AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Exception à la règle - Beltrod

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Caïrn l'horloger
Humain
avatar

Nombre de messages : 30
Âge : 21
Date d'inscription : 13/06/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  41 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Exception à la règle - Beltrod    Mer 10 Déc 2014 - 14:53

« Non ! Non et non ! Sortez immédiatement de ma roulotte avant que je n'appelle les autorités compétentes ! »

Caïrn tendit les bras et poussa avec une certaine force les deux clampins qui s'étaient présentés à son atelier sur roues. Les deux compères ne purent pas vraiment protester et se contentèrent de reculer en se retournant ensuite pour hausser les épaules en regardant l'horloger.

« Vous devriez réfléchir à notre offre enfin ! Autant de savoir ne sert à rien si il est concentré sur une seule personne ! Imaginez les possibilités que cela vous offrirait de donner quelques cours et quelques leçons ou encore de nous expliquer vos manières de travail ! » argumenta le premier.
« Je ne prends pas d'apprentis et mon savoir n'est pas à vendre messire ! Je peux vous vendre des automates et des horloges si vous le voulez, réparer vos objets casser et racheter votre ferraille mais guère autre chose. Maintenant arrêtez de m'importuner avec vos « offres ». »

Les deux haussèrent les épaules et finirent par tourner les talons, laissant là l'horloger enfin seul et lui permettant de souffler un peu. Il s’assit  sur les marches de sa roulotte et profita d'une petite pause afin de se remettre de ses émotions. Manque de chance pour lui, un nouvel homme aux allures de coursier vint à sa rencontre.

« Oh non. Qu'est ce qui se passe encore ? Je ne prends pas d'apprentis ! » aboya t-il. Le message ouvrit grand les yeux et se contenta de tendre une missive.
« Calmez vous bon sang. Je ne suis qu'un messager venant apporter des nouvelles de votre prince-marchand affilié. »
Soudainement, toute l’amertume de Caïrn s'évapora. Il se leva en vitesse et s'empressa de se saisir du pli, manquant de l'arracher des doigts du messager.
« Sapristi ! Il fallait me le dire plutôt ! Quelles sont les nouvelles ? »
« Madame est plutôt mécontente, Sire Caïrn. Lisez plutôt le message. »

Intrigué, l'horloger déballa la lettre et la lut avec attention. Cela traitait du dernier financement en date qu'on lui avait fait et qui avait, normalement, dû servir à préparer un nouveau projet. Sous son armure, Caïrn en aurait bien rougit. Ses derniers prototypes n'avaient jamais quittés son atelier et il les considéraient, sans se le cacher, comme des échecs. Sauf que bien évidemment, lorsque l'on libérait des vannes de financement, on espérait en général un bon retour derrière. Caïrn n'avait pas encore prévenu son prince-marchand de l'état des produits ayants profité du financement. Il pensait qu'avec le temps, il finirait pas réussir à faire quelque chose avec ces choses. Sauf qu'on lui réclamait maintenant un retour des investissements. Chose normale mais qui eut pourtant disparut de sa tête.

« Miséricorde. N'est t-il vraiment pas possible d'obtenir plus de temps ? Après tout, je continue d'envoyer les comptes habituels à une part de soixante-dix pour-cent ! »
« Certes mais il s'agit là de la question du financement précédent. La princesse veut des résultats, Sire Caïrn. Je transmettrais votre requête de temps mais vous devriez rapidement donner de bons scores. C'est dans votre intérêt. »
« Vous avez raison... Je sais... Je n'ai pas le droit de dilapider autant d'argent pour rien... Mais qu'elle m'accorde plus de crédit de temps ! Je finirais bien par trouver une source qui compensera largement le prêt précédent. »

Le message grimpa sur sa monture et hocha la tête.
« Je m'occupe de transmettre vos dires ! Bon vent d'ici notre prochaine rencontre et bonne chance ! »

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Vingt et une heure du soir. La taverne des quartiers Est Diantra ne désemplissait pas. Caïrn était parvenu à se frayer un chemin. En attirant bien des regards bien sûr. Quand on avait des allures d'armure vivante, la discrétion était délicate. D'autant plus que les rouages de la portion droite de son corps grinçaient horriblement. Caïrn supposa qu'il aurait mieux fait de prendre le temps de se huiler le bras et l'épaule. Un silence plana le temps qu'il trouve le chemin du comptoir et qu'il s'installe sur un tabouret qui eut du mal à supporter son poids.

 « Je viens prendre une récréation. » déclara t-il.

Caïrn ne pouvait pas se vanter d'être une personnalité très reconnue à travers le monde. En revanche, il était au courant que la plupart des gens avaient eut vent de son existence. Beaucoup ignoraient encore qui il était hormis un commerçant un peu étrange qui passait de ville en ville.
L'horloger posa sa main sur le masque qui couvrait son casque et poussa un peu vers le haut. Un cliquetis métallique se fit entendre. Son masque avait coulisser juste de manière à dévoiler la bouche de l'ingénieur. Lui aussi avait envie de boire un peu, quand bien même son corps était scellée à l'armure.

Au bout d'une petite heure, quand l'alcool eut bien monté à la tête et que le tournis l'eut envahit, Caïrn commença alors à réfléchir à un plan. Évidemment, il se sentait plus créatif dans cet état qu'autrement. Moins concentré et moins « précis » mais plus créatif. Les gens lui fichèrent la paix. Il avait aussi poliment que possible décliné toute invitation a échanger. Cela ne découragea pas un barbu d'approcher doucement et de s'asseoir a coté de l'horloger.

« Caïrn je présume ? »
« Uh ? Qui...Qui le demande ? » hoqueta t-il.
Le barbu lui déposa un papier plié devant lui et quitta le comptoir.
« Si vous cherchez du travail... Je représente la guilde des artisans arbalétriers de Beltrod. Nous avons eu vent que vous vous trouviez dans les environs. Nous avons quelques projets qui pourraient vous intéresser. Tout est indiqué sur cette note. Bien à vous. » déclara t-il avant de retourner boire à une autre  table.

Entre deux hoquets, l'horloger finit par déplier le papier. Une arbalète apparaissait dessus ainsi que des adresses et un petit mot qui lui était adressé personnellement.
Tiens, on avait besoin de lui ?

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Qu'est ce qu'il faisait ? Bon sang. C'était une très mauvaise idée et il en était conscient ! Pourtant, avait-il vraiment le choix ? Il en doutait. Plusieurs semaines s'étaient écoulées maintenant et on approchait de la 6emme ennéade de barkio. Autrement dit, il étant temps qu'il agisse et sa décision avait été hâtive mais nécessaire.

« Tout doux ! » dit-il en tirant les rênes des chevaux qui traînaient sa roulotte.

Caïr tourna la tête et inspecta les murs de Beltrod. C'était donc ici que l'on fabriquait ces célèbres arbalètes et qu'on lui avait annoncé avoir du travail... Difficile à dire de ce qui l'attendait. Caïrn n'avait jamais été partisan a l'idée de joindre un effort en but de créer des engins de mort. Pourtant, en si peu de temps et avec un besoin aussi important d'une nouvelle source de fonds afin de débourser à sa princesse-marchande, la première occasion était la bienvenu.
Le mage de fer arrêta son convoi, paya les escorteurs ayant fait route avec lui et s'empressa d'aller demander une garde de son matériel et un emplacement. Après quelques discussions avec quelques sentinelles du coin, on le laissa disposer et entrer dans la cité. Maintenant, il devait encore chercher le bâtiment indiqué par le papier que lui avait laissé cet homme à la taverne.

Au bout d'un petit moment, il finit par l'atteindre.
Aussitôt, il toqua à la porte du bâtiment dont l'enseigne représentait une arbalète.
Revenir en haut Aller en bas
Nimmio de Velteroc
Humain
avatar

Nombre de messages : 403
Âge : 127
Date d'inscription : 25/01/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  25 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Exception à la règle - Beltrod    Lun 22 Déc 2014 - 0:29

La maison mère de la guilde des arbalétriers de Beltrod avait fort belle allure. Le bâtiment était digne d'un palais du sud, en un peu plus rustique néanmoins. Il détonnait largement avec son environnement et les petites échoppes qui l'entouraient. Seuls les bâtiments appartenant aux seigneurs locaux rivalisaient en beauté. La guilde était réputée a travers toute la péninsule et l'on racontait que les armes qu'elle produisait s'arrachaient jusqu'en estrevent où certaines compagnies de mercenaire ne juraient que par elles. D'ailleurs, les Arbalétriers Beltrodois se considéraient comme faisant partie de l'élite péninsulaire et sur bien des points ils avaient raison.

En plus de la qualité, la guilde misait également sur la variété, proposant différents modèles d'arbalètes et différents mécanismes de rechargements. Les standard allaient de l’arbalète légère, se rechargeant à la main afin de favoriser la cadence de tire, à l’arbalète lourde à cric, extrêmement puissante, en passant par l’arbalète à pied de biche où à ceinture pour un compromis ajustable entre les deux.

Les lieux fourmillaient d'activité et étaient gardés par des hommes d'arme lourdement armés. Ces derniers, prêtés par le Comte de velteroc gardaient jalousement l'entrée et seul un laisser passer émis par la guilde où les autorités seigneuriales pouvaient donner accès au saint des saint. Mais a peine Caïrn approchât-il qu'un homme l'invita à le suivre pour entrer.

Une fois la grande porte passée et la queue des badaud esquivée, l'estreventin fut introduit dans les ateliers où l'attendait un vieil homme qui semblait diriger tout ce petit monde à la baguette. Quelques apprentis s'affairaient ici et là, mais la grande majorité des personnes présentes semblaient être des artisans confirmés tant leurs mouvements étaient précis. Dans un coin de la pièce, d'autres hommes s’affairaient sur des esquisses, s'arrêtant régulièrement pour discuter, crayonner à nouveau où changer de support.

Monsieur Caïrn, bienvenue chez nous. Nous sommes honorés de la présence d'un maître artisan en ces lieux. J'espère que vous avez fait bonne route. Je sais que vous ignorez précisément pourquoi vous êtes ici, mais vous comprendrez que la discrétion est un maître mot si l'on veut conserver la réputation qui est la notre. Mais avant d'avancer vers de plus amples explications, veuillez me suivre.

De la main, il invita l'entreventin à entrer dans un petit bureau croulant sous des monceaux de papiers diverses et variés. Des esquisses semblaient traîner de toute part. Pourtant, dans ce désordre apparent semblait régner un ordre méthodique qui ne manqua pas de sauter aux yeux de l'expert oriental. La porte se referma et, lorsqu'ils furent seuls, les choses sérieuses purent commencer.

Monsieur Caïrn, je vais à présent vous présenter les raisons de notre invitation, mais vous devez tout d'abord m'assurer de votre discrétion en signant ce document de confidentialité. Il est évident que votre silence sera largement rémunéré. Acceptez vous donc cette clause ?
Revenir en haut Aller en bas
Caïrn l'horloger
Humain
avatar

Nombre de messages : 30
Âge : 21
Date d'inscription : 13/06/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  41 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Exception à la règle - Beltrod    Lun 22 Déc 2014 - 21:42

Caïrn s'inclina à son tour paisiblement, grinçant de sa mécanique et cliquetant de son armure.

« C'est moi qui suis honoré d'avoir été invité et je vous en remercie. Quand à cette question de discrétion, je suis content de voir que nous nous accordons sur ce point. Je ne suis moi même pas un très grand partisan du besoin de se faire remarquer et je suis même plus tranquille quand je sais que je peux travailler en toute quiétude d'esprit. Il va donc de soit que c'est sans le moindre problème que j'accepte vos conditions. »

Il suivit sans broncher celui qui était venu l'accueillir et le suivit dans les locaux de la guide. En l'état actuel, Caïrn était toujours incapable de savoir si il avait eut une bonne ou une mauvaise idée de venir. Mais il aurait bien le temps de vérifier ça par lui même plus tard. Il inspecta donc le document présenté par l'homme et qui devait stipuler quelques règles de confidentialité. Caïrn tira une sorte de monocle de sa sacoche et l'appliqua sur l'oeil droit de son masque tout en parcourant la charte.

« Eh bien je ne vois rien de particulier qui me choque. Je dirais même que tout cela me paraît plus que correct. Bien évidemment, il restera plus de choses à développer dans toute cette histoire mais je présume que vous avez prévu le coup et que j'aurais sans doute très rapidement des réponses. En attendant, hum, je vais signer ceci. »

Il trempa un doigt pointu de l'assemblage qui lui servait de bras dans l'encre et traça ensuite de manière assez élégante sa signature. Simple, petite mais relativement courbée et habile. Une fois la tâche effectuée, Caïrn croisa les bras et hocha la tête dans un cliquetis.

« Bien. Et maintenant messire ? Sommes nous disposés à pouvoir enfin coopérer avec moi ou bien y'a t-il d'autres petites formalités avant que je puisse en savoir plus sur votre sympathique affaire. »

Il lui tardait de pouvoir commencer à se mettre au travail. Malgré le fait qu'il n'avait pas vraiment idée de ce qu'on attendait précisément de lui malgré le lui, bien qu'évidemment, cela supposait grandement des arbalètes, bien entendu. Même si il n'aimait pas l'idée de fabriquer des armes, il supposa grandement que cela lui permettrait quelque part d'enrichir sa propre expérience et connaissance. Oh oui, il avait soudainement très rapidement envie de s'y mettre, d'inventer, d'innover, de réfléchir... De concevoir ! Son coté touche à tout revint bien vite. Après tout, Caïrn abordait ici un tout nouveau domaine. Ses engrenages grincèrent quelque peu et il en profita pour les huiler un peu. Tant qu'a préparer l'huile de coude, il avait intérêt à être parfaitement opérationnel pou répondre à la demande qu'on allait lui apposer. Après tout, il était hors de question pour l'horloger de décevoir !

« Sapristi ! Je sens que je vais appréciez votre compagnie. La vue de cet endroit m'enchante et je reconnais le bruit et l'aspect du travail de qualité. Oh oh oh ! Montrez moi vite ce qui m'amène ici ! »
Revenir en haut Aller en bas
Nimmio de Velteroc
Humain
avatar

Nombre de messages : 403
Âge : 127
Date d'inscription : 25/01/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  25 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Exception à la règle - Beltrod    Mer 24 Déc 2014 - 15:35


Le vieil artisan replia consciencieusement le parchemin de ses mains habilles, avant d'y faire s'écouler une cire écarlate et de le sceller à l'aide de sa chevalière de maître Arbalétrier du Comté.
Il rangea ensuite le contrat sur l'étagère dédié à cette effet et sur laquelle trônaient déjà nombre de ses congénères pus où moins âgés. Le savant se retourne ensuite vers son invité d'honneur, transportant dans ses mains un autre support qu'il déplié sur la table qui se trouvait entre eux.

L'horloger put alors découvrir les plans d'une arme assez étrange mais que ses yeux d’experts qualifiaient déjà d’emblée d’arbalète à caractéristiques spéciales. Elle était munie d'un levier mécanique vertical, ressemblant aux pieds de biche utilisés sur les arbalètes lourdes, mais semblait bien plus légère que cela. De plus, ce levier n'était pas extérieur, mais incorporé dans le mécanisme de base et ne semblait pas escamotable. De plus, ce levier semblait actionner un mécanisme complexe, soulevant une pièce de bois creuse dont le vide donnait directement sur la corde de l'arc et le support à carreaux. Le levier et les rainures du bois semblaient permettre, à chaque mouvement de va et viens de réarmer la corde et un petit loquet de bois sur l'arbier semblait alors déclencher le tir automatiquement à chaque redescende. S'il en jugeait pas la taille de la pièce de bois qui semblait servir de chargeur à carreaux, ce dernier devait sans peine contenir une demi douzaine de traits. Pas de doute possible il avait devant ses yeux un prototype d’arbalète à rechargement rapide, c'est à dire une arme capable de compenser la principale faiblesse d'une telle arme dans sa comparaison avec un arc.

Voici donc les esquisses de notre premier modèle d’arbalètes à répétition. Coupa le vieil homme pas peu fier de la qualité de l'arme qu'il présentait à l'estreventin.  Nous avons la certitude que ce genre d'arme pourrait nous apporter une supériorité non négligeable sur nos adversaires en combat. Cependant si l'on vous a invité ici, c'est que nous avons besoin de vos services car il y a un hic. Venez avec moi.

Les deux hommes sortirent alors du bureau pour se diriger vers une petite cour intérieure d'une vingtaine de mètres de rayon où étaient disposés des mannequins avec différents niveaux d'équipement. Le premier était nue, le second revêtait une armure de cuir, le troisième une côte de maille et le dernier, un Harnois. Les deux hommes prirent alors place en face de ces dernières et, si Caïrn avait sans doute deviné quel était ce hic, le Maitre Artisan ne pouvait pas s'empêcher de lui montrer par l'exemple.

Hector, viens ici. Montre à notre ami les capacités du modèle AR-IV.

Le jeune homme s'exécuta et alla chercher une arme ressemblant parfaitement à l'esquisse de papier, avant de se mettre en place face aux cibles qui se tenaient dans la cour. Il prit une poignée de carreaux et les positionna dans le chargeur de son arme et se mit en face du premier mannequin. En moins de cinq secondes, ce dernier se retrouva gratifié de six carreaux dans l'abdomen. Même un archer émérite ne pouvait espérer tenir une même cadence. Le jeune homme recommença avant l'armure de cuir, puis avec la côte de maille, puis enfin avec le harnois.

Une fois cela fait, les deux hommes s’avancèrent. Si le premier mannequin avait effectivement reçu des blessures fatales, le second, protégé de son armure n'avait guère plus que des blessures légères ; handicapantes, certes, mais qui ne l'auraient pas mis hors de combat pour autant. Les deux derniers, quand à eux étaient indemnes, leur équipement les protégeant efficacement.

Voici le Hic en question... Ce que l'on gagne en rapidité de tir, nous le perdons en puissance. L'arme que vous avez vu s’avérerait particulièrement efficace contre de la milice, mais serrait complètement inopérantes contre des troupes professionnelles et bien équipées. Elle ne nous permettrait donc pas d'être suffisamment polyvalente pour que l'on puisse les déployer en grand nombre sur les champs de bataille. C'est ici que nous avons besoin de votre aide. Comment pourrions-nous rendre ces armes plus puissantes tout en gardant cette cadence de feux ?
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Caïrn l'horloger
Humain
avatar

Nombre de messages : 30
Âge : 21
Date d'inscription : 13/06/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  41 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Exception à la règle - Beltrod    Sam 27 Déc 2014 - 15:15

Ainsi, c'était donc bel et bien une question d'arme. Bon, ce n'était pas surprenant, c'est vrai. Maintenant qu'il s'était engagé, il ne pouvait pas vraiment s'y soustraire, c'est vrai. En revanche, Caïrn se promit qu'il ne retournerait pas voir du coté des marchands d'armes de sitôt. L'idée qu'on puisse utiliser sa science pour faire des engins susceptibles de blesser ou tuer les gens l'épouvantait. C'était un concept bien loin de celui qu'il s'était fixé en modeste vendeur de jouets et d'horloges. Mais quand l'argent parvenait à manquer.... Ah... Stupides petites choses brillantes et jaunes ! N'avaient t-elles pas finit de lui jouer des tours ? En attendant, l'horloger commença à réfléchir à toute allure après la démonstration qu'on venait de lui faire. Bien évidemment, il comprenait la nature du problème et les enjeux qu'on lui posait sous les yeux. Instantanément et sans vraiment y faire attention, il se mit à réfléchir en tout sens, à imaginer déjà des plans et des concepts pour ce qui pouvait résoudre le soucis. Il eut même de nouvelles idées encore !

En bref, il fut rapidement persuadé qu'il allait sans gros soucis pouvoir répondre à la demande et pourquoi pas apporter même un nouveau souffle. Pas la peine d'en faire trop pour un domaine qu'il n'appréciait pas vraiment mais c'était dans sa nature de vouloir sans cesse montrer de nouvelles choses. Tentant de faire de l'ordre dans ses pensées qui partaient dans tout les sens, l'incapacitant à communiquer pour l'heure, il se rendit compte d'une chose essentielle. Il claqua des doigts dans un bruit métallique.

« Bon, je pense que j'ai déjà quelques projets intéressants à proposer. Mais avant de commencer quoique ce soit, j'ai laissé mes affaires et ma roulotte a l'extérieur le temps que les gardes vérifie que tout est en règle. Je peux vous demander de patienter un peu afin que je puisse tout avoir à portée de main pour commencer ? Cela ne sera l'affaire que de quelques heures. Je puis donc faire un peu connaissance avec les bonnes gens de cet endroit avant de débuter le travail dès demain ? » demanda t-il.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Le lendemain matin, après qu'il eut enfin obtenu son statut de vérifié, on laissa les cheveux à l'écurie et on transposa sa roulotte dans l'enceinte de la ville, a proximité de la place. Pas de clients ou de vente aujourd'hui, il avait tout un travail à faire. Caïrn avait eut l'occasion hier de familiariser un peu avec les artisans de la guilde. Aujourd'hui, ils allaient pouvoir commencer à se mettre au travail. En rentrant dans le bâtiment, il alla saluer tout le monde.

« Bien le bonjour messires. Maintenant que j'ai tout sur la main et que j'ai eu le temps de m'occuper des formalités administratives, je présume que nous allons pouvoir nous mettre au travail. J'ai eu l'occasion de bien réfléchir et de voir ce dont je disposais pour résoudre se problème. »

Il se gratta pensivement le menton, enfin, plutôt son masque, c'était d'avantage un réflexe qu'autre chose.

« Vous avez une table à dessin que je vous présente un peu ce que j'ai imaginé ? Il me faudra également un peu d'aides et des composants spécifiques pour procéder. Il serait aussi intéressant que quelqu'un me dissèque un peu l'une de vos arbalètes afin que je puisse m'imprégner de tout les détails. »

Bien évidemment, c'était un travail d'équipe. Il ne pouvait pas tout réaliser seul et avait avant tout besoin de connaître la science des autres pour commencer à la trifouiller.
Revenir en haut Aller en bas
Nimmio de Velteroc
Humain
avatar

Nombre de messages : 403
Âge : 127
Date d'inscription : 25/01/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  25 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Exception à la règle - Beltrod    Lun 12 Jan 2015 - 16:45


Le Maitre Artisan avait passé la nuit à rassembler ses esquisses et son matériel, accompagné de ses assistants et d'un apprenti. Il avait fait transporter tout cela dans un grand bureau qui pourrait accueillir les différents protagonistes du projet, ainsi que l'invité de marque qu'ils recevaient en ces lieux. Tout fut ainsi mesuré, organisé et des prototypes furent posés sur une table, un mannequin disposé dans un coin de la pièce, différentes armures entreposées non loin, des tables a dessein dressées, différents matériaux et outils très spécifiques mis à disposition. Avec de telles conditions de travail, ils étaient certain d'aboutir à un résultat satisfaisant avec l'aide des cinq.

Lorsque l'horloger revint avec des idées plein la tête, ils répondirent à ses attentes, lui montrant la table à dessein spacieuse spécialement disposée pour lui et équipées de barres de graphite fines et de vélin de qualité afin qu'il puisse tracer des esquisses de grande précision. Enfin, un Assistant lui apporta une des armes afin qu'il puisse a loisir l'examiner sous toutes les coutures et la démonter selon son loisir.


Faites comme bon vous semblera. Nous restons à votre disposition en cas de besoin. Qu'avez vous trouvé comme solution à notre problème de puissance ?
Revenir en haut Aller en bas
Caïrn l'horloger
Humain
avatar

Nombre de messages : 30
Âge : 21
Date d'inscription : 13/06/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  41 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Exception à la règle - Beltrod    Mar 13 Jan 2015 - 12:09

« Excellent. Merci bien, je vais essayer de vous montrer un peu ce que j'ai pensé. Vous me direz par la suite ce que vous en pensez et si vous avez es objections à cela. Voyons voir. » déclara t-il.

Il tendit son index droit et dévissa le compartiment du dessus pour révéler la pointe servant à écrire. Pas besoin d'encre pour cette bois-ci, le crayon allait suffire. Dès lors, l'horloger se mit à tracer ce qu'il avait imaginé. Tout d'abord, il dessina ce qui semblait être une arbalète, tout ce qu'elle avait de plus normale. Puis, rapidement, Caïrn commença à y ajouter divers éléments. Le plus marquant d'entre eux fut d'abord la présence d'une paire d'arcs supplémentaires placés cette fois-ci de manière verticale.


« Dans un premier temps, j'ai songé qu'il serait nécessaire de placer ces arcs supplémentaires afin d'augmenter la force de tension. Bien entendu, il paraît compliqué de faire fonctionner tout ça sur une arbalète simple. En fait, j'ai songé à plusieurs choses supplémentaires à implanter DANS l'arme en elle même. »

Il commença à dessiner diverses pièces complexes et variées composées essentiellement de ressorts moteurs mais aussi d'un rail denté, de demi-roues dentées et de disques crantés. Le tout semblait se situé au niveau du manche de l'engin, qui allait devoir contenir l'intégralité du mécanisme. Mais c'était là ce qui allait permettre de rentre plus facile les choses. Le gros avantage des ressorts moteurs et des engrenages étaient qu'ils permettaient de repousser les points de tension de manière assez large, d'emmagasiner de l'énergie pour la libérer ensuite et surtout, qu'ils étaient autonomes et capables de fonctionner indéfiniment pour peu qu'on les remonte.

« Cet ensemble fonctionne de manière assez simple. Les pièces en forme de ruban sont ce que j’appelle des ressorts moteurs. Il est capable d'emmagasiner une très grande quantité d'énergie sans céder et se bloque facilement. Il sera en mesure de tenir face à la tension arcs supplémentaires. En le relâchant, il délivrera un sacré choc ! Dites vous que c'est un élément très important de ma propre mécanique. Sans ça, je serais bien en mesure de me déplacer. Relié à un couple de roues dentées et d'engrenages, je pense que nous aurons une large marge de blocage. Il faut alors penser à un système de remontage un peu différent. »

Bientôt, une poignée supplémentaire apparut sur le coté de l'arme.

« J'avais pensé à autre chose que la manivelle à tourner. J'aurais bien vu plutôt une sorte de gâchette à presser plusieurs fois afin de remonter le ressort moteur. Je pense que ce serait plus efficace et que ça correspondrait à un rechargement plus efficace de l'arbalète. Pour ce qui est du système de munitions, j'avais pensé à le déplacer SOUS l'arme sous la forme d'un cercle rotatif directement relié à la tige dentée de la hampe. A chaque tir, il tourne et place un autre carreau. »

Les doigts métalliques de Caïrn parcoururent son masque comme si il s'interrogeait.

« Cela réclamera du temps et des pièces d'une grande qualité. Ce n'est qu'un prototype, mais je pense que cela peut donner des résultats intéressants. Une meilleur force de pénétration et une économie de temps de recharge. Qu'en pensez vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Nimmio de Velteroc
Humain
avatar

Nombre de messages : 403
Âge : 127
Date d'inscription : 25/01/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  25 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Exception à la règle - Beltrod    Mar 3 Fév 2015 - 9:54

Le vieil homme caressa longtemps sa barbe en écoutant l'étrange et brillant individu qui lui faisait face. Ce dernier esquissait un modèle d'arbalète complètement nouveau en comparaison avec le modèle qui lui avait été initialement présenté. Des arcs en plus, des ressorts moteurs, des engrenages, des roues dentées, des manivelles où encore une gâchette. Tout cela était éminemment intéressant et rendait l'arme proposée fort redoutable. Apte a percer les armures les plus épaisses à la même distance que pour une arbalète lourde standard tout en disposant d'une cadence de tire analogue a celle des arcs courts les plus flexibles. Cependant, l'arme qui lui était présentée avait un défaut majeur... Sa complexité.

Et bien, je dois dire que je suis impressionné par ce que vous me présentez là et ce n'est que peu dire qu'il s'agit, sur le papier, d'une armée révolutionnaire. Avec un tel équipement, nos hommes surpasseraient largement leurs vis-à-vis partout dans le monde connu. Cependant, je me dois de vous faire remarquer que votre modèle me parait d'une trop grande complexité pour le commun de nos soldats et de nos artisans.

Il marqua une pause et passa derrière le bureau de l'horloger afin de s'approcher du plan et de le scruter de plus près. Il étendit alors la main et montra les différents mécanismes du doigt.

Vous voyez, les personnes capables de produire une telle armée se comptent sur les doigts d'une seule main, même ici où nous sommes réputés parmi les meilleurs constructeurs d'arbalète du monde connu. Cela ne nous offrirait qu'un rythme de production très faible et donc incapable d'équiper en masse une armée nombreuse. De plus, les soldats équipés d'une telle arme devront faire face à des difficultés d'entretien au delà de leurs capacités actuelles, même pour les meilleurs d'entre eux. Ainsi, cette arme ne dépassera pas, en théorie, quelque dizaines d'exemplaires utilisables en simultané, peut-être une centaine, si nous travaillons activement, et sera réservée à une élite restreinte.

Nouvelle pause. Il fit une nouvelle fois le tour de la planche a dessin, sans cesser de se caresser la barbe tout en chuchotant dans cette dernière.

Mais tentons néanmoins de voir ce que cela peut donner. Si les testes sont concluants, cela pourrait nous amener a accepter ce modèle. Cependant, s'il vous était possible d'en élaborer une variante légèrement moins complexe pour l'usage de soldats moins chevronnés et plus facile a produire pour des artisans moins talentueux que vous, nous serrions également preneurs. Qu'en penses-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Caïrn l'horloger
Humain
avatar

Nombre de messages : 30
Âge : 21
Date d'inscription : 13/06/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  41 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Exception à la règle - Beltrod    Ven 6 Fév 2015 - 0:18

Caïrn pencha la tête sur le coté. Ce qui produisit un grincement d'horloge rouillée. Effectivement, l'homme touchait à pas mal de petits soucis et avaient sût déceler les soucis que représentait le projet. Intéressant. Peu habitué à fréquenter des experts, Caïrn en avait oublié que l'on puisse lui faire ce genre de remarques. Il fallait dire que les particuliers qu'il rencontrait n'était pas vraiment très calés dans le domaine.

« De fait. Cela implique quelques notions à assimiler ainsi qu'un peu de savoir théorique. Néanmoins, vous avez soulevé un problème. Mais je dois cependant vous avertir qu'il y en a d'autres. Vous avez mentionné l'entretien. C'est sur ce point précis que j'aimerais revenir. »

Outre la formation, un autre soucis de poids se présentait, effectivement. Et il était tout droit lié à Caïrn lui même et par la même occasion, à la création de l'arbalète en elle même. Effectivement, toute cette science, c'était bien beau. Mais Caïrn était aidé par sa capacité à sculpter le métal comme il l'entendait. Les pièces qui composaient les créations de l'horloger étaient toutes particulières et prenaient toutes un long temps d'attention afin d'être composée.

« Quand bien même un homme saisit le mécanisme, comprends comme l'actionner et l'entretenir, le cœur du fonctionnement de l'arbalète est le ressort moteur. Il s'agit d'un morceau de métal capable de se tordre, se tendre et de s'enrouler. Il accumule une énergie en étant tiré qu'il relâche en se ré-enroulant, dans sa forme initiale. Ces pièces sont sensibles à l'usure, et tôt ou tard, elles finissent par se briser. Le principal problème est qu'en l'état actuel, les ressorts moteurs sont plus ou moins quelque chose de très difficile à reproduire. Les engrenages et les axes peuvent être répliqués par le biais d'un forgeron suffisamment habile. Mais les ressorts moteurs... »

Comme il ne parvenait pas à expliquer de manière bien évidente l'aspect crucial de cette pièce, Caïrn supposa qu'il valait mieux qu'il leur en montre directement afin qu'ils se rendent compte de la précision des formes et des proportions de la chose. L'horloger passa ses mains sur son armure comme si il cherchait quelque chose qu'il aurait oublié dans sa poche, tâtant les recoins. Faute d'avoir mieux, il se décida pour aller passer son doigt au niveau de la mécanique de son coude droit.  Il y eut un petit cliquetis quand il retira le ressort moteur de sa place et la prothèse qui lui faisait office de membre droit se mit à pendre, inerte. Forcément, il avait retiré ce qui faisait fonctionner l'articulation du coude. La pièce ressemblait à une sorte de petite bande de métal extrêmement fine et enroulée sur elle même. Des petites graduations semblaient « gravées » sur la surface de la bande.

« En voici un. Rien ne peut fonctionner sans cela. C'est très bête, mais c'est plus ou moins ce qui stocke tout l'énergie nécessaire au fonctionnement d'un engin de ma mécanique. Je compte sur vous pour ne pas trop parler de ce sujet au public... Bref, sans ceci, impossible de faire fonctionner quoique ce soit. La pièce est très fine, petite, ce qui peut la laisser difficile à façonner car elle respecte des proportions spécifiques. Peut-être que les talentueux forgerons peuvent le reproduire, je n'en sais rien... Dans l'état actuel, je suis le seul à en fabriquer. » expliqua t-il.

Tout le problème se présentait alors : Certes, ils avaient une base d'arme. Mais l'une des pièces de cette arme était particulièrement compliquée à obtenir. Caïrn souffla dans son casque, l'air sortant par les motifs gravés de son masque. Le son fut presque musical.

« Peut-être pourrais-je apprendre à quelqu'un à en fabriquer... Mais... Pour tout vous dire, je n'aime pas tant l'idée que quelqu'un soit en mesure de reproduire une partie de mon travail, aussi infirme soit-elle. Ce genre d'ustensile est dangereux si les mauvaises personnes finissent par mettre la main dessus, comprenez ? Imaginez que le prototype d'arbalète que je vous donne sois répliqué par quelqu'un ayant eut vent du plan et surtout des pièces nécessaires pour la produire ! Vous comme moi ne désirons pas que cela arrive. »

Le dilemme était alors facile à comprendre. Si les hommes de la guilde désiraient reproduire l'arme du plan de l'horloger, ils allaient avoir besoin de quelqu'un pour fabriquer les pièces. Hors, Caïrn était le seul à connaître ces pièces en l'état actuel. Si il tentait d'apprendre à certains à les reproduire, ils couraient le risque de fuites et d'une banalisation de l'invention. Si il gardait pour lui seul le savoir-faire, la production serait très lente.

« Moi même, je ne suis pas très enchanté à l'idée de devoir  former quelqu'un. De mon point de vue, je pense qu'il serait plus prudent de conserver une production lente et un statut de rare pour cette arbalète... Pour ce qui est de la simplification, elle est possible mais je crains que cela ne puisse se faire sans quelques sacrifices comme la portée ou la pénétration. »

Caïrn haussa les épaules et baissa la tête, quelque peu sujet à un doute.

« Je... Je ne sais pas. Pensez vous qu'il est sage que je prenne un apprenti sous mon aile afin de lui enseigner la fabrication des pièces d'arbalètes  ? »

Sapristi. Il savait qu'il aurait mieux fait de continuer à travailler sur ses jouets plutôt que d'attiser la curiosité des gros bonnets de l'armement.
Dommage que les grenouilles à ressort ne remboursent pas les prêts d'investissement.
Revenir en haut Aller en bas
Nimmio de Velteroc
Humain
avatar

Nombre de messages : 403
Âge : 127
Date d'inscription : 25/01/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  25 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Exception à la règle - Beltrod    Ven 6 Fév 2015 - 14:51

Le vieil homme observait l'horloger avec de plus en plus d'intérêt. Ce dernier venait de sortir de son chapeau une nouvelle bizarrerie dont l'intérêt s'avérait capital. Malgré son expérience et l'immensité de ses connaissances, il eut besoin des explication de son interlocuteur pour comprendre les tenants et les aboutissants de cette simple petite pièce de métal entortillée. Le ressort moteur était la clef de voute de la nouvelle arme et était en soit une révolution technologique. Le faite qu'une aussi petite pièce puisse engendrée de tels bouleversements dans les capacités d'une arme l'impressionnait autant que lorsqu'ils avaient inventé la crémaillères sur leurs arbalètes lourdes.

Vois soulevez un problème important Maitre Horloger qui est celui de la non diffusion d'un tel savoir et d'une telle technique. Mais rassurez-vous, le secret est une armée bien plus redoutable que toute autre lorsqu'il s'agit d'enjeux géostratégiques comme les nôtres. Aussi, nous assurerons nous de garder jalousement une telle découverte entre les mains d'une minorité de personne dont la loyauté nous est certaine et qui, dès lors, ne quitteront pas ces lieux sans une solide escorte.

Vous savez sans doute que la Baronnie de Merval possède le secret de ce que l'on appelle feu de Pharet (feu grégeois) depuis plusieurs décennies sans que la recette ne fut diffusée auprès d'autres terres de notre grande péninsule. Enfin, si nous n'étions pas capable de garder ce genre de secret pour nous, nous ne serions plus une grande guilde d'arbalétriers depuis fort longtemps.

J'ai donc l'honneur de vous proposer mes service en tant qu'apprentis afin que vous m'appreniez la fabrication de ce ressort moteur. Il est évident que cela fera l'objet d'un avenant a notre contrat et augmentera substantiellement la somme que nous vous verserons. En échange, nous nous engageons sur l'honneur de notre guilde, à ne jamais transmettre ce savoir en dehors de ces murs. Cela vous convient-il ?


Revenir en haut Aller en bas
Nimmio de Velteroc
Humain
avatar

Nombre de messages : 403
Âge : 127
Date d'inscription : 25/01/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  25 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Exception à la règle - Beltrod    Ven 10 Juil 2015 - 13:11

Après plusieurs ennéades de travail, les choses avaient fortement avancées. Le maitre artisan, ses compagnons et ses apprentis avaient finalement réussi à intégrer les cerveaux-moteurs dans la conception de leur nouveau prototype d’arbalète. Il avait fallu s’y reprendre à plusieurs reprises afin d’obtenir une arme viable et qui ne se retrouve pas à devoir faire un choix entre une forte cadence de tire, une bonne capacité de pénétration et une grande précision.

Le cerveau moteur prenait désormais place dans un ingénieux système de rouages dentelés développés spécialement pour l’occasion et qui venait décupler la force du tireur. Ce dernier disposait désormais d’un petit levier de la forme d’un pied de biche, comme sur certaines arbalètes lourdes, sauf que ce dernier était relié aux rouages par-dessous. Un cerveau moteur décuplait sa capacité afin qu’il ne nécessite qu’une seule main pour retirer la corde et, une fois arrivé au but de la tension, un second cerveau moteur venait le rabattre contre le chargeur afin qu’il ne gène point le tireur. Le carreau quant-à lui ne partait plus de manière automatique, mais attendait qu’une gâchette soit enclenchée avant que la propulsion ait lieu.

Les testes étaient prometteurs et l’arme disposait à présent d’une puissance et d’une précisions équivalentes à celles d’une arbalète moyenne tout en ayant la cadence de tir d’un arc court, à savoir un tir toute les deux secondes jusqu’à épuisement du chargeur comportant jusqu’à dix carreaux pour les plus volumineux. Le rechargement s’effectuait par une ouverture sur le haut du chargeur qui permettait d’y introduire les carreaux rapidement et de laisser la gravitée opérer.

D’autres prototypes étaient désormais à l’étude afin de proposer ce type de mécanismes jusque sur des armements plus lourds, telles des balistes. De plus, un certain nombre de compagnons qui avaient accompagnés les arbalétriers lors de l’expédition des Wandres étaient revenus avec des connaissances importantes glanées auprès des ingénieurs nains envoyés par le Lante dans le cadre d’un précédent contrat partenarial. Ces nouvelles connaissances promettaient d’être utiles pour l’élaboration d’armes de poliorcétique d’une toute nouvelle envergure.

La Guilde avait d’ailleurs recruté de nouveaux apprentis et les maitres artisans s’afféraient ici et là afin d’apprendre eux-mêmes à produire certaines pièces de ces engins de mort d’un genre nouveau. Le modèle initial, qui faisait déjà figure d’ancêtre obsolète trônait dans l’entrée tel un trophée d’un autre temps. Caïrn avait permit uns révolution technologique sans précédent dans le domaine et cette exposition était donc en quelque sorte un hommage. D’ailleurs, les « cerveaux-moteurs » avaient depuis était rebaptisés en « cerveaux de Caïrn ».

L’ « arbalète Beltrodoise » commençait à être produite afin d’équiper les troupes d’élite de Veltroc et Certains arbalétriers Beltrodois s’entrainaient déjà à son maniement et son entretien tendis que plusieurs dizaines d’exemplaires étaient en cours de production, de même qu’un certain nombre de pièces de rechanges. Car la complexité avait un coût, celui de nécessiter un entretien bien plus poussé que les modèles basiques et le remplacement de certaines pièces stratégiques semblait être nécessaires après une cinquantaine d’utilisations du fait de leur usure.

Un nouveau travail s’ouvrit donc afin de perfectionner les alliages et prolonger la durabilité des pièces. Un groupe d’étude s’était déjà formé sur le sujet et travailler d’arrache pied afin d’effectuer des testes qui permettraient de trouver de meilleurs matériaux.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Exception à la règle - Beltrod    

Revenir en haut Aller en bas
 
Exception à la règle - Beltrod
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'exception à la règle [Laetonia Hosidia Livia]
» Énième recensement des armes d'exception.
» Règle sur la bataille navale.
» [Comté] Économie - Le prestige (Règle officielle)
» Règle vol forge world

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Duché du Médian :: Duché du Médian-
Sauter vers: