Partagez | 
 

 Conseil de Langehack [solo]

Aller en bas 
AuteurMessage
Oschide d'Anoszia
Humain
avatar

Nombre de messages : 477
Âge : 27
Date d'inscription : 10/02/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29 (Mort)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Conseil de Langehack [solo]   Sam 20 Sep 2014 - 8:50


Il avait été préparé pour cela depuis qu’il savait lire et écrire. Bien que personne n’aurait pu s’imaginer qu’il parviendrait si haut, son père en premier. Après la catastrophique campagne de Sgardie, seule une petite seigneurie ou une place au conseil de régence d’Ydril l’aurait attendu, mais le sort en avait décidé autrement. Maintenant, il était duc de Langehack et peu importe ce que dirait, penserait le haut et bas peuple des terres langeciennes ou ceux se trouvant derrière ses frontières. Il l’était, un point c’est tout.

Ce jour-ci n’était comme un aucun autre. En ce jour qui suivait son mariage et son investiture, le conseil des nobles de Langehack avait été réuni sur sa demande et autant dire qu’une longue discussion en forme de plaidoyer s’imposerait. Il était affublé d’habits qui lui avaient été offert par son épouse. Les vieilles chausses encrottées de son ancienne vie de capitaine avait été jetée pour laisser place à des tenues un peu plus représentatives de son statut. Hors de question de paraître comme un vulgaire Capitaine s’était-il dit, cette vie était à présent derrière lui.

Il n'était pas de bonne humeur, le mal dont souffrait son épouse l'ayant particulièrement inquiété toute la nuit, il se serait bien passé d'une telle rencontre. malheureusement, il n'avait pas le choix et devait commencer à quérir sa légitimité pour faire en sorte d'éviter qu'on ne lui administre un coup de poignard dans le dos comme on venait de le faire à son père.

Lorsqu’il rentra dans la grande salle du conseil, tous ceux qu’il avait convoqués s’y trouvaient déjà. Il fut agréablement surpris de voir qu’ils s’étaient tous mis debout afin de le saluer. Cela n’était peut-être qu’une vulgaire formule de politesse, mais pour lui, cela voulait aussi dire que les choses commenceraient sans affrontement.

Autour de la table se trouvait sans surprise le Sénéchal de Langehack. Soutien infaillible de son épouse depuis qu’elle avait pris le duché, Sire Vilsteir d’Olside lui était aussi devenu une aide et un réconfort lorsqu’il était arrivé dans le Langecin. Il était un homme qui avait eu une bonne vie, empli de victoires militaire et de gloire, il semblait être le vieux sage qui n’avait plus rien à attendre ou à conquérir. La seule chose dont il se préoccupait n’était rien d’autre que l’armée et le bien-être de la duchesse et en ce point, il ne pouvait que lui en être reconnaissant.  

De l’autre côté siégeait le chancelier chargé des comptes, Simon de Cavrour et l’intendant qui s’était chargé de lui depuis son arrivée, Luther de Bône. Jusque ici, ce n’était que des hommes qu’il connaissait déjà pour les avoir fréquentés durant les multiples banquets depuis son arrivée. Il s’était familiarisé avec eux et pouvait éventuellement voir en eux, un soutien face aux autres. Se trouvait présent également le régent de la petite Linaelle qu'il avait rencontré lors du Voyage à Leliande, un certain Walter d'Ausal, venant d'une maison vassale des Lancrais.

Crispin Delray, le recteur du Collège et l’ancien de l’Arcanum lui paraissait être aussi dans une seule quête, celle de la prospérité du duché. En ce point aussi, ils pouvaient s’accorder. Comme tous mages, Crispin ressemblait à un érudit avec sa petite barbe grisonnante. Affichant un petit sourire lorsqu’il apparut dans la salle, Oschide lui rendit et se mit debout au-dessus de son siège ducal.

-Son altesse, la duchesse Méliane étant indisposée, je me chargerais d’ouvrir ce conseil et de le tenir. Il fit un geste de la main. Je vous prie de bien vouloir vous asseoir.

Comme s’il avait été son père, il n’affichait aucune expression ou émotion. Impassible, froid et sûr de lui, il s’asseyait avant tous les autres en les fixant un à un comme pour percevoir leur pensée. Car autour de la table se trouvait également des nobles qu’il ne connaissait pas. En commençant par Uthar de Brevise qui n’était qu’un vieil avare. Autrefois, Jeanne de Sephren s’était arrogé sa petite  fille et unique descendance afin de l’avoir avec elle. Aujourd’hui, on pouvait encore compter Isilie dans l’entourage de son épouse, mais est-ce que le vieux serait toujours aussi docile ? Surtout avec lui.

Guilhem de Tall était à côté et ne semblait pas avoir le cœur à la fête. N’affichant aucun sourire, le vicomte devait déjà commencer à compter les secondes pour en finir au plus vite et retourner dans sa contrée. Mais Oschide n’en avait pas fini avec lui. L’homme était considéré comme juste, malgré son aspect rustre. Il avait été un proche de Jeanne de Sephren, et aucun doute que son ascension brutale n’avait pas dû le réjouir plus que cela. Néanmoins, il ne pourrait se passer de son appui et devrait tout faire pour le compter comme un véritable ami.

Les deux autres qui siégeaient à côté ne pouvaient plus qu’être Alcion d’Amderran et Ashal, son frère et Capitaine des Aigles de Sang. Eux non plus ne semblaient pas très enclins aux réjouissances. Dans le grand temple de Néera, ils avaient été inexpressifs. Peut-être était-ce dans leur habitude. Après tout, le Capitaine n’était qu’un homme de guerre à la tête de l’unité d’élite la plus prestigieuse du Langecin, sourire ne devait pas être dans ses cordes. Et Alcion… Ce seigneur resterait un grand mystère. Mais en tout cas, Amderran avait été le fief historique des Sephren. Eux non plus n’avaient pas dû voir l’arrivée impromptue d’une Lancrais d’un très bon œil, et lui, encore moins.

Avec ces hommes, il partait de zéro. Si le Sire d’Olside ou l’intendant Luther de Bône n’avaient pas été là, autant dire qu’il aurait regardé les autres seigneurs dans le blanc des yeux pendant un petit bout de temps, mais son père lui avait appris à régner. Après tout, il était l’héritier direct des Anoszia. S’il y avait un homme dans sa famille qui pouvait combiner ruse diplomatique et droiture politique, c’était bien lui.

-Mes seigneurs, la séance est ouverte, dit-il en restant de marbre.

Il était à présent dans la fosse aux lions, mais en regardant brièvement sa chevalière, il se souvint que lui était un dragon.

Revenir en haut Aller en bas
Oschide d'Anoszia
Humain
avatar

Nombre de messages : 477
Âge : 27
Date d'inscription : 10/02/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29 (Mort)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Conseil de Langehack [solo]   Sam 20 Sep 2014 - 13:56


Tous s’observaient du coin de l’œil en se demandant surement qui serait le plus courageux d’entre eux pour commencer la joute qui s’annonçait. Oschide avait prévu de parler de plusieurs choses que lui-même et la duchesse avaient trouvées judicieux d’aborder. Mais apparemment, même si ce n’était pas l’envie qui devait manquer aux nobles de protester, le silence était la seule et unique réponse. Néanmoins, au bout de quelques secondes, Alcion Amderran finit par incarner enfin le premier frondeur.

-Il n’y a pas de place pour la guerre dans notre duché, altesse. Qui plus est, une guerre qui nous est parfaitement étrangère et dont nous ne devrions pas nous mêler. Pensez-vous qu’il serait judicieux d’y mettre notre nez ? Je ne pense pas et pour être honnête, je crains que vous ne nous ayez apporté que ce malheur.

Il n’y était pas allé par quatre chemins. S’il avait été duc depuis plus longtemps, cela ne faisait aucun doute qu’il l’aurait fait arrêter pour ces propos, avec un jugement rapide et une tête dans le panier. Mais il ne le pouvait pas, en ce moment-même, il se faisait tester et devait répondre judicieusement. Après tout, ce seigneur n’avait pas tort. Et au moins, Alcion d’Amderran n’était plus un mystère.

-Messire d’Amderran, dit-il sans flancher. Nulle guerre en Ydril n’est prévue pour le duché…

-Et comment expliquez-vous le départ de la Compagnie du Trait ? coupa le même homme qui commençait à le prendre de haut.

-Existe-t-il une loi interdisant à un client de ne pas s’offrir les services de mercenaires ? La Compagnie du Trait EST une compagnie de mercenaire. En temps de guerre, elle est assermentée à compléter l’armée du duché, mais en temps de paix, le capitaine Pietro Colleoni est libre de signer le contrat qui lui plaît. Je vous prierais maintenant d’éviter de me couper lorsque je parle bien qu’il me tarde de connaître toutes vos inquiétudes.

-Mes excuses votre altesse, je me fais juste le porte-parole de la plupart de ces hommes présent dans ce conseil, Langehack ne veut pas d’une guerre. Les problèmes qui sont internes au duché sont déjà beaucoup trop importants pour que nous tournions nos regards vers des terres qui nous sont étrangères.

-Je comprends Messire d’Amderran. Soyez rassuré en ce point : Si je vais en Ydril, ce ne sera que pour négocier la paix. Répondit-il en affichant un regard intrusif. Cette mascarade n’a que trop duré et cela doit cesser, je le conçois parfaitement. Mais en tant que premier héritier de l’ex régent Arichis d’Anoszia, je me dois d’être celui qui négociera au nom de ma famille, vous le comprendrez, j’en suis persuadé.

Ce sur quoi, Crispin Delray, le recteur du Collège ouvrit la parole afin d’apaiser la tension qui régnait dans la salle.

-Nous avons tous appris les drames qui ont touché votre famille, nous en sommes navrés Altesse. Néanmoins, Messire d'Amderran a raison. Depuis l’investiture de notre duchesse, Merval et Scylla n’ont toujours pas prêtées serment et Missède ne vient de le faire que parce que le Baron Viktor et son épouse Kathleen sont subitement morts en de tragiques circonstances.

-Je vous remercie mestre Delray, je suis au fait des problèmes de serment et croyez moi que je m’emploierais à trouver l’allégeance du Mervalois et du Scyllanais.

Guilhem de Tall sortit de sa torpeur et prit la suite du mestre qui avait parlé justement et qui lui esquissa un rapide sourire afin de le rassurer.

-Vous n’êtes pas sans savoir que notre bon comte de Scylla n’est personne d’autre que notre jeune Roi Bohémond, un roi que vous avez servi avant de quérir le cœur de notre duchesse. Comptez-vous vraiment lui demander un serment de vassalité ? il se trouve également que le baron de Merval fait partie du conseil de régence du Roi, mais je ne vous apprends rien puisque vous y étiez il n’y a pas si longtemps. Alors Altesse, ployez le genou devant notre Roi et vous trouverez la paix que nous recherchons tant.

Son ironie l’exacerbait. Il n’avait qu’une envie, lui coller un coup en pleine face, mais une fois de plus il ne put que se retenir et répondre par un bref sourire.

-Bien évidemment, j’irais en personne à Diantra pour prêter serment devant notre roi. En temps et en heure, j’entends bien. Et je rencontrerais le baron Cléophas d’Angleroy ainsi que le régent Enguerrand de la Vesne.

Après tout, il n’était qu’un capitaine issu d’une famille certes puissante, mais en proie à d’énormes difficultés. Il avait conscience de ne pas être un cadeau pour la noblesse de Langehack, mais il tâcherait de ne pas non plus devenir un fardeau. Apporter la paix et le calme en Ydril était sa priorité. Les choses n’avaient que trop durées et il fallait y mettre un terme.

-Vous dites que vous nous quittez pour partir négocier avec l’enfant qui a emprisonné votre père. Mais qu’adviendra-t-il de Langehack si son altesse Méliane ne se remet pas encore de sa maladie. Que les dieux veillent sur elle. Dit Guilhem en regardant le ciel.

-Ce sera à vous de vous charger des affaires du duché. Messire Guilhem de Tall, Messire Alcion d’Amderran, Messire Uthar de Brevise et Sire d’Olside, vous aurez à former un conseil de régence en mon absence qui sera je l’espère, la plus courte possible.

Maintenant qu’il venait de faire le tour de la question ydrilote et des allégeances vassaliques, il était temps pour lui d’aborder un nouveau sujet qui risquerait de faire parler : son investiture.
Revenir en haut Aller en bas
Méliane de Lancrais
Humain
avatar

Nombre de messages : 193
Âge : 33
Date d'inscription : 14/04/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Conseil de Langehack [solo]   Dim 21 Sep 2014 - 13:29


La porte s'ouvrit subitement, sans nulle annonce préalable, laissant apparaître un serviteur lié au service de l'intendant ducale. Il s'écarta d'un pas avant d'annoncer d'une voix forte et solennelle. " Son altesse Méliane de Lancrais, duchesse de Langehack. " L'intendant ducal,Luther de Bône lui adressa un regard satisfait tandis que la duchesse faisait son apparition dans la salle du conseil.  Le regard brillant, la démarche assurée, ses long cheveux sombre retombant librement sur une robe faite de rouge et d'or, elle était l'image même du pouvoir.

Tandis que tous se levaient, elle les pria d'un geste gracile de la main de ne rien en faire, allant directement rejoindre l'autre bout de la pièce, la ou trônait celui qui était désormais son époux. Sachant fort bien les inquiétudes qu'avait du déclenché en lui son apparition, elle le rassura d'un sourire puis se tournant vers tous, elle prix la parole d'une voix calme mais autoritaire. " Mes Sires, étant occupée ailleurs, j'ai eu ouïe dire que certains ici avaient comportement quelque peu hostile envers mon époux. Je suis dont la pour régler ces quelques questions une fois pour toutes. Après quoi je vous serais gré de ne plus y revenir. "

Sir de Tal, dont la mine s'était clairement détendue a la vue de la duchesse fut le premier a prendre la parole. " Votre altesse, il nous est une joie que de vous voir parmi nous, votre époux nous ayant fait part de votre indisposition. " Le visage de Méliane se fendit d'un sourire qui se voulait amusé alors que son regard se faisait plus tendre. " Ah mes Sires, que puis je répondre a cela. A peine marié que le voila soucieux comme un vieil époux et dire que l'on croit que c'est les femmes qui se font le plus de soucis. " Cette petite remarque provoqua l'hilarité générale, ce qui eu pour effet de détendre considérablement l’atmosphère. La duchesse accorda ensuite toute son attention a Sir de Tal, un sourire amical et sincère se fondant sur ses lèvres. " Je suis moi même fort heureuse de vous voir ici, je sais quel déchirement pour vous ce doit être, d’être loin de votre fils alors qu'il est actuellement souffrant. Mes prières et celles de ma fille vous accompagnent chaque jour. " Sir de Tal inclina la tête avec respect. " Vos paroles me sont un réconfort votre altesse. Mais quelque soit ma situation personnelle, je ne saurais faillir en mes responsabilités. " La duchesse hocha la tête silencieusement avant que son regard ne se teinte d'une légère lueur de défi. " Pensez vous qu'il puisse en être autrement pour moi ? " Un silence pesant s'installa dans la salle tandis que tout les regards se portaient sur la duchesse et l'échange de regard silencieux qu'elle partageait avec Sir de Tal. Ce dernier se leva finalement en une révérence respectueuse avant de répondre le visage sincère. " Certes non votre altesse, je vous connais suffisamment pour savoir que vous donneriez votre vie pour vos gens. Néanmoins je vous demande de pardonner nos quelques inquiétudes légitimes. "   La duchesse, d'un geste, lui fit comprendre qu'il pouvait se rasseoir, puis elle reprit la parole avant de les fixer tous un par un. " Peut être que si ces Sires voulaient bien me faire part de leurs craintes, je pourrais les apaiser. "

S'en suivirent hochement de tête satisfait, avant que chacun a leur tout les membres du conseil ne se pressent en inquiétudes devant elle. Une fois certaine qu'ils avaient tous exposés la tout leurs griefs, craintes ou quoi que ce soit portant a trouble sur ses épousailles et ce qui en découlerait, elle prit la parole d'une voix forte. " Tout d'abord, sachez que j'ai entendue et pris en compte chacun de vos mots, les jugeant avec le respect et la considération qui vous est du a tous. Je vous serais dont gré de faire de même pour les miens. " Elle balaya son regard sur la pièce avant de poursuivre. " Au delà de vos inquiétudes de guerre, de serment de vassalité, de l’avènement d'un nouveau duc, je perçois vos griefs de spoliation. Certains d'entre vous semble il, tendent a penser que le titre de duc et l'acquisition de ma main auraient du revenir a l'une des familles nobles de Langehack. " Certains déglutirent péniblement, tandis que perlaient quelques gouttes de sueur sur certains fronts. " Ne suis je dont rien de plus qu'une propriété de Langehack ? Aurais du prêté mon bonheur conjugal a vos votes et offrir mon corps a celui qui serait le plus profitable a Langehack ? " Quelques rougeurs ici et la, une quinte de toux, quelques clignements de paupière. Le tempérament fort de la duchesse était connu de tous, mais en faire les frais était autre chose. " Et moi qui me croyez duchesse de Langehack, par la même disposant ainsi librement de mon corps et de mes jugements. " Elle posa a nouveau son regard sur chacun d'eux, s’arrêtant parfois sur certains pour lâcher quelques mots. " Ne vous ai je pas aidé a éponger vos dettes et a récupéré votre domaine ? Aurais je dont due vous accorder en plus ma main ? "  " N'ai je pas arrangée a votre fille un mariage avantageux, vouliez vous faire de moi l'épouse d'un quelconque cousin éloigné ? " " N'ai je pas pardonné a votre fils ses débordements liés au jeu, le libérant de toutes ses dettes. Aurais je dont du également l'épousé pour couvrir toutes les prochaines ? " Une fois qu'elle en eu terminer, un concert de supplications, protestations et d'excuses fendit l'air de toute part.

Elle les arrêta d'un geste de la main. " Je considère que vous ne me devez rien, pas plus que je ne vous dois quoi que ce soit. Si ce n'est de me montrer digne de la confiance que vous m'avez accordés en me plaçant sur le trône de Langehack. J'ai promis d’être une duchesse juste et honorable, en cela je ne faillerais pas car c'est la qu'était notre arrangement. Vous avez tous été dûment récompenser pour votre appuis, mais cela n'a jamais inclut de faire de moi un trophée, un but a atteindre ou quelque qu'autres bassesses de ce genre. Bien que mon mariage soit d'ordre public et qu'il concerne chaque homme et femme de mon peuple, le choix n'appartenait qu'a moi même et ce choix je l'ai fait. " Elle se glissa derrière Oschide et posa une main sur son épaule. " Vos inquiétudes aussi légitimes soient elles n'ont pas lieu d’êtres. Ma préoccupation première depuis que je suis devenue duchesse a toujours été Langehack et il en sera toujours ainsi. " Elle leur adressa un sourire confiant avant de poursuive. "Vos craintes de voir une guerre un jour fondre sur nos terres sont aussi les miennes, mais si pareille tragédie se doit d'être alors elle ne sera pas du fait de mon époux. Ce qui guide ses pas en Ydril est personnel et familial, ce n'est pas le duché qu'il engage dans la bataille mais son amour et sa dévotion en sa famille. J'ose croire que chacun d'entre vous agirait de la sorte pour les siens. " Quelques hochements de tête discrets, des regards qui s'animent. " Sire Oschide d'Anoszia ne rejoint pas Ydril en tant que mon époux, ni en tant que duc de Langehack, il s'y rend en tant que fils, en tant que frère, en tant que membre loyal d'une famille injustement accusée. Veuillez tranquillisez vos esprits,  si mon époux part en guerre contre les bourreaux de sa famille, Langehack ne part pas en guerre contre Ydril et il sera ainsi tant que nulles offenses ou attaques ne nous serons causés. "

Sourires satisfaits, soulagement palpable. " Je ne puis vous reprochez de porter inquiétudes en le fait que la compagnie du Trait fera front sur Ydril aux cotés des partisans des Anoszia. Mais bien qu'ayant leurs allégeance, je vous rappelle qu'ils ne sont pas a notre appartenance. Quoi qu'il advienne en temps de guerre, en tant de paix ils restent une compagnie de mercenaire libre d'accepter tout types de contrat. Je ne pense pas qu'ils verraient d'un très bon œil les revendications d'une duchesse les empêchant de faire du profit. Croyez vous qu'après cela nous ayons encore leur allégeance ? Vous seriez alors bien naïfs. " Nombreux murmures, tous appréciateurs, quelques paroles ici et la, l'intervention de la duchesse fait mouche. " Maintenant qu'il est fait établi que Langehack n'entrera pas en guerre de par le simple fait de mon alliance avec mon époux, j'aimerais également tranquilliser vos inquiétudes quand aux serments de vassalité que nous n'avons pas encore reçues. Bien qu'il m'étonne de devoir y revenir. Puis je vous rappellais que le baron de Missède avant sa triste mort avait promis allégeance au trône de Langehack sitôt son retour d'Ydril ? Serment aujourd'hui acquitté, bien qu'il le soit en de si tragiques circonstances. Quand a Merval, aurions nous du faire une guerre a son baron alité ? Est la le genre d'image que vous souhaitez donné a mon règne ? Aujourd'hui il semble au mieux, ayant reprit sa place de bon droit dans la capitale, il va dont de soit que nous, nous enquerrons bientôt de son serment d’allégeance.  Quand a Scyla .. " Regards solennels. " Il va de soit que tout comme moi vous n'ignorez rien de la complexité de ce serment ci. Néanmoins les serments d'amitié de son régent et sa visible envie de nous prêter allégeance si il n'y avait pas eu la couronne ne peuvent ils suffir a vous tranquilliser en attendant de savoir ce qu'il en est exactement de la position de la couronne a notre égare ? "

Tous acquiescèrent silencieusement a cela. Tandis que certains prenaient la parole avec respect pour louer les quelques paroles de la duchesse. Le regard bienveillant, elle les regarda a nouveau tour a tour. " J'ai a cœur de m'occuper d'unir nos terres aux autres terres de la péninsule dans une paix durable comme vous le savez, pour ce faire j'aurais besoin du soutien et de l'appuis de vous tous. Ce soutien passe par votre acceptation de mon union avec Sir d'Anoszia, mais aussi par votre acceptation de son accession au trône ducale. Que les dieux me préservent d'un jour devoir faillir a mon devoir, mais si tel devait être, il vous faudrait vous reposer sur mon époux, sur ses aptitudes a régné. J'ai conscience qu'il est encore trop tôt pour vous demander d'avoir foi en lui, néanmoins je vous demanderais d'avoir foi en moi, d'avoir confiance en mon jugement. Jamais mon choix ne se serait porté sur un homme pouvant porté préjudice a nos terres ou a notre peuple" Après ces quelques mots, elle se tourna vers l'intendant ducal. " Laissons dont ces sires reprendrent cette réunion, je suis sur que mon époux sera apte a répondre a toutes leurs questions et exigences, nous avons nous même beaucoup de travail. " Elle se tourna a nouveau vers le conseil, sourire aux lèvres. " Quel avantage serait ce d'avoir un époux si je ne pouvais lui déléguer quelques taches ingrates .. Sans vouloir vexer ses Sires bien sur. " La plaisanterie faisant mouche, elle quitta la pièce sous les saluts respectueux et les sourires amusés, non sans avoir au préalable adressée un regard confiant et débordant de tendresse vers son époux. Elle savait que sitôt hors de vue, il aurait encore beaucoup a prouvé a chacun, cela elle ne pouvait le faire a sa place, mais nul doute que sa simple apparition avait contribué grandement au début de son acceptation en tant que duc.

Dés que la porte se referma derrière elle, s'étant assurée qu'elle était seule avec l'intendant, elle s'appuya lourdement contre l'un des murs du couloirs. L'intendant se précipita rapidement vers elle. " Votre Altesse, je vais faire prévenir votre médecin de suite .. " D'une respiration difficile, elle se redressa tant bien que mal. " N'en faites rien, vous m'entendez, nul ne doit savoir la gravité de mon état. le médecin viendra quand j'aurais regagnée mes appartements et pas avant m'entendez vous ? " Le regard soucieux, il acquiesça néanmoins. " Permettez moi alors de vous offrir mon bras votre altesse .. Il serait honneur pour moi que vous conduire a vos appartements. " Reconnaissante, elle retint la quinte de toux qui menaçait de la submerger pour glisser son bras sous celui de l'intendant. " Que votre altesse me pardonne, je n'aurais pas du vous faire mander .. Le médecin a dit que votre repos devait être total sans quoi .. " Elle le tranquillisa d'un geste de la main." " Vous avez bien fait de me prévenir, je me devais d’être la. " "N'avez vous pas promit au médecin de vous reposer votre altesse ? " " Mais n'ai je pas également promis hier devant les dieux d'épauler mon époux dans l'adversité comme dans la maladie, dans le bonheur comme dans la peine ? " Alors qu'ils montaient les escaliers, péniblement pour la part de la duchesse mais par chance dans une intimité que nul regard ne venait troublé, elle conclua. " Quel genre d'épouse serais je si au lendemain de notre union et de nos promesses échangées, je venais a faillir en cela. M'épouser est déjà un grand fardeau de par toutes les difficultés que cela lui imposera, ma maladie ne faisant qu'en ajouter un plus grand en cela. Je ne peux lui faire défaut. Il ne saurait payé le prix de ma faiblesse. "

Une fois dans son lit, se laissant enfin allée a tout l'épuisement qu'avait causé son intervention au conseil, elle eu grand mal a calmer ses quintes de toux et ses douleurs poitrinaires. Pourtant elle ne regretta rien, pas même quand le médecin l'accusa de mettre volontairement sa vie en danger. Si il devait lui arrivé quoi que ce soit, Oschide devait être capable d'avoir un règne long et prospère pour le bien de Langehack. Les vautours rodaient partout, assoiffés de complots et de vilenies gratuites, elle ne les laisserait pas profiter de son "indisposition" pour mettre a mal ces projets pour Langehack. Pas plus qu'elle ne laisserait sa maladie, la faire faillir dans son devoir d'épouse, il était déjà bien assez qu'elle ne le prive pour l'heure de ce qu'était en droit d'attendre un époux, elle ne le priverait pas en plus de son soutien. Avec son soutien et la détermination qu'elle avait vue en lui, nul doutes qu'il serait a la hauteur de la lourde tache qui pesait désormais sur ses épaules .. C'était la ses espérances pour l'avenir.
Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Oschide d'Anoszia
Humain
avatar

Nombre de messages : 477
Âge : 27
Date d'inscription : 10/02/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29 (Mort)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Conseil de Langehack [solo]   Sam 1 Nov 2014 - 18:05


La surprise de voir son épouse dans le conseil fut immense. Il l'a voyait affaibli par la maladie, et pourtant, elle n'en démordait rien face à la noblesse du Langecins. Chaque mot qu'elle avait utilisé s'était fait tranchant et irrémédiable. Bien évidemment, il n'irait pas en personne à Ydril pour mener une guerre en tant que duc de Langehack. S'il y allait, il aurait tout d'abord quelques haltes à faire, en commençant par ses vassaux qui ne lui avaient pas prêté allégeance, et la capitale ducale du Soltaar pour terminer. Lorsque sa femme parti, il se retrouva de nouveau face aux visages déboussolés des nobles. Alors qu'il s'apprêtait à reprendre la parole, un émissaire vint faire une interruption dans la salle du conseil et fit susciter la curiosité d'un grand nombre d'hommes. L'allure essoufflée, l'émissaire prit la parole.

-Sybrondil a établi un blocus, la compagnie du Trait a fait demi-tour et est revenu sur ses pas. Ils sont en ce moment mêmes à Leliande.

L'information déconcerta Oschide dans un premier temps, mais il avait prévu un tel coup. S'il ne pouvait s'y rendre par mer, au moins essaierait-il de le faire par terre. Mais son projet de réunir le sud ne se ferait pas de suite. Il n'y avait qu'un seul moyen pour lui de faire asseoir son autorité et surtout sa légitimité aux yeux des nobles ici présents. Ces hommes ne voulaient pas se battre pour une cause qui n'était pas la leur, mais peut-être en auraient-ils envie pour une cause beaucoup plus juste, qui les concernait directement. Guilhem de Tall lui avait rappelé les problèmes qu'ils avaient eus avec le comte de Scylla. Il avait alors dit se rendre à Diantra, qui était bel et bien une chose prévue. Néanmoins, il devait à présent aborder les raisons de sa venue.

-Vous devez savoir que si je vais à Diantra, ce ne sera pas pour ployer le genou devant ce Roi, qui n'est que le fils batard de celui qui a tué notre bon et juste roi Trystan. Non ! Vous devez vous-même savoir que ce qui était alors des soupçons n'en sont plus mes seigneurs. Je prêterais allégeance et plierais le genou face à celui qui aura toute la légitimité et la reconnaissance des plus grands seigneurs de la péninsule. Et comme je vous l'ai dit, je marcherais à la rencontre du baron de Merval sur ses terres et je revendiquerais le comté de Scylla comme faisant partie à part entière de notre duché, et non plus la possession d'un faux roi.

Aucun seigneur ne semblait vouloir répondre à ces propos. Son ton s'était fait plus dur et plus sec. Comme l'aurait fait son père, si l'on ne pouvait pas atteindre un point directement, il fallait en passer par d'autres pour y parvenir. Merval et Scylla seraient ses destinations et il savait que les nobles composant son conseil n'auraient rien à y redire puisque cela irait dans leurs propres intérêts.

-Mon objectif est simple mes seigneurs, au nom du Langecins, je souhaite que vous m'apportiez votre aide afin d'obtenir l'allégeance du mervalois et celle de Scylla. Pour cette raison, un blocus commercial sera établi le temps de faire comprendre à ces seigneurs que je ne plaisante pas.

Guilhem de Tall prit alors la parole.

-Préconisez-vous une guerre contre ses vassaux altesse ?

-La péninsule est déjà criblée de guerre, je ne serais pas celui qui en amènera une de plus sur nos terres. Non, exigeons seulement ce qui nous revient de droit. En cas de refus d'obtempérer, nous mènerons des opérations plus radicales.

Uthar de Brevise se leva soudainement et prit la parole, l'air dur et solennel.

-Préservons l'héritage que nous a laissé notre regrettée duchesse Jeanne de Sephren, reprenons ce qui est à nous. Il est temps d'agir mes seigneurs.

Un long silence gagna la salle, les uns comme les autres devaient sentir l'impact qu'aurait une telle décision même si la guerre n'était pas encore à l'ordre du jour. Mais après avoir entendu parler le sire de Brevise, sire D'Amderran, de Tall, ainsi que les autres se levèrent à leur tour pour saluer la position d'Uthar. Un sourire au coin des lèvres, Oschide ne put que se réjouir d'avoir réussi à rassembler la noblesse pour une cause commune.
Revenir en haut Aller en bas
Oschide d'Anoszia
Humain
avatar

Nombre de messages : 477
Âge : 27
Date d'inscription : 10/02/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29 (Mort)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Conseil de Langehack [solo]   Mer 26 Nov 2014 - 12:22


Le duc invita les seigneurs à se rasseoir. Bien qu’il senti qu’un sentiment commun émerger de leur part, il était encore loin d’avoir leurs consentements pour entrevoir une quelconque action armée. Et le seigneur d’Amderran ne tarda pas à lui rappeler.

-Soit, espérons que les mots réussiront à mettre un terme à ce conflit qui n’a que trop duré.

Oschide acquiesça même s’il doutait de l’utilité de régler l’affaire par la diplomatie. Mais au moins, on ne pourrait lui reprocher d’avoir essayé. De toute façon, sa décision était prise et il voulait envoyer un émissaire à Diantra pour aller à la rencontre du baron de Merval.

-Sire de Tall, j’aimerais que votre neveu aille à Diantra apporter mon message au seigneur d’Angleroy pour amorcer les négociations. J’ai ouïe dire qu’il était un bon orateur.

Un bon orateur de taverne, surtout connu pour ses dettes et ses talents de buveur. En faisant cela, Oschide savait qu’il ne lui laissait pas vraiment le choix. Guilhem de Tall, bien que surprit par une telle offre, mit un peu de temps avant digérer la nouvelle. Hector était presque tout ce qui lui restait de famille avec son bâtard eu avec une putain ou une noble de basse extraction, il n’en avait que faire. Néanmoins, cela était une occasion pour lui de redorer un tant soit peu son blason et réparer les erreurs commises par son neveu.

- Il ira, Altesse.

On pouvait entendre quelques réticences dans sa voix, mais Oschide fut ravi de la décision. Ainsi, le conseil se terminait et Oschide permit aux seigneurs de partir.

-Nous rouvrirons le conseil lorsque nous aurons des nouvelles. En attendant, profitez des festivités mes seigneurs.

Ils se levèrent les uns après les autres, mais le duc resta assit, le regard concentré sur un homme en particulier.

-Sire d’Ausal, j’aimerais que vous restiez avec moi encore un peu.

Tout d’abord surprit par la demande, il est vrai que Walter d’Ausal n’avait pas dit grand-chose lors du conseil. Sans-doute n’avait-il pas trouvé judicieux de s’exprimer, lui qui n’était qu’un gouverneur et non un seigneur de haute noblesse. L’homme d’âge mûre et à la barbe noire resta ainsi sur sa chaise et une fois que tout le monde fut sorti, Oschide reprit la parole.

-Je compte envoyer une ambassade pour aller à la rencontre du comte de Velteroc, je voudrais que Leliande prenne part à cette action et qu’elle représente notre beau duché. Pour cela, il faudrait que vous réunissiez cinquante volontaires qui partiront en même temps que cinquante autres de nos gens. Afin d’assurer leur protection, plusieurs centaines de mercenaires du Trait les accompagneront et serviront d’escorte.

Walter d’Ausal savait très bien qu’il gouvernait Leliande pour la fille de son épouse. S’il ne pouvait pas encore demander d’hommes de guerre à ses autres seigneurs, au moins pouvait-il le faire avec lui. Surtout qu’il ne forcerait en rien les hommes à faire partie de l’expédition, il ne demandait que des volontaires.

-Bien, je passerais la demande votre Altesse.

-Je ne peux vous cacher que Leliande aura toute notre reconnaissance en faisant parti de ce corps expéditionnaire, ainsi qu'une bonne récompense pour ceux qui y prendront part.

-Je n’en doute pas et je ne pense pas avoir trop de difficultés à trouver cinquante hommes en quête d’action.

Oschide sourit et invita le seigneur d’Ausal à partir en même temps que lui pour rejoindre les autres. Il restait encore des réjouissances à tenir, et surtout un hôte de marque à accueillir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Conseil de Langehack [solo]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Conseil de Langehack [solo]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» UN CEP CHAMPWEL ? LE NOUVEAU CONSEIL ELECTORAL DE PREVAL
» Organigramme du conseil des grands maîtres.
» La dérive antidémocratique du Conseil Electoral Provisoire Haitien
» Collaboration Monastère et Conseil d'Artois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: PÉNINSULE :: Marquisat de Langehack :: Marquisat de Langehack-
Sauter vers: