AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Deux lances et une dague. Pv k'Nakor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kazadröm Marteau-de-Fer
Nain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 252
Âge : 19
Date d'inscription : 02/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  104 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Deux lances et une dague. Pv k'Nakor   Ven 26 Déc 2014 - 22:35

Certaines choses de ce monde se voyaient oubliées pour un certain temps, d'autres pour tout le temps. Lorsque Kazadröm se vit demander par le grand archimage Nakor les vérifications des armes, il oublia totalement de lui rendre jusqu'au jour où le forgeron déménagea, c'était des armes nisétiennes, les deux lances furent forgés vers les années cinq-cent du sixième cycle et la dague vers les années quatre cent cinquante et un du dixième cycle, Kazadröm n'ayant plus le temps d'aller les rendre les donna à son frère afin qu'il les amène au vieux Schnock.

Mordhal était un maître runique très réputé chez les Marteaux-de-Fers, de une, car les mages se font très rares au sein du clan, les Marteaux-de-Fers sont un clan de forgerons et non pas de mage nain. Deuxièmement, Mordhal est l'un des meilleurs maîtres runiques du clan, car il maîtrise très bien ce qu'il connaît. Kazadröm avait envoyé son frère là-bas, car certainement il découvrirait de quoi se faire des amis et même le rejoindre dans ses tâches puisque Nakor est le chef du firmament. En plus de ça, le maître runique commençait à s'ennuyer et était en quête de chose à faire.

Le maître runique était déjà en route, le maître des runes admirait les majestueuses falaises de Naelis et sa ville elle-même, le Marteau-de-Fer arriva alors sur la route du firmament et regarda cette grande bâtisse. Le mage entra alors par la porte et marcha jusqu'à l'accueil, époustouflait par cette beauté il demeurait intrigué, Mordhal arriva donc à l'accueil où une personne vint l'accueillir. Mordhal était vêtu de sa tenue de cuir marron et de sa hache tant précieuse créée par son frère aîné Kazadröm, il avait aussi un sac où était entreposé plusieurs tablettes runiques. Il avait dans sa main les armes dans le même tissu que lorsque Nakor l'amena. Il regarda alors la personne droit dans les yeux puis lui dit.

« Bonjour, je viens voir Nakor l'archimage du firmament, cela vous dit quelques choses ? J'ai des armes pour lui, deux lances et une dague. »

Il attendit et posa son bras sur le comptoir attendant que la personne aille chercher se dénommait Nakor, il resta tout de même pensif puis demanda à une autre personne « savez-vous depuis quand le bâtiment a été créé ? Comme il est magnifique. »
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1468
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Deux lances et une dague. Pv k'Nakor   Ven 2 Jan 2015 - 10:52

Nakor était de retour d'un voyage éprouvant et surtout difficile, non pas spécialement pour lui, mais forcément quand on met son vilain nez dans les affaires de guerres intestines, de transition dans les trônes, de guerres entre cousins immortels, d'alliances entre races de Miradelphia ... pouvait-on seulement prétendre en ressortir en forme, heureux et aussi jovial que possible après tant de trivialité? Non! C'est tout de même aux abords de son château qu'il éprouva une petite bouffé de bien-être et de bonheur. Son château, que c'était étrange de le penser ainsi, lui qui jusqu'à présent n'avait que très peu de possessions : un chapeau, une robe, un bâton ancestral et une vieille maison au beau milieu de nul part dans des ruines d'une nation oubliée et morte depuis des siècles. Non, maintenant il avait un château, une guilde et des membres sur qui, il se devait, il devait y veiller, la faire prospérer, la maintenir en vie. Une tâche parmi tant d'autres, mais pas des plus simples une fois de plus. Il termina son retour à pied, laissant un peu de repos aux forces arcaniques à plusieurs kilomètres des portes de l'Aurore. C'est ainsi que, sans que personne ne puisse sentir la puissante magie du Magistère, le maitre des lieux fit son retour. Doucement mais surement, on aurait put voir le chapeau puis la barbe et enfin la robe du sorcier apparaitre en fond de paysage, mais personne ne regardait dans cette direction. Nakor remarqua notamment qu'un nain attendait à l'entrée, en discutant avec quelqu'un qui s'en alla. Pour aller chercher le dirigeant? Peut-être, peut-être pas, la silhouette du nain ne lui disait pas grand chose, mais il remarqua qu'il avait des armes en plus de quelques éléments magiques ambiants.

"Tiens donc, se pourrait-il ... un nain runiste?"

Nakor pressa un peu le pas et entendit de loin la dernière question du nouveau venu. C'est donc avant que le jeune sorcier qu'il avait interpelé ne puisse répondre qu'on entendit la voix tonitruante du vieillard s'exprimer, en prenant par surprise les deux interlocuteurs.

"Ce château, maitre nain, est à peu prés aussi vieux que moi. Il a été construit il y a un peu moins de six cents ans, par les aïeux du roi actuel de Naelis. Depuis que nous l'avons racheté à son possesseur, nous l'avons remis à flot. C'était un palace complètement abandonné, trop grand, trop difficile à protéger par une garnison humaine ... mais avec des magiciens en son fort, cette presque île est en réalité quasi inexpugnable dorénavant ... mais voilà que je divague. Je suis Nakor, le Magistère du Firmament, que me vaut l'honneur de votre visite en nos terres de l'Aurore?"

Et c'est à ce moment qu'il sembla reconnaitre un monceau de tissus et des pointes qui en dépassaient. Mais il attendit que le nain prenne la parole à son tour.
Revenir en haut Aller en bas
Kazadröm Marteau-de-Fer
Nain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 252
Âge : 19
Date d'inscription : 02/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  104 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Deux lances et une dague. Pv k'Nakor   Dim 11 Jan 2015 - 19:36

Le chemin que l'on prenait dès l'aurore menait à l'Aurore, où la guilde du firmament y avait logé, cette dernière y avait pris habitat. Les marches du temps faisaient évoluer les choses encore mieux que d'autres. Un destin restait un destin et on ne pouvait pas l'éviter, même avec tout l'or du monde. Beaucoup ne l'aimaient pas, mais ils s'y habituent, à contrecoeur c'est certain. D'autre aimaient leurs vies énormément et ne pouvait pas s'en séparer, pourtant, ce n'est pas eux qui choisissaient, qui était réellement privilégié.

Malgré la discussion, l'ouïe fine se révéla bien meilleur que le vieux schnock le croyait. Le « un nain runiste » lui parvint à l'oreille et celui-ci se retourna directement en regardant ce vieillard arrivé en sa direction. La marche fit face au grand archimage Nakor, un vieillard très réputé sur Miradelphia. Même Mordhal en ouït des rumeurs à son sujet, certains disent qu'il a aidé le peuple nain à plusieurs reprises, on raconte même qu'il a parcouru de l'Aurore à Lante en quelques secondes.

« Un humain mage ? Quelle surprise d'en croiser un en Ithrii'vann. Dit-il pour rigoler »

La parole du vieux pénétra son oreille avec une facilité déconcertante, la culture était très importante pour lui. Plus il pouvait en amasser mieux se serait, il avait lu sur certain livre une histoire sur une ville de Nisétis et avait même ouïe dire que c'était la quête principale de certains mages. En découvrant l'histoire du château, il se demanda si cette dernière n'avait pas un lien avec cette ville estrèventinne.

« Pour ma part c'est Mordhal Marteau-de-Fer du clan des Marteaux-de-fers du village Gromgrund. (Il tendit sa main inoccupée vers le mage du firmament.) J'ai entendu dire que certains mages cherchaient énormément sur une ville du nom de Nisétis, d'ailleurs mon frère m'a demandé de vous apporter ces armes qui viennent de cette ville, êtes-vous l'un des grands chercheurs ? Demanda le maître des runes.»
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1468
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Deux lances et une dague. Pv k'Nakor   Dim 18 Jan 2015 - 16:08

Nakor attrapa la main du nain et la serra fermement avant de la lâcher à la fin de la réponse du nouveau venu.

"Haaa, mes armes. Vous remercierez votre frère pour son travail Mordhal. Ainsi donc, elles viennent toutes de Nisetis, celles qui ont l'air très récente aussi? Il est bien sur de cela n'est-ce pas? Oui sans aucun doute oui ... hum, évidemment ... oui ... oui bien sur ..."

Nakor était parti dans ses rêveries ainsi donc ses plus folles suppositions était la bonne, cela signifiait beaucoup, bien plus que ne pouvait l'imaginer le nain ou toute autre personne autour du vieux fou. Revenant un peu sur terre, il répondit

"Ho moi un chercheur? Oui on peut dire cela oui! Voilà longtemps que je cherche!"

Et Nakor explosa de rire comme à sa grande et vieille habitude. Ensuite il invita le nain à le suivre pour discuter plus longuement avec lui.

"Vous avez sans doute fait un long voyage mon ami, je peux peut-être vous offrir de la bière pour vous rafraichir. Comme je vous le disais, oui, j'ai récemment pris part à une expédition aux cœurs des ruines de Nisetis. L'ancien empire dragon regorge de souvenirs d'un temps passé voir oublié. Et il n'est jamais bon d'oublier l'histoire, ni les secrets qu'elle renferme en elle. Encore plus quand les fantasmes émergent à son propos. Mais malheureusement on ne peut que très difficilement lutter contre, surtout quand on se fait surnommer l'Empire Dragon, et que l'on est entouré par le Puy d'Eldar et une guilde de magicien comme la mienne, accueillant en son sein des humains, des elfes et des drows. Quelle tristesse que nous ne puissions aussi compter dans nos rangs des runistes ... c'est le grand manque du Firmament!"

Et étrangement, quand Nakor prononça cette dernière phrase, il avait quelque chose de très significatif dans le regard. Comme s'il avait compris à quel genre de nain il avait véritablement à faire. On dit souvent qu'un mage en reconnait un autre quand il en voit un!
Revenir en haut Aller en bas
Kazadröm Marteau-de-Fer
Nain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 252
Âge : 19
Date d'inscription : 02/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  104 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Deux lances et une dague. Pv k'Nakor   Mar 28 Juil 2015 - 12:29

Le jeune mage runique écouta attentivement ce bon vieux mage qui en disait long rigolant avec lui pour ne pas le laisser, il le suivit paisiblement en regardant les alentours de cette guilde. Ce lieu était d'une beauté majestueuse et pour autant, aucun nain n'y était présent. Mordhal s'ennuyait beaucoup quand il voyageait, il avait certainement besoin d'une épaule sur laquelle parlait pour pouvoir enfin redevenir un véritable mage. Lorsque Nakor, l'archimage du firmament et avant tout son créateur lui proposa une bière, le jeune nain l'accepta bien volontiers. Ce runiste est du genre à aimer apprendre, et certainement que Kazadröm le remarqua très rapidement. Nakor était une personne avec énormément de savoir, et Mordhal n'hésiterait pas à le rejoindre.

« Je pense déjà bien vous aimé Nakor, j'adore ces gens qui parlent de leurs aventures, c'est vrai, quand vous me parlez de ces expéditions j'aimerai en savoir. À vrai dire, j'ai été appris par Kornof ForceRune, un maître âgé de bientôt deux cent cinquante ans. C'est vrai que je suis encore novice en la matière et je pense me proposer pour cette guilde qui me plaît déjà énormément, si bien sûr vous l'acceptez, il y a tout ce dont j'ai toujours rêvé, de l'aventure, de la bière et de la magie. »

Le jeune nain rigola un moment puis reprit de plus belle.

« à vrai dire, je suis originaire de la vallée de Nerania, mon clan avait un village du nom de Gromgrund où j'ai grandi, jusqu'au jour où le voile en a pris un peu trop, et à partir de ce moment là. J'ai décidé de venir vivre dans en Ithrii'Vann pour pouvoir voir le monde qui nous entourent, c'est vrai. Mon peuple n'aime pas trop cela, mais c'est un choix de vie, mon choix de vie. »

Le jeune nain, fixa alors cet archimage d'un œil enthousiaste puis prit la choppe que ce vieillard lui tendit, il l'a bu d'un trait puis lâcha un rot. Le runiste était déjà tombé sous le charme de ces locaux qui sont magnifiques.
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1468
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Deux lances et une dague. Pv k'Nakor   Dim 16 Aoû 2015 - 20:11

L'étrange couple formé par Mordhal et Nakor avança jusqu'à l'intérieur du château, ils prirent place dans une alcôve et on leur apporta deux chopes de bières. Nakor en tendit une pendant qu'ils discutaient tranquillement, le nain se mettant enfin à en dire plus sur ce qu'il était, ce qu'il venait faire ici et éventuellement ce qu'il aimerait y faire. Avoir enfin la dernière clé de ce monde dans la guilde! Il y avait des humains, des elfes, des drows, mais il n'y avait pas de nains. Avec Mordhal, Nakor aurait enfin dans ses mains la guilde dont il avait rêvé pendant plus de six cent ans : un lieu où toute forme de magie pouvait se réunir, coexister et progresser en coeur. Sans pouvoir se retenir, Nakor qui avait levé sa chope presque jusqu'à sa bouche, ouvrit de grands yeux intenses et fracassa presque le récipient sur la table tant il le posa avec violence sur la table. Cette dernière se mit à vibrer et la bière à l'intérieur se souleva dans les airs pour venir se répandre avec vigueur partout où le liquide pouvait se répandre. Dans le même temps, le Magistère se redressa d'un bloc et vociféra

"Si je l'accepte? Mais bien sur que je l'accepte! Pale-sang-bleu! Un nain runiste au Firmament, j'attends ça depuis que j'ai fondé cette guilde Mordhal."

Puis redescendant enfin un peu sur terre, Nakor observa la scène, lui debout, la robe trempé de bière, le nain le regardant, c'était un brin cocasse, mais en six cent vingt huit ans de vie, jamais le magicien n'était mort de honte, alors qu'il en avait eu de nombreuses fois l'occasion. Il reprit place, les armes que le nain avait ramené à son côté, passa sa main dessus, comme si c'était un bâton magique et reprit la parole plus calmement, presque comme perdu dans ses pensées.

"Nous allons devoir avoir une longue conversation Mordhal, vous dites avoir appris votre art récemment, de la part d'un maître qui devait être sans doute doué vu son âge avancé. Je ne sais que peu de choses sur les arts de votre peuple et je suis intéressé par tout ce qui touche à la magie. Il faudra m'en faire démonstration et explication quand cela sera possible. Vous aurez votre lot d'aventure avec nous, à n'en pas douter. Il y aura beaucoup d'échanges, de points de vues, de pratiques et des expéditions sans doute. Vos talents naturels dans la forge seront aussi une aide pour nous, en échange du logis, du repas et de la protection intercommunautaire que chacun fourni aux autres ici. Il faudra accepter de vivre avec les autres races de Miradelphia. Nous n'obligeons pas l'amitié, mais nous la promouvons."

Puis, tendant sa main, il termina là dessus

"Ainsi, si vous l'acceptez, vous êtes officiellement membre de notre guilde du Firmament, ici dés maintenant au château de l'Aurore, notre quartier général. Qu'en dites vous?"

Nakor était véritablement aux anges.
Revenir en haut Aller en bas
Kazadröm Marteau-de-Fer
Nain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 252
Âge : 19
Date d'inscription : 02/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  104 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Deux lances et une dague. Pv k'Nakor   Jeu 17 Sep 2015 - 20:45

Le nain devenait envieux de la satisfaction de cette longue-jambe qui apparemment était véritablement fou face à ce court-patte qui ne voulait autre que rejoindre sa guilde. Longuement, le nain réfléchit puis il se leva tel avec un ralentit tellement magnifique, la barbe retomba droite comme un I au niveau de son cœur. Puis ce mage s’arrêta, à gauche de sa chaise, son côté droit à la vue de l’archimage, ce petit-être, véritablement fou de gaieté, sortis deux accessoires, un burin fièrement taillé et une plaquette de pierre. Il se déplaça au milieu de cet endroit puis hurla un mot dans sa langue qui fit tourner les regards sur son effigie.
 
« Chers mages du firmament, certains sont experts en magie, d’autres ne sont que mouise. Moi ? Je ne veux qu’apprendre et j’ai trouvé ici, parmi vous mon domaine, certains me haïront, d’autres me détesteront. Mais, mon cœur n’a pas de balance, qu’ils soient elfes, drows, humains, nains, fichtre. Je ne veux que m’améliorer et je veux trouver ma place ici, Voyez-vous, certains me traiteront de fou après avoir fait ça, d’autres diront que je ne fais que me présenter. Après tout, je suis un nain, le seul qui est du firmament. » Cria le nain à cette foule pour qu’on l’entende.
 

Mordhal a pris place sur une table dépassant tout le monde d’une tête, les yeux encore tournés vers lui, on ne pouvait demander que ce qu’il pensait. Yaron, maître des forgerons et demi-dieu, entends l’appel de ton frère donne-moi la force.  Se répéta le nain sans cesse, puis, le nain observa les personnes, se tourna vers l’un puis l’autre, sans rester figé sur une personne. Il leva les yeux au ciel puis reposa ses yeux à terre en adoptant une posture droite, la barbe collée sur son plastron et sa natte retombante.

« Je me présente donc à vous, sous un nom. Mordhal Marteau-de-Fer, Maître runiste et seul nain du firmament, guilde d’or. J’ai vu périr mes frères dans les montagnes, mais je les ai vus aussi naître par les trous qu’ont les femmes. Ricana Mordhal en laissant un petit temps de répit. Voyez-vous, vous ne me connaissez pas et moi non plus, Que vais-je faire là ? Vous présentez mon art. »
 
Les gens ricanèrent légèrement à la sottise  puis, la foule reprit son attitude exemplaire, Yaron, maître des forgerons et demi-dieu, entends l’appel de ton frère donne-moi la force.  repensa furtivement le jeune nain. Puis, il leva fièrement son bras gauche en admirant cette foule attentive, ceci faisait miroiter de bonheur le jeune nain qui voyait que tout le monde le suivait du regard, puis quelques secondes de concentrations passées, il posa l’œil sur un mage elfe.
 

« Pourriez-vous me jeter un sort, je vous prie. » Demanda le nain à l’elfe.
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1468
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Deux lances et une dague. Pv k'Nakor   Jeu 8 Oct 2015 - 7:54

Nakor observa la petite scène, le nain semblait aussi heureux de rejoindre la guilde que le Magistère était heureux qu'avec cette dernière personne sa guilde pouvait vraiment se targuer aux yeux du monde, du but qu'elle s'était fixée, à savoir réunir l'ensemble des races de Miradelphia en un même endroit d'échange, d'entraide et de progrès sur la magie. C'est donc tout amusé qu'il écouta le nain dans toute la verve qui leur ressemble tant. Il se présenta et semblait concentrer une sorte de forme d'énergie. Le vieux fou avait déjà vu en oeuvre les arts runistes mais n'avaient jamais pris le temps de les étudier de prés surtout qu'ils faisaient appel à des forces divines plutôt qu'à la simple énergie du corps et de la nature. Les membres de la guilde se regroupèrent autour du petit phénomène et Mordhal finit par interpeller un des sorciers de la salle. Ce dernier était Alfirin, mage sylvain venu de la forêt sur les conseils et demandes de Celindel. Il était un grand expert de la magie de la terre et du vent après plus d'un millier d'année d'étude. Un constant mais très léger sourire sur les lèvres, Alfirin disait à qui voulait bien l'entendre qu'après un jeune millénaire, venir passer du temps au Firmament avait quelque chose de tellement bref et nouveau que c'était une expérience qu'il ne voulait pas rater. Un elfe singulier s'il en était, mais le vieux fou s'était toujours plus ou moins entouré d'êtres singuliers il fallait bien l'avouer. Le magicien elfe se tourna lentement vers Nakor, comme pour savoir quoi faire. Ce dernier inclina très lentement la tête pour lui confirmer qu'il avait l'autorisation d'obtempérer.

"Très bien Maître Marteau-de-Fer, je vais vous envoyer un sortilège de propulsion aérienne. Un grand coup de vent qui sans doute, viendra vous faire frémir la barbe."

De l'humour elfe. Alfirin, dans ses habits rouges et noir, leva les bras à l'horizontale. Cela fit se déployer sa cape verte à l'intérieure. Puis il fit de grands cercles concentriques avec ses mains, bras toujours tendus. Un vortex de vent se condensa devant le sorcier à longues oreilles pointues puis il libéra l'énergie magique de sa toile. Un tourbillon se forma et parti à toute vitesse en direction de Mordhal. Comme le nain allait mettre en oeuvre sa défense? Quelle forme de magie allait-il utiliser? Toutes et tous ici se concentrait sur le petit échange de bons procédés magiques. Nakor nota qu'Alfirin, s'il n'avait pas mis toutes ses forces en oeuvre, n'avait pas non plus lésiné sur les moyens.
Revenir en haut Aller en bas
Kazadröm Marteau-de-Fer
Nain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 252
Âge : 19
Date d'inscription : 02/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  104 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Deux lances et une dague. Pv k'Nakor   Ven 9 Oct 2015 - 20:43


Mordhal, ayant connaissance du sort utilisé se mit à chantonner une chanson naine que toute l’assemblée pouvait ouïr, même si entendre un nain parlait en Khazalide était très rare.  Alors le chantait était une chose impensable. Puis, aux premières paroles la foule se tue, comme abasourdit, seul le son de la voix et le son creux du pointaux s’entendait dans la bâtisse.

Dans la hutte de montagnes, le vent isolée frappe sur les volets.
Une naine de forte carrure observe le déluge.
Un mélange de rouge et de vert se mélange sur les plaines.
La tempête se levait sur les guerriers.



L’air chantonnant rendait la scène encore plus magnifique, l’écriture apposait sur la tablette était tellement belle elle aussi que Zil était écrit. La scène s’accentua, le vent commençait à souffler sur le visage du jeune nain, mais rien ne le perturbait. L’écriture était plus difficile, pourtant il continua, d’arrache-pied, la victoire, une guilde où il en apprendrait, il continua alors sur le deuxième paragraphe du texte.

Les corps se fendirent sous une colère divine.
Rien n’y changeait, les corps se fendaient.
Nain et gobelin tranchèrent sous la lune.
La force du vent s’accentua, tornade se prononçait.



L’art runique connaît bien des formes, celle-ci en est une, la liaison entre le chant et l’écriture. La rune prenait forme sous le vent qui se levait. Le nain était tenace et fort, c’était prévu, tout le monde savait ça. Mais, l’archimage ne pouvait perdre la raison et refusait une telle grâce divine. Fin venait d’être écrit à la suite de Zil, ce qui formait Zilfin. Le chant reprit de plus belle.

Les nains ne perdirent pas la raison et formèrent un cercle.
Gobelins et nains continuèrent le combat.
Le dieu du vent continua avec un peu de crachat.
La queue de la tornade s’était crée.



Mordhal avait pratiquement finit son œuvre, il écrivit alors la dernière partie du texte avec une concentration telle que son crâne perlait et faisait sortir ses veines. La force du vent était telle qu’il s’arracha quelques morceaux de sa peau. Le mot Thrung était écrit après Zilfin, formant une phrase qui voulait dire, Mur de bouclier balayé par le vent. Le jeune nain après avoir finit lécriture et le troisième paragraphe, entreprit le quatrième paragraphe.

Pluie et vent se combattait telles des nains et des gobelins.
Les nains levèrent les boucliers en cercle contre le vent.
Gobelins s’envolérent, nains restérent, la tornade passa en vain.
Mur de bouclier balayé par le vent.



Les louanges se turent, le jeune nain s’accroupit face aux vents, brandissant l’écriture runique barré face au vent. Sous la force du vent, un bouclier se dessina passant au dessus du nain, la beauté d’un tel spectacle devait certainement en laisser plus d’un sans voix. Lorsque le sort se cessa, Mordhal s’allongea sur la table d’un soulagement sans fin, la main ensanglanté par tant de pression sur son pointeau. Il soupira alors d’une gaieté sans pareil puis tourna la tête vers le maître de guilde avec des yeux grands ouverts. Il se releva alors péniblement, rangea son pointeau dans un étui et sa tablette runique dans sa sachoche. Il sauta sur le sol se récupérant sur le bout de pieds, puis s’avança joyeusement vers Nakor.
« Ai-je réussi l’essai à la magie ? » demanda-t-il au maître du firmament et archimage Nakor.
Revenir en haut Aller en bas
Nakor
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1468
Âge : 31
Date d'inscription : 28/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  628 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Deux lances et une dague. Pv k'Nakor   Mer 30 Déc 2015 - 22:08

Alfirin était un elfe de la forêt. Il avait donc l'habitude de pratiquer l'art magique à son sommet. Il ne connaissait en aucun cas les forces arcaniques des nains ni leurs méthodes et leurs effets. Les humains dans leur magie, convoquaient les forces de la nature et les modelaient en les mêlant à leurs propres forces. Les elfes eux tissaient des entrelacs d'énergies qui prenaient la forme de sortilèges. Les nains eux burinaient leur art en se liant le plus possible à une divinité correspondante. C'était du sens des mots, de la profondeur et du style de gravure que venait la puissance de l'effet. C'était là la seule chose que le Magistère savait sur les nains mais bien souvent même ce fait était ignoré de tous. Encore plus des elfes sans doute. Il fallait avouer quelque chose : la magie de tissage était, tout comme la magie de modelage, bien plus rapide que la magie runique pour prendre effet. Mais ça, comme un vieil écervelé en robe violette et jaune qu'il était, il avait omis de le préciser à Alfirin. La bourrasque partit donc en direction du nain avec violence alors que le pauvre commençait son chant incantatoire. Nakor bondit donc sur ses deux jambes et balaya l'air devant lui de ses propres mains dans des gestes presque ésotériques. La bourrasque fut déviée et vint soulever avec violence et pendant plusieurs dizaines de secondes, la robe du Magistère. Heureusement, Nakor avait mis son caleçon orange à flamme rouge et bord noir, sinon l'on se serait souvenu de ce jour comme de celui où tout de Nakor avait été vu! Ne voulant pas déranger la concentration du nain, le vieux barbu tentait de maintenir sa robe en position basse mais sans grande réussite. Le visage d'Alfirin, qui était à l'origine du sort, devint lentement rouge écarlate. Mais pas le temps d'attendre, Mordhal approchait de la finalisation de son oeuvre. Le maître du Firmament qui s'était enfin débarrassé du vent voyeur, balança une très forte bourrasque de vent en direction du nain. La barrière se devait d'être solide, chaque mage savait que l'archimage n'y était pas allé de main morte. Et ce fut bien le cas, le bouclier magique qui avait été formé était très fortement résistant. Le calme revint un peu et Mordhal reprenait son souffle pendant que Nakor invectiva Alfirin en langue elfe

"Espèce d'insupportable hâtif précipité! N'avez vous pas honte de vous attaquer ainsi au Magistère de la guilde?
- Mais je ...
- Je quoi?
- Je ...
- Je rien du tout! Assez"

Voilà la petite vengeance de Nakor, il savait que cela mettrait en grand émoi l'elfe et nota mentalement qu'il faudrait le recevoir pour lui indiquer qu'il ne lui en voulait plus et qu'il était pardonné. Ce sans quoi, Alfirin serait apte à tomber en dépression ... avec ces elfes, on ne savait jamais. Mordhal posa alors sa petite question, fraîchement remis sur ses pieds

"Et bien ... on peut dire ça. J'aimerai que vous tentiez de donner un début d'explication aux origines de votre magie aux autres membres de cette guilde. Vous ne l'avez peut-être pas perçu mais, la magie de tissage des elfes, tout comme la magie de modelage des humains donne des effets bien plus rapidement que la vôtre. Par contre, une fois votre magie mise en place, elle semble bien plus dense et compact que les autres. Vous avez résisté à une attaque magique de ma part que peu d'élèves ici auraient pu encaisser de plein fouet. Je demanderai ensuite à nos plus jeunes membres de tenter de nous expliquer pourquoi il y a si peu de mage nain dans les rangs de votre peuple mon cher."

Nakor se tourna vers les plus jeunes membres, haussa les sourcils à quelques reprises pour leur faire comprendre qu'ils allaient sous peu être interrogés, une fois que Mordhal aurait donné quelques explications, si bien sur, il le pouvait. Le Magistère s'était toujours demandé si la transmission de leur art n'était pas aussi un grand secret qu'ils refusaient de délivrer aux profanes.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Deux lances et une dague. Pv k'Nakor   

Revenir en haut Aller en bas
 
Deux lances et une dague. Pv k'Nakor
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]
» Deux humoristes virés du poste
» SUJET TERMINE - La suite de la soirée~Juste nous deux! [Alec]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Royaume de Naelis :: L'Aurore-
Sauter vers: