AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Les Âmes Déchues] Avide d'or, cupide de chaire. (PV Ascanio)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bol d’Jiv’elgg
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 363
Âge : 24
Date d'inscription : 13/08/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 316 ans
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: [Les Âmes Déchues] Avide d'or, cupide de chaire. (PV Ascanio)   Jeu 25 Déc 2014 - 1:59



Ithrown Ast'Valen regarda un instant la bille de cristal, il la fit rouler entre ses doigts puis sur le dos de sa main avant de s'en saisir à nouveau d'une prise mieux assurée. Il avait coutume de jouer souvent avec la pierre précieuse, une manie qu'il avait développer dans les antichambres des marchands de Thaar histoire de passer le temps comme il le pouvait. Il observa encore un peu ce globe cristallin et sa veine de rubis qui le fendait comme les éclaires zébrant le ciel. Il l'astiqua quelque peu avec une manche de sa tunique de soie jusqu'à ce qu'elle réfractât parfaitement la lumière du soleil chaleureux de la cité marchande. Une fois satisfait, il put remettre cet oeil de verre prestigieux à sa place, acte s'accompagnant du bruit de succion usuel à la pratique.

La barge se coulait paresseusement sur un des nombreux bras du delta de l'Olyia, passant au travers d'un dédale de papyrus et de roseau typique de la région. Le temps était paisible, rythmé par le léger clapotis des vaguelette contre la coque et le son amorti des rames rentrant paisiblement dans l'eau du fleuve. Il faisait bon vivre dans la cité des Princes-Marchand. Ou tout du moins, la vie y était agréable quand on en avait les moyens. Et un Prêtre de sa qualité reconnu par le Favori pour avoir le talent et l'aura pour représenter Celle qui Guide toute Vie ici-même ne pouvait qu'avoir ces moyens.

Il laissa mollement pendre sa main dans une corbeille et en sortit un morceau de viande crue encore dégoulinante de sang, pas plus grand qu'une phalange. Lentement, il le porta à sa bouche pour se délecter avec délicatesse de son goût un rien cuivré. Le foie de drow était un met rare mais extrêmement savoureux pour qui en connaissait les vertus. Se débarrasser d'un hérétique avait été l'occasion de goûter à nouveau ce morceau de choix.

Ithrown ne mangeait plus de viande animal, il fallait bien le noter. Il avait déjà le gout pour les êtres pensants bien avant de s'élever au sein de culte. Issus d'une des rares maisons descendantes des Prima Sanguis, il avait déjà pu s'adonner aux chasses dans le niveau des rebuts qu'organisait son père et, lorsqu'il fut en âge, aux orgies s'accompagnant de la consommation d'esclaves en bon nombre de sens. Mais une fois que le culte de Kiel lui avait ouvert les bras, il n'eut plus aucune raison de retenir ses appétits. Aujourd'hui, cette insatiable quête gastronomique l'avait porté bien au delà des espérances de sa famille. Renoncer à la carrière de commerce qu'ils avaient prévu pour lui n'avait pas vraiment changer la donne, après tout, n'était-il pas aujourd'hui au contact des plus puissants commerçants de Miradelphia?

La barge s'approcha d'une embarcation plus grande encore. Au travers des tentures de lin pourpre qui le protégeait du soleil et des regards indiscret, il pouvait apercevoir la luxueuse structure qui siégeait régalienne sur les eaux olyiennes. Son hôte avait le sens de l'hospitalité à ce qu'il paraissait. Toujours de cette démarche lente, presque doucereuse, sa barge vin accoster le long de l'autre navire. Il profita de ce temps de manœuvre pour gober rapidement un œil de Zurthan. Les yeux étaient parfait pour s'humecter la bouche avant les négoces.

Il lissa sa tunique de soie pourpre et blanche, rabattit une mèche sombre derrière son oreille assérée couleur de cendre et entrepris de monter l'échelle qui menait à bord. Souple, il n'eut aucun mal à se hisser sur le pont. Il jeta juste un regard plein de regret pour la viande qu'il lui restait à consommer dans la vannerie. Il savait depuis longtemps que cette gourmandise pour la chair et le sang causerait sa perte mais n'était-ce pas aussi cela qui faisait de lui un être unique au sein des frères de la douleur. Il détacha ses yeux de sa barge et se tourna dans un geste emphatique qui se termina par une révérence.

"Mon seigneur, quel plaisir de pouvoir monter ainsi à votre bord."
Revenir en haut Aller en bas
http://reve-emotion.be
Ascanio Vossula
Humain
avatar

Nombre de messages : 145
Âge : 27
Date d'inscription : 06/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  34 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Les Âmes Déchues] Avide d'or, cupide de chaire. (PV Ascanio)   Jeu 25 Déc 2014 - 20:17


Vêtu d'une tunique en soie dont les mille couleurs resplendissaient au soleil, ainsi que d'un chapeau à plumes qui pouvait passer pour exotique ou grotesque selon la personne à qui on demandait, Ascanio Vossula, Prince-Héritier d'Eofel et de Feldorn, Seigneur de la Soie, Doyen Honoraire de la Confrérie des Plaisirs de Thaar, Grand Vainqueur de la Mérelle d'Ys et Sublime Souverain des Débits de Boissons, souriait de toutes ses dents face à son curieux visiteur.

La présence de ses gardes du corps auprès de lui semblait rappeler que sa vie valait bien son prix, néanmoins ceux-ci se tenaient en retrait. Ascanio, de manière parfaitement imprudente, aimait négocier d'homme à homme. Il avait en effet coutume de dire qu'avoir toute une bande armée derrière soi, ça ruine toujours un peu la confiance. Bien décidé à mettre à l'aise l'interlocuteur, le prince exécuta une révérence.

- Soyez le bienvenu, Ithrown Ast'Valen. C'est toujours un immense plaisir pour moi d'accueillir les représentants du culte de Kiel à mon bord. Mais par les dieux, quelle chaleur, quelle chaleur ! Il se décoiffa de son chapeau à plumes et l'agita comme un éventail. Vous devez mourir de soif.

Il était vrai que la journée était chaude, même en plein air sur le pont d'un navire ancré dans l'Olyia. La lumière du jour était telle que le soleil cachait la fière cité qui s'étendait en arrière-plan, et l'on devait plisser les yeux pour voir devant soi. A la demande du prince, on ramena bientôt deux confortables fauteuils sur le pont, un paravent pour cacher un peu le soleil et deux esclaves munis de flabellums d'apparats qu'ils se mirent à agiter. Alors qu'on ramenait des rafraîchissements, Ascanio posa son majestueux derrière tout en invitant le représentant à en faire de même. Il y avait également autour d'eux des plantes dont émanaient des senteurs exotiques, qu'Ascanio affectionnait car elles couvraient l'odeur du poisson.

- Quel que soit l'objet de votre requête, il n'est rien que les Vossula ne puissent pas fournir au noble clergé de Kiel Elghinn. Des tapis ouvragés de Sol'Dorn ? De la pure soie thaarie - et vous savez combien sa qualité est réputée ! Des bijoux, des pierres précieuses, des diamants des mines d'Almis ? Des esclaves, des danseuses nues de toutes les origines possibles et imaginables ? A moins que votre noble clergé n'ait besoin d'un prêt ? Cela aussi, nous sommes en mesure de le fournir, et à des taux défiant toute concurrence !

Quel que soit l'interlocuteur et aussi perché qu'il soit, il avait toujours des besoins terrestres à satisfaire, même les plus terre-à-terre. Le prince avait bien entendu dire que le clergé de Kiel était particulièrement toqué, mais cela ne l'effrayait pas outre-mesure. Les gens simples ont parfois du retard dans leurs paiements et causent des soucis ; en revanche Ascanio n'avait jamais eu de tel problème lorsqu'il traitait avec des magiciens ou des nécromants. Ceux-ci n'étaient pas la compagnie la plus loquace qui soit, mais ils étaient toujours en règle et ne contractaient jamais s'ils manquaient de liquidités.
Non, Ascanio n'était guère regardant sur les pratiques de ses partenaires commerciaux.
Tant qu'ils ne m'obligent pas à partager leurs coutumes.
Revenir en haut Aller en bas
Bol d’Jiv’elgg
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 363
Âge : 24
Date d'inscription : 13/08/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 316 ans
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Re: [Les Âmes Déchues] Avide d'or, cupide de chaire. (PV Ascanio)   Ven 26 Déc 2014 - 12:43



Ithrown se saisit indolemment de la coupe qu'on lui présentait. Il en sirota une gorgée, un petit plaisir alcoolisé qui rappa sa gueule brûlée à l'acide. Le clergé de Kiel Elghinn avait ceci de particulier que chacun de ses membres rendait grâce à la déesse selon sa fantaisie. Lui affectionnait cannibalisme, anthropophagie et une gorgée d'acide sulfurique à l'aube. Il savourait ainsi la grandeur de ce principe qui consistait à fondre la limite entre plaisir et douleur sans manquer les subtilités de ces plaisirs. Un alcool grand cru ravissait sa langue et faisait hurler sa gorge, tel était sa profession de foi discrète, quotidienne, et suffisamment subtile pour éviter d'effrayer ses collaborateurs.

Quel que soit l'objet de votre requête, il n'est rien que les Vossula ne puissent pas fournir au noble clergé de Kiel Elghinn. Des tapis ouvragés de Sol'Dorn ? De la pure soie thaarie - et vous savez combien sa qualité est réputée ! Des bijoux, des pierres précieuses, des diamants des mines d'Almis ? Des esclaves, des danseuses nues de toutes les origines possibles et imaginables ? A moins que votre noble clergé n'ait besoin d'un prêt ? Cela aussi, nous sommes en mesure de le fournir, et à des taux défiant toute concurrence!

Il restait bien attentif aux paroles de son hôte, pour deux raisons principales. Tout d'abord, il n'avait aucune confiance en aucun commerçant d'Ithri'Vaan. Et deuxièmement, parce que cela l'amusait toujours énormément de voir les futilités qu'ils pouvaient lui proposer pour satisfaire des besoins illusoires. Le passage avec les joyaux, l'amusa assez. Si il ne montra rien de la moquerie, il ne put refréner quelque ancien muscle devenu obsolète de faire rouler son œil factice dans son orbite, déplaçant légèrement l'éclair rubis de l'horizontal à l'oblique.

Le souvenir de ce coffre rempli de joyaux extrait des chambres magmatiques, qui attendait patiemment derrière son siège entre deux de ses gardes, suffisait à tourner en un ridicule plus profond encore l'idée d'un prêt pour le clergé de Kiel Elghinn. Il ne se manqua pas de laisser éclater son sourire reptilien en un rire qui se voulait léger, comme si il eut s'agit d'une touche d'humour. De toute façon, les richesses terrestre ne lui procurait aucun attrait, la soie était pour ne pas révulser les nobles Thaari, mais quand on regardait le lit dans ses appartements, on s'apercevait qu'un matelas de clou remplaçait les duvets.

"Ne vous faites pas moins informer que vous ne l'êtes, cher ami. Je ne suis pas sans ignoré que chaque Prince-Marchand, ou en devenir, de Thaar guettent chaque client potentiel et évalue sa... solvabilité dirons nous. De même vous devriez savoir que je ne viens pas à vous sans connaître la qualité de vos services. Nous ne faisons affaire qu'avec les meilleurs."

Il était toujours bon de flatter un peu l'ego de ses commerçants de haut vol et de le faire sur le ton le plus mielleux qui soit. Ne disait-on pas d'ailleurs que les marchands estréventins si ils se nourrissaient d'or, s'abreuvaient de vanité? Et si ce n'était point là l'adage, c'aurait pu en devenir un. Il passa sa langue sur ses lèvres faiblement craquelées sous le baume qui servait à masquer les affres de la piété et croisa ses jambes comme pour se mettre plus à l'aise. Il était à l'écoute de son estomac, de cet oeil éclaté qui y était présentement décomposé, il cherchait l'appui de sa déesse et le silence lui donna toute les raisons de penser qu'il devait continuer.

"Je souhaiterais en savoir un peu plus sur vos esclaves et vos danseuses. D'où viennent-ils? Quelles petites spécialités avez vous en réserve? Combien en avez vous à disposition?"

Beaucoup de questions, mais ce qu'il recherchait les rendait hautement nécessaire. Il fallait le meilleur choix pour sa Déesse puisse à son tour choisir la perfection. Nul être sensé ne sacrifiait aux dieux ses brebis galeuse et ceux qui connaissait un temps soit peu les mystère de Kiel savait à quoi s'en tenir quant à cette acédie impie. A aucun moment il ne comptait aborder de lui-même la question du prix. Son hôte aurait le loisir d'en venir là et lui celui de le diminuer quelque peu. La Grande Oeuvre pour Kiel n'avait pas de prix mais si on pouvait obtenir une ristourne, pourquoi s'en priver?
Revenir en haut Aller en bas
http://reve-emotion.be
Ascanio Vossula
Humain
avatar

Nombre de messages : 145
Âge : 27
Date d'inscription : 06/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  34 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Les Âmes Déchues] Avide d'or, cupide de chaire. (PV Ascanio)   Ven 26 Déc 2014 - 16:27


Le prince prit une pêche dans le panier que portait un domestique se tenant près de lui, aussi immobile qu'une statue de pierre. Il mordit dedans à pleines dents ; le fruit juteux dégoulina le long de son menton. Il mâcha et se lécha les lèvres en écoutant parler son interlocuteur. Des esclaves, donc. Voilà tout ce qui intéressait le clergé de Kiel. Inutile de se demander pourquoi. Ces bouchers illuminés n'avaient en tête que le sang qu'ils pouvaient verser en l'honneur de leur cinglé de dieu. Ascanio ne faisait pas dans l'humanisme auprès des esclaves, mais il y voyait tout de même un véritable gâchis : pourquoi sacrifier des esclaves de luxe qui avaient demandé des années d'élevage et qui possédaient de multiples talents ? Enfin, l'essentiel est que nous rentrions dans nos frais. Ils peuvent zigouiller leur cheptel à tout va, tant que nous vendons le stock à prix d'or.

- Notre cheptel de Feldorn est l'un des plus réputés de la principauté, dit-il.

Le commerce d'esclaves était tellement banal en Orient que toutes les grandes familles se targuaient d'avoir le plus beau catalogue. En vérité, les Vossula étaient loin de dominer ce marché, mais la famille pratiquait ce commerce depuis longtemps ; elle refusait de laisser ses rivales se partager le gâteau sans elle.

- Nos esclaves sont en pleine santé, et instruits auprès des meilleurs précepteurs. Chacun d'eux excelle dans un domaine particulier. Regardez Ultuant, par exemple.

Un esclave richement vêtu d'un surcot brodé de fils d'or s'avança. Il avait le teint pâle des gens de la péninsule et le regard neutre, comme s'il lui était interdit d'exprimer la moindre émotion ni de trahir la moindre pensée, à moins que son maître ne le lui ordonne.

- Mon père l'avait initialement appelé Scario, mais je l'ai renommé Ultuant vu qu'il est né dans la péninsule, expliqua Ascanio avec un petit rire. Je trouvais ça rigolo. Bref, Ultuant est mon juriste. Mon père l'a acheté très jeune et lui a fait étudier le droit. Aujourd'hui je ne me déplace jamais sans mon cher Ultuant, il est la clé de la réussite de nos affaires. Il est mon roi des contrats, comme j'aime à le dire ! Et on ne signe pas un contrat sans un bon juriste à portée de main, pas vrai ?

Il donna une petite tape sur l'épaule d'Ultuant. Le geste n'était pas innocent ; il montrait d'une part que les Vossula étaient confiants dans la qualité de leurs esclaves à tel point qu'ils les associaient à la conduite des affaires. Et, d'autre part, que la rédaction des contrats était une chose qu'ils prenaient très au sérieux. La moindre imprécision était une brèche par-laquelle s'engouffraient une succession de problèmes juridiques. Et lorsque le droit ne suffisait plus à trancher un litige, c'étaient les poignards qui s'en chargeaient.
Les vendettas privées étaient monnaie courante dans la principauté. Mais s'attirer des ennuis avec un culte aussi sanguin que celui de Kiel était chose à éviter. Même Ascanio le savait.

- Nos danseuses quant à elles sont triées sur le volet. A mesure qu'elles grandissent, nous opérons un certain nombre de processus de sélection très stricts. Le but, vous l'aurez compris, est de ne garder que les femmes les plus belles et gracieuses qui soient. De véritables déesses. Et toutes vierges bien entendu, nous nous en assurons. Celles qui s'écartent du modèle que nous recherchons sont mises de côté et affectées à un autre usage. Lorsqu'elles atteignent l'âge adulte, les danseuses qui ont réussi chacune des étapes de sélection se vendent à prix d'or, et croyez-le, elles valent largement leur prix. Les princes jouent la surenchère pour les obtenir, elles sont fort demandées. Je crois qu'actuellement nous n'en avons qu'une dizaine à peine, mais la qualité prime sur la quantité, n'est-ce pas ?

Et ce serait du gâchis de les offrir au couteau d'un boucher. Mais bon, si le boucher emporte les enchères, pourquoi pas...

- Puis-je vous demander quel usage vous comptez en faire ? Ne voyez en cette question qu'un intérêt purement professionnel. Loin de moi l'idée de me mêler des affaires du culte, seulement, je serais mieux à même de vous conseiller si je sais ce que vous recherchez.

Revenir en haut Aller en bas
Bol d’Jiv’elgg
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 363
Âge : 24
Date d'inscription : 13/08/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 316 ans
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Re: [Les Âmes Déchues] Avide d'or, cupide de chaire. (PV Ascanio)   Mar 30 Déc 2014 - 14:48



Le maître lui fit le numéro de l'esclave bien intégré à la famille, de l'aspect familiale et sûr. C'était un coup banal, montrer que l'on dressait suffisamment bien son bétail que pour lui confier des tâches importantes. Pourtant, quand il regardait dans les yeux du type, Ithrown voyait un peu plus qu'un regard d'acier. Ce gars là n'était pas tenu par la peur et on voyait d'emblée qu'il n'aimait pas que son propriétaire commerce avec les drow. Il serait peut-être intéressant de négocier sa vie... Et avec un peu de chance, il ne terminerait pas sur le champ du sacrifice et qu'il échouerait dans ses cuisines.

Sa langue vermeil vint caresser ses lèvres sournoises. Il n'était pas bon de doubler un dieu, surtout pas une déité si redoutable que Kiel Elghinn, mais le dogme n'empêchait pas de prendre sa petite commission. Un peu de chair fraîche et saignante valait bien les sacrifices qu'il fournirait à Celle qui Possède la Destinée. Il ne pouvait s'empêcher à cet instant de penser à celui qui l'avait envoyer ici. Une poigne de fer, comme son masque et ses chaînes, de quoi inspirer autant la crainte que le respect. Le premier Haut-Prêtre à avoir été élu par la déesse elle-même depuis prêt d'un cycle. A ce moment là, il se dit que demander ne serait pas une bonne idée, il préférait attendre récompense si elle devait venir...

"Puis-je vous demander quel usage vous comptez en faire ? Ne voyez en cette question qu'un intérêt purement professionnel. Loin de moi l'idée de me mêler des affaires du culte, seulement, je serais mieux à même de vous conseiller si je sais ce que vous recherchez."

Une question assez inattendue pour un marchand d'esclave. Et en même temps, elle était on ne peut plus légitime. Il fallait bien avouer que le Culte n'avait pas une bonne réputation et que le temps passé à former ses esclaves ne devaient pas donner envie de les voir égorgés dans un rituel. Et peu importait que le but soit pieux et élevé. Il faudrait négocier finement sur ce coup là...

"Je sais ce que vous imaginez. Je ne peux que vous confirmer qu'il y a manière à réfléchir à deux fois avant de commercer avec nous. Certains de vos concurrents ont en tout cas refusé de même me rencontrer à cause de cette réputation. Pour être franc, la religion comme l'art de la guerre occasionne des frais autant que des besoins logistiques. Dans notre culture, les deux se trouve étroitement lier. Si l'argent n'est pas un problème, la main d'oeuvre par contre... Vous conviendrez qu'il est moins facile de capturer des Elfes que des Zurthans."

Il accompagna sa dernière phrase d'un petit sourire, comme si il retirait une certaine fierté de sa petite blague. Quant à savoir si son demi-mensonge passerait aussi bien que l'allusion, ce serait à Kiel de déterminer quelle serait sa destinée. Il décroisa les jambes et plaça méticuleusement chacun de ses doigts contre son homologue. Au pire, il avait toujours une autre carte à jouer...
Revenir en haut Aller en bas
http://reve-emotion.be
Ascanio Vossula
Humain
avatar

Nombre de messages : 145
Âge : 27
Date d'inscription : 06/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  34 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Les Âmes Déchues] Avide d'or, cupide de chaire. (PV Ascanio)   Dim 4 Jan 2015 - 0:12


Il fallait reconnaître à cette bande de dégénérés qu'ils ne se voilaient pas la face ; le drow ne niait aucunement que la "marchandise" allait finir en chair à saucisse. Mais il sut éveiller l'intérêt commercial du prince en évoquant ces fameux concurrents qui avaient refusé de se salir les mains en faisant de telles affaires. Ascanio esquissa un sourire. Nous, les Vossula, n'avons peur de rien. Nous faisons des affaires sans aucun état d'âme et ne rejetons personne. Si des marchands sont assez idiots pour se priver d'une clientèle, ce n'est pas notre cas. Et puisque le clergé de Kiel a tant de mal à se procurer sa main d'oeuvre, nous avons là une excellente occasion d'augmenter nos prix.

Il était doué, il le savait. Doué pour les affaires. On voyait en lui le fils prodigue, dépensier et débauché, mais il savait trouver l'argent. Il deviendrait un grand prince-marchand. Peut-être meilleur que son père.

Le jus de la pêche continuait de dégouliner dans la paume de sa main, jusque sous sa manche. Il croqua de nouveau dans le fruit puis, après avoir mâché, poursuivit :

- Les Vossula ne refusent pas un marché sans même avoir rencontré leur interlocuteur. Du reste, les considérations politiques et religieuses n'entrent pas en ligne de compte dans nos affaires.

C'était faux, bien sûr. La politique et la religion n'avaient jamais empêché la famille de conclure un contrat, mais elle entrait en considération pour en déterminer les détails. Le prix, la quantité, les modalités de livraison, le secret, les cas de rupture... rien n'était jamais laissé au hasard. Les Vossula feignaient de ne s'intéresser qu'à l'argent, mais comme toute grande famille, ils ne négligeaient pas la politique. Car l'argent et le pouvoir sont deux choses étroitement liées, et cette vérité était la même partout, pas seulement en Estrévent.
D'ailleurs l'argent provoque la même addiction que le pouvoir : plus on en a, plus on en veut.

- Quoiqu'il en soit, nos esclaves sont propres et en excellente santé. Nos divines danseuses sont rares et fort onéreuses, mais pour vos autres besoins nous ne manquons pas de, hum, de main d'oeuvre. Ils seront tous à la hauteur de vos attentes, la réputation de ma famille en répond. Si votre besoin n'est que ponctuel, nous devrions aisément nous entendre. Dans le cas contraire, sachez que nous pouvons aussi envisager un contrat successif, et vous fournir régulièrement des esclaves sur une longue période.

Le ton du prince était léger, comme s'il parlait de livrer régulièrement des cargaisons de tomates, et non de vendre de façon régulière des esclaves destinés à des sacrifices et autres rituels morbides.

- Auriez-vous en tête un ordre de grandeur, afin que je me fasse une idée... quantitative de vos besoins ?

Ascanio avait beau parler et se montrer sûr de lui, le cheptel de Feldorn n'avait pas des effectifs illimités. Mais si une opportunité s'ouvrait à lui, il se devait de la saisir. La rentabilité de l'opération l'inciterait peut-être à développer cette activité et à faire en sorte que l'offre suive la demande.
Revenir en haut Aller en bas
Bol d’Jiv’elgg
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 363
Âge : 24
Date d'inscription : 13/08/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 316 ans
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Re: [Les Âmes Déchues] Avide d'or, cupide de chaire. (PV Ascanio)   Mar 6 Jan 2015 - 14:05



Un ordre de grandeur... C'était en effet une question qui méritait d'être posée. Combien seraient encore nécessaire? Le Favoris leur avait bien parlé d'un nombre précis de sacrifice, mais il ne s'agissait que de l'ensemble. Qui savait combien serait encore rafler sur les plaines d'Ithri'Vaan ou capturé en Oesgard? Nulle ne pouvait prévoir de tels événements ni leur dénouement. Mais Kiel avait sa volonté propre, et seul sa parole pouvait prévaloir.

Son regard s'était fait sérieux, abandonnant son éternel sourire moqueur. Il se redressa sur son siège et claqua des doigts à l'attention d'un des Novices dont il avait la charge et qui avait eu l'autorisation de l'accompagner. Le jeune drow en vêtements sombres s'approcha de son mécène avec un petit coffret en acajou. Il tremblait encore sensiblement de douleur suite à la séance du matin. Le long de sa main, un sillon de sang vint finir sa course en goutte à goutte sur le pont de l'embarcation. Ithrown saisit une goûte au vol et la porta à ses lèvres pour en goûter la saveur. Chacun avait ses vices auxquels il lui était impossible de résister.

L'autre ouvrit le coffret, dévoilant un jeu de phalange de Drow gravée de symboles et de nombres ainsi qu'un petit couteau d'ivoire. L'envoyé de la Créature se saisit de ce dernier et s'entailla la paume gauche avec la lame blanche. Il la remit en place et se saisit avec sa main sanguinolentes des osselets poli. Il inspira profondément, se laissant envahir par le gout délicat du sang de son disciple, par l'odeur de son propre fluide et par la douleur qui le lançait dans le membre. Les os volèrent vers le sol dans un temps qui lui sembla complètement distordu pour atterrir sur le bois dans un bruit mâte, accompagnés de quelque gouttes de sang.

Il rouvrit les yeux et contempla le résultat, il déchiffra les glyphes, analysa les chiffres et se fia à la position des ombres et des traces vermeille. Finalement, il fit un signe de la tête et le Novice commença à ramasser les petits morceaux de doigts. Il s'empressa de s'éclipser pour aller nettoyer le matériel et sans doute pour soigner sa plaie réouverte. Ithrown laissa mollement pendre sa main sur l’accoudoir de son siège, prenant le temps de méditer le résultat du lancer. Il va m'en demander trop... Et le sourire malicieux se dessina à nouveau sur son visage alors que ses yeux plongeaient dans le regard de son hôte.

"Excusez moi pour cette petite démonstration, mais certaines questions nécessitent de référer à des instances plus élevées. Mon clergé aura besoin de deux cents têtes et trois danseuses. J'espère que votre cheptel est suffisamment fourni pour palier à ce besoin."

Il était vraiment curieux de savoir combien il lui en coûterait. Et si le prix était bien trop élevé, il savait déjà ce qu'il pourrait négocier en compensation. Un petit avantage pour celui qui négociait. Il détourna son regard de l'hôte pour contempler d'un oeil carnassier cet esclave juriste. Sa langue vint pourlécher à nouveau ses lèvres. Dans le regard de pierre, il vit une petite faille. L'animal avait peur, pour la première fois depuis l'entrevue, il laissait paraître même si légèrement un réel sentiment. Et celui-là ne manquait pas de faire un grand plaisir au Mangeur de Chair. Combien de monde visiterait-il en se délectant de son corps saignant?
Revenir en haut Aller en bas
http://reve-emotion.be
Ascanio Vossula
Humain
avatar

Nombre de messages : 145
Âge : 27
Date d'inscription : 06/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  34 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Les Âmes Déchues] Avide d'or, cupide de chaire. (PV Ascanio)   Mar 6 Jan 2015 - 19:46

Mais ils sont complètement tarés, se disait le prince alors que les deux drows pratiquaient devant lui leurs espèces de pratiques sadomasochistes. Il recula lorsque les osselets ensanglantés tombèrent au sol, jetant un regard horrifié à ceux-ci comme s'il imaginait qu'une main monstrueuse allait s'emparer de lui.

Il reprit sa respiration. Il ne pratiquait pas la magie, mais des magiciens, il en avait vu un certain nombre. En revanche, des religieux vénérant un dieu aussi morbide, il n'en croisait pas tous les jours. Il se tut, pendant que le représentant du clergé semblait analyser quelque chose. Si c'est une tactique de négociation commerciale, alors chapeau, ça marche du tonnerre. La prochaine fois que je pars négocier une transaction, j'égorge un porc devant tout le monde et je fais mine de lire le prix dans ses entrailles. Comme on dit, ça passe toujours mieux quand ça vient des dieux. Le novice qui accompagnait Ithrown se retira, et le représentant posa son regard sur le prince. Ce dernier frissonna. Je veux bien commercer avec ces malades, mais qu'ils ne m'obligent pas à me couper un orteil à chaque fois que je veux rajouter une clause.

Deux cent têtes et trois danseuses. Le nombre résonna dans son esprit comme des coups de marteau en pleine gueule de bois. Un tel gaspillage. Un tel gâchis. Mais beaucoup d'or en perspective... tout de même, aussi lucratif soit ce marché, Ascanio avait un peu mal au cul à l'idée que trois de leurs magnifiques danseuses finissent à la marmite, quand on voyait les années d'efforts qu'il avait fallu fournir pour faire d'elles ce qu'elles étaient aujourd'hui.
Mais l'acheteur est libre de jeter sa marchandise, tant qu'il l'a achetée dans les formes.
Il ne devait pas se laisser troubler par de telles conditions. Surtout pas maintenant, alors qu'il devait négocier le prix. Le moment le plus important.

- Nous ne demandons qu'à fournir à Kiel les instruments nécessaires à l'accomplissement de sa volonté... mais nous devons aussi honorer nos autres contrats. Pour l'heure, nous sommes en mesure de vous fournir cent vingt de nos esclaves et deux danseuses. Avec possibilité, bien sûr, de vous livrer de nouvelles têtes au cours des mois à venir. La règle étant simple, plus nous ferons affaire, plus le prix vous sera avantageux. S'agissant de la première commande, je pense raisonnable de fixer, hum, disons...

L'expérience avait prouvé que le premier chiffre que l'on avançait connaissait toujours une sérieuse diminution avant d'atteindre le montant sur-lequel les deux parties pouvait s'entendre. Aussi Ascanio préférait-il démarrer les négociations au plus haut niveau possible. Avec un montant astronomique.
Le prix qu'il énonça était donc, à l'évidence, inacceptable. Mais il était curieux d'entendre la contre-proposition. Quel genre d'arrangement pouvait bien proposer un drow assoiffé par son propre sang ? Je parie que si je lui propose de me bouffer un pied, il éjacule.
Revenir en haut Aller en bas
Bol d’Jiv’elgg
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 363
Âge : 24
Date d'inscription : 13/08/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 316 ans
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Re: [Les Âmes Déchues] Avide d'or, cupide de chaire. (PV Ascanio)   Dim 11 Jan 2015 - 20:42


Ithrown fit un rapide calcul. Bol d'Jiv'elgg était sans doute un saint, mais il n'avait pas vraiment le coté pratique du commerce dans ses talents. Un coffre de pierres précieuses était une somme plus que suffisante mais quant à pouvoir évaluer les ressources que cela représentait... Des pierres de toutes tailles, de toutes formes, de toutes couleurs... et surtout avec chacune sa valeur propre. Brutes, taillées, simplement polies. Précieuses, semi-précieuses. L'estimation de la valeur totale était une chose, savoir comment il irait payer en était une autre. Cependant, il fut heureux de constater que la somme représentait à peine la moitier de son coffre.

Il fit mine d'avoir une moue réprobatrice. Il fallait bien avouer qu'il ne lui fallait pas vraiment se forcer. Un tel prix et à peine la moitié de ce qu'il demandait. C'était une chose assez déplaisante. Il se dit que ce prix ne méritait même pas le supplément de cet esclave juriste ne valait une telle somme. A la limite, cela aurait été un prix raisonnable avec trente esclave de plus et les trois danseuses convenues. Il prit une gorgée de son breuvage pour se donner une contenance et se laisser le temps de choisir ses mots.

"Vous savez, il y a une raison au fait que je sois ici devant vous. La présence d'un représentant de mon culte est bien entendu indépendante de la volonté des mortels mais si on m'a choisi, c'est pour une raison bien pratique. Voyez vous, vous n'êtes pas le seul à venir d'une famille de marchand. Mon père était tout comme vous marchand d'esclaves, il était spécialisé dans les esclaves rares, les drows et les nains principalement.

Vous pouvez tout de suite voir en quoi cette marchandise était précieuse. Que ce soit pas la situation géographique de l'une en ce temps d'avant la Malenuit ou pour le simple fait que l'autre soit puisée à même mon peuple. Avant que j'entre dans les ordres et que je voue ma vie à Kiel Elghinn, avant qu'elle ne me choisisse en vérité, il était sans aucun doute que je reprendrais son affaire familiale. Aussi, je suis loin d'être un novice dans ce genre de négoce. Vous avez votre esclave juriste, et Kiel m'a moi. Vous lui faites confiance et il ne vous a jamais déçu, ma déesse me fait confiance et je ne la décevrai pas.

Je suis près à vous concéder le nombre assez conséquent que je vous demande. La part des prochains arrangement quant à la suite de cette cargaison sera très certainement à négocier également. Mais je pense que l'on peut la laisser de coté pour l'instant...

Cela étant dit, je sais que vous avez les danseuses qu'il me faut. Et je peux vous assurer que Kiel ne désire pas les voir mourir, elle a d'autre dessein pour elles qui ne mette pas en cause leur vie. Enfin, tant qu'elles feront convenablement leur travail comme il en va de chaque esclave. Aussi nous arrivons à ma première demande, d'avoir trois danseuses comme demandé. Nous en venons également au nœud des négociations. Soit vous abaissez votre pris du tiers, ou bien vous me donner cinquante esclaves supplémentaire dans ce lot. Que préférez vous?"

Bien entendu, l'alternative proposée était par trop invalidante pour l'autre partie. Mais c'était ça aussi la négoce à Thaar. Exagérer dans un sens tandis que l'autre surenchéri à l'opposer. Le score final reviendrait à celui qui aurait tenu le plus longtemps. Désormais, il ne souriait plus, c'était bien le signe que les choses sérieuses avaient débuté. Son œil de cristal pivota une fois encore dans son orbite pour porter la zébrure rubis à la verticale cette fois. Et pour allécher son hôte, il sorti d'une bourse une émeraude de la taille du poing polie en un œuf parfait qu'il s'amusa à faire passer d'une main à l'autre et à tourner et retourner contre ses paumes.
Revenir en haut Aller en bas
http://reve-emotion.be
Ascanio Vossula
Humain
avatar

Nombre de messages : 145
Âge : 27
Date d'inscription : 06/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  34 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Les Âmes Déchues] Avide d'or, cupide de chaire. (PV Ascanio)   Lun 12 Jan 2015 - 2:07


Ce maudit noirelfe commence à me les briser menues. Ascanio se leva et, après quelques pas sur le pont, posa ses deux mains sur le bastingage ; le dos tourné à interlocuteur, il contemplait l'étendue d'eau turquoise de l'olienne. Et réfléchissait à ce qu'il venait d'entendre.

- Vous autres religieux êtes difficiles en affaires, dit-il sans se retourner. Peut-être plus encore que nous autres marchands.

Quelque chose lui effleura la cheville. Baissant les yeux, le prince découvrit un chat. Ces bestioles infestaient les rues de la ville, et s'introduisaient jusque dans les bateaux. Un mince sourire étira ses lèvres au souvenir de ce que Corvius lui avait narré un jour. On disait que les chats, créatures chéries par les dames de haut rang depuis l'époque nisétienne avaient un jour rendu folle la population de Thaar ; la faute à un aubergiste qui, ayant forcé sur la bouteille, avait cuisiné un ragoût de chat. Le met avait été si succulent que le petit peuple, affamé, avait traqué les animaux jusque dans les demeures des nobles, n'hésitant pas à enfoncer les portes. Beaucoup de désordre pour de si petites bêtes, songea-t-il. Il ignorait si l'histoire était vraie ou si elle faisait seulement partie du folklore thaari, mais il était vrai que le chat occupait une place particulière dans la cité, son image étant notamment associée au crime. Les complots se fomentent toujours autour d'un plat de chat, disait Corvius.

Il se retourna, et la vue du drow qui attendait dissipa ses rêveries. Lui, je préfère ne pas me demander quel genre de plat on lui sert lorsqu'il fomente un complot. En tout cas ce n'est pas du chat, c'est certain.

- Ces créatures semblent m'adorer, expliqua-t-il en désignant le chat qui se frottait contre sa jambe. Curieux animal que le chat. Certains d'entre nous passent leur temps à leur courir après sans obtenir d'eux le moindre signe d'affection. Pour ma part je me fiche éperdument de ces animaux, et ils ne cessent de venir se coller entre mes pattes. Son regard se fit songeur. Quand on y pense, un chat est semblable à une mauvaise maîtresse, il est attiré par qui le mérite le moins.

Il dut néanmoins se rendre à l'évidence, il ne remplacerait pas la troisième danseuse demandée par un chat, et il était fort probable qu'Ithrown n'ait cure de son histoire.

- Parce que vous m'êtes sympathique, je vais me résoudre à vous consentir les trois danseuses demandées. Et vingt-cinq esclaves en plus, soit cent quarante cinq têtes au lieu de cent vingt, toujours pour le même prix.

Si l'on s'en tenait là, Ascanio semblait accepter en grande partie la contre-proposition. Mais un Vossula ne se couche jamais sans abattre une dernière carte. Une carte-clé

- Mais vous devez savoir que je m'engage beaucoup pour parvenir à ce compromis. Le prix de trois danseuses est bien plus élevé... certes nous consentons parfois des ristournes lorsque nous pouvons espérer un retour sur investissement, ne serait-ce que la promotion de notre commerce. Mais en l'occurrence, pour certaines raisons, nos liens doivent rester assez... discrets.

Ben voyons. Il ne manquerait plus qu'on apprenne que les Vossula remplissaient les marmites de ces cannibales et finançaient des sacrifices humains. Ascanio n'y voyait pas une grande honte, mais tous leurs clients n'avaient pas un sens de l'éthique aussi extensible que le sien.

- Donc, en échange des avantages que nous vous consentons, je demanderais au clergé de Kiel Elghinn qu'il s'engage à se fournir exclusivement auprès de la maison Vossula et à ne pas engager la moindre négociation auprès de nos concurrents.

De toute façon, peu d'entre nous sont suffisamment fous pour pouvoir négocier avec de tels partenaires.
Revenir en haut Aller en bas
Bol d’Jiv’elgg
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 363
Âge : 24
Date d'inscription : 13/08/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 316 ans
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Re: [Les Âmes Déchues] Avide d'or, cupide de chaire. (PV Ascanio)   Ven 23 Jan 2015 - 12:57



Un instant Ithrown se demanda si il ne se cachait pas une menace ou un double sens sous cette histoire de chat. Finalement, il en vint à considérer que Thaar avait une culture bien étrange. Enfin, de ce qu'il pouvait juger, les chats avaient toujours eu tendance à hérisser leurs poils et à l'éviter promptement une fois qu'il s'en approchait trop. En fait, en y réfléchissant bien, passé un certain rang dans la hiérarchie du Clergé de Kiel, plus aucun animal ne restait vraiment près d'eux, du moins de son plein gré. Seules des années de conditionnement les forçaient à servir. Aussi se contenta-t-il d'hausser négligemment un sourcil dubitatif.

Il réfléchit rapidement à l'accord. Les Vossula étaient chers, mais cela n'avait pas beaucoup d'importance. Il avait suffisamment diminué le prix ainsi et doutait d'en obtenir un meilleur de quiconque dans la cité portuaire. Il se contenta d'afficher à nouveau le sourire qui s'était évanoui le temps de sa réflexion. Cette expression faisait souvent penser à un serpent, qui sortait de temps à autre de son antre pour ramper et onduler sur son visage, menace se voulant rassurante, perversion feignant le masque de l'ingénuité.

"Qu'il en soit ainsi. Vous serez donc notre fournisseur exclusif d'esclaves. Il y a une chose que je dois vous demander concernant les danseuses, il me faudra les choisir moi-même. Mais je pense que Kiel Elghinn pourrait bien vous accorder une faveur de sa manière en échange de ce privilège..."

Il s'installa plus confortablement dans sa chaise, balançant légèrement sa tête en arrière. Il huma l'air à moitié marin à moitié marécageux du delta. Décidément, il faisait bien chaud dans cette région du monde. Il espérait bien que ses propres réserves de chairs laissées dans le bateau n'en pâtiraient pas trop. Le négociant avait horreur des morceaux avariés et de la viande sèche. Mais soit, ces considérations n'avaient aucune place dans l'affaire qui l'occupait.

"Tout le monde à ses ennemis. Kiel vous en offre trois. Désigner trois adversaire et j'utiliserai ces danseuses pour les mettre hors d'état de vous nuire. Vous ne connaîtrez ni l'heure ni le moyen, mais soyez sûr qu'il en sera ainsi, Kiel Elghinn s'appropriera ces trois noms. Que pensez vous de cette faveur? Est-elle à la hauteur de vos attentes?"

Une ombre était passée sur son visage, il en était conscient. Peut-être de l'exaltation quand il évoquait le grand projet du Favori ou bien de la folie, parce qu'il était le premier à réaliser que survivre au Culte en conservant ce que tous nommaient un esprit sain était impossible. Ou alors, il s'agissait de l'ombre d'un occulte présage. Parce que le frisson qui l'avait parcouru était tout aussi inexplicable que cette signature éphémère. Il fit fi de ces idées métaphysiques sans importance, préférant s'étirer pour essayer de dissiper l'ennui de ses membres gourds. Son regard carnassier se posa à nouveau sur l'esclave juriste. Il en était venu à le désirer ardemment, mais quand pourrait-il en demander l'offrande?
Revenir en haut Aller en bas
http://reve-emotion.be
Ascanio Vossula
Humain
avatar

Nombre de messages : 145
Âge : 27
Date d'inscription : 06/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  34 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Les Âmes Déchues] Avide d'or, cupide de chaire. (PV Ascanio)   Sam 24 Jan 2015 - 22:31


Ascanio sentit un frisson parcourir son échine.

La proposition d'Ithrown Ast'Valen l'avait prit de court. Aucun individu sensé ne l'accepterait, bien évidemment ; qui voudrait tremper dans les manigances de cette secte d'illuminés assoiffés de sang ? Vendre des esclaves était une chose qu'il pouvait assumer, ce n'étaient que les affaires. Mais il ne pouvait associer le clergé de Kiel Elghinn à ses vendettas privées ; l'idée le remplissait d'une crainte superstitieuse, comme si, en prononçant ces trois fameux noms, il liait son destin à Kiel et souillait à jamais son âme.

Et pourtant... la tentation était au moins aussi forte que son inquiétude. Comment ne pas envisager l'opportunité qui s'offrait à lui ? Trois noms. Il me suffit juste de donner trois noms, et condamner trois gêneurs. Des ennemis, je n'en manque pas. Le plus difficile sera l'embarras du choix. Le pouvoir qu'on lui proposait l'intriguait, le terrifiait et l'attirait tout à la fois. Rien ne confère autant ce sentiment de puissance que d'avoir droit de vie et de mort sur quelqu'un.

Après un moment de silence, il tapa dans ses mains. Immédiatement, toute sa suite d'esclaves et de domestiques se retira. Même Ultuant, le fidèle juriste qui ne le quittait jamais lorsqu'il menait ses transactions. Même ce soudard de Nevio, le plus proche de ses gardes du corps. Nul ne devait entendre ce qui s'ensuivrait. Nul autre qu'Ithrown Ast'Valen.
On aurait pu croire qu'Ascanio hésiterait avant de parler. Qu'il s'y reprendrait à plusieurs reprises. Qu'il se raviserait, avant de changer d'avis à nouveau. Pourtant, lorsqu'ils se retrouvèrent seuls, il parla d'une voix quelque peu tremblante mais décidée.

- Je mesure l'importance de la faveur que me fait Kiel. Considérez que nous avons un accord, Ithrown Ast'Valen.

Il se renfonça dans son fauteuil. Il n'était pas à l'aise, sentait ses entrailles se nouer. Il sortit de sa tunique un petit tube, qu'il agita au-dessus de la paume de sa main gauche. Une petite poudre blanche en sortit, que le prince aspira dans ses nasaux en quelques reniflements.
Alors il franchit le point de non-retour.

- Les trois noms sont Styrio Vossula... Lyrius Vossula...

Ses deux demi-frères, ces cadets hargneux à la bêtise juvénile, qui le méprisaient et qui lorgnaient sur son héritage. Puissent-ils en baver avant de rejoindre les enfers.
Il s'essuya le nez d'un revers de manche.

- ... et Tiberio Vossula.

Ce dernier nom fut prononcé sans la moindre hésitation, comme si Ascanio accomplissait un vœu qu'il avait trop longtemps enfoui.  A ce moment, il ne mesurait pas encore la portée de son geste. Mais peut-être que tout cela n'avait aucun sens. Peut-être n'y a-t-il de sens à rien du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Bol d’Jiv’elgg
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 363
Âge : 24
Date d'inscription : 13/08/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 316 ans
Niveau Magique : Religieux.
MessageSujet: Re: [Les Âmes Déchues] Avide d'or, cupide de chaire. (PV Ascanio)   Lun 23 Fév 2015 - 15:34



Ithrown ne souriait plus. Les yeux mi-clos, il s'imprégnait des trois noms. Il n'était pas vraiment étonné d'avoir droit à une liste, le contenu de celle-ci lui sembla un rien plus étonnant. Ainsi, c'était eux les ennemis de ce Vossula... En tant que Drow, il ne pouvait que comprendre cette représentation de la famille, mais il n'en attendait pas tant de la part d'un humain. Thaar était décidément une cité pleine de surprises plus exquises les unes que les autres.

Le rideau de ses paupières se releva et un sourire entendu flotta à nouveau sur ses lèvres. Il se releva lentement et approcha de son hôte la main tendue. Il était désormais suffisamment proche que pour que l'autre puisse sentir l'odeur du sang qui flottait dans le souffle du Sombre. Il planta ses yeux dans ceux de l'humain. Il était temps de voir si ce Marchand irait jusqu'au bout de ses ambitions.

"Faire affaires avec vous est un plaisir, Aschanio Vossula. J'ose espérer que vous saurez vous donner les moyens de vos ambitions..."

Il était conscient de le remettre devant sa décision première. Il savait qu'il prendrait un instant avant de serrer cette main tendue et bandée, pour se demander si il n'y avait pas moyen de reculer, de faire machine arrière. Ou bien serait-il franc et sûr de lui? Il s' agirait donc d'un test sous le regard de Kiel Elghinn pour déterminer la fiabilité de ce nouveau partenaire. Il y avait un risque infime, mais la vie était joueuse comme la souffrance qui la rythmait. Il avait toujours aimé tenter le destin.

L'oeil de cristal pivota dans son orbite jusqu'à ramener la veine de rubis à la vertical. Cet oeil, semblable à celui d'un reptiles, brilla sous le soleil. Il se rappelait une proie. Qu'importait que sa main fut ou non serrée, la question suivante porterait sur sa récompense personnelle. Une question ingénue,  mais il se refusait à quitter la barge sans y avoir reçu une réponse. Et rien que cette pensée rendait son sourire indéfectible. La pensée du sang frais, de la chair juteuse et des cris de son propriétaire.

"Et votre juriste, combien en demanderiez vous? En la qualité d'un échange avec un particulier bien entendu."
Revenir en haut Aller en bas
http://reve-emotion.be
Ascanio Vossula
Humain
avatar

Nombre de messages : 145
Âge : 27
Date d'inscription : 06/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  34 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Les Âmes Déchues] Avide d'or, cupide de chaire. (PV Ascanio)   Mer 4 Mar 2015 - 1:34

- Mon Ultuant n'est pas à vendre, répliqua Ascanio.

Si l'esclave s'était trouvé auprès d'eux, il aurait probablement remercié son maître à genoux. Une situation sûrement cocasse, venant de lui qui d'ordinaire restait digne et effacé ; mais Ascanio ne s'en amusait pas. Il l'aimait bien, son Ultuant. Il lui était très utile. Il l'affectionnait comme un maître s'entiche d'un animal de compagnie. Et certains hommes ont plus d'affection pour leur chien que pour toute leur famille réunie. C'était le cas d'Ascanio Vossula.

Il contempla la main toujours tendue d'Ithrown Ast'Valen. Une simple poignée de main allait sceller le sort de toute une famille, et, il l'espérait, sécuriser pour de bon son héritage. Il n'eut aucun mouvement de recul, ne tenta même pas de faire machine arrière. Sa main se referma sur celle du Sombre, et il s'obligea à le fixer dans les yeux, malgré tout le malaise que cela pouvait susciter chez lui. Ascanio n'éprouvait pas d'aversion pour les elfes, fussent-ils sombres ou non ; mais celui-ci était différent. Il émanait de sa personne une aura maléfique qui aurait incité n'importe quel homme avisé à l'éviter comme la peste.
Or, Ascanio n'était pas un homme avisé.

- Ambition pourrait être mon deuxième prénom, cher Ithrown Ast'Valen. Nous autres les hommes sommes des êtres éphémères, et une vie est ma foi bien trop courte pour réaliser tous les projets qui nous tiennent à cœur. Ce serait du gâchis que d'attendre la disparition de mon père, n'est-ce pas ? Pourtant, j'ai de l'affection et du respect pour lui. Mais il ne voit pas assez loin. Il a accompli beaucoup, mais ses meilleures années sont derrière lui, et la fougue de la jeunesse lui manque...

Il haussa les épaules.

- Quelle que soit la manière dont vous... dont Kiel Elghinn s'appropriera sa vie, mon père saura que ça vient de moi. Il sait depuis toujours que je provoquerais son destin. Je suis persuadé qu'au fond, il ne m'en voudra pas. Il sait... il sait que je le fais pour la grandeur de notre famille.

On aurait pu croire qu'Ascanio cherchait à se justifier, mais il ne faisait qu'énoncer quelque chose qui mûrissait en lui depuis longtemps, et qu'il établissait désormais comme une vérité. L'amour filial doit s'effacer devant l'arrivisme et l'ambition, dès lors que ceux-ci contribuent à la grandeur du nom. Un jour, peut-être, le propre fils d'Ascanio suivrait ses pas en anticipant sa descente aux enfers.
Il espérait, cependant, que son sort serait scellé d'une autre manière qu'en étant offert en pâture à une secte de dégénérés.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Les Âmes Déchues] Avide d'or, cupide de chaire. (PV Ascanio)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Les Âmes Déchues] Avide d'or, cupide de chaire. (PV Ascanio)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Radio-Canada: Pourquoi les Haitiens sont-ils en colère?
» Cara O'Dea - Une fauconnière avide de justice
» Chaire d'anatomie
» Chaire de Biologie
» Tous des sauvages, des sauvages !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Principautés de Thaar :: Thaar (Cité)-
Sauter vers: