AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Car faire ses courses est parfois salissant {Solaara de Chastelo}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shallat Assunudadnud
Drow
avatar

Nombre de messages : 27
Âge : 28
Date d'inscription : 27/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  478ans (né en 529)
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Car faire ses courses est parfois salissant {Solaara de Chastelo}   Lun 19 Jan 2015 - 17:42


« Fermez là, bande de sac à merde ! »

¤¤¤

Un fouet se fit entendre, lacérant un peu plus le dos d'un des infortunés esclaves que comprenait le cheptel de celle que tous nomment la Vipère Sanglante. Elle était surnommée ainsi à cause des nombreux coups de fouets qui parsemaient le dos de son bétail, qui laissaient entrevoir des lignes rouges sur la peau des victimes de son terrible fouet. C'était aussi à cause de son sadisme qui devenait de plus en plus légendaire. Elle avait établie son étal dans un ancien bain-douche Thaarie, dans la Foire aux Esclaves. Alors que la plupart de ses concurrents montraient leurs marchandises en plein soleil, son commerce disposait d'assez d'ombres et de fraîcheur pour que ses clients prennent leurs temps. Elle avait décider d'emmener environ 300 esclaves au marché, sans compter son personnel, qu'ils soient ses esclavagistes ou encore ses catins pour le service. Car oui, Shallat connaissait les vices de ses clients et quoi de mieux qu'une petite gâterie en restant tranquillement dans son pouf, en regardant les marchandises que la Drow pouvait mettre votre disposition, si vous avez les moyens bien-entendus … L'humidité, le sang, le foutre et l'encens donnait à l'endroit une odeur et une atmosphère unique. Les voyageurs connaissaient rarement cet endroit, c'était le palais de la décadence Thaarie. Ici, tout pouvait se vendre ou s'acheter, même les enfants pas encore né. Il n'y avait aucune morale, car la maîtresse des lieux n'en avaient aucune. Elle n'était pas aussi puissante qu'une Princesse-Marchande, mais elle espérait le devenir. Elle travaillait dure pour cela. Enfin travailler … Vous comprenez l'idée … Milkherem Heron, son second, se trouvait non loin de l'entrée, son fouet et son épée à porté de main. La seule règle qui était la règle absolue ici était que si vous vouliez profitez de la marchandise, il fallait payer et d'avance. Nombreux furent ceux qui croyaient pouvoir échappé aux crédits que la Vipère donnait volontiers. Ils finirent tous dans les carrières pour mourir quelques années plus tard … C'était le sort réservé aux plus chanceux. Les plus malheureux furent ceux qui finissaient comme cible d'entraînement au fouet pour la descendante Eldéenne.
¤¤¤


¤¤¤

D'ailleurs, elle était là, assis sur une sorte d'immense trône en pierre. Elle portait une de ses robes transparentes qui laissaient voir sa superbe anatomie sans aucune pudeur. Deux Zurthans avec un torse impressionnant portait des casques décoratifs en bronze, représentant quelques animaux exotiques. Leurs peaux d'ébènes luisaient, elles étaient sans aucun doute entretenues par de l'huile, leurs donnant encore plus d'allures et des muscles bien plus importants. Leurs mains gigantesques tenaient des cimeterres qui pourraient décapités un cheval d'un seul coup de sabre. Deux humaines étaient aux pieds de l'Elfe Noire, assises à même le sol, tenue en laisse par leur Maîtresse. Elles étaient magnifiques, l'une étaient de la même ethnie que les deux gardes du corps. L'autre, quant-à elle, était sans doute des contrées les plus nordiques de la Principauté. Les deux jeunes femmes étaient vêtues dans un style parfaitement provocants, voulant clairement montré que l'utilité de ses jeunes femmes n'étaient que purement sexuelle. Elle fit un signe à ses hommes d'ouvrir les portes du bain-douche. Il était temps que les clients rentrent ...

¤¤¤


Dernière édition par Shallat Assunudadnud le Mer 21 Jan 2015 - 10:46, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Solaara de Chastelo
Humain
avatar

Nombre de messages : 57
Âge : 26
Date d'inscription : 15/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  39ans (née en Vérimios de l'an 968)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Car faire ses courses est parfois salissant {Solaara de Chastelo}   Lun 19 Jan 2015 - 19:41

« Ma fille, tu prends le bateau, demain dès l’aube. Rends toi en Langehack à la rencontre de notre Suzerain, plaide lui notre cause et remet lui cette missive. Ensuite tu iras chercher ton fils à Thaar. »

Voilà ce que Père venait de m’annoncer. Je n’aime pas voyager en bateau, je préfèrerais y aller en calèche, mais cela prendrait beaucoup trop de temps.

Je me suis donc préparée au départ. Les prochains jours risqueraient d’être chargés. Pourquoi ne pas attendre le retour de notre Régent à la place de le rejoindre en Langehack ? Cela aurait été plus simple…
Soit, je partirais, telle que me le demande Père. Je me rendrais à Langehack discuter avec notre régent, puis j’irais rechercher mon fils.

L’aube arriva bien vite, et je me rendis sur le bateau qui sera mon hôte pendant plus d’une ennéade.

J’arrivais à Thaar après une brève halte à Langehack. Il était temps de rejoindre mon époux et mon fils. J’attendais patiemment que le bateau accoste.
__________________________________________________

« Fils, nous devons partir. J’ai une vieille connaissance à aller voir. » Dit Frédérick à Aymeric.
« Oui père. Ou allons-nous exactement ? » Demanda le fils.
« Nous allons acheter quelques esclaves auprès de la meilleurs marchande que l'on puisse trouver à Thaar. »
« Mais… Père, vous savez bien que Mère est contre l’esclavagisme. Pourquoi souhaitez-vous aller en acheter ? »
« Ne pose pas de question inutile, tu n’as qu’à rester ici. »
« Bien, père. »

Le vicomte partit alors, accompagné d’une escorte vers le marché. Il était l’heure de se faire un peu plaisir. Cela comprenait bien évidemment l’achat de quelques femmes tout en profitant des services qu’offrait la marchande.

Il arriva enfin à destination. Très vite il repéra quelques jolies donzelles à peine habillées. Il se renseignait déjà sur leurs prix.


« Combien pour celle-là, celle-là et celle-ci ? » Demanda-t-il directement.
« Qu’avez-vous d’autre à m’offrir ? »
Frédérick était galamment habillé. On pouvait donc facilement se rendre compte qu’il n’avait pas les poches vides. Et d’ailleurs, il était venu avec une bonne bourse bien rempli.
__________________________________________________


J’arrivais enfin à bon port. Je descendit du bateau et je me rendit à l’hôtel particulier où séjournait mon fils et mon époux. Je monta ensuite à leurs appartements. Aymeric m’accueille avec joie, quoi qu’un peu étonné de me voir là.

« Mère, que je suis content de vous voir. Mais dîtes-moi, que faites-vous ici ? Nous comptions rentrer dans moins d’une ennéade. »
« Je sais fils, mais nous devons rentrer maintenant. Ton grand-père est hors de lui et réclame votre présence immédiatement. Où est donc ton père ? »
« Il est … euh.. Il est…. »
« Où est-il Aymeric ? »
« Il est au marché. Il est partit acheter des .... esclaves. »

Je devais sans doute m’en douter. Pourquoi n’y ai-je pas pensé plutôt. Je soufflais tellement son comportement me désespérait.  

« Très bien, je vais aller le chercher. » Je prit alors la direction du marché.
Revenir en haut Aller en bas
Shallat Assunudadnud
Drow
avatar

Nombre de messages : 27
Âge : 28
Date d'inscription : 27/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  478ans (né en 529)
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Car faire ses courses est parfois salissant {Solaara de Chastelo}   Mer 21 Jan 2015 - 10:41


¤¤¤
De nombreux clients potentiels se trouvaient dans ce bain douche reconverti. La vapeur permettait de donner une aura de mystère qui plaisait particulièrement aux chalands. De plus, la plupart des gens ici présent voulait éviter de montrer leurs plus vils tentations. Certains étaient adeptes des personnes du beau-sexe, d'autres préféraient celui du sexe-fort. Certains, plus pervers, préféraient les enfants pas encore formés. Dans un des coins sombres du hammam, certains payaient même pour avoir des amputés et des cadavres … Mais tous n'étaient pas comme ça. Trois marchands d'un émirat proche se disputer, de façon cordiale, mais féroce, l'obtention d'un lot de jeunes femmes vierges. Le Capitaine du Guet de Thaar, un habitué, cherchait quant-à lui une esclave particulièrement doué dans le domaine de l'amour pour ses nuits à la caserne. Il était d'ailleurs en train de tester la capacité buccale de la jeune femme. Un Drow particulièrement beau et habillé comme un soldat de l'Ost Maudit cherchait des guerriers ou guerrières pour le Bae'd. Son regard de glace croisa les yeux rubis de la Maîtresse des lieux et il inclina légèrement la tête, en signe de respect. Il fallait mieux de toute façon. Nombres de clients, pour diverses raisons, se retrouvait dans les étals de la Vipère. La Loi de l'offre et de la Demande, que voulez-vous …
¤¤¤

¤¤¤
Milkherem, toujours à l'entrée du Souk de sa Maîtresse, scrutait les visages des badauds, à la recherche du moindre signe de gène ou de menace. Lui et les esclavagistes (sans compter leur patronne) étaient prêts à défendre chèrement la Marchandise vivante. Cela se faisait de plus en plus rare, étant donné que la Vipère s'assurait le soutien de plusieurs bandes armées, pour justement assurer sa sécurité. Certains racontent même qu'elle coucherait avec le Prince de Thaar en personne. C'est sans aucun doute des affabulations d'alcooliques, mais sait-on jamais, l'ancien Cavalier des Plaines savait qu'avec Assunudadnud, il ne fallait se fier à rien. Sauf de sa soif de plaisir immédiat et de son sadisme perpétuel. Il se laissait imaginer dans une nuit avec plusieurs membres de son bétail quand soudain il remarqua une personne assez … Différente. Il n'était pas de Thaar, vu sa tenue et sa couleur de peau, bien trop clair pour être de l'Estrevent. Il venait avec une garde armée et s’apprêtait à rentrer dans le Marché comme ça. Le Thamagadissios se mit à travers son chemin, fouet à la main. Sur son visage auburn était tatoué un symbole, celui d'une vipère écarlate.

¤¤¤



« Halte, étranger. Nul ne rentre armé dans le Marché de la Vipère, tel est sa Loi, et je suis là pour l'appliquer. Nous vous les rendrons lorsque vous ressortirez ... »

« Enfin, si vous ressortez ... »
¤¤¤ Pensa t-il. ¤¤¤

¤¤¤
Une fois qu'ils eurent déposés leurs armes dans l'endroit prévu à cet effet, ils purent rentrés facilement. On ne les fouilla pas, ils pourraient avoir des couteaux ou des dagues, mais ce serait se condamné à mort ou pire encore … De nombreux vendeurs s'approchèrent de l'étranger, pour lui montrer les plus belles pièces de l'élevage. De nombreuses femmes, nues, s'approchèrent également de ce groupe. La Vipère ne manquait rien du spectacle, regardant ses vendeurs vendre toujours plus de ses articles vivants. Elle remarqua l'étranger et une envie irrésistible de nouveauté s'empara d'elle. Elle se mit debout, quittant son « trône » ses deux gardes du corps l'accompagnaient, toujours armés des deux cimeterres. Ses deux esclaves en laisse se contentaient d'être à quatre pattes, comme une sorte d'imitation animale. Arrivant à sa hauteur, elle s'exprima et un silence pesant et effrayant se fit entendre. Aucun vendeur n'osait parler.
¤¤¤


« Bienvenue dans mon humble marché, inconnu. Mon nom est Shallat Assunudadnud, ceux que tous nomment ici la Vipère Rouge … Vous trouverez tout ce que vous souhaiter ici, si vous en mettez le prix, bien entendu. Vous recherchez un produit en particulier ? »
Revenir en haut Aller en bas
Solaara de Chastelo
Humain
avatar

Nombre de messages : 57
Âge : 26
Date d'inscription : 15/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  39ans (née en Vérimios de l'an 968)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Car faire ses courses est parfois salissant {Solaara de Chastelo}   Mer 21 Jan 2015 - 13:06

    « Bienvenue dans (…) en particulier ? »

    « Je vous remercie de votre accueille. Je suis à Thaar pour affaire depuis maintenant presqu’un mois et on m’a conseillé à maintes reprises de venir acheter mes … esclaves chez vous. »

    En réalité, il voulait certainement dire « mes objets sexuels ». Mais soit, il s’était bien rattrapé.

    « Je venais de demander à votre employé le prix pour ces trois jeunes femmes. La rousse, la blonde et la brune. »

    Il marqua une pause avant de continuer.

    « Et qu’elles sont donc leurs spécificités ? Sont-elles douées dans ce qu’elles font ? Ont-elles un don ? Des capacités ? Que savent-elles faire ? »

    Beaucoup de question pour pas grand-chose.

    « Sont-elles atteintes de quelconque faiblesses ? Maladies ? Ou que sais-je ? »

    Il les fixa longuement. Il était prêt à dépenser sans compter.

    « J’ai de quoi vous payer une belle somme, mais je réclame néanmoins de la qualité et des femmes en bonne santé. »


_______________________________________________________

    Je quittai l’hôtel particulier où séjournait mon fils et mon époux. A peine arrivais-je dans la rue que mon fils me rattrapa.

    « Mère, ce serait une mauvaise idée de rejoindre Père. Vous ne connaissez pas cette ville, vous ne savez pas que qu’on peut y trouver. »

    « Aymeric, je t’en prie, je n’ai pas besoin qu’on me protège de quoi que ce soit. »

    « Mère, s’il vous plaît, il serait préférable d’attendre père à l’hôtel. Il s’en voudrait s’il vous arrivait quoi que ce soit. »

    « Mon fils, écoute moi. Cela fait dix-sept années que ton père ne prête plus aucune attention à mon égard. Et je dis tant mieux. Nous ne nous aimons pas Aymeric. Tu comprends ça ? »

    « Mère… que racontez-vous ? »

    « Aymeric… tu es au courant de la tradition de marier deux familles. Au bout d’un certain temps, les jeunes mariées finissent par s’apprécier mais ce ne fut pas le cas de ton père et moi. J’ai…Je suis passée par Langehack avant de vous rejoindre et je me suis entretenu avec notre Régent. Je lui ai demandé de m’accorder le divorce. »

    « Et qu’a-t-il dit ? »

    « Nous verrons cela une fois de retour en Ydril. Maintenant laisse-moi, je dois aller chercher ton père, le bateau nous attend. »

    « Je t’accompagne. »

    Il nous fallut pas moins d'une demi heure pour arriver au marché puis encore une demi de plus pour trouver l'endroit qui nous intéressait. Un garde s'interposa.

    « Bonjour, je suis à la recherche de mon époux, qui doit se trouver ici. Nous souhaiterions passer une commande supplémentaire. Serait-il possible de me conduire jusqu'à votre maîtresse? » Demandais-je le plus calmement possible.
Revenir en haut Aller en bas
Shallat Assunudadnud
Drow
avatar

Nombre de messages : 27
Âge : 28
Date d'inscription : 27/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  478ans (né en 529)
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Car faire ses courses est parfois salissant {Solaara de Chastelo}   Mer 21 Jan 2015 - 20:49


¤¤¤
A l'entrée du Marché, Milkherem toisa la femme et le jeune homme qui l'accompagnait. D'instinct, il regarda les formes de la noble, notamment sa croupe, ses cheveux, sa poitrine, sa bouche, ses yeux … Mais pas seulement, il regardait également son maintien, sa démarche, son élégance. Ce serait une courtisane passable, mais sans aucun doute une servante hors paire. Son fils, quant-à lui, semblait bien trop godillot pour être intéressant. Mais bon, comme disait la patronne « Un esclave donné on ne regarde pas ses dents ... ». Il s'apprêtait à utiliser son fouet quant-il entendit le mot magique qui le décrispa et qui lui fit arrêter son mouvement de fouet. D'un geste naturel, il le remit à sa taille, l'air de rien. Normalement, le jour où les femmes pouvaient acheter des marchandises étaient le lendemain. Car oui, si les hommes peuvent s'amuser, les femmes elles, s'amusent encore plus. L'atmosphère est sensiblement la même, mais disons que la marchandise est un peu plus … Masculine. Enfin qu'importe. Il n'en demanda pas plus. Si elle voulait rentrée elle et sa progéniture, libre à elle. Il répéta néanmoins ce qu'il disait toujours aux étrangers.
¤¤¤


« Nul arme n'est accepté au sein du Marché de la Vipère, tel est sa Loi. Veillez les donnez à un des esclaves à l'entrée, nous les rendrons lorsque vous quitterez cette demeure ... »

¤¤¤
La femme et le jeune homme pouvait entrer. Mais il fallait avoir le cœur bien accroché ... Pendant ce temps, dans le Marché …
¤¤¤

¤¤¤
Shallat écoutait attentivement les paroles de l’Étranger. Elle se sentait légèrement, pour ne pas dire complètement irritée par ce qu'il insinuait. Sa main se posa négligemment sur son fouet. Elle voulait faire couler son sang … Mais finalement, elle se ravisa. Un client riche, même lointain, était toujours bon à prendre. S'il pouvait faire de la publicité pour son commerce, ce serait encore mieux … Les yeux rubis de la marchande se dirigèrent vers les trois esclaves que lui désignaient l’Étranger. Leurs compétences ? Elle décida de lui montrer les plus belles pièces d'aujourd'hui … Frappant des mains, les esclaves et les marchands s'écartèrent. Trois femmes arrivèrent devant eux.
¤¤¤


« Tout dépend de ce que vous voulez, inconnu. Si vous désirez des catins classiques pour vos soldats, elles feront parfaitement l'affaire … En revanche, si vous cherchez une garde du corps véritable, une thaarie qui manie aussi bien sa langue que son épée, je peux vous présentez ma tendre  Ashalan … Cette guerrière manie aussi bien la lame que son propre corps. Je l'ai récupérée dans un bordel à Sol'Dorn. Elle allait être condamné pour avoir tuer un gladiateur qui refusait de payer les services qu'il avait profité. Je l'ai achetée et rééduquée. Maintenant, elle est prête à servir un nouveau maître ... »



« Je vous présente Méawyn, elle viens justement des terres que vous appelez Péninsule. Ne vous trompez pas sous ses airs de canailles et de filles de taverne, cette jeune femme est une mage plus que compétente. Elle était venue à Thaar pour faire fortune, malheureusement, elle a perdue … Je ne l'ai pas testée personnellement, mais mes hommes disent qu'elle est particulièrement inventive et croyez moi, ils ont tout vu ... »



« Et voici enfin l'un des plus beau produits de mon marché. Cette jeune femme est une perle, elle est issue d'une petite communauté du nord de l'Estrevent. Elle sait chanter, danser et qui plus est … Elle est encore vierge … Voici Umaymah ... »



« Naturellement, elles sont toutes sans aucune maladie, je peux le jurer sur mon honneur. Vous pouvez prendre ses esclaves par unité, ou bien par lot. Avez vous d'autres questions ? »


¤¤¤
Shallat se baladait pendant son discours entre ses esclaves, touchant leurs chaires sans aucune pudeur, montrant leurs seins ou bien encore leurs jardins le plus intime … Pas un seul mouvement de contestation, ni même d'émotion. Leur regard était vide ...
¤¤¤
Revenir en haut Aller en bas
Solaara de Chastelo
Humain
avatar

Nombre de messages : 57
Âge : 26
Date d'inscription : 15/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  39ans (née en Vérimios de l'an 968)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Car faire ses courses est parfois salissant {Solaara de Chastelo}   Jeu 22 Jan 2015 - 16:53

    J’arrivai à l’intérieur après avoir traversé une cour remplis de femmes dénudés. Leurs regards étaient vides et cela me brisa le cœur. Je ne porte pas les marchands d’esclaves dans mon cœur mais je savais pertinemment qu’ils étaient assez influents pour faire en sorte que je ne revois jamais l’Ydril. Je devais donc faire attention à mes paroles ainsi qu’à mon attitude. Heureusement j’avais expliqué à Aymeric le comportement à adopter et je lui avais demandé de ne pas parler du tout.

    Une fois à l’intérieur, je vis un bon nombre d’hommes scrutant les femmes toujours aussi dénudés. Ils venaient de tous les horizons et cela prouvait que l’esclavagisme était présent partout en Miradelphia.
    Il ne me fallut pas longtemps pour repérer mon époux. Il était un des seuls péninsulaire de la salle, arborant les couleurs de sa maison.


    « Bonjour Frédérick. » Lui dis-je en arrivant derrière lui.

    « Enchantée ma Dame. Je suis l’épouse de cet homme. »

    Frédérick était tellement étonné de me voir qu’il n’arrivait à dire un seul mot.

    « Oh… je vois que vous nous proposer de la qualité. » Continuais-je en regardant les trois jeunes femmes que la Dame proposait.

    « C’est donc cela que tu voulais m’offrir Frédérick ? »

    « Je… euh… Bien sûr. Je pensais que cela te ferait… plaisir. »

    Je le fixai, et mon regard en disait bien long. Mais il fallait que je n’offense pas la maîtresse des lieux.

    « Je crois que je vais me passer de ce présent. Mais vu que tu es prêt à dépenser sans compter pour moi, autant que je me fasse vraiment plaisir. »

    Je regardai ensuite la drow qui se tenait devant nous. Elle était joliment habillée même si cela me mettait un peu mal à l’aise.

    « Je suis à la recherche de quelque chose de rare. Qui pourrait valoir énormément d’argent. Si vous arrivez à m’en trouver un, je suis sûre que mon époux, ici présent serait prêt à vous payer cher. »

    Frédérick pâlit de plus en plus mais n’osa dira un mot de plus.

    « Je suis à la recherche d’un lyngre. Une jeune femelle de préférence. Croyez-vous que vous arriverez à m’en trouver un ? »
Revenir en haut Aller en bas
Shallat Assunudadnud
Drow
avatar

Nombre de messages : 27
Âge : 28
Date d'inscription : 27/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  478ans (né en 529)
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Car faire ses courses est parfois salissant {Solaara de Chastelo}   Jeu 22 Jan 2015 - 21:56

¤¤¤
Son regard grenat se dirigea vers celle qui venait de couper la négociation avec son client potentiel. C'était une femme d'un certain âge pour une humaine, plus proche de la fin de vie que du début. Elle n'était pas réellement belle, du moins au yeux de Shallat. Elle n'avait pas des formes plantureuses et ne semblaient pas vraiment portée sur la luxure. La Marchande comprenait pourquoi son Mari était venu s'acquérir d'un ou plusieurs de ses articles. Elle portait une tenue assez exotique, pour la Thaarie, qui contrastait parfaitement avec sa propre tenue, montrant de manière parfaitement subjective son anatomie. Les nombreux bijoux d'or qu'elle portaient continuellement montraient sa position de privilégiée dans la société de la Principauté. Elle vit également un jeune homme, visiblement la progéniture des deux étrangers. Une sortie familiale, quelle idée pittoresque … Elle écoutait ce qu'elle disait. L’Étrangère ne voulait pas des Esclaves. Elle voulait un Lyngre. Mais pour qui se prenait-elle ? Elle n'était pas une marchande de bestiaux ! Enfin, dans un sens, si, mais plutôt le genre de bestiole sans fourrure … La Drow se prépara à prendre son fouet pour enfermer tout ce petit monde pour lui avoir fait perdre son temps. Mais une idée germa dans son esprit retors. D'une voix douce et sulfureuse, elle déclara.
¤¤¤


« Une si belle femme que vous peut tout avoir dans cette Ville qu'est Thaar … Surtout si son Mari est riche, très riche. Cela risque de prendre un à deux jours, le temps de trouver cette marchandise … Mais je vous rassure, belle inconnue, j'aurais ce que vous désirez ... »

¤¤¤
Elle se dirigea vers le fond du bain-douche, faisant exprès d'accentuer son déhanchement lors de sa marche, montrant ainsi son postérieur divin sous son plus belle angle. Elle s'arrêta soudainement et affichant son plus beau sourire, elle dit.
¤¤¤


« Naturellement, des hôtes de votre qualité logeront dans mon Palais en attendant votre commande. Les Rues de Thaar sont si dangereuses la nuit ... »

¤¤¤
Quelques-uns des Esclavagistes à la mine patibulaire avaient mit leurs mains sur leurs armes, qu'ils soient cimeterres, fouets ou bien encore matraques. La Marchande montrait clairement que le refus n'était pas réellement une option. Elle continua sa marche, comme si de rien n'était, avant de dire d'un ton beaucoup moins cordial.
¤¤¤


« Travaillez vous autres ! Et plus vite que ça ! »

¤¤¤
Sa voix résonna comme un fouet, claquant aussi sèchement. Les marchands, les esclaves et les clients continuèrent leurs affaires, ignorant royalement la famille et ses gardes Ydrilotes ...
¤¤¤
Revenir en haut Aller en bas
Solaara de Chastelo
Humain
avatar

Nombre de messages : 57
Âge : 26
Date d'inscription : 15/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  39ans (née en Vérimios de l'an 968)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Car faire ses courses est parfois salissant {Solaara de Chastelo}   Dim 25 Jan 2015 - 8:38

    J’écoutai la maîtresse des lieux nous inviter à loger dans son palais. Cela ne me convenait pas du tout.

    Non pas que j’hésitais sur sa qualité en tant qu’hôte mais je ne supporterais pas la vue de ces esclaves aux regards vide plus longtemps.

    « Je ne pense ne pas m’être présenté complètement. Je me nomme Solaara de Chastelo, Vicomtesse d’Ydril. Connaissez-vous l’Ydril en Péninsule ? »

    Il était évident qu’elle devait connaître cette contrée vu que l’Ydril était le premier importateur d’esclave de la péninsule.

    « Je vous remercie de votre invitation, mais nous disposons déjà d’un confort suffisant dans l’hôtel particulier que nous fréquentons. »

    Lorsque je vis la réaction des esclavagistes je compris alors que nous n’aurions certainement pas le choix. Ce qui ne me plaisait en aucun cas.

    « J’ai l’impression de vous avoir offensé en refusant la marchandise que vous veniez de proposer à mon époux et je m’en vois désolée. »

    Elle baissa la tête.

    « Laissez-moi donc vous proposer un marché. Je suis arrivée d’Ydril ce matin avec la commande annuel de mon vicomté. Ce qui représente néanmoins pas mal de têtes. A la place de confier cette commande à mon fournisseur habituel, je peux vous la transmettre. »

    Je marquai une pause.

    « Néanmoins je ne recherche pas d’esclave ayant subi de mauvais traitements. Ce dont j’ai besoin, ce sont des ouvriers, hommes ou femmes et péninsulaire de préférence. Sachant travailler et en bonne santé. »

    Je marque une nouvelle pause.

    « La journée arrive bientôt à son terme et je souhaites désormais retourner à mes propres quartiers. »

    Je regardai alors la réaction des esclavagistes.

    « J’espère que vos gardes ne tenteront rien de stupide. Ce serait dommage d’enclencher un incident diplomatique avec le premier importateur d’esclave en péninsule. Je ne pense pas que la cité de Thaar apprécierait. »

    Je savais que cette phrase n’allait pas lui plaire, mais il fallait que je défende mes intérêts. Et rester deux jours dans ce palais risquerait de me causes bien des ennuis.

    « Je suis enchantée de vous avoir rencontré. L’on m’avait venté de votre beauté. Je peux vous assurer que les dires sur le sujet sont bien en deçà de la vérité. »

    Je m’inclinai en signe de politesse.

    « Je vous ferais parvenir ma commande en soirée. Et je reviendrais vous voir d’ici deux jours pour obtenir le lyngre que je vous aie demandé. »

    Je me dirigeai ensuite vers la sortie. Mon but n’était pas d’enclencher un quelconque malentendu.
    Je n’avais simplement pas apprécié qu’on ne me laisse –pas le choix-.


    J’arriva à nouveau sur le marché et prit la direction de mon hôtel.

Revenir en haut Aller en bas
Shallat Assunudadnud
Drow
avatar

Nombre de messages : 27
Âge : 28
Date d'inscription : 27/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  478ans (né en 529)
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Car faire ses courses est parfois salissant {Solaara de Chastelo}   Dim 25 Jan 2015 - 10:10

¤¤¤
La Marchande d'Esclave s'arrêta net. Le Silence retomba, beaucoup plus glaciale qu'à l'accoutumée. Nombre des employés de la Vipère s'écartèrent du groupe, plus par instinct de survie qu'autre chose. La Drow se retourna, impérieuse, dangereuse et furieuse. Elle osait lui dire non ? Mais pour qui se prenait elle cette putain ydrilote ? La Maîtresse prit son fouet en main. Elle allait tailladée cette pouffiasse dégarnie et sa famille d’eunuque avant le souper … Elle proposa soudain un contrat. Sans même chercher à négocier, Shallat dit d'une voix sèche, dénuée totalement de charme.
¤¤¤


« Vous prenez 800 têtes minimum. Si vos besoins sont supérieurs, je pourrais vous les fournirent. Néanmoins vous n'aurez pas que du Péninsulaire. Vous aurez principalement du Zurthan, peu importe ce que vos fournisseurs vous ont promis. C'est extrêmement rare qu'on capture votre Race dans nos filets … »

¤¤¤
La Vicomtesse, loin de sentir en danger, continua ses exigences. Elle voulait que les esclaves soient bien traité. La Drow ne pût s'empêcher d'être interloqué. Comment elle croyait que les Esclaves étaient traités dans Thaar ou même dans le monde ? Évidemment qu'ils étaient maltraités ! Comment faire devenir une femme ou un homme libre, peu importe sa race d'ailleurs, un objet, ayant à peine plus de valeur qu'un bœuf ? Néanmoins, si c'étaient des Esclaves en bonne santé qu'elle voulait, elle en aurait … Elle dit ensuite quelque chose, notamment sur sa qualité de représentante d'Ydril.
¤¤¤


« Je vois, madame est une ambassadrice … Mais je crois que tu n'a pas réellement compris où tu avait mis les pieds. Là, actuellement, tu es à Thaar, la plus grande et plus belle ville du Monde. Mais sache que je pourrais te prendre là, maintenant, dans mes filets. Mes hommes et mes esclaves mâles s'amuseraient à t'utiliser comme un vulgaire sac à foutre, simplement sur mon ordre. Tu sais pourquoi ? Pour la simple et bonne raison qu'ici, Inconnue, tu peux disparaître si nous autres, locaux, le décidons. Je pourrais t'enfermer dans mes geôles et payer ceux qui vous ont vues en ville. Je mettrais la faute sur les Pirates de la Mer Olienne. On pleurerait ta mort, Ydril serait fâché, mais dans une dizaine d'année, tes compatriotes reviendront, pour la simple et bonne raison que vous avez besoins de nos Esclaves ... Et je serai toujours là, magnifique et plus puissante qu'auparavant. »

¤¤¤
Son regard de feu ne semblait pas le moins du monde gêné par ce qu'elle venait de dire. Car oui, elle venait de menacer un Ambassadeur. Elle regagna néanmoins un sourire en laissant la famille partir. Elle les accompagna même à la porte de son Marché. Elle dit enfin
¤¤¤


« Mais je te rassure, Inconnue, cela ne se passera pas ainsi. D'ailleurs, nul personne ne te fera du mal dans ses rues, car tu es en affaire avec Shallat Assunudadnud et nul ne veut me devoir quelque chose ... Mais n'oublie pas où est ta place dans cette ville. Tu es une cliente, mais tu peux très bien devenir une marchandise. Nous nous comprenons ? »

¤¤¤
Elle regarda la famille Ydrilote partir avant de dire à son second, Milkherem.
¤¤¤


« Cherche donc des Corsaires, j'aurais bientôt du travail pour eux … »
Revenir en haut Aller en bas
Solaara de Chastelo
Humain
avatar

Nombre de messages : 57
Âge : 26
Date d'inscription : 15/01/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  39ans (née en Vérimios de l'an 968)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Car faire ses courses est parfois salissant {Solaara de Chastelo}   Lun 26 Jan 2015 - 16:19

    « Vous prenez 800 têtes minimum. (…) votre Race dans nos filets … »

    Une commande de huit cents têtes était énorme surtout que la commande n’en concernait qu’une trentaine au départ, au grand maximum. Mais je sentis qu’il valait mieux ne plus contrarier la maîtresse des lieux.

    Je ne fis pas attention aux menaces qu’elle me portait et je me dirigeai donc vers notre hôtel. Frédérick ne m’avait adressé aucun mot et c’était normale, j’étais en colère. En colère contre lui et son attitude de garçonnet insouciant.


    On arriva à nos appartements et une dispute éclata entre nous.

    « POURQUOI ES TU VENUE ICI ? QUE’EST-CE QUE TU CHERCHES ? »

    « Je suis venu ici car Père vous réclame tous les deux en Ydril et au plus vite. »

    « AS-TU SEULEMENT VU DANS QUEL ENNUIS TU NOUS A MIS ? 800 TÊTES !!! MAIS EST-CE QUE TU TE RENDS COMPTE ? »

    « Mais à cause de qui donc ! Qu’est-ce que tu es allé faire là-bas ! Ne pouvais-tu pas te contenter d’une simple maison close ! Qu’est-ce qui t’es passé par la tête ! Achetez des esclaves à Thaar ! Comment crois-tu que la famille Anozsia va le prendre ? Tu es un inconscient ! »

    Lorsqu’il entendit que je lui parlais de maison close, il se retourna et préféra éviter mon regard. Il semblait ne pas savoir que je connaissais ses principaux loisirs. Les hurlements s’entendaient assez bien. Aymeric pouvait assister à la scène, même s’il était dans une autre pièce.

    « TRES BIEN ! J’AURAIS DU Y ALLER OUI ! MAIS ! tu es arrivé et tu ne t’es pas retenue ! »

    « J’ai essayé de rattraper tes erreurs ! Maintenant, laisses moi je dois aller finir de nous sortir des ennuis que toi, tu nous as causé ! »

    Je partis alors, claquant la porte.

    Aymeric s’approcha de son père qui était encore en colère et essaya de se calmer en vider verre sur verre.

    « Je t’avais dit que c’était une mauvaise idée. »

    « Ne commence pas non plus. »

    « Que tu te permettes de crier sur mère ne convient en aucun cas. Tu ne mérites en rien qu’elle se démène à réparer tes erreurs, et tu ne mérites pas mon respect. »

    J’arrivai au rez-de-chaussée, ou je demandai à pouvoir m’entretenir avec Simèon d’Anoszia. Petit frère du comte-régent Arichis d’Anoszia. Peut-être qu’il arrivera à nous régler nos petits problèmes. On m’annonça puis j’entrais dans son bureau. Je fis ensuite une révérence.

    « Monseigneur, merci de m’accorder un peu de votre temps. Si je me permets de vous déranger c’est pour vous demander conseil. »

    Simèon se leva pour accueillir la vicomtesse, plus petit que son frère aîné, il avait hérité de la chevelure brune de leur mère.

    « Ma Dame, il m'est toujours agréable de rendre service à mes compatriotes ydrilotes.»

    Je souria.

    « Si je suis venue à Thaar, c’est avant tout pour ramener mon époux et mon fils en Ydril. Mais lorsque je suis arrivée, Frédérick était en train de négocier l’achat de trois magnifiques esclaves à une marchande du nom de Shallat. Il ne s’attendait pas à me voir arriver et vu que notre vicomté et donc notre famille se fournit toujours auprès des Anoszia, j’ai essayé tant bien que mal d’annuler l’achat proposé par mon époux. Mais… cela ne s’est pas déroulé comme je l’espérais.»

    Simèon se renfrognât et s'assit après avoir invité Solaara à faire de même en face de lui.

    « Votre époux le Vicomte viole délibérément les accords passés entre ma maison et le Comté. Cela peut être puni lourdement par mon frère le Comte-Régent. Que s'est-il passé ?»

    J’acceptai l’invitation et je m’installai sur l’un des fauteuils présents.

    « J’ai rejoint mon époux au marché. Il était déjà en train de négocier avec la marchande. Il ne s’attendait pas à me voir, je ne devrais normalement pas être là. Ce qui l’a certainement mit mal à l’aise. Il était sur le point d’acheter trois femmes, de très bonnes qualités je dois dire. J’entends par là que ce n’était pas pour les mettre au travail. Je pense qu’il voulait s’offrir un présent avant de quitter cette belle cité qu’est Thaar. Souvenir ou non, je ne pouvais accepter une telle chose, j’ai donc proposé à la marchande d’annuler le contrat. Je me doutais bien que cela ne plairait pas à la maîtresse des lieux, je lui aie donc proposé de me trouver un lyngre. Drôle d’idée, n’est-ce pas ? Mais au moins, nous ne violions pas les accords passés entre nos deux maisons. Mais cela ne lui suffisait pas. La marchande accepta mon offre mais était néanmoins très vexée. Nous étions entourés d’hommes armés. A un moment je me demandais même si nous allions pouvoir sortir. C’est à ce moment-là qu’elle nous conseilla vivement de lui commander au minimum 800 têtes. J’ai préférée ne rien ajouter et rentrer. Maintenant, au vu de ma situation, vous comprenez pourquoi je suis venue vous voir messire. »

    « Excusez-moi mais votre mari est-il sot ou simplet ? Négocier avec une drow, quelle idée ! Vous êtes dans une situation délicate, Shallat est réputée pour être très dangereuse.»

    « Oui j’ai cru le comprendre. Maintenant, lui commander 800 têtes et tout bonnement impossible.»
    « Très bien je lui parlerais de votre part.»
    « Je vous remercie Messire. Et soyez en sûr que ce genre d’incident ne se reproduira plus. »
    « J'y compte bien. Et j'espère que vous saurez vous rappeler de ce geste généreux ma Dame.»
    « Bien évidemment. »

    Je repris la direction de mes appartements.
Revenir en haut Aller en bas
Shallat Assunudadnud
Drow
avatar

Nombre de messages : 27
Âge : 28
Date d'inscription : 27/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  478ans (né en 529)
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Car faire ses courses est parfois salissant {Solaara de Chastelo}   Lun 9 Mar 2015 - 1:23

¤¤¤
Milkherem cherchait ce que sa patronne lui avait demander. Il traînait dans les quais, glanant des informations. Il lui fallait un équipage de forban capable d'intercepter et de ramener a bon port le bétail de sa Maîtresse. Et il fallait qu'il soit assez désespérer pour s'en prendre aux Ydrilotes, car les Princes Marchands aimaient particulièrement l'or venant d'Ydril. Finalement, il trouva son bonheur. Il suivit le groupe d'assez loin, prenant soin de ne pas se faire remarquer. Il avait toujours à la main une de ses lames, une petite dague qui avait la particularité de non pas être droite, ni même recourbée, mais ondulante, comme un serpent ou les rivages de l'Océan. C'était on ne peut plus pratique pour éventrer quelqu'un ou le poignarder et emmener un maximum de chair et de sang lorsqu'on retirait la lame. Comme quoi, en Ithri'Vaan, même donner la mort est une question d'esthétisme …
¤¤¤

¤¤¤
Il rentra dans ce qui semblait être un rade particulièrement mal famé. Le genre d'endroit où nul personne ne viens pas sans une arme et être capable de s'en servir … Ce qui était la spécialité de Milkherem de toute façon. Et porter la marque au Serpent sur ses habits comme sur sa peau lui donnait une sorte de sécurité. Ou plutôt l'assurance que sa mort serait venger et uniquement dans le sang. Et de manière particulièrement brutal. Voir, extrêmement brutal. Certains diraient même d'une façon particulièrement sanglante. Car Shallat n'était pas connue pour son pardon, loin de là. C'est donc confiant et emprunt d'une certaine autorité qu'il arriva dans ce lieu. Il s'installa à la table de sa cible. Les pirates pouvaient voir un homme ayant un charme sauvage, avec de nombreuses scarifications sur le visage, qu'elles soient volontaires ou non. Une peau matte et des cheveux bruns. Bref, un humain du coin …
¤¤¤

¤¤¤

¤¤¤

« La Vipère voudrait vous engager pour une mission qui serait, l'espère t-elle, dans vos cordes … Et elle pourrait se trouver particulièrement … Généreuse … Qu'en pensez vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Car faire ses courses est parfois salissant {Solaara de Chastelo}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Car faire ses courses est parfois salissant {Solaara de Chastelo}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Car faire ses courses est parfois salissant {Solaara de Chastelo}
» faire ses courses
» Lorsque l'heure de faire ses courses sonne ... [Monologue Meri]
» [FB][Solo] Faire les courses, ça rend nostalgique
» Parfois, il faut savoir faire le premier pas. ? Ethan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Principautés de Thaar :: Thaar (Cité)-
Sauter vers: