Partagez | 
 

 [Les Âmes Déchues] Sur la trace des égarés

Aller en bas 
AuteurMessage
Bol d’Jiv’elgg
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 363
Âge : 25
Date d'inscription : 13/08/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 316 ans
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: [Les Âmes Déchues] Sur la trace des égarés    Lun 22 Sep 2014 - 21:04



La lumière pure du matin fut souillée par la toile sale de la tente qu'elle traversa non sans mal. Dans la pénombre, elle souligna les contours d'un corps sec, osseux et voûté. Les os roulaient sous sa peau comme une série de monstre marin pourraient se mouvoir sous la surface de l'eau, tentant d'en sortir sans pourtant jamais en crever la surface. Dans le silence des premières heures du jour, un léger crissement se faisait entendre à mesure qu'une main arachnoïde resserrait une pièce métallique dans la chaire de l'être malingre. Millimètre par millimètre, l'acier s'enfonça dans les tissus pour rejoindre l'étrange mosaïque qui parcourait son corps. Tatouage, piercing, clous, scarification et drains se mêlaient dans une fresque méthodique dont le centre situé sur le sternum n'était autre que l'oeil de la Cruauté.

Zauric Dar'Ahel était prêt à se mettre en route. Il se quitta la position prostrée accompagné par le bruit de succion des clous quittant ses genoux et se drapa dans le manteau rouge brunâtre, raidi par le sang séché qui en imbibait la fibre. Son regard d'acier ne cilla pas face à l'éclat douloureux du soleil que révéla le battant de toile miteux une fois repoussé. L'aveuglement était un petit don de Kiel au matin du massacre et du pillage. Une fois le voile aveuglant levé, il put contempler la petite cohorte qui l'accompagnait. Vêtus de tenues légères, les drows croisaient des hommes pouilleux avec un regard trahissant à la fois dégoût et mépris. Plus loin dans le camp, les gémissements des enfants enfermés dans le premier chariot qu'ils avaient pu remplir dans le royaume de Naelis avaient peine à percer le léger remue-ménage de l'activité matinale.
D'un mouvement de nuque, Zauric fit craquer sa colonne cervicale, il avait hâte de se remettre en chasse. Lentement, il se tourna vers un groupe de mercenaires humains puants, vêtus de guenilles et grouillant de vermines et leur fit signe de le suivre. Ce matin, ils allaient s'occuper du petit hameau un peu plus au Sud-Est. Ils avait déjà dépossédé celui du nord de ses orphelins, le suivant ne verrait aucun rescapé. Les barbares acquiescèrent et s'approchèrent avec méfiance. Il fallait bien avouer qu'ils étaient là moitié pour l'argent moitié par crainte. Le Culte de Kiel commençait à se faire un nom en Ithri'Vaan et son Maître avait un certain talent pour faire naître l'horreur au milieu des plaines dorées.

En silence, ils se mirent en marche jusqu'au point d'intérêt. Un chariot avait pour consigne de les y retrouver lorsque le soleil serait à son zénith. En attendant, ils avaient tout le loisir d'agir et de prendre plaisir à cette chasse. Le Haut-Prêtre voulait des sacrifices sélectionnés par la grâce de Kiel, les autres, les chasseurs pouvaient en disposer. Ce fut donc méthodiquement et avec patience que Zauric observa chaque mouvement, tournant tantôt un morceau de métal, tant une mèche de chanvre purulente, à l'écoute de sa déesse. Après ce petit rituel, ses hommes pourraient passer à l'action, capturer les élus, tuer et violer le reste. En attendant, ils patienteraient le temps qu'il faudrait dans les fourrés...
HRP:
 


Dernière édition par Bol d’Jiv’elgg le Sam 27 Sep 2014 - 17:36, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://reve-emotion.be
Lamenoire
Drow
avatar

Nombre de messages : 26
Âge : 33
Date d'inscription : 16/08/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  300 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: [Les Âmes Déchues] Sur la trace des égarés    Mer 24 Sep 2014 - 18:26

Luna Sombrerouge allait partit vers le dernier contact quand son chef se rappelait d'une mission d'espionnage très particulière. Il la rappela en lui criant au moment où elle sortit du bureau. Il lui ordonnait de se renseigner sur les capacités d'un religieux qui se pavanait avec des chaînes. Ce religieux semblait récolter les êtres les plus démunis comme une épidémie  avec l'assistance de mercenaires. Toutefois, ce qui intéressait la guilde c'était sa manière de traiter ses personnes après ce rapt. La demi-drow devait collecter des informations sur un traitement qui sortait de l'ordinaire et cela pouvait mener à un assassinat particulier. La cueillette se produisit dans le royaume de Naelis.

La demi-drow avait prévu de se déguiser en paysanne vêtue en guenilles pour être appréhendée par les mercenaires. Elle avait imaginé un plan et elle avait voulu attirer l'attention du religieux. Elle allait jouer le rôle d'une femme agée qui mendiait en portant un couffin sans enfant. Elle sauta dans du purin pour avoir une odeur nauséabonde et elle ne se lava pas pendant deux jours. Sa peau montrait des traces de saleté et elle avait salit ses dents avec une pierre noire. Elle ne dormit pas pendant plusieurs jours et elle eut quelques traits tirés sur son visage. Elle avait réussit avoir une apparence d'âme égarée et  elle avait continué en s'entrainant pour avoir l'attitude pendant plusieurs jours. Elle testa son jeu d'actrice sur les nouveaux assassins et ils la prirent pour un déchet humain. Elle partit dans la matinée en cachette dans un chariot de marchands et elle descendit dans la rue de la cité. Elle voyait le religieux avec les chaînes accompagné de mercenaires et ils scrutaient les êtres qui vivaient dans les rues.

Lamenoire avait caché une petite faucille  et elle avait vu les premiers rapts  commencés. Elle se plaçait dans un groupe qui correspondait aux critères de sélection  et elle s'attendait à être prise manu militaris. L'espionne des Lames Dansantes commençait à mendier devant  les spectateurs et elle jouait le rôle de  la femme qui était dans un autre monde. Elle parla avec une voix qui mâchait les mots sans mettre des verbes dans sa phrase.
Revenir en haut Aller en bas
Bol d’Jiv’elgg
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 363
Âge : 25
Date d'inscription : 13/08/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 316 ans
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Re: [Les Âmes Déchues] Sur la trace des égarés    Sam 11 Oct 2014 - 11:53



Cinquante trois humains dont dix-huit enfants, treize chevaux, vingt-sept boeufs et vaches, dix porc, cinq chats et six chiens. Un compte précis de tout ce que contenait le hameau. Le métal grinça lorsque le Tourmenteur daigna enfin bouger, sa tête pivota vers ses hommes et signifia d'un hochement que l'heure était venue. Il chuchota ses directives et lança l'opération. Calmement, en silence, tous se mirent en place. Les Barbare prêts à attaquer de front, ses soldats en embuscade. L'affaire serait rondement menée.

Il sortit des buissons et s'avança dans la plaine vers les masures. L'odeur du bonheur et de la quiétude venait chatouiller désagréablement ses narines au point qu'il dut porter un pan de son manteau imbibé de sang séché pour empêcher la bile de remonter au coin de sa bouche. Il passa les premier enclos, provoquant un remue-ménage parmi les animaux affolé par les effluves sanglante et le cliquetis métallique qui accompagnait sa lente marche. Lorsque les habitants l'aperçurent, ils ne réalisèrent pas tout de suite de quoi il s'agissait. Aucune rumeur autres que de lointain chuchotement n'étaient parvenues à leurs oreilles et la guerre semblait si lointaine.

Puis, il y eut cette femme qui étouffa un cri en laissant tomber son panier de linge lorsque son gosse fut proprement éventré par l'Oeil de la Souffrance. Elle hésita un moment, ne sachant si elle devait se précipiter vers son fils encore agiter de spasme ou fuir l'étranger qui s'approchait d'elle. Le temps qu'elle lève ses jupons, le manche d'une faucille s'abattit sur sa tempe et la projeta inconsciente dans la poussière.

Un vieux fermier témoin de la scène se jeta sur lui armé d'une seule fourche. Décapiter l'outils, décapiter l'homme et donner le signal. Un enchaînement qui mimait les anciennes coulées du Puy, vives, majestueuse et d'une aisance surnaturelle, surhumaine. Son rire grinçant comme l'acier sur la pierre déclencha l'offensive. Les hommes crasseux sous son commandement commencèrent leur oeuvre. Massacrer, piller et surtout assommer les proies que la Mère du Désespoir désirait. La journée serait douce, la journée serait bonne, la journée serait horreur.
Revenir en haut Aller en bas
http://reve-emotion.be
Lamenoire
Drow
avatar

Nombre de messages : 26
Âge : 33
Date d'inscription : 16/08/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  300 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: [Les Âmes Déchues] Sur la trace des égarés    Dim 19 Oct 2014 - 18:15

Lamenoire regarda avec horreur le début du massacre juste devant ses yeux, mais elle continua à jouer son rôle. Elle accentua sa demande auprès des spectateurs, toutefois aucun d'eux firent attention à elle et la Sang-mêlé continua sa quête dans son groupe. Elle décida de prendre un risque en présentant sa main à l'un des exécutants du drow religieux. Luna avait réussi à donner l'impression d'une demande hasardeuse qui l'avait mené vers le représentant de la mort. Elle n'avait jamais fait face à un danger imminent aussi près et elle avait parié sur la qualité de son jeu de comédienne. Elle se préparait à recevoir un coup, mais elle continuait à jouer son rôle de mendiante tombée dans la folie.

La sang-mêlé reçut un coup sur sa tempe et elle plongea  dans un sommeil. Ses paupières  se fermaient et elle rencontrait le monde des ténèbres avec la couleur abyssale se présentant devant Lamenoire. Elle tomba au sol et elle lâcha le couffin. On pouvait voir très clairement qu'il n'y avait pas de bambin à l'intérieur dans le berceau. Il eut un petit silence, mais il ne dura quelques secondes et la récolte reprit avec son lot de cris. Luna commença à entrer dans un moment de rêve et elle regarda un moment de son passé. Il s'agissait d'un coup théatrale avec une drow et elle montrait à Luna comment donner l'impression d'être frappé par un objet. Cependant, le coup du barbare avait été trop rapide et la sang-mêlé  avait été surprise, mais son corps avait été entrainé pour donner l'impression d'une chute. Une petite foulure la réveilla, toutefois son visage resta de marbre et elle se sentit trainée sur le sol.

Luna remercia d'avoir prise ce genre de cours particulier, mais elle sut que sa mission commença quand le drow aura son quota et le convoi partit vers une destination inconnue. La sang-mêlé sentit l'odeur de la mort et du sang de corps. Elle n'avait pas l'habitude d'être aussi proche d'un tas de corps inanimés et elle espérait découvrir rapidement les techniques du drow religieux.
Revenir en haut Aller en bas
Bol d’Jiv’elgg
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 363
Âge : 25
Date d'inscription : 13/08/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 316 ans
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Re: [Les Âmes Déchues] Sur la trace des égarés    Sam 25 Oct 2014 - 21:38



Zauric continua sa danse mortel, accompagné du tintement des chaînettes et du crissement du métal accompagné par endroit du bruit de succion des drain en lin. Son corps était un des nombreux instrument de la Déesse qui Régnait sur le Monde. L'Oeil de la Souffrance dansait donc à sa gloire, volant de visage en visage, prenant tantôt une vie, préservant parfois la suivante. Il repéra une vieille dame dans son terrible ballet. Distraitement le Tourmenteur observa cette vieille humaine qui serait bientôt au nombre de ses victimes, du coté de la souffrance celle-là et non de la mort.

Elle réagissait bizarrement, elle continuait à agiter la sébile sans vraiment se rendre compte de la situation. La démarche incertaine, un teint tout aussi incertain, pas une trace de sueur et un regard un peu trop vitreux. Son oeil expérimenté hésita un moment entre la démence du grand âge des humains et la déshydratations si courante en ses terres. Toujours fut-il qu'au moment où elle lui tendit la main, il l'assomma proprement.

Bien plus tard, lorsque tout fut terminer, il s'approcha de cette vermine là et commença à y regarder de plus prêt. Déshydratation, sans doute, vieille dame certainement pas. Un sourire à la fois carnassier et malsain déchira son visage. Il ne demeura pas là longtemps parce qu'en son corps meurtri et scarifié, Zauri Dar'Ahel ressentit un appel. Quelque chose demandait son attention, quelque chose qu'il devait voir. Pas nécessairement utiliser ou briser, mais voir. Il regarda un enfant qui s'était recroquevillé prêt du vieux moulin désormais en ruine.

"Donne à boire à cette captive et enlève lui son accoutrement ridicule, Novice."

Il s'approcha pensivement de l'enfant, et s'agenouilla devant ce petit être rempli par la terreur. Sa main parcouru son corps de la hanche au visage. Le gosse frissonna et la poigne de l'Oeil de la Souffrance se resserra sur son menton, le forçant à croiser son regard. Il sonda les prunelles emplie de terreur, d'horreur et d'incompréhension. D'une voix emplit de mépris, il asséna sa décision:

"Tu connais quelqu'un, n'est-ce pas? Va et trouve cette personne, dis lui ce que tu as vu et amène la moi."

Il sortit alors un couteau du fourreau métallique qu'il s'était fait greffé lors d'un des nombreux rituels ésotérique du clergé de Kiel dans la cuisse. Le métal contre le métal émit un chuintement qui fit couiner le petit rat d'humain rouler en boule devant lui. La lame rencontra l'intérieur de son coude et le sang la couvrit, un sang foncé, un sang de drow, un sang d'adepte. Il regarda le liquide combler les griffures sur l'acier, puis il se pencha à nouveau sur l'enfant. D'un coup sec, il lui planta la lame dans l'épaule, évitant les structures trop précieuses pour la vie de son messager. Le sang se mêla au sang, la douleur à la souffrance, la peur à l'horreur et il imposa sa volonté.

"C'est un ordre!"

Le regard de l'enfant se fit trouble, absent, vide. Il se leva, tenant distraitement son bras et avança en titubant vers la sortie du village. D'abord lentement, puis au fur et à mesure qu'il reprenait ses esprits, il se mit à courir, à fuir. Derrière lui, on voyait un sillon d'urine et de sang. Le regard noir du Tourmenteur avait suffit à le laisser s'enfuir. Il se retourna vers les charrettes et regarda un instant la fausse vieille qui était en fait à demi comme eux. Encore une sale engeance qui ne servait qu'à alimenter la puissance de Kiel.

Mais il devait lui reconnaître le don qu'avait dû lui octroyer sa demi pureté. Aussi, il vérifia lui-même le chariot au barreau d'acier et changea le cadenas pour un modèle plus adapter. La clef, il la rangea dans un de ses nombreux interstice qui se cachaient parmi les ornementations de son corps mutilé pour Kiel. L'Oeil de la Souffrance ne laissait rien au hasard. Ce soir, ses troupes partiraient pour Yutar, lui attendrait de voir la visiteuse et garderait cette autre prisonnière bien étrange à l'oeil personnellement...
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://reve-emotion.be
Lamenoire
Drow
avatar

Nombre de messages : 26
Âge : 33
Date d'inscription : 16/08/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  300 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: [Les Âmes Déchues] Sur la trace des égarés    Sam 1 Nov 2014 - 16:24

Luna arriva enfin à l'endroit où le processus de souffrance commença, mais elle ne se douta que son subterfuge fut partiellement découvert. Elle entendit les paroles du religieux auprès de l'enfant et elle constata la faille de son plan avec l'ajout de bracelets plus solides. Lamenoire ne savait pas que ses origines la trahissaient son illusion optique et elle réfléchissait à un autre plan de secours dans le but d'obliger le drow à révéler ses techniques de tortures. Elle ne pouvait pas ouvrir, car elle se sentait observer avec attention, toutefois elle pouvait compter sur ses autres sens. Sa partie drow lui permit constater que le convoi avança pour sortir du village notamment avec le bruit des roues qui s'arrêtèrent. Elle décida de continuer son rôle de mendiante si le religieux décida de la réveiller. Cependant le cri de l'enfant lui fit rappeler qu'elle dut endurer une torture dans les heures qui suivirent. La sang-mêlé avait reçu un entrainement avec l'hybride pour endurer les interrogatoires musclés et elle avait appris à jouer la comédie dans ces conditions difficiles. Malheureusement pour elle, le drow connaissait très bien l'anatomie du corps avec l'enseignement de son culte spécialisé dans la torture physique menant à une souffrance extrême allant jusqu'à la folie.

Le sang-mêlé pouvait attendre le retour de l'enfant, cela donnait prétexte à un réveil de sa part. Elle pensait que cela atténuait la vigilance du drow à son égard. Toutefois, elle se demandait si elle jouait à la personne qui recouvrait la raison suite au coup donné. Luna se refusa ce changement de plan et elle trouva une idée pour rendre crédible son jeu d'acteur. Elle n'avait plus son couffin sans enfant et elle allait jouer la mère qui cherchait le petit landau.
Revenir en haut Aller en bas
Glinaina
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2892
Âge : 26
Date d'inscription : 08/09/2010

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 130 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Les Âmes Déchues] Sur la trace des égarés    Mer 12 Nov 2014 - 22:42

Cela faisait déjà quelques semaines que la vie d'une certaine elfe avait changé, passant d'un stade partagé entre la simplicité d'une éleveuse de chevaux et la complexité d'une ancienne militaire étant réellement une espionne au service de son roi au stade de "reine". L'elfe n'aimait pas spécialement ce mot d'où résonnaient de trop fortes responsabilités mais le destin s'était amusé à lui faire aimer un humain qui deviendrait roi et privilégierait l'amour à un mariage de convenances. Oh, elle n'allait aucunement sur son trône et faisait attention à laisser sa place se faire petit à petit, ne serait-ce que pour faire comprendre aux nobles qui craignaient la venue d'une éternelle au pouvoir qu'elle n'allait pas les diriger, qu'elle n'avait aucunement l'intention de faire en sorte que les Elfes envahissent Naelis - ce qui serait complètement absurde. Elle soutenait son mari donc, et attendait au sein du château royal. Elle attendait que les journées se passent, toutes aussi rapides que désespéramment lentes, autant cloîtrée à cause de son ventre désormais fort rond que par la garde qui la suivait. Ils ne faisaient qu'obéir aux ordres, elle le savait, et pour assurer sa protection ainsi que celle de la future progéniture de leur roi. C'était normal, bien plus que leur mariage qui s'était programmé très rapidement pour au final ne pas du tout être ce que l'on attend d'un mariage royal, en grandes trompes. Glenn souhaitait que son enfant ne soit pas considéré comme bâtard, d'où cet empressement. La naissance de celui qui sera certainement l'héritier, un(e) demi-elfe, sera bien plus fêtée.

Assise à un bureau, Glinaina écrivait. Une nouvelle lettre à sa famille, une pensée pour ceux qui l'avaient vue grandir et qui jamais n'aurais imaginé qu'elle en arrive à un point si particulier. Les pauvres avaient du mal à comprendre, d'autant plus qu'ils n'avaient jamais vu leur nouveau gendre. Elle aussi aurait préféré qu'il en soit autrement mais le seul écart qu'elle avait osé faire dans sa vie l'avait menée là... et ce n'était pas une chose facile à expliquer à des parents qui se trouvaient au loin. Enfin... Plongée dans ses pensées, elle ressentit soudain quelque chose, que ce soit de la magie ou un pressentiment elle n'aurait su le dire. Son regard se fixa alors sur le mur trônant en face d'elle, son esprit aux aguets. Puis plus rien. Elle regarda autour d'elle et n'aperçut alors rien d'anormal, de plus personne à part elle n'était dans la pièce. Comme elle n'aimait pas ce genre de sensations elle se décida donc à parler avec cet être intérieur qui patientait quelque part dans son corps.


*Ust'kor, l'as-tu ressentie ?
-Hum ? Tu me parlais ?
-La sensation...
-Ah ça... Oui et ?
-Tu dormais ou quoi ?
-Tu crois que j'ai autre chose à faire là ?
-Pas grand chose non...
-Bon au moins ça de gagné ! Vas-y explique sinon là vais finir par trouver cette discussion si intéressante que je vais finir par m'endormir !
-Que penses-tu de la sensation ?
-Qu'il y a quelque chose qui va se passer et que tu devrais suivre ton instinct au lieu de ta tête.
-Très utile...*

L'elfe ressentit Ust'kor rire, ce qui l'énerva un minimum. Elle se leva et fit quelques pas dans le bureau, suivant sans le vouloir le conseil de sa partie sombre. Elle avait souvent fonctionné à l'instinct ces dernières années et cela l'avait mené dans des lieux de plus en plus dangereux, elle le savait, mais influencée par la curiosité grandissante d'Ust elle finit par sortir des appartements royaux, rejointe immédiatement par les quelques gardes qui surveillaient devant la porte. Il ne fallut que quelques instants ainsi que quelques étages pour trouver la source de son ressentiment : un enfant, fort jeune, qui était entré on ne sait comment dans le château. Ni pourquoi. Les joues creuses à cause de la faim, les cernes creusées par la fatigue, le visage sale et surtout les yeux presque vides. Rien d'alarmant en soit, si ce n'est que l'elfe n'eut aucun mal à reconnaître le jeune enfant qu'une servante essayait tant bien que mal de faire sortir du couloir. Mais il ne bougeait pas, stoïque, et répétait inlassablement le même prénom tout en regardant la dame. Glinaina le connaissait, pour être une déformation du sien...

"Nolan ?"

Il était dans un état pitoyable, avait même une plaie à son épaule. Nolan, le fils d'Anaïg... Qu'était-il arrivé pour que ce petit se soit traîné jusqu'ici ? Elle eut du mal à avoir une réponse précise de l'enfant ; tout ce qu'elle comprit fut que le village où elle avait vécu quelques années jusqu'à il y a quelques ennéades avait été attaqué par des Drows, avec un grand sombre portant des chaînes. Des gens pris. L'inquiétude de Glinaina monta, des souvenirs douloureux revinrent à son esprit... Du côté d'Ust'kor, les mots de son créateur (et père, en quelque sorte) lui revenaient en mémoire ; ainsi le temps où se passerait ce qu'il avait prévu qu'il se passerait arriverait bientôt, plus tôt que ne pouvaient le prévoir bien des gens comprenant qu'il se tramait quelque chose.

*Oh.
-Le tourmenteur ?
-Chez pas. Quelqu'un de son clergé certainement.
-Mince !*

La peine, la colère et la peur la prirent au corps, provoquant à la fois de la compassion pour le fils de son amie à la fois une série de réflexions qui mènerait à l'envoi d'une patrouille sur place. La jeune femme regarda attentivement la blessure à l'épaule du petit et ne put aucunement sourire lorsqu'elle comprit qu'elle avait commencé à s'infecter, et bien. Personne ne s'acharnerait sur un enfant trop faible, le pauvre était condamné. Elle ferma les yeux, pria intérieurement pour toutes ces âmes et donna ses ordres tout en se relevant.

"Envoyez quelques hommes au village de Nerhan, faire état de la situation et enquêter si quelque chose leur semble étrange. S'ils voient un sombre avec de longues chaînes, mutilé... surtout qu'ils ne l'approchent pas."
Revenir en haut Aller en bas
Bol d’Jiv’elgg
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 363
Âge : 25
Date d'inscription : 13/08/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 316 ans
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Re: [Les Âmes Déchues] Sur la trace des égarés    Mer 17 Déc 2014 - 19:25



Dans la peine ombre pourpre de sa tente teintée par le sang, l'Oeil de Kiel éclata d'un rire grinçant, cynique. Couvert des entrailles de sa dernière victime, il avait vu. Vu quelque chose que seul lui pouvait comprendre, que seul ceux qui ont appris à manier la double vision de la Maîtresse de la Vie peuvent entrevoir. Une décision futile, voilà ce qu'il avait vu, mais pas assez insensé que pour servir son premier dessein.

Il se releva, envoya valser le morceau de foie qui s'accrochait à son épaule d'un geste négligent et sortit de ses quartiers de campagne. Pour seul vêtement, il avait un pagne de lin tacher de merde et de sang mêlés de poussière. Il laissait derrière lui un sillage rougeâtre et une odeur nauséabonde. Il s'approcha de la première cage et agrippa un vieillard par le peu de cheveux qu'il lui restait. Il cracha un mollard constitué d'un savant mélange de salive, de poumon et d'os réduit en poudre sur le visage de vieux terrorisé. Il posa ses yeux vide dans les siens.

"On raconte que parmi ceux de votre race, l'âge détient la sagesse. Il est grand temps de voir si il m'est possible de l'extraire de la tête de ces aînés."

Il força le corps frêle tremblant à s'agenouiller dans la poussière, puis appuya de son pied sur sa nuque, libérant sa main droite. Il attrapa une pierre, la première suffisamment grosse qui lui tomba sous la main et commença à frapper. Une fois, le vieil homme cria, une seconde fois et le cri s'étouffa. A la troisième, il ne criait plus. Le quatrième marqua une rupture dans un craquement humide. Le dernier répandit la cervelle sur le sol en provoquant un concert de frissons et de hurlements étouffés.

La souffrance venait de la peur, le vieillard ne signifiait rien mais les spectateurs eux, lui donnait force et puissance. Alors son oeil intérieur s'ouvrit, permettant de choisir qui valait la peine d'être vu. Une demi-drow par exemple serait un met de choix pour le bras droit de l'Enfant de la Souffrance. Un fin sourire déchira son visage déformé par la scarification et parcheminé par sa formation comme il s'avança vers un de chariots-prisons rassemblés au centre du camp.

Il fit un signe à un des gardes humains tout aussi pouilleux que les autres membres de sa race. Celui-ci déglutit bruyamment et s'empressa maladroitement de faire grincer les gond de fer de la cage. Jadis, ils étaient mus par l'argent, aujourd'hui, la seule peur de leur employeur devenu maître les faisait avancer dans ce monde. Le clergé de Kiel Elghinn s'était mis en branle, un plan de millier d'année s'était enclenché et nul ne l'arrêterait. Ils étaient les outils d'une vengeance dont seul les plus haut mystique pouvait réellement comprendre les origines et les fondements.

Il attrapa sans ménagement la fausse mendiante et la traina par les cheveux jusqu'à sa tente. Sa formation au sein du Culte le dotait d'assez de force pour ignorer d'éventuelles protestations. Les faibles n'avaient généralement pas accès à un rang supérieur à celui de sacrifice au sein de ce qu'il considérait comme l'élite du Puy. Une élite qui n'était ni la plus forte au combat, ni dans l'art des arcanes mais bien parce qu'elle détenait un pouvoir bien plus efficace. Eux seuls avaient accès à la vérité. La seule et l'unique. Les autres bourreaux se contentaient de faire avouer ce qu'ils voulaient entendre, les siens faisaient crier, supplier, raconter tout et son contraire et finalement posait la question et obtenait la réponse.

Peut-être que cette usurpatrice savait qu'il valait mieux d'emblée demander grâce... Ou peut-être qu'elle savait aussi que cela ne servait à rien. Il la balança dans les restes du précédent interrogatoire. Une perte regrettable pour leur grande entreprise mais nécessaire pour plus de profit encore. Il s'assit en tailleur devant elle et attendit en la regardant droit dans les yeux. Les minutes s'écoulèrent, la puanteur se fit plus forte. L'air était vicié, l'ambiance était lourde et ses yeux découpait déjà sa proie. Finalement, il ouvrit la bouche pour une simple phrase, un simple mot, avant de retrouver le mutisme et d'attendre.

"Parle."
Revenir en haut Aller en bas
http://reve-emotion.be
Lamenoire
Drow
avatar

Nombre de messages : 26
Âge : 33
Date d'inscription : 16/08/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  300 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: [Les Âmes Déchues] Sur la trace des égarés    Ven 2 Jan 2015 - 15:59

Luna espérait  connaître la technique d'interrogatoire et elle décidait de ne pas répondre à la demande de l'humain religieux. Elle continuait son jeu d'actrice et elle savait que cela amenait la conduirait vers le chemin de la souffrance. Le résultat du précédent interrogatoire la répugnait, mais elle ne le montrait pas  et elle jouait le rôle de la mendiante qui cherchait le couffin d'un regard stressé. La sang-mêlé était préparée à souffrir sans le montrer, toutefois elle se trouvait devant un expert de la torture qui pouvait à la folie ou la mort comme la précédente victime.Zauric Dar'Ahel put remarquer que Lamenoire ne parla pas, mais qu'elle poussa un cri. Quelques secondes plus tard elle s'arrêta et elle fit un sourire.

La sang-mêlé espéra l'arrivée de renforts et elle se commença à se rattacher mentalement à l'image de soldats la délivrant de la future souffrance. De plus elle voulait voir si elle pouvait dépasser ses limites dans cet exercice théâtral particulier. Elle plaça ses mains l'un en dessous de l'autre et elle débuta à les bouger dans un mouvement de balancier. Elle donna l'impression de border un landau portable et elle porta un sourire. Elle lança un regard circulaire et elle donna l'impression de mendier vers un public. La sang-mêlé croisa les yeux de Zauric Dar'Ahel et elle continua sa quête d'argent. Luna sut que les drows montrèrent deux genres de comportement dans sa situation. Elle attendit de voir la réaction de son futur bourreau.


Dernière édition par Lamenoire le Lun 2 Mar 2015 - 17:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Glenn Hereon
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 581
Âge : 22
Date d'inscription : 09/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 35 ans (974 du cycle 10)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Les Âmes Déchues] Sur la trace des égarés    Mar 27 Jan 2015 - 16:44

A quelques lieux de là et peu de temps avant le massacre, un homme contemplait avec admiration une statue. Cette statue de pierre, haute de près de deux mètre de haut, était la représentation d'un guerrier : cheveux au vent, son regard était tourné vers l'épée qu'il brandissait haut et fort dans le ciel. La statue reposait sur un large socle de roche sur lequel était fixé une plaque de marbre où on pouvait aisément lire : « En hommage au lieutenant Trystan Wilhem et aux morts de la bataille de Ruven. » L'homme posa délicatement son front sur la plaque tout en fermant les yeux. Les cavaliers qui l'attendaient un peu à l'écart se turent, laissant l'homme se recueillir en silence devant la tombe de son ami. Tel un sanctuaire naturel, la terre était pleine de fleurs aux couleurs toutes plus éclatantes les unes des autres. Un enfant se tenait aux côtés de l'homme, il se tenait sagement pour ne pas troubler la méditation de son père. L'enfant ne reconnaissait plus l'endroit où il était né, il y a 10 ans de ça. Depuis l'invasion des sombres il y a deux ans, il ne reste plus rien de Valtrigon. Le guerrier représenté par la statue ? L'enfant le connaissait. C'était un guetteur, chargé de défendre son village. Mais que pouvait-il faire face à l'armée qui avançait ? Dans un geste d'ultime espoir, il ordonna à ses hommes de fuir en sauvant les enfants de Valtrigon, tandis que lui resterait couvrir leur fuite. Sans ce sacrifice, l'enfant serait mort et ce dernier en a bien conscience. Orphelin, il a été recueillit par Erestor de Renir, le chef des guetteurs. Étant en train de patrouiller dans l'Est du Royaume, Erestor avait jugé bon de se recueillir auprès de la statue de Wilhem, d'autant plus que son fils l'accompagnait. Erestor se releva et interrompît le silence qui pesait sur le sanctuaire.

- Fils, amène moi Sangnoir, je me sens nue sans mon arme.
- Mais je ne peux pas la porter, elle est trop lourde…
- J'oublie que tu n'es qu'un enfant, moi qui croyais parler à un soldat ! Enfin, tu as le temps mon fils, toi aussi tu seras un héros, comme lui» dit-il en désignant la statue.


Erestor s'en retourna auprès de sa monture où l'attendait Sangnoir, un large espadon qui a pris vie dans les forges d'Alonna et qui servit pour la première fois lors de la célèbre bataille du même nom. Une lame tueuse de drows portée par un tueur bien plus dangereux encore. Après avoir accroché Sangnoir à son dos, il attrapa son casque à corne de centaure, symbole de son autorité. Un de ses hommes lui fit remarquer qu'un autre groupe de cavaliers galopait droit dans leur direction. Reconnaissable à leur cape rouge, il s'agissait de guetteurs. L'un d'eux s'adressa directement à Erestor, d'une voix toute essoufflée.

- Que Nééra soit louée chef vous êtes là ! Nous avons retrouvé la trace du groupe de pillard, ils sont à Nerhan. Ils s'étaient probablement cachés dans les fourrées… J'ai laissé deux hommes là bas pour les surveiller, leur nombre est assez restreint.
- Enfin, nous les tenons ces petits enfoirés ! Tarcel, ramenez Alrik auprès de sa mère à Ruven, de là vous rameuterez des renforts. Il faut être foutrement couillue pour pénétrer aussi loi dans les terres de Naelis, ne prenons aucun risques. »


Les frontières de Naelis sont étroitement surveillées par les guetteurs, un groupe de combattant d'élite. Rare sont ceux qui ont pu échapper aux regards de leurs tours de guet et au galop de leur étalon. La bravoure dont ils ont fait preuve face aux elfes noirs durant les escarmouches qui ont précédés la bataille de Ruven est une source d'inspiration pour le soldat Naelisien. La légende de Wilhem, le héros de Valtrigon est gravé dans la pierre. La Reine de Naelis, par une vision, avait soupçonné l'attaque du hameau et avait dépêché un groupe de soldat, mais ces derniers ne pouvaient arriver que trop tard. Heureusement, les guetteurs avaient déjà perçus la menace et c'était une cinquantaine de cavaliers qui fondaient droit sur Nerhan.

Zuric, cet adorateur de Kiel, s'il n'avait pas remarqué la présence des deux cavaliers sur la colline qui l’épiaient depuis le début, ne pouvait plus ignorer les sons de cor qui retentissaient derrière lui, troublant son rituel macabre. En ligne, les cavaliers s'apprêtaient à donner la charge. Les drows pouvaient également apercevoir, au centre du dispositif, une silhouette qui se distinguait des autres de par les cornes qui ornaient son casque et la large épée qu'il brandissait au dessus de sa tête. Du sang noir allait couler aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Bol d’Jiv’elgg
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 363
Âge : 25
Date d'inscription : 13/08/2013

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 316 ans
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Re: [Les Âmes Déchues] Sur la trace des égarés    Mar 17 Fév 2015 - 14:26



Il frappa la demi. Plus pour le geste que par utilité. Ils étaient demeurés trop longtemps à la même place. Il sortit de sa tente où se trouvait enchaînée cette gourde écervelée et donna ses ordres. Les prisonniers seraient transférer à Yutar dans l'instant. Le cor qui retentit dans la combe abritée par les bosquets et les fourrés donna raison à l'Oeil de Kiel. Il était persuadé d'avoir senti cette menace dans le crâne de l'aîné. Celle qui Guide le Monde ne pouvait avoir laisser ses serviteurs sans protection dans leur tâche divine.

Les officiers ordonnèrent leurs troupes, il ne s'inquiétait nullement d'eux. C'était des drows, pas des faiblards humains, ils étaient rompus à l'art de la guerre. Le convoi se mit en branle, escorter de grands soldats sombres dans un chemin sûr ménagé par quelques éclaireurs. Lui et ses deux acolytes du culte devraient faire face à un défis autrement plus complexe.

Les yeux vitreux du prêtre balayérent les rangs des mercenaires crasseux. Par ce regard dur, il imposait sa domination, il confortait la peur que le culte inspirait à ces larves. Peu importait la mort ou le sort que leur réservait les hommes, ils craignaient Yutar et la vision des portes de fer se refermant sur leur liberté et sur tout espoir d'intégrité. La bouche ténébreuse de cette forteresse qu'ils n'avaient jamais vue les traquerait et dévorerait jusqu'au dernier déserteur. La suggestion de la menace était plus efficace encore que son vrai visage.

"Mon maître nous a demandé de protéger les esclaves et de les ramener au rocher. C'est aussi ce pour quoi vous avez été engagés et il n'accepte pas l'échec..."

Invoquer même sans le nommer Bol d'Jiv'Elgg avait toujours son petit effet. Ses hommes connaissaient et craignaient Zauric Dar'Ahel, imaginer qu'il exista un être plus terrifiant encore au dessus de lui, caché dans l'ombre d'un mystère mystificateur, ne pouvait que renforcer la peur de trahir. Ils ne le savaient pas alors mais lorsqu'ils avaient commercé avec le clergé de Kiel, c'était leurs âmes qu'ils avaient vendues. Et il n'était pas sûr que la mort les en libère un jour.

Il s' assura que le message était passé et passa sa cape raidie par le sang qui y coagulait. Avant de lancer son contre, il s' emparé d'une torche et la jeta négligemment sur la tente où la demi était enchaînée. Elle mettrait un certain temps à s'embraser et plus encore à s'effondrer sur la captive. Une fois que la chose serait advenue les cris de douleur succéderaient à la panique et empliraient la combe. Il dégaina ses faucilles et disparu dans les fourrés. Les prêtres de Kiel avaient une affection particulière pour la tactique de l'Araignée. Cette combe était une toile et les prêtres en étaient les invisible araignées, fondu dans la nature, cachés dans les ombres, ils tueraient leurs attaquant un à un. Les mercenaire seraient l'appât.
Revenir en haut Aller en bas
http://reve-emotion.be
Glenn Hereon
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 581
Âge : 22
Date d'inscription : 09/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 35 ans (974 du cycle 10)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Les Âmes Déchues] Sur la trace des égarés    Dim 22 Fév 2015 - 19:05

La réaction des pillards ne tarda pas à venir. A la vue des cavaliers de Naelis, ils mirent feu à leur campement. De leurs position les guetteurs pouvaient observer les mouvements ennemis : ils cherchaient à gagner du temps. A travers son casque à corne, Erestor passa ses troupes en revue d'un bref coup d’œil. Les guetteurs capables de manier l'arc ou l'arbalète s'étaient positionnés sur les flancs. La fumée qui commençait à s'élever dans le ciel était une aubaine pour eux, cela permettra aux renforts attendus de se repérer plus facilement. Ruven devait être alerté à cette heure. Erestor brandit son arme et cria : « Chargez ! ». Les cavaliers s'élancèrent, droit sur le campement en proie aux flammes, où les attendaient un groupe de pillards humains. Chevauchant en première ligne, Erestor chargea droit sur les pillards, sa monture en renversant un et son épée en décapita un autre. Des flèches sifflaient, les coups pleuvaient… Le bal était ouvert. Erestor tournoyait sa lame de par en par, ne laissant aucun répits à ses adversaires. Mais à son grand regret, c'était du sang pourpre qui coulait le long de sa lame et non du sang noir… Soudain, un cri de femme se fit entendre, en direction des tentes qui se consumaient. Erestor beugla :

- Ne traînez pas avec ces petites putes Thaariennes mes frères, nous avons des drows à rattraper ! »

L'absence d'elfes noir le troublait quelque peu. Ces éclaireurs avaient été formels, les pillards avaient bien la peau grisâtre et les oreilles pointues… Ces humains pouilleux que ses soldats étaient en train de massacrer ne devaient être que la partie immergé de l'iceberg. Mal équipés et sans doute peu habitués à affronter des soldats surentraînés, le premier choc avait anéantis leurs défenses. Erestor sauta de son cheval avant de lui murmurer de l'attendre. Le cri était parti de cette tente, était-ce un piège ? Les drows étaient connus pour leur perversion… Néanmoins il y entra brusquement. Très vite il courut vers la femme qui était attachée. L'aurait-il détaché s'il avait pu remarquer les oreilles pointues de la captive ? Peut être bien que non. Toujours est-il que c'est en héro qu'Erestor sortit de la tente, juste avant qu'elle ne s'effondre, portant à bout de bras la pauvre victime du prêtre Zauric qui s'était évanouie. Mais dehors, un des pillards avait repéré son petit manège et l'attendait. Erestor était sans défense : « Merde… Au moins je mourrais comme j'ai vécu, par l'épée et avec une femme dans mes bras. » C'était sans compter sur l'intervention salutaire de son destrier, qui d'un coup de sabot bien placé, envoyé valsé le brigand. Déjà, les guetteurs affluaient dans sa direction, tandis que d'autres finissaient d'achever les brigands, profitant de l'avantage que leur procurait leur monture. Les drows ne s'étaient pas encore montrés, Erestor allait sonner le rassemblement de ses troupes et donner la chasse aux fuyards, il fallait les retrouver coûte que coûte !
Revenir en haut Aller en bas
Lamenoire
Drow
avatar

Nombre de messages : 26
Âge : 33
Date d'inscription : 16/08/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  300 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: [Les Âmes Déchues] Sur la trace des égarés    Lun 2 Mar 2015 - 17:44

L'intervention surprise de drows ruina le plan de Lamenoire de découvrir la technique de torture de Zauric Dar'Ahel. Toutefois, elle décida de s'échapper et elle partit de la tente de l'humain religieux. Malheureusement pour elle Zauric Dar'Ahel la ramena vers elle et il décida d'asséner une série de coup de poings dans le ventre. Il comprit qu'elle joua la comédie et l'attaque des drows lui fit monter une colère. Il prit une petite pointe fine et il commença à passer sa colère sur elle en lui assénant plusieurs lacérations sur le ventre. La sang-mêlé eut son information et elle commença à sombrer dans l'évanouissement. Elle décida d'utiliser son pouvoir de déplacement pour s'enlever de l'humain religieux. Elle put s'échapper de la tente, mais il eut une surprise quand elle se trouva à l'extérieur. La douleur avait disparut et L'apparence de la sang-mêlé avait changé car visage avait arboré la couleur sombre d'une drow. Ses cheveux avaient teinté une pigmentation blanchâtre.

Elle suivit le groupe de femmes qui partirent du camp et elle prit un cheval qui traina. Il appartenait à l'un des brigands et Lamenoire prenait les rennes du cheval en se rejoignant le groupe de drows. Toutefois, le sang coulait et l'un des drows lui bandait son ventre. Elle demandait dans la confusion la direction pour rejoindre la capitale. Il lui montra du doigt et il repartit donner la chasse aux fuyards. La sang-mêlé suivit les indications et elle s'échappa. Cependant, en chemin sa personnalité changea et elle oublia en partie ce qui se passa dans le camp.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Les Âmes Déchues] Sur la trace des égarés    

Revenir en haut Aller en bas
 
[Les Âmes Déchues] Sur la trace des égarés
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Suivant la trace du gibier | Pv Autarcie Nostalgique |
» Un petit séjour sur les traces de luffy [Pv: Eichiro]
» Pas de tableau sans peinture
» Sortons le Champomy !
» [M] Lass die Zukunft nochmal kippen, lass uns Weg von hier.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ITHRI'VAAN :: Royaume de Naelis-
Sauter vers: