AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un avenir plein de promesses ! [Nimm]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oschide d'Anoszia
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 477
Âge : 25
Date d'inscription : 10/02/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  29 (Mort)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Un avenir plein de promesses ! [Nimm]   Jeu 5 Mar 2015 - 19:40


4e jour de la 3e ennéade de Barkios, 8e année du 11e cycle

Pour une fois depuis son départ de Langehack, le temps avait été clément. Après qu'ils aient quitté sans hâte Edelys, un paysage familier vint se dessiner au fur et à mesure de leur chevauchée. Diantra avait été la plus grande de toutes, la plus belle ! De tous temps, les ménestrels avaient chanté ses louanges, faisant ainsi son éloge et son prestige. A présent, Oschide ne voyait qu'un tas de pierre avec une fumée noircissant le ciel. Il leur faudrait du temps pour la remettre sur pied et lui redonner sa splendeur d'antan. Au moins, la lâcheté du mervalois leur avait épargné un pénible siège qui n'aurait fait que l'anéantir un peu plus, il fallait le reconnaître.

L'arrivée des Langecins ne s'était pas faite dans une très grande discrétion. Une vingtaine de cavaliers de Missède et de Langehack ouvraient la marche. Oschide, accompagné du baron, les précédait. Venait ensuite les officiers qui avaient bien pris soin de ne pas se mélanger, une centaine d'hommes d'armes à pied, lanciers, archers et arbalétriers les suivaient à leur tour. Le reste des Langecins stationnaient déjà dans un campement établi en amont de la cité. Dans les grandes artères principales qu'ils empruntèrent pour aller jusqu'à chez l'ogre du médian, le duc reconnut une certaine mélancolie dans le regard des hommes, femmes et enfants devant lesquels ils passèrent. Il était si loin du cadre enchanteur et joyeux du Langecins, mais Langehack était si loin des malheurs qui l'entouraient. Il était temps pour elle de rentrer dans le jeu de ceux qui misaient sur l'avenir péninsulaire.

Lorsqu'ils arrivèrent sur une des grandes places, il vit les hommes du Trait et les chevaliers qui s'étaient portés volontaires pour accompagner le petit corps expéditionnaire. Son fidèle ami, Ignazio, l'attendait avec d'autres de ses officiers dont faisait partie Hector de Tall, Olvald d'Arosque et le capitaine du Trait, Pietro Colleoni. Tous le saluèrent avant qu'il ne mette pied à terre en même temps que le baron de Missède. A côté, en bon ordre, également, se trouvait des hommes aux couleurs diverses de maisonnées du Médian. Au moins, le Grand-duc lui avait réservé un accueil différent d'Edelys.

La mésaventure d'Edelys l'avait mis sur les nerfs et les premiers mots qu'il eut pour ses officiers ne furent pas des plus tendres.

-Il aurait été judicieux de nous avertir pour Edelys, cela nous aurait permis d'éviter une fâcheuse maladresse.

Ignazio parut surpris par ses propos.

-Le message est pourtant bien parti altesse, je ne comprends pas...

Oschide ne fit alors rien d'autre que de maugréer dans sa petite barbe d'une ennéade, et il poursuivit son chemin à pied jusqu'à l'emplacement où se trouvait l'ogre et ses officiers en bon ordre également. D'aussi longtemps qu'il essayait de s'en souvenir, il ne se rappelait pas de son apparence. En tout cas, sa réputation le précédait déjà et il ne lui fallut pas beaucoup de temps pour remarquer celui qui se distinguait des autres par sa pâleur, sa maigreur, ses cheveux aussi blanc que la neige et son bras absent. Lorsqu'il lui fit face, Oschide le salua comme un égal tandis que ses officiers s'inclinaient respectueusement. Enfin, ils se rencontraient et enfin, ils pourraient commencer à parler de l'avenir.

-C'est un plaisir de pouvoir enfin vous rencontrer Nimmio de Velteroc. Il chercha derrière et à côté pour tenter d'apercevoir sa cousine qui se trouvait selon les dires dans la cité. Il me semblait que votre épouse se trouvait à vos côtés, il me tarde déjà d'aller la saluer. Mais avant, je crois que nous avons beaucoup de choses à nous dire dont l'incident qui s'est produit à Edelys et qui est sans aucun doute une maladresse de nos messagers. Vous pardonnerez donc mon vassal ici présent d'avoir pensé qu'Edelys était encore sous le joug de l'usurpatrice. Félicitez cependant votre capitaine qui a évité avec beaucoup d'adresse que nos hommes en viennent à se jeter des pierres. Je pense pouvoir dire que nous avons suffisamment d'ennemis autour de nous pour commencer à nous tirer dans les pattes.

Sa dernière phrase ne manquait pas d'humour, et pourtant, avant qu'il n'arrive à la rencontre de son vassal, le guet d'Edelys avait bien été sur le point d'envoyer des pierres en guise de réponse aux missédois. Cet incident ne devrait plus se reproduire à l'avenir, la bonne entente entre eux en dépendrait. Sachant que la baronne d'Alonna les talonnait déjà lorsqu'ils étaient en route, Oschide en profita pour en glisser quelques mots au grand duc.

-La baronne d'Alonna qui était mon invitée jusqu'à mon départ, vous fera la grâce de sa présence en cette humble cité. Son arrivée ne devrait plus tarder.
Revenir en haut Aller en bas
Alanya de Broissieux
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 613
Âge : 217
Date d'inscription : 08/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un avenir plein de promesses ! [Nimm]   Dim 8 Mar 2015 - 21:36


Les jours cléments avaient accompagnés l'avancée de la petite ambassade Alonnaise. C'était la journée du quatrième jours depuis le départ du Langecin et la petite troupe -composée tout au plus d'une vingtaine d'hommes- avait passé la nuit au campement d'Edelys où ils avaient rejoint Oschide. Le nouveau duc avait mené de bien rudes négociations et avait échappé de justesse à un bain de sang. Les informations en temps de guerre circulaient bien mal et les missédois comme le Langecin en avait fait les frais. Les Alonnais n'étaient partis qu'une heure plus tard dans la journée, leur déléguation plus petite, ils n'auraient aucun mal à les rattraper.
Ils se tenaient à quelques lieux de la capitale et déjà l'on appercevait les volutes de fumée épaisse monter. Diantra la Grande avait perdu de sa splendeur et même les champs autour semblaient en deuil. Elle était tombée dans la démence d'une régente et l'ambition de ses gens: tous avaient fuit vers le sud où l'Estréventine les avaient acceuilli. Pensaient-ils trouver la paix alors que depuis l'accession de feu Arsinoé il n'y avait eu de répis pour son peuple? L'idée même de la Berthildoise laissait à Alanya un goût âpre. Cette femme avait causé bien plus de tord que n'importe qui d'autre. Des rumeurs circulaient encore sur la survie du petit roi mais rien qui ne pu encore inquiéter le monde. La Suderone se partageait le loupiot avec la famille du Berthildois, si bien qu'on ne saurait peut être jamais qui tenait en ses mains le véritable rejeton royal.
Les lanières de cuir de la bride de sa monture commençait à lui faire souffrir les mains et elle était lasse de son périple. N'avait-elle jamais imaginé pareil fardeau lors de son accession à la baronnie. Elle avait longuement été préparer à diriger mais rien de plus qu'un fief familial. Voilà qu'elle se retrouvait dans une intrigue bien plus grande qu'elle qui exigeait non seulement habilitée politique mais aussi une justesse d'esprit que l'on accordait que peu facilement aux femmes. Si beaucoup en ce temps dirigeaient avec leurs maris, ce n'était pas elles que l'on voyait siéger à la table des négociations. Le Faucon pensa d'abord à son amie qu'elle avait plus tôt quitté, la belle Méliane. Puis à Cornélia et enfin Blanche. Ces femmes étaient plus fières et rusées que la plupart des hommes, et si leur entourage leur prêtait une attention particulière, le monde, lui, ne s'arrêtait qu'au manque de virilité de leur corps. Bien sûr jamais elles ne brandiraient d'armes et bien sûr les exploits guerriers n'étaient pas toujours de leur fait. Cela ne fait en rien d'elles de vulgaires plantes, bien au contraire et cela chagrinait particulièrement Alanya que l'on parlât plus de la fécondité de la Dame du Val que de sa finesse et sa ténacité. Bientot, elle saura lui montrer la reconnaissance qu'elle mérite mais avant, elle était attendu le jour même auprès de son époux le Grand Duc Nimmio de Velteroc.
"Halte !"
La baronne fit pression et bientôt sa monture comme le reste de la troupe s'arrêta. Elle fit signe à l'homme d'arme à sa droite qui portait sa bannière de s'avancer. Ils arrivaient aux portes de la ville que Nimmio et son armée avait investit.
"L'Alonnan, en la présence de la baronne Alanya de Broissieux, souhaite rencontrer Nimmio de Velteroc, Grand Duc du Médian et libérateur de la Capitale".
"Nous n'attendons pas l'Alonnan".
Alanya fit avancer son cheval vers l'interlocuteur armé: "Alors faites savoir que je suis à votre porte. Cette même porte qu'a dû franchir le Duc du Langecin et le baron de Missède". Ses yeux étaient froids et sa voix aussi tranchante qu'une lame. Elle était éreintée et ce n'est pas un soldat qui l'empêcherait de passer, aussi bien fasse-t-il sa tâche. "J'étais plus tôt à Edelys et l'on ne m'a pas posé plus de problème. Je suis las du voyage et vous me fatiguez d'avantage. Menez moi à votre duc que cela cesse".
Le soldat était rigide, certainement un bon homme d'arme au vu de sa stature. Mais à l'heure actuelle, elle ne trouvait aucun réconfort. La guerre lui avait-elle enlever la vu alors que claquait les bannières du Faucon? Il semblait hésiter puis obtempéra pour laisser passer.
"Où dois-je me rendre?"
"A la grande place ma Dame, le duc Anoszia vient tout juste d'arriver".
Alanya pris la tête de l'escorte, prenant un petit trot pour parcourir au plus vite la ville dévastée. Calcinée. Détruite. Plus elle avançait dans le coeur et plus les murs lui semblaient sales, les rigoles pleines et les gens meurtris. Ainsi la Grande Citée était tombée. Elle n'avait pas l'éclat dont on la ventait. Pire encore, elle n'avait plus rien de splendide, plus rien de grand. Plus triste que la Sgarde, elle n'était devenue que l'ombre d'elle-même. La baronne osa un regard sur l'affluence de la grande rue qu'elle remontait. La plupart était des hommes d'armes. Ils avaient vu la guerre et pourtant semblaient galvanisés par cette victoire. Pensaient-ils que ce n'était pas la fin? Qu'il n'y avait encore d'aboutissement à leur peine et leurs éfforts? La Broissieux se désola un instant pour eux. Pour ces âmes qui n'avait peut être pas tenus assez l'arme pour en comprendre tout les vices et qu'y poser la main dessus revient à s'entailler le coeur d'une plaie profonde et invisible que nul ne saura soigner. Donner la mort, même de manière juste ne rend pas meilleur. Au contraire, cela gangraine l'âme, pourri l'esprit.
Alors que la grande place se dessinait devant elle, elle démonta et tendit les rennes à un de ses hommes, se faisant escorter par trois autres. C'était des gens bourrus du Nord et pourtant ils avaient montrés tout au long du voyage une dévotion sans pareil: Hermance les avait non seulement choisit pour leurs aptitudes aux combats mais pour leur loyauté sans faille. Brave et aux valeurs nobles sont les hommes nés du froid de l'Alonnan.
Au centre de la place se tenait Nimmio. Un homme grand et atrophié, au visage doux marqué par les combats qu'il avait dû mener durant les dernières énnéades. Face à lui se trouvait De Courcelles, le jeune baron de missède qui avait fait de sa fougue une force sous le joug bénéfique du Duc Oschide d'Anoszia. Alanya sourit en arrivant, la tête haute et le regard froid. Elle en avait l'habitude plus que l'envie mais être auprès de gens comme l'ancien capitaine la rassurait un peu pour les négociations à venir. Il était un homme censé, qui avait de son père une certaine adresse politique mais avec des valeurs qu'il ne voulait abandonner. Un chevalier bravache qui avait signé une alliance jusqu'en acceptant de devenir parrain de Cléanthe, son enfant à naitre. Un jour, elle ne se leurrait pas, il saura qu'il s'agira de son frère et elle espérait que l'amour par serment devant les Cinq lui rappelera la clémence.
" Votre Altesse. J'espère ne pas avoir trop de retard mais l'on m'a retenu à l'entrée de la ville". Elle s'inclina respectueusement avant de saluer d'un hochement de tête les deux autres hommes qu'elle avait vu plus tôt dans la journée. "L'Alonna vous félicite pour votre victoire qui restera pour longtemps dans l'Histoire du Royaume et je tiens à vous faire par de tout mon enthousiasme quant à cette rencontre que nous attendions depuis quelques énnéades maintenant". Elle offrit un sourire fugace. Elle avait missivé l'ancien baron, le seigneur Hanegard et avait gagé de venir rencontrer son nouveau suzerain dès son départ du Langecin. De toute manière, il allait se jouer dans ce champs de ruine une nouvelle page qui marquerait le début de quelque chose de plus grand encore elle le pressentait.
Revenir en haut Aller en bas
Théobald de la Courcelle
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 110
Âge : 28
Date d'inscription : 13/10/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  19 (né en 991)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un avenir plein de promesses ! [Nimm]   Dim 15 Mar 2015 - 21:38




Théobald suivait son seigneur lors de l’entré à Diantra. Pour la deuxième fois en moins d’un mois les armées missedoise rentrèrent dans la capitale. Le baron était fier de conduire missede dans cette campagne, la baronnie ne pourrait sortir que renforcer de cette guerre. Mais il fallait maintenant voir ce que proposais celui que l’on surnommait le boucher du Médian.  Enfin boucher est un bien grand nom pour un homme n’ayant remporté qu’une victoire et accomplit qu’un seul véritable siège dans cette campagne.  Mais cela suffit à détruire la régence et à faire de Nimmio l’homme fort de la peninsule. Mais tout homme fort qu’il était, seul il était vulnérable.  Fort heureusement les Langecins entrèrent eux aussi en guerre , permettant de renforcer la légitimité et la force de Nimmio.

Mais hélas la première action militaire faillit être un désastre. Les hommes de Nimmio à Edelys avaient eu du mal à contrôler la forteresse, et les autorités de la ville poussées par une obscure entité démoniaque  essayèrent de forcer les deux alliés à se combattre.  Cet acte de grande stupidité, car la ville n’en serait jamais sorti indemne, fût fort heureusement évité par le calme et le flegme langecin.  Cependant à la vu d’officier de Velteroc et de Hautval, à Diantra , la colère reprit le dessus. Le duc fit ainsi savoir son auguste mécontentement aux officiers chargé de les accueillir.

La petite troupe finit par arriver devant le comte de Velteroc . Théobald s’inclina comme tous les gens présent , et laissa son noble suzerain parler à sa place. Cela était pour le mieux, son duc savait être diplomate, la ou le baron de Missede aurait crié sa colère de voir une garnison chargé d’occuper une ville ennemie incapable de se faire obéir.   Mais il n’eu pas à garder ces colériques pensées en tête.  La baronne d’Alonna arriva sur la place, et les pensées de Théobald prirent un tout autre chemin. Le commerce avec l’Alonna via la voie fluviale pouvait rapporter beaucoup aux langecins, et aux missédois en particulier.  Le temps était aux négociations, de de paix ou de commerces, officielles ou officieuses.

Revenir en haut Aller en bas
Nimmio de Velteroc
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 403
Âge : 127
Date d'inscription : 25/01/2013

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  25 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un avenir plein de promesses ! [Nimm]   Sam 23 Mai 2015 - 16:54

Le Duc du Médian avait revêtu ses plus beaux atours pour accueillir ses désormais alliés. Les événements d'Edelys l'avaient passablement énervés. Il s'était demandé un instant si les missèdois n'avaient pas eu l'intention, l'espace d'un instant de récupérer où de piller pour leur propre intérêt une ville de première importance, en profitant du chaos qui s'était rependu sur les terres royales après l’incendie de Diantra et la désertion de Cléophas disparu dans le sud avec ce qui pouvait lui rester de partisans.

Mais rapidement, il était apparu que les messagers annonçant la capitulation des villes des terres royales et leur prise en charge par Velteroc ne leur étaient pas parvenus, expliquant du même coup cette tentative de reddition de la ville, des plus farfelue. Tout cela pour dire que l'ambiance initiale de cette première rencontre officielle semblait légèrement moins joyeuse qu'il ne l'aurait voulu.

Sortant du palais avec sa suite de généraux et d'officiels, il vint accueillir le Duc de Langehack sur les parvis et le reconnut comme un égal lui aussi. Il salua ensuite le Baron de Missède comme il se devait, avant de les inviter à le suivre jusqu'à l'intérieur du bâtiment où une sale avait été apprêtée afin de les accueillir officiellement. Mais avant qu'il n'eut le temps de se mettre en marche, la bannière d'Alonna apparut dans son champ de vision. Il entreprit alors de répondre à Oshild tandis que la Baronne approchait.

Votre Grâce, les événements passés sont en effet regrettables, mais ils sont somme toute sans grande importance en comparaison avec l'importance de la situation et de ce qu'il nous reste à accomplir. Il est donc évident que la méprise légitime du Baron de Missède est pardonnée. Il arrive parfois que des informations se perdent en temps de guerre. Il conviendra cependant de ne pas renouveler ce genre d’exploits trop souvent.

A peine avait-il finit qu'une femme à la beauté nordique vint le saluer respectueusement. Elle semblait bien plus enthousiaste que bien des personnes présentes en ces lieux. Sans doute n'avait elle pas vu de cauchemars aussi réel que celui de la bataille des champs pourpres ni la rudesse du siège de Christabel où encore l'entrée dans une Ville de Diantra en proie aux flammes et visiblement incendiée par les hommes de Cléophas. L'horreur avait accompagnée Nimmio dans chacun de ses pas et le poids de cette responsabilité pesait sur ses épaules et avait marqué sévèrement ses traits et sa constitution.

Votre Grandeur, je suis honoré de vous accueillir en ces lieux. Les amis sont toujours les bienvenus en mon humble demeure. Aujourd'hui plus que jamais, ceux dont le rêve est de rétablir un royaume puissant et prospère comme il le fut sous le règne des Fiiram sont invités à ma table afin d'y discuter de la marche à suivre pour mettre fin à cette guerre qui n'a que trop durée et inaugurer une nouvelle dynamique.

Cette dernière phrase était destinée à tous, tandis qu'il invitait chacun à la suivre alors qu'il entrait dans le palais qui se trouvait initialement sur ses arrières. La conversation se poursuivit agréablement tandis que chacun prenait place autour de la grande table pour discuter des orientations stratégiques du royaume et de la conduite de la guerre pour les prochaines ennéades. Une grande carte fut déroulée devant les convives et des pièces apportées pour symboliser la situation. En rouge, les jetons Velteriens étaient désormais disposés dans chacune des villes où une garnison était désormais en place. Des jetons de couleur bleus furent offerts aux Langecins afin qu'ils montrent à leur tour le positionnement de leurs hommes afin d'avoir une vue d'ensemble de la situation des deux médians. Enfin, et tandis que ses alliés déposaient leurs jetons, le veltertien s'adressa à l'Alonienne.

Dites moi, votre Grandeur, quelle est la situation sur vos terres? Et quelle est la situation dans le Nord ? Mes rapports sont des plus alarmants sur la situation de ces terres. On me dit que le royaume est sur le bord de l'éclatement de ce côté-ci. Il est évident qu'à présent que l'usurpatrice est tombée, je compte rassembler les bonnes volontés afin de rétablir notre royaume. Puis-je vous compter, comme je le pense parmi les futurs artisans de ce projet ? Puis, s'adressant à tout le monde. Je suis déjà en discussions avec Naelis dans le nord afin de nouer une alliance militaire et économique. Cela nous permettra d'avoir une profondeur stratégique intéressante si les choses devaient dégénérer au nord également.

Revenir en haut Aller en bas
Alanya de Broissieux
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 613
Âge : 217
Date d'inscription : 08/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un avenir plein de promesses ! [Nimm]   Dim 24 Mai 2015 - 18:02

La ville était en ruine et malgré l'animation au dehors, les nobles se massèrent à l'intérieur du palais. Ils traversèrent de longs couloirs en discutant presque de manière anodine. C'était ce genre de petites choses qui pouvaient réchauffer le coeur d'un homme meurtris. Car malgré les beaux habits du Grand-Duc, il ne trompait personne. Elle voyait ses traits tirés d'une fatigue causée par les batailles et le manque de repos. Il avait la mine grave de ceux qui avaient vu la mort et elle n'ignorait rien de ce qui pouvait à jamais vous changer. La guerre était une plaie purulente qu'il faudrait garder avec soi. Et Alanya savait ce qu'était donner la mort et les balafres à l'âme que cela laissait. Qui plus est, et malgré tout les efforts déployés, la ville sentait encore le feu et la suie couvrait la plupart des murs de Diantra. Mais l'heure était à tout autre chose, à reconstruire ce qu ifut défait avec la défection de la Régente et de ses administrés. Tous s'installèrent autour de la grande table présidé par Nimmio le Conquérant. A sa droite était assis Oschide qui donnait suite à toute une rangée de nobles venus du Médian et du Langecin. Pourtant Alanya n'était pas la plus mal placé, toute proche du baron de Missède. Face à eux siégeaient les généraux et autres hommes de guerre qui avait dû épauler à de nombreuses reprises le Boucher -comme on l'appelait à présent.
Une grande carte fut déroulée sur la table de bois et la baronne l'observa sagement. Un général plça d'abord ce qu'elle compris représenter les conquêtes du Grand-Duc. Toutes les terres royales semblaient sous son emprise -ou du moins était-ce ce qu'elle voyait dans le placement des petites pièces. Elle n'était pas ignorante et malgré son rôle limitée dans les guerres de part sa naissance, elle avait reçu l'un des meilleurs enseignements en stratégie militaire de tout l'Alonnan. Certes elle ne se rendrait jamais sur un champs de bataille mais il faudrait toujours compter sur ses conseils. A l'inverse de ce que la plupart des hommes pensaient que les femmes n'étaient pas bonnes en ce genre de choses et elle ne se laisserait jamais marcher sur les pieds. Alanya détestait être jugée à défaut. Alors que le Langecin plaçait ses propres conquêtes, Nimmio l'intérrogea quant à la situation dans le Nord. Elle avait eu quelques nouvelles juste avant de parvenir à Diantra et ces nouvelles n'étaient guère réjouissantes. Elle regarda avec respect son hôte avant de parler fort et distinctement pour couvrir les quelques conversations parasites de gens qui semblaient prendre leur mal en patience pour s'adresser à la figure du Médian ou bien attendaient un sujet qui les passionnait mieux.
«Votre Altesse, je ne crains que ce que l'on vous ai rapporté sois exacte en tout point. L'Alonnan, ma terre, a subit beaucoup de pertes inutiles avec la guerre intestine qui nous rongeait avant que je ne monte sur le trône. Jérôme de Clairessac, le Maréchal du Nord, avec l'appui de la couronne et celle d'Arétria a fait beaucoup de dégâts et son passage vers la Sgarde semble avoir été fait dans tout les champs cultivés. Je crains que l'on ne récolte rien avant un an», elle jeta un coup d'oeil furtif à Oschide. Il avait été là bas lui aussi et malgré son acte chevalresque, il était clair qu'elle ne serait pas ici s'il n'avait pas été là. Intérieurement, elle le remerciait. «Jérôme marche sur la Sgarde à présent et l'on m'a rapporté que le marquis de Serramire, Aymeric de Brochant lui-même, a mit en branle son armée et qu'il serait à présent dans le nord de la petite baronnie». La baronne s'interrompit un instant. Elle se devait de choisir des mots qui frapperaient les consciences. «On m'a dit, Messeigneurs, qu'une menace bien pire encore qu'une guerre avait frappé à l'est. On m'a dit que les Sombres étaient de retour». Le silence se fit autour d'elle alors elle se leva, la mine grave. Elle savait que les Puysards n'étaient que la partie visible du chaos qui approchait. Alanya ne connaissait que trop bien les gens du Nord. «J'espère que les forces du Nord s'allieront pour repousser ces bêtes qui amènent avec eux la mort et la peste. Mais, Messeigneurs, je crains que ce ne sois que le commencement. Son Altesse Oschide m'arrêtera si je dis faux mais Jérôme n'abandonnera pas sa sainte conquête. J'ai moi-même dû retirer mes troupes pour ne pas causer de pertes inutiles». Le duc du Langecin acquiessa en son sens.
«Et il n'est pas le seul. Son Excellence Aymeric de Brochant s'est fait la promesse de récupérer ce qui fut l'ancien Duché de Serramire. Qu'adviendra-t-il si nous devons au Nord tous nous allier? Chacun voudra réclamer la terre et chacun aura ses arguments. J'ai bien peur qu'à partir de maintenant tout ne sois qu'une question de temps avant que les grandes puissances ne s'affrontent, voir se massacre. Je n'ai pas de crainte pour Jérôme. Il regrette son geste envers Odélian et j'espère qu'il trouvera de l'aide auprès d'Odélian. De son côté Serramire se tournera certainement vers le Berthildois». Elle fit une pause pour observer l'assemblée. Elle posa une main délicate sur le dossier de son siège. Expliquer la situation du Nord et le pire qui pourrait en découler était long et fatiguant. «Ma crainte la plus profonde néanmoins et qu'à l'établissement de ce conseil du Nord dont beaucoup rêve, les grands seigneurs décide de se couper de la nouvelle couronne. Non seulement cela signerait la fin de l'Alonna libre mais il couperait les vivres. Serramire est l'un de vos plus grands fournisseurs, alors par pitié Messeigneurs, réfléchissez bien. Sans le Nord c'est la moitié de vos ressources qui disparaitront».
Alanya s'assis. Elle avait donné beaucoup d'informations qu'il faudrait traiter une à une mais un état des lieux était nécéssaire pour engager une discussion sur l'avenir. Elle s'installa sur sa chaise à nouveau et, pour ponctuer son discours d'un peu de lumière elle se tourna vers Nimmio, plantant son regard d'acier dans le sien. «Je ne peux vous gager de remporter toutes les guerres ni même empêcher le pire d'arriver. Mais sachez votre Altesse que mon soutien va à la nouvelle Couronne».  Elle inclina la tête respectueusement avant de se taire. Il était à présent clair que cette entrevue serait longue et animé...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un avenir plein de promesses ! [Nimm]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un avenir plein de promesses ! [Nimm]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Promesse d'avenir [PV]
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
» L'avenir démocratique d'Haiti est menacé...
» L'avenir dira le reste.
» L'avenir de la VPC GW

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Diantra-
Sauter vers: