AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Halyalindë - Protectrice d'Ardamir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1277
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Halyalindë - Protectrice d'Ardamir    Dim 11 Jan 2015 - 12:04


Nom : Halylindë Yasairava dite "Arava"
Âge/Date de naissance : 477 ans – née en la 531e année du 10e cycle – semble encore être dans la vingtaine.
Sexe : Feminin
Race : Elfe Taledhel
Faction : Citées d'Anaëh (Ardamir)
Particularité :
-Surnommée occasionnellement Dame Louve
-cheveux blond-roux courts
-cicatrice d'une morsure de loup potentiellement mortelle à l'épaule droite.
-la dague humaine qu'elle porte au bras en permanence
-la présence d'un loup

Randil:
 

Alignement : Neutre Bon
Métier : Dame Protectrice d'Ardamir, ex-Aigle
Classe d'arme : Corps à corps(épée à une main, offensif) (très mauvaise à distance)

Son style est dérivé du combat à l'épée et bouclier, cependant, elle a opté pour une variante plus offensive de celui-ci. Comme bouclier (main droite), elle utilise une longue dague et des protèges bras qui descendent jusqu'aux phalanges. Cette étrange idée lui permet de parer et dévier les attaques tout en permettant de porter des coups à courte portée.

Pour que ce style soit efficace, il faut tout de même être très rapide et avoir une bonne idée de la position des ennemis. C'est d'ailleurs son meilleur atout et ce qui en fait une bonne combattante de groupe: elle a une excellente perception et une bonne représentation de son environnement.
Elle a également des bases dans le maniement des armes d'hast et des véritables boucliers.

Cependant, elle n'avait pas la patience nécessaire à l'apprentissage du tir à l'arc étant jeune et n'a jamais rattrapé ce retard.


Équipement :

Armure:
Si son armure est très importante dans sa vie de tous les jours, elle n'y est pas attachée d'un point de vue sentimental. Les forgerons des Aigles lui ont permis de créer une protection qui va parfaitement avec son style de combat et c'est plutôt le fait de devoir la faire entièrement reforger qui l'énerverait que la perte en elle-même.
Une armure légère, bien moins efficace que les armures traditionnelles, mais qui laisse une liberté de mouvement quasi-parfaite, voilà ce qu'elle avait commandé. Et c'est ce qu'elle a reçu.
Les bras et les jambes sont protégées par de fines lamelles de métal, tout comme le haut du buste et le dos, mais elles sont reliées entre elles par des mailles très fines, du cuir et des jeux de rivets qui laissent une certaine élasticité à l'ensemble et une légèreté considérable. Même si elle ne protège pas comme une armure plus lourde, elle permet des mouvements amples et extrêmement précis.
En plus de son aspect pratique. Toutes les parties métalliques sont ternies et cuivrées pour passer plus inaperçues. L'agencement des lamelles est travaillé et de discrets motifs rappelant des arbres et des aigles en recouvrent certaines. Pour que la description soit complète, il faudrait cependant ajouter l'épaisse fourrure de loup qui drape ses épaules.

Armes:
-dague humaine:
Discrètement glissée sur son avant bras, la Dame d'Ardamir porte presque en permanence une longue dage de facture assez grossière typiquement humaine mais dont la garde large protège efficassement les doigts.

-épée des Aigles
L'arme la plus remarcable est cependant une épée à la garde formée par des ailes d'aigles. Sa lame elfique, longue et fine est assez légère pour permettre une bonne rapidité de mouvement tout en résistant aux chocs.

-corne d'appel blanche et travaillée qu'elle porte à la ceinture et qui lui sert de substitut au hurlement de loup.


Description physique :
1m98, Cheveux roux cuivrés, yeux verts pâles peau pâle, muscles fins et forts, membres déliés, poitrine menue, hanches rebondies, séduisante dans ses mouvements, regard aiguë parfois farouche, sourire joueur

Physiquement, Halyalindë est assez loin de ce qu'on pourrait attendre d'une noble Dame elfe comme décrites dans les contes que colportent les ménestrels humains. Malgré un maintient régalien et un port de tête noble, il suffit qu'elle se mette en mouvement pour avoir une attitude beaucoup plus farouche. Ses mouvements dansants, presque félins sont contrôlés et mesurés par l'habitude de siècles d'entraînements.

Pourtant, si elle porte une armure légère rehaussée de fourrure de loup quand elle sort des murs de la citée, elle a redécouvert les talents des meilleurs tailleurs pour confectionner des tenues simples en apparence qui demande une grande maîtrise à réaliser et mettent en avant les atouts de son anatomie. Au quotidien, elle préfère des vêtements esthétiques dans les tons verts et bruns de la forêt. Ne portant que rarement des cols hauts et jamais de gants, on voit sans problème les cicatrices qui serpentent sur ses mains et ses épaules.

Mais l'aspect le plus choquant à première vue, est surement le fait que ses cheveux aux reflets roux sont coupés juste au-dessus de ses épaules, lui donnant un côté sauvage et faisant ressortir son visage fin. Un demi-sourire glisse souvent sur son visage, lui donnant un air taquin que certains prennent à tord pour de la moquerie.


Description mentale :

"A chaque mort donnée volontairement, c'est deux Univers qui disparaissent."

loyale (n'a qu'une parole), écoute son instinct, généreuse, empathique, juste (essaie en tout cas), courageuse, téméraire,  sais s'y prendre avec les animaux, déteste la mauvaise foi, sensible a la flatterie, toute vie à la même valeur, supporte très bien la pression

Son apparence ne peut mentir sur son passé de guerrière, mais la prendre pour une belliciste serait une grave erreur. Au contraire, l'un des éléments les plus importants de sa personnalité est surement la valeur qu'elle accorde à la vie en général. Elle porte un immense respect pour la nature, son œuvre et les elfes qui ont choisi de la vénérer. Protéger les siens et leur assurer une bonne vie est la tâche la plus importante qu'elle s'impose, que ce soit par l'épée ou, plus heureusement, en replissant ses devoirs administratifs.

Ce qu'elle déplore le plus, à part ce manque de compassion, c'est le fait que les elfes restent empêtrés dans des querelles millénaires. Elle rêve qu'un jour les elfes des roches et des bois coopèrent, que l'Alliance avec les humains soit reforgée, pour chasser les Drows et apporter une véritable ère de paix. Jamais elle ne trahira quelqu'un après lui avoir donné sa parole.

Pourtant, elle ne parait pas toujours bienveillante et ses côtés très idéalistes aussi bien que son sang-froid en cas de crise restent bien souvent profondément enfouis sous son masque d'insouciance. Ses études de rhétoriques et de politique lui ont donné une langue aiguisée qu'elle utilise à tort et à travers pour dire avec franchise des vérités difficiles. Elle aime l'humour.

Une autre particularité est le temps qu'elle a passé au contact des humains. Elle tient en haute estime l'adaptabilité et l'imagination, de plus en plus rare chez son propre peuple. Elle a appris à suivre son instinct et ses sentiments plus que la plus grande partie des elfes et elle pense que c'est grâce à cette agilité d'esprit qu'elle en est arrivée là où elle est.

Peut-être est-ce grâce à cet instinct, mais elle est s'entend très bien avec les animaux et adore les enfants. Elle aime séduire, consciemment ou non, autant qu'être séduite et reste assez sensible à la flatterie. Déjà d'un naturel aventureux dans son enfance, voir des humains risquer leur vie pour ce qu'ils pensaient juste l'a rendue téméraire individuellement.

Hors des champs de bataille et des situations de stress, elle a pourtant appris à analyser la situation en profondeur et à écouter tous les avis sur le sujet, mais son entrainement militaire lui a donné la capacité de prendre les décisions qui s'imposent quoi qu'il arrive. Lorsque ce moment arrive, elle ne déteste rien plus que l'insubordination.




Capacités magiques :
le principe même de magie passe largement au dessus de la tete de Halyalindë.
Elle entend la symphonie des arbres, elle y fait attention surtout depuis la mort de sont mari et l'adoption des loups

Histoire :

 TIME LINE :
 

Un chant
Comme un appel hyptnotique
Qui tourbillone


Lorsque vous vous approchez du feu, vous vous apercevez que ce que vous aviez pris pour un campement de voyageur abrite en fait qu'une seule personne: un vieil homme portant une veste de cuir usée. Ses cheveux gris et son visage buriné pourraient en faire une proie tentante pour tous les bandits de grand chemin, mais à quoi bon s'y risquer vu la minceur de son paquetage .

Quand il vous voit, il vous propose de venir vous asseoir pour profiter du feu. Il n'a pas l'air bien farouche pour un vieillard voyageant seul. Il partage sans regret le quignon de pain qui lui tient lieu de dîner. Sa discutions est plutôt agréable. Il vous avoue être un ménestrel originaire d'un village voisin... Un village qui a été plus qu'à moitié absorbé par la croissance rapide de la forêt d'Anaëh quelques années auparavant. Les tentions à la frontière sont toujours palpables, mais il sourit et plaisante sur ses voisins elfiques. Il a l'air d'en savoir plus long qu'il ne veut bien le dire, ou peut-être est-ce juste ce qu'il aime faire croire.

Il n'a pas peur de voyager seul car il est bien protégé... C'est tout ce que vous en tirez de prime abord. En bon conteur, il ne peut pas s'empêcher de vous tendre des perches et finalement accepte, dans sa grande bonté, de vous raconter une histoire pour faire passer le froid de la nuit. Une histoire vraie, une histoire de famille, même... Comme toutes ses histoires sûrement.




Ce que je vais vous raconter, c'est mon père qui me l'a raconté. Lui-même le tenait de sa mère qui la tenait de son père à elle. C'est l'histoire tragique d'un amour impossible. C'est l'histoire de mon village, la raison pour laquelle il a survécu pendant aussi longtemps faces aux bandits et aux mercenaires et... Mais je vais trop vite en besogne.

Près de Naeis, près des bois, existait un petit village de fermier. Mal fortifié, il n'avait pourtant jamais eu de gros problèmes grâce à sa milice, de jeunes gens braves et formés par l'armée de sa cité la plus proche. La vie s'écoulait tranquillement. Rien ne venait troubler le temps qui passe et le cycle des saisons. Aucun mystère plus grand que l'identité du gamin qui avait jeté une caillasse sur une vache n'empêchait les paysans de dormir. C'était ennuyeux à mourir, certes, mais il faisait bon vivre. Mais comme dans toutes les histoires, le malheur frappa.

Une nuit, les habitants furent réveillés en sursaut. Le feu avait pris dans la maison du forgeron, la fierté du village. La forge avait dû être mal éteinte. Tous se précipitèrent... Et tous le regrettèrent. Des cris déchirèrent la nuit dans toutes les directions. Des pillards déferlèrent sur l'attroupement. Certains furent tués, d'autres enfermés, d'autres encore fuirent sans même avoir le temps de repasser chez eux. Au matin, une petite troupe de survivant s'était formée sur une colline voisine. Quelques fournitures, quelques armes, quelques animaux, quelques hommes, des femmes, des enfants.

Heureusement, Kaelan, le guérisseur, avait réussi à s'enfuir avec son fils, Emeric. C'était un homme sage et courageux dont la femme était morte en couche deux ans plus tôt. Il soigna les blessés et organisa la bande. Il leur fallait faire vite. La ville était trop loin pour se mettre à l'abri. Les bandits les poursuivraient, il en était certain. Il prit donc une décision aussi folle que brave: il poussa les siens vers la forêt des elfes, espérant que leurs poursuivants se feraient exécuter par les grades-frontières... S'ils existaient vraiment.

Mais cela ne se passa pas comme il l'avait prévu. Ils marchaient dans la forêt depuis à peine quelques heures lorsqu'une cavalière leur barra la route. C'était une elfe. Une grande elfe dont les cheveux roux flottaient au-dessus de ses épaules. Elle portait armes et armures comme un véritable guerrier.Kaelan tenta de lui expliquer leur malheur et mit toute fierté de côté pour sauver les survivants. Il la supplia d'aller chercher ses compagnons pour tuer les bandits qui leur courraient après. Pas une fois l'expression de l'elfe ne changea. Lorsqu'elle leur demanda de quitter la forêt, le guérisseur cru que leur cause était définitivement perdue. Mais encore une fois, le destin est plus tortueux que ce que l'on pense.

Elle raccompagna non seulement les villageois hors de la forêt mais elle les suivit sur la route du retour. Finallement, aucun bandit ne les avait suivis mais le village était encore occupé. Lorsque le deuxième jour arriva à son terme, les survivants étaient de nouveau rassemblés sur les collines. À l'aube, c'était fini.

En une nuit, la totalité des bandits avait été tuée ou mise en déroute. Dans le clair de lune, les combats avaient duré longtemps. Les survivants, tous mis à contributions, gagnaient peu à peu du terrain. Sous les encouragements et le commandement de l'étrange elfe et de Kaelan, tous avaient décidé de se battre pour les leurs. Bizarrement, elle ne se contenta pas de donner des ordres, elle frappa en première ligne. On voyait à peine sa lame briller dans le clair de lune. Crois-moi, elle sauva de nombreuses vies cette nuit là, dont celle de mon ancètre!

Le village ainsi libéré commença à se reconstruire, rajoutant au passage quelques fortifications. On fêta ce grand exploit. Kaelan employa son savoir à soigner tous ceux qui en avaient besoin. Et pour honorer les combattants, l'elfe resta. Elle resta le lendemain, et le sur-lendemain.

Les semaines, les mois, les années passèrent et toujours, sa haute silhouette déambulait dans le village. Très rapidement, elle s'était montrée d'une bonté et d'une générosité sans borne. Elle aida à la reconstruction, forma les miliciens et donna quelques conseils aux autres villageois. Elle aimait les enfants et passait beaucoup de temps avec eux, particulièrement avec Emeric. Mais plus que tout, elle était fascinée par l'abnégation de Kaelan.

Le guérisseur, après cette aventure, resta une personnalité importante du village, mais jamais cela n'altéra son sens du devoir et du dévouement. Il aidait les siens avec bienveillance. Mais le souvenir du courage de cette étrangère qui avait combattu à leur côté, pour un village qui n'était pas le sien, hantait toujours ses pensées.

Le temps rapproche les gens. Et un matin d'hiver, après une nouvelle attaque, Kaelan la demanda en mariage. Évidemment, parce que toutes les femmes, elfe ou humaines se ressemblent, elle refusa. Mais cela ne l'empêcha pas de continuer à vivre sous le même toit que le guérisseur.

Il fallut attendre cinq ans pour qu'elle accepte! Emeric avait 13 ans. La vie continua. Les années succédèrent aux années. Emeric devint un homme, pris une femme et reprit le travail de son père. Kaelan se voûta, son visage se creusa de ride et pendant tout ce temps, sa femme resta inchangée.

Lorsqu'après une vie bien remplie, arriva ce qui devait arriver, l'elfe n'avait toujours pas pris une ride, mais son sourire bienveillant se flétrit. Kaelan fut enterré sur la colline d'où ils avaient lancé leur attaque. Sa femme fut consolée par ses vieux amis. Elle resta pour voir son fils d'adoption continuer sa vie. Mais encore une fois le destin des hommes est identique. Emeric rendit son dernier souffle. Tous les vieux amis avaient déjà rejoint leurs ancêtres et les petits enfants du vieillard ne pouvaient se rappeler de la bataille qui avait eu lieu que par les histoires d'une génération disparue.

La tristesse s'était emparée de l'elfe. Elle hantait le village comme un vestige d'un passé depuis longtemps révolu. Tous pouvaient voir qu'elle perdait peu à peu son envie de vivre. Un matin, on retrouva la vieille maison du guérisseur totalement vide. Aucune trace de pas. Aucun signe de départ. Il ne restait plus que son alliance, posée sur la cheminée à côté de celle de Kaelan.

Les gens prétendent qu'on voit parfois la silhouette de l'elfe pleurer la vie si courte des humains, penchée sur la tombe de son défunt mari. D'autres disent qu'elle s'en est retourné en terre elfique...


Il laisse ses mots suspendus dans l'air quelques secondes en vous lançant un regard mystérieux.

Enfin, ça c'est ce que pense la plus part des gens du village. Plus personne ne l'a vue depuis lors, mais on voit parfois des traces de pas qui sembles venir de nulle part autour du village. Les échos de combats résonnent dans l'air sans jamais arrivé jusqu'à nos champs.

Elle est toujours là, quelque part à veiller sur ceux qu'elle considère comme ses descendants. Ma famille le sait.

En disant ces derniers mots, il sort de son col, deux petits pendentifs... Deux anneaux. Dans la pénombre, vous remarquez que des runes elfiques sont gravées sur l'un d'eux. Ce qu'elles veulent dire? Aucune idée. Mais sur l'autre, vous arrivez à peine à distinguer quelques lettres  A-R-A...

Elle s'appelle Arava.



~~~~~


Libertée perdue
Don du ciel
Défenseur



La vérité sur cette histoire, c'est une tout autre personne qui pourrait vous la raconter, mais cette personne est bien loin de là. Cette personne, c'est moi, Halyalindë de mon nom de naissance, mais tous m'appellent Arava. Je pourrais vous la raconter, mais elle serait bien trop longue. Je ne saurais pas en retirer le superflu et je ne garderais pas l'essentiel. Qui pourrait faire cela, en racontant sa propre vie?! Sérieusement? Le souvenir d'une autre peau contre la sienne est-il moins important que le souvenir des victoires et des défaites que l'on a pu subir?

Comme je ne pourrais pas m'empêcher de digresser, faisons un marché. Laissez-moi vous raconter ma version, dans les grandes lignes, sans m'interrompre et vous pourrez vous plaindre tant que vous voudrez, je vous écouterai.

Alors...

Fille unique, je suis née dans la cité d'Ardamir. Ma mère, Emariel, une ex-Noss, était restée dans la cité pour mon père. Elle s'était difficilement fait une place dans l'armée. Mon père Eorim, était le conseiller du Protecteur comme son père avant lui. La famille était toujours estimée, ce qui m'a donné accès à une excellente éducation.

J'aimais Ardamir. J'y ai grandi. J'y ai appris l'art de la stratégie, de la politique, de la diplomatie, de la danse et de l'épée. Mon père aurait sans doute voulu que je devienne conseillère, guérisseuse ou artiste, mais j'ai toujours été trop franche pour cela. Et je n'ai jamais trouvé plus grande franchise que celle du corps. Avec le corps, on ne triche pas, on ne ment pas. Et reconnaissons qu'il est plus agréable de savoir correctement utiliser la totalité de son corps que d'avoir simplement une langue agile.

J'étais jeune, orgueilleuse et la tête pleine d'envie d'aventure. Je rentrais en compétition avec tous les autres enfants, me mesurant aussi aux adultes lorsque j'en avais l'occasion. J'étais curieuse et téméraire, prompte à la colère, mais d'un entêtement peu commun lorsqu'il s'agissait de comprendre quelque chose ou de résoudre un problème. J'aimais étudier de nouvelles façons de penser, d'autres traditions, d'autres avis. Me limiter en esprit ou en corps, aux murs de la cité m'était insupportable.

Je suis entrée dans l'armée pour parfaire mes techniques de combat qui avaient été un peu négligées au profit de mes autres leçons. J'avais 140 ans et pensais que je trouverais dans les rangs cette reconnaissance dont j'avais besoin. Je suivais la discipline au quart de poil. Je suis restée là-bas encore 40ans, sans monter en grade, sans me faire remarquer, avant de partir faire mes propres armes. Je n'arrivais pas à évoluer, je suivais simplement les ordres

Passons les moments les plus importants constitués de désirs, de combats et de regrets : j'ai été mercenaire, ou plutôt escorte. Je défendais des marchands, des voyageurs, contre de l'argent. J'ai rencontré beaucoup de monde, mais je ne parvenais toujours pas à trouver ce qu'il me manquait.

J'ai voulu revenir chez moi, mais le destin en a décidé autrement. J'étais à peine rentrée en Anaëh depuis quelques heures que je suis tombée sur une troupe d'humains. Des paysans, certains armés d'autres non. Des hommes, des femmes et des enfants. C'est vrai, je les ai aidés à retrouver leur village mais c'était grâce à leurs connaissances du terrain et à leur ténacité, par parce que j'ai moi-même tuer plusieurs dizaines de démons sortis d'on ne sait où! Les bandits étaient de simples voleurs de bétail.

C'est vrai aussi: j'y suis restée pour un homme: Kaelan. C'était un guérisseur et un homme bon, énergique, imprévisible. Il aimait la vie et la rendait plus forte dans ceux qu'il croisait alors que je ne savais que la détruire. Les moments que j'ai vécus là-bas n'appartiennent qu'à moi. J'ai appris beaucoup sur l'importance de la vie. Vous avez juste à savoir une chose: après avoir vu mourir mon fils, je suis partie en direction de ma ville natale. Rien de ce que vous entendrez d'autre n'est vrai.

À quelques jours de marche d'Ardamir, je me suis faite attaquer par une louve géante. Elle était blessée et je ne l'avais pas repérée avant. Elle m'a presque arraché le bras. J'ai survécu mais il m'a fallu plusieurs mois avant de pouvoir bouger normalement le bras. Le plus important dans cette rencontre, a été le fait qu'elle avait deux petits à peine nés. À cause de moi, ils étaient sans mère, j'étais sans fils. J'ai juré à Kyria que je m'occuperai d'eux et ils ont survécu.

C'est ainsi que j'ai hérité de deux loups: Randil et Unmiriel, un blanc et un boiteux. J'ai aussi gagné le surnom qui allait avec: Dame louve. Avec l'aide de ma mère et de dresseurs, je les ai nourris. Je leur ai appris à chasser, à hurler mais aussi à contrôler leurs instincts en présence de bipèdes.  

Je suis entrée dans l'infanterie de l'armée royale un peu plus d'un an après mon retour, avant ma 273e année. Les années passèrent très vite et cette fois, je me suis faite remarquer. Mon style n'était pas totalement traditionnel, patiné de passes d'armes humaines et de mouvements de mon cru, mais surtout, j'arrivais très bien à combattre et organiser des groupes grâce à ma perception de l'environnement. Je profitais de la moindre particularité du champ de bataille et j'improvisais, mettant ma propre vie en jeu pour en épargner d'autre. Puis Randil et Unmiriel arrivèrent dans la partie.

La veille de ma 372eme année, au lieu de passer lieutenant, j'ai été recrutée par les Aigles. Nous ne vîmes plus aussi souvent le front. Randil, Unmiriel et moi étions souvent dévolus à la protection des figures importantes. La belle époque!

J'ai eu l'honneur de rencontrer Dragan d'Ardamir, Rima-Macil, Dyarque et notre reine. J'ai été attribuée à la garde de Dragan tout en soutenant ouvertement Rima-Macil durant sa disgrâce. Mon éducation de diplomate me prédisposa naturellement à mettre discrètement mon grain de sel dans la vie administrative d'Ardamir, dans l'ombre de Dragan. Protection de sa famille ou aide occasionnelle, je faisais des travaux de seconde ou troisième main.

J'étais à Ardamir quand Dragan a été tué. C'était un homme que j'estimais énormément. Lorsque la nouvelle arriva à la cité, la haine se fit sentir. J'ai renoncé à ma charge dans le corps des Aigles pour me mettre au service d'Ardamir uniquement, devenant officiellement commandant des armées d'Ardamir. J'ai aidé à calmer les esprits tout en préservant la paix. Les vacances de pouvoirs avaient un effet terrible sur les nôtres.

Lorsque les Hérauts déferlèrent dans la forêt pour nous appeler vers Ellyrion. Le rassemblement a été rapide et je suis descendu vers Ellyrion à la tête des armées d'Ardamir. Pas besoin de m'étendre sur le fait que ce fut la plus grande défaite de l'histoire des elfes ou peu s'en faut. Nous étions seuls, mal organisés et sur la défensive. Je préfère ne pas m'attarder sur le sujet mais Unmiriel ne vit pas la fin de l'affrontement. Beaucoup des notres ont péri cette nuit là et j'ai perdu plus d'hommes et de femmes de valeur que je ne pourrais le dire.

Il faut croire que mon sens de l'apropos (ou peut-être mon sens de l'humour...) à marquer quelques personnages importants. Peu après avoir laisser les cadavres de nos camarades et les murs fumant d'Ellyrion dans notre dos, je regagnais la citée avec la moitié de nos soldats. Le conseil des protecteurs m'a nommé à la tête d'Ardamir à peine quelques jours plus tard. Je crois que j'ai encore du mal à sésir pourquoi mais ce fut le plus grand honneur de ma vie!

Enfin... Les temps ont changé si vite. Le Voile est venu nous rappeler l'importance de la Vie. La symphonie des arbres se fait plus forte. Les drows avancent sans cesse, les tentions aux frontières ne cessent d'augmenter. Eraison est tombée à son tour...

Voilà...

Je ne suis pas très douée pour raconter les histoires, d'habitude j'essaie plutôt de faire ce qui doit être fait. Les temps changent. Si nous ne sortons pas la tête de nos habitudes et de nos querelles ancestrales, il changera sans nous et l'Œuvre de Kÿria aura été veine.


Attente infinie
Doute profond
Espoir

Lien avec Sigil Ciryalë:
Bien sûr, elle en avait entendu parler, surtout depuis sa prise de fonction chez les Aigles, cependant, elle n'a vraiment commencé à s'intéresser à lui à la mort de Dragan, lorsqu'elle se retrouva aux prises avec les affaires administratives et la ville. Elle le respecte pour sa façon de diriger et a été très touchée par le cadeau qu'il a envoyé lorsqu'elle a été nommée protectrice. La première année et durant le passage du Voile, elle lui a plusieurs fois demandé conseil, de façon discrète bien sûr...

HRPComment trouves-tu le forum ? : très jolie et vivant. Très bon acceuil, des membres impliqués et ça fait plaisir (j'espère que ça restera la cas encore longtemps) un bg assez complet même si les explications disponibles pour les nouveaux manque parfois de clareté ou de précision... (mais là encore, la rapidité des réponses enlève la plus part des problèmes)
Comment as-tu connu le forum ? : par un anuaire de forum rp médiéval
Crédit avatar et signature : je ne sais pas, j'ai retrouvé cette image sur mon ordinateur et je n'arrive pas à savoir d'où elle vient.


Dernière édition par Halyalindë Yasairava le Dim 18 Jan 2015 - 21:41, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Azhar Tahwi Salougan
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 195
Âge : 23
Date d'inscription : 06/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  93ans (né en 914)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Halyalindë - Protectrice d'Ardamir    Dim 11 Jan 2015 - 13:56

Bonjour, bienvenue à toi officiellement sur le forum Razz ! Quelqu'un va venir très vite s'occuper de ta fiche Wink
Revenir en haut Aller en bas
Blanche d'Ancenis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1026
Date d'inscription : 21/07/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans. Dans ces zones là.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Halyalindë - Protectrice d'Ardamir    Lun 12 Jan 2015 - 19:37

Bonjour/bonsoir et bienvenue, apparemment, c'est moi qui vais m'occuper de ta fiche. Je ferais cela avant le week end mais ça ne sera pas avant mercredi car j'ai des examens. Tu m'excuseras d'avance pour le temps de validation. J'espère aussi ne pas te traumatiser avec mes corrections, apparemment, je fais peur :(.

Mais courage <3
Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1277
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Halyalindë - Protectrice d'Ardamir    Lun 12 Jan 2015 - 22:21

Pas de soucis pour le temps de réponse (ma fiche est un peu longue en plus...)
(et les corrections me traumatiseront pas, au pire, je mettrai un peu de temps à les digérer :) )
PS: J'en profite pour m'excuser s'il y a des fautes dans ma fiches mais je l'ai passée sous trois correcteur orthographiques d'un bout à l'autre (ça a été long) et je n'en ai pas trouvé à la relecture, donc je ne pourrai pas faire mieux que cela.

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Blanche d'Ancenis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1026
Date d'inscription : 21/07/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans. Dans ces zones là.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Halyalindë - Protectrice d'Ardamir    Jeu 15 Jan 2015 - 16:13

Bonjour, alors je m'occupe enfin de ta fiche.


Correction :

- Âge, alors je suis p-e super nulle en math, tu m'excuseras mais si je fais 531 + 468 = 999 --> Or 1 cycle c'est 1000 années sur Mira et nous sommes actuellement au 11e cycle et en l'an 8. Je pense que y'a une erreur de calcul ^^.

- Je ne comprends pas vraiment ce que tu veux dire par "elle utilise une longue dague prise en main la lame vers l'intérieur".

- Une armure légère et adaptable qui laisse une liberté de mouvement quasi-parfaite, voilà ce qu'elle avait commandé. Et c'est ce qu'elle a reçu. --> Puisque tu apprécies détailler et je vais aussi m'appuyer sur les détails. C'est juste pour dire que qui veut dire armure légère, dit une protection moins "efficace" mais ton personnage est agile et semble rapide donc ça doit pallier.

- Incohérence : "blond-roux" que tu mets dans les particularité, puis en dessous tu mets "Cheveux châtains"
--> Tu voulais sans doute dire d'un roux cuivré. Quelque chose comme ça.

- La fourrure, ca tient chaud. Ton protectorat étant au Sud et vers l'Estrevent, il fait relativement "doux" en Hiver.

- En Ilthri'Vaan --> Tu parles pas plutôt d'Aduram ? Car seul les frontières d'Irthi Vaan ont la forêt. Pourrais-tu me situer plus ou moins n_n ?

- Petite précision, j'aimerais que tu gardes à l'idée que ton elfe sera sans doute blessée lors du combat contre les bandits, car dans un village, je présume que les personnes qui ont combattu auprès d'elle n'avaient pas de formations armées, donc face à des brigands qui passent leur temps à se battre, elle ne peut pas tuer tout le monde seule. C'est juste pour éviter le côté parfait du personnage, qui est la plus forte. (Pas besoin de rajouter quoique ce soit :))

- "Le temps rapproche les gens. Et un matin d'hiver, après une nouvelle attaque, alors que le givre " --> L'Ithri'Vaan pour la plupart des terres, sont des territoires chauds. Il n'y a pas de gros hiver avec de la glace normalement. Il faut que tu vois l'Ithri'Vaan comme le moyen-orient etc. Après je vais demander des précisions au staff.


- Emariel, une Noss --> Précision, si ta moman a été dans l'armée, elle a du abandonner sa Noss. Car c'est rare qu'une Noss va habiter en ville. Il/elle préfère rester dans sa tribu.

- Question : le fils de Kaelan, du début, c'est celui qui meurt après et que Halya considère comme son fils quand tu dis "j'ai vu mourir mon fils" ?

- Le gros problème :

Alors je suis sincèrement désolée mais tu vas devoir modifier des choses vis à vis de ton élection en tant que Protecteur.

Donc déjà, tu n'es pas une native de Ardamir. Or la logique veut qu'il y ait tout un tas de familles nobles et de personnes ayant aidé à la cité depuis bien plus longtemps. Normal, vous êtes des elfes et donc, les elfes sont immortels. Je trouve cela extrêmement peu qu'un garde du corps même si tu proviens des Aigles, s'érigent en tant que protecteur au bout de 60 ans d'année de services. C'est peu dans la vie d'un elfe, sachant que 125-150 ans environ sont les années avant d'être considéré comme un adulte. Il faut vraiment qu'elle ait fait des choses importantes pour la Cité pour avoir été élu protecteur.

Je vais en parler avec le reste du Staff :) et je reviens vers toi.


Sinon très bonne fiche :). Y'a pratiquement rien à changer mis à part des étourderies et les choses que j'ai précisé, c'est juste pour que tu aies la "vision" en tête mais pour autant, il ne faut pas modifier.


Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1277
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Halyalindë - Protectrice d'Ardamir    Ven 16 Jan 2015 - 16:31

Alors:

-La dague, c'est très simple en dessin mais je n'arrive pas à le décrire... La prise en main normal, le bout pointue est dirigé vers l'avant, là, on change juste l'arme de sens, le bout pointu ressort plus du même côté de la main. On peut dévier des coup et protéger un petit bout de son bras avec, ou la planter avec pas mal de force... Mais sinon j'enlève juste la phrase parce qu'on s'en fout un peu, non?

-J'ai rajoutée la faiblesse de l'armure
-J'ai changé châtain en roux cuivré
-J'ai viré le givre.
-La maman est une ex-Noss (ça me paraissait évident, mais c'est vrai que je ne l'avais pas précisé... ^^")

-Ne t'en fait pas pour le côté gros-bill de la première description, je l'ai vraiment pris comme le récit d'un barde mélodramatique :), dans mon idée, ils s'étaient débarrassés des brigands grâce à des pièges et ils en étaient tous ressortis en plus ou moins mauvais état.


-Oui, c'est le fils de Kaelan le fils en question



Sinon, il y a deux choses qui restent:

-Du coup, le village devrait être en Aduram et sa carrière de mercenaire en Ilthri'Vaan? C'est possible?

-Pour l'election au protectorat, il y a quelque chose de très simple: papa était un conseiller d'Ardamir et non d'Eraison. Ses ancêtres n'ont surement pas été protecteurs du coup mais ça passerait mieux, non?
Revenir en haut Aller en bas
Blanche d'Ancenis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1026
Date d'inscription : 21/07/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans. Dans ces zones là.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Halyalindë - Protectrice d'Ardamir    Sam 17 Jan 2015 - 18:35

Bonsoir,

Alors ok, pour la dague. C'est comme tu veux. Garde en tête qu'une plaque de métal, concernant tes protèges bras ne peuvent pas encaisser des coups du genre grosse épée bâtarde, épée à deux mai, claymore, espadon. Enfin selon ma logique, une épée comme ça te tranche le bras. Non ? Mais ça,c 'est encore du détail et simplement pour que tu aies en tête ce genre de logique :).



Pour le village, je te propose une alternative. Je te propose de le situer pas loin du royaume de Naelis, à l'époque Naélis n'est pas encore un Royaume (le bg est en cours de validation). Donc c'est une ville qui a de l'influence en ithri Vann sans vraiment en faire partie. Elle est à cheval entre l'estrevent et Aduram, donc ca serait un bon compromis et à la frontière y'a l'orée d'Anaëh. Donc de la foret.

Sinon pour protecteur, si tu changes et que tu situes ton lieu de naissance à Ardamir et que ton papa y est conseiller. Ca serait parfait. Je te demanderais juste d'allonger d'une décennie ou deux le temps comme aigle et à la limite tu diminues ton temps en tant que mercenaire. Enfin tu troques ces 20 années de ton mercenariat pour les rajouter ta carrière d'aigle.


Voila. On y est presque :).
Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1277
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Halyalindë - Protectrice d'Ardamir    Dim 18 Jan 2015 - 21:44

Voila!

Mis à part erreur d'éventuelles erreurs d’inattention, je crois avoir fait les modifications nécessaires!

On va peut-être y arriver?  
Revenir en haut Aller en bas
Blanche d'Ancenis
Ancien
Ancien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1026
Date d'inscription : 21/07/2011

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 31 ans. Dans ces zones là.
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Halyalindë - Protectrice d'Ardamir    Dim 18 Jan 2015 - 22:58

Je valide, j'espère que tu te plairas sur Mira. è_é Genre on va peut-être y arriver xD. Au moins après cela tu seras calées sur les elfes :p. Du moins dans les régions que tu dois jouer, c'est positif ^^.



Code:
[Métier & Classe] : Dame Protectrice d'Ardamir, ex-Aigle

[Race & Sexe] : Elfe & Féminin

[Classe d'arme] : Corps à corps

[Alignement] : Neutre Bon

Foire au RP ~ Pour tout ce qui est recherche de compagnons RP. En bref, que du bonheur !
Journal de bord ~ Pour archiver tes liens de RP qui content l'histoire de ton personnage {Vivement conseillé}.
Et enfin, si tu as des question, n'hésite surtout pas à demander l'aide d'un parrain, ou à tout simplement poser tes questions dans la partie créée à cet effet.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Halyalindë - Protectrice d'Ardamir    

Revenir en haut Aller en bas
 
Halyalindë - Protectrice d'Ardamir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nyrlae [Dame protectrice de Daranovar]
» Elerrìna Faila - Dame Protectrice de la Quatrième Saison [Katastrophe]
» L'Ondine du Niddeck
» Dragan Tiril [Seigneur Protecteur d'Ardamir]
» Esmëldiz Elbereth [Protectrice d'Eldarinwa]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Où tout commence :: Bibliothèque :: Tabularium :: Elfes-
Sauter vers: