AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une jolie plante en missède (Pv Théo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Enju
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 62
Âge : 28
Date d'inscription : 11/09/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  17 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Une jolie plante en missède (Pv Théo)   Mar 11 Nov 2014 - 14:15

Encore un voyage... À croire que Jenalie souhaitait lui faire voir du pays en ce moment. Le voyage n'avait heureusement pas été désagréable. N'étant pas seule, Enju n'avait pas eu le loisir d'user trop de son empathie sans recevoir de reproche dissimulé, et ses migraines ne s'étaient donc pas faites ressentir outre-mesure. Aujourd'hui, les deux femmes posaient pied à terre après une ennéade de traversée. L'une était aussi enjouée qu'à l'ordinaire, et l'autre dissimulait son exaltation réelle sous une dose de mauvaise humeur.

- Cesse donc d'afficher cette triste mine... Ton visage sera ridé avant l'âge...
- Je n'ai pas triste mine... Mais quelqu'un aurait dû rester s'occuper de Kementari...

Jenalie savait parfaitement que c'était de là que provenait la contrariété de son élève, mais il y avait bien longtemps que les caprices ne l'atteignaient plus. Elle s'en amusait au contraire, et c'est donc avec une flagrante bonne humeur qu'elle poursuivit ce semblant de conversation.

- Quelqu'un oui, mais certainement pas toi. J'ai encore en mémoire ce qu'il est advenu lorsque j'ai laissé la boutique entre tes mains. Quoi qu'il en soit, tu es ici avec moi, alors l'affaire est close. Il te reste deux possibilités : Continuer à afficher ce visage peu avenant et ruminer comme tu le fais à l'instant, ou profiter de l'opportunité qui t'est offerte de visiter Missède.

Cela signifiait bien la fin de la conversation. Enju savait parfaitement qu'elle n'aurait pas gain de cause, elle se contenta donc de soupirer, et reporta ensuite son attention sur ce qui les entourait. Chiard. Le port ressemblait à tous les autres, mais l'ambiance régnant dans ce genre de lieux était toujours agréable. L'animation, les marchands, les marins chargeant ou déchargeant leurs cargaisons diverses ou prenant le temps de se délier les jambes après de longs mois en mer. On parlait fort, les ordres retentissaient, les éclats de voix également, tout cela sous les yeux toujours aussi curieux des autochtones qui pourtant, étaient habitués à une telle animation.

La jeune fille devait le reconnaître, il semblait faire bon vivre ici. Il n'y avait qu'à observer en détail ceux qui se pressaient dans les allées du port. Pas ou peu de misère. Sans doute était-ce pour ça que Jenalie avait insisté pour qu'elle soigne son apparence. Quoique soigner était un bien grand mot. La robe qu'elle portait était encore blanche, sans le moindre artifice. Seules changeaient la jupe et les manches, plus longues et vaporeuses. Sur son visage, toujours aucune trace de cosmétiques, et ses cheveux retombaient encore librement pour battre ses cuisses au rythme de la marche. Jenalie était sans nulle doute celle qui avait fait le plus d'efforts en troquant sa tunique bohème couleur terre contre une robe verte émeraude qui s'accordait à ses yeux et rappelait son âge et sa maturité. Ses cheveux roux tombaient toujours librement, eux aussi.


Maintenant qu'elles étaient ici, Enju prit le temps de réellement s'interroger. Pourquoi ? Pourquoi ce voyage ? Les lubies de Jenalie étaient parfois imprévisibles, mais là... C'était au delà de ça. Qu'y avait-il ici hormis de la porcelaine et du verre ?

- Sors de ta rêverie, on dirait un poisson hors de l'eau et tu vas finir par bousculer quelqu'un...
Revenir en haut Aller en bas
Théobald de la Courcelle
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 110
Âge : 27
Date d'inscription : 13/10/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  19 (né en 991)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une jolie plante en missède (Pv Théo)   Mar 11 Nov 2014 - 18:18





Voila plusieurs jours que Théobald et la cour de Missède étaient revenus du tournois de Langehack. Le retour c’était fait dans la bonne humeur, une partie de chasse avait même été organisée à Ybaen, petite ville sur la route de Missède mais surtout territoire d’origine de la maison de la Courcelle. La population accueillit joyeusement le baron. Le jeune baron retrouva avec joie le palais familiale et un banquet réunissant la plupart des chevaliers de la région fût rapidement organisé. Après les festivités qui ont permit de créer un lien entre le baron et sa noblesse ainsi que d’imposer peu à peu sa marque la cours reprit le chemin de Missède.

Arrive dans la capitale l’accueil fût aussi des plus agréables, à un degré moindre qu’à Ybaen certes, mais agréable tout de même. La jeunesse et le charme du nouveau baron avait bien vite conquit les habitants. N’ayant pas gouverné depuis longtemps et ayant agit avec prudence il n’eut pas le temps de faire de faux pas. Son retour fût la encore célébré par un banquet mais dés le lendemain il reprit les rennes du gouvernement. Un certain nombre de décisions importantes furent prises afin de faire faire avancer la baronnie. Une agitation importante secoua dés lors la baronnie.

Le baron parti ensuite vers Chiard avec les 20 hommes d’Yaben qui le suivait partout désormais ainsi qu’une section des gardes de la bibliothèque. Son chancelier ainsi que son intendant, n’étant pas des adeptes des longues chevauchés, arriveraient avec un jour de retard. La quarantaine de cavaliers arrivèrent à Chiard dans l’après midi. Il s’agissait d’une petite ville de 10 000 habitants plutôt prospère. Le commerce était la principale activité de la ville. Mais il ne s’agissait avant tout que d’une interface vers la péninsule même si les commerçants de la ville avaient des comptoirs dans plusieurs ports étrangers. En effet la ville n’avait que peu de produit d’exportation, seul quelques articles de luxes avaient une certaines réputations. De plus l’activité bancaire était en train de se développer. Mais si Théobald était la c’était avant tout pour rassurer les marchands de la ville, le développement de la baronnie passerai par le commerce et rien ne pouvait se faire sans le soutient des marchands.

Après que Théobald se fût changé et lavé il rendit visite aux marchands de la ville. Les discussions se firent dans un premier temps de manière totalement formelle avec une visite à la corporation des marchands. Mais les véritables discussions se déroulèrent lors de festivités organisées dans la soirée. Il s’agissait de défendre au mieux les intérêts de la baronnie dans les territoires voisins. Les discussions reprirent le lendemain, le baron devaient voir divers marchands dans leurs demeures, boutiques ou encore au port, certains attendant des chargements. Pour cela il était juste accompagné de 4 gardes, 2 d’Ybaen et de 2 de la bibliothèque. Les gardes étaient à bonne distance de Théobald, le baron souhaitait se montrer proche de son peuple. Après avoir parlé à un marchands Langecin installé à Chiard depuis maintenant quelques années il parti admirer une galère qui rentrait au port. Enfin c’est ce qui était prévu car il fût violement percuté par une petite créature blonde. Cette dernière faillit tomber quand Théobald la retint par le bras.
Revenir en haut Aller en bas
Enju
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 62
Âge : 28
Date d'inscription : 11/09/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  17 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Une jolie plante en missède (Pv Théo)   Mer 12 Nov 2014 - 0:25

-Attenti...On...

Bousculer quelqu'un... Comme si quelques secondes d'inattention pouvaient suffire à cela... Et pourtant. Pourtant il ne fallut que ces quelques secondes d'inattention pour que le choc se produise. Le choc fut relativement rude, suffisamment pour que la demoiselle vacille et ne perde l'équilibre. Les robes avaient beau être de particulièrement beaux vêtements, elle pouvaient devenir une véritable entrave aux mouvements. Oui, elle serait tombée si on ne l'avait pas retenue. Et quelle poigne.

Levant les yeux sur son sauveur inopiné, Enju tomba nez à nez avec un jeune homme à l'air surpris. Bien vêtu, bien fait de sa personne, à la barbe taillée... Celui-ci n'était vraisemblablement pas un représentant du petit peuple... Si son regard paraissait dur, il n'avait pourtant pas l'air beaucoup plus âgé qu'elle. Néanmoins, ce qui ressortait à cet instant, c'était l'agacement. L'empathie de la demoiselle était formelle à ce sujet, c'est d'ailleurs pour cela qu'elle s'autorisa une légère grimace avant-même d'ouvrir la bouche.

Jenalie avait assisté à la scène sans piper mot, il était temps que cette enfant se montre plus attentive à ce qui l'entoure. Mais elle avait observé, elle. Et en observant, elle avait rapidement vu ce maintient qu'avait l'homme. Cette fierté dans son attitude. Et plus encore, elle avait également aperçu ces quatre hommes qui, perdus au milieu de la foule, se hâtaient à présent de les rejoindre. Aussi prit-elle finalement le parti d'intervenir en s'approchant des deux jeunes gens.

- Veuillez nous pardonner Messire... Cette demoiselle avait la tête ailleurs, il faut dire que Missède est impressionnante pour ceux qui y débarquent pour la première fois...

Durant ce laps de temps, et jetant un regard en coin à son mentor, la maladroite créature blonde se dégagea de la poigne de sa victime en remettant de l'ordre à sa tenue, et en laissant échapper un soupir.

- Pardon... C'était involontaire.

Ca l'était effectivement, et de fait, Enju ne comptait pas se répandre en excuses. Il n'y avait pas eu mort d'homme après tout. Elle ignora le regard perçant de Jenalie, puisqu'elle ne se sentait pas coupable à outrance. Elle esquissa néanmoins un semblant de courbette, comme elle l'avait appris auprès de Madame d'Aleniac. Autant que cela serve un jour.

- J'espère ne pas vous avoir blessé.

Et pour elle, l'incident était clos.
Revenir en haut Aller en bas
Théobald de la Courcelle
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 110
Âge : 27
Date d'inscription : 13/10/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  19 (né en 991)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une jolie plante en missède (Pv Théo)   Dim 23 Nov 2014 - 15:39

La jeune femme n’était fort heureusement pas tombé, mais Théobald n’avait pas trop apprécié se faire rentrer dedans. Manifestement il s’agissait d’une nouvelle venue qui ne regardait pas devant elle, ce qui agaçait au plus haut point le jeune baron.  Mais l’agacement allait bien vite laisser le pas à d’autres sentiments.  L’accompagnatrice de la jeune fille  semblait être plus observatrice, elle présentait des excuses alors que la jeune fille c’était à peine relevée.  Mais le port était loin d’être l’un des plus impressionnants, prospère certes mais pas impressionnant, du moins pas encore.  A cette tentative de flatterie Théobald hésita entre deux réactions, s’en amuser ou en ressortir encore  plus agacés.

Mais à ce moment la petite créature blonde reprit son indépendance, et  à  la différence de  sa tutrice  elle ne souhaitait pas s’excuser.  Du moins pas dans les formes.  Un petit pardon, une parodie de courbette mais la les derniers mots de la jeune fille firent presque sortir le baron de ses gonds :

J'espère ne pas vous avoir blessé.

C’était se moquer de lui au plus haut point, et la foule qui commençait à se rassembler semblait être de cet avis. En effet les habitants savaient qui était le baron et connaissaient les armoiries de la maison des de la Courcelles. Beaucoup considéraient les actes de la jeune fille comme une insulte contre la personne du baron et de la contre Missède. Les gardes qui l’avaient rejoint ne savaient comment réagir. Un assassin aurait été plus facile à gérer pour eux qu’une jeune femme. Et au vu des discussions qui animaient la foule il semblait que la jeune fille soit estreventine.  Cela n’allait pas aider la jeune fille, même si la ville était commerçante il n’y avait pas toujours une tolérance à toute épreuve notamment avec les terres les plus lointaines.

Le cas de la jeune étrangère n’allait pas en s’améliorant, quelques gardes du port arrivèrent, manifestement intrigués par le petit attroupement. Ils comprirent bien vite la situation et arrivèrent derrière la source de l’agitation, une étrange estreventine. Reconnaissant la baron le chef des gardes inclina la tète :

Messire Théobald souhaitez vous que  apprenions à cette femme le respect du au baron de Missède ?

Théobald savait bien ce que cela signifiait, le pilori dans le meilleur des cas, le fouet dans le pire. Et au vu de la foule qui assistait à la scène c’était le pire qui serait appliqué. Cependant le baron ne souhaitait pas que l’ignorance soit un crime, il était manifeste que la jeune fille ne savait pas qui il était. Il fallait bien vite trouver une excuse pour la sortir de cette situation.

Je lui apprendrais moi-même ce respect, cette jeune fille est venue de Thaar pour faire partie de la cours de Missède. Sa famille souhaite qu’elle apprenne les coutumes de notre beau territoire. Mais il semble qu’elle n’a pas prit la peine d’apprendre les blasons de son nouveau foyer.  

Quelques rires sortirent de la foule et même les gardes sourirent, la jeune fille pouvait paraitre légèrement ridicule mais au moins elle gardera son dos intact.  Théobald s’approcha du chef des gardes et lui donna quelques pièces pour le remercier de son zèle et lui demanda de boire à sa santé ce soir et d’en faire profiter ses hommes.  

Se tournant vers la jeune fille et sa tutrice il indiqua d’une geste de la mains la direction à suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Enju
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 62
Âge : 28
Date d'inscription : 11/09/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  17 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Une jolie plante en missède (Pv Théo)   Ven 28 Nov 2014 - 17:03

Comment la situation s'était-elle envenimée de la sorte, c'était là un mystère, et pourtant, les choses semblaient se compliquer d'avantage de secondes en secondes. La foule qui se rassemblait était de plus en plus vindicative et Jenalie pouvait peser tout l'inconfort de leur position. Pourtant elle restait stoïque, refusant d'offrir matière à enflammer.

Enju, elle, était à mille lieues de la réalité déjà. Les portes de son esprit s'étant ouvertes à celles du Baron, elle avait vite été dépassée par les dizaines d'autres émotions qui s'étaient également faufilées. Il y en avait bien trop, et les repousser lui demandait toute sa concentration. Elle se sentait menacée à présent, sans comprendre les raisons de cette hargne populaire. Le port de tête haut, le visage fermé, son attitude pouvait paraître à la fois dédaigneuse et provocatrice aux yeux de ceux qui réclamaient punition, et pourtant... Jenalie était la seule à pouvoir comprendre ce qu'il en était réellement, et elle comprit d'ailleurs instantanément, attrapant fermement le bras de son élève tandis au moment où le dirigeant semblait finalement prendre sa défense. Le geste paraîtrait protecteur, mais il visait surtout à tirer la demoiselle de sa torpeur.

-...ble qu’elle n’a pas prit la peine d’apprendre les blasons de son nouveau foyer.  

Voilà tout ce qu'Enju saisit du petit discours tenu par le Baron tandis qu'un tressaillement l'incitait à refermer les portes de son empathie, mais ce fut suffisant pour lui mettre la puce à l'oreille.

- Quoi ?! Qu'est-ce que...

La brûlure d'un pincement l'empêcha de poursuivre plus loin ses protestations, et elle adressa un regard noir à son professeur qui mima l'indifférence. Elle était bien trop occupée à gérer cette porte de sortie que leur offrait le jeune-homme et tout ce qu'elle impliquait.

- Pardonnez-lui sa distraction seigneur... Soyez certain qu'elle les connaîtra à l'avenir, et qu'elle les servira au mieux...

Entraînant la demoiselle comme si elle la soutenait, Jenalie prit la route que lui indiquait Théobald.

- Je n'ai pas l'intention de...
- Tais-toi. Contente-toi de faire ce que je te dis et de ne plus nous attirer d'ennuis...

La sécheresse de ces quelques mots murmurés montrèrent à Enju toute la précarité de la situation, et l'incitèrent à ne plus protester. Aussi garda-t-elle, pour le moment, le silence. Attendant que l'on s'adresse à elle.

- Comment peut-elle réparer sa faute ?
Revenir en haut Aller en bas
Théobald de la Courcelle
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 110
Âge : 27
Date d'inscription : 13/10/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  19 (né en 991)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une jolie plante en missède (Pv Théo)   Mar 2 Déc 2014 - 17:23




Pour Théobald il s’agissait maintenant de jouer le jeu, il devait faire croire à tous que ses propos étaient véridiques  Chose étrange la jeune femme semblait être totalement déconnectée de la réalité, pendant que la foule exprimait son mécontentement elle n’y prêtait aucun attention.  Elle semblait ne s’être réveillée qu’après la prise de parole du baron.  Et elle était sur le point de protester, fort heureusement sa tutrice avait l’esprit  plus vif et la remit dans le droit chemin.

Chemin qui fût plutôt cours, le baron emmenait la petite troupe composé des quartes gardes   et deux femmes à sa résidence de Chiard.  Il s’agissait d’un palais assez proche du port et situé sur une colline. Au cœur du secteur marchands le palais était donc situé dans au meilleur endroit pour influer sur les personnes les influentes de Chiards, c’est-à-dire les marchands et les banquiers. Le palais était de taille moyenne mais avait un jardin qui rendait jaloux tout les puissants de la ville.  De plus la vu y était superbe, rien ne venait gâcher la vu sur le port ainsi que sur le golfe du Médian.  La porte du palais était faite en bois et de nombreuses gravures montraient l’importance du propriétaire. La présence de ce dernier était signalé par le nombre important d’étendards de Misséde et de la famille des de la Courcelles.  Les murs qui entouraient la demeure étaient hauts et épais, quelques tours étaient présentes.  Mais tout cela à l’échelle d’un palais, les forteresses n’étant pas dans la culture missèdoise.

La tutrice lui avait demandée comment réparer la faute de la jeune fille. Le baron préféra être dans son palais avant  de répondre. En effet il n’y avait pas eu de grande faute de la part de la jeune fille, mais il avait du mentir pour la sortir de cette situation.  La cours du palais donnait sur des écuries, les quartiers des soldats  ainsi que sur le hall d’entré du palais même.  Un certain nombre de soldats étaient justement présents et regardaient avec curiosités les deux femmes qui venaient de passer la porte. C’est à ce moment que Théobald adressa la parole aux deux femmes, surtout à celle qui semblait être la tutrice.

Je souhaite en tout premier lieu savoir qui vous êtes et ce que vous faites en cette ville. De plus je me suis indirectement présenté comme votre garant à toute deux.  Ainsi vous allez me suivre à Missède afin de montrer à tous que vous faites bien partie de ma cours. Arrivé la bas vous êtes libre de continuer votre voyage et serez dédommagées de tout préjudice que ce détour peut vous causer. Mais si vous cédez à la douceur de vivre que notre région peut offrir, avez-vous des talents particuliers.

Le baron avait essayé de faire simple et cours. Il n’était pas d’humeur à être patient et souhaité une réponse rapide des dames.  Certes elles n’avaient pas le choix mais si elles acceptaient sera faciliteraient les choses.

Revenir en haut Aller en bas
Théobald de la Courcelle
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 110
Âge : 27
Date d'inscription : 13/10/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  19 (né en 991)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une jolie plante en missède (Pv Théo)   Lun 8 Déc 2014 - 10:27



PNJ: Albert Ocreport.






Les domestiques venaient enfin de finir de l'équiper de son armure. Épaisse, finement décoré, le symbole de la ville de chiard gravé sur l'avant le voilà bientôt prêt à voir le baron. Il n'était autre qu'Albert Ocreport, fils de Raymond Ocreport. Ce dernier n'est autre que l'homme le plus riche de tout Chiard capable de rivaliser avec un grand nombre de riches familles de Langehack. Nombreux était ces navires de commerce et les profits qu'il tirait des échanges avec le reste du monde. Raymond d'Ocreport n'était pas seulement l'homme le plus riche, mais aussi le plus influent. Du haut de ces 57 ans, il dirigeait le conseil de la ville et les échevins lui obéissaient. Cette position fut le fruit d'un héritage important de ses parents, d'un important travail et surtout de deux fructueux mariages et surtout du produit de ceux-ci. Sa première femme, Ida, donna naissance à trois garçons et à une fille, mais ce dernier enfant était celui de trop et elle s'éteignit à l'âge de 27 ans. Sa seconde femme, Ermina, est-elle toujours vivante, beaucoup plus vive-t-elle fut un atout important pour les affaires et Ida devient bien vite moins qu'un souvenir. Deux autres fils naquirent de cette union. Grace à ces six enfants de nombreuses alliances purent se tisser et de nombreuses dots verser à la famille Ocreport. Ces cinq fils furent autant de d'agents de confiances dont il put se servir pour étendre son empire commercial et cela s'en tenir compte des cousins.



Mais le fils dont il était le plus fier n'était autre que son ainé, Albert. Cet homme était physiquement impressionnant, âgé de 32 ans, il avait le visage marqué de ses nombreux voyages en mer ainsi qu'une barbe fournit et il avait gardé d'un voyage un béret dont il ne se séparait jamais. Bon calculateur, bon marin, il avait en outre développé le comptoir de la famille à Isgaard. Il y a deux ans, lors de son trentième anniversaire exactement, son père lui avait demandé de revenir définitivement à Chiard, et non plus seulement pour les grands événements ou les réunions de famille concernant les affaires. En tant qu'hériter de l'affaire familiale, il se devait de se faire connaitre à Chiard et de s'intégrer dans la vie politique de la petite cité. Un mariage fut organisé quelques mois plus tard avec une des riches familles de la ville et cette union était déjà féconde puisque sa femme Sighild était déjà enceinte.


Grace ces qualités ainsi qu'a la position de son père, Albert à pus obtenir le poste de capitaine de la milice de Chiard. L'organisation de la milice n'avait rien d'exceptionnel, elle était sous l'autorité des magistrats de la ville ainsi les réunions des officiers se déroulaient au palais des échevins. La ville était divisée en dix quartiers, chacun devant fournir 40 miliciens, soit par volontariat, soit par tirage au sort si on manquait d'effectif. Mais depuis bien longtemps, on trouvait toujours des hommes pour accomplir leur devoir civique. Les effectifs s'élevaient ainsi à 400 miliciens pour la ville de Chiard. Il s'agissait en général d'artisans ou de commerçants capables de se payer leur équipement. En cas de problème, la municipalité pouvait aider les hommes à s'équiper, de même quelques riches notables pouvaient aussi offrir des équipements à des miliciens afin de montrer leur dévotion envers la cité. Ces hommes ainsi organisés en quartier se connaissaient et une cohésion ainsi qu'une franche camaraderie régnaient les entrainements mensuels aidaient à raffermir ce lien. Le quartier du port ainsi que le quartier dit « des marchands » étaient les plus riches et fournissaient ainsi les miliciens les mieux équipés. La plupart hommes qui l'ont intégré étaient des cadets de marchands, cela permet à la leurs familles de participer à la défense de la ville et ainsi de démontrer leur dévotion à la cité. Les postes d'officiers étaient occupés par les hommes les plus influents, mais généralement compétent les magistrats veillant au sérieux des officiers. Celui de capitaine de la milice était généralement donné à l'homme qui dirigeait la milice du quartier « des marchands ». Les Ocreports habitaient justement le quartier « des marchands », comme toutes les grandes familles de la ville.  Peu d'hommes des milices avaient connu des combats, les seuls qui peuvent s'en vanter sont ceux ayant du affronter combatre des pirates, Albert faisait justement parti des rares étant dans ce cas. Il avait par ailleurs réussit à en tuer deux d'entre eux. Cependant, la plupart des miliciens étant jeune et un nombre non-négligeable étaient encore célibataires.  La volonté de se démontrer leurs valeurs dans un combat faisaient rêver plus d'un dans cette milice,  mais comme on le sait dans tout le missèdois une guerre n'est pas forcement bonne pour le commerce. Cependant étant loin d'être stupide ces hommes savaient aussi qu'une bonne guerre pouvait rapporter gros.


Une fois l'armure bien mise en place ,Albert mit sa cape en soie venant directement de Langehack. Elle était aux couleurs de la ville, c'est-à-dire Azur avec l'écu brodé en Argent dessus. Dans cet écu, on pouvait y voir les symboles de la ville de Chiard, le bateau ainsi que les trois vagues. Albert sourit en songeant que ces couleurs étaient les mêmes que celles de la famille du nouveau baron de la ville. Ce dernier était par ailleurs populaire dans la ville et notamment dans la communauté marchande. Après une petite période de difficulté le commerce allait repartir de l'avant à n'en pas douter, les récents accords avec Langehack avaient plus à tous ici. Par ailleurs, les récentes discussions entre son père et le baron avaient clairement démontré l'intérêt du baron pour le commerce et son développement. Les notables locaux en furent particulièrement ravis et beaucoup espéraient un essor important pour la ville. Cette visite du baron dans la ville avait aussi flatté l'ego des notables de la ville, mais le baron ne venait pas seulement pour une visite de courtoisie. Les arbalétriers devaient partir et la milice se tenir prête à défendre la baronnie. Cette dernière demande avait inquiété les notables, mais ils n'avaient aucune raison de la refuser. De plus, les jeunes semblaient être plus content de risquer de partir à la guerre, ils avaient encore l'insouciance de la jeunesse ainsi qu'une volonté de faire leurs preuves. Le baron devait quitter la ville en ce jour et une surprise l'attendait à la sortie de la ville, cela devait le rassurer quant au soutien de Chiard envers la baronnie. En attendant une délégation des notables de la ville se devait d'aller au palais de Théobald et l'accompagner jusqu'à la sortie de la ville.

Une fois préparé Albert parti rejoindre, son père au palais des échevins. Le palais n'était pas très loin de la demeure familiale, il se situait entre le quartier « des marchands » et celui du port. Une importante foule y était présente, criante, riante, remuante, c'était un moment de fête et tous voulaient en profiter. Sur les marches du palais, tous les magistrats de la ville étaient là et à leurs têtes Raymond Ocreport. On distingués à leurs cotés tous les chefs de corporations et de guildes de la ville ainsi que les notables. La milice des marchands et celle du port, étant la mieux équipée, ayant la meilleure prestance et surtout les plus proches, étaient chargé d'escorter toute la troupe jusqu'au palais. Il ne s'agissait bien entendu que d'une escorte purement honorifique, servant juste à contrôler les mouvements de foule et de permettre à la colonne des notables d'avancer dans de bonnes conditions. Albert fendit la foule, salua quelques personnes de sa connaissance et vint se placer devant les magistrats. Son père se tourna vers lui avec un grand sourire :


Ah mon fils ! Te voilà presque en retard ! J'imagine que les préparatifs des événements futurs a du te prendre plus de temps que tu pensais ! J'espère que cela en vaudra la peine sinon je jure que je revendrais ton armure ! Allez conduit-nous maintenant!


Quelques personnes rires aux propos du père, mais Albert se contenta d'incliner légèrement la tête. Son père n'était pas devenu l'homme le plus puissant de la ville par gentillesse, et il avait prit l’habitude de ce genre de phrase. Suivant les instructions de son père, il prit la tête de la procession en direction du palais qui se trouvait à quelque 500 mètres. Directement derrière lui venait son père, les autres échevins lui laissant un peu d'avance, ensuite les maîtres des guildes et corporations et enfin toute la bonne société de la ville de Chiard. Les miliciens étaient donc 80, portant une demi-armure ou un corselet ainsi que jambière et salade.  Pour la procession ils ne portaient pas leur traditionnel pique de 5 mètres mais plutôt une hallebarde, cependant ils gardaient tous leurs épées. Albert lui ne portait pas de casque seulement son béret, il n'avait qu'une épée à sa ceinture et ouvrait le passage grâce à son bâton de chef de la milice et en répétant la formule rituelle de sa forte voix :


PLACE !! PLACE !! LES AUGUSTES MAGISTRATS DE NOTRE VILLE VONT  RENDRE VISITE A NOTRE NOBLE SEIGNEUR !
Revenir en haut Aller en bas
Enju
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 62
Âge : 28
Date d'inscription : 11/09/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  17 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Une jolie plante en missède (Pv Théo)   Sam 10 Jan 2015 - 13:33

Il avait fallu attendre d'atteindre le castel avant d'obtenir réponse. Si Jenalie semblait plus amusée qu'autre-chose par la situation, il valait bien mieux en rire puisqu'il n'y avait pas mort d'homme, Enju ne semblait pas l'apprécier outre-mesure. Elle était vexée, agacée, et pour le moins incertaine de son sort. Pourtant, elle s'en tenait aux instructions de Jenalie malgré l'envie irrépressible d'obtenir enfin des réponses. Heureusement, ils étaient rapidement arrivés à bon port.

- Je souhaite en tout premier lieu savoir qui vous êtes et ce que vous faites en cette ville. De plus je me suis indirectement présenté comme votre garant à toute deux.  Ainsi vous allez me suivre à Missède afin de montrer à tous que vous faites bien partie de ma cours. Arrivé la bas vous êtes libre de continuer votre voyage et serez dédommagées de tout préjudice que ce détour peut vous causer. Mais si vous cédez à la douceur de vivre que notre région peut offrir, avez-vous des talents particuliers. 

La déclaration était pour le moins surprenante, mais il ne fallut à l'herboriste que quelques instants pour en saisir toute l'importance. C'était une porte qui s'ouvrait, et il serait terriblement stupide de ne pas l'accepter.

- Non.

Stupide, oui. Et pourtant, Jenalie ne fut même pas surprise. Il était grand temps de mettre du plomb dans la tête de cette enfant. Et pas seulement. Mais le reste n'était pas encore à l'ordre du jour. Pas surprise, mais agacée, car elle voyait les visages changer autour d'elle. Étonnement, désapprobation, mécontentement. Et ce Baron qui prit la parole pour rappeler encore qu'elles devraient tout de même accomplir leur part du « Marché », à savoir rejoindre Missède.

Alors, avant de risquer d'autres complications, le professeur entraîna fermement son apprentie à l'écart. S'ensuivit ensuite une longue discussion à voix basse, tantôt calme, tantôt animée. Les deux femmes semblaient se livrer à une véritable joute verbale, remportée par Jenalie, cela va de soi. Elle avait pris soin de ne laisser entendre l'échange à personne, mais lorsqu'elles rejoignirent une nouvelle fois le Baron, Enju semblait résignée.

- Je me dois de décliner votre proposition, mais cette jeune herboriste sera tout à fait capable de vous servir.

La discussion se poursuivit, et au fil de cette dernière, il fut convenu que la jeune fille serait libre de quitter la cour ou de se rendre à Thaar quand elle le voudrait. Si les circonstances le permettaient.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une jolie plante en missède (Pv Théo)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une jolie plante en missède (Pv Théo)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Plante dangereuse
» myrtille , jolie petite caniche noire 2 ans ( thiernay 58)
» Pour la jolie et rebelle Jade Campbell
» Je plante en ta faveur cet arbre de Cybèle... {Victoire}
» - Event II - Jolie Jeune Femme... Fatale !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Duché de Langehack :: Comté de Missède-
Sauter vers: