AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La dernière chance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Madeleyne d'Odélian
Humain
avatar

Nombre de messages : 37
Âge : 194
Date d'inscription : 27/10/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  20+
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: La dernière chance   Sam 17 Mai 2014 - 6:25

Début de la quatrième ennéade,
Du Favriüs printanier,
De la huitième année,
Du onzième Cycle.



Derrière les bannières du Bélier noir et des Ailes blanches suivaient deux longs drapeaux blancs. Et derrière les porte-étendards, une dizaine d’hommes en armes et à cheval galopaient jusqu’à Alonna. Au-devant de la mission diplomatique cavalcadait Romayn Ferrois. Son visage envahi par une barbe hirsute était plus fermé que de coutume. Ses yeux d’un bleu glacé ne cillaient pas. On aurait dit une statue que quelques gandins avaient placée sur un cheval et habillé dans un accoutrement guerrier et noir.
Quand ils furent aux portes de la bourgade, la course perdit en intensité avant de s’immobiliser complètement. Une fois les formalités convenues avec la garde, l'ambassade entra au trot pour se diriger vers le château qui surplombait la ville entassée. Tous étaient silencieux à part messer Romayn. Ce dernier jetait un regard furieux sur la basse ville et ses venelles, et ses yeux durs enserraient chaque soldat qu’il croisait. Quand il reconnaissait les couleurs d’une maison vassale d’Etherna ou une armure de facture odéliane, il crachait systématiquement « Traîtres. Parjures. »

Le chevalier Romayn Ferrois était un homme fameux dans le nord et apprécié à la cour d’Odélian. Seigneurs et dames étaient nombreux à vanter son talent pour l’art oublié du meurtre à l’arme blanche ainsi que sa rectitude, qu’il avait tous deux en abondance. Ce qui le rendait particulièrement inapproprié pour une mission diplomatique à l’adresse de Jérôme d’Etherna au nom et pour le compte de Géraud Berdevin. Les hommes de son prestige manquaient cependant à Odenhem depuis que la majorité de la noblesse du marquisat était partie folâtrer dans le sud à la rencontre de la régente Arsinoé en compagnie du sénéchal Philinte Berdevin et de la marquise douairière Madeleyne d’Ancenis. Le reste des gens de bonne famille résidaient aussi à Odenhem, mais messire Géraud avait reçu l’ordre strict de son oncle Philinte de n’en laisser sortir aucun… Aussi Ferrois, qui avait l’heur de ne présenter aucune valeur politico-lignagère en tant qu’otage, avait été astreint à la corvée.
Avec une mauvaise grâce étonnante, soit dit en passant.

« Traîtres. Traîtres. Traîtres. » A mesure qu’on le conduisait dans les appartements du baron d’Etherna, le nombre de chevaliers qu’il connaissait s’était multiplié. Si bien qu’il en avait presque la gorge sèche. On les introduisit, lui et deux de ses hommes, jusqu’à Jérôme ou l’homme qu’il avait désigné pour recevoir la délégation. En passant, Romayn Ferrois croisa le regard de Guillaume de Clairssac, le frère du baron d’Etherna, un chevalier qu’il avait côtoyé. La bouche de l’émissaire cette fois resta fermée et son regard se partagea entre tristesse et fureur.

L’Odélian continua à bâcler le travail. Répondant aux salamèques comme aux questions en grinçant la réponse monosyllabiquement, il conclut sur un « Bon. » et sortit de son mantel une lettre cachetée qui devait être remise à Jérôme ou son représentant. Une fois qu’il sut la lettre dans les bonnes mains, ce dernier ne fit plus aucun effort et s’enferma dans un mutisme qui confinait à l’infantile.

La missive disait à peu près ce qui suit :

Spoiler:
 

Quand Romayn Ferrois eut remis la missive et avant qu’il ne vidât les lieux, il eut un moment loquace, comme une animation magique de la mâchoire. « Ouais… Il ne faudrait pas s’attendre à d’autres courriers. C’est la dernière chance. »
Revenir en haut Aller en bas
Alanya de Broissieux
Humain
avatar

Nombre de messages : 618
Âge : 217
Date d'inscription : 08/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La dernière chance   Ven 23 Mai 2014 - 20:03


 

Le temps était agité. Non pas qu'il pleuvait, mais le tumulte de la guerre pointait à l'horizon, si l'on tournait la têteau nord-ouest. Là bas, à une journée de cheval plus ou moins, se trouvaient les frontières de la Sgardie. Herance jurait. Des jours et des jours qu'il ne faisait que ça, et la lassitude le corrompait peu à peu. Les nouveaux barons prenaient possession des lieux et de nombreux changements étaient encore attendu dans la capitale. Lui avait été nommé dès lors les combats finit. Il avait su mettre en place une garde robuste, sans faille, assurant ainsi la tranquilité des lieux. S'il avait toujours été un soldat, ce fut la première reconnaissance qu'il reçu pour son travail et il entendait s'en montrer digne.Il relevait de ça de là les doléances de ses hommes, veillant à ce que la symbiose opère entre l'efficacité et la justesse, tout en y omettant les traces à vif de la guerre. Ces affres qui faisaient de l'Alonna une plaie béante, que le nouveau baron et sa femme devraient recoudre avec patience et attention.
Il n'avait pas d'avis sur leur mise sur le trône. Il se contentait juste de leur donner une chance, à tout les deux, pour faire de la baronnie un endroit comme du temps d'Hannegard et de sa femme. Il se souvenait encore du bon vivre ambiant sur les terres. L'on disait du nouveau couple qu'ils étaient froids et juste, que leur famille était douce et intuitive. Il espérait que les médisances des vieilles femmes soient justes, pour une fois. Alors qu'il atteignait le second rempart, une voix l'interpella: "Capitaine! Capitaine!".Un jeune homme à la peau lisse se présenta à lui, essoufflé par la course. "Que voulez-vous soldat?". Il avait une voix forte et grave. Ses yeux bleus transperçaient avec aise la carapace de suffisance de tout homme, et il ne se privait pas de s'imposer. "L'on... Une ambassade..". Le capitaine regarda avec plus d'attention le jeune homme. "Et bien, respirez!". "Une ambassade du bélier noir sur fond jaune s'est présenté à nos portes...". "Combien sont-ils? Parle!". "Une vingtaine je dirais Capitaine, mais je ne les ai pas vu longtemps ils...". Hermance grogna. Le voilà à peine nommé qu'une ambassade Odélianne venait frapper à leur porte. Nul n'ignorait le différent entre le maréchal de Clairessac et l'Odélian. L'arrivée d'une ambassade, fusse-t-on mauvais en politique, n'engageait rien de bon. "Bien. Où se rendent-ils?". "Au castel, Capitaine"...

Lorsqu'il atteint le château d'Alonna, la troupe de visiteurs était immobile. Lorsqu'il passa devant, il jeta un coup d'oeil rapide à tout les membres. Chacun d'eux était armé. Les armures étaient rutilantes et ils semblaient tous dans la fleur de l'âge. Madelyne n'avait pas fait dans la demi-mesure. Mais le capitaine s'attendait à trouver une haute figure de l'Odélian en tête, quelle ne fut pas sa déception de ne distinguer qu'un homme en arme de plus. La mine apathique, lâchant des insultes, il n'avait rien de commode. Et il n'inspirait pas confiance à Hermance qui s'empressa d'attraper le messager par le bras, faisant face à l'homme. Ce dernier le bouscula violemment et le capitaine lâcha prise, fronçant les sourcils. "Qui cherchez-vous?". Il le toisa un moment, ne décrochant pas ses mâchoires. Il venait d'intercepter la cause de sa venue et il ne semblait pas apprécier l'intervention."C'est une missive de la marquise d'Odélian à l'intention du Félon d'Etherna, mêlez-vous de ce qui vous regarde". Hermance grogna encore une fois, ses yeux défiants ceux de son interlocuteur: "Il n'est pas ici. Et vous feriez mieux de retourner à grand train d'où vous venez, messieurs. Vos bannières blanches n'enlèvent pas la tâche nécrosé de haine que vous êtes". Il avait dans les yeux, toute la sérénité du monde, et sa voix n'avait pas changée. Un parfait son platonique. Le messager Odélian, sans même sourciller envoya le revers de sa main droite sur la joue du capitaine qui eu du mal à se retenir, sa joue meurtrie. "Tu as la langue bien pendue pour un chien de parjure. La lettre doit parvenir à Jérôme, c'est sa dernière chance". Hermance bouillait mais il ne pouvait rien faire. Il avait les mains liés par son poste dans Alonna, ainsi que par la confiance que lui accordait les nouveau barons. "Vous me payerez cela en temps voulu. Mais sachez que je remettrais votre missive au baron d'Etherna, si cela peut me permettre de vous voir partir au plus vite". Dans un froid ambiant et le rire du messager, l'ambassade s'en retourna aux contrées du sud, parcourant la ville sur leurs montures. Le capitaine récupéra la lettre et souffla. Leur venue n'était pas anodine et il sentait qu'un orage violent planait sur leurs têtes. Tôt ou tard, même si le baron d'Etherna ne révélait rien du contenu de cette lettre, tout le monde saurait qu'il s'agissait de sa dernière chance...
Revenir en haut Aller en bas
Jérôme de Clairssac
Humain
avatar

Nombre de messages : 1109
Âge : 40
Date d'inscription : 10/01/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: La dernière chance   Mar 27 Mai 2014 - 15:11

Jérôme se trouvait au nord d'Alonna lorsque la missive arriva. Le capitaine de la baronne fit suivre le courrier jusqu'à l'endroit ou le baron séjournait. Jérôme l'ouvrit et en parcouru les lignes avant de souffler. Voila qu'un nouveau soucis se montrait à l'horizon. Il était peiné de la tournure des choses, il prit un vélin et une plume qu'il trempa dans l'encrier puis il se mit à écrire

Jérôme a écrit:
A Géraud de Dens, de la maison Berdevin, gardien des châteaux d’Odenhem et lieutenant du sénéchal des marches orientales

Bien que les nouvelles me navrent, je suis heureux de te lire. Je comprends parfaitement ce que tu m'annonce mais je suis triste de songer au futur. J'entends donc que Madeleyne est furieuse ainsi que le frère de mon mentor, feu Grégoire ? Je dois t'avoue que je trouve du réconfort à savoir qu'ils sont réconcilier, lui qui avait tant tempêté lorsqu'elle avait donné son serment à la couronne sans même en aviser le conseil.

En repensant à cela, je ne comprends donc pas bien son mécontentement ? alors que la couronne était vacillante et avait de nombreux opposants, Madeleyne lui a fait un serment, lui jurant, tu en conviendras, d'obéir aux ordres de Diantra. Qui suis je donc, moi simple baron et vassal, pour remettre en cause les ordres du roi ? ceux que ma suzeraine à promit d'exécuter ? je n'ai malheureusement pas eu d'autre choix que de suivre la route qu'elle avait tracé seule et sans en référer à personne et qui nous a tous liés au bon vouloir de la couronne.

Comme tu le dis, nous sommes chevalier et nous devons donc faire notre devoir. Le miens était d'être vassal d'Odélian et par son entremise de la couronne. Cette dernière à décidé qu'il en serait autrement et que Sainte Berthilde récupérerait son due. En bon vassal, je me suis donc exécuté comme il était de mon devoir de le faire, même si cela m'a fortement attristé, moi qui ai tant fais pour que son fils reste au pouvoir et qu'elle soit sa régente.

Tu comprendras donc que je n'ai pas à me rendre, ni à faire pénitence d'une faute qui n'est pas la mienne et qui ne m'incombe pas. Si elle le souhaite, Madeleyne peut venir m'expliquer pourquoi elle a fait serment sans en parler à personne et aussi me dire pourquoi elle m'en veut alors que je n'ai fais que respecter les engagements qu'elle à prise toute seule, se désintéressant de l'avis de ses conseillers les plus loyaux.

Que les cinq veillent sur toi et puisse l'avenir être moins obscur qu'il n'y parait. Je prierais pour toi et le fils de Grégoire que j'affectionne particulièrement.

Jérôme de Clairssac, comte d'Oësgard, baron d'Etherna, seigneur de Bastylle et seigneur d'Hiviène
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La dernière chance   

Revenir en haut Aller en bas
 
La dernière chance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TERMINE]J'ai oublié d'te demander quelque chose la dernière fois... [Paige]
» La Dernière Maison Simple
» Morgenstern - L'étoile du matin, la dernière étoile
» La dernière série avant la fin du monde
» Juste te revoir une dernière fois[Pv Desty] *et Jurassic si il veut*

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Marquisat de Serramire :: Baronnie d'Alonna-
Sauter vers: