AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La blonde et le truand [Pv Rihan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Enju
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 62
Âge : 28
Date d'inscription : 11/09/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  17 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: La blonde et le truand [Pv Rihan]   Dim 8 Mar 2015 - 1:37

Qu’elle essaye de toutes ses forces n’y changeait rien. Cet endroit n’était pas fait pour elle, et il ne le serait jamais. Mais de quel droit s’opposerait-elle aux désirs de Jenalie ? Après tout, cette dernière avait toujours œuvré dans l’intérêt de la petite tête blonde dont elle avait la garde. Ouvertement, ou non. Alors il faudrait prendre son mal en patience et espérer que cette mascarade se termine bientôt.

En cette fin de matinée, Enju avait littéralement fuit le palais Baronnial. Elle y reviendrait bien entendu, mais pas avant de longues heures. Trop de gardes, trop de domestiques lui donnant l’impression d’être constamment épiée. Peut-être n’était-ce qu’une impression, mais elle était excessivement désagréable. Elle ne savait pas réellement où elle irait, mais peu importe.

D’abord, la demoiselle avait parcouru les rues qu’elle connaissait déjà. Mais rapidement, ce décor l’avait ennuyé. Ce n’était qu’une infime partie de la ville, les chemins qu’elle empruntait tous les jours pour vaquer aux occupations qui étaient les siennes. Le marché, la forêt, les patients. Aussi, décida-t-elle de changer d’itinéraire. De toute façon il faudrait explorer, tôt ou tard. Et ce serait aujourd’hui. Prenant à l’est du marché qu’elle avait à nouveau rejoint, Enju s’engouffra dans la première ruelle inconnue qu’elle rencontra. Celle-ci serpentait entre deux rangées de bâtiments et s’éloignait peu à peu de l’agitation des étals.

Au bout de quelques minutes durant lesquelles elle avait laissé vagabonder ses pensées, la jeune fille se rendit compte qu’elle n’avait pas la moindre idée de l’endroit où elle se trouvait, ni même de comment revenir sur ses pas. Quelle idiote… S’arrêtant un instant pour jeter un coup d’œil autour d’elle, elle se rendit compte qu’il n’y avait pas grand-chose à voir. Des murs à droite, des murs à gauche. Derrière elle, un chemin qu’il était inutile de rebrousser, et un homme. Il était encore loin, mais Enju tressaillit. Déjà son empathie se libérait et filait vers sa cible. Était-il dangereux ? Représentait-il une menace ? Il n’y avait rien à en dire. La seule émotion palpable chez le marcheur était la surprise. Surprise de croiser une demoiselle ici ? Elle n’aurait pu l’affirmer, et elle ne tenait pas à rester pour le vérifier. Alors elle se remit en marche, un peu plus rapidement qu’à l’origine.

Tout comme elle ne savait où elle se trouvait, la blonde ne savait pas non plus où elle allait. Trouverait-elle seulement une échappatoire au cas où ? Cette ruelle semblait ne pas en finir, cette ville maudite n’apportait rien de bon ! Et finalement, elle atterrit dans un petit square. Le chemin se prolongeait encore devant elle, mais jusqu’où allait-il ? Elle ne pourrait pas marcher indéfiniment… Légèrement angoissée à l’idée de se perdre tout à fait, l’adolescente promena un regard nerveux tout autour d’elle, jusqu’à ce qu’un écriteau n’attire finalement son attention, pendu au dessus d’une vieille porte en bois.

« L’auberge de la Bohème »… Un instant, elle hésita. Situé comme il l’était l’établissement ne devait pas être particulièrement agréable, mais était-ce mieux de rester plantée là ? Sans doute pas. Elle ne resterait pas longtemps, juste suffisamment pour demander son chemin. Forte de cette certitude, et n’ayant pas de meilleure idée en tête, la demoiselle s’avança et poussa la porte.

Dans une salle aussi petite que le laissait présager l’entrée, mais néanmoins mieux tenue que la jeune fille l’avait redouté, cinq tables trônaient, dispersées et chacune envahie par une flopée d’hommes et de femmes. Un peu plus loin, Dans le coin droit de la pièce il y avait deux fauteuils, et tout au fond, un comptoir, envahi également. C’était une erreur.

Oh oui, une énorme erreur. Sans ressembler à des assassins notoires, les habitués de l’endroit n’étaient visiblement pas des enfants de cœur, et les seules femmes présentes des catins ou des serveuses. Nul doute que c’était précisément la raison pour laquelle tous les regards s’étaient tournés vers elle au moment où elle était entrée ici. Avec son visage poupin et sa robe immaculée de trop bonne facture, la blonde faisait tache.

Entrer ou sortir ? Il n’y avait pas besoin d’empathie pour comprendre ce qui se dissimulait derrière les regards qui coulaient sur elle et sur ses courbes. Ramenant ses bras pour les croiser contre elle, Enju sentit le rouge lui monter aux joues. Mais il était un petit peu trop tard pour reculer sans se faire remarquer plus encore, alors elle avança. Se frayant un chemin entre les tables et tentant d’ignorer les regards moqueurs, amusés ou lubriques qui l’accompagnaient, elle réussit à rejoindre le comptoir. Se disant que le pire était passé, elle se faufila entre deux ivrognes avachis et se pencha pour interpeller le tenancier.

- J’aurais besoin d’un renseignement…

L’homme, un barbu rougeau d’une quarantaine d’années occupé à briquer un verre, la toisa un instant, redoutant que cette petite chose venue d’ailleurs ne lui attire quelques soucis. Devait-il la mettre dehors avant que les plus téméraires ne cherchent à se l’approprier ? Non, ce n’était pas son problème. Et puisqu’elle était arrivée jusqu’ici, il n’y avait pas de raison qu’elle reparte sans débourser. Continuant son office, il émit un léger grognement.

- On ne renseigne que les clients ici, ma jolie.
- Je n’ai pas le temps…
- Pas de boisson, pas d’information.

Et comme pour illustrer ses propos, le tenancier avait commencé à s’éloigner. La jeune fille sentit la panique l’envahir. Pourquoi diable, le sort s’acharnait-il contre elle ?!

- Attends ! D’accord, d’accord ! Donne-moi de l’eau !

De l’eau… Se dit-il, et puis quoi encore ? Où se croyait cette gamine ? Dans un salon ? Les ricanements semi discrets des deux hommes qui entouraient la jeune fille confortèrent le tenancier dans son idée. Elle n’avait sans doute aucune idée de l’endroit où elle se trouvait, et lui jouer un petit tour pour qu’elle le comprenne pouvait être une idée.

- Tu veux de l’eau ma jolie ? Très bien…

Un petit sourire en coin greffé au visage, le tenancier délaissa quelques instants son ouvrage pour disparaître dans la réserve. Lorsqu’il en revint, il déposa un verre plein devant la demoiselle qui lui lança un regard suspicieux. Oh non, elle ne lui faisait pas confiance à ce gros balourd, mais il s’agissait de ne pas s’attirer d’ennuis. Elle s’empara donc du verre et le porta à ses lèvres. Une gorgée suffit pour comprendre qu’il ne s’agissait pas d’eau. Le liquide lui brûla la gorge et lui arracha une quinte de toux étouffée.

- Qu’est-ce que c’est que ça… ?!
- Tu as demandé de l’eau, tu n’as pas précisé de quel genre d’eau tu avais envie…

De l’eau-de-vie… Cet imbécile se trouvait sans doute fichtrement intelligent, et qu’elle l’incendie du regard ne changeait rien à l’air suffisant qu’il affichait à présent.

- Oh je vois…

Portant la main à la sacoche qui était accrochée à sa taille, la petite blonde en sortit quelques petites piécettes de cuivre qu’elle posa brusquement sur le comptoir.

- Maintenant que tu t’es bien amusé, dis-moi comment je peux rejoindre le marché…

L’homme éclata de rire, rejoint bientôt par les quelques autres qui suivaient l’échange d’une oreille plus ou moins discrète.

- En sortant d’ici tu n’auras qu’à partir sur ta gauche, emprunter la troisième ruelle à gauche, et ensuite la première à droite. Tu le trouveras ton marché… Maintenant, fiche le camp d’ici avant de te faire dévorer.


Il n’était pas stupide, ceux qui occupaient la salle n’étaient pas forcément des tendres et n’avaient rien contre un peu de chair fraîche parfois. Il tendit la main pour récupérer le verre encore plein, pensant débarrasser la demoiselle d’une corvée, mais elle fut plus rapide que lui.

Parfois un peu trop orgueilleuse, ladite demoiselle acceptait difficilement d’être la risée de parfaits inconnus. Oh non, elle ne lui ferait pas le plaisir de… De se montrer raisonnable. Car le plus raisonnable aurait sans aucun doute été de partir sans demander son reste. Portant, affichant un air à la fois contrarié et plein de défi, l’outrée porta à nouveau le verre à ses lèvres, et le vida d’une traite, le reposant ensuite brusquement sur le bar.

- Merci

Qu’ils rient, qu’ils rient seulement ! Enju n’en n’avait cure. Elle tourna vivement les talons, pour gagner la sortie, mais vu vite arrêtée dans son élan. Ce qu’elle n’avait pas prévu, c’est que l’alcool lui monterait à la tête de cette façon. Pourtant c’était à prévoir… Quoiqu’il en soit, une bouffée de chaleur empourpra ses joues un instant, et ce fut suffisant pour la faire vaciller. En moins de temps qu’il fallait pour le dire, elle buta contre une chaise, et s’y trouva, heureusement, assise. Il n’en fallut pas plus pour que l’hilarité devienne générale, et le rouge ne déserta plus le visage poupin. Quelle humiliation.

- Je préfère rester encore un peu ici... Finalement.

Promenant une mine boudeuse autour d’elle, la demoiselle remarqua forcément l’étrange couple dont elle venait d’investir la table. Elle soupira.

- Ca ne prendra que quelques instants…



Revenir en haut Aller en bas
Rihan
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15
Âge : 30
Date d'inscription : 06/02/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  31ans (né en 976)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La blonde et le truand [Pv Rihan]   Mar 24 Mar 2015 - 12:11

La tête à l'ombre de sa capuche, il observait la nouvelle venue. Cette tâche blanche dans le noir tableau de l'auberge. Et il avait fallu qu'elle se pose sur lui...

Dissimulé par l'éclairage approximatif de ce coin de l'établissement, une jolie femme sur les genoux, aux formes généreuses et exposées, il paraissait un client ce qu'il y a de plus banal. Un client qui n'attirait pas l'attention. Jusque là...

Il soupira, dépité. Puis ronchonna en soufflant ces paroles pour qu'elles ne dépassent pas les occupants de la table.


-Mais faites donc très chère... C'est un honneur que d'accueillir une hôte de marque à ma table...

Le semblant de catin pouffa légèrement en se lovant autour de Rihan pour parfaire son rôle tandis qu'en collant sa joue contre la sienne, elle regarda la jeune fille perdue.

-Ne fais pas attention à lui petite, il n'a jamais su y faire avec les dames...


Et comme pour accentuer ou contredire cette remarque, l'intéressé pinça les fesses de l'insolente. Ce qui déclencha un nouveau petit rire. Fixant la nouvelle invitée, c'est à son acolyte qu'il s'adressa.

-Tu n'as pas toujours dit ça...

Elle lui sourit tendrement avant de lui mordiller le lobe de l'oreille.

-Bien sûr ! Tu te vexes si facilement...

Levant les yeux au ciel en soupirant, et gratifiant une nouvelle fois le postérieur de la dame, il revint sur la colombe ivre, pour qui le sol n'avait rien de stable.

-Dure journée ?

Ne laissant guère de temps à la jeune fille de répondre, la catin ne put s'empêcher de répondre à sa place, avec ce ton mordant la caractérisant.

-Noon... Elle trouvait l'endroit charmant sûrement ! La clientèle semble si distinguée et les lieux enchanteurs ! Et la boisson, un ravissement pour les papilles ! Surtout ce petit goût de saleté ambiante qui assaisonne l'alcool bon marché ! Non décidément, elle n'a pas pu venir par erreur ! N'est-ce pas ? Tu viens te détendre et te trouver un prince charmant mon enfant ?


Rihan laissa pendre sa tête. Se maudissant comme chaque jour de ne pouvoir se séparer de cette langue de vipère, au venin corrosif parvenant à effriter si facilement sa patience. Il pourrait se convaincre que c'était parce qu'elle avait un physique plus qu'agréable, et une maîtrise certaine quant à son utilisation dans l'intimité. Mais non, honnêtement, il l'appréciait vraiment. Malgré la certitude que s'il n'était pas toujours sur ses gardes, elle aurait sa peau...

La Veuve. La seule femme permanente de sa bande. Une meurtrière à tendance psychopathe. Il fallait au moins cela pour parvenir à se faire respecter et à être craint par les bandits de la compagnie.

Selon elle, son premier meurtre fut celui de son futur époux, à l'âge de treize ans. L'homme avait voulu consommer rapidement leur union. Trop rapidement au goût de la jeune fille revêche de l'époque. Qui découvrit ce jour là que la gorge d'un homme n'avait pas de grande différence avec celle d'un lapin. Elle s'ouvrait aussi facilement. Pour qui avait reçu une bonne éducation de cuisinière, en digne épouse, c'était un jeu d'enfant. Dès lors, en souvenir de cet instant, chaque amant, qu'elle soit consentante ou non, finissait par acquérir un sourire sanglant sur le cou...

Rihan fut son amant. A l'exception qu'il n'arborait que des entailles sur le coté de sa gorge. Souvenirs cuisants que nombreuses encore seraient les tentatives de la demoiselle d'attenter à ses jours. Un excellent moyen de le maintenir toujours sur le qui-vive.

Il secoua la tête, s'avouant qu'il devait aussi avoir un coté psychopathe...

Ses yeux se posèrent à nouveau sur la blonde en face de lui. Se retenant d'une nouvelle intervention que La Veuve s'empresserait de relever.
Revenir en haut Aller en bas
Enju
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 62
Âge : 28
Date d'inscription : 11/09/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  17 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: La blonde et le truand [Pv Rihan]   Sam 28 Mar 2015 - 10:27

-Mais faites donc très chère... C'est un honneur que d'accueillir une hôte de marque à ma table...

La raillerie était tellement palpable que c'en était vexant. Et peut-être devait-elle se vexer d'ailleurs... Ou peut-être pas. Se froisser pour un inconnu ? Ce serait ridicule. Et puis... Et puis rien. Lever les yeux au ciel en esquissant une brève grimace serait largement suffisant pour riposter. Ce tavernier de malheur... Le plus triste c'est qu'il s'était sans doute trouvé très drôle.

À la réplique de la catin, la jeune fille se contenta de marmonner un « Ca ne m'étonne pas... » qui passerait très certainement inaperçu. Qu'allait-elle faire maintenant ? Quitte à se saouler, puisqu'il y avait un début à tout, elle aurait vraiment préféré tenter l'expérience dans un endroit plus sécurisant. Et en fait, qu'est-ce qui était le pire ? Le sol dansant ou le spectacle vulgaire et déplacé que lui offrait ce couple ? Difficile à dire. Vraiment... La moue dépitée dessinée sur son visage en témoignerait.

-Dure journée ?

Oh quel euphémisme. Quelle clairvoyance. Mais pour le coup, Enju fut incapable de déterminer si la question était aussi moqueuse que la première déclaration. Et en réalité, elle s'en moquait. Parce-que, bien que ça ne le regarde pas, elle mourait d'envie de répondre. Parce-qu'elle mourait d'envie de parler. L'alcool pouvait-il en être l'unique responsable ? Non, sans doute pas. Les couloirs du palais ne regorgeaient pas de confidents et la plupart du temps c'était mieux ainsi. Mais ça pouvait se révéler parfois pesant. Oui, Enju avait bien envie de parler.

- C'est...

Trop tard. La catin s'était déjà lancée dans une diatribe humoristique, au grand dam de son compagnon si l'on en jugeait son air dépité. Un sourire se dessina sur le visage de l'adolescente, malgré elle. Au moins, cette femme était amusante. L'endroit en paraissait moins hostile. Suffisamment moins pour que la demoiselle s'autorise à entrer dans le jeu de cette femme.


- J'aurais bien voulu... Mais il semble que le stock est épuisé... Répondit-elle en promenant distraitement son regard parmi les clients.

L'empathie s'éveillait, lentement mais sûrement. Peut-être n'était-ce pas l'idée du siècle que de ce livrer à son jeu favori dans ces conditions, mais pour une fois, elle pourrait réellement jurer que les choses se sont faites sans son consentement. L'esprit de la demoiselle était juste suffisamment embrumé pour ne plus réussir à maintenir efficacement ses barrières. La seule chose qu'elle pouvait faire dans ces conditions, c'était de concentrer son attention sur les deux personnes proches afin d'occulter les autres.

Ayant balayé la salle, la petite blonde s'autorisa un soupir à fendre l'âme avant de finalement secouer la tête à l'intention de la catin. Il n'y aurait aucun prince digne d'intérêt ici. Un coup d'oeil en direction de Rihan, Enju le désigna de la main.

- Même lui... Il est peut-être charmant si on ne prend le visage en compte, mais hormis ça, il n'a vraiment rien d'un prince.

Stop. Venait-elle vraiment de dire ça ? Visiblement. Et tandis qu'elle se figeait sans plus prononcer le moindre mot, le rouge lui grimpa aux joues plus rapidement qu'une étincelle suivait une traînée de poudre. Il n'y avait rien de pire que cet état d'entre-deux. Suffisamment ivre pour sortir des énormités, mais pas suffisamment pour ne pas s'en rendre compte. Il fallait fuir. Fuir en emportant le peu de dignité qui lui restait, et sans se retourner.

Du moins c'est ce qu'il aurait fallu faire, si ces maudites jambes avaient accepté de coopérer. À peine Enju s'était-elle levée, qu'elle avait retrouvé son assise.

- Mais c'est pas vrai... !

Tentative avortée, elle ne pourrait décidément pas regagner le palais dans cet état. Et puis, si elle réussissait à l'atteindre elle aurait sans doute des comptes à rendre. Et elle n'aurait pas envie de les rendre. Et les émotions parasites qui gravitaient dans cet endroit étaient vraiment répugnantes. À peine croisait-elle le regard de la mauvaise personne qu'une marée de lubricité s'abattait sur son pauvre esprit malmené. Non, décidément, les choses ne se déroulaient vraiment pas comme elle l'avait imaginé en se levant ce matin.

Désespérée, la demoiselle posa le front contre le bois rugueux de la table en poussant un soupir à fendre l'âme.

- Je sens que ça va être long...

Si nombre des habitués n'avaient pas prêté attention à la scène risible, le tavernier, lui n'en n'avait pas manqué une miette. Et le sens du commerce prévalant sur tous les scrupules, il interpella à nouveau la fillette.

- Dis-donc ma jolie, si tu veux rester ici il va falloir penser à consommer...

Nouveau grognement. Quel requin... Le bon sens aurait recommandé de repousser cette « invitation », mais le bon sens n'était pas vraiment de mise là tout de suite. Et puis, quitte à se couvrir de ridicule, autant faire ce qu'il fallait pour s'en souvenir le moins possible. Et puis, après la surprise, il fallait bien reconnaître que cette boisson était plutôt agréable...

Se redressant finalement, une moue boudeuse toujours gravée sur le visage, l'adolescente acquiesça en direction du tenancier.

- C'est vrai... tu n'as qu'à me reservir la même-chose, et puis pour eux aussi, un verre de...

Un verre de quoi ? Revenant au couple, Enju les interrogea du regard.

- Qu'est-ce que je peux vous offrir ? Je m'en voudrai moins de vous avoir dérangés.

Ceci-dit, elle ne semblait pas réellement s'en vouloir. La main de la demoiselle plongea vers la sacoche accrochée à sa taille, et en sortit une bourse de taille moyenne, visiblement bien emplie.

- Ca devrait suffir...

Prudence ? Quelle prudence ? Heureusement que l'angle ne permettait à personne d'avoir vue directe sur le petit "trésor", hormis Rihan et sa compagne.
Revenir en haut Aller en bas
Rihan
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15
Âge : 30
Date d'inscription : 06/02/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  31ans (né en 976)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La blonde et le truand [Pv Rihan]   Ven 3 Avr 2015 - 16:05

Une simple escapade de reconnaissance. Rien de plus. Ce ne devait être qu'une observation du potentiel de la région. Le genre d'action nécessitant de la discrétion, et non une blondinette éclatante de lumière dans ce sombre lieux.

Mais, mise à part sa mignonne petite répartie, sa tenue de l'alcool et cet air abattu, elle restait une agréable compagnie. Bien loin de ses objectifs évidemment, mais bon, maintenant qu'ils étaient avortés, il ne restait que la divertissante intruse comme seule distraction pour aujourd'hui. Le lendemain, ils devraient déjà s'en aller...


-Qu'est-ce que je peux vous offrir ? Je m'en voudrai moins de vous avoir dérangés.


Oh que ça lui démangeait de répondre « la paix ». Mais il s'abstint, son éternelle retenue prenant le pas sur l'exaspération dû à l'échec de sa mission première.

-Rien pour moi, merci...


La Veuve quitta alors ses genoux pour venir s'assoir près de la demoiselle.

-La même chose que toi mon enfant.

Rihan vit alors la bourse visiblement bien remplie de son invitée, et par conséquent, il sentit un regain d'intérêt pour cette dernière.

-Quoique à la réflexion... Ce que tu tiens me tente bien...


Une chance pour la demoiselle que la taverne était bien tenue. De solides gaillards armés de gourdins et sachant s'en servir tenaient en respect la dangereuse clientèle. Et bien que malfamée, la taverne était une sorte de refuge, tolérée par la garde tant qu'elle restait discrète. Du moins, c'est que la garde laissait entendre. Car officieusement, bon nombre des occupants avaient une sinistre réputation, et aucune patrouille ne se risquerait à y faire maintenir l'ordre au péril de leur vie. Tant que le crime restait dans l'établissement, aucune action punitive ne serait tentée. Et si cela devait arriver, les conséquences seraient désastreuses pour la ville. Il y aurait une explosion du crime. Surtout sur les gardes...

La Veuve saisit donc rapidement la bourse de la demoiselle. Prenant de quoi payer, elle se leva avec une élégance loin de celle de la catin qu'elle jouait plus tôt, et se dirigea droit vers le tavernier. Son regard d'acier découragea même les mains baladeuses sur son passage. Sans même s'arrêter, elle passa par dessus le comptoir en se hissant latéralement dessus sous la surprise la plus totale du tavernier et l'air pantois de ses hommes ne sachant que faire.

S'approchant du gérant, toujours figé par l'audace de La Veuve, poitrine en avant et démarche langoureuse, elle vint se coller à lui, glissant un genoux entre ses jambes tandis qu'elle agrippait son cou et se hissait jusqu'à son oreille pour lui murmurer.


-Tu laisses la petite tranquille mon mignon... Ou fais toi à l'idée de finir ménestrel à la voix cristalline...


Et afin d'appuyer son argument, le tavernier put sentir une lame se glisser entre le genoux coinçant ses parties et ces dernières. Il devint pâle comme un linge et n'osa plus bouger malgré la peur et la rage se mêlant en lui.

De son coté, Rihan soupira à son tour à fendre l'âme. De la discrétion. Il fallait de la discrétion. Certes, c'était La Veuve qui faisait diversion maintenant, mais elle ne tarderait pas à revenir. Il fixa l'unique responsable.


-Et voilà... Tu es désormais sous sa protection... Sous ma protection donc... Bienvenue !


Puis avec un grand sourire.

-Au fait, on fait dans le vol, le meurtre, et...  la vente d'esclave. Tu n'as rien de prévu pour les années à venir j'espère ?

Il eut tout juste le temps d'effacer son sourire avant que La Veuve ne revienne comme si de rien n'était, alors que toute la salle la regardait. Rihan secoua la tête.


-Combien de temps ?


Elle lui sourit, charmante à souhait.

-J'ai un bon professeur en manipulation. Le bâton et la carotte... Une menace et une promesse de récompense pour obtenir tout ce qu'on veut... On est tranquille pour la soirée.

Elle fit un clin d'oeil à Enju. Rihan retint quant à lui un souffle de soulagement. La Veuve avait suivi ses conseils. Un homme est plus enclin à espérer une récompense qu'à risquer sa vie. Le tavernier tiendrait ses hommes à distance, ou voire même leur ordonnerait de protéger le trio si La Veuve lui avait promis une récompense charnelle. Ce qui serait ennuyeux s'ils comptaient revenir, puisque le tavernier ne passerait pas la nuit. Rihan haussa les épaules pour lui même. Advienne que pourra...


Alors dis-nous... Euh... C'quoi ton nom déjà ? Qu'est-ce que tu fous là ?
Revenir en haut Aller en bas
Enju
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 62
Âge : 28
Date d'inscription : 11/09/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  17 ans
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: La blonde et le truand [Pv Rihan]   Sam 18 Avr 2015 - 10:28

Il fallait au moins reconnaître quelque-chose au prince presque charmant, il était visiblement très doué pour dissimuler ses ressentis. Sans empathie... Et l'alcool aidant, la petite blonde n'aurait jamais compris à quel point son arrivée l'avait agacé. Mais maintenant qu'elle savait, partir ou rester ? Un coupe-gorge bondé de plus ou moins grands criminels, un couple qui n'était sans doute pas là par hasard... La prudence la plus élémentaire incitait à la fuite, encore, mais encore une fois la prudence n'était pas de mise. Au contraire, elle fut balayée par un léger rire étouffé qu'Enju serait seule à comprendre. Serait-elle un jour capable d'éviter les ennuis ?

La catin, elle, était au moins plus aimable. Elle savait, elle, qu'on ne refusait pas un verre généreusement offert par une charmante inconnue. Il y avait quelque-chose d'étrange chez cette femme, quelque-chose de dangereux même, plus que chez son camarade. Et pourtant, l'adolescente la trouvait... Sympathique. Plus sympathique que cet énergumène qui n'éprouva de réel intérêt qu'envers la bourse qu'elle tenait à présent.

Enfin, qu'elle tenait avant que sa nouvelle « Amie » ne s'en empare pour se diriger elle-même vers le comptoir en bois et offrir un spectacle auquel la petite blonde n'avait encore jamais insisté et qui la laissa proprement sans voix pendant de longs instants. Une prédatrice, il n'y avait pas d'autre mot. Pourvue des même armes qu'elle... ou presque, mais sachant s'en servir. Le tavernier n'en menait pas large.

- Ca lui arrive souvent... ?

La question avait été posée machinalement, et ce fut Rihan qui la tira de ses réflexions en poussant un soupir qu'elle jugea exagéré.

- Et voilà... Tu es désormais sous sa protection... Sous ma protection donc... Bienvenue ! Au fait, on fait dans le vol, le meurtre, et...  la vente d'esclave. Tu n'as rien de prévu pour les années à venir j'espère ?

« Pardon ? », c'est le message que transmettaient les deux yeux grands ouverts de l'adolescente. Il n'était pas sérieux... ? Si... Si, il l'était. Mais Enju était incapable de savoir si cela concernait aussi bien les activités mentionnées que le message insinué. Prise au dépourvu, elle se contenta de fixer Rihan en fronçant les sourcils et en esquissant une moue boudeuse.

- En réalité, je prévoyais de partir à la recherche de créatures légendaires, et donc...

Mais elle n'eut pas le temps de poursuivre puisque la camarade de son voisin de table était déjà de retour et présentait un compte-rendu auquel elle ne comprenait rien. Un coup d'oeil au tavernier qui s'affairait à présent à préparer les boissons demandées la conforta néanmoins dans l'idée que ce dernier serait à présent docile comme un animal de compagnie.

- Alors dis-nous... Euh... C'quoi ton nom déjà ? Qu'est-ce que tu fous là ?

Quel culot, quel manque de savoir vivre. La petite tête blonde pivota de droite à gauche et de gauche à droite durant quelques instants, visiblement dépitée.

- Normalement, on donne son nom avant de demander celui des autres... !

Ceci dit, ce fut elle qui esquissa à présent un large sourire.

- Il semblerait que je profite de mes quelques heures de liberté dans une taverne malfamée en compagnie d'un couple de meurtriers, voleurs, vendeurs d'esclaves que j'ai malencontreusement dérangés !

Elle n'avait pas haussé la voix, pas suffisamment stupide pour ne pas comprendre qu'ils cherchaient à rester discrets. Mais elle avait remarqué que Rihan avait tenté de faire l'innocent au retour de la jeune femme et ne voyait pas pourquoi il s'en tirerait aussi facilement.

- Enju... Ajouta-t-elle finalement en haussant les épaules.

La demoiselle ne voyait pas grand-chose à ajouter parce-que, à vrai dire, cet endroit la mettait plus mal à l'aise qu'elle ne l'aurait cru. Passé le premier moment d'euphorie et de fierté d'avoir osé braver le danger, et les effets de la boisson s'estompant à présent, il ne restait plus que la certitude d'être un agneau parmi les loups affamés. Envie, colère, amusement, attente. Le tourbillon d'émotions était tellement présent dans la salle qu'il en devenait presque palpable, et il n'arrangeait rien.

- Eh bien... Il va falloir que je...

Mais, alors que la jeune-fille songeait à nouveau à prendre la poudre d'escampette, le sauveur se présenta à elle. Barbu, rougeaud, grand et gras, dépourvu de tout charme, mais apportant avec lui le breuvage salutaire, et ça, ce n'était pas rien.

Il aurait pu partir immédiatement après avoir rempli son office, mais il n'en fit rien. Il piétina quelques instants, les yeux rivés sur la veuve, comme s'il hésitait sur la marche à suivre tout en la dévorant mentalement. Oscillant entre désir charnel et espoir d'obtenir la récompense qu'elle lui avait laissée entrevoir, sans oser en faire mention à haute voix.


À peine les verres avaient-ils touché la table, qu'Enju s'était emparée du sien et en avait vidé la moitié, cherchant à retrouver et même à amplifier le doux brouillard dans lequel elle avait flotté juste avant. Manoeuvre qui fonctionna d'ailleurs encore mieux qu'elle ne l'avait imaginé. Ses lèvres étaient encore posées sur le verre lorsque la scène la fit pouffer de façon tout à fait gracieuse. Ou pas.

Elle-même avait déjà dû composer avec les bas-instincts de certains de ses clients, mais elle n'avait jamais réussi à les rendre aussi dociles et impatients. L'amoureux transi avait donc patienté quelques instants, attendant désespérément un signe encourageant, et finalement, se détourna pour rejoindre son bar, d'un pas lent et lourd, comme s'il espérait être retenu, mais comprenant qu'il n'obtiendrait rien en insistant.

L'adolescente peinait à réprimer son rire, et pour l'heure, son admiration. Elle se pencha alors vers Rihan, comme pour lui faire une confidence, mais en parlant tout de même assez fort pour être entendue par la Veuve.

- Elle peut m'apprendre à faire ça... ?!

Nul doute qu'un tel comportement ferait tache au sein du castel, et c'était bien ça qui la rendait aussi euphorique.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La blonde et le truand [Pv Rihan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La blonde et le truand [Pv Rihan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La blonde et le truand [Pv Rihan]
» PV ♦ Ouais, bah j'ai pas envie d'avoir une pimbêche blonde dans mon groupe.
» Arrivée d'un Seigneur ébouriffé et d'une blonde Dame
» Une boucle blonde et une paire de lunettes
» Oxanna Prescott • tales of a curious blonde woman

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Duché de Langehack :: Comté de Missède-
Sauter vers: