AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 De la chope au tonneau (Rhys)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Salfaryl le Sombre
Nain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 50
Âge : 25
Date d'inscription : 14/03/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 297 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: De la chope au tonneau (Rhys)   Lun 24 Mar 2014 - 0:49

Le printemps était arrivé, c’était une très bonne nouvelle. L’hiver n’avait eu que très peu d’emprise dans la région, à vrai dire, il faisait toujours chaud à Thaar. Mais dans cette chaude fin d’après midi, le nain était heureux. Son commerce fonctionnait en grande partit grâce à un stock venu du nord, de nanie plus exactement. Las bas, le temps avait été froid et le givre avait grandement compliqué les voyages par bateau. Les affaires avaient bien marchés, les stocks s’épuisaient et il était impossible pour le Corbeau gris, d’être en rupture. Il en allait de sa notoriété !
Souriant discrètement dans sa barbe grise, de légère facette se creusait sur son visage minéral.  Mais il retrouva bientôt son aspect normal, il n’était pas d’usage de montrer ses réels sentiments, Jaenok préférait rester discret.

Voila une heure qu’il avait commencé une longue vaisselle,  une montagne de chope remplissait une vasque en pierre servant de lavabo.  Déjà lavait et frottait, il se contentait de passer un mouvement de chiffon similaire sur chacune. Ainsi il pouvait se permettre de jette un œil en permanence dans la grande salle.  Salle qui était à vrai dire bien peu peupler. Le demi étage était vide, une table du fond était occuper par un groupe de trois marins,  ils jouaient aux cartes et avaient arrêté de consommer depuis plus d’une demi heure. Prêt de l’âtre central une autre table était occupée par un homme aux vêtements en guenille et à l’œil borgne, il noyait sa dernière paye dans un verre de bière brune amer. La dernière table occupé se trouvait plus proche du bar, deux hommes discutaient à voix basse, l’un d’eux portait de beaux autours. L’autre lui fit un signe quand il croisa son regard. Il saisit une chope sèche et déboucha un petit tonnelet en y servant une bière peu chère de fabrication local, la seule entorse à son règlement. Puis il posa la chope sur plateau et une serveuse s’en empara pour la porter à destination. La tranquillité ambiante fut troubler par l’entrée d’un nain, c’était Dum, le bras droit du Corbeau gris. Le nain à la barbe gris roux avança d’un pas décidé, il n’accorda aucun regard à la clientèle présente et s’arrêta une fois devant le bar.

« Salut à toi Rhaep le sombre, que me vaut donc le privilège de ta présence ? Les vendeurs de lait de cheval fermenté du quartier sud ont-ils encore essayés de nous flouer ? Ou non ! Les marins du « Loup de mer » sont enfin rentrés à terre ? Les affaires reprendraient de plus belle ! »

Jaenok rit de bon cœur, mais cela ne déclencha pas plus qu’un froncement de sourcils chez son interlocuteur. Ce nain était vraiment fait de granit.


« Salut à toi Corbeau gris. Non. Mais présence à un autre but. » Il continua en khuzdul empêchant ainsi tout le monde de comprendre « Le nid se vide…Regnar et Bartog vienne de contracter le chuf et notre caravane doit repartir avant la prochaine lune sinon nous ne respecterons pas les conditions, l’Ancien risque d’y voir rouge. »

Crétin de nain ! C’est deux expatriés avaient contractés une maladie  ressemblant à une varicelle bien plus contagieuse et plus agressive. Ils seraient donc indisponible pendant presque deux lunes, voila un évènement qui venait ombrager sa belle journée ! Il continua lui aussi dans sa langue natale.

« Par la barbe du créateur, nous respecterons les délais et tu le sais. Dit à Kraggi de préparer le convoi, je trouverais une solution et nous partirons à temps, même si je dois remonter la rivière moi-même à la nage. »

« Bien Corbeau, je serais sur le port si tu as besoin de moi »

Sans autre forme de procès il inclina légèrement la tête, remis sa capuche et disparut dans la rue. Jaenok soupira et tapa du poing sur la table. Tous ses hommes de mains étaient indisponibles et à vrai dire, il redoutait devoir réellement accompagner la caravane lui-même. Encore une fois, ses plans d’il y à une trentaine de minute avait bien changé. Il retourna au séchage de ses chopes. Réfléchissant au problème, les solutions étaient diverses, mais laquelle était la plus viable ?
La porte s’ouvrit une nouvelle fois, un inconnu. Il lui lança un regard de cuivre et lança d’une voix rauque.

« Bienvenu au Trois-Corneilles…Que puis je pour vous ? »

Revenir en haut Aller en bas
Rhys
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 98
Âge : 25
Date d'inscription : 15/02/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: De la chope au tonneau (Rhys)   Jeu 27 Mar 2014 - 18:12


.....La fin de l’après midi approchait. Torse-nu, une serviette sur les épaules, Rhys échangea une dernière passe d’armes avec Olvar.

.....- Restons-en là pour aujourd’hui.

.....L’autre approuva d’un grognement. Ils s’étaient entraînés ensemble tout l’après-midi, le jeune homme souhaitant mettre en pratique les techniques que Nymaël lui avait enseignées à la rapière et l’ancien soldat voulant mettre à l’épreuve son épaule récemment soignée. Rhys serra la main que lui tendait son ami, puis alla s’asseoir, épongeant la sueur sur son visage avec sa serviette. Ils s’étaient entraînés à l’extérieur, dans la petite cour de l’hôtel des Sans-Couleur, histoire de profiter du retour du printemps. On sentait encore les dernières traces de l’hiver, mais il ne faisait jamais vraiment froid à Thaar.
.....Ses yeux se posèrent sur la rapière que lui avait prêtée Nymaël. C’était un bel objet, avec sa garde élaborée et filiforme et sa lame fine. Rhys en appréciait l’esthétique autant que la technique, élégante et raffinée, mais préférait la liberté, lame en main, offerte par son épée. La façon de tenir une rapière différait en effet de la façon de tenir une épée, et offrait moins de possibilités. D’autant que Zénith était presque aussi légère que la rapière, et plus équilibrée. Mais il aimait manier l’arme de l’elfe de temps en temps, pour se divertir.
.....Il se leva : il avait besoin d’un bain, et le début de soirée approchait à grand pas. Il ramassa ses affaires sur le banc de pierre, puis alla déposer la rapière dans la salle d’armes. C’était une grande salle carrée, très lumineuse, dont les murs étaient percés de grandes fenêtres, celles du mur de droite donnant sur la cour. Il descendit ensuite au sous-sol, ou il fit sa toilette et se prélassa dans l’eau chaude pendant une bonne demi-heure.
.....Cela faisait une semaine qu’ils étaient rentrés à Thaar, juste à temps pour le début du printemps. La capture de Lanier n’avait pas été chose aisée, mais le retour en Ithrii’Vaan avait été sans embûches, et ils livrèrent le demi-elfe en temps et en heures, touchant ainsi la prime substantielle qui leur avait été promise. Prime qu’ils avaient partagée à parts égales entre Rhys, Olvar, Ballard et Eyrin. Le jeune homme avait alors dépensé presque un quart de sa part le soir même, entre les tournées générales, les filles de joie et le jeu, et presque la moitié dans les jours qui suivirent. Les choses s’étaient petit à petit calmées et Rhys, commençant à s’ennuyer, se dit qu’il était peut-être temps de chercher du travail, ou du moins de mettre sa chance à l’œuvre et de se remplir un peu les poches au jeu.
.....Il retrouva Olvar après s’être habillé. La journée touchait à sa fin, il était temps d’aller jouer un peu. Ils quittèrent l’hôtel, direction les Trois-Corneilles, une taverne tenue par un nain qu’Olvar fréquentait souvent et que Rhys connaissait de nom. Ils y furent vite, et Olvar poussa la porte.


.....- Bienvenus au Trois-Corneilles…Que puis-je pour vous ?

.....Rhys sourit et salua le nain qui venait de leur adresser la parole, manifestement le propriétaire de la taverne, mais ce fut Olvar qui prit la parole. Manifestement, il connaissait bien le nain.

.....- Bonsoir Corbeau Gris. Mon ami et moi aimerions une pinte de ta meilleure bière.

.....Rhys, de son côté, jeta un coup d’œil à la salle. Elle était presque vide, seulement occupée par deux hommes discutant, un clochard borgne et, surtout, trois marins jouant aux cartes. Le jeune homme s’approcha, tout sourires. Les trois hommes semblaient avoir arrêté de consommer. C’était parfait.

.....- Bien le bonsoir messieurs ! Mon ami et moi – Olvar inclina la tête, saluant les marins – nous demandions si nous pouvions nous joindre à vous.

.....Sans leur laisser le temps de répondre, il se tourna vers le tavernier.

.....- Tavernier, servez ces messieurs. Et amenez-nous aussi quelque chose à grignoter ! C’est moi qui régale, fit-il ensuite à l’intention des trois hommes.

.....Les gens se montraient en général plus enclins à jouer et perdre leur argent avec une chope pleine, surtout une chope qu’ils n’avaient pas payée. D’abord suspicieux, les trois marins se montrèrent ravis d’accueillir Olvar et Rhys à leur table.
Revenir en haut Aller en bas
Salfaryl le Sombre
Nain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 50
Âge : 25
Date d'inscription : 14/03/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 297 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: De la chope au tonneau (Rhys)   Lun 7 Avr 2014 - 17:17

Inconnu ? C’était tout compte fait, un bien grand mot. Car dans la seconde qui suivit l’ouverture de la porte, un second personnage bien plus familier accompagnait le dit inconnu. C’était Olvar. Un humain, mercenaire de son état et plutôt bon amateur de boisson de qualité. Un homme qui était au courant des activités sous terraines de la taverne. Il sourit, la chance était de son coté aujourd’hui, vraiment, le vent semblait toujours tourner au bon moment. La main d’œuvre lui manquait et voila qu’un initié poussait sa porte, il pourrait peut être négocié une escorte, le coup serait peut être un peu élevé, mais avec la soirée qui semblait s’annoncer, il rentrerait dans ses frais. Remerciant Girdon le père des taverniers dans une rapide prière, il se mit à la tache. La journée avait été très calme, mais le Corbeau gris décida d’entamer un tonnelet de « Malte d’Almia dorée », une bière naine assez rare depuis le Voile. Bientôt il en était sur, elle serait recherché par tout les grands connaisseurs. Il en versa dans deux chopes, celle des mercenaires bien entendu. Les marins eux ne reçurent qu’un quart de cette bière qu’il coupa habilement avec un mélange maltée dorée de basse qualité. Les corniauds ne feraient pas la différence, trop heureux d’avoir reçut une chope gratuite, ils seraient par contre par la suite, bien plus enclin à lever la main pour en recommander d’autre.

« Oui, la soirée s’annonce bien… »
Grommela t’il dans son langage natal. Tout en préparant son plateau avec une lenteur calculé, il distinguait déjà le sourire des marins qui accueillirent les inconnus avec plaisir. Aussi, le nain décida de se saisir de deux dés de pierre. En les placants sur table, il inciterait peut être un des hommes à les utiliser pour jouer. Bien plus prenant que les cartes, les jeux de dés incitaient généralement à boire plus d’alcool. Une tactique de tavernier.

Il fit un pas dans les cuisines, il saisit une grosse miche de pain au « sel de mer », généralement très appréciait des hommes qui prenaient le large pour son gout et sa longue conservation. Il ajouta à cela un salami épicé de fabrication naine, peu commun à Thaar, il fallait savoir faire plaisir à ses invités. Il glissa enfin un morceau de fromage de chèvre baignant dans une huile assaisonné, une fabrication local celle-ci. Mêlée ces différents ingrédients se sublimaient à merveille. Il s’approcha de la table et déposa le plateau devant les hommes qui devaient sûrement avoir fait connaissance.

« Bienvenue à toi Olvar, il y a longtemps que tu n’as pas poussé la porte de mon humble demeure. Voila de quoi vous remplir le ventre et accompagner vos jeux à toi et tes compagnons. »

Il salua les marins d’un signe de tête et s’attarda un moment de plus sur l’homme qui accompagnait le mercenaire. Un certains charisme, une pose d’escrimeur, un mercenaire sûrement, ou un duelliste. Le flair du nain ne se trompait que rarement, cet homme pourrait sûrement lui être utile aussi. Reportant son attention sur son premier interlocuteur, il se fendit d’un sourire feinté typiquement nain et passa sa main devant les deux dés.

« Voici de quoi rajouter un peu de piquant à votre soirée, prenez en soins ! » Son geste parut très naturel, mais en réalité, il envoyait un message. Ainsi quand l’homme scruta le jeu de dés, les deux faces représentaient le chiffre 1 remplacé par une corneille pointait vers le bar. Toute autre personne n’aurait rien distingué, mais les initiés connaissaient le signe. Ainsi le Corbeau gris proposait à ses invités de venir le rejoindre au bar une fois qu’ils auraient achevés leurs soirées. Un moyen discret de convier les hommes. Ainsi il pourrait discuter dans un cercle bien plus privé, certaines nouvelles ne pouvaient s’ébruiter.
S’assurant que l’homme avait remarqué, le nain s’inclina légèrement devant ses hôtes.

« Que la chance soit avec vous messieurs »

Sans un mot de plus il retourna en direction du bar. Il se servit une pinte du tonnelet qu’il venait d’ouvrir, s’assurant en même temps qu’une buche brulait encore dans l’âtre. Maintenant il fallait être patient, une qualité qu’il savait très bien exploiter.
Revenir en haut Aller en bas
Rhys
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 98
Âge : 25
Date d'inscription : 15/02/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 27 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: De la chope au tonneau (Rhys)   Jeu 24 Avr 2014 - 4:10


.....Olvar et Rhys firent rapidement la connaissance des trois marins. Tous trois travaillaient pour l’un des princes-marchands et venaient à peine de rentrer après plusieurs semaines en mer. Joran, un grand blond, était originaire de la péninsule, aussi lui et Rhys échangèrent quelques anecdotes, vantèrent le vin du sud et les femmes du nord auprès des trois autres. Un esprit de franche camaraderie s’installa en quelques minutes à peine.
.....L’ambiance idéale pour se remplir les poches sans se faire d’ennemis.

.....Ils avaient débuté leur première partie de cartes lorsque le tavernier nain apporta du pain, de la charcuterie, du fromage et des chopes de bière pour faire descendre le tout. Olvar discuta quelques instants avec lui, lui apprenant qu’il n’était pas venu depuis longtemps parce qu’il avait passé l’hiver à Diantra, « pour affaires ». Cela piqua la curiosité des marins, qui ne tarirent pas de questions jusqu’à-ce qu’ils apprennent qu’ils étaient, en quelques sortes, chasseurs de primes. Ce n’était pas la vérité, du moins pas la vérité entière, mais ils s’en contenteraient sûrement, se dit Rhys. Le tavernier s’en alla, leur laissant deux dés de pierre, et les cinq hommes clôturèrent le sujet des carrières en trinquant tous ensemble. Le liquide que porta Rhys à sa bouche était de l’ordre du divin. Légère, presque acidulée et pleine de parfum, la bière était fraîche et laissait derrière elle une amertume agréable et pas trop prononcée. Le tavernier ne plaisantait pas quand on lui demandait sa meilleure boisson. Souriant, Rhys leva sa chope vers le tavernier en signe de remerciement.
.....Ce n’est qu’ensuite qu’il remarqua la disposition, à priori anodine, des deux dés. Olvar et lui se jetèrent un regard discret, tous deux conscients de ce que cela signifiait. Manifestement, le tavernier souhaitait leur parler sans les marins, probablement en fin de soirée. Et puisqu’il semblait savoir qu’Olvar était un mercenaire, il pouvait ne s’agir que d’une chose. Décidément, entre la bière, les proies faciles qu’étaient les trois marins et le travail probable qui venait de leur tomber dessus, Rhys reviendrait aux Trois-Corneilles, pour sûr.

.....Le début soirée se déroula sans encombre. Les cartes firent bien vite place aux dés, qui se prêtaient bien plus aux soirées joyeuses et arrosées. Rhys but cependant avec précaution, n’hésitant pas à paraître plus ivre qu’il ne l’était réellement ; après tout il n’était pas là pour boire. Et puis, la bière que leur servait maître Corbeau Gris méritait qu’on la savoure plutôt qu’on ne l’enfourne. Sa chance aidant, Rhys remporta la plupart des parties, payant la prochaine tournée lorsque les marins commençaient à devenir suspicieux ou grincheux. Les protestations, cependant, se firent de plus en plus fréquentes, jusqu’à-ce que l’alcool obscurcisse suffisamment le jugement des marins pour que la carrure imposante d’Olvar cesse de les impressionner. Rono, un thaari, se leva brusquement en renversant sa chaise alors que Rhys ramassait les pièces sur la table.


.....- Trich’rie !, s’exclama-t-il, à demi chancelant.

.....Le silence tomba alors sur la salle comme un rideau de plomb. Rhys sentit les deux compagnons du marin se raidir ; l’alcool avait finalement eu raison de leur entente. Dommage. Après un hiver sans jouer, Rhys avait perdu la main quand il s’agissait de contrôler l’humeur de ses compagnons de jeu. Bah, qu’à cela ne tienne. Ça lui reviendrait.


.....- C’est là une grave accusation, répondit-il, calme et souriant.

.....Joran se leva à son tour, lentement, alors que Rhys continuait de ranger les pièces dans sa bourse.

.....- Mais l’a raison. C’t’impossib’ d’gagner autant sans triche, moi j’dis.

.....Ce fut alors à leur dernier compagnon de se lever. Plus ivre que les deux autres, il tenait à peine debout, et semblait concentrer toute sa volonté à fixer Rhys d’un air qui se voulait, supposa le mercenaire, menaçant. Conservant son calme, celui-ci rangea sa bourse et se mit à se balancer sur sa chaise.

.....- Allons, allons, messieurs. Comment, par tous les dieux, pourrais-je tricher aux dés ? Vous les avez lancés, vous savez qu’ils ne sont pas pipés. Essayons donc de garder notre calme.
.....- Doit y’avoir un truc ! T’gagnes tout l’temps, y’a pas d’aut’ explication !
.....- N’exagérons rien…
.....- Rends nous not’ or !


.....Le jeune homme laissa sa chaise retomber en avant et se leva lentement à son tour, toujours souriant.

.....- Non. Je l’ai gagné à la loyale.

.....A côté de lui, Olvar était plus tendu que les trois autres réunis, prêt à réagir. La situation était sur le point d’exploser. Tous les regards étaient tournés vers eux

.....- Trich’rie ! Répéta Rono.
.....- Allons, je suis juste en veine ce soi…
.....- VEINE MON CUL !


.....Fulminant de rage, Joran allait se jeter sur Rhys, mais celui-ci réagit plus vite. Il envoya son poing droit dans l’abdomen du marin, avant de saisir l’arrière de sa tête de la main gauche et de la jeter contre la table. Le visage du grand blond heurta le bois avec violence, produisant un fort son de fracas mêlé d’os brisés, avant qu’il aille s’étaler au sol, inerte.
.....Ses deux compagnons n’avaient pas bougé d’un poil, tous deux bouche bée. Olvar, lui, s’était levé brusquement mais n’avait guère eu le temps de faire plus. Le mercenaire profita de la surprise des deux marins ivres pour prendre la parole.


.....- Bien, vous avez deux choix : soit vous ramassez votre ami et vous déguerpissez dans la minute, soit je vous mets dans le même état et on vous abandonne dans une ruelle. Et Thaar est réputée pour beaucoup de choses, mais pas pour la sécurité de ses rues à la nuit tombée. À vous de voir.

.....Les deux hommes se fixèrent l’un l’autre du regard, avant de se précipiter vers Joran, inconscient et pissant le sang par les narines, et de le porter tant bien que mal et aussi vite qu’il leur était possible dans leur état vers la sortie, grommelant menaces et insultes.
Le calme revint petit à petit. L’auberge n’était pas bien pleine, mais il y avait tout de même eu certains témoins, et ceux-ci reprirent leurs conversations. Rhys, lui, toujours debout, finit tranquillement sa chope, avant de se tourner vers le tavernier, qui avait assisté à toute la scène. Il s’approcha du comptoir, souriant.


.....- Désolé pour le grabuge. Tout le monde réagit différemment à l’allègement de sa bourse, j’imagine.

.....Il posa sa chope sur le comptoir.

.....- Excellente bière, très raffinée. Les brasseurs nains sont vraiment les meilleurs dans leur domaine.

.....Olvar vint les rejoindre. Même lui était un peu soûl, alors qu’il tenait si bien l’alcool. Tous avaient vraiment beaucoup bu. Amusé, Rhys reporta son attention vers le nain derrière le comptoir.

.....- Quoi qu’il en soit… Mon ami et moi avons cru comprendre tout à l’heure que vous souhaitiez vous entretenir avec nous en privé ?
Revenir en haut Aller en bas
Salfaryl le Sombre
Nain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 50
Âge : 25
Date d'inscription : 14/03/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 297 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: De la chope au tonneau (Rhys)   Lun 28 Avr 2014 - 11:51

Comme tout bon Corbeau, il scrutait. Ses yeux de bronzes ne perdirent aucune miette de ce qui se passait à table. Bien sur, il avait assez de tact pour feindre une activité rondement mener, celle qui consistait toujours à essuyer sa vaisselle tout en se servant régulièrement dans sa choppe. Mais Jaenok suivit le déroulement de cette soirée de A à Z. Comme il l’avait prévu, les hommes se saisirent des dés et bientôt les commandes affluèrent. Il revint souvent à table, n’oubliant pas son petit stratagème consistant à servir une bière de meilleure qualité aux deux mercenaires qu’aux marins qui eux ne goutaient qu’a une simple mousse. Bien sûr, l’addition elle ne s’accommoderait pas des  ces différences. Le sourire du nain ne quitta pas ses joues quand les premières pièces d’or vinrent clinquer sur son comptoir. Il n’existait pour lui aucuns plus beaux sons au monde, mais cela ne transparut pas sur son visage.

Le temps passa et l’alcool sembla faire ses premiers effets. En très bon tenancier, il savait que le vent était sur le point de tourner. L’Inconnu semblait mieux tenir la chope qu’Olvar et autre détail, la chance semblait s’accrocher à lui. Corbeau gris constata que ses jets de dés pouvaient sortir d’affilé les meilleurs combinaisons de leurs variantes de jeux. Un détail important qui lui réchauffa le cœur, un mercenaire chanceux était souvent un bel atout. Mais Jaenok le savait, cet état de grâce ne durerait pas.

Les mots redoutaient tonnèrent dans l’air : Tricherie.

Comme à chaque fois qu’un homme semblait ramasser plus qu’un autre, c’était généralement le plus dépouillé – et le plus alcoolisé- qui se levait de table et qui accusait le ramasseur. Ne coupant pas à la règle un des marins était debout. L’inconnu sembla plutôt calme mais le ton monta. Et quand le marin se jeta sur lui, et bien il ne comprit pas ce qui lui arriva. Il se retrouva la tête fracasser contre la table, le nez en sang, après un discours d’Olvar, les trois marins déguerpirent.

« Rapide l’humain… »
Marmonna t’il de son comptoir dans sa langue natal.

Tout était allé très vite, les marins s’en était allé…En oubliant de payer ! Il fulmina de colère quand l’inconnu se tourna vers lui et prit la parole pour s’excuser. Plate excuse comparé à la somme qu’il avait perdu, mais quand il vanta la bière, tout changea. Un sourire se redessina sous ses grosses moustaches et quand Olvar les rejoints, il fut heureux de constater que le code avait été comprit.
Il se racla la gorge et baissa légèrement la voix, son fort accent nain ressortant encore plus.

« En effet, nous discuterons mieux dans un autre endroit, suivez moi. »

Il scruta la salle et après une petite minute fit un signe à un employé qui vint les rejoindre, les invitas les deux hommes à le suivre tandis que le nouveau venu prit la place au comptoir. Le nain fit le tour d’un énorme tonneau qui lui servait de mur de comptoir. Il tira une trappe qui donna sur un escalier éclairé par une torche. Une forte odeur de iodé se fit sentir, les quais étaient proche. Il alluma une seconde torche et fit un autre signe à ses invités, ils étaient dans la cave. Sans dire un mot le nain continua sa route jusqu'à une armoire dans le fond de la pièce, il souleva un loquet d’un geste rapide et celle-ci craqua dans un bruit sourd avant de produire un second clic plus aigu. D’une main il la fit basculer et ouvrit ainsi le chemin vers la dernière salle.

Un entrepôt tailler dans les sous sols, le style changeait radicalement avec la cave qu’ils venaient de traverser. Ici tout était bien plus nain, de l’architecture au mobilier. Jaenok les mena à une table ou il s’assit et après avoir bourré une pipe, prit enfin parole.

« Bien, nous voici dans un endroit plus convenable, ce sont mes entrepôts. Mais au fait, a qui ais je l’honneur ? » Cette question était pour l’inconnu plus si inconnu que ça maintenant.
Il continua en exposant son projet.

« J’ai un contrat pour vous messieurs, vous êtes des mercenaires et j’ai besoin d’homme. Le voyage sera long, il nous mènera au delà des terres des hommes, chez les miens. Dois je vous en dire plus ou la proposition d’un hypothétique arrangement n’ai plus envisageable ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De la chope au tonneau (Rhys)   

Revenir en haut Aller en bas
 
De la chope au tonneau (Rhys)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'auberge de la Chope de Fer
» Confrontation [PV Joshua Rhys]
» (M/LIBRE) JONATHAN RHYS MEYERS
» 2015 - Isla Navarino – Baia de Wulaia - La poste du tonneau
» Une choppe et ça ira mieux.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Principautés de Thaar :: Thaar (Cité)-
Sauter vers: