AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Dame Blanche et le Magistrat [PV Ptolémée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Milynéa Lythandas
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 57
Âge : 177
Date d'inscription : 15/10/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  121
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: La Dame Blanche et le Magistrat [PV Ptolémée]   Mer 20 Aoû 2014 - 6:29

Deux héritages se rencontreraient ce jour, alors que la litière de la Dame Blanche de Thaar évoluait dans les riches et hauts quartiers de la cité, en route vers la demeure de celui qui l’avait invité. Nul véritable cortège, rien qu’une escorte sans excès, la Princesse Marchande affichait la sobriété, d’autant plus qu’elle n’avait pas besoin de se perdre dans le cœur populaire de la cité. Elle était dans le flou, en ce jour, si elle savait à qui elle aurait à faire, elle ne put s’offrir une réponse claire et plus précise à ce qui serait l’objet de la rencontre. C’était une position inconfortable qu’elle devait accepter.

Son esprit se détacha quelques instants de ce problème, s’activant dans un exercice relativement nouveau, allant effleurer avec plus ou moins de délicatesse et d’assurance l’esprit du reptile qui volait au dessus du cortège, s’égayant dans un joute aérienne avec sa semblable. Il ne lui répondait pas, pas encore… Il avait accepté le lien, comme il avait accepté de l’accompagner, satisfaisant sa curiosité, mais il n’oubliait pas son ancien compagnon, en cela, elle ne s’offusquait pas de ces silences et de ce mur qu’il dressait naturellement. Il allait aussi bien qu’il était permit d’espérer dans ce contexte, et la présence d’Itarillë semblait assurer qu’il demeure à ses côtés, au moins jusqu’à ce qu’il accepte de sortir de son silence.

A l’approche de la demeure, elle adressa un signe à l’un de ses serviteurs qui comprit le message et parti en avant, afin d’avertir de l’arrivée imminente de sa maîtresse, afin d’être accueillit dans les bonnes conditions, et sans trop avoir à patienter, bien qu’en sa qualité de sang-mêlée, c’était là une de ses qualités. Le cortège passa la grille, nul doute alors que les gardes ne manquèrent pas le curieux mélange des genres qui se côtoyaient dans cette dernière, en particulier les deux “géants” qui avaient la préférence de la Princesse Marchande, pour des raisons différentes. L’un était Eärnil, dont le sang-mêlé devait être aussi marqué qu’elle par les Eternels d’Anaëh, atteignant les deux mètres mais un corps svelte, sa démarche de marin et la dräke dont les écailles semblaient de toutes les nuances de bleu. L’autre était Ryltar, l’hybride colossal et puissant, s’affichant torse nu, comme si il ne craignait nulle lame, la peau aussi pâle que son employeuse mais une prédominance drow belle et bien présente, dégageant tant une férocité qu’une froideur à la voir s’exercer. La Princesse s’estimait chanceuse en ayant pu l’acquérir, c’était un combattant d’expérience, le bâtard d’un puissant guerrier d’Elda même, disait-on.

Quand ils eurent atteint la porte, elle descendit de sa litière et Earnil alla l’annoncer, afin qu’on vienne prestement la conduire au maître des lieux, le reste du cortège demeura en arrière, mais ses deux géants l’accompagneraient.
Revenir en haut Aller en bas
Ptolémée de Clary
Humain
avatar

Nombre de messages : 38
Âge : 516
Date d'inscription : 01/07/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  37 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La Dame Blanche et le Magistrat [PV Ptolémée]   Lun 25 Aoû 2014 - 10:22

Une litière, des « géants » en guise de garde du corps et tout un cortège de servants. Voici quelque chose de particulièrement commun lorsque l'on vit à Thaar depuis un certain temps et que l'on y a acquis une certaine richesse. La Princesse au sang-mêlé était arrivée pile à l'heure prévue. Une ponctualité rare chez les riches Thaari en ces temps de débauche. Cela conférait un bon point à la jeune femme qu'il ne connaissait finalement que de vue et de réputation.

Sur le perron de la demeure qui accueillait la jeune femme se dressait un Eternel, dans ses habits d'apparat d'une grande richesse et composés d'étoffes de soies cousues et décorés avec un fil d'or particulièrement fin.  Tant de richesse sur un homme lige laissait entrevoir l'extraordinaire potentiel de celui qu'il servait. Les esclaves des lieux, s'il affichaient une certain sobriété en comparaison de l'ambassadeur, n'en étaient pas moi richement habillés, si bien que la question se posait de savoir si leurs vêtements ne pouvaient pas avoisiner le prix qui avait été déboursé pour acheter l'homme qui le portait.  Mais peu de temps fut accorder pour ce genre de réflexions car l'émissaire de Polémarque se présenta.

Spoiler:
 

Je suis Asvig, pour vous servir Ma dame. Son accent nordique à couper au couteau ne laissait pas le moindre doute sur sa provenance. Il venait des Wandres à n'en pas douter. Son altesse le Prince Ptolémée m'a chargé de vous conduire jusqu'à lui. Veuillez me suivre, il vous attends. Vos servants seront accueillis et entretenus par nos serviteurs le temps des négociations.

Sur ces mots et non sans avoir fait signe à la jeune femme de le suivre, il s'engouffra dans le bâtiment duquel il était sortit quelques minutes plus tôt. Se succédèrent alors de longues minutes de marches dans des couloirs tous aussi luxueux les unes que les autres. Les voyageurs ne croisèrent personne, comme si le mot d'ordre avait été donné de ne point importuner l'invitée du Prince.  Cette dernière pouvait néanmoins se rendre compte que ce qu'elle avait pris pour une demeure luxueuse s'avérait en faite être un véritable palais dans la ville. Combien de dizaines de pièces pouvait bien avoir ce bâtiment ? Impossible de le savoir, mais il ne devait pas y en avoir beaucoup à Thaar qui rivaliseraient avec sa taille colossale.

Le périple toucha finalement à sa fin et le colosse nordique s'arrêta devant une grande porte qui s'ouvrit en grand après qu'il eut frappé trois fois. Deux autres hommes, habillés comme lui apparurent alors dans l'entrebâillement et laissèrent la Princesse au sang-mêlé d'entrer. A l'intérieur se trouvait un grand bureau très richement décoré et disposant d'un mobilier importé des quatre coins du monde connu. Des tableaux d'une grande beauté et immortalisant les grandes figures de la famille Ducale ornaient les murs et peuplaient la pièce d'une présence solennelle.

A l'autre bout de la pièce, dos à l'unique, mais néanmoins grande fenêtre, le propriétaire s'était levé du Trône sur lequel il était assis, lisant visiblement quelques parchemins au contenu inconnu. Le meuble devant lui en était recouvert, mais semblait néanmoins particulièrement ordonné.

Bienvenue dans mon humble demeure, Milynéa Lythandas, princesse de Thaar. Je vous remercie d'avoir répondu à mon invitation en des délais aussi cours. Mais asseyez vous, je vous en prie. Il montrait le siège qui faisait face à son bureau. Il se rassit alors et tira un parchemin de l'une des piles qui lui faisaient face. On m'a rapporté que vous étiez la propriétaire de l'une des rares cale-sèche de grande dimension du port de Thaar et il se trouve que j'ai un grande besoin de construire des navires de grande dimension actuellement. Serriez-vous disposée à me le prêter quelque temps ?
Revenir en haut Aller en bas
Milynéa Lythandas
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 57
Âge : 177
Date d'inscription : 15/10/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  121
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: La Dame Blanche et le Magistrat [PV Ptolémée]   Mar 9 Sep 2014 - 12:57

Pour celle qui est habituée, depuis plus longtemps qu’un homme ne vit, à contempler tant la richesse que l’opulence, la tenue d’apparat de “l’Eternel” - ainsi avait-elle apprit comment se nomment les affranchis dans les Septmont - ne la surprit guère. Elle-même en sa demeure exigeait la bonne tenue de ses serviteurs, de ses artistes, seuls les deux géants qui l’accompagnaient encore faisait figure d’exception : le premier n’avait jamais pris goût à la richesse, sur lui-même tout du moins, mais sa tenue quoique simple en apparence, faite sur mesure, jusqu’aux rembourrage des épaules pour accueillir les dräkes qui venaient s’y poser , satisfaisait sa tâche et ne gênait pas ses mouvements… Quant à Ryltar… Une tenue aurait brisé l’effet qu’il dégageait, cette férocité peu commune, cette puissance physique autant que l’insolence de se présenter sans cuirasse derrière laquelle se cacher.
Aussi, et si la volonté était d’impressionner, la Princesse Marchande ne sembla pas offrir à cette apparence l’intérêt qu’on lui voulait, et laissant pour seule réponse à Asvig un hochement de tête, elle lui emboîta le pas, suivit de ses deux “géants” tandis que les porteurs et les hommes d’armes disposeraient des attentions des serviteurs de cette maison.

La traversée lui parut longue, et elle en vint à s’interroger, à la vue des couloirs richement décorés… Celui qui avait commandé cette maison l’avait-il voulu ainsi ? Qu’on ne put la parcourir sans presque s’y perdre, qu’on y fasse le cheminement aussi long que permit jusqu’au salon de discussion, afin d’impressionner le visiteur… Ou bien était, à l’instar de l’absence de serviteurs sur leur trajet, un ordre fixé par avance… Un itinéraire défini pour durer de façon artificielle. Elle ne prit pas la peine de retenir les bifurcations, et de conclure sur la réalité ou l’illusion de ce cheminement. Mais elle ne se laisserait pas impressionner… Sa demeure n’était pas ainsi faite, elle répondait à d’autres exigences, d’autres volontés.

Alors qu’elle entrait dans le bureau, elle laissa son regard s’attarder sur les peintures, y cherchant les indices qui lui auraient permit de reconnaître l’artiste à l’origine, et ainsi de savoir en quelle période chacun d’eux avaient vécu. C’était du bel ouvrage… C’était sous le pinceau d’un maître que les humains obtenaient la véritable immortalité qu’ils rêvaient d’obtenir, non par la plume de l’historien ou du barde dont l’oeuvre est changeante.
Elle retrouva des traits communs à ceux qui ornaient ces murs dans l’homme qui s’affairait sur quelques documents, assis à son bureau.

“Merci de me faire si bon accueil, Prince Ptolémée.”

Et sur ses quelques mots, prit un siège, Ryltar demeurant assez en recul alors que Eärnil, les deux dräkes posés sur ses épaules, demeurait juste derrière elle, légèrement sur le côté, les mains dans le dos. Elle écouta le Duc entrer d’emblée dans le vif du sujet, attentive d’une part, mais se tournant légèrement vers Eärnil qui, comme si il avait anticipé la demande, sortait d’une sacoche une petite plaque d'argile et un stylet. Et elle se mit à y écrire de petites choses en même temps que Ptolémée terminait d’énoncer sa demande, bien qu’elle douta que ce fut tout… Inviter une Princesse Marchande simplement pour cela, c’était chose curieuse.

“Il est exact que je suis une des rares personnes en possession d’une telle cale-sèche, toutefois, je ne suis pas disposé à vous la prêter, elle appuya davantage ce mot que les autres, pour quelques temps. Que deviendrions nous si nous en venions à offrir ce que nous possédons, nous autres, marchands ?”

C’était un détail pour certains, mais elle était ce qu’elle était, et sa réputation la précédait assurément… Elle appréciait la précision, surtout quand cela touchait aux affaires… Prêter une cale-sèche et la louer, cela avait deux significations très différente, et il fallait que le Duc des Septmont prenne conscience que sa réputation n’était pas usurpée. Elle était pointilleuse, et pour elle-même, les seules incertitudes qu’elle laissait courir était celle qu’elle pouvait exploiter pour son profit.
Une pensée lui vint, et elle y fit l’écho immédiat, ce qui ne manquerait pas de surprendre le Duc, tant cela semblerait loin du propos précédent.

“Oh, c’est vrai, dans un murmure, comme à elle-même, pour finalement s'adresser au duc, serait-ce abuser votre hospitalité que de vous demander un bol de petits fruits, des mûres, ce genre de chose ?”

Ptolémée put remarquer la chose curieuse des deux reptiles passant leurs regards de la Dame Blanche à lui-même, le scrutant, comme en attente, plus que la sang-mêlé, d’une réponse à cette extravagance. Il comprendrait, si il avait même un minimum de connaissance sur ces créatures, sinon… Il demeurerait dans le flou.
Et la Princesse Marchande, sans attendre de réponse, pour sa part, sembla reprendre ses esprits et renoua avec le sérieux sujet des affaires.

“Néanmoins, je suis tout à fait disposer à vous la louer. Il s’avère que le dernier contrat a prit fin il y a quelques ennéades, vos artisans pourront donc se mettre au travail immédiatement après que nous ayons conclu notre accord… De combien de temps estimez vous avoir besoin pour votre projet ?”
Revenir en haut Aller en bas
Ptolémée de Clary
Humain
avatar

Nombre de messages : 38
Âge : 516
Date d'inscription : 01/07/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  37 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La Dame Blanche et le Magistrat [PV Ptolémée]   Ven 10 Oct 2014 - 16:28

La jeune femme qui lui faisait face était étrange et semblait entretenir une relation spéciale avec ses drakes. Rien de très extraordinaire à Thaar, mais qu'il était toujours utile de noter. Les informations finissent toujours par s'avérer utiles et tout le monde sait que le savoir, c'est le pouvoir. Sans même que le Magistrat eut besoin d'en faire la demande, les serviteurs amenèrent avec empressement ce que l'invitée de leur maître avait demandée. Ils avaient étés biens formés et connaissaient parfaitement les normes à respecter lorsque l'on a la chance de servir dans un palais. Le prince laissa passer quelques instants, récupérant un document sur la pile qui se tenait à sa droite.

Hum disons que j'aurais besoin de cette cale-sèche pour un certain temps. Voyez-vous, les mer sont de moins en moins sûres de nos jours et je pense qu'il est temps pour moi que de construire quelques navires d'escortes. Je penses qu'il me faudra bien quelques mois de location... Il sembla réfléchir un instant, comme s'il cherchait une compensation pour la jeune femme. Évidement, la compensation, il y avait déjà pensé et il s’apprêtait à faire une offre qui ne se refusait pas à Thaar. Mimant une résolution victorieuse, il reprit finalement. Hum, je me disais qu'il serrait temps pour Thaar que d'organiser un grand événement pour dévoiler au monde l'étendue de notre grandeur. Et il est évident qu'un tel événement nécessiterait beaucoup de spectacles et autres représentations artistiques. On vous dit douée dans ce milieu. Jusqu'à quel point cela est-il vrai? Prenant une position de recul soudaine. Mais je m’emballe... peut-être n'êtes vous pas intéressée par ce type d'événements qui ferait sans doute un peu trop parler de vous si d’aventure vous étiez du genre introvertie.

Le petit jeu était amusant à jouer. Le Polémarque n'avait que peu eu de temps pour s'exercer aux relations sociales durant sa jeunesse et trouvait amusant de rattraper le temps perdu par ces jeux d'acteurs. L'offre qu'il venait de faire à la jeune femme était sans doute très alléchante et à même de leur garantir à eux deux une certaine renommée. Insidieusement aussi, mais cela ne lui échapperait pas, cette proposition l'invitait à entrer dans son parti car les opposants la verraient dès lors comme une partisane du Polémarque contre l’Éponyme dont le parti était déjà fort instable.


Alors ?
Dit il avec un brin de malice. Cela vous intéresserait-il ?

Revenir en haut Aller en bas
Milynéa Lythandas
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 57
Âge : 177
Date d'inscription : 15/10/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  121
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: La Dame Blanche et le Magistrat [PV Ptolémée]   Mer 15 Oct 2014 - 7:19

Alors que les deux dräkes quittaient les épaules du sang-mêlé pour se laisser planer mollement jusqu’à l’objet de leur convoitise, Milynéa cherchait à trouver un sens à la façon dont le Prince qui se tenait face à elle, son air victorieux et fier de lui, menait l’actuelle discussion. Elle comprenait l’idée… Du moins, le supposait-elle… Il espérait réduire le loyer qu’elle exigerait pour la cale-sèche contre un avantageux accord sur les festivités. C’est du moins ce qu’elle imaginait, malgré le manque de clarté
Mais cette provocation… En était-elle encore là ? Elle se souvenait de ses débuts dans cette vie qu’est celle d’une Princesse-Marchande. Avec son père, elle était un atout, car la jeunesse autant que la finesse de ses traits troublaient autant qu’ils fascinaient, détournant l’attention, abaissant la vigilance des moins aiguisés. Seule, elle avait du passer l’obstacle qu’était la moquerie, le fait d’être sous-estimée, peu prise au sérieux, car encore physiquement une adolescente, même par des hommes dont elle avait le double en âge et en expérience.
La jeunesse des hommes autant que leurs caractères éphémères avaient ça de problématique… Les plus anciens à Thaar savaient la Marchande qu’elle était, au-delà du visage figé par le temps… Mais avec certains jeunes loups, comme le prince qui se tenait face à elle, trois fois plus jeune qu’elle, tout semblait à refaire. Soit c’était son ignorance, soit il était malhabile et la prenait pour plus sotte qu’elle n’était… Et il allait falloir qu’il le comprenne.

« De quoi parle-t-on, Prince Ptolémée ? Qu’est-ce qui devrait m’intéresser, les mois de location de ma cale-sèche ? Votre proposition d’animation pour la grande fête que vous entendez organiser ? »

Cette discussion allait commencer d’une désagréable façon, mais l’hôte en serait l’entier fautif, il lui faudrait se reprendre si il espérait d’elle quelque geste commercial de sa part, encore plus si il espérait un accord, car à présent qu’il l’avait provoqué, elle allait lui montrer qu’il n’était pas des deux le plus armés sur ce terrain.

« Dites-moi… Quand vous est venu cette idée si brillante à vos yeux que vous n’avez su contrôler votre attitude, affichant une fierté et un air victorieux, quand vous n’avez pas su vous empêcher de me provoquer, de diminuer mon talent et ma réputation… Comment pensiez-vous que je réagirais ? De façon impulsive peut-être, soucieuse que de vous faire mentir sur vos insinuations ? »

Même si elle laissa un petit silence, lui adressant une petite moue interrogative, comme appelant à une réponse, elle emboita directement le pas.

« Savez-vous l’une des premières choses que j’ai apprise dans la vie ? La patience, le contrôle de soi… Indispensable pour qui grandissait aussi lentement que moi, voyant les enfants avec qui je jouais grandir et se lancer dans la vie, quand il me fallait attendre… Attendre près d’une vie d’homme avant de commencer à m’épanouir réellement, et davantage encore pour être considéré non plus comme une enfant mais comme une femme.

Alors, à votre provocation… Je répondrais qu’il m’est tout à fait possible de proposer à l’un de vos adversaires ma cale-sèche, si l’envie lui prenait de mener un projet concurrent. Je vous répondrais qu’il me serait possible de ne pas être intéressé, mais une fois sortie, quand les premiers indices de la fête à venir apparaitront, de laisser courir le bruit que vous, le Prince Ptolémée, s’est refusé à employer les services de la plus réputée des pourvoyeuses de divertissements et d’arts, parce que trop près de ses sous, préférant ce qu’il y a de plus bon marché, de moins cher plutôt que d’offrir ce qui se fait de meilleur à Thaar… Et ensuite, afin d’enterrer de possible insinuation de votre part, et pour que Thaar ait finalement le divertissement qu’elle mérite, de le lui offrir et d’éclipser la fête que vous aurez organisé de leurs mémoires.

Aussi seriez-vous suffisamment aimable et sage pour cesser vos manœuvres qui marchent probablement avec les interlocuteurs les plus sanguins et pour me prendre davantage au sérieux.»


Il n’y avait pas d’énervement, pas de colère… Elle était demeurée calme, sereine et posée dans sa réponse, alors qu’elle offrait à l’oreille du Prince ce qu’elle pourrait offrir comme réponse à ses sollicitations, et tout le mal qu’elle pourrait faire à ses projets autant qu’à son image.
Revenir en haut Aller en bas
Ptolémée de Clary
Humain
avatar

Nombre de messages : 38
Âge : 516
Date d'inscription : 01/07/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  37 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La Dame Blanche et le Magistrat [PV Ptolémée]   Jeu 4 Déc 2014 - 13:57

La situation s'était tendue bien rapidement avec la jeune hybride qui lui faisait face. Les mots de cette dernière ne collaient pas avec son attitude. Sa bouche annonçait son imperturbabilité et son assurance tandis que ses menaces étaient celles du scorpion confronté à un cobras. Mais pourquoi diable s'était-elle enflammée de sa sorte alors que le Polémarque ne faisait rien de plus que la taquiner ? Et puis, en venir directement à la menace, aussi franchement et sans détours était une grosse prise de risque. Surtout dans la forme de la menace. Avait-elle compris qu'en tant que Polémarque, il lui revenait d'assurer la sécurité de la ville ? Et que si d'aventure, il venait à retirer sa protection de certains lieux précis, un grand danger guetterais alors les personnes qui s'y trouvaient ? Oui, certainement. Elle savait combien il était important d'avoir un avis favorable du Polémarque lorsque l'on souhaitait faire fleurir une activité au cœur de Thaar. Alors essayer de concurrencer directement des activités de ce dernier, cela revenait à s'exposer à de très gros préjudices.

Il considéra donc que cette annonce de la jeune femme était une blague visant à l'amuser et se laissa aller à libérer un rire mielleux dont il avait l'habitude et qui venait sanctionner les bonnes blagues qui lui étaient présentées.

Trêve de plaisanterie chère amie, nous avons du travail devant nous et nous sommes des hommes et des femmes très occupés de par nos fonctions. Aussi puis-je vous assurer que si je vous ais invité à me rencontrer, c'est qu'effectivement, je vois en vous la plus réputée de nos pourvoyeuse de divertissements et que je souhaite que nous nous associons pour ensemble, favoriser le rayonnement de Thaar et montrer au monde notre savoir faire et notre splendeur. Pour cela, je vous offre cette opportunité que d'organiser l'intégralité et de manière monopolistique, les festivités culturelles. Pour ma part, j'organiserais des jeux Pentatoniques et assurerais la sécurité de l'événement. Cela vous conviendrait-il ?

Quand à la cale-sèche, je pense qu'en vous accordant le monopole événementiel, je vous offre un gain substantiel qui devrait amener de votre part une certaine générosité dans le prix de location que vous comptez pratiquer. Je pense qu'une collaboration régulière entre nos deux maisons pourrait être des plus profitable.


Attendant la réponse de la jeune femme, le Duc se rassit au fond de son siège, croisant les mains devant son visage. Il attendait à présent la réaction de l'hybride qui lui faisait face, en espérant que cette dernière soit à présent dans de meilleurs conditions de discutions.
Revenir en haut Aller en bas
Milynéa Lythandas
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 57
Âge : 177
Date d'inscription : 15/10/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  121
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: La Dame Blanche et le Magistrat [PV Ptolémée]   Dim 14 Déc 2014 - 20:16

Tout ceci n’était-il qu’un vaste numéro pour faire perdre son temps à la Princesse Marchande ? Au vue du fil des évènements, de la manière, du comportement autant que des mots tenus par le Polémarque, cela semblait être le cas… L’avait-il choisit par hasard, soucieux de voir l’effet que sa fonction ou de son titre récemment acquis pouvait avoir sur un Prince Marchand de Thaar ? Eh bien, ce petit garçon bien trop sûr dans des bottes à priori trop grande pour lui serait déçu de ne pas voir la Sang-Mêlée cédé à ses caprices.
A quoi pensait-il ? Que sa charge lui conférait une emprise sur l’ensemble de Thaar, tel qu’il puisse se comporter ainsi avec ceux qui composaient le Conseil ? Il verrait, si il cherchait à user de sa fonction de la sorte, que le Guet était aussi divisé que Thaar elle-même, que la loyauté, dans certains cas, pouvaient basculer… Abuser de ses pouvoirs pour nuire à un marchand, et il verrait que plus d’un se soulève, et que l’armée seule ne commande pas à l’ensemble… Qu’on cesse d’approvisionner les Septmont en quelques domaines essentiels, et renoncent à certaines de ses ressources… Qu’on préfère les compagnies libre de mercenaires systématiquement à ses propres forces et navires et ils en souffriraient lourdement… Oh, cela ne serait pas sans inconfort et sacrifice temporaire, mais il valait mieux ces quelques concessions plutôt que la tyrannie d’un prince aux allures de barbare péninsulaire, trop sûr du poids d’une fonction qu’il ne tenait que du Conseil lui-même.
Bref… Il lui fallait se souvenir qu’elle faisait parti d’une catégorie qui avait imposé aux princes d’héritages péninsulaires, comme lui, leurs voix à Thaar, et qu’ils représentaient bien davantage que lui la richesse dont il dépendait. Cela ne serait pas sans dégâts et conduirait à une destruction mutuelle, assurément… Mais si il fallait cela pour ne pas perdre le fruit d’années de lutte et de négociation… Soit.

Tout ça pour dire qu’une fois le Polémarque invitant à cesser la plaisanterie, sous-estimant là l’influence qu’elle pouvait posséder… Rajoutant une couche dans la moquerie en rappelant, alors même qu’il avait entamé la discussion avec des plaisanteries et un discours décousu multipliant les provocations, leurs faisant perdre un temps précieux, qu’ils étaient tout deux occupés… Elle n’écouta le reste que d’une oreille… Qu’il termine, car c’était là la moindre des politesses, mais dans ces conditions, et compte tenu du comportement de son interlocuteur, poursuivre la conversation, c’était le conforter dans sa certitude qu’il lui était indispensable, alors qu’elle même dépendait de son bon vouloir. Aussi usa t-elle de sa magie pour durcir de nouveau l’argile, et quand il eut terminé, répondit simplement.

“Bon, et bien… Puisque vous prenez les choses ainsi et persistez dans cette voie… Nous sommes, comme vous le rappelez vous-même un homme et une femme des plus occupés, aussi vais-je me retirer, j’ai des affaires sérieuses”, et elle insista sur le mot, “qui nécessitent mon attention.”

Et sur ses mots, elle se leva, tournant le dos au Polémarque et faisant quelques pas vers ses hommes et la sortie.

“Lorsque vous serez disposé à discuter sérieusement de ces affaires, n’hésitez pas à venir à mon palais, je puis vous assurer qu’on vous réservera un accueil digne de votre rang et qu’on ne tentera pas de vous égarer dans les couloirs.”

C’était avec un brin de moquerie qu’elle avait ajouté ce dernier petit détail, référence aux dédales, dont elle était sûre que le cheminement vers la sortie serait plus court, qu’il lui avait obligé à parcourir.

“Bonne chance dans l’organisation de votre fête, Prince Ptolémée.”

Et elle marcha doucement vers la sortie, elle lui laissait le temps de se reprendre et de retrouver ses esprits et toutes ces leçons d’éducation et de bien recevoir qu’il avait semble t-il oublié après qu’on l’ait nommé Polémarque. Une fois la porte franchie, et bien… Il lui faudrait trainer ses chevilles gonflés d’orgueil jusqu’à chez elle, et les soulever pour gravir le grand escalier qui donnait accès à sa demeure… Nul doute qu’ensuite, la leçon serait acquise, du moins, le souhaitait-elle pour lui.


(A toi de décider de la suite à donner... N'hésite pas à me mp pour savoir, selon la décision, si Milynéa reste ou part.)
Revenir en haut Aller en bas
Ptolémée de Clary
Humain
avatar

Nombre de messages : 38
Âge : 516
Date d'inscription : 01/07/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  37 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La Dame Blanche et le Magistrat [PV Ptolémée]   Ven 26 Déc 2014 - 16:36

Ptolémée regarda la semi-elfe se lever. Décidément, elle avait l’orgueil haut perché et n'avait pas digéré le début de la discussion. Sans doute était-elle un peut trop habituée habituée à ce que les gens rampent à ses pieds. Mais le Duc des Septmont en avait connu d'autres. Il avait survécu aux Drows et à leurs jeux macabres. Il avait récupéré ses terres et écrasé les oppositions qui lui faisaient face. Thaar était une monde dangereux et dans lequel la vie pouvait parfois ne tenir qu'à un fil. Alors les sursaut d'orgueil d'une princesse marchande, fusse-t-elle une sommité dans le domaine culturel, il n'en avait cure.

Néanmoins, il eut été dommage de ne pas tenter de la raisonner une dernière fois. Une classe sèche à Thaar était une opportunité qui lui ferrait gagner du temps quand à ses projets futurs. D'autres princes locaux disposaient de tels équipements, mais il ne disposait pas avec eux de possibilités d'accord comme il en avait avec cette jeune femme.

Il me semblait pourtant que ma dernière proposition ne fusse pas saugrenue. Vous accorder l'exclusivité de l'organisation culturelle en échange d'une remise sur la location de la cale-sèche. Mais si vous avez une contre-proposition à faire, je vous écoute. Qu'est-ce qui paraitrait plus envisageable à vos yeux ?

Le ton de sa voix avait changé. Il paraissait à présent des plus sérieux qu'il ne l'avait jamais été depuis le début de la conversation. La semi-elfe allait-elle faire demi-tour en remarquant ce changement ? Rien n'était moins sûre. L’Orgueil de ces êtres était connu et reconnu dans la région. Mais peut-être cette représentante serrait-elle plus raisonnable que certains de ses semblables.

Revenir en haut Aller en bas
Milynéa Lythandas
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 57
Âge : 177
Date d'inscription : 15/10/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  121
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: La Dame Blanche et le Magistrat [PV Ptolémée]   Ven 23 Jan 2015 - 7:23

Décidément, cet humain ne comprenait rien… Ou bien était-il si habitué à ce qu’on ne lui reproche pas ses manières pour ne pas voir où était le véritable problème. Les soucis inhérents à la proposition n’était que du détail qu’il fallait déterminer, ce n’était pas un motif au départ… Mais ce comportement, lui l’était totalement, à ses yeux.

“L’art et la manière, Prince Ptolémée, l’art et la manière… Le plus apprécié des vins ne recevra pas l’accueil qu’il mérite si il est balancé à la figure, ne pensez-vous pas ? Vous avez entamé cette discussion et fait l’imbécile, à coup d’expression exagérée, vous êtes passé du coq à l’âne, sans offrir de réponses à mes questions… Peut-être êtes-vous habitué à ce que dans votre demeure, l’on vous donne du oui à tout, sans chercher à en savoir plus…
Mais le pire, sans doute, c’est de m’avoir attribué ce manque de sérieux, cette perte de temps… Je ne m’attendais pas à ce que vous rampiez, je ne l’ai pas même désiré, mais tout au moins que vous vous excusiez de vos manières… Mais il semble que ce comportement soit si profondément ancré que vous êtes incapable de voir votre tord.”


L’art et la manière… Elle-même en avait peut-être manqué, mais face à ce singe qui joue les forts, malheureusement, le choix ne lui appartenait pas.

“Alors oui, vos propositions m’intéressent, même si il me manque des… éléments pour décider de la remise qui pourrait naturellement venir avec cette exclusivité… Mais même si c’est le cas, accepter dans ces conditions, c’est vous conforter dans vos manières et votre attitude à mon égard… Et cela, je ne peux le permettre. Après tout, nous ne sommes pas amis, pas encore… La plaisanterie serait alors de mise, mais elle ne peut exister que si le respect de l’autre existe à la base. ”

Maintenant, elle attendait ses excuses, à ses yeux seule condition pour retrouver le chemin d’une négociation saine, sans elles, eh bien… Cela se terminerait ici, et peut-être mettrait-elle à execution certains de ses avertissements, principalement en ce qui concernait la fête, tant les rumeurs que ce qu’elle générerait pour éclipser la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Dame Blanche et le Magistrat [PV Ptolémée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Dame Blanche et le Magistrat [PV Ptolémée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrivée d'un Seigneur ébouriffé et d'une blonde Dame
» Accident maritime : l’Etat Haïtien doit être responsabilisé
» Oscar et la dame Rose
» Notre Dame de Paris
» Nyrlae [Dame protectrice de Daranovar]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Principautés de Thaar :: Thaar (Cité)-
Sauter vers: