffut de tous les diables en espérant attirer l'attention de quelqu'un. Jusqu'à preuve du contraire, personne ne pouvait communiquer avec lui... Tôt ou tard, ils devraient aller chercher Sickert... À moins... À moins qu'on le laisse là indéfiniment.

« …….!!!! » SICKERT!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Oschide d'Anoszia
Humain
avatar

Nombre de messages : 477
Âge : 26
Date d'inscription : 10/02/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29 (Mort)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un voyage vers le nord [MdO 2015]   Ven 18 Avr 2014 - 12:55

Alors qu’il était assis sur sa couchette, il avait écouté Castielle parler et se rendit compte de l’erreur qu’il avait commise. Jamais il n’aurait dû se laisser aller et laisser ses émotions prendre le dessus. Même s’il n’avait aucunement regretté ce bref baiser, il ne connaissait que très vaguement cette jeune femme et venait ainsi de lui manquer de respect en agissant de la sorte. Son cœur s’était précipité et il avait alors agit avant que le blondinet ne débarque. Mais maintenant que la tension était redescendue, il préféra laisser la jeune femme s’exprimer sans l’interrompre. De toute évidence, Castielle avait raison, ils n’appartenaient pas au même monde et lui autant qu’elle ne pourrait pas passer toute une vie à agir dans le secret. Oschide se renfrogna alors en s’imaginant le mal qu’il aurait pu faire à cette femme si innocente. Faire de Castielle une maîtresse n’aurait certainement pas plus à son père, mais au-delà de ça, il n’avait pas imaginé les proportions que cela aurait pu prendre. Ainsi, lorsque Castielle termina de parler en lui demandant si elle pouvait disposer, Oschide répondit d’abord par un hochement de tête.

« Oui, Castielle, vous avez raison. Pardonnez-moi encore une fois pour ce que vous venez de voir. Je ne vous mettrais plus dans une situation comme celle-ci ».

Il la regarda fixement comme pour recevoir un pardon.

« Je n’ai souhaité à aucun moment vous mettre dans l’embarras, croyez-moi. J’espère que cette mésaventure ne nuira pas à notre relation. J’ai beaucoup d’affection pour vous et je ne souhaiterais pas que vous voyez en moi qu’un homme comme ceux qui vont ont agressée lors de notre rencontre. Je ne suis pas comme ça… »

Il y avait de l’amertume dans sa voix, pourtant il était sincère et espérait vraiment que la jeune femme n’aurait plus à vivre une chose aussi embarrassante, il s’était laissé aller par ses émotions et commençait alors à regretter ses actes lorsqu’il fut de nouveau tout seul dans sa cabine. Hors, il lui restait une chose à régler. Celle du blondinet, fauteur de trouble. Il devait déjà se trouver dans les geôles du bateau et il lui fallait le rejoindre. Mais avant, le capitaine de l’impartial souhaiterait surement en savoir plus sur cette histoire et sur l’enfermement d’un de ses matelots.

Oschide se remit alors sur ses jambes et entreprit de rejoindre la cabine du capitaine. Celle-ci n’était pas très loin. Même si l’impartial était un navire important, il n’en restait pas moins assez étroit lorsqu’il s’agissait des cabines. Lorsqu’il arriva devant la porte, il toqua et entra aussitôt sans attendre l’autorisation du capitaine. Après tout, il était lui-même capitaine et cet homme était à son service, pas l’inverse.


« Mes salutations Capitaine »

L’homme était en train de converser avec d’autres membres d’équipages, sans doute là pour avertir le capitaine de la chose.

« Ha, c’est vous !  Comment se fait-il qu’un de mes matelots soit dans la cale à croupir comme un meurtrier ? », son ton était sévère et ne manqua pas de lui déplaire.

« Ce matelot est rentré sans ma permission dans ma cabine ! », répondit-il sèchement pour couper court aux futures accusations du capitaine, « Je déplore le laissé-allé sur ce navire. Vous servez le Roy bon sang, un peu de discipline avec vos hommes ».

Se sentant mis en tort, le capitaine de l’impartial que Oschide ne connaissait que très vaguement fit une grimace en entendant ses propos, et pourtant, il ne fit rien de plus et le laissa continuer.

« J’ai pris la liberté de mettre cet homme en isolement, vous en ferez ce que vous voudrez si vous voulez le punir ou non, mais sachez qu’un tel manque de rigueur ira jusqu’aux oreilles de la régente, vous pouvez en être certain ».

L’homme ne fit rien de plus. La menace de la régente avait vraisemblablement marché et Oschide se sentit avoir repris le contrôle.

« Maintenant, si vous le voulez bien, je souhaite m’entretenir avec ce matelot ».

« Mais il parle pas… », dit un des officiers se trouvant à côté du capitaine

« Il n’aura pas à parler, juste à écouter », répondit Oschide en regardant l’officier avec un air dédaigneux, « Je vous prie donc de bien vouloir m’excuser, mais je dois y aller ».

Sans attendre, Oschide tourna bride et ferma bruyamment la porte sur son passage. Voilà, qu’il s’apprêtait à rejoindre la cale pour retrouver le blondinet et lorsqu’il y parvint, c’est un jeune homme apeuré qu’il voyait. Tout dans la cale était humide et inhospitalier, pas de doute qu’un petit séjour ici ferait réfléchir le jeune matelot sur les actes qu’il venait de commettre.

« Vous n’auriez jamais dû franchir cette porte ! », dit-il au blondinet à travers les barreaux de la cellule, « Rassurez-vous, vous ne resterez pas à croupir ici jusqu’à votre mort... enfin, il y a une condition. Je n’ai fait cela que pour vous mettre en garde et pour vous conseiller une nouvelle fois de taire ce que vous venez de voir bien que vous ne puissiez pas parler. Sinon, cela ne fait aucun doute que nos chemins se recroiseront de nouveau et croyez-moi, ce n’est pas ce que vous voulez ! Suis-je assez clair ? ».

Oschide attendit alors un hochement de tête du garçon. S’il acquiesçait, alors il le relâcherait, mais s’il lui tenait tête en faisant mine de se foutre royalement des menaces, alors il s’en occuperait lui-même. Cela était une garantie qu’il adressa avec un regard glacial.
Revenir en haut Aller en bas
Castielle
Humain
avatar

Nombre de messages : 170
Âge : 24
Date d'inscription : 13/09/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  32 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un voyage vers le nord [MdO 2015]   Ven 18 Avr 2014 - 23:32

Le capitaine hocha la tête, il semblait très pensif à ce qu'elle venait de lui dire. Castielle était fébrile et se sentait un peu mal de rejeter l'homme aussi simplement. En fait, ce n'était pas totalement un rejet, le capitaine ne lui avait pas directement annoncé qu'il l'aimait, techniquement, et Castielle avait un sentiment similaire envers lui. Ils ne se connaissaient encore que très peu et il fallait mieux, pour leur bien, de laisser les choses comme elles étaient en ce moment même et éviter la compagnie de l'autre le plus possible.

« Oui, Castielle, vous avez raison. Pardonnez-moi encore une fois pour ce que vous venez de voir. Je ne vous mettrais plus dans une situation comme celle-ci ».

Castielle baissa docilement les yeux. Non, elle ne lui en voulait pas, pas du tout. En fait, il valait bien pour eux de se dire exactement ce qu'ils ressentaient maintenant, alors qu'il était encore tôt et qu'il était possible de rafraîchir les braises de leurs sentiments. Enfin, c'est ce que la demi-elfe croyait, mais les sentiments et les émotions des individus avaient tendance à être fortement capricieux et... douloureux.

« Je n’ai souhaité à aucun moment vous mettre dans l’embarras, croyez-moi. J’espère que cette mésaventure ne nuira pas à notre relation. J’ai beaucoup d’affection pour vous et je ne souhaiterais pas que vous voyez en moi qu’un homme comme ceux qui vont ont agressée lors de notre rencontre. Je ne suis pas comme ça… »

La demi-elfe releva soudainement les yeux, comme cet homme pouvait penser une telle chose! Il était loin d'être comme les hommes qui s'attaquaient à de jeunes femmes dans les rues de Diantra.  «Oh, mon doux capitaine», songea tristement l'herboriste.

-Capitaine, ne dites pas de telles choses à votre sujet, vous êtes un gentilhomme, et ma pensée est honnête, rétorqua l'apprentie en osant un ravissant sourire. Si vous aviez voulu faire de moi votre jouet ou votre femme de joie, vous ne perdriez pas votre temps à me rechercher pour ma conversation, vous ne vous excuseriez pas ainsi chaque fois que vous craignez m'avoir offusqué alors que je ne suis que votre humble servante!

Son ton de voix s'était légèrement accentué, mais chaque paroles qui sortait de sa bouche était la vérité, aussi pure telle qu'elle se devait de l'être. Sur ces derniers mots, elle s'inclina très bas pour le saluer, puis quitta la cabine pour se rendre à la sienne d'un pas très rapide. Aujourd'hui, elle prierait. Castielle prierait la déesse Néera afin que celle-ci guide le noble capitaine sur le bon chemin, puis pour être pardonné par son manque de vertu envers un homme pour lequel elle ne pouvait se permettre plus qu'une amitié discrète.


(HRP - Je vais terminé ça ici pour Castielle afin qu'on puisse avancer.)
Revenir en haut Aller en bas
Finnegan Sidhe
Humain
avatar

Nombre de messages : 168
Âge : 28
Date d'inscription : 13/04/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un voyage vers le nord [MdO 2015]   Sam 19 Avr 2014 - 0:00

C’était sombre et humide. Au moins c’était salubre… Il y avait des rats mais rien qui fasse concurrence à un charnier au clair de lune. Finn avait déjà vu pire. Ce qui l’inquiétait, ce n’était pas la cale, ni les barreaux, c’était la discrétion de la sanction. On l’avait mené là en catimini… À l’insu de son frère. On se l’était réservé et ça n’augurait rien de bon. Finnegan broyait du noir appuyé contre les barreaux quand il entendit quelqu’un descendre.

« …….!!!! ….! …..-.. … … …. …. .. …..! » SICKERT!!!! Enfin! Qu’est-ce qui t’as pris tout ce temps!

Se relevant avec peu de geste, quelle ne fut pas sa déception en se trouvant face à face avec cette brute! Finn le regarda par en dessous, méfiant. Le gamin avait un visage ouvert et on y lisait facilement ses émotions. Son attitude ne reflétait pas de défi obstiné mais plutôt la ferveur d’une conviction. Il le lui avait déjà dit plus tôt : il ne le laisserait pas faire. En outre, il avait déjà eu affaire à pire que lui; Barbaque ne faisait pas dans la dentelle mais Elow était carrément dangereux. Finnegan fit 2 pas en arrière pour s’éloigner des barreaux de sa prison, veillant à ce que le gradé ne puisse pas l’agripper au travers des barreaux.

« …… ………. …………! »
C’était totalement involontaire! Se défendit l’adolescent. « .. …. ….. ………… …. .. ……, .. ……. … ….. …. … …..! » Si vous aviez correctement tiré le verrou, il n’aurait pas céder sous mon poids!

Mais le gradé poursuivait sans réaliser qu’il lui répondait. C’était agaçant. Ce type était v-r-a-i-m-e-n-t agaçant. Par les juges! Ce n’est pas parce qu’il n’a pas de voix qu’il n’a rien à dire! Et le voilà qui lui recommande encore une fois de se taire, et qu’il y ajoute de nouvelles menaces indéfinies. Clair? Ça l’était. Pourtant Finnegan n’hocha pas la tête positivement, il inclina plutôt la tête sur le côté dans une attitude pensive, le fixant de ses yeux sombres remplis de point d’interrogation.

Non, finn n’était pas le genre d’individu avec lequel il est nécessaire de répéter ou de menacer. Toutefois, avant d’accepter le pacte, il est prudent de bien en comprendre tous les termes. Or l’insistance du gradé le faisait douter.

Il se tâta les poches et en produisit un crayon à la mine de plomb. C’était un objet de luxe qu’on trouvait volontiers dans un bureau de scribe. Finn l’avait dérobé au Manoir de Solara. Il s’agenouilla par terre et s’étirant au travers des barreaux pour atteindre la planche du côté du gradé, il écrivit quelques mots dans une orthographe créative mais une calligraphie soignée. Il y avait des tas de chose que l’adolescent aurait voulu échanger. Pourtant il écrivit une question parce que leurs préoccupations n’avaient rien en commun et qu’il cherchait à comprendre. Finn était ainsi, empathique.

J’avais compris la première fois.
Il hésita un peu avant de former les mots suivants: De quoi avez-vous peur?
Revenir en haut Aller en bas
Oschide d'Anoszia
Humain
avatar

Nombre de messages : 477
Âge : 26
Date d'inscription : 10/02/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29 (Mort)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un voyage vers le nord [MdO 2015]   Sam 19 Avr 2014 - 10:44


Comme un peu plus tôt sur le pont, le blondinet ne lui répondit qu’en faisant des rugissements incompréhensible qu’il ne comprit pas vraiment. Son regard était pourtant toujours le même, sévère et glacial car il pouvait être sûr qu’il ne lâcherait pas l’affaire de sitôt. L’obscurité qui régnait dans la cale n’allait pas pour aider. Il ne voyait que quelques ombres du jeune homme, il n’y avait que sa tignasse blonde qui était vraiment visible. Mais après qu’il ait fini de parler, le jeune homme sortit de sa poche une chose qui devait être une craie et il commença à écrire sur une des planches non loin de lui. Il put alors y lire « j’avais compris pour la première fois », un petit sourire se fit apparaître sur ses lèvres. Mine de rien, le petit comprenait assez vite, c’était plutôt une bonne chose. Puis, il vit une nouvelle inscription, « De quoi avez-vous peur ? ». Ses yeux fixèrent alors le jeune homme une nouvelle fois, et cette fois-ci, il pouvait le regardait distinctement dans les yeux.

« Peur ? », Oschide se mit à rire, « Non, je n’ai pas peur. J’ai juste une haine farouche vis-à-vis de ceux qui écoutent aux portes et qui parlent trop. Dans votre cas, je suis au moins sûre d’une chose, vous ne risquerez pas de parler ».

Le capitaine mit alors sa main sur le pommeau de son épée.

« Mais vous semblez être beaucoup trop intelligent pour être un simple apprenti. Je n’ai jamais rencontré un matelot sachant écrire, ou bien même écrire avec une telle simplicité et rapidité. Votre cas m’interroge Finnegan, le savez-vous et je n’aime pas me méfier d’une personne que je juge trop encombrante ».

Il se baissa pour se mettre à peu près au même niveau que le blondinet et afficha un léger sourire.

« Je n’ai pas besoin de chercher très longtemps pour savoir que vous n’êtes pas qu’un simple matelot, n’est-ce pas ? J’ignore donc pour quelle raison vous vous êtes fait passer pour tel, et à vrai dire, je m’en moque. Mais ne me poussait pas à assouvir ma curiosité », avant de finir," nous nous reverrons".

Il se remit debout et n’attendit aucune nouvelle réponse de la part du jeune Finnegan. Son message était passé, maintenant, il verrait bien ce qui se passerait dans les jours qui suivraient. En sortant de la pièce, il vit deux marins attendre bêtement. Il leur jeta à peine un regard et lorsqu’il fut assez loin d’eux, il leur donna un ordre.

« Libérez le prisonnier ! »

**********************

Le reste du voyage se passa sans encombre. Oschide prépara avec ses hommes le début de la campagne et donna les nouveaux ordres pour que tout le monde soit prêt. Après une ennéades, les dizaines de navires arrivèrent enfin sur les côtes etherniennes. A la vue de ses côtes, son coeur se mit à battre un peu plus vite. Voilà qu'il y était enfin, la guerre était là, la gloire attendrait encore un peu, mais il avait le pressentiment qu'elle arriverait elle aussi. Il pensa alors à la jeune Castielle qu'il n'avait pas revu depuis le jour ou il lui avait demandé de rejoindre sa cabine et un élan de tristesse s'empara de lui. Tristesse aussitôt chassée par le souvenir du jeune blondinet qu'il n'avait vu que quelque fois sur le pont lorsque tous les mâtelots s'afféraient aux manoeuvres. Il lui adressait toujours un bref regard qui voulait en dire long. Il ignorait par contre quels chemins emprunteraient le jeune mousse et dans quelle circonstance, il serait amené à le retrouver. Au loin devant lui, les falaises se dessinaient enfin distinctement.


Revenir en haut Aller en bas
Haize Sepiida
Humain
avatar

Nombre de messages : 1301
Âge : 118
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un voyage vers le nord [MdO 2015]   Mer 23 Avr 2014 - 2:41



La traversée allait bon train, l'Olienne a toujours été calme et cette traversée ne fait pas d'exception. Sickert était aussi paisible que la mer. Il était calme, serein. Il est de toute évidence un marin expérimenté et peu importe l'heure du jour ou de la nuit, on peut l'apercevoir, parmi les matelots, participant aux manoeuvres, même lorsqu'il est en repos. Disponible, efficace, il raconte des tas de blagues, d'histoires, des anecdotes dont personne n'est vraiment certains qu'il s'agisse vraiment d'anecdotes ou de pures inventions. Il y a probablement un peu des deux. Mais c'est divertissant et puis, les histoires de marins n'ont que rarement la qualité d'être vraies, comme les histoires de pêches et de bagarres. Sa bonne humeur est contagieuse et sur ce navire, ça chantonne et ça sifflote beaucoup, du moins du côté des marins. Les soldats sont plus réticent à participer aux festivités qu'il provoque, comme si leur statut devait les empêcher de s'amuser un peu. Quelques uns, plus fantasque que les autres, sans doute, se laissent aller au jeu et participent, discrètement. Il a réussit à en faire chanter quelques uns, parmi les marins. Sickert a ce don incontestable de mettre tout le monde sur un pied d'égalité et de favoriser les conversations amicales et souvent totalement anodines.

Il essaie de garder Finn à ses côtés, mais le mal de mer de son cadet l'indispose. Il a pourtant fait tout ce qu'il pouvait. Il le garde au chaud, la plus souvent au centre du navire et il l'occupe, mais ça ne semble pas suffire. Du moins pas à court terme. Et c'est dommage, la mer est si belle. Enfin, pas autant que l'Eris, mais elle est belle. Elle est calme, placide, même si la plupart des marins la trouvent quand même pas si placide. Et pourtant. Il avait l'habitude de l'Eris indomptable. Et être sur mer lui donnait la nostalgie de l'Eris. C'était si calme ici sur l'Olienne. Il aurait aimé une violente tempête, juste pour calmer ses souvenirs et ses envies de risque. Appuyé sur le bastingage, il prend quelques minutes de solitude pour admirer l'horizon et l'Olienne. Les yeux mi-clos, il profite de la brise marine, du froissement des vagues et du vent qui fait claquer les voiles. La couleur de l'eau est différente, même l'odeur est différente, note-t-il. Après cette guerre, il devra penser à retourner naviguer sur l'Eris, juste pour voir ce que ça fait.
Revenir en haut Aller en bas
Castielle
Humain
avatar

Nombre de messages : 170
Âge : 24
Date d'inscription : 13/09/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  32 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un voyage vers le nord [MdO 2015]   Lun 28 Avr 2014 - 2:23


Castielle sortit de sa petite cabine afin de se dégourdir les jambes. Un petit sachet de couleur sobre traînait entre ses doigts graciles qu'elle serra doucement contre sa poitrine en se frayant un chemin dans les passages étroits et parmi les marins et les soldats qui prenaient un malin plaisir à sentir la demi-elfe les frôler avec ses jupes et ses frêles épaules. Au bout de quelques minutes, elle se retrouva sur le pont et huma l'air salin, un sourire ravi pendant à ses lèvres. Le soleil lui réchauffa les joues, puis elle déambula sans but précis vers la balustrade la plus près et fixa curieusement la mer. Depuis son départ de Diantra, la jeune femme avait fortement désiré voir de ces mammifères marins dont elle avait tant entendu parler et dont elle avait admiré des esquisses dans de vieux bouquins poussiéreux appartenant à son maître.

Elle soupira en voyant la mer si calme d'où la vie semblait s'être défilée des centaines d'années auparavant. Bien sûr, Castielle pouvait se réjouir d'une mer calme et du peu de soucis qu'elle offrait à l'équipage, cependant...

La demi-elfe tourna la tête, puis aperçut non loin une tignasse blonde qu'elle reconnut aussitôt. Castielle rejoignit joyeusement le jeune garçon portant le nom de Finnegan et le salua avec un grand sourire, la tête légèrement penchée sur le côté, son petit sachet encore entre ses bonnes mains.


-Monsieur Finnegan! s'écria-t-elle une fois à portée de voix. J'étais justement à votre recherche!

L'herboriste lui tendit son sachet dont une légère effluve sucrée s'en dégageait pour chatouiller les nez les plus fins.

-J'avais apporté ceci au cas où j'aurais moi-même des malaises sur l'eau, mais je ne m'en suis pas sortie très mal, comme vous pouvez le constater! dit Castielle sous un ton affable. Prenez ceci, mâchouillez quelques brins de ces herbes et si votre corps accepte cette médicine, vos malaises en mer devraient s'atténuer avec le temps! s'exclama-t-elle ensuite jovialement.

Castielle n'en voulait pas à ce garçon pour l'évènement fâcheux qui s'était déroulé quelques jours plus tôt dans la cabine du capitaine d'Anoszia. Son cadeau était aussi une façon pour elle de faire la paix entre eux si jamais le garçon avait eu des sentiments envers elle entre temps. Son attention se porta ensuite à une silhouette de dos qu'elle reconnut rapidement.

-Ah, monsieur Sickert!

Elle considéra ensuite brièvement monsieur Finnegan.

-Ne vous en faites pas, ce n'est pas empoisonné! lança-t-elle naïvement. À moins que vous n'y soyez allergique, mais j'en doute fortement!
Revenir en haut Aller en bas
Finnegan Sidhe
Humain
avatar

Nombre de messages : 168
Âge : 28
Date d'inscription : 13/04/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un voyage vers le nord [MdO 2015]   Jeu 22 Mai 2014 - 17:08

L’exubérance de Sickert… Il attire l’attention, toute l’attention. Sa personnalité est lumineuse et attirante. On souhaite se trouver à ses côtés, il met tout le monde à l’aise. En sa présence, les limites s’estompent, les frontières s’étiolent et la hiérarchie prend une importance toute relative. Dans son ombre, Finnegan reste anonyme et invisible.

Assis au pied du mat, il reprise des voiles. Finn faisait un pitoyable mousse mais il savait coudre. Enfiler l’aiguille, piquer, tirer. Répétitif. Pas besoin de réfléchir. Tout ce qui est nécessaire c’est de la minutie. Finnegan n’a pas l’habitude de ce genre de tâche. On exige plutôt de lui de la rapidité, de la furtivité, rester alerte dans toutes les conditions. Son esprit trop peu sollicité part à la dérive… C’est dans cet état que l’elfe le surprend.

Finn leva les yeux de son ouvrage en entendant son nom. Son vrai nom. Il tendit même la main pour recevoir ce qu’elle lui tend. Des herbes, à mâcher? Contre le mal de mer? Finn lui sourit aimablement et la remercia d’un signe de tête. Il n’y avait que les elfes pour confondre les hommes avec les ruminents.

Daoine Ingrid aussi se servait de plante médicinale…

Ça se passait de commentaires, non?

Castielle apparaissait comme une créature pure. De mauvaises intentions? C’était difficile d’y croire. Elle semblait toute confite d’innocence. Elle ne voulait que son bien… Elle désirait l’aider. C’était particulièrement généreux aux vues des problèmes que Finn lui avait créé en faisant irruption dans la cabine. Daoine Ingrid aussi était une créature particulièrement séduisante. Mais par les juges, pourquoi spécifiait-elle que ce n’était pas empoisonné? Incapable de départager le bien du mal, inextricablement mélangés dans toutes les machinations de leur mère, Finn avait tout rejeté en bloc. Il y avait pourtant tant de choses utiles dans ce que sa mère lui avait transmis. Les sorcières des marais possèdent de grandes capacités, je grands pouvoirs. Il avait choisi de s’exiler pour ne pas succomber à la tentation. Il avait choisi de ne pas user de son savoir ni même de ses capacités afin de se soulager lui-même. De l’obstination. Finn était obstiné.

Il y eut un instant de flottement. L’adolescent échangea un regard avec son frère. Son aîné connaissait toutes ses réticences et il ne les partageait pas. Ils s’étaient souvent disputés à ce sujet.

Un acte de foi, Finn ouvrit le sachet, préleva un plein creux de main d’herbes et les enfourna. Eh merde, pensa-t-il… Il mastiqua avec application, un jus vert lui tachant les dents. Allez Sick, fais-lui ton numéro, je me sacrifie à la cause!
Revenir en haut Aller en bas
Haize Sepiida
Humain
avatar

Nombre de messages : 1301
Âge : 118
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 38
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un voyage vers le nord [MdO 2015]   Dim 1 Juin 2014 - 16:20


Oui, tout de même, l'Olienne était belle. Calme, mais très belle. Rien à voir avec la beauté passionnée et viol;ente de l'Eris, mais nettement plus réconfortante. Et Finnegan avait le mal de mer. C'était navrant. S'il avait le mal de mer sur l'Olienne, sur l'Eris ce serait insupportable. Finalement, Finnegan avait des défauts. Enfin, un défaut. Il aurait pourtant tellement aimer partager l'Eris avec lui. Peut-être qu'un jour...

- Ah, monsieur Sickert!

Monsieur ? Il détourne le regarde de l'horizon et pose les yeux sur la ravissante demi-elfe. Son air paisible et serein se meut en un sourire de pur contentement. Il se détache du bastingage et rejoint l'elfe avec un enthousiasme et un contentement non feint.

- Mademoiselle Castielle ! Quel plaisir de vous voir, annonce-t-il avec sincérité.

Elle était près de Finn, qui, toujours assis, sur ses genoux posés une voile, tenait entre ses doigts un sachet, de toute évidence offert par la guérisseuse. Sickert conserve son sourire lorsqu'il croise le regard incrédule de Finnegan. Oh oui, Sickert savait ce qu'en pensait son petit frère et il n'était pas d'accord sur tous les points. Maintenant, il serait impossible d'accepter quoique ce soit de la part de Madame Ingrid, mais tous les guérisseurs n'étaient pas Madame Ingrid. Finnegan n'était pas Madame Ingrid. Il l'avait prouvé à maintes reprises. Sickert hoche la tête, intimant son cadet à tenter le coup. Sickert n'était pas naïf, ni dupe, mais il profitait de ce qui passait et il n'en n'avait pas de remords, même si parfois ce qui passait n'était pas tout à fait moral. Il essayait encore d'inciter Finnegan à user des apprentissages de Daoine Ingrid à leur fins. Mais Finn faisait la sourde oreille. Tout ça aurait pu leur être utile. Sickert ne se gênait pas pour en user, lui, mais leur héritage maternel était différent.

- Oh, ne dites surtout pas ce genre de choses à mon frère, il est un peu paranoïaque, il pourrait refuser d'en prendre juste parce que vous l'avez insinué. Mais si ça fonctionne, ce serait une véritable bénédiction ! dit-il, enthousiaste en observant son cadet avant de reporter les yeux sur la demi elfe. Alors, Mademoiselle Castielle, comment se déroule votre traversée ? Rien ne vous incommode j'espère, s'inquiète-t-il, l'air tout à fait concerné par son bien-être et sa quiétude.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un voyage vers le nord [MdO 2015]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un voyage vers le nord [MdO 2015]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le voyage vers l'ailleurs (quête dragon)
» Vers le Nord.
» Vogue, vogue vers le Nord
» Voyage vers Dol Amroth, l'héritage d'une lignée
» Et elle remonte, remonte, toujours plus haut, tête vers le nord, pour mieux tomber plus bas, toujours plus fort ?? Harmony } U.C'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: OCÉANS :: Océans :: Mer Olienne-
Sauter vers: