Partagez | 
 

 Sous le regard de l'éternel joueur [PV May]

Aller en bas 
AuteurMessage
Timérion Adantar
Elfe
avatar

Nombre de messages : 378
Âge : 25
Date d'inscription : 25/12/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1718 ans. (290 du 9ième cycle)
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Sous le regard de l'éternel joueur [PV May]   Lun 22 Déc 2014 - 21:11



Il s'avança dans les eaux salines. Calmement, il sentait le courant et la force des vague aller et venir. Le sac et le ressac semblait l'attirer plus avant. L'étoffes de sa tenue blanche pour l'occasion flottait dans l'ondée qui caressait ses jambe. Il interrompit son avancée lorsque la crêtes écumeuses vinrent à monter à la moitié de ses cuisses. Il se pencha vers le miroir à l'odeur si vivifiante. Il saisit de ses main l'argent froid et liquide de la mer de printemps et laissa retomber la nuée de goutte sur son visage. N'ayant cure du sel ou de l'humidité, lui ne savourait que le bruit de la mer, le bruit d'un des nombreux royaume de celle qui gardait en l'attendant l'âme son épouse.

Il murmura une prière à la Voilée, celle qui tenait en ses mains son destin sur le fil. A ce demander si elle ne s'amusait pas à le mépriser parfois, cet être qui pensait ne pouvoir franchir la porte de son royaume de peur d'abandonner les siens. Et pourtant, il sent plus qu'elle le maintient en vie plutôt qu'elle ne l'attire à elle. Le soleil dorée qui joue sur l'argent des vagues l'invite à repartir, à continuer le voyage et à vivre, encore un peu.

Il respira une dernière fois l'air empli d'embrun et choisi de remplir une petite fiole de cette eau si heureuse. Il ramènerait ainsi le souvenir serein de l'océan du sud chez lui prêt du miroir du nord, le lac Tindanen. La neige devait avoir fondu désormais, emplissant le lac d'habitude si lisse de remous et de flots glacés. Il posa son seul oeil une dernière fois sur la mer et s'en retourna vers le rivage. L'appel de l'eau ne pouvait le retenir plus longtemps.

Ne voulant pas partir qu'en emportant, il offrit alors à la falaise un cadeau à la gloire de Tari. Une pousse de rosier blanc vint se planter dans le sable et la magie joua en accord avec le vent et le bruit de l'Olienne pour faire croître la plante jusqu'à ce qu'elle dessine pour les yeux aguerri la silhouette d'une femme penchée vers le Nord. Il monta sur sa monture et reparti vers le Nord comme le rosier donnait sa première fleur. Le chemin était long jusqu'à la maison.

Son séjour dans la terre de Naelis touchait à sa fin de même que le premier jour du second mois de printemps. La brise se leva sur les plaines encore verdoyantes de l'Ithri'Vaan, bien avant que l'été ne vienne jaunir les graminées. Au milieu de cette océan vert, la délégation elfique amputer de son quart laissé en ambassade à Naelis fendait le temps dans leurs armures brillantes. A nouveau, la garde d'ébène semblait drainer la lumière qui irradiait de leur seigneur vêtu de blanc et d'argent.

Le murmure des hautes herbes avait fini par lui devenir familier, bien qu'il se languissait encore de la Symphonie. Il se demanda distraitement si ils croiseraient ou non des voyageurs et surtout si le retour serait aussi paisible que l'allée. Le calme et la paix était des mets rares qu'il avait au combien savouré lors de son séjour dans la cité des hommes et de leur reine. Il espéra de tout coeur que Glynaina saurait triompher des épreuves qui s'annonçait pour immortel devant mener le coeur fougueux des humains. Mais déjà, son visage se noyait dans mille ans de souvenir.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.reve-emotion.be/
May'Inil Baenrahel
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1059
Âge : 475
Date d'inscription : 30/04/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  469 ans
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Sous le regard de l'éternel joueur [PV May]   Ven 26 Déc 2014 - 1:03

May'Inil n'était pas revenue de Soltariel depuis longtemps et n'était visiblement pas prête de rentrer à Sol'Dorn. D'une part parce qu'elle avait envie de faire patienter ses rivaux qui se jetteraient sûrement sur elle pour lui demander des comptes, d'autre part parce qu'Il l'avait encore envoyé faire ses courses sans se soucier de ses envies ou de ses disponibilités.

« Un miroir ?
-Pas n'importe quel miroir. Mon miroir.
-Mais qu'est-ce que je ferai d'un miroir ? »

Il se contenta de hausser les épaules en lui lançant un de ses mystérieux sourires.

« Et je suis censé le trouver comment ?
-Oh, tu le reconnaîtras sans peine lorsque tu mettras la main dessus. »

Il n'en avait pas dis plus. Le Miroir d'Arcam, elle en avait évidemment entendus parler. Il révélerait l'avenir à qui le contemplerait. Elle ne savait quoi en penser. Son existence avait été rapportée de nombreuses fois, par des gens de grande confiance notamment, mais ses pouvoirs... elle en savait personnellement Arcam capable, mais elle savait tout aussi sûrement qu'il ne donnait rien aussi généreusement. Il avait forcément une idée derrière la tête, qu'il s'agisse d'un simple amusement ou de quelque chose de plus réfléchi.

Toujours était-il que, lancée sur la trace d'un miroir dont elle n'avait pas entendue parler depuis plusieurs mois, elle décida de se rendre à la demeure principale de son dernier possesseur connu, le précédent Gardien d'Arcam et son ancien amant, le barde Elystrel. Elle l'avait rencontré à Thaar mais il ne lui avait pas fallut longtemps pour apprendre qu'il avait surtout résidé au grand temple d'Arcam de Naelis. Elle envisageait depuis longtemps de visiter le lieu mais l'avait toujours remis à plus tard au vu des tensions qui existait entre le royaume de Naelis et les drows. Mais ces petits jeux d'enfants avaient assez duré et elle faisait désormais route vers le royaume indépendant. Si elle voulait se faire reconnaître Gardienne et récupérer la main mise sur tout le culte d'Arcam -et par là-même un levier politique non dénué d'intérêts- elle avait tout intérêt à faire bonne impression là-bas. Elle déposa la main sur le petit coffret de bois à son côté, un cadeau qu'elle avait fait préparer en vue d'une occasion semblable, et sourit en pensant à ce qui allait arriver.
Les lents ballottements de sa monture l'endormait. C'était un païm, un herbivore placide résultant de siècles d'élevage par les habitants de la région des hanglyosis sauvages : la bête était bien plus petite que son ancêtre, ne culminant que rarement à plus de quatre mètres de haut, était plus rapide et surtout plus docile. Sa tête massive se balançait à quelques dizaines de centimètres du sol et un cornac juché sur les épaules du mastodonte le guidait. On les équipait généralement d’œillères pour éviter qu'ils soient distraits. L'élevage d'hanglyosi avait à l'origine servit à fournir des bêtes de guerre, capables de supporter plusieurs archers ou un pièce d'artillerie légère sur des plates-formes savamment conçues. Voir utilisées comme bélier vivant en harnachant son crâne de fers. Les drows avaient mis fin à cette pratique après avoir démontrés l'efficacité de leur lézards carnivores face à de tels sacs de viande. Par la suite les animaux avaient été utilisé comme porteur de caravane, pouvant aisément supporter autant qu'une vingtaine de chevaux, ou comme monture pour les gens riches et fortunés. La praticité avait amené les éleveurs à sélectionner des bêtes plus petites et rapides, moins gourmandes, jugées plus rentables et capable de se déplacer au moins dans les grandes artères. Au bout de quatre siècles, le païm était définitivement une espèce à part entière.
Celui de la prêtresse était recouvert d'une selle de voyage sur laquelle on avait monté un palanquin. La litière était abrité du soleil par des draperies tendues, brodés des symboles de Sol'Dorn et de la maison Baenrahel afin que le connaisseur qui croiserait leur route sache à qui il avait à faire. Du reste, une solide garde armée accompagnait la dignitaire dornienne pour s'occuper de toute éventuelle menace ou gêne. Lorsqu'ils remarquèrent un petit groupe de cavaliers qui se dirigeaient vers eux, certes d'un pas tranquille, ils déléguèrent deux éclaireurs pour aller s'informer de la nature de ceux qu'ils croisaient, voulant éviter toute mauvaise surprise. Ceux-ci, en s'approchant de ce qui était une délégation elfe, remarquèrent progressivement les armures finement travaillés et la noblesse des inconnus, ainsi que leur évidente appartenance au genre elfique. Ce qui ne manqua pas de les rendre un peu nerveux, drows qu'ils étaient. Néanmoins ils gardèrent leurs armes au fourreau et avancèrent leurs bêtes au pas, essayant visiblement de garder leur méfiance pas trop visible. Ils étaient en Ithri'Vaan, une terre où les guerres fratricides s'oubliaient. Ils espéraient que ceux d'en face le savaient également. Ils arrivèrent à portée de voix et le plus jeune des deux, au teint un peu particulier qui signalait un natif de Sol'Dorn, s'adressa aux elfes :

« Maîtresse May'Inil de la maison Baenrahel, Haute-prêtresse d'Isten de la Cité libre de Sol'Dorn, Prêtresse d'Arcam de la cité de Thaar, membre du Conseil de la cité de Sol'Dorn, vous salue et demande à savoir qui vous êtes. »

C'était un fait, les routes en Ithri'Vaan n'étaient pas toujours sûr, en particulier dans le nord de la région où ils se trouvaient présentement. Il était donc de coutume pour tout voyageur prudent et organisé de se présenter et de prendre ainsi connaissance de l'identité de ceux qu'ils croisaient, en particulier lorsqu'il s'agissait après tout de cavaliers en armes.
Revenir en haut Aller en bas
Timérion Adantar
Elfe
avatar

Nombre de messages : 378
Âge : 25
Date d'inscription : 25/12/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1718 ans. (290 du 9ième cycle)
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Sous le regard de l'éternel joueur [PV May]   Ven 26 Déc 2014 - 18:05



Dire que les Elfes réagirent pacifiquement aurait été le comble de l'hypocrisie. Les flèches jaillirent des carquois pour se porter sur les arcs en un éclair. Les deux drow venant à leur rencontre n'ayant pas tiré lames de leur fourreau, les Elfes se résolurent à les mettre en joue et attendre qu'ils se présentassent. Le Seigneur Protecteur regarda distraitement la scène. Il avait beau haïr férocement les drows, il ne donnerait pas l'ordre d'un meurtre aussi gratuit. Et puis, que pouvait signifier deux drow sans une once d'agressivité au plein centre des plaines de Naelis?

Il écouta leurs voix monter dans le ciel azuré de cette après midi qui touchait à sa fin. Combien de fois n'avait-il pas vu pareil ciel? Le nombre de regard lancé vers la voûte du monde ne comptaient plus tant ils étaient devenu nombreux. Il mit un certain temps à émettre sa réponse, le temps perdait son emprise sur lui et son cours, il ne le regardait plus à la même échelle depuis déjà bien des années. Sa voix s'éleva donc à son tour dans la plaine, oubliant à grand effort l'elfique pour le commun. Un petit exploit alors que son coeur était déjà de retour chez lui plus qu'il ne battait parmi les herbes vertes.

"Timérion du Clan Adantar à la feuille dorée, Seigneur Protecteur de Malereg, Gardien du Trône d'Ebène et représentant du Trône Blanc en ces terres. En tant qu'ami des hommes, puis-je savoir ce qu'une Prêtresse d'Isten venue de Soldorn compte faire en se rendant dans le territoire libre de Naelis?"

Depuis les rumeurs répandue sur l'avènement d'un tourmenteur du clergé de Kiel Elghinn à Yutar, Timérion se trouvait plus que circonspect devant le voyage d'une autre figure religieuse sombre. Fut-elle Doebbène ou Eldéenne que sa confiance lui était pareillement refusée. Il avait vu brûler les avancées de l'Anaeh, il avait été contraint de reculer face au flamme lui-même et il savait ce que pouvait faire naître ces hérétiques qui crachaient au visage des cinq. Seul l'évocation d'Arcamenel le gardait encore de rompre ici toute entente de paix.

Cependant, la venue du Joueur dans cette affaire ne pouvait le réjouir et l'amenait à plus de prudence. Si le culte ne lui avait jamais vraiment posé de problème, il savait au combien les prêtres de ce dieu éternellement puéril pouvait être ses instruments. Des cinq, Arcamenel était bien celui qu'il révérait avec le plus de crainte et de circonspection. Il suffisait de ce souvenir des frasques dont il avait été l'instigateur dans sa cité et du temple grandiose qu'il avait poussé la dame Livian à lui dédier. Mais les dieux restaient des dieux et leurs voies en resteraient floues. Il espéra seulement que Tari dans sa grande miséricorde le préserve des illusions en ce lieu où la Symphonie de la Mère ne pouvait lui venir en secours.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.reve-emotion.be/
May'Inil Baenrahel
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1059
Âge : 475
Date d'inscription : 30/04/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  469 ans
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Sous le regard de l'éternel joueur [PV May]   Dim 28 Déc 2014 - 19:47

Les deux drows se regardèrent. Ils ne savaient pas vraiment ce que leur maîtresse acceptait qu'ils répondent. Ils n'avaient pas non plus envie de faire preuve de mauvais esprit face à une escorte armée dont les flèches étaient braquées sur leur poitrine. Après un instant de réflexion de concertation muette, le plus vieux articulait un bref : « Je vais la prévenir. » tandis que le plus jeune se retournait vers les elfes pour répondre à leur question :

« Une prêtresse d'Arcam n'a pas besoin de justifications pour se rendre dans la ville qui abrite le Grand Temple. Elle y effectue un pèlerinage, comme le veut la tradition. »

Il ne savait pas si une telle tradition existait, mais il trouvait que ça sonnait bien et c'était tout ce qui lui importait en ce moment. Derrière lui, l'autre cavalier était revenue à la troupe qui patientait et glissa quelques mots à un sang-mêlé richement vêtu qui chevauchait une bête magnifique. Celui hocha la tête et descendit de son cheval avant d'escalader le flanc du païm pour pénétrer le palanquin. Il en ressortit au bout de quelques minutes et ordonna à la troupe de se mettre en marche. Ils s'ébranlèrent doucement et s'arrêtèrent à une distante juste prudente de l'escorte elfe. Ils n'avaient pas dégainés, mais chacun gardait la main posée sur son arme.
La draperie avant du palanquin s'écarta et May'Inil sortit de son cocon de confort. Juchée sur une petite plate-forme, elle dominait la scène de deux bon mètres, cible rêvée pour tout archer. Elle était vêtue d'une riche tenue aux tons violets, qui sculptait sa silhouette et voletait dans la brise. Un voile devant ses yeux laissait invisible son regard fuyant. Draven l'avait informé de qui se tenait face à eux. Un seigneur protecteur, l'un des plus hauts représentants elfiques. Et il avait le toupet de lui demander ce qu'elle faisait là, alors qu'il était des deux le véritable étranger.

« Puis-je savoir au nom de quoi un dignitaire des cités elfiques se mêle de mes affaires ? Sol'Dorn est une cité libre et indépendante, qui n'a rien à voir avec vos affaires ou celles du Puy. Ce que je viens faire à Naelis n'engage que moi, les seigneurs du royaume et les dieux. Mais puisque vous semblez vous en soucier, sachez que je n'ai aucune intention de blesser qui que ce soit. »

Elle se montrait étonnamment conciliante mais une rencontre avec une garde d'élite elfique était toujours un moment de stress certain. Elle ne craignait pas réellement pour sa vie mais elle n'avait pas envie de perdre du temps et des hommes de valeur pour ça. Si les elfes n'avaient pas encore attaqué, on était en droit d'espérer qu'ils ne le feraient pas. Mais ils le feraient certainement si elle leur en donnait des raisons.
Revenir en haut Aller en bas
Timérion Adantar
Elfe
avatar

Nombre de messages : 378
Âge : 25
Date d'inscription : 25/12/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1718 ans. (290 du 9ième cycle)
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Sous le regard de l'éternel joueur [PV May]   Sam 3 Jan 2015 - 0:42



Le drow disait vrai, enfin, du moins, partiellement. Il ne comptait pas se mettre en travers du chemin d'une femme de foi. Cependant, il y avait un détail pour lequel il se réservait encore le droit de douter. Est-ce que cette femme venait en tant que prêtresse d'Arcam? Ou était-elle ici au nom d'Isten? Et qui pouvait lui certifier que ce n'était pas en tant qu'agent de Soldorn qu'elle se présentait en ces terres? Il n'aimait pas l'Ithri'Vaan pour cela, y démêler le vrai du faux requérait un effort et des informations dont il ne disposait hélas pas. Et il était hors de question de laisser cette indécision empiéter sur le royaume sous la responsabilité d'un membre de son peuple.

Il ne répondit pas à l'émissaire, attendant de voir revenir son comparse avec la fameuse prêtresse. Bien sûr, il pourrait tout aussi bien amener à eux une troupe plus nombreuse. Et, bien que peu probable, c'était la raison pour laquelle il n'avait pas ordonné à ses gardes de baisser leurs arcs. C'était sa prudence qui l'avait amené à vivre si longtemps et même si cela n'avait pas toujours servi son intérêt, sa Cité lui en avait mainte fois montré sa reconnaissance. Il ne comptait pas la décevoir alors que les préparatifs de sa succession n'étaient pas encore achevés. De trop nombreuse fois, Malereg avait vu son trône vide sans que rien ne soit préparé pour que la transition ait lieu.

Alors, il attendit de voir, plongé dans les souvenirs d'un temps lointain où il savait encore ce que c'était de rire ou de courir dans la forêt sans crainte. Les jours heureux semblaient n'avoir jamais existé dans ce monde où l'on craignait et doutait même du voyageur qui croisait son chemin. Le silence pesant, ils attendirent la monture assez imposante qui transportait la Doebbène. Il se souvint avoir entendu parler de pareils créatures utilisées comme monture de guerre, mais c'était il y a bien longtemps, avant que l'élevage ne les distingue de leur cousin. Il redressa la tête vers celle qui sortait de son riche palanquin, dévoilant dans la lumière du jour déclinant toute la laideur de sa cicatrice.

"Puis-je savoir au nom de quoi un dignitaire des cités elfiques se mêle de mes affaires ? Sol'Dorn est une cité libre et indépendante, qui n'a rien à voir avec vos affaires ou celles du Puy. Ce que je viens faire à Naelis n'engage que moi, les seigneurs du royaume et les dieux. Mais puisque vous semblez vous en soucier, sachez que je n'ai aucune intention de blesser qui que ce soit."

Un Elfe pouvait assez légitimement douter d'un Drow. Mais lorsque celui-ci se dressait en cible facile face à une garde de tireur d'élite, il y avait soit là une tentative de bluff assez osée, ou bien la simple vérité. En l'occurrence, Timérion préférait opter pour la sincérité. Il était vrai que les habitants de Sol'dorn devait peut-être craindre autant une victoire du Puy que les Cités d'Anaëh. Après tout, il ne doutait pas que la sécession du quatrième soit acceptée par l'autorité Eldéenne. Les immortels avaient la rancœur tenace, quelque soit leur origine. Il fit un signe discret pour signifier à ses hommes qu'ils pouvaient baisser leurs arcs, mais pas forcément ranger les flèches.

"C'est bien la raison qui me pousse à me mettre en travers de votre route. Vous conviendrez j'en suis sûr qu'il est normal en l'état qu'un Elfe s'interroge quant aux raisons de la venue de Drow sur une sol qu'il affectionne à défaut de pouvoir parler d'alliance. Y a-t-il un nom ou un visage qui se cache sous votre voile, dame? Et s'agit-il de ceux d'une servante d'Arcam ou d'une envoyée du culte d'Isten?"

Il aurait pu édulcorer le non de cette idole dépravée de plusieurs qualificatifs bien sentis, mais la courtoisie devait rester de mise tant qu'il n'y avait de raisons de s'en défaire. De plus, connaître le nom de son interlocutrice pourrait beaucoup l'aider à y voir un peu plus clair. Une vague impression lui traversait aussi l'esprit, une sensation déjà ressentie à plusieurs reprise. Il commençait à se demander si cette apparente position de cible facile ne traduisait pas plutôt l'expression d'un certain pouvoir... Un pouvoir qui n'aurait que faire des traits ou des lances. Mais l'inquiétude demeurait lointaine et sourde, n'étant pas plus que le faible écho d'un souvenir enfuit.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.reve-emotion.be/
May'Inil Baenrahel
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1059
Âge : 475
Date d'inscription : 30/04/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  469 ans
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Sous le regard de l'éternel joueur [PV May]   Dim 4 Jan 2015 - 23:32

Un sol qu'il affectionnait  ? Certes elle savait que quelques elfes avaient participé à ce qui s'appelait désormais la bataille de Ruven, mais elle n'y avait vu là qu'envie de mettre à mal les forces des drows, elle ne pensait pas que les elfes s'étaient vraiment souciés du sort des humains. A coup sûr, il y avait une donnée qu'elle ignorait pour que les habitants d'Anaëh se montrent si prévenants aux égards d'un aussi insignifiant royaume. Elle pouvait tâcher de se renseigner. Et puis, ce n'était pas tous les jours qu'elle avait l'occasion de discuter avec un seigneur d'Anaëh. Comme sa déesse avant elle, elle avait l'occasion d'exacerber l'ambition d'un des membres de ce peuple si austère. Un très léger sourire plissa le coin de ses lèvres à cette pensée.

« J'ignorais que les cités se souciaient de ce qui arrivait en dehors de l'Anaëh. Mais rassurez-vous, comme je vous l'ai dis je n'ai aucune intention hostile. Comment le pourrais-je alors que cette ville a vu Arcam en personne séjourner entre ses murs ? »

Bien qu'à son avis, Arcam aurait mieux fait d'aller à Thaar, il avait choisit Naelis. Sans doute parce qu'il y avait déjà un temple. A moins que le temple ne soit là pour quelques plus anciennes raisons. Il était resté muet à cet égard, et elle n'avait pas cherché à l'interroger. Qu'est-ce que ça pouvait bien faire de toutes façons ?
A ces questions, elle répondit en soulevant son voile, mais non sans en faire remarquer une certaine impolitesse :

« Lorsqu'une dame se promène avec un voile, c'est peut-être qu'elle ne désire pas s'en séparer. Quant à mon nom je suis surpris que mon éclaireur ne vous l'ai pas dit. Je suis May'Inil, de la maison Baenrahel. Non pas que vous ayez de grandes chances de connaître.
Mais j'ai moi aussi une question : êtes-vous familier avec les préceptes d'Arcam ? Je suppose qu'un protecteur dispose d'une certaine éducation. Ainsi vous saurez sans doute qui sont les muses, ces servantes du Dieu au Milles Visages, porteuses de son chant de par le monde. Leurs nombres varie suivant les légendes, de cinq à plusieurs dizaines, mais la plupart des sources s'accordent sur onze : dix muses et la Prime-Muse, que l'on appelle parfois sous le nom de Cybelle. Je suis certaine que vous en avez déjà entendue parler. »


Cybelle était dans la plupart des mythes définit comme celle qui inspirait les idées les plus folles. Les muses classiques propageait le chant de la création, elles étaient adorés par les artistes ou les inventeurs de tout poils. Cybelle, elle, n'avait à cœur que les plus grands des changements. Elle était la muse des visionnaires, des prophètes, des révolutionnaires... Elle guidait aux plus grandes œuvres des mortels, quelles qu'elles soient.

« Et si je vous disais que Cybelle et Isten n'étaient pas distinctes ? »
Revenir en haut Aller en bas
Timérion Adantar
Elfe
avatar

Nombre de messages : 378
Âge : 25
Date d'inscription : 25/12/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1718 ans. (290 du 9ième cycle)
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: Sous le regard de l'éternel joueur [PV May]   Jeu 8 Jan 2015 - 1:34



Un frisson parcouru sa colonne comme si celle-ci avait décidé que le moment de s'effondrer était venue. Des yeux vide, fixant le monde sans le voir et pourtant en regardant des immensités inaccessible à la vue des simples mortels. Il ne pouvait en être sûr, mais pourtant, il avait déjà rencontré personne semblable à deux reprises déjà et il ne pouvait s'empêcher de revivre ses souvenirs. Si c'était bien là la Gardienne d'Arcamenel, il avait bien mal débuter son entrevue. D'un autre coté, il n'étais non plus impossible que ce fut une simple prêtresse souffrant d'un handicap somme toute pas si exceptionnel que cela.

Il fit clairement signe à ses gardes de faire retrouver à leur flèche le confort du carquois. Si il s'agissait bien de la représentante terrestre du joueur, ce n'était ni les traits ni les lames qui feraient une différence. Et dans le cas où il ne s'agissait que d'une prêtresse aveugle, il avait suffisamment confiance en ses propres forces et en celles de son escorte. L'hiver s'éloignait, l'été était proche. Dans un peu moins de deux mois son pouvoir atteindrait son paroxysme. Le solstice d'été, le moment où la nature était la plus vigoureuse, celui où arbres et plantes bénéficiaient des conditions parfaites pour leur développement.

"Je vous prie d'excuser mon impolitesse, dame. Je regrette de vous avoir poussé à dévoiler votre visage. Beaucoup parle de la sagesse qui vient avec l'âge, personne ne vous parle de la méfiance qui suit comme leur ombre les années de ceux qui en ont vu trop. Je n'avais point connaissance de cette... parenté entre Arcamenel et Isten. Il me semble curieux de l'entendre. J'ai personnellement visité le grand temple de Malereg et même supervisé la fin des travaux monumentaux entrepris pas la Dame Protectrice me précédant et je ne suis pas étranger aux textes qu'il renferme. Hors il ne me semble pas avoir jamais lu quelconque mention de cela. Je suppose qu'il est des arcanes qui ne sont réservées qu'au serviteur du Joueur..."

Cette histoire ne lui plaisait guère. Voire la pureté des Cinq entachée par ce lien n'était nullement du goût du vieil elfe. Cependant, à bien y réfléchir, ce ne serait pas si étonnant que cela de la part de ce dieu qui affecte à la fois de dire blanc tout en promettant le noir. Après tout, il l'avait mainte fois vu tourner en ridicule les plus puissants jusqu'à se jouer de ses frères et soeurs, ne se souciant absolument pas des risques ou des pertes. Alors, que pouvait être une farce confondant des peuples entiers pour le Seigneur des Mascarades? Il n'empêche que ce serait bien un tour douteux que de replacer une Gardienne sur son chemin, il espérait en avoir bientôt le cœur net.
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.reve-emotion.be/
May'Inil Baenrahel
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1059
Âge : 475
Date d'inscription : 30/04/2012

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  469 ans
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Sous le regard de l'éternel joueur [PV May]   Lun 12 Jan 2015 - 17:31

Elle en était étonnée, il n'avait pas rejeté en bloc l'hypothèse. C'était habituellement une réaction commune pourtant. Et s'il était bien un peuple qu'elle s'attendait à ne voir rien accepter, c'était ses cousins elfiques et leur rigidité morale. Les soldats de May'Inil s'étaient un peu détendus et la plupart avaient ôté leur main de l'épée. Draven gardait ses yeux fixés sur les soldats elfes, ses deux mains sur sa selle mais il n'aurait pas été plus à cran s'il avait eu trois centimètres d'acier dégainés.
Le protecteur mentionna le grand temple d'Arcam édifié à Malereg. Elle en avait entendu parler par les bardes et troubadours. Une belle histoire de malédiction, comme on aimait en entendre. Nul doute que tout cela avait été un peu romancé. Mais elle se trouvait devant quelqu'un qui avait visiblement connu d'assez près le déroulement des événements. Elle pourrait toujours essayé d'en savoir plus à ce sujet. Elle s'intéressait particulièrement à tout ce qui avait concerné le précédent gardien. Elle ne l'avait pas connus assez et le regrettait, puisqu'elle aurait aimé avoir un moyen de comparer ce que pouvait dire Arcam à deux personnes différentes. Elystrel avait-il déjà rencontré Isten/Cybelle ? Les deux n'étaient-elles vraiment qu'une ? Arcam avait-il seulement le moindre lien avec sa déesse ? Quand Il s'en mêlait, quand Son esprit touchait le sien, elle n'en doutait pas. Mais était-ce la vérité, après tout il était tout le Joueur, le maître des mensonges et des faux semblants.

« Même parmi ses serviteur, qui connaît la Vérité ? Lui-même la connaît-il seulement ? Et quand bien même, quelle importance. Seule la Réalité nous importe. Et si elle ne vous plaît pas, il ne tient qu'à vous de la changer. D'ailleurs, il est toujours étonnant de constater à quel point un changement insignifiant chez nous transforme notre Réalité à jamais. » Sur ces mots elle rabaissa le voile qui masquait ses yeux aveugles : « Mais je ne suis pas vraiment ici pour vous ennuyer avec des considérations théologiques. Et vous êtes sans doute encore moins disposé à les recevoir. Sans doute devrions-nous nous séparer là mais, puisque vous l'avez été à mon égard, permettez moi d'être curieuses sur les raisons qui amènent un seigneur protecteur à s'aventurer si loin des frondaisons enchantés ? Plus particulièrement pour venir à Naelis, je ne connaissait aucune appétence particulière entre la cité et votre peuple. »

C'était peut-être un peu déplacé mais, enfin, elle pouvait toujours se le permettre. Au pire il ne lui répondrait pas, ça ne serait pas dramatique. Elle espérait simplement en apprendre un peu plus sur ce qui se passait là-bas, histoire de mieux préparer son arrivée. Elle avait certes envoyé une missive, vague, au temple d'Arcam pour annoncer qu'elle venait réclamer le Miroir au nom du dieu au milles visages. Elle se demandait bien quel genre d'accueil on allait lui fournir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sous le regard de l'éternel joueur [PV May]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sous le regard de l'éternel joueur [PV May]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Acier contre chair, un duel sous le regard de la lune! [Pv Steph et Almace, Présent] [Saskatchewan, Canada]
» Sous le regard des Astres [Pv-Chen] -épreuve2-
» Sous le pont Mirabeau coule la Seine...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» La diaspora veut retourner en Haïti sous condition

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ITHRI'VAAN :: Royaume de Naelis-
Sauter vers: