AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un vent de nouveauté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vaea d'Olyssea
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 46
Âge : 28
Date d'inscription : 02/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  21ans (né en 986)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Un vent de nouveauté   Jeu 8 Jan 2015 - 12:48

Sagement installée sur le petit tabouret en bois trônant au centre de sa chambre, Vaea était songeuse. La guerre n'en finissait pas et c'était un problème, mais pourtant elle ne parvenait pas à lui accorder autant d'importance qu'il l'aurait fallu. En réalité, une seule chose accaparait l'attention de la demoiselle. La disparition d'Arsinoé.

Certes, il aurait été plus humain de se montrer affectée par la mort prématurée de cette célèbre nièce, et elle l'avait fait, avec autant de crédibilité que d'hypocrisie. Comment aurait-elle pu regretter les récents événements alors qu'elle n'aspirait qu'à les voir se produire ? C'était un bien-être presque malsain que la jeune femme ressentait alors que la jeune domestique peignait soigneusement sa chevelure.

L'envie principale qui la rongeait à présent était de plier bagage et de partir sur le champ pour revendiquer la place qui était sienne, mais ce n'était pas encore le bon moment, elle en avait bien conscience. Une tentative prématurée serait sans le moindre doute vouée à l'échec. D'abord il fallait avoir la certitude de ne pas voir ressurgir cette idiote, et ensuite il fallait s'assurer de ne pas se retrouver avec un héritier gênant dans les pattes. Mais c'était improbable... Qui aurait pu survivre à pareil naufrage ?

Forte de cette intime conviction, Vaea s'autorisa un soupir de satisfaction et congédia la domestique. Aujourd'hui, il fallait simplement attendre. Elle quitta son assise pour rejoindre le miroir mural qui lui renvoyait ce reflet presque parfait qu'elle appréciait tant. Vêtue de velours noir et grenat, l'orgueilleuse damoiselle se trouvait particulièrement en beauté dans cette robe cintrée qui mettait en valeur la moindre parcelle de son corps. Il était bien dommage de ne pouvoir en faire profiter personne. Mais donner un bal aussi tôt après une telle... Tragédie, serait de bien mauvais ton. Qu'à cela ne tienne, elle se contenterait d'un peu d'équitation, voir de chasse à l'arc.

Il ne fallut que quelques minutes pour que les ordres ne soient transmis, et moins d'un quart d'heure plus tard, la jeune femme était en selle. Elle ne s'éloignerait pas outre-mesure de son domaine, l'amusement ne durerait pas plus d'une heure.

Revenir en haut Aller en bas
Roderik de Wenden
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 845
Âge : 27
Date d'inscription : 25/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans (né en 982)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un vent de nouveauté   Jeu 8 Jan 2015 - 14:07


L'An Huit du onzième cycle
Deuxième ennéade de Barkios
Le troisième jour...

Aux premières lueurs du jour, les cheminées d'Omesson crachaient leurs panaches de fumée au-dessus se mêlant à la brume. Ce petit village du sud de la malelande n'avait rien de notable, si ce n'est l'auberge qui servait d'étape aux voyageurs, au carrefour des routes vers Sainte-Berthilde au sud-ouest, Olyssea au sud-est. Grimé comme un simple aventurier, et accompagné en guise de garde rapprochée par ses trois inséparables chevaliers - Leudaste le Jeune, Wulfric de La Fosse et Beirand de Pisfroid - le jeune seigneur de Wenden y avait passé la nuit, avant de repartir au petit matin avec la même discrétion.

Il avait initialement prévu de visiter les seigneuries arétanes, afin d'échanger les dernières rumeurs et de s'assurer qu'en ces temps troublés rien ne vienne menacer l'équilibre précaire que le nouveau comte avait pu instaurer dans le pays. Pourquoi avait-il subitement décidé, en cours de route, de se rendre en Olyssea, ses compagnons de route n'en savaient rien. Lui qui d'ordinaire était si disposé à la conversation, se montrait fort secret ces derniers temps.
Le mystère tenait aussi dans le lieu où il se rendait. Car, plutôt que de chevaucher vers Olyssea-la-ville, le jeune seigneur les conduisait vers le domaine de Vaea d'Olyssea, tante de la marquise Arsinoé, ancienne régente du royaume désormais portée disparue. Une femme qui, a priori, ne pesait en rien sur l'échiquier politique.

Il régnait dans la campagne une atmosphère pesante, une espèce de menace latente, sourde. C'était le même spectacle qu'en Arétria, mais le spectre des événements du sud et du Médian était ici encore plus oppressant. Car Olyssea avait perdu sa baronne ; et, située aux portes du Médian, elle était davantage menacée par le vil Nimmio. Au hasard des conversations entendues à midi dans une gargote avoisinante, Roderik apprit que les armées berthildo-olysseanes commençaient à rentrer au pays, après avoir traqué dans l'Eraçon une armée qui ne s'y trouvait pas. Erreur qui fut tragique pour l'ost royal, d'ailleurs. Mais au moins, ces troupes-là sont de retour et n'ont pas été décimées. Le Nord pourrait bientôt en avoir besoin... Si tant est que la rumeur était vraie. C'était le soucis, avec les bruits de taverne. On entend tout et son contraire. Mais jusqu'à présent, les récits concordent sur ce point.

Il aborda le domaine de Dame Vaea vers le début de l'après-midi. Parvenu devant la bâtisse, il fit faire halte à sa monture et héla la domestique qui passait par là.

- Annoncez à votre maîtresse, Dame Vaea d'Olyssea, que Roderik, seigneur de Wenden, demande à la rencontrer.

Son ton était celui d'un homme pressé qui ne souffrirait aucune discussion. C'était un peu raide de sa part, mais il n'avait pas le temps d'être poli avec une bonniche. Alors certes, se présenter à une dame sans l'avoir informée préalablement de sa venue, ce n'était pas très galant non plus... mais la gravité de la situation justifie parfois certaines entorses.


Dernière édition par Roderik de Wenden le Mer 23 Nov 2016 - 15:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vaea d'Olyssea
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 46
Âge : 28
Date d'inscription : 02/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  21ans (né en 986)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un vent de nouveauté   Jeu 8 Jan 2015 - 16:41

L'heure s'était vite écoulée durant laquelle la demoiselle avait eu le plaisir de débusquer quelques petits gibiers. Lapins et volailles soigneusement harnachés à sa selle, elle se résolut à revenir sur ses pas. Le pur-sang à la robe noire qui lui servait de monture avait mérité de se reposer. Le paysage défilait devant ses yeux songeurs. Combien de temps faudrait-il encore pour que tout ceci ne soit enfin à elle ? Quelque-chose se préparait, c'était une certitude. La partie devrait être finement jouée. Les informateurs avaient rapporté à Vaea l'échec de la récente traque. La guerre n'était vraisemblablement pas finie, et il ne faudrait pas longtemps pour que les troupes épargnées ne repartent. En plus de cela, la mort de la précédente Baronne avait renforcé le sentiment d'insécurité latent. L'avenir d'Olyssea semblait pour l'heure bien incertain... Elle changerait cela.

Au domaine, Eulalie vaquait à ses occupations. La jeunette n'était que depuis peu attachée à ce domaine, et elle craignait encore de perdre sa place si elle venait à trop traînasser. Ainsi, elle revenait du puits où elle avait puisé l'eau fraîche que réclamerait bientôt la Demoiselle. Son pas était pressé, tant et si bien qu'elle ne faisait pas attention à ce qui l'entourait. La surprise fut donc de taille lorsqu'elle s'entendit interpeller. Faisant volte-face, la bonniche surprise lâcha son seau en un fracas pour le moins risible. Un seigneur. Ca ne faisait pas le moindre doute. Pourtant, Dame Vaea n'attendait aucune visite... Et voilà que cet homme réclamait d'être annoncé.

Durant un instant, la pauvre femme sembla osciller entre le malaise et le mécontentement. Qui était-il, seigneur ou pas, pour se montrer aussi peu poli ? Mais elle n'oublia pas son rang et effectua finalement une courbette maladroite tandis que sa voix s'élevait, légèrement bégayante.


- Je... Je crains de devoir vous décevoir Seigneur mais... Vous n'étiez pas attendu et... Madame...

C'est finalement une autre voix qui retentit, tirant la domestique de l'embarras. Celle-ci était claire et assurée. Pas encore menaçante, mais autoritaire.

- Et que veut ce Seigneur ? Je ne me souviens pas avoir accepté sa visite...


Dame Vaea d'Olyssea atteignait son domaine en menant son cheval par la bride au moment où la domestique tentait de se dépatouiller. Elle s'était d'ailleurs surprise à penser qu'il ne faudrait jamais plus que cette gourde n'aie à ouvrir la bouche devant un hôte de marque...

- Laisse-nous, tu en as assez fait.

Elle n'avait pas attendu avant de congédier l'infortunée, et tandis que cette dernière se sauvait, la Dame croisa le regard de l'homme qui n'aurait pas manqué de se retourner, pour ne plus le quitter. Ou peut-être juste le temps de le détailler, sans même s'en cacher. Il avait relativement fière allure, il fallait le reconnaître. Même la dureté de ses traits lui seyait, et un tout autre intérêt s'ajouta à la curiosité qu'il lui inspirait déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Roderik de Wenden
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 845
Âge : 27
Date d'inscription : 25/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans (né en 982)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un vent de nouveauté   Jeu 8 Jan 2015 - 17:13


N'ayant jamais rencontré la dame, Roderik s'était imaginé rendre visite à une femme d'un certain âge. Après tout, c'était une tante d'Arsinoé d'Olyssea. Inconsciemment, il lui aurait donné quarante, voire cinquante ans... aussi la surprise fut-elle de taille lorsqu'une jeune femme apparut derrière eux, revenant visiblement d'une balade à cheval. Roderik en oublia complètement la bonniche et son seau d'eau renversé, et se tourna vers la nouvelle arrivante.

- Madame, je... suis le seigneur de Wenden, dit-il un peu décontenancé.

Son regard s'attarda sur le visage harmonieux de la jeune femme, encerclé par cette chevelure brune, très sombre. Et ces yeux marrons qui le fixaient, d'un regard fier qui semblait défier tout ce qu'il rencontrait, brillant d'une intensité qui mit Roderik mal à l'aise. Non pas qu'il ait peur des femmes, non ; simplement il s'était imaginé à une toute autre rencontre. Une femme vieille et laide, avec peut-être même de la moustache, et malodorante par-dessus le marché. Au lieu de cela, il avait affaire à une jeune femme pleine de vie, et, disons-le, plutôt agréable à regarder.

Il descendit de selle ; derrière lui, ses trois chevaliers se tenaient immobiles sur leur monture, attendant sans doute qu'il leur dise quoi faire. Mais Roderik ne semblait avoir rien prévu d'autre pour eux que de continuer à attendre. Il reprit pour la dame, plus assuré cette fois :

- Pardonnez cette arrivée un peu cavalière, dit-il d'une voix calme et posée. Mais vous savez, je pense, que nous vivons des temps troublés. J'aimerais vous parler. Seul à seul, si vous le permettez. Mes gens attendront ici, ce ne sera pas long.

Revenir en haut Aller en bas
Vaea d'Olyssea
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 46
Âge : 28
Date d'inscription : 02/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  21ans (né en 986)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un vent de nouveauté   Ven 9 Jan 2015 - 12:08

Vaea constata avec amusement que le Seigneur de Wenden ignorait à qui il aurait affaire lorsqu'il s'était présenté ici. Et en ayant pris la peine de s'entourer d'une escorte, il était d'autant plus probable que la visite ne soit pas une simple visite de courtoisie. L'air de défi qu'elle affichait se fendit d'un léger sourire satisfait. C'était bien la première fois que l'on venait la solliciter directement. Les récents événements et le climat d'incertitude qu'ils avaient engendré poussaient les Seigneurs et Nobles locaux à consolider leurs positions et à trouver des réponses à leurs questions. En fournir, ce serait donc s'assurer une certaine attention.

Tandis que l'homme se présentait à nouveau et exposait sa requête, un palefrenier s'était présenté, sans doute mandé par la domestique, et avait débarrassé la demoiselle de sa monture. Elle avait également jaugé le troupeau en armure, et avait décidé qu'ils feraient effectivement tache dans son salon.


- Vous êtes le premier à vous présenter ici. C'est plutôt audacieux, je dois le reconnaître... Bien. J'ai quelques instants à vous accorder. Dit-elle avant de marquer une pause et de reprendre. Vos hommes devraient trouver de quoi se sustenter dans les cuisines.

D'un signe de tête elle invita tour à tour l'escorte à suivre le palefrenier, et Roderick à la suivre elle. Le castel n'était pas excessivement grand, mais il était suffisant pour qu'une demoiselle s'y sente à l'aise. Ils traversèrent ainsi un petit hall aux murs gris, parés de draperies. Une pièce de vie au mobilier simple, et débouchèrent enfin dans la bibliothèque. Cette pièce était plus intimiste. De superficie appréciable, elle comportait plusieurs étagères toutes chargées d'ouvrages divers. La luminosité n'était entretenue que par une cheminée et quelques chandeliers déposés sur divers guéridons. De part et d'autre de l'âtre, deux fauteuils.

Vaea garda le silence quelques instants, semblant jauger son vis-à-vis sans se départir de son léger sourire. Puis elle étouffa ce qui semblait être un léger rire. Et c'en était un. La situation elle-même était pour le moins distrayante. Après tout, combien de ces seigneurs s'étaient-ils souciés de son existence du vivant d'Arsinoé ?


- Il est amusant de constater que certains événements tragiques permettent aux insignifiants de sortir de l'oubli... Que puis-je faire pour vous ?


Revenir en haut Aller en bas
Roderik de Wenden
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 845
Âge : 27
Date d'inscription : 25/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans (né en 982)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un vent de nouveauté   Sam 10 Jan 2015 - 16:01


Un simple coup d’œil fut échangé entre le seigneur et ses chevaliers, et ces derniers se retirèrent dans le sillage du palefrenier. Roderik se retrouva seul avec la maîtresse des lieux, beaucoup plus facilement qu'il ne l'aurait cru ; la jeune femme ne semblait pas impressionnée outre mesure, ce qui à ses yeux relevait davantage de l'imprudence que du véritable courage. Lorsque des héritiers potentiels s'apprêtent à se disputer la succession d'une baronnie, l'on a tôt fait d'embaucher quelque reître pour passer ses rivaux au fil de l'épée. En cet instant, il aurait suffi que Roderik tire sa lame de son fourreau pour abréger les jours de Vaea d'Olyssea, et amputer l'arbre olyssean d'une autre de ses branches. Du pain béni pour quiconque guettait attentivement une succession prochaine en se frottant les mains. Par bonheur, il n'était pas venu pour ça.

Elle l'introduisit dans une petite pièce faiblement éclairée, le genre de boudoir idéal pour les conversations discrètes. Le théâtre parfait pour fomenter un complot. C'est à cela que nous ressemblons. A des comploteurs, prêts à tisser leur toile dans cet enchevêtrement complexe qu'est la politique péninsulaire. Une arrivée discrète et une conversation secrète... tout cela manque cruellement d'originalité, quand on y pense.

Il ne s'assit pas, demeurant debout tant que la dame ne l'inviterait pas à prendre place dans l'un des fauteuils. Vaea prit la parole. Elle trouvait sa visite amusante. Amusant, le fait que ces événements tragiques fassent soudain d'elle l'objet d'enjeux, après avoir passé la première partie de son existence dans l'ombre de ses nièces. Je saisis l'ironie. Mais il saisissait également la gravité de la situation.

- Vous me pardonnerez si je ne partage pas votre amusement, dit-il après un bref silence, d'une voix polie mais ferme. Les événements récents sont inquiétants et n'ont rien de réjouissant.

Le sourire de Vaea n'en était pas moins révélateur. Derrière sa beauté délicate, Roderik devinait toute son intelligence et toute sa ruse. Il voyait clair dans son jeu, et peut-être la jeune femme gagnerait-elle à apprendre à mieux dissimuler ses émotions. Elle se réjouissait, en toute logique, de la disparition d'une nièce qui pouvait l'avantager. L'opportunisme primait, de toute évidence, sur l'esprit de famille. Peu semblait lui importer que le marquisat de Sainte-Berthilde avec ses terres vassales se retrouvât isolé, aux portes d'un Médian menaçant. Le jeu en valait la chandelle, si elle pouvait en tirer profit.
Un comportement que Roderik pouvait comprendre. Lui aussi avait parfois été taxé d'opportunisme. Mais il avait des idéaux, des principes à respecter. Des principes qu'il avait toujours défendu par l'épée plutôt que par la négociation ; il s'était toujours considéré comme un guerrier plutôt qu'un politicien. Les Wenden étaient ainsi, de rudes guerriers attachés à leur terre et leurs traditions, que les palabres agaçaient. Pourtant ces derniers jours, il maniait davantage la parole que l'épée, comme s'il s'était subitement prit d'affection pour la politique. Il n'en restait pas moins qu'il dissimulait autant que possible ses ambitions propres.

Le seigneur de Wenden se plaça devant l'âtre et tendit ses mains près du feu qui crépitait, afin de profiter de sa chaleur et de sa lumière. Puis son regard se porta de nouveau sur la maîtresse des lieux.

- Vous devinez sans doute le motif de ma visite.

Un humble sourire sur les lèvres, il guettait la réaction de la jeune femme, le moindre tic qui trahirait ses pensées.

- Si votre nièce ne reparaît pas, vous pourriez être amenée bientôt à jouer un rôle, poursuivit-il. Un rôle important. Or, nous autres, arétans, nous nous sentons concernés par ce qui se passe à Olyssea et Sainte-Berthilde. Nous partageons un même risque... une même menace. Et un même destin.

Là, il tournait autour du pot, il s'en rendait bien compte. Il avait toujours détesté ceux qui mettaient des heures à énoncer des vérités à demi-mot, sans avoir le courage de les prononcer de but en blanc. Il découvrait aujourd'hui combien l'exercice était difficile. Après un bref coup d’œil passé autour d'eux, comme s'il craignait que quelqu'un dissimulé dans l'ombre ne les écoute, il reprit :

- Nous devons... eh bien, nous devons continuer d'agir de concert. Nous devons pouvoir compter sur notre voisin. Nous devons pouvoir compter sur vous. Ces gens du Médian, en s'en prenant à la marquise, s'en sont aussi pris à nous. Quelles que puissent être les exigences de ce comte de Velteroc et de sa sorcière hautvaloise, Arétria n'a pas l'intention de les accepter. Et quel que soit le prochain maître de l'Olyssean, nous espérons qu'il ne s'abaissera pas à le faire.

Une lueur étrange anima le regard de Roderik, alors qu'il se laissait aller à une confession risquée :

- Une succession fait l'objet d'enjeux complexes, surtout lorsque les décès de la dernière baronne et de son héritier présomptif font encore l'objet de conjectures. Si nous pouvions nous faire mutuellement confiance, je pourrais convaincre mon suzerain, le comte d'Arétria, de vous apporter son soutien.
Revenir en haut Aller en bas
Vaea d'Olyssea
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 46
Âge : 28
Date d'inscription : 02/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  21ans (né en 986)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un vent de nouveauté   Dim 11 Jan 2015 - 14:50

- Vous me pardonnerez si je ne partage pas votre amusement... Les événements récents sont inquiétants et n'ont rien de réjouissant.

Voilà qui avait fait mouche, arrachant un nouveau sourire à la demoiselle. Cet homme semblait pétri de principes, et sans doute n'était-il pas blanc comme neige, mais pour l'heure, cela montrait qu'il n'était pas une menace immédiate. Il serait inutile d'anticiper ou de se défendre. Vaea prit cependant soin de faire disparaître l'amusement qu'on lui reprochait. S'il voulait la voir sérieuse, Roderick serait servi.

Tandis que le Seigneur exposait son point de vue et et les motifs, fort prévisibles, de sa visite, elle se déplaça pour tirer une corde à côté de la porte. Parlementer n'empêchait pas de jouir d'un certain confort et de faire preuve d'hospitalité. Elle ne cilla pas le moins du monde alors qu'il cherchait à provoquer une réaction, et l'invita simplement à prendre place dans l'un des fauteuils tandis qu'elle faisait de même. Il n'était pas encore temps d'interrompre, et Vaea fouillait dans sa mémoire pour rassembler les informations dont elle disposait à propos de cet homme.

Un soldat, suffisamment gradé pour prendre la tête de l'armée au retour d'Oësgard lors du décès de Wenceslas de Karlsburg, et ayant siégé à son conseil en qualité de cousin. Mais il n'y avait pas grand-chose d'autre à en dire, et il ne semblait pas être un négociateur né. Ce qui renforçait l'impression première de la demoiselle. Cette visite était parfaitement officieuse. Officieuse, mais audacieuse. Il était amusant de voir le regard incertain balayer la pièce à la recherche d'un éventuel espion. Craignait-il pour sa vie ? Peut-être, et la prudence ne pouvait être considérée comme un défaut.

Il y avait peut de chance qu'il ne remarque la petite pierre manquante, savamment descellée du mur du fond. Les ombres présentes la dissimulaient trop bien si l'on ne se trouvait pas à moins d'un pas. En réalité, les chandeliers n'étaient pas disposés de la sorte par pur hasard. Eux deux seuls étaient parfaitement éclairés. Et pendant qu'elle écoutait patiemment,  Roderick finissait d'exposer les faits et motifs de sa visite.

Une proposition d'alliance, ce n'était rien de moins que cela. Et le soldat se montrait même particulièrement sûr de lui en arguant qu'il pourrait assurer à la demoiselle le soutien du nouveau Comte d'Arétria. Si cela était vrai, la proposition méritait d'être prise au sérieux.

Il était temps d'intervenir.

- Il faudrait être aveugle pour ne pas cerner les motifs de votre venue, effectivement... Dit-elle en esquissant un petit sourire entendu. Mais il est vrai que je n'imaginais pas un personnage tel que vous ailleurs que sur un champ de bataille... Bien que vous ayez fait partie du conseil de feu Wenceslas de Karlsburg.

Vaea tenait à montrer immédiatement qu'elle savait se tenir informée, et l'arrivée d'une domestique laisserait suffisamment de temps au soldat pour l'assimiler. Cette dernière ne prononça pas un mot, et se contenta de poser sur un guéridon le plateau qu'elle transportait, avant de s'éclipser. Ce fut la dame elle-même qui emplit les deux coupes qui s'y trouvaient de vin, et qui en tendit une à son visiteur.

- Des jours sombres se profilent effectivement, les armées de ce Comte de Velteroc semblent pour le moins efficaces. Il n'y a qu'à prendre l'exemple de Christabel...

Marquant une pause, la demoiselle trempa les lèvres dans sa coupe avant de reprendre.

- En défiant Arsinoé, cet homme a défié Olyssea toute entière. C'est une chose que nous ne pouvons permettre. Néanmoins, il est assez risqué, vous en conviendrez, de prendre position contre lui lorsqu'on voit que la malheureuse a probablement payé ses idéaux de sa vie...

C'était au tour de Vaea de jauger les réactions du seigneur. Monterait-il sur ses grands chevaux ? Ferait-il preuve de sang-froid ? Elle le défiait littéralement du regard, sans sourciller, impassible. Et puis, se radoucit. Souriant à nouveau, presque imperceptiblement.

- Ce que je veux dire, Seigneur, c'est que je tiens à la vie au moins autant qu'à cette Baronnie. Et que par conséquent, je veux être certaine que vos « promesses » ne seront pas vaines... Le Comte d'Arétria ne vous a pas lui-même mandaté, je me trompe ? Dans ces conditions, êtes-vous certain de pouvoir le convaincre ?

Le message de fond était subtil, mais la jeune femme ne doutait pas que cet homme le saisirait. Oui, elle comptait prétendre à la Baronnie, et oui, elle pourrait envisager de poursuivre l'alliance. Après tout, sans porter sa nièce dans son coeur, et sans faire preuve de scrupules inutiles, Vaea comptait néanmoins oeuvrer pour la Baronnie. Les actions de ce Velteroc ne lui plaisaient pas le moins du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Roderik de Wenden
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 845
Âge : 27
Date d'inscription : 25/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans (né en 982)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un vent de nouveauté   Dim 11 Jan 2015 - 19:10


A l'invitation de Vaea, Roderik s'assit près de l'âtre. Il attendit accepta la coupe de vin qu'elle lui tendait et l'écouta parler sans jamais l'interrompre. Il s'amusa intérieurement du jeu de la demoiselle. Elle désapprouvait les actions du comte de Velteroc comme pour le caresser dans le sens du poil, elle se déclarait choquée et meurtrie au nom d'Olyssea. Puis, le plus naturellement du monde, elle laissait sous-entendre qu'en l'état où se trouvaient les choses, elle ne pouvait dire ce qu'elle comptait faire si la baronnie devenait sienne. Comme elle l'affirmait, elle tenait à la vie. Chose normale pour une si jeune femme... et aussi belle. Roderik aussi tenait à la vie, bien qu'il ait prit l'habitude de la risquer sur les champs de bataille.
Vaea était quelqu'un de réaliste. Le Médian s'étendait aux portes de la baronnie d'Olyssea, avec la menace d'un Nimmio triomphant qui semblait tout avoir : les armées, l'argent, le pouvoir. Et il tenait Diantra. Mais le tableau doit bien être noirci par endroits. Sa situation n'est peut-être pas aussi enviable qu'on nous le laisse imaginer.

Il contempla quelques instants le fin sourire qui étirait la bouche délicate de la jeune femme. Elle demandait des garanties. La garantie que, si elle ne cédait pas au chantage de Velteroc, ou, comme il semblait s'être autoproclamé, le Duc du Grand Médian, elle ne se retrouverait pas démunie face à la menace de celui-ci.
Des garanties que Roderik n'était pas en mesure de fournir à l'heure actuelle, il ne le savait que trop. La situation dans le Nord était tout sauf stable. On ignorait à quoi s'en tenir avec Serramire. Même chose avec le baron d'Etherna et maréchal du Nord, toujours occupé à se tailler une part d'Oësgard, dans une campagne qui n'en finissait pas. Et la baronne d'Alonna, cette femme que les arétans avaient aidé à placer sur son trône et qui, sitôt en place, avait cherché à se défaire de son serment pour avoir la main libre. Les dieux seuls savent ce qui peut passer par la tête de cette femme. Or, il leur fallait rallier tout ce petit monde pour parvenir à leurs fins. Mais il semble que nous autres arétans sommes les seuls à rechercher une forme de cohésion dans le Nord...

Il reprit la parole.

- Je ne dispose pas d'un mandat officiel du comte Alwin, avoua-t-il, dans le cas contraire nous aurions pris la peine de vous avertir de l'imminence de ma visite. Cette rencontre est secrète et doit le rester, madame. Je tiens néanmoins à vous rassurer : le comte et moi-même œuvrons de concert pour trouver une solution qui soit dans notre intérêt à tous.

Le comte, en vérité, l'avait oralement autorisé à mener certaines négociations tant que celles-ci restaient dans le cadre de ce qu'ils avaient prévu ensemble. La limite de ce droit étant particulièrement floue, Roderik avait parfois le sentiment d'aller au-delà de ses attributions, mais il se le permettait quand il l'estimait nécessaire.
Et quand l'enjeu est grand, toutes les dérogations se justifient...

- Condamnez les actions de Nimmio de Velteroc, et il vous soutiendra lorsque vous serez baronne, je vous en donne ma parole.
Revenir en haut Aller en bas
Vaea d'Olyssea
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 46
Âge : 28
Date d'inscription : 02/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  21ans (né en 986)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un vent de nouveauté   Mer 4 Fév 2015 - 1:19

Vaea avait beau paraître désinvolte, nonchalante même, confortablement enfoncée dans son siège, et sereine. Et pourtant elle ne perdait pas une miette du discours de son visiteur. Si Roderick disait vrai, elle disposerait là d'un appui intéressant pour l'objectif qu'elle s'était fixée. Oui, elle avait bien de quoi se réjouir à cet instant. Et pourtant, l'expression paisible de la demoiselle s'éteignit tandis qu'elle se levait gracieusement. Son visage s'assombrit tandis qu'elle se mettait à faire les cents pas. Oui, elle semblait réfléchir, les lèvres délicieusement pincées par une palpable concentration.

Pendant quelques instants, elle ne dit pas un mot, et en reprenant la parole, elle hésita. Comme si elle les cherchait.


- Ce sont de belles promesses, Seigneur Wenden... Et je ne crois pas devoir douter de leur sincérité. Pourtant,... Je ne suis pas en mesure d'accéder à votre requête.

Cette déclaration fait, la demoiselle retint son souffle et se tût pour observer intensément les réactions qu'elle provoquerait. Mais pas assez longtemps pour laisser place à une quelconque protestation.

- Ma position actuelle ne me permet pas de vous accorder le moindre soutien. Cette Baronnie ne m'appartient pas et ne m'appartiendra peut-être jamais. Nous ignorons encore ce qu'il est réellement advenu de ma nièce et de son héritier, et dans ces conditions je ne peux prétendre à rien... Je ne voudrais cependant pas conduire Olyssea et ses voisins à leur perte. Aussi ais-je l'intention d'assumer... Provisoirement la charge de cette Baronnie, dans l'espoir de voir revenir l'un de ses maîtres légitimes... Et plus vite la rumeur se répandra que mes voisins m'apportent leur soutien officiel, plus vite je serai en mesure de reprendre les rennes et de prendre part à ce conflit... Au côté de mes alliés.

Le message était clair. Si Alwin de Karlsburg voulait la rallier à sa cause, il ne devrait pas tarder à faire connaître sa position sur le sujet de la succession d'Olyssea. Et la demoiselle termina sa tirade en ces termes, pour souligner encore qu'il n'y avait pas de temps à perdre :

- Vous n'êtes pas le seul à me rendre visite...

En dévoilant cette information, Vaea guetta la réaction de Roderick. Elle ne doutait d'ailleurs pas qu'elle soit positive. Qu'il ignore ce dont elle parlait ou qu'il en soit déjà informé, le résultat serait le même. Il s'agissait d'une preuve de bonne foi et de confiance. Du moins, elle l'espérait.
Revenir en haut Aller en bas
Roderik de Wenden
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 845
Âge : 27
Date d'inscription : 25/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans (né en 982)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un vent de nouveauté   Mer 4 Fév 2015 - 17:21


L'assurance de la dame ne manquait pas de dérouter Roderik. Elle était habile, très habile même ; elle jouait son rôle de jeune femme désintéressée, soucieuse uniquement de préserver les intérêts de sa famille puis, sitôt qu'elle avait endormi la méfiance de son interlocuteur, elle le prenait à contre-pied. Séduisante, imprévisible... elle a toutes les armes pour réussir en politique, pensa-t-il. Mieux vaut la garder à l’œil.

Le jeune seigneur avait saisi le message. Vaea ne pouvait dire à voix haute qu'elle entendait revendiquer la baronnie, il était bien trop tôt pour cela. La disparition d'Arsinoé était encore sujette à conjectures, et on n'en savait pas davantage sur Bohémond, l'héritier légitime d'Olyssea. Du reste, même si leur disparition se révélait avérée, d'autres acteurs pourraient tôt ou tard se présenter pour revendiquer la succession. La dernière chose dont nous aurions besoin serait de voir une guerre civile éclater ici.
Les choses étaient d'autant plus floues que Sainte-Berthilde connaissait la même problématique. Dans la région, Arétria demeurait la seule à avoir quelqu'un sur son trône. Et quand on ne sait pas de quoi demain sera fait, il est facile de prendre une mauvaise décision... nous sommes des aveugles qui marchent à tâtons sur une route au bord d'un précipice.
Dans ces conditions, il était rassurant de voir que Vaea faisait preuve de subtilité. Elle ne se précipiterait pas sur la succession, non ; il serait plus sage pour elle d'exercer une espèce de régence, qui lui fournirait un avantage certain le jour où la succession serait ouverte. Et si la baronnie lui échappait finalement, nul ne pourrait l'accuser d'avoir voulu spolier l'héritage de sa nièce, puisqu'elle prétendrait avoir simplement voulu le protéger...

- Le comte d'Arétria prend, comme vous, très à cœur les intérêts d'Olyssea, répondit-il avec un sourire entendu, comme s'il s'amusait de ces faux-semblants que le jeu politique leur imposait, dissimulant leurs ambitions véritables. Ce qui compte pour nous, c'est de préserver le lien privilégié qui unit le pays olyssean et la malelande.

A vrai dire, le lien avait été quelque peu terni lorsque Arsinoé d'Olyssea avait prit la baronnie. Avant cela, l'alliance avait été des plus évidentes, la baronne précédente Clélia d'Olyssea ayant épousé Anseric de la Rochepont, le comte d'Arétria. Les choses avaient changé après la guerre de Sainte-Berthilde. Arétria s'était repliée sur elle-même, et bien que la maison de Karlsburg, une fois arrivée au pouvoir, avait commencé à renouer ces liens, elle n'avait eu que peu de temps pour le faire.

Lorsqu'elle révéla qu'il n'était pas le seul à lui rendre visite, Roderik se demanda pendant un instant comment il devait l'interpréter. Vaea d'Olyssea n'était pas la plus visible des nobles olysseanes, ne vivant pas à la cour et provenant d'une branche cadette ; il était normal qu'en ces temps troublés, certains viennent, comme lui, tenter un rapprochement avec une héritière potentielle. Restait à savoir qui étaient ces autres visiteurs, ce qu'ils avaient pu lui demander, et si leurs demandes risquaient de contrecarrer la sienne. Autant de questions auxquelles il n'était pas certain que Vaea lui réponde. A moins que... à moins qu'elle n'ait quelque chose à me confier, sans quoi elle n'y aurait pas fait allusion.

- Puis-je... commença-t-il, cherchant à prendre un ton qui ne passerait pas pour présomptueux. Parmi ces visiteurs, y en a-t-il que je souhaiterais connaître ?

Il se laissa aller à quelques conjectures en son for intérieur. Une héritière potentielle, et jeune comme elle l'était, devait attiser certaines convoitises. Elle était en âge d'enfanter et, pour autant que Roderik le sache, pas encore mariée. Plus d'un noble olyssean pourrait voir en elle le moyen de se s'élever. Cela dit, si elle recevait des visites de galants venus lui faire la cour, Roderik ne voyait pas en quoi ça pouvait le concerner.
Revenir en haut Aller en bas
Vaea d'Olyssea
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 46
Âge : 28
Date d'inscription : 02/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  21ans (né en 986)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un vent de nouveauté   Ven 13 Fév 2015 - 16:43

Comme prévu, la curiosité du visiteur avec été piquée au vif. Vaea ne put d’ailleurs par réprimer une petite moue amusée. Ce que le seigneur Wenden pensait d’elle était clair comme de l’eau de roche, et il n’avait pas tort. Elle n’était personne. C’eut été presque blessant néanmoins de se sentir si peu importante… Mais après tout, c’était bien mieux pour manœuvrer.

Elle n’avait pas répondu pendant quelques instants, et puis avait repris la parole avec bonne humeur. Ce jeu de dupes, forcé par les convenances, l’amusait autant que lui.


- Oh je sais ce que vous pensez mon cher… À quelles visites pourrait prétendre une dame telle que moi, autres que celles de soupirants éperdus d’amour, et en quoi pourraient-elles vous intéresser, vous ?

Marquant une pause, la demoiselle prit le temps de se servir une nouvelle coupe de vin, lui demandant du regard s’il souhaitait en reprendre également. Puis, elle prit également le temps de se rasseoir et de se caler confortablement dans le fauteuil pourpre. Elle le voulait suspendu à ses lèvres, et elle guettait chacune de ses réactions. Impatience ? Amusement ? Incompréhension ? Elle ne poursuivit son discours que lorsqu’elle eut trempé ses lèvres dans la boisson.

- À vrai dire, j’ai cru que vous étiez l’un d’eux lorsque vous vous êtes présenté à ma porte… Quelle déception…

Une moue boudeuse barra un instant le visage de Vaea, mais elle se résolut finalement à abréger l’attente de Roderik.

- Je ne doute pas que cette visite vous intéressera puisqu’elle concerne celui dont nous parlons… L’ambassade de Velteroc est en route. C’est du moins ce que m’indique la missive que j’ai reçue… Il veut offrir la paix à Olyssea...
Revenir en haut Aller en bas
Roderik de Wenden
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 845
Âge : 27
Date d'inscription : 25/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans (né en 982)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un vent de nouveauté   Lun 16 Fév 2015 - 15:11

Visiblement, la dame ne se lassait pas de le faire tourner en rond. Avec une autre, ce petit jeu aurait rapidement agacé Roderik ; mais Vaea parvenait habilement à le tenir suspendu à ses lèvres. Il se sentit rougir lorsqu'elle révéla ce qu'elle avait imaginé en le voyant arriver et, en son for intérieur, il dût reconnaître que l'idée lui avait effleuré l'esprit. Vaea était un parti qu'il ne saurait prendre à la légère, toutefois la situation de la baronnie était encore trop instable pour qu'il puisse envisager sérieusement les conséquences d'un tel mariage.
Et, pour l'heure, il n'était qu'un seigneur d'un comté voisin parmi tant d'autres. Il ne faisait pas de doute que Vaea pourrait compter sur une multitude de prétendants plus puissants que lui. Du moins, à court et moyen terme... songea-t-il, non sans un certain orgueil.

Il allait répondre, mais ce qu'elle ajouta changea la donne. Ainsi, Olyssea attendait la visite d'une ambassade velterienne. Cela n'était guère étonnant, mais démontrait, s'il en était encore besoin, l'audace du comte de Velteroc. Après avoir provoqué la perte de la baronne, il tentait maintenant de rallier tous ses gens à sa cause. A première vue, l'entreprise était perdue d'avance. Mais, à bien y réfléchir, Roderik l'aurait tentée lui aussi, s'il s'était trouvé dans la même position. La cour d'Olyssea, comme toutes les cours péninsulaires, était un nid de vipères, et si quelqu'un de bien placé trouvait moyen de s'élever encore plus haut en ralliant le tyran du Médian, bien des choses pouvaient arriver.

- Il démontre une fois de plus son absence de vergogne, répondit Roderik avec un sourire amusé. Il tire les couteaux, puis propose aussitôt la paix, comme si la guerre était le fait de ses ennemis.

Il haussa les épaules, la mine soucieuse. Puis il reprit la parole, d'un ton plus sérieux, sans regarder directement Vaea, comme s'il se parlait à lui-même :

- L'on ne peut ignorer un tel appel à la paix, évidemment. Nous n'avons aucun intérêt à faire la guerre au Médian, pas maintenant du moins. A Arétria, nous cherchons à gagner du temps. Nous lui avons fait savoir que nous ne négocierions que lorsqu'il aurait rempli certaines conditions... des conditions qu'il n'acceptera jamais, bien sûr, mais nous en tirons un délai supplémentaire. En politique, le temps est plus précieux que l'argent. Nous ne faisons que reporter une rencontre qui sera inévitable, mais... j'ose espérer que lorsqu'elle aura lieu, nous aurons les moyens de tenir tête. Et par "nous", je n'entends pas seulement Arétria, mais le Nord dans son ensemble. Car, si chacun de nous reste isolé, Velteroc est en mesure de nous imposer tout ce qu'il veut. Il faut voir plus loin, plus grand...

Tel était le discours qu'il faudrait bientôt servir au baron d'Etherna et au marquis de Serramire, les autres proches voisins du comté d'Arétria. Cela annonçait des négociations longues et compliquées, vu l'antagonisme qui existait entre ces deux-là. Mais le jeu en valait la chandelle.
Non seulement pour ne pas laisser le Nord tomber sous la coupe de Velteroc, mais aussi, et de manière plus secrète, dans l'intérêt des projets que le jeune seigneur de Wenden avait en tête.

Il reporta son regard sur Vaea et lui sourit, avant de lever sa coupe et d'en boire une gorgée. Aussi surprenant que cela puisse paraître, la dame, avec son jeune âge et la modestie de son rang - laquelle tranchait avec son illustre nom - l'intimidait, d'une certaine manière. Il la trouvait belle, et cela ne la rendait que plus dangereuse. Il ne se sentait pas à sa place, et prenait conscience du fait qu'il arpentait un terrain glissant. Il jouait un jeu d'équilibriste depuis quelques ennéades, et se demandait parfois si toutes ses manigances n'allaient pas se retourner contre lui tôt ou tard.

- Je sais que vous n'êtes pas plus baronne d'Olyssea que je ne suis comte d'Arétria, dit-il enfin, mais, par pure curiosité, je me demande ce que vous nous conseilleriez si vous l'étiez. Pensez-vous que notre initiative est trop ambitieuse, trop risquée ? Pensez-vous qu'il serait plus sage de céder et de rallier les gens du Médian ?
Revenir en haut Aller en bas
Vaea d'Olyssea
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 46
Âge : 28
Date d'inscription : 02/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  21ans (né en 986)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un vent de nouveauté   Jeu 19 Fév 2015 - 21:00

Il était amusant de chercher à deviner les pensées qui pouvaient traverser l’esprit de son visiteur, et ce que Vaea y décelait à cet instant, c’était une potentielle marge de manœuvre. De son air étonné à ses joues rougies, Roderik de Wenden ne pourrait nier avoir envisagé la chose un seul instant. De même qu’il ne pourrait dissimuler le fugace orgueil qui avait barré ses traits, au regard inquisiteur de la Dame. Là aussi il y avait quelque-chose à découvrir.

Mais pour l’heure, il n’était pas temps de discuter de futilités. Vaea voulait déstabiliser le seigneur, elle y était parvenue et c’était tout ce qui importait. C’est pour cela qu’elle ne lui avait guère laissé le temps de répondre. Et l’annonce de la venue de l’ambassade eut aussi l’effet escompté.


- Comme un serpent jouant avec sa proie… Répondit-elle dans un souffle, souriant doucement à cette idée.

Elle écouta ensuite l’analyse de son interlocuteur sans l’interrompre, et sans même prendre la peine de feindre un quelconque détachement comme elle l’avait fait plus tôt. Il fallait reconnaître quelque-chose à cet homme, sa verve contrebalançait efficacement ses maladresses premières. Il pourrait en convaincre beaucoup. Sans le moindre doute…

Personne n’était en mesure de s’opposer à Velteroc, et pourtant, personne ne voudrait baisser les armes. Le sourire de la jeune femme s’effaça, et le regard qu’elle avait gardé rivé sur Roderik se perdit un instant. Elle ne semblait pas soucieuse, plutôt, absorbée. Et elle regagna la réalité au moment où le seigneur l’interrogeait sur la marche qu’elle aurait préconisée. Elle laissa échapper un léger rire et but, elle aussi, une nouvelle gorgée à sa coupe.


- Au-delà des vieilles rancoeurs, il me semble que le Nord mérite mieux que de vivre sous la coupe du Médian. Ces terres n’appartiennent pas au Comte de Velteroc.

Le silence plana un instant, tandis que la Dame se désaltérait encore, désireuse de voir son interlocuteur pendu à ses lèvres.

- Je suis d’accord avec vous sur un point néanmoins, reprit-elle enfin. Il faut gagner du temps, renforcer nos troupes, sans quoi nous partirions à la mort… Il y a d’ailleurs de nombreux moyens d’y parvenir…

Vaea planta son regard dans celui de Roderik, sans ciller.

- Mais parfois il suffit de dissimuler… Comme on dissimule ses ambitions, et on fait bonne figure en attendant le meilleur moment pour frapper un grand coup…

Le discours pouvait s’appliquer à elle, bien entendu. Ils savaient tous deux quelles étaient les vraies intentions de la châtelaine. Mais pas uniquement. Elle non plus n’était pas dupe.

- Prêcher le faux, s’est souvent avéré efficace, le loup se piège plus facilement dans la bergerie… Qu’en pensez-vous… ?


Revenir en haut Aller en bas
Roderik de Wenden
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 845
Âge : 27
Date d'inscription : 25/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans (né en 982)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un vent de nouveauté   Sam 21 Fév 2015 - 2:31

Vaea était une femme intelligente, et par ses sous-entendus, Roderik sut qu'elle l'avait percé à jour. Oh, elle était loin de saisir tout l'enjeu de la situation, mais elle avait comprit que l'homme qui lui faisait face n'était pas simplement le héraut secret du comte d'Arétria. Un seigneur arétan ne se déplace pas sans raisons, et s'il avait simplement voulu transmettre l'amitié du comte, une banale missive aurait suffi. Non, elle savait, elle avait compris qu'au-delà de son intention - sincère - de porter les intérêts de la malelande, il venait également défendre les siens.

Devait-il se défier d'elle ? Roderik avait le sentiment que Vaea et lui parlaient le même langage, et qu'ils poursuivaient un but commun ; mais la dame maniait si bien l'art de la dissimulation qu'il se demandait parfois si elle ne le menait pas en bateau. Il ne pouvait lui en vouloir d'être si secrète ; elle n'allait pas dévoiler ses plans à un homme qu'elle venait à peine de rencontrer, et lui-même n'était pas certain de pouvoir lui faire confiance. Nous sommes tous deux des comploteurs dans l'âme, après tout... en ce bas-monde, on a la compagnie que l'on mérite.
Mais ils jouaient chacun un jeu dangereux, et il ne pouvait s'empêcher d'admirer l'audace - ou l'imprudence - de cette jeune femme qui s'attaquait à forte partie. Roderik avait son influence pour bouclier ; Vaea n'avait qu'un nom.

- Dame Vaea, je... pardonnez mon impudence, mais êtes-vous certaine que votre sécurité est assurée en ces lieux ? En ces temps troublés, de fort mauvaises personnes pourraient juger utile de s'en prendre à vous. Il baissa la voix. Avez-vous confiance en vos gens ?

Il jeta par-dessus son épaule un regard chargé de méfiance. Après tout, nul ne s'était interposé lorsqu'il était arrivé avec ses hommes, et la dame l'avait invité à s'entretenir avec elle en privé sans s'interroger au préalable sur ses intentions. Comme elle l'avait souligné, il avait été le premier à se présenter à elle ; il ne serait certainement pas le dernier.
Revenir en haut Aller en bas
Vaea d'Olyssea
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 46
Âge : 28
Date d'inscription : 02/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  21ans (né en 986)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un vent de nouveauté   Ven 27 Fév 2015 - 1:04

Déstabilisé à nouveau, le seigneur sembla soudainement plus méfiant à l’égard de son hôtesse. Vaea ne put empêcher son sourire de s’élargir. Ainsi elle ne s’était effectivement pas trompée… Cet envoyé gagnait en intérêt de minute en minute, vraiment. Il serait bon de s’en faire un allié. L’important maintenant était de le rassurer.

-  Ma sécurité ? Interrogea-t-elle en étouffant un petit rire amusé. Seigneur, les apparences sont parfois trompeuses, nous le savons tous les deux…

Disant cela, la jeune femme quitta son assise pour contourner le sofa et gagner la fenêtre, à côté de laquelle pendait un deuxième cordon. Posant délicatement la main dessus, Vaea s’adressa à Roderik comme lui-même venait de le faire. Confidence pour confidence.

- Voyez-vous, il me suffit de tirer cette corde pour que quelques instants plus tard, plusieurs gardes fassent irruption ici afin de défendre leur maitresse. Vos accompagnants sont un peu loin pour vous porter secours à présent… Voulez-vous que je vous en fasse la démonstration ?

Jouer les blanches colombes pour séparer le loup de sa meute était une technique comme une autre après tout, et elle en était friande, bien qu’elle n’ait pas souvent eu l’occasion de l’employer. Néanmoins, si Roderik ne se trouvait pas trop sur la défensive, il comprendrait vite que la noble demoiselle n’avait nullement l’intention de mettre sa menace à exécution. Il ne s’agissait que d’une boutade, visant à détendre l’atmosphère. Elle s’éloigna d’ailleurs rapidement de la fenêtre.

- Je reconnais néanmoins que je ne m’attendais pas à recevoir aussi rapidement une visite telle que la vôtre. Je n’ai pas pour habitude de me trouver en pleine lumière… Mais j’ose espérer que si vous aviez voulu attenter à mes jours, vous auriez eu la décence de le faire avant de franchir ma porte…

Le sourire amusé de Vaea se fit plus doux, rassurant même, tandis qu’elle regagnait sa place initiale.

- Croyez-moi, j’ai toute confiance en mes gens… Mais je vous sais gré de votre inquiétude.

La Dame laissa planer un petit silence, et reprit finalement.

- Alors dites-moi… Puis-je réellement vous faire confiance ?

« Vos ambitions personnelles ne risquent-elles pas de contrecarrer les miennes ? », telle était la véritable question.
Revenir en haut Aller en bas
Roderik de Wenden
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 845
Âge : 27
Date d'inscription : 25/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans (né en 982)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un vent de nouveauté   Ven 27 Fév 2015 - 16:11

- Fort heureusement, je suis bien le dernier homme qui souhaiterait attenter à vos jours, confia Roderik en esquissant un sourire.

Du moins, tant que je peux compter sur vous, ajouta-t-il pour lui-même en son for intérieur. Si bien que lorsque la dame lui demanda si elle pouvait, elle aussi, placer en lui sa confiance, Roderik se demanda si c'était là une simple question rhétorique. Vu les nombreux non-dits et sous-entendus qui s'étaient glissés tout au long de la conversation, la réponse était clairement non. Elle ne me fait pas confiance, et je ne lui fais pas confiance. Mais nous pouvons nous entendre, néanmoins. La confiance est un luxe dont on peut se passer, tant qu'on y trouve son compte. Le fixant de ses yeux rieurs, la dame attendait visiblement une réponse, et Roderik se remémora les paroles du vieux Feidel. "Vous devriez la marier, avant qu'un autre le fasse." C'était, en effet, une suggestion intéressante et une excellente opportunité d'élever la maison des Wenden, de pénétrer, au sens propre comme au figuré, le lignage olyssean. Ou de retrouver ma tête au bout d'une pique, si notre cabale ne porte pas ses fruits.

- Je vais être honnête avec vous, madame. En arrivant ici, je m'attendais à tomber sur une vieille fille sénile, un vestige perdu et oublié de l'arbre familial olyssean. Il n'y a pas à dire, lorsqu'il s'agit de parler aux femmes, je me surpasse. Je réalise mon erreur. Vous êtes adroite. Vous êtes aussi agréable à regarder qu'à écouter. Il est clair que vous avez l'étoffe pour devenir l'une des plus puissantes femmes du Nord. Que dis-je... la plus puissante. Vous n'avez qu'à accepter mon amitié, et je vous aiderais à y parvenir.

Puis, d'un air amusé, il ajouta :

- Vous chercherez probablement à me faire croire que le pouvoir ne vous intéresse pas, Dame Vaea. Mais malgré toute votre force de persuasion, vous n'y parviendrez pas.
Revenir en haut Aller en bas
Vaea d'Olyssea
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 46
Âge : 28
Date d'inscription : 02/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  21ans (né en 986)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un vent de nouveauté   Mar 3 Mar 2015 - 8:27

« Le dernier homme à vouloir attenter à vos jours »… Une déclaration des plus charmantes à laquelle Vaea n’était néanmoins pas prête à accorder énormément de crédit. Roderik pouvait être sincère à cet instant, mais elle peinait à imaginer qu’il en soit toujours de même. Que se passerait-il s’ils venaient un jour à s’affronter au nom de leurs ambitions respectives ? La laisserait-il gagner ? C’était fort peu probable. Elle-même n’hésiterait pas à agir.

Attendant une réponse, la jeune femme ne quittait pas le seigneur des yeux. Et pourtant, son esprit se perdit un instant. Quel ennui que d’être obligée de batailler sans cesse pour obtenir ce qui nous est dû… Oh cette bataille-ci n’était pas sanglante, elle était même plutôt distrayante. Mais les suivantes seraient-elles toutes du même goût ? Non, l’ambitieuse demoiselle devrait s’y préparer.

Le visiteur avait donc choisi la flatterie pour conforter son hôte dans l’idée qu’il ne lui voulait aucun mal, et elle ne pouvait pas l’en blâmer. L’idée de finir vieille et sénile comme il l’insinuait ne l’emballait pas outre-mesure et elle appréciait d’autant plus ses atouts actuels. Ainsi il l’imaginait en puissante dirigeante ? Pour le coup, Vaea fut incapable d’assurer à cent pour cent qu’il le pensait réellement. Elle détourna donc le regard en réprimant son sourire et en étouffant le petit rire qui franchissait la barrière de ses lèvres. Le rose qui lui était monté aux joues serait néanmoins bien compliqué à dissimuler.

Quelques instants plus tard, son regard se planta à nouveau dans celui du Seigneur Wenden tandis que ce dernier l’interpellait à nouveau, sur son attrait pour le pouvoir cette fois. Il serait bien inutile de feindre un quelconque désintérêt en effet.


- Oh je ne compte pas m’en cacher Seigneur… Mais je pourrais vous retourner le compliment. Nous savons tous deux ce que c’est, de mériter plus que ce que la vie nous a offert… N’est-ce pas ? Nous et beaucoup d'autres. Être prêt à faire ce qu'il faut pour rétablir l'ordre des choses, voilà ce qui fera toute la différence... L'êtes-vous, vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Roderik de Wenden
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 845
Âge : 27
Date d'inscription : 25/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans (né en 982)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un vent de nouveauté   Mer 4 Mar 2015 - 0:16


Mériter plus que ce que la vie nous a offert... Roderik médita la phrase pendant un certain temps. Si sa propre expérience lui avait apprit une chose, c'était bien que la vie n'offre rien aux méritants. La vie est une putain, et elle ne m'a pas gâté. Il l'avait accepté et n'en gardait aucune amertume. Il avait apprit à se créer lui-même sa chance. N'avait-il pas reprit Wenden, après en avoir été chassé à la mort de son père ? N'était-il pas devenu l'un des plus proches vassaux du comte d'Arétria ? Rien n'avait été gratuit, pourtant. Dans son dos, certains le taxaient d'opportuniste, mais il avait toujours défendu l'honneur de sa maison sans jamais briser le moindre serment.
Il était fier de ce qu'il était, et son père, le bon Ganelon, le serait tout autant s'il voyait l'homme qu'il était devenu.

- Oui, madame, je suis prêt à faire ce qu'il faut. C'est la raison-même de ma présence ici. Je voulais voir qui vous étiez. J'ai vu.

Il soutint le regard de la dame ; il avait remarqué que ses joues s'étaient empourprées. Si habile fut-elle à lui tenir tête, elle ne pouvait pas tout dissimuler, et Roderik se demanda, non sans une once de fierté, si la dame le trouvait à son goût. Même si son attrait pour cette femme était avant tout politique, il n'en restait pas moins homme ; l'expression joindre l'utile à l'agréable avait toute sa place dans cette situation. Ce serait là une conquête des plus prestigieuses... cela étant, il est encore un peu tôt pour creuser la question.

- Je vais vous laisser à présent, Dame Vaea. Le devoir m'appelle et je ne compte pas abuser de votre hospitalité. Mais je crois pouvoir dire sans me tromper que nous nous reverrons vite.

Il se leva ; il n'avait pas terminé sa coupe de vin, mais il la laissa là. Il serait grossier de la vider d'un trait juste avant de prendre congé de la dame.

- Le comte d'Arétria et moi-même suivrons avec la plus grande attention les événements à venir, ajouta-t-il. Naturellement, vous pourrez compter sur nous. Tant que nous pourrons, de notre côté, compter sur vous le moment venu.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un vent de nouveauté   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un vent de nouveauté
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Petit Faucon [ Vent ] [PRIORITAIRE]
» Port-Salut, un vent d’espoir souffle
» Nouveauté W40k
» Allez viens j't'emmène au vent || Brooke ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Marquisat de Sainte Berthilde :: Baronnie d'Olyssea-
Sauter vers: