AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un trône vacant | Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dyarque
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 117
Âge : 524
Date d'inscription : 23/07/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Archimage
MessageSujet: Un trône vacant | Libre   Mar 30 Déc 2014 - 23:29

Dix années.


Durant une décennie, il avait voué sa vie à l’Art, jusqu’à tout lui sacrifier : son temps, son attention, son royaume et jusqu’à sa raison. Il avait passé des nuits entières à contempler un sablier, pour finalement être capable de distinguer et manipuler séparément chaque grain ; depuis, chaque fois qu’il posait son regard noir sur l’objet maudit, il suffoquait comme s’il manquait se noyer. Il avait par la suite porté son attention maladive sur les crânes de ses serviteurs, démêlant méticuleusement leurs cheveux sans qu’ils ne s’en rendissent jamais compte, jusqu’à pouvoir dire très exactement leur nombre pour chacun d’eux. Alors il avait commencé à fouiller leur peau, dans une quête obsédée du détail. Finalement, sa vue avait fini par devenir un gêne, tant elle était incapable de rivaliser avec les informations qu’il était devenu capable de deviner ; ses yeux, depuis, demeurait clos la plupart du temps.


Ignorante de ses pratiques, Alëandir l’avait vu flétrir, chaque jour un peu plus ; il en vint à ne plus quitter son trône et chaque matin, ses gardes s’attendaient à l’y trouver mort. Il avait continué à vivre, pourtant, se laissant manipuler par des sujets aux regards inquiets. D’abord pour lui, puis pour l’Elfie ; à la peur s’était alors mêlée la rancœur, mais il n’en avait eu cure, tandis qu’il sondait leur cœur.


Eux aussi, il avait fini par les trouver.


Depuis, le palais résonnait des battements de tambours qu’il se savait désormais capable de broyer sans même y penser. Tout devenait tellement plus facile, quand on prenait la peine de regarder d’assez près.



La nouvelle de la chute d’Eraïson avait fait grand bruit, dans les couloirs vides d’Alëandir. En quelques ennéades, il avait vu passer des elfes de toute l’Anaëh devant lui. Chaque jour, les visages étaient plus sombres, les regards plus fous, les rictus plus amers. Il comprenait. Il n’était pas ce qu’ils venaient chercher désespérément. Il était même tout le contraire. Il n’avait aucun espoir à leur donner, quand lui-même avait oublié jusqu’à l’existence du mot. Non, lui ne respirait plus que le malheur et la mort ; s’il était des choses qu’il pouvait donner, c’était ces deux-là. Or, il était au sud un peuple qui ne méritait rien d’autre.


Alors il s’était levé. Sauf que ses jambes n’avaient pas voulu le supporter. Son corps, atrophié par des années de négligence, manquait à son devoir quand il en avait le plus besoin. Il criait au supplice, implorait pitié. Qu’importait, car au final, il n’était qu’un grain de sable plus lourd que les autres. Il suffisait de le soulever. Il se souvenait de ces spectacles, quand il était un enfant. Il y avait un adulte, derrière une planche de bois, qui manipulait les pantins. Qu’était-il, sinon une marionnette sans fils ? Seulement, il n’avait plus besoin de fil…


Il s’était élevé lentement, jusqu’à ce que ses pieds quittassent le sol et qu’il n’y eu plus que son manteau pour traîner sur la dalle froide du Trône Blanc.



Ainsi disparut Dyarque, dans le silence le plus total. Et s’il garda sur son front le cercle d’argent, tous surent au petit matin qu’il n’y avait plus de Roi à Alëandir, seulement un trône vacant.



Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1190
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un trône vacant | Libre   Mer 22 Avr 2015 - 23:46


2e ennéade de Barkios, 8e année du 11e Cycle



Cette fois la nouvelle était tombée...
La Protectrice d'Ardamir reposa pour la sixième fois la missive sur son bureau. La reprit. Relut chaque mot comme s'ils avaient pu changer depuis les six dernières fois. Puis la lança, chiffonnée, sur son bureau.

-Le fils de chien!

Certes, cela n'était pas le qualificatif le plus respectueux pour s'adresser à un roi, et fort peu charmant à l'égard de son père. Mais à ce moment, elle aurait pu dire bien pire. C'était très bien que la lettre ne soit plus dans ses mains, car elle aurait fini lentement consumée par les flammes. Cela faisait une heure que la Protectrice tournait en rond dans son bureau comme un animal en cage. Une heure qu'elle retournait l'annonce dans sa tête pour trouver une solution.

Le roi n'était plus.

Déjà peu présent jusque-là, il les laissait se débattre seuls avec les drows sans daigner exiger une levée de troupe ni faire un véritable geste pour s'occuper de tout cela... Maintenant, en plus du reste, il fallait s'occuper d'un vote... L'élection prendrait du temps. Un temps qu'aucun des Protecteurs du Sud ne pourrait se permettre de prendre.

C'était la goutte d'eau.

Parfois, comme cette après-midi, elle avait envie de laisser derrière elle la politique, les décisions, la diplomatie et les responsabilités pour redevenir un simple soldat d'infanterie. Se faire la main sur quelques drows, être confrontée à des problèmes qu'elle pouvait résoudre pour une fois ! Mais ce temps était loin. Ô combien loin...

Aucun des protecteurs ne s'était assez mis sur le devant de la scène pendant assez de temps pour pouvoir, prétendre unifier simplement le peuple elfique. Aucun n'avait démontré un sens de la stratégie ou un charisme sans accro. Occupés par leurs propres problèmes et face à l'inaction de Dyarque, peu s'étaient même démarqué du lot. Timerion peut-être... Quoi qu'après Eraison, certains le tenaient comme partiellement responsable des choix du Haut Conseil: attendre et défendre. Pour ces mêmes personnes, c'était cette politique qui avait causé la perte du Protectorat.

Ce n'était d'ailleurs que depuis Eraison que beaucoup avaient véritablement compris qu'ils ne pouvaient pas occulter la guerre qui faisait rage au Sud. Et ce n'était que très récemment qu'elle-même avait commencé à prendre les choses en main de son côté sans attendre que le Conseil décide de tout. Wyslena tenait bon, Mera mettait toute ses forces dans la bataille au côté d'Ardamir. Mais les ambassadeurs qu'elle avait essaimés dans tout Anaëh ne semblaient pas suffire à faire entendre l'urgence de la situation. Peut-être que renvoyer les corps mutilés des enfants de chaque cité jusque dans leur famille serait plus marquant!

Une brise froide entrait par la fenêtre ouverte, pourtant la Protectrice ne prêtait pas la moindre attention aux légers frissons qui la parcouraient de temps à autre. Au lieu de cela, elle s'obligea à s'arrêter devant la fenêtre pou contempler le paysage qui commençait à peine à s'abandonner aux premières lueurs du printemps. Une nouvelle vie pour la nature. Focalisée sur cette vue qu'elle connaissait par cœur, ses pensées s'organisèrent un peu mieux.

Sans roi pour fédérer les cités en temps de crise, le Conseil des Protecteur était affaibli. Les protectorats des terres d'Eteniril et de Holimion s'étaient débarrassé du problème en envoyant une participation symbolique.
Halya retourna une fois de plus jusqu'à son bureau avant de défaire les rubans qui tenaient ses cheveux d'une main raide. Lorsqu'il atterrit sur le meuble, quelques mèches rousses y étaient encore prises.

Même Daranovar hésitait à se lancer vraiment dans la mêlée, surement à cause des attaques Noss sur ses terres. Quant à Alëandir... Il était privé de Protecteur pour l'instant, les conseillers conserveraient les choses en l'état. Ils ne comprenaient pas l'ampleur des évènements. Certes, même sans l'aide de toutes les cités et sans les Noss, ils finiraient surement par repousser les sombres jusqu'à Ellyrion. Ou ils les retiendraient jusqu'à ce qu'assez de monde soit mobilisé... Mais à quel prix ?! Combien de temps Anaëh devrait encore subir la présence des sombres ? Combien de vies seraient-elles encore nécessaires ?!

Et surtout la question qui rôdait dans l'esprit d'Halya à chaque fois qu'elle pensait à ces combats, à la façon dont ils changeaient les siens et au sang versé : cela signifiait-il l'avènement d'une nouvelle Aduram? La perte d'une autre parcelle de leur nature ? L'Exil de ceux qui ne pourraient pardonner ?

La réponse resterait inconnue jusqu'à l'arrêt des combats et elle n'évoquait presque jamais cette question, par crainte sans doute, mais cela ne montrait que trop l'urgence dans laquelle ils étaient.

La solution qui permettrait d'en finir était pourtant simple. S'ils voulaient pouvoir reprendre un jour, non seulement Eraison, mais également Ellyrion et repousser les Sombres assez loin pour qu'ils n'osent plus jamais remettre le pied sur la terre dont ils avaient été exilés, ils auraient besoin d'un fédérateur. Quelqu'un qui puisse lever des troupes et rendre aux elfes leur fierté d'autre fois. C'était une chance inespérée, non seulement pour les cités, mais également pour en finir avec cette guerre couvée entre fils et filles de Kÿria qui faisait couler autant de sang que de larmes.

C'était la chose la plus triste à dire, mais... La mort de Dyarque n'était peut-être pas un mal...

Prise dans ses réflexions, elle ne s'était pas rendu compte qu'elle s'était assise à sa place. Poussant les rapports des derniers jours sur le côté, elle attrapa une plume, de l'encre, plusieurs feuillets et commença à gribouiller quelques ébauches de lettre dans une tablette de cire.
Il fallait absolument qu'elle s'entretienne avec Timerion. Si, déjà, ils se mettaient d'accord sur le nom d'un roi qui agirait dans cette guerre, Timerion pourrait convaincre les Protecteurs autour de l'Epine dorée et elle-même celui de Wyslena. Son confrère de Mera pourrait sans doute assister à une éventuelle rencontre, peut-être même l'organiser, n'étant pas autant pris à la gorge que ceux plus au Sud. Sept protectorats pourraient déjà faire pencher la balance.

Les conseillers du roi ne tarderaient pas à arrêter une date pour la réunion du Haut Conseil. Il fallait que la question soit réglée avant... Et qu'elle ait également touché un mot ou deux au Protecteur de Daranovar. Entant qu'ancien militaire, il devrait comprendre la nécessité d'une décision rapide, même si ses liens avec Dyarque étaient reconnus. Medherith pourrait aussi lui donner plus de détails sur ce qu'il se passait dans les autres Protectorats.

Enfin, toute sa concentration était focalisée sur une chose.

Ecrire.

Elle n'avait pour l'instant que ses mots pour tenter unifier les défenseurs d'Anaëh et sauver la vie des guerriers qui tenaient le Front... Chaque seconde risquait d'approfondir les séquelles de cette guerre.

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Un trône vacant | Libre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ? Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Anaëh ~ NORD EST :: Terres d'Alëandir :: Alëandir :: Le Trône Blanc-
Sauter vers: